Avertir le modérateur

01/08/2009

Faut-il craindre les hydrates de méthane ?

Pourquoi diantre se préoccuper du méthane, tout d'abord ?

Bien que "on" se focalise souvent sur le seul CO2 quand "on" parle de gaz à effet de serre, il n'en reste pas moins que le CO2 n'est pas le seul de ces gaz à être mis dans l'atmosphère par l'homme : environ un tiers de nos émissions se compose d'autre chose, et dans cet "autre chose" une bonne moitié est due au méthane.lire la suite  ( voir les tableaux et graphiques)

Répartition approximative des émissions.jpg

Climat : la bombe à retardement du méthane est enclenchée

The Independent a pris connaissance d’une partie des premiers résultats obtenus, qui suggèrent que le gaz méthane contenu dans d’énormes gisements sous-marins en Arctique s’échappe vers la surface en raison du réchauffement et de la disparition des glaces.

sea ice concentration.jpgLe comportement de ces réserves souterraines de méthane revêt une importance majeure car les scientifiques pensent que leur libération subite dans l’atmosphère a provoqué par le passé une augmentation rapide de la température terrestre, entraînant des bouleversements du climat et même une extinction massive d’espèces. Les scientifiques embarqués à bord d’un bateau scientifique qui a navigué sur toutes les côtes nord de la Russie ont découvert des concentrations intenses de méthane - allant parfois jusqu’à 100 fois les niveaux habituels - sur plusieurs zones, couvrant des milliers de kilomètres carrés sur le plateau continental sibérien.

Durant ces derniers jours, les chercheurs ont observé des zones où la mer bouillonnait sous l’effet des bulles de gaz remontant des « cheminées de méthane » émergeant dans les fonds marins. Ils estiment que la couche de pergélisol sous-marin qui agissait comme un « couvercle », empêchant le gaz d’être libéré, a fondu par endroits et permet au méthane de s’échapper des dépôts qui s’étaient formés avant le dernier âge glaciaire.

Les chercheurs mettent garde sur le fait que ce phénomène pourrait être lié au réchauffement rapide qu’a connu la région au cours des dernières années.

Le méthane est un gaz dont l’effet de serre est environ 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone et de nombreux scientifiques craignent que sa libération pourrait accélérer le réchauffement de la planète par le biais d’un gigantesque processus de rétroaction dans lequel le méthane répandu dans l’atmosphère provoquerait une élévation des températures, ce qui aggraverait la fonte du pergélisol et libérerait encore plus de gaz.

 

On estime que la quantité de méthane piégée sous l’Arctique est supérieure à la quantité totale de carbone contenue dans des réserves mondiales de charbon. Il est donc de toute première importance que ces réservoirs restent stables au moment où cette région se réchauffe à un rythme plus rapide que d’autres parties de la terre.

Orjan Gustafsson, l’un des responsables de l’expédition, décrit l’ampleur des émissions de méthane observées dans un émail envoyé depuis le navire scientifique russe Smirnitskyi Jacob.

« Nous avons travaillé fiévreusement pour terminer le programme de prélèvement d’échantillons hier et la nuit dernière », écrit le Dr Gustafsson. « Une vaste zone d’intense libération de méthane a été découverte. Sur les précédents sites nous avions observé de fortes concentrations de méthane dissous. Hier, pour la première fois, nous avons observé une zone où la libération est si intense que le méthane n’a pas eu le temps de se dissoudre dans l’eau de mer, mais arrive sous forme de bulles de méthane à la surface. Ces « cheminées de méthane » ont été observées sur échosondeur et avec les [instruments] sismiques. »

Source hydrothermale de type ffumeur noir.jpgÀ certains endroits, les concentrations de méthane atteignaient 100 fois les niveaux habituels. Ces anomalies ont été constatées dans la mer de Sibérie orientale et la mer de Laptev. Elles portent sur plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés, et totalisent des millions de tonnes de méthane, a déclaré le Dr Gustafsson. « Cela pourrait être du même ordre de grandeur que ce que l’on estime actuellement pour l’ensemble des océans. » indique-t-il. « Personne ne sait combien d’autres zones existent sur le grand plateau continental de la Sibérie orientale.

« L’hypothèse habituelle était que le « couvercle » de pergélisol sur les sédiments sous-marins du plateau continental Sibérien pouvait retenir ces énormes gisements de méthane. L’augmentation des observations de libération de méthane dans cette région inaccessible peut donnent à penser que le pergélisol, le couvercle, commence à être perforé et laisse donc fuir le méthane ... Le pergélisol présente maintenant des petits trous. Nous avons constaté des niveaux élevés de méthane au-dessus de la surface de l’eau et plus encore dans l’eau juste en dessous. Il est évident que la source provient des fonds marins. »

Les résultats préliminaires de l’étude du plateau sibérien 2008, en cours de préparation pour publication par l’American Geophysical Union, sont supervisés par Igor Semiletov du département de l’Extrême-Orient de l’Académie Russe des Sciences. Depuis 1994, il a dirigé environ 10 expéditions dans la mer de Laptev. Durant les années 1990, il n’avait pas détecté de niveaux élevés de méthane, mais depuis 2003, il a fait état d’une augmentation du nombre de « points chauds » de méthane, qui sont désormais confirmés par les instruments plus sensibles qui sont présents à bord du Jacob Smirnitskyi.

Le Dr Semiletov suggère plusieurs raisons pouvant expliquer pourquoi le méthane d’Arctique s’échappe désormais, dont l’augmentation du volume des eaux relativement plus chaudes qui sont rejetées des cours d’eau Sibériens en raison de la fonte du pergélisol terrestre.

La région de l’Arctique dans son ensemble a connu une hausse des températures moyennes de 4 degrés centigrades au cours des dernières décennies, avec un déclin spectaculaire de l’étendue recouverte par la banquise durant l’été. De nombreux scientifiques craignent que la disparition de la banquise ne puisse accélérer la tendance au réchauffement climatique car l’océan absorbe plus la chaleur du soleil que ne le fait la surface réfléchissante de la glace.

Sur le web :

La page personnelle d’Orjan Gustafsson sur le site de l’Université de Stockholm

Le Devoir, Canada : La bombe méthane est amorcée

Rejoint hier à ses bureaux de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski, le professeur Émilien Pelletier, chimiste et écotoxicologue marin, voit dans ce phénomène « l’extension en milieu marin de ce qui se passe dans le permafrost terrestre ». Si les constats des scientifiques suédois annoncent le début d’un dégel du permafrost sous-marin, dit-il, l’humanité doit s’attendre à une libération massive de gaz à effet de serre susceptible de lancer le climat dans un changement potentiellement irréversible.

Les hydrates de méthane, dit-il, sont présentes dans plusieurs grandes mers.

Encyclopédie Britannica article Global Warming.

Publication originale The Independent, a pris connaissance d'une partie des premiers résultats obtenus par cette mission traduction Contre Info ou ICI

Illustration : NASA  ,  Le méthane des océans contribuerait davantage à l'effet de serre

 

Un exemple de réussite dans son utilisation et possible source de revenu pour les populations, pourtant longtemps un risque : « Le méthane du lac Kivu pour éclairer la région » lire l'article  « Le méthane du lac Kivu, un danger et une source d’énergie » ICI

 

D’où la question de valoriser le méthane sans provoquer une bombe infernale : Il faut recentrer le débat autour du réchauffement sur le méthane. Car celui-ci - le deuxième gaz à effet de serre d'origine anthropique par son importance- présente des opportunités importantes pour lutter contre le changement climatique. En effet, il possède une durée de vie relativement courte et donc une action peut amener des résultats rapidement. De plus, il existe des solutions pour en limiter rapidement les émissions.

 Résultat : le débat sur ce qu'il convient de faire change également. Les projets de géo-ingénierie, qui relevaient auparavant de la quasi science-fiction, sont maintenant pris très au sérieux. Cependant, c'est sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone que s'est porté l'essentiel de l'attention. Lire la suite Les rapports ((Proceedings of the National Academy of Sciences, vol 97, p 9875). (International Journal of Climate Change Strategies and Management, vol 1, p 42)

L’USGS (le Geological Survey américain) estime à plusieurs dizaines de millions de milliards de mètres cubes la quantité de méthane ainsi piégée dans ces glaces instables. «Cela représente au moins le double de tout le carbone contenu dans l’ensemble des gisements d’énergie fossile, pétrole, gaz et charbon compris», assure un spécialiste. Et dans sa dernière édition «le Journal du CNRS» s’enthousiasme pour «ce fantastique pactole qui gît au fond des mers».

 

Valorisation du méthane dans l'industrie, dans le secteur de la production d'énergie, dans la gestion des déchets, dans l'agriculture... De nombreuses possibilités sont ouvertes où plusieurs installations biogaz sont présentées, qui devra être abordée a Copenhague le 15 décembre. Lire la suite

 

Cette technique s’appellerait la méthanisation et peut être mis en application dans les activités agricoles «  activités agricoles de méthanisation et de compostage » voir le site Le cadre réglementaire et juridique des activités agricoles de méthanisation et de compostage étude « Réalisé pour le compte de l'ADEME par APES » A  voir Téléchargez le guide réglementaire et juridique sur le site de l'ADEME –rubrique "en savoir plus"-

Le cas intéressant de cette ferme en Allemagne : « Méthanisation à la ferme en Allemagne - données de base » Ce document à télécharger est une synthèse des principales données . Le Méthane et le dioxyde de carbone, arrivent en bonne place dans la conception du biogaz

 

Source : UNESCO  Les limites continentales détiennent-elles la clé des ressources énergétiques futures ? forum de discution  (  GEOSTRATEGIQUE.net ) sur le sujet ICI

24/07/2009

La dette écologique

 

 
La dette écologique : l'Homme vit au-dessus de ses moyens 
 
 Le capitalisme doit son expansion et sa domination au pouvoir qu’il a pris en l’espace d’un siècle sur la production et la consommation à la fois. En dépossédant d’abord les ouvriers de leurs moyens de travail et de leurs produits, il s’est assuré progressivement le monopole des moyens de production et la possibilité de subsumer le travail. En spécialisant, divisant et mécanisant le travail dans de grandes installations, il a fait des travailleurs les appendices des mégamachines du capital. Toute appropriation des moyens de production par les producteurs en devenait impossible. En éliminant le pouvoir de ceux-ci sur la nature et la destination des produits, il a assuré au capital le quasi-monopole de l’offre, donc le pouvoir de privilégier dans tous les domaines les productions et les consommations les plus rentables, ainsi que le pouvoir de façonner les goûts et désirs des consommateurs, la manière dont ils allaient satisfaire leurs besoins. C’est ce pouvoir que la révolution informationnelle commence de fissurer.

A lire Emeutes de la Faim: comment nourir la planète?

 

La dette écologique : l'Homme vit au-dessus de ses moyens »  c’est l’enjeux même de Copenhague 2009 et cela explique les dernières crises alimentaires et énergétiques. Voir article intéressant sur lachaine verte de MSN, tiré de Novetic ICI

 

 

La planète entre lundi (9 octobre 2006) dans le rouge, à en croire la New Economics Foundation (NEF), une organisation britannique qui calcule depuis 20 ans le niveau mondial de consommation des ressources naturelles.

Le postulat est simple. L’humanité vit au-dessus de ses moyens, en consommant chaque année davantage de ressources naturelles que ce que la planète ne peut en régénérer. Chaque année, la NEF calcule la date à laquelle la consommation de ressources dépasse cette capacité de renouvellement. Cette date anniversaire a été baptisée Jour de la dette écologique ou Jour du dépassement (« Overshoot day »).



« Passé cette date, on est en situation d’épuisement des réserves. A partir du 9 octobre et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité sera en dépassement sur le plan écologique, en situation de créer davantage de dette écologique’, explique la fondation.



Depuis 20 ans, cette date intervient chaque année de plus en plus tôt, ce qui signifie que les ressources disponibles pour une année sont consommées de plus en plus vite.

En 1987, l’humanité était passée dans le rouge un 19 décembre. Huit ans plus tard, cette date était intervenue presque un mois plus tôt, le 21 novembre.



« En vivant au-delà de nos moyens environnementaux et en amassant de la dette écologique, nous faisons deux erreurs », avance Andrew Simms, de la NEF. « D’abord, nous privons des millions de personnes dans le monde, qui manquent de terre, de nourriture et d’eau potable, de la possibilité de satisfaire leurs besoins. Ensuite, nous mettons en danger les mécanismes de survie de la planète ». « Si par exemple on pêche davantage de poissons qu’il n’en naît, il y en aura moins l’année suivante ».



Le concept de la dette écologique est une riposte lancée par les associations de lutte pour l’abolition de la dette des pays du Sud.

Cette dette écologique serait la dette accumulée par les pays industrialisés envers le Sud à cause, notamment, « du pillage des ressources » ou « des dommages causés à l’environnement » par les pays du Nord.

A en croire la NEF, la Grande-Bretagne est passée dans une situation de dépassement des ressources le 16 avril, ce qui laisse penser que si l’humanité consommait autant de ressources que les Britanniques, il faudrait trois planètes pour permettre à la Terre de fonctionner.



« La seule façon de rétablir l’équilibre est de demander moins à la planète », a estimé la NEF.

 

 

Journée du dépassement Terre

 

Journée du dépassement Terre - Posté par lestat kira le 21 août 2013 à 7:09 dans Energies et ressources - Lui envoyer un message   Voir ses discussions

20/08/2013
« EARTH OVERSHOOT DAY » : NOUS ENTRONS EN PERIODE DE « DETTE ÉCOLOGIQUE »

En 8 mois, l'humanité Échappement le budget de la Terre pour l'année:

 

20 août Jour de la Terre est Overshoot 2013, marquant la date à laquelle l'humanité épuisé le budget de la nature pour l'année. Nous intervenons aujourd'hui en découvert. Pour le reste de l'année, nous allons maintenir notre déficit écologique en puisant dans les stocks de ressources locales et en accumulant du dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

Tout comme un relevé bancaire pistes revenus par rapport aux dépenses, le Global Footprint Network mesure la demande de l'humanité et l'offre de ressources naturelles et des services écologiques. Et les données sont à réfléchir. Global Footprint Network estime que dans environ huit mois, nous exigeons davantage de ressources renouvelables et de C0 2 séquestration que ce que la planète peut fournir pour une année entière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon Le rapport « Agrocarburants et Environnement » publié fin 2008, les Agrocarburants offriraient  mauvais rendement et favoriseraient la déforestation C’est ce qui ressort de solides travaux publiés dans Environmental Research Letters par un quintette de chercheurs américains : Pas moins de 22000 sources de données ont été passées au crible par Matt Johnson et ses collègues (1)

Au delà des agrocarburants, les chercheurs confirment si besoin en était les écarts extraordinaires de rendements agricoles d’une région à l’autre du monde.. Tout comme elle lira sans doute en détail le dernier rapport publié par Greenpeace USA qui pointe les raisons de la déforestation en Amazonie brésilienne (près de 80%)

La crise dont je vous parle aujourd'hui touche les matières premières. Et le mur dans lequel nous fonçons les yeux bandés s'appelle tout simplement la pénurie. Sur le papier, l'épuisement exponentiel ressemble à ceci : image Epuisement des ressources. Actuellement, nous sommes juste à l'entrée du coude où commence la ligne de l'épuisement. Bientôt, cette demande va quasiment partir à la verticale, vers un point de non-retour. L'épuisement annoncé des ressources naturelles ( recherche Google 1 et Google 2)

Ce que j'ai essayé de faire jusque là, c'est vous faire ressentir à quel point le changement que nous allons subir sera rapide, fulgurant et les effets d’un système destructeur

Avec la raréfaction des matières premières essentielles à notre vie moderne, nous allons passer de l'illusion de l'abondance... à la pénurie -- et cela conduira à une hausse fulgurante des prix. : Vous pourrez l'observer sur les prix de l'électronique à écran tactile... des batteries pour les voitures hybrides... des pots catalytiques... mais aussi de nombreux biens de consommation courante, que l'on trouve en supermarché. Un exemple parmi tant d'autres ? Le cacao !

Barry Callebaut, numéro un mondial du chocolat, a annoncé dans Les Echos de janvier 2012 le risque de pénurie sur le cacao à un horizon de 10 ans. Toujours selon Les Echos, l'Organisation internationale du cacao (ICCO) affirme que si rien n'est fait, le prix du cacao sera multiplié par cinq ou six à horizon 2030. Pour le moment, ça ne semble pas trop dramatique... surtout quand toute notre attention est portée à la crise financière... aux élections présidentielles... aux faits divers qui ne manquent pas...

  L'argent-métal et les terres rares nécessaires pour fabriquer des téléviseurs à écran plat, téléphones cellulaires, ordinateurs et autres écrans tactiles électroniques personnels...Le molybdène, le chrome, le manganèse, le zinc et le nickel sans oublier l'acier pour produire nos ponts, immeubles et matériels de forage...Les métaux industriels de base comme le cuivre et l'aluminium pour réaliser le câblage et les composants dont on a besoin pour fabriquer les avions et les blocs moteurs. La potasse et les phosphates dont dépendent les agriculteurs pour nourrir plus de sept milliards de personnes... à un rythme industriel post-moderne ! Rien qu'avec ce que vous avez sous les yeux, vous pourriez déjà imaginer faire de coquets profits, pour peu que vous sachiez à l'avance sur quelles valeurs investir. Pour la bonne et simple raison que toutes ces matières sont de plus en plus difficiles à extraire des sous-sols en quantité suffisante pour nos besoins actuels et futurs.

«  Prenez le convertisseur catalytique de votre voiture, par exemple... Cela coute en moyenne plus de 500 euros pour fabriquer un pot d'échappement moins polluant en platine (ou palladium). Mais imaginez ce que d'un convertisseur catalytique coûtera dans huit ans – sachant que les déficits de l'offre de platine pourrait être 7,5 fois plus élevés qu'ils ne le sont actuellement.

Alors ? Le cuivre est un autre excellent exemple. . Mais pour extraire ce cuivre de la mine aujourd'hui, il faudrait retourner quatre tonnes et demi de roche -- à 4 000 mètres de profondeur ! Dans ces conditions, les coûts explosent. Autre exemple : jusqu'à récemment, sortir de l'argent en creusant dans les meilleures veines de la planète ne représentait pas une énorme difficulté. Désormais, les sociétés minières offrent des dizaines de millions de dollars de récompense pour les nouvelles technologies capables de détecter des traces d'argent à partir de silice. Mais le fait que les gisements concentrés en or, uranium, cuivre ou nombreux autres métaux vitaux se raréfient pousse certains mineurs à avoir recours à toutes sortes de produits chimiques comme le cyanure, l'acide sulfurique, etc. Ces méthodes sont aussi polluantes que dangereuses pour les mineurs qui les manipulent. Mais alors, comment faire lorsque la demande augmente et qu'on n'a pas d'autres solutions sous la main ? On se prépare au pire...

 

 

 

J'ai mis ce sujet, car la constatation avancer par  Andrew Simms sur la non pérennisation de l’écosystème et ses conséquences sur notre habitat et notre mode de vie est toujours d’actualité, comme l’indique ce nouveau rapport de : Oxfam international prévient dans son article : Le changement climatique menace 50 ans de lutte contre la pauvreté

 

Mais ces TRL sont plus difficiles à extraire que les terres rares légères. Elles sont surtout plus rares (en moyenne une teneur entre 1%-5% dans les mines de terres rares, 20% maximum dans les meilleures). Toujours produites en immense majorité par la Chine, Pékin a laissé entendre qu'il pourrait en interdire l'exportation d'ici 2015. Le monde se trouve maintenant au pied du mur pour trouver des sources de terres rares lourdes.
 

On constate que la Chine ne détient probablement pas la moitié de la réserve mondiale de terres rares. Mais en raison de sa main-d'oeuvre peu chère elle a réussi à monopoliser le marché pendant longtemps.

 

La « restructuration écologique » ne peut qu’aggraver la crise du système. Il est impossible d’éviter une catastrophe climatique sans rompre radicalement avec les méthodes et la logique économique qui y mènent depuis cent cinquante ans. Si on prolonge la tendance actuelle, le PIB mondial sera multiplié par un facteur trois ou quatre d’ici à l’an 2050. Or selon le rapport du Conseil sur le climat de l’ONU, les émissions de CO2 devront diminuer de 85 % jusqu’à cette date pour limiter le réchauffement climatique à 2°C au maximum. Au-delà de 2°C, 5e rapport du GIEC : Le changement climatique s'opère à un rythme sans précédent, il est urgent d’agir , Quels risques climatiques majeurs ? Voir les notes (17) , Transition Days, L'Histoire des Choses , Le Syndrome de la Grenouille , La dette écologique :... , LA “ STERN REVIEW ” :...

 

21/07/2009

Réfugier Climatique : ce qui va changer

 


Le dessous des cartes - Réfugiés climatiques - 5 janvier 2008

 n 

Colombie : peuples indigènes en résistance / Le mardi 19 juin 2012

  Lors du Sommet des Peuples au Brésil qui se tient en parallèle du Sommet de la Terre à Rio, Là-bas si j’y suis vous propose une nouvelle version d’un reportage réalisé en 2007 avec les communautés indigènes de Colombie (87 communautés, parlant 64 dialectes différents). /). 

Programmation musicale :
  Las dos monjas (album : Corridos prohibidos)
  El Pescador - Toto la Monposina : 

  Che Sudaka - Tout est possible : 

  La Verdolaga : " 18 est un groupe français mélangeant les musiques cubaines,reggae, aux musiques plus actuelles.
Il a été formé par Tom Darnal,ancien de la Mano Négra..... ht

Liens externes

 Site officiel (CheSudaka.com) , Che Sudaka sur MySpace  ,   Che Sudaka sur RadioChango.com

 

La question peut être poser vu le risque de grande crue qu’expliquent le site libération et le reportage de Aleas Tv, Web TV Prévenir les risques majeurs. Cela peut se reproduire régulièrement tout les siècles.

Paris : une crue et c’est cuit grand angle (source libération)En 1910, la capitale est submergée par les eaux de la Seine. Un siècle plus tard, les pouvoirs publics tentent de se préparer à la prochaine crue centennale, inévitable.

«Une chance sur cent de l’avoir chaque année», précise un spécialiste«L’impact serait aujourd’hui dix fois supérieur à la crue de 1910, tant en nombre de personnes touchées qu’en terme de coût financier.»

Le risque d'inondation en Ile-de-France : les 100 ans de la crue de 1910
JT | Edition spéciale : le risque d'inondation Île de France

 

documentaire, télévision, énergie

terre tv.jpgDans un souci de pédagogie et pour lancer un cri d’alarme, Terre Tv, la 1ère web tv sur l’environnement et le développement durable, vous propose un reportage sur Réfugier Climatique : ce qui va changer. Pour cela, l’équipe de Terre Tv a rencontré pour décrire ce phénomène, dire ce qui se passe et les solutions que l’on peut mettre en œuvre :

 Yves Leers, (Journaliste et Ancien Directeur de la communication de l'ADEME ),

Boris Cyrulnik (Ethologue, psychanalyste, psychologue, neuropsychiatre et écrivain français)

et Patrice Drevet (journaliste et un homme politique français, membre de Génération Écologie et du Nouveau centre)

 Jacques Faye, ( le Chef du Bureau de l'information et de la coordination interministérielle à la Direction de la prévention des Pollutions et des Risques) ,

 Antonio Guell,( directeur des applications et de la valorisation au Centre national d'études spatiales)

D’avance, il décrit ce phénomène comme très grave. C’est un reportage ou conférence qui dure 1h30.

 M. Leers sert de relais entre les différents invités.

 Il y a un film ( 10 minutes) pour aborder le sujet, tourner par Web TV à la demande du ministère du développement durable. « Attitude individuelle face a des catastrophes naturelles et imprévisibles, prendre en charge ses voisins ». suivi d'un débat.

Voir la vidéo : http://www.terre.tv/#/fr/rechauffement-climatique/debat/941_refugies-du-climat--leur-vie-va-changer

Le thème qui va être abordé et celui de la « (éco) résilience » : Capacité a s’adapter a un drame, catastrophe : état, individu.

  
Doit-on craindre une vague de réfugiés environnementaux?

 

Le Forum humanitaire mondial, http://www.ghf-geneva.org/ :présidé par l'ex-secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, sort un rapport aujourd'hui selon lequel le réchauffement climatique serait directement responsable de 300.000 morts par an et coûterait 125 milliards de dollars (90 milliards d'euros) à l'économie mondiale. lire sur Novethic ICI et le rapport Oxfam, dans son étude publiée en mai 2007*. Fonds insuffisants, Vers le principe pollueur-payeur  ( Nord / Sud) n'est pas efficace dans son concept actuelle.

Bien sûr, ce sont les 325 millions de personnes les plus pauvres de la planète qui sont les plus affectées : Bangladesh, régulièrement frappé par les inondations et les cyclones, l'Ouganda, victime de la sécheresse, ou bien encore certaines îles des Caraïbes et du Pacifique, menacées de disparition à cause de l'élévation du niveau de la mer.

Les cinquante pays les moins avancés contribuent à moins d'1% des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2), selon l'étude. Kofi Annan en profite donc pour montrer l'urgence d'un "accord post-Kyoto courageux pour protéger le monde", prévenant qu'en cas d'échec, il existait un risque de "famine de masse, migration de masse, maladies de masse et morts en masse". Le réchauffement climatique est "la plus grande crise humanitaire en puissance de notre temps", selon lui.

Pour l'avenir, le rapport prévoit un million de morts par an à l'horizon 2030 à cause du réchauffement climatique, pour un coût de 300 milliards de dollars. Et on parle de l'entrée de Claude Allègre au gouvernement !...

 
 
Demain : des millions de réfugiés climatiques

 

Les conséquences liées aux changements climatiques (source wikipédia)  / climatiques ou environnementaux (ou écoréfugiés ),: les ressources en eaux liés à la fonte des glaciers, le faible niveau, l’érosion accélérer, la salénisation des terres rendent la vie de plus en plus difficile

L’exemple le plus frappant des pays touchés par le réchauffement climatique est sans aucun doute le Bangladesh et les îles tropicales.

Il concentre tout les problèmes a venir : comme en témoigne cet article du monde diplomatique : « Au Bangladesh, les premiers réfugiés climatiques)  » Ce sont des réfugiés internes au pays, qui n’ont pas les moyens de partir : : « Partir ? Mais pour aller où ? Je préfère mourir ici »

Extrait : « Tout a changé, dit-elle. Avant, il y avait des puits d’eau douce dans tous les jardins, mais l’eau est devenue salée. On ne peut plus l’utiliser. Maintenant, il faut marcher jusqu’au bazar ou traverser la rivière en bateau pour trouver de l’eau potable. »

  « Les habitants du sud-ouest de notre pays sont aujourd’hui les plus affectés par le réchauffement planétaire, mais, à terme, c’est l’ensemble de la population qui sera concernée. » « Il faut s’attendre à des déplacements massifs de population »

Le constat est « Si nous voulons éviter une migration massive vers les villes, nous devons aider les gens à comprendre ce qui se passe.  « Des clubs écologiques expliquent aux habitants les changements observés »

La question est plus de s’adapter, que de faire disparaître ou diminuer les conséquences du réchauffement qui est déjà bien entamé par un changement des cultures plus résistante

 

Car ce peuple subis les conséquences alors que les responsables se trouvent en Europe, chine, Australie ou Etat Unis.

Face a ce constat, l’idée qui se développe est la prise en charge de ces populations par les pays riches responsables de ces changements ayant les moyens de les accueillir, de financer des programmes d’aides au PVD ( voir l'article sur la dette ecologique ). Ce qui n’est pas le cas comme le montre cet l’article « Conseil européen : c’est mal parti pour Copenhague » (source développement durable.com)

 


Les Réfugiés Climatiques 

 

 

Source sur le sujet :

Les dessous des carte : http://www.dailymotion.com/video/x4mjhq_refugies-climatiques_politics

 Réfugiés climatiques: l'insoluble équation

Et selon goodplanete : 250 millions de réfugiés écologiques

 

réfugiés climatique 1.jpgSelon les estimations, 50 à 500 millions de personnes pourraient migrer d’ici à 2050 sous l’effet des inondations, de la dégradation des sols, des catastrophes naturelles, de la déforestation, de la construction de grands barrages ou d’accidents industriels. Pourtant, le statut de ces personnes, appelées aussi réfugiés de l’environnement ou éco-réfugiés, n’est pas encore reconnu dans le droit international.

 

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) définit les réfugiés environnementaux comme des «personnes forcées à quitter leurs habitations d’une façon temporaire ou permanente, à cause d’une dégradation nette de leur environnement (d’origine humaine ou naturelle) qui bouleverse gravement leur cadre de vie et/ou qui déséquilibre sérieusement leur qualité de vie».

Historique

D’ores et déjà, des millions de personnes ont été déplacées pour des raisons liées à l’environnement. Les inondations de 1998 en Chine ont donné lieu à des millions de sans abris, la catastrophe de Tchernobyl a occasionné le déplacement de plus de 100 000 personnes lire la suite

 

Crises à venir

Le nombre de réfugiés écologiques pourrait doubler de 1995 à 2010 [voir débat] et avec le réchauffement climatique global, il pourrait même dépasser les 200 millions de personnes, selon certaines prévisions

PS : TOUTES LES INFOS SUR LE SUJETS

Source : Express ;    ma météo over blog , La crise climatique devient une crise humanitaire , étude publiée en mai 2007

spéciale Véronique Rebeyrotte.
 

 

 La sécurité climatique, nouvel enjeu des relations internationales

 

Dans un article récent ( 4 juin  2009) sur le site le devoir.com, que Le climat est un enjeu de sécurité, selon l'ONU ICI  «Le réchauffement climatique menace notre existence même», a déclaré l'ambassadrice de Nauru à l'ONU.  

C'est un condensé des thèmes avancées sur les éco réfugiés : voir mes articles précédents : réfugiés climatique,

 

Jean-Michel Valantin est chercheur en études stratégiques. Spécialiste du concept émergent de sécurité climatique, il analyse le lien entre réchauffement global et enjeux politiques et stratégiques

Jean-Michel Valantin. Le concept apparaît à la fin des années 90. De nombreux think-thank américains commencent à s'interroger sur la question de la sécurité environnementale, soit les effets de la problématique environnementale sur de possibles radicalisations ou apaisements des conflits. On voit alors émerger une réflexion stratégique sur la politique environnementale. L'année 2003-2004 marque un tournant, avec la parution d'un article retentissant dans la revue Nature, écrit par Sir David King, le conseiller scientifique de Tony Blair, qui affirme que la menace à venir n'est pas le terrorisme mais bien les effets dévastateurs que pourrait avoir le réchauffement climatique. Quasiment en même temps, le Pentagone publie un rapport sur les conséquences du réchauffement sur les relations internationales, et les problèmes géopolitiques qui pourraient en découler. Le réchauffement global est alors identifié par les autorités politiques comme porteur de menaces potentielles sur la sécurité nationale. LIRE L ARTICLE ICI ou celui ci

 A la question : « Justement, la création d'une gouvernance internationale sur ces questions est-elle pertinente? », il préfère priviligié une gouvernance a plusieurs niveaux.

 

« Le concept de « climate security » est donc à la fois prospectif, il englobe le civil, le militaire et le sécuritaire, et est au cœur des préoccupations de la nouvelle administration américaine : il s’impose comme l’un des principaux concepts de la grande stratégie US pour les années à venir »

 

Source  le rapport , en 2008 du directeur national du renseignement : The National Security Implications of Global Climate Change Through 2030, le rapport securityandclimate.cna.org en 2007

rubrique Réfugier Climatique

 


E.Gebre et F.de Salles - Réfugiés climatiques : quelle protection, quel statut ?

  

A l'occasion de la publication d'une courte vidéo revenant sur la manifestation qui a réuni plus de 50 000 personnes dans les rues de Rio de Janeiro, « pour la justice sociale et écologique, contre la marchandisation de la vie et pour la défense des biens communs », voici une vidéo réalisée par Alter-Echos (www.alter-echos.org), nous nous permettons de vous informer des récents articles parus sur ce sujet : 

Les Réfugiés Climatiques

Source Colombie : peuples indigènes en résistance / - blog Altermonde, La bas.org , Colombie : peuples indigènes en résistance - indigné révolté

Déjà publié et à faire connaître : 

En vous souhaitant bonne réception. N'hésitez pas à diffuser ou reprendre sur vos propres

 Plus que 48 heures: Sauvez Rio, sauvez la planète! 

48 Hours left: Save Rio, Save the Planet :

 Quedan 48 horas: Salvemos Río, Salvemos el Planeta : "

PLUS d'INFOS:

Rio + 20 - Un accord a minima attend les chefs d'État (Le Point):
Greenpeace: "Rio+20 est devenu un échec épique" (RTL.be)
Récit en images, tweets et vidéos de la campagne #EndingFossilFuelSubsidies (Huffington Post, en anglais)
Vidéo de l'action médiatique contre les énergies polluantes (Reuters):
Le dernier texte de discussion du Sommet de Rio+20 (en anglais)

Mon blog citoyenactif:

Rio + 20 - Sommet des peuples - Lettre d'info n°1, Conférence internationale de Rio, Rio+20 ne doit pas être vain ! , Keny Arkana : « Un autre monde est possible »., LE PÉRIL CLIMATIQUE A LAISSÉ PLACE AU BUSINESS CLIMATIQU

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu