Avertir le modérateur

29/11/2017

« En Afrique, la mondialisation de la violence et pauvreté»

n

Emmanuel Macron au Burkina Faso

Face a la jeunesse, il essaye de relancer sur de nouvelles bases

C'est un lourd passif qu'essaye de faire oublier le gouvernement français en Afrique. Un passif d'un passé coloniale qui tient a des régimes autoritaires et a des pillages de richesse. A Ouagadougou hier, Emmanuel Macron a proposé une nouvelle relation avec la France, l'Europe et le continent Africain . On fait le point.

Devant l'université de Ouagadougou , quelques étudiants pas vraiment ravi de la visite u président français. Rapidement, ils ont été dispersés par les forces de l'ordre dans une capital sécurisé au maximum.

" A mon avis, Macron n'est pas le bienvenu au Burkina Faso et encore moins a l'université"

Une jeunesse diplômée qui réclame une vrai rupture dans la politique France Afrique commr la fin du franc CFA que le chef de l'Etat envisage comme possible. Une nouvelle coopération ou encore la fin de soutien a des vielles dictatures aux nom des intérêts français sur le vieux continent

"Il y a eu des combats, il y a eu des fautes et des crimes. Mais j'ai une conviction profonde : notre responsabilité n'est pas de nous y enfermer" Macron

"Nous sommes gérer aussi par cette traversée par toutes les passions, toutes les contradictions, toutes les demandes, les attentes à savoir certaines formes d'hostilités à l'égard de la France et je pense que ce que l'on a pu observé au sein de cette jeunesse burkinabaise peut se retrouver dans plusieurs pays africains" expert africain

Car pour beaucoup de Burkinabais, et d'autre l'objectif reste toujours de pouvoir travailler en Europe ou cette initiative du roi africain pour lutter contre les passeurs.

"Je proposerais également que l'Afrique et l'Europe viennent en aide aux populations prise aux piège en Lybie en apportant un soutient massif au population africaine en dangers.

Mais une aide qui doit également être proposée sur de nouvelles bases entre la France et ses partenaires africains.

Il faudra retenir de ce discours deux choses :- Il n'y a plus de politique africaine de la France, mais je vous propose un protocole en forme d'amitié , je vous propose une amitié partagée et surtout une responsabilité partagée.

Emmanuel Macron a enfin reparler de la force multinational du G5 Sahel pour lutter contre les groupes djihadistes, une manière de réaffirmer la présence française, notamment au Burkina

Pour Jakkie Cilliers, de l’Institute for Security Studies, la multiplication des conflits armés est due au fait que les Etats n’ont pas la capacité de faire respecter la loi.

Pour le programme sur l’avenir et l’innovation en Afrique (AFI), je fais des prévisions à long terme et des analyses de tendances globales. Regardons donc d’où nous venons. Les conflits armés en Afrique ont atteint leur apogée en 1990-1991 à la fin de la guerre froide. Par la suite, cela a diminué jusqu’aux années 2005-2006 et demeuré à des niveaux relativement bas jusqu’en 2010. Les conflits armés en Afrique ont ensuite augmenté à partir de 2010, mais pas aux niveaux enregistrés à la fin de la guerre froide. Depuis 2015, ces conflits se sont stabilisés et ont commencé à diminuer.

La nature des violences a changé

Aujourd’hui, il y a beaucoup plus d’acteurs non étatiques – une plus grande fragmentation des groupes armés. Ce n’est donc pas un gouvernement contre un groupe armé, mais un gouvernement contre de nombreux groupes armés. Les insurgés sont souvent divisés et parfois même se combattent entre eux.

Après Daech, naissance d'un État terroriste Il nous emmène des faubourgs de Mossoul à Dubaï, d’Istanbul à Beyrouth, de Washington à Vienne, pour mieux décrypter les enjeux et les réalités de ces "guerres cachées".

A lire 21 novembre 2017-Les guerres cachées contre DaechYémen : «L'effondrement va secouer la région et le monde» Publié le 02/12/2017 à 20:06 par saltabank, 01 décembre 2017Daech, naissance d'un Etat terroriste

Sud-Soudan

Des affrontements interethniques ont fait 43 morts et 19 blessés dans l'Etat sud-soudanais de Jonglei, au centre du pays, rapportent aujourd'hui les autorités locales. Les Murle et la tribu rivale des Dinka Bor entretiennent un cycle de violences et de représailles que les autorités sud-soudanaises ne parviennent pas à enrayer. La guerre civile qui a éclaté en 2013 et les multiples rivalités entre rebelles, militaires et milices ont fait plus de quatre millions de déplacés et de réfugiés, soit le tiers de la population du Sud-Soudan.

RDC

La mission de maintien de la paix de l’ONU en République démocratique du Congo a été visée par une attaque. Une quarantaine d’autres soldats ont été blessés.

« Contrairement à d’autres groupes, les ADF ne communiquent pas et ne revendiquent plus de message. Il est donc facile de leur imputer n’importe quel massacre », remarque la même source

La Monusco et les FARDC se connaissent bien, et leur collaboration ne se déroule pas sans anicroches. Déployée en 1999, au plus fort d’un conflit régional si vaste qu’il gagnera le nom de deuxième guerre du Congo, la Monusco, la plus ancienne et la plus fournie des missions onusiennes dans le monde, est restée en RDC pour combattre une myriade de groupes armés dans l’Est et, depuis l’été 2016, au centre de ce pays vaste comme l’Europe.

 L’Est congolais, constellé de groupes armés nationaux et étrangers, est déchiré par plus de vingt ans de conflits armés, alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières de la région et des rivalités entre puissances régionales.

 

 LIRE AUSSI :Trump lève l'embargo économique à l'encontre du Soudan

Le terrorisme a également augmenté, mais selon la définition que l’on retient de ce terme, le terrorisme a toujours été beaucoup plus répandu en Afrique qu’ailleurs. On peut toutefois se demander si le terrorisme extrémiste violent va passer du Moyen-Orient à l’Afrique. Est-ce en Afrique qu’Al-Qaida et l’Etat islamique tourneront leurs prochaines vidéos ?

Les frappes de la coalition occidentale ont tué 129 djihadistes étrangers et 12 autres syriens en l’espace de 48 heures. Originaires de pays européens, arabes ou africains, certains étaient affiliés à l'EI tandis que d’autres l’étaient au Front al-Nosra. Deux organisations parmi une quinzaine qui forment une sorte d’internationale effrayante et disparate du djihadisme. Retrouvez ses principaux membres sur notre carte.

Cliquez sur les noms des groupes djihadistes pour plus d’information. Cliquez sur le texte pour fermer la fenêtre.

 

 Somalie.

Une frappe américaine en Somalie sur un camp d'entraînement des shebab, affiliés à Al-Qaïda, a tué plus de 100 combattants ce mardi, annonce le commandement américain pour l'Afrique (AFRICOM). Le bombardement a eu lieu à 200 kilomètres au nord-ouest de la capitale Mogadiscio. Les Etats-Unis ont intensifié leurs opérations en Somalie ces dernières semaines, accélérant notablement le rythme de leurs attaques de drones contre les islamistes locaux, les shebab et les jihadistes du groupe Etat islamique.

29/07/2016 L'histoire sans fin contre le terrorisme

L’Union africaine redoute le retour de 6 000 combattants de l’Etat islamique sur le continent

Les djihadistes africains de l’EI, défaits en Irak et en Syrie, représentent de « sérieuses menaces pour la sécurité et la stabilité », selon le commissaire de l’UA Smail Chergui.
« Des rapports font état de la présence de 6 000 combattants africains parmi les 30 000 éléments étrangers ayant rejoint ce groupe terroriste au Moyen-Orient », a déclaré M. Smail Chergui, lors d’une rencontre sur la lutte contre le terrorisme.

« Le retour de ces éléments en Afrique pose de sérieuses menaces sur la sécurité et la stabilité nationales et exige un traitement spécifique et une coopération intense entre les pays africains », a estimé M. Chergui, cité par l’agence de presse APS.

Le commissaire de l’UA pour la paix et la sécurité a appelé les pays concernés à notamment « échanger les renseignements sur les éléments armés regagnant leurs pays respectifs », après leurs défaites en Irak et en Syrie.

OMPTE RENDU L’Union africaine redoute le retour de 6 000 combattants de l’Etat islamique sur le continent,  C dans l'air du 20-11-2015 | L'INTERNATIONALE DJIHADISTE ,  Who Supports ISIS?

 
 
25 novembre 2017 Le Mali

Les turbulences antigouvernementales sont plus fortes. Dans les pays développés, la mondialisation conduit au populisme de droite. En Afrique, elle conduit à la désaffection et à la violence au moment des élections.

Typiquement associés dans les médias internationaux à l'instabilité politique, à la maladie, à la pauvreté, à la corruption, aux dictatures et au manque de droits de l'homme et de démocratie, les pays africains luttent pour déconstruire les stéréotypes.

L'une des rares exceptions semble être la Republic of Ghana . faisons le point ensemble : car elle a pris rapidement ces responsabilité et s'est éloigné de la " logique racial" inexistante avant la venu des colons occidentaux.

Sept facteurs de la violence en Afrique

1. La pauvreté Les conflits armés internes sont beaucoup plus fréquents dans les pays pauvres que dans les pays riches. Ce n’est pas parce que les pauvres sont violents, mais parce que l’Etat n’a pas la capacité de faire respecter la loi et l’ordre. L’impact de la pauvreté est exacerbé par les inégalités – comme en Afrique du Sud. Inégalité plus pauvreté égalent violence et parfois extrémisme.(..) Les chiffres absolus devraient augmenter d’environ 80 millions (en raison de la croissance démographique).

Sur la base d’une trajectoire de croissance actuelle d’environ 4 % du PIB par an pour les 55 pays africains, il est très improbable que l’Afrique atteigne le premier des objectifs de développement durable de l’ONU visant à mettre fin à la pauvreté absolue.
Ainsi, s’il existe une forte corrélation entre pauvreté et instabilité, l’Afrique risque de rester turbulente. Le rapport entre le développement et la croissance est aussi un élément perturbateur.Lire aussi :   « La lecture exclusivement ethnique des conflits en Afrique est fallacieuse » 

Nous repartons en Afrique : Une personne sur deux n'a pas accès à l'électricité. 600 millions d'Africains, c'est l'équivalent de la population européenne Alors évidemment, les conséquences sont lourdes pour la santé, la sécurité, l'emplois , l'éducation. c'est cette injustice énergétique que le photographe Pascal Met à voulu montrer Il est en ce moment à Paris

 

 " Cela fait pas mal d'année que je voyage en Afrique et il n'y a pas une seule journée sans que le problème de l'électricité ne soit venus dans les discutions. la phrase qui est revenu le plus souvent me disait monsieur : " à partir de 19 heure, quand la nuit tombe, nous avons l'impression de tomber dans une tombe.

Kenya, Nigéria, Ethiopie, Congo, Niger... A la lueur des lampes a pétroles, Pascal maitre s'est glissé avec passion dans la nuit africaine

C'est un sujet éminemment politique. Cela touche l'éducation, c a d que les enfants ne peuvent pas étudier le soir, ou alors ils étudient avec des lampes a pétroles qui sont nocives pour la santé et qui créaient énormément d'accidents domestiques. La santé : les soins se font à la lampe a pétrole, les accouchements. cela touche la sécurité . lorsque les gens vous parlent, il y a l'insécurité par rapport aux voleurs mais aussi par rapport aux serpents. Après il y a l'aspect économique évidemment du développement : vous ne pouvez pas installer des mini entreprise qui peuvent avoir des coupures d'électricités régulière. Beaucoup de gens migrent pour ces aspects là aussi."

La moitié des africains n'ont pas aces à l'électricité, soit 620 millions de personnes. bien plus que l'ensemble de la population européenne.A l'exception de quelques initiatives d'ONG , la majorité des zones rurales et périrurbaines en Afrique ne sont pas alimenter en électricité.

 

2. La démocratisation Le processus de démocratisation peut déclencher la violence à court ou moyen terme, en particulier au moment des élections. Les événements au Kenya en constituent un exemple récent. Là où il y a un déficit démocratique important, comme ce fut le cas en Afrique du Nord avant le « printemps arabe », les tensions s’accumulent. Là où le niveau de démocratie est inférieur à celui d’autres pays ayant des niveaux de revenu et d’éducation similaires, ce déficit démocratique (manipulation de la Constitution, troisième mandat…) conduit à l’instabilité.

 

3. Le type de régime La plupart des pays stables sont soit des démocraties à part entière, soit des autocraties à part entière. Le régime de la plupart des pays africains est mixte, c’est-à-dire qu’ils ont des éléments des deux et se situent quelque part entre les deux. Ils ont la façade de la démocratie, mais ils n’ont pas beaucoup d’éléments de démocratie de fond. Les régimes mixtes sont intrinsèquement plus instables et davantage sujets à des perturbations que les démocraties pleines ou les autocraties pleines.

 

nAkufo-Addo: Africa's march of democracy hard to reverse : The president of Ghana talks to Al Jazeera about his country's democratic success and his hopes for the continentDemocracy, Ghana, Politics, Africa, Robert Mugabe 

Akufo-Addo: la marche de la démocratie en Afrique difficile à inverser Le président du Ghana parle à Al Jazeera du succès démocratique de son pays et de ses espoirs pour le continent.

 

Le Ghana aujourd'hui - au moins en apparence - jouit d'une stabilité politique, avec une population multiethnique réunie dans des élections démocratiques et pacifiques.


 

La présidente Nana Akufo-Addo s'entretient avec Jane Dutton, d'Al Jazeera, sur les raisons pour lesquelles son pays est si différent de ses voisins à cet égard - et quel travail reste encore à faire au Ghana et dans le reste du continent.

En 1957, le Ghana est devenu le premier pays sub-saharien à obtenir son indépendance de la domination coloniale.

"Nous avons eu nos problèmes tôt", a déclaré Akufo-Addo à Al Jazeera. "Après la volatilité des 30 premières années après l'indépendance, le peuple du Ghana ... a décidé qu'ils voulaient un gouvernement démocratique."

Akufo-Addo a pris ses fonctions le 7 janvier 2017, après avoir remporté les septièmes élections démocratiques démocratiques du Ghana depuis le retour de la démocratie multipartite dans le pays en 1992.

"La détermination du peuple ghanéen à passer par les principes et les valeurs démocratiques a signifié que les élections après les élections ont été plus fortes en termes de crédibilité et de transparence - et cela signifie aussi que la population a accepté les résultats de notre électorat le conseil a augmenté », dit-il.

Ailleurs sur le continent, la démocratie a beaucoup moins réussi à prendre racine. Au Kenya, le président Uhuru Kenyatta a devrait prêter serment pour un deuxième mandat, mardi 28 novembre, après que la Cour suprême du pays a rejeté deux pétitions visant à annuler les résultats des élections du mois dernier.

On retrouve les mêmes difficultés de gouvernance dans d’autres pays d’Afrique. Les dirigeants considèrent l’Etat comme leur bien personnel et s’accaparent ainsi les ressources du pays. Le statut de président devient celui de « big man », inspiré par une stratégie d’accumulation financière pour s’assurer une clientèle électorale dépendante. Le Kenya est un bon exemple de gouvernance dite néopatrimoniale, où l’ethnie constitue un mode de mobilisation commode pour les politiciens qui se disputent le pouvoir et les ressources attenantes à celui-ci.

 

4. La structure de la population La population africaine est jeune.  Les pays jeunes sont plus turbulents. Les jeunes hommes sont généralement responsables de la violence et de la criminalité. C’est également le cas en Afrique. Le manque d’emplois chez les jeunes et des taux d’urbanisation élevés provoquent l’exclusion sociale, source d’instabilité.

Lire aussi :   Deux attaques meurtrières contre les Nations unies au Mali

5. La répétition des violences Les violences passées sont souvent annonciatrices de la violence future. Des pays comme le Mali, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo (RDC) sont pris au piège dans un cycle de violence très difficile à briser. Cela demande un effort considérable et très coûteux, nécessitant souvent une mission de paix multidimensionnelle de grande envergure.

6. Un mauvais voisinage Il accroît le risque de violence parce que les frontières ne sont pas contrôlées et que la police est absente des zones rurales. La plupart des conflits en Afrique sont soutenus par des pays voisins.

7. L’augmentation des inégalités et du terrorisme transnational L’Afrique est un continent d’inégalités où la croissance ne se traduit donc pas par une réduction de la pauvreté. (..). En Occident, la faible croissance alimente le populisme. En Afrique, elle conduit souvent à la violence.

Dans ce contexte, l’objectif de l’Union africaine de « faire taire les armes à feu d’ici à 2020 » est irréaliste. Nous, Africains, partons sur de mauvaises bases et nous sommes surpris lorsque le reste du monde ne nous prend pas au sérieux. En effet, la violence restera inévitablement une caractéristique de plusieurs pays africains pour de nombreuses années à venir.

8 - Critère racial

On le voit, l’approche uniquement ethnique exclut toute analyse des événements ayant conduit au conflit et les « dépolitise ». De quoi cette lecture est-elle le symptôme ? Comment expliquer qu’elle soit particulièrement répandue dans l’étude des conflits en Afrique ?

Il semblerait qu’au-delà des classifications identitaires, l’analyse dépend du rapport entre l’observateur et l’observé. La lecture exclusivement ethnique est, en partie, héritière des travaux sur l’anthropologie de la race, élaborée à la fin du XIXe siècle. Cette littérature refuse de penser le racisme en Afrique comme une idéologie construite politiquement et socialement. L’étude de la trajectoire du concept d’« ethnie » est particulièrement éclairante.

C’est à partir du XIXe siècle que le critère racial est intégré. Il faut noter que cette période correspond à la domination européenne sur le reste du monde. Dans l’Essai sur l’inégalité des races humaines (1854

Jakkie Cilliers.

 

Que peut-on faire ?

J’ai fait valoir que l’Afrique restera turbulente parce qu’elle est pauvre et jeune, mais aussi parce qu’elle est en croissance et dynamique. Le développement est perturbateur, mais il offre aussi d’énormes possibilités.

Mais aujourd’hui, les Etats africains clés, comme le Mali et la RDC, semblent plus faibles, plus fragiles que jamais. Il semble que nous puissions améliorer les approches actuelles. Reconnaître que le maintien de la paix et les efforts extérieurs ne peuvent régler les problèmes internes.

D’un côté, le maintien de la paix par l’ONU est coûteux et désuet. D’autre part, l’Afrique n’a pas les ressources nécessaires pour mener des opérations de maintien de la paix multidimensionnelles de grande envergure et la communauté internationale n’est pas disposée à investir substantiellement dans la paix en Afrique.

Nous devons plutôt mettre en place des systèmes et des institutions à faible coût pour la prévention, la gestion et la reconstruction post-conflit en cours. Nous devons sérieusement aider nos voisins.

Sept recommandations (du monde)

1. A long terme, une bonne gouvernance et. L’emploi .

2. Le renforcement des capacités nationales.

Lire aussi :   RDC : l’ONU « s’inquiète » des violences et de l’incertitude politique

3. Ne nous étonnons pas si la violence se généralise en RDC, au Zimbabwe, au Burundi, en Ouganda… Dans tous ces pays, une petite élite a confisqué le pouvoir. Ils ont fait passer des lois sur la responsabilité des gouvernants, mais cela n’a pas été suivi d’effets. Et d’une manière générale, le reste du continent a regardé ailleurs.

4. Le travail de l’ISS et un rapport récent du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) concluent qu’une certaine forme d’action gouvernementale a servi de « point de basculement » incitant des personnes à rejoindre un groupe extrémiste. Par exemple, « le meurtre ou l’arrestation d’un membre de la famille ou d’un ami ».

En outre, l’Afrique semble avoir adhéré à l’approche américaine de la guerre contre le terrorisme – en s’appuyant sur l’armée pour répondre à une menace, le terrorisme, qui nécessiterait avant tout une approche fondée sur le renseignement et des enquêtes respectant l’Etat de droit. Nous serions bien avisés de revenir à une intervention des services de renseignement et de police plutôt qu’à une intervention militaire contre le terrorisme dans la mesure du possible.

5. Les liens entre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme se développent. D’une certaine façon, nous avons assisté à la fin des guerres conventionnelles entre Etats. Le monde entier est maintenant un champ de bataille. Le terrorisme et les attaques contre des civils peuvent intervenir partout.

Les paradis fiscaux, la corruption des gouvernements africains, le vol par les élites dirigeantes, tous ces phénomènes alimentent la radicalisation. .

6. L’inégalité croissante et la concurrence croissante dans le secteur des ressources nous menacent tous. . L’Afrique doit continuer à défendre le consensus d’Ezulwini – texte de l’Union africaine prônant notamment une réforme du Conseil de sécurité –, mais elle doit aussi sortir des sentiers battus. .

7. Une coopération internationale et régionale beaucoup plus poussée est nécessaire.  

Il convient de se méfier des explications simplistes et essentialistes où les conflits sont vus comme inhérents aux cultures africaines, déterminés uniquement par les identités. Pourtant, cette lecture continue d’être reprise et guide les commentaires sur les conflits en Afrique.

Il faut donc porter notre attention sur les jeux de pouvoir locaux, sur les relations internationales africaines et sur l’intégration du continent au grand jeu mondial. La lecture exclusivement ethnique est extrêmement réductionniste, très spéculative et profondément fallacieuse.


Dites-nous ce que vous pensez?

Source: Al Jazeera

 



Dessous des Cartes - 2037, un monde décarboné ? par Ledessousdescartes  Dessous des Cartes - 2037, un monde décarboné ? par Ledessousdescartes - DISPARITION Jean-Christophe Victor, voyage sans retour

Laurence Defranoux
 

INFOGRAPHIE - Alors que le gouvernement hongrois a annoncé la fermeture de sa frontière avec la Serbie et le début de la construction d'une barrière anti-immigration, Le Figaro liste les principaux murs du monde.

 

 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/28/en-afrique-la-mondialisation-conduit-a-la-violence-au-moment-des-elections_5221663_3212.html#LVUiPHtx27RbIUEa.99

Sommaire
Guerre de l'ombre au Sahara

 

Seulement un mauvais rêve ? - l'indignéSeulement un mauvais rêve ? : citoyen actif

RÉFLEXION SUR LE(s) MOUVEMENT(s) EN COURS Créé le dimanche 15 mai 2016 

Les temps changent.... Le système reste !! Par Enkolo dans Accueil le Seulement un mauvais rêve ? Par Enkolo dans Accueil le 

Seulement un mauvais rêve ? : citoyen actifSeulement un mauvais rêve ? - l'indigné"Mon rat s'appelle Judas" - Enkolo, 11 novembre 2017 Seulement un mauvais rêve ?Migrants for sale

 Migrants for sale: Slave trade in Libya, 10/12/2017 Hommage à Jean Christophe Victor

23/11/2017

Guerre froide au Moyen Orient?

n

Coeur traditionnel de l'islam, l'Arabie saoudite, sunnite, voit grandir à ses frontières un «grand croissant chiite», dominé par l'Iran. Voici en vidéo les dates-clés pour comprendre ce retournement historique.

Comprendre la guerre chiites-sunnites en 2 minutes

 Expliquez-nous... les divisions chiites / sunnites

Expliquez-nous... cinq ans de guerre en Syrie

Le prince héritier saoudien qualifie le guide suprême iranien de «nouveau Hitler»

Tensions.

Le prince héritier saoudien a qualifié le guide suprême iranien de «nouveau Hitler» dans un entretien au New York Times, alors que les tensions vont crescendo entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite.

«Nous ne voulons pas que le nouveau Hitler en Iran reproduise au Moyen-Orient ce qui est arrivé en Europe (sous Hitler)», a indiqué Mohammed ben Salmane au sujet de l'ayatollah Ali Khamenei, dans cet entretien paru jeudi.

Signe que les tensions entre son pays et l'Iran ne sont pas prêtes de s'apaiser, le prince héritier a ajouté : «Nous avons appris (de ce qu'il s'est passé) en Europe (à l'époque de Hitler) que l'apaisement ne fonctionne pas».

L'Arabie et l'Iran, qui n'ont plus de liens diplomatiques depuis janvier 2016, sont à couteaux tirés sur plusieurs dossiers régionaux, notamment les conflits en Syrie et au Yémen où ils soutiennent des camps opposés. Cet antagonisme entre les deux poids lourds du Moyen-Orient a repris de la vigueur début novembre après l'annonce par le Premier ministre libanais Saad Hariri de sa démission, depuis Ryad, pour protester contre la «mainmise» du Hezbollah chiite et son allié iranien sur le Liban et après l'interception près de Ryad d'un missile balistique tiré par les rebelles yéménites soutenus par Téhéran.

Is Saudi Arabia becoming a danger to the region?

We talk to US Congressman Ro Khanna about power politics and debate Mohammed bin Salman's new strategy for the Kingdom.

Mohammed bin Salman, Saudi Arabia, Yemen, Lebanon, Iran

 
 

FROM THIS EPISODE

Saudi Arabia, Iran, Yemen, Lebanon: What's next?

Dans cette émission spéciale UpFront, les journalistes d'Al jazeera demandent à Ro Khanna, membre du Congrès US, pourquoi il pense que le gouvernement américain devrait cesser de soutenir l'attentat contre le Yemen mené par l'Arabie saoudite.

Également sur le spectacle, nous discutons avec un panel d'experts les droits et les torts des politiques domestiques et régionales du prince héritier Mohammed bin Salman.

 



WATCH

 Is the Saudi crown prince a reformist or power-hungry? SOURCE: AL JAZEERA NEWS n OPINION/SAUDI ARABIAIs Saudi Arabia bluffing on Iran?by

MORE ON MIDDLE EAST

Tête d'affiche: Les Etats-Unis sont-ils complices des crimes de guerre saoudiens au Yémen?

Cette semaine, la Chambre des représentants des États-Unis a voté 366-30 en faveur d'une résolution non contraignante indiquant que le Congrès n'a pas adopté de loi autorisant l'armée américaine à participer à la guerre au Yémen.

Selon les United Nations, plus de 10 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en 2015.

Ro Khanna, membre du Congrès américain (parti démocrate), pense que cela mettra la pression sur le gouvernement de l'Arabie saoudite, qui a mené l'offensive et imposé un blocus qui empêche également l'entrée d'une aide si nécessaire dans le pays.

"Cela va faire la différence, cela peut au moins sauver des vies", a déclaré Khanna, qui a coparrainé la résolution. "Aujourd'hui, je crois que nous aidons l'Arabie saoudite à commettre des crimes de guerre en Saudi Arabia."

Dans le Headliner de cette semaine, nous discutons avec Ro Khanna, membre du Congrès américain, de l'implication des Etats-Unis dans la guerre au Yémen, de son opinion sur les actions du prince héritier Mohammed bin Salman et de leur impact régional.

Arena: Arabie Saoudite, Iran, Yémen, Liban - quelle est la prochaine étape?

Il a été appelé Game of Thrones en Arabie Saoudite. Sous la direction du prince héritier Mohammed bin Salman, le Royaume d'Arabie saoudite a arrêté des dizaines de hauts responsables dans ce que le prince héritier appelle une répression de la corruption. Son gouvernement aurait arrêté à la fois le président du Yémen, Abd-Rabbu Mansour Hadi, et le Premier ministre libanais Saad Hariri. Alors, qu'y a-t-il derrière les derniers jeux de pouvoir de Mohammed bin Salman dans la région et le remaniement domestique?

Rami Khouri, chroniqueur politique et auteur, estime que les actions du prince héritier sont dangereuses.

"Le vrai problème en Arabie Saoudite en ce moment que je vois ... c'est que Mohammed bin Salman apporte maintenant la troisième vague de régime autoritaire et autoritaire arabe", dit Khouri, qui est également un chercheur senior à l'Université américaine de Beyrouth."Ce qu'il fait est presque sans précédent, et c'est très dangereux, et c'est, je pense, pour la région, ça va être un problème."

Shireen Hunter, professeur de recherche à l'Université de Georgetown à Washington, DC, dit que l'Arabie Saoudite a été problématique dans la région.

"Les Saoudiens sont le plus grand commanditaire du terrorisme, et ils l'ont été: l'idéologie saoudienne a détruit le monde musulman", dit Hunter, qui est aussi l'auteur de la politique étrangère de l'Iran à l'époque post-soviétique.

Fahad Nazer, consultant auprès de l'ambassade d'Arabie Saoudite à Washington DC, affirme que la stratégie du Royaume a été très cohérente et qu'il blâme l'Iran pour son instabilité dans la région.

"Je pense que [l'Arabie saoudite] a adhéré très étroitement aux lois, aux normes et aux conventions des relations internationales", a déclaré Nazer, qui est également membre international du Conseil national des relations américano-arabes."Je pense que l'Arabie saoudite estime qu'il est plus que temps que la communauté internationale commence à accorder une attention beaucoup plus grande et commence à tenir l'Iran, en particulier, en tant que principal sponsor du terrorisme dans la région et dans le monde."

Dans l'arène de cette semaine, Rami Khouri, Shireen Hunter et Fahad Nazer discutent de la stratégie du prince héritier Mohammed bin Salman, de la guerre par procuration au Lebanon et du rôle de l' Iran dans les dernières crises au Moyen-Orient.

 

The views expressed in this article are the author's own and do not necessarily reflect Al Jazeera's editorial policy.

 

 

Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.

Source: Al Jazeera

L'EGYPTE 24 NOVEMBRE 2017, Will Lebanon become Saudi's next Yemen?Paradise Papers. - Indigné Révolté , Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi - citoyen actif - 20minutes-blogs

07/11/2017

Trump sur pied de guerre

n

n
 

Trump sur pied de guerre
 
Géopolitis


Donald Trump va-t-il déclarer la guerre à la Corée du Nord ? Jamais depuis la crise des missiles de Cuba, le monde n'avait été confronté à un tel risque de déflagration nucléaire. Iran, accords de Paris ou traité transpacifique, le président américain défait pièce par pièce l'héritage de Barack Obama. Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 5 novembre 2017.​

Trump and the nuclear codes

We discuss the lack of checks on the US president's authority to launch nuclear weapons. Nuclear weapons, North Korea, Kim Jong-un, Donald Trump, United States

 
La North Korea a tiré un autre intercontinental ballistic missile, augmentant une fois de plus les tensions avec les pays de la région et les United States.

Et avec la rhétorique enflammée qui se développe entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, beaucoup commencent à évaluer les possibilités d'une véritable guerre nucléaire.

S'il y a une escalade rapide et que le président américain décide de lancer unilatéralement une arme nucléaire, y a-t-il quelque chose qui puisse arrêter ou retarder Donald Trump de prendre cette décision?

Dans le bulletin Reality Check de cette semaine, nous avons mis en lumière l'absence de garanties claires qui empêcheraient Trump d'ordonner une frappe nucléaire unilatérale.

North Korea fired another intercontinental ballistic missile, once again ramping up tensions with countries in the region and also the United States.  Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.

Source: Al Jazeera


 
Trump. Le président américain Donald Trump, en visite en Asie, a estimé lundi à Tokyo que le programme nucléaire nord-coréen était «une menace pour le monde civilisé» et réaffirmé que le temps de la «patience stratégique» était révolu. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a lui affirmé que le Japon abattra les missiles nord-coréens «si nécessaire».
 
C'est un cycle de provocations, de condamnations suivient de sanctions. Se répétant . La Corée du Nord a été sous les sanctions des Etats Unis et l'ONU depuis plus de 25 ans 
 

n

Tokyo, Japon - Le président américain Donald Trump arrives a déclaré dimanche à Tokyo que le Premier ministre japonais Shinzo Abe et lui-même devraient se comporter de la même façon en Corée du Nord. Les nuclear weapons et le développement des missiles sont totalement inacceptables. la table "en termes de la façon dont cette menace peut être remplie.

L'expression politique "toutes les options sur la table", bien sûr, englobe la possibilité que les United States et le Japon lancent conjointement une aggressive military attack contre la Corée du Nord, qu'ils décriraient comme "préventive" à la lumière des nombreuses menaces verbales qui ont déjà été émises par le régime de Kim Jong-un.

Sur le plan personnel, Abe n'a guère besoin de Washington pour le pousser dans une position dure vis-à-vis de la Corée du Nord (ou de la China ou même de la Corée du Sud) car son acharnement ( his hawkishness)  envers les voisins asiatiques continentaux fait partie de sa marque politique. carrière. À certains moments, il a associé à certains des éléments les plus marginaux du droit dur japonais.

Les critiques soulignent que le soutien à «"all options" », y compris une attaque contre la North Korea, place Abe dans une rébellion spirituelle contre la constitution nationale, qui stipule que «le peuple japonais renonce pour toujours à la guerre en tant que droit souverain de la nation. force de règlement des différends internationaux ".

De toute évidence, «toutes les options sont sur la table» est précisément le genre de menace d'usage de la force que la constitution japonaise de l'après-guerre interdit explicitement.

Réécrire la «Constitution de la paix»

Rewriting the 'Peace Constitution'

READ MORE 

North Korea denounces American 'nuclear strike drill'

Mais l'antagonisme d'Abe à l'égard de la «Peace Constitution» de son pays n'est guère nouveau.

Ces dernières années, il a décapité l'agence bureaucratique indépendante qui avait traditionnellement garanti la conformité de la législation à la charte nationale. À l'été 2015, il a imposé l'adoption d'une nouvelle loi sur la politique de sécurité que 97% des juristes indépendants ont jugée inconstitutionnelle.

Même des témoins experts triés sur le volet par le parti au pouvoir lui-même ont choqué le gouvernement Abe en dénonçant l'inconstitutionnalité des projets de loi, qui ont néanmoins été promulgués.

Enfin, le 3 mai de cette année - le 70th anniversary de la Constitution - Abe a annoncé son intention de réviser l'article neuf pacifiste dans un message vidéo à une réunion du Nippon Kaigi (Conférence du Japon).


 

Japon : "Nippon Kaigi", le lobby révisionniste - YouTube

Le lieu était significatif. Nippon Kaigi est une organisation nationaliste controversée qui cherche non seulement un changement constitutionnel, mais aussi un vaste programme de droite centré sur l'empereur, le révisionnisme historique, l'opposition à l'égalité entre les femmes et les LGBT et un recul de la conception occidentale des «droits». favorable à des «obligations» individuelles accrues envers l'État.

Alors qu'Abe s'est avéré lent et méthodique depuis son retour au pouvoir en décembre 2012, il ne fait aucun doute que des groupes tels que Nippon Kaigi restent sa base politique fondamentale.

Après sa troisième grande victoire aux élections législatives du 22 octobre, qui a été provoquée principalement par l'implosion dramatique du défi de l'opposition dirigé par le gouverneur de Tokyo Yuriko Koike, le Premier ministre Abe est maintenant en mesure de poursuivre son objectif de révision de la Constitution. .

 

 

Cependant, alors que sa coalition au pouvoir détient la majorité des deux tiers nécessaire dans les deux chambres de la législature, Abe fait toujours face à de grands obstacles. Premièrement, il doit convaincre son propre parti libéral démocrate et son partenaire de coalition, Komeito, de parvenir à un consensus sur une proposition mot-à-mot spécifique pour réécrire la charte nationale. Cette tâche seule peut prouver sa perte.

Mais même s'il réussit sur cette question difficile, il doit toujours tenir un référendum national sans précédent dans lequel une majorité d'électeurs désapprouvent le changement constitutionnel proposé.

Le dernier sondage réalisé par Kyodo News révèle que 52,6% des Japonais s'opposent à la proposition actuelle d'Abe avec seulement 38,3% de soutien. Quand on considère aussi le fait que les partis de l'opposition mèneront une campagne féroce contre la révision - ainsi que la réalité que les sondages montrent une profonde méfiance du public vis-à-vis du Premier ministre - l'argent intelligent suggère qu'Abe ne réussira finalement pas à réaliser son rêve.

Cependant, la politique japonaise est susceptible d'être liée par ces batailles féroces sur la «Constitution de la paix» pour les prochaines années. Abe devrait faire avancer cette question, même au prix de sa propre vie politique, parce qu'il est connu comme un vrai croyant.

Japon - Les Ombres du Passé, le retour de l'Ultra-Nationalisme

Les enlèvements du Nord

Une question connexe qui pourrait être mise en évidence lors de la visite de Trump est celle des citoyens japonais abducted by North Korea entre 1977 et 1983 - une autre affaire d'animaux de compagnie par laquelle il a d'abord gagné la notoriété nationale de 2001 à 2006.

La Corée du Nord a admis en 2002 avoir kidnappé des citoyens japonais dans les années 1970 et 1980 pour aider à former ses espions dans la langue et la culture japonaises.

La Corée du Nord a insisté pour résoudre ce problème en 2004 lorsque cinq otages survivants et leurs familles (10 personnes au total) sont revenus de Corée du Nord. Le Japan a insisté, au contraire, sur le fait que Pyongyang n'a pas encore révélé toute la vérité et que d'autres personnes enlevées pourraient encore être en vie.

Trump devrait faire écho à la ligne japonaise sur cette question comme une démonstration de sa solidarité politique avec Abe.

La trajectoire plus large de la crise nord-coréenne reste un point d'interrogation. M. Abe a dénoncé à plusieurs reprises "des pourparlers pour le bien des pourparlers" et a appelé à des sanctions plus sévères contre Pyongyang. Cependant, rien n'indique qu'il ait en tête un objectif diplomatique réaliste au-delà de ces appels à la punition en série.

Brad Glosserman, conseiller principal du Forum du Pacifique du SCIS, fait écho à de nombreux analystes lorsqu'il observe:

«Kim Jong-un ne donnera pas ses armes nucléaires, point final ... Kim Jong-un les voit d'abord comme des instruments de survie de son régime.

Il ajoute:

"Sans armes nucléaires, la Corée du Nord n'est rien."

Il n'y a pas d'analystes sérieux qui croient que la pression économique poussera Pyongyang à se désarmer, même si c'est ce que les administrations Trump et Abe affirment publiquement être l'objectif de leur politique de sanctions actuelle.

La carte principale sans doute est Trump. Alors que l'on peut s'attendre à ce que tous les autres acteurs se comportent de la manière dont ils se comportent depuis longtemps, l'unpredictable US president est certainement l'élément le plus dangereux de l'instabilité.

Selon Koichi Nakano, professeur à l'Université de Sophia,

"pour la première fois depuis de nombreuses années, les Japonais ne sont pas sûrs que les Etats-Unis, et son président en particulier, soient une force pour le bien, qu'ils garantissent vraiment la sécurité de le pays et la région ".

Cependant, aucun de ces doutes ne devrait se refléter dans les démonstrations d'amitié et de solidarité que Shinzo Abe et Donald Trump présenteront pour les caméras.

 

 

 

 

SOURCE: AL JAZEERA NEWS : JapanNorth KoreaUnited StatesDonald TrumpShinzo Abe

Dien Luong is a freelance journalist based in Vietnam. Follow him on Twitter: @DienLuong85

SOURCE: AL JAZEERA NEWS

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu