Avertir le modérateur

04/04/2015

les nouveaux foyers de conflit

Téhéran à la reconquête de son empire

AnalyseL’accord sur son programme nucléaire redonne à l’Iran une forte influence politique, religieuse et culturelle sur une large partie du Moyen-Orient, de Bagdad à Sanaa.

 

 

 Flores Magon 

 

L’avancée iranienne d’un bout à l’autre du Proche et Moyen-Orient, le chef druze libanais Walid Joumblatt l’appelle «la revanche de Cyrus le Grand». La comparaison n’est pas fortuite. Cyrus, roi des Perses et des Mèdes, s’était emparé de l’incomparable Babylone, en 539 avant Jésus-Christ, et de la Mésopotamie, fondant ainsi le premier empire à vocation universelle de l’histoire.

Que se passe-t-il ?

Aujourd’hui, dans la perception de bien des dirigeants arabes, l’impression est d’assister au retour des Perses au premier rang de la scène orientale. «Cyrus le Grand et ses légions avancent en Mésopotamie, contrôlent la Syrie, sont bien retranchés au Liban, envahissent le Yémen et sont prêts à bloquer le détroit d’Ormuz», écrivait dernièrement le leader druze dans une correspondance. «Et les soldats de dieu sont aux portes d’Israël», ajoutait-il, faisant référence à la volonté des combattants chiites libanais de conquérir la partie syrienne du plateau du Golan.

iranien ? Vidéo 13

Le drapeau iranien, devant les locaux de l'ONU où se sont tenus les pourparlers sur le dossier nucléaire à Vienne, le 18 juin.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif acclamé par la foule à Téhéran après l'accord sur le nucléaire. (Photo Borna Ghasemi. AFP)

 

ne économie plombée par trente-cinq ans de sanctions Par Vittorio De Filippis

Le président Hassan Rohani en position de force Par Jean-Pierre Perrin

Pour Barack Obama, une victoire «historique» mais chère payée Par Jean-Pierre Perrin

Décryptage Nucléaire iranien : un accord ambigu et des craintes Par Blaise Gauquelin

 

Aussi le programme nucléaire iranien est-il suivi avec la plus grande attention par le monde arabe, au point de provoquer un certain nombre de bouleversements stratégiques, dont une alliance de facto entre l’Arabie Saoudite, les Etats arabes du golfe Persique et Israël. L’arrivée de Téhéran au seuil de l’arme nucléaire, parce qu’elle renforcerait la puissance iranienne déjà considérée comme alarmante, serait donc considérée par ces pays comme un désastre absolu.

Gloire. C’est sous le président Ali Akbar Hachémi Rafsandjani que la République islamique s’est réconciliée avec le passé impérial de l’Iran. Avant lui, Ali Khamenei, qui fut président avant d’être Guide suprême, considérait certes Persépolis comme une merveille de l’humanité mais aussi comme le symbole de l’impérialisme perse, sa face noire, ce qu’il appelait «la cruelle grandeur» de ses empereurs. Avec Rafsandjani, la perception change. En avril 1991, il est le premier dignitaire religieux issu de la révolution islamique à se rendre à Persépolis. Il dira alors : «Au milieu de ces ruines plusieurs fois millénaires, j’ai ressenti combien la dignité de la nation était fondamentale et qu’elle devait être renforcée. Notre peuple doit savoir qu’il n’est pas sans histoire.» Ce ne sont plus les mots d’un religieux, mais ceux d’un homme d’Etat cherchant à faire revivre la gloire de la Perse antique, comme le chah avant lui. Cyrus, Darius, Xerxès réintègrent l’histoire nationale.

Cette tragédie culturelle résonne - à l’heure où l’offensive des milices chiites et de l’armée irakienne pour reprendre Tikrit à l’Etat islamique se poursuit, avec le général iranien Kacem Soleimani pour diriger la bataille - dans les récentes déclarations d’Ali Younsi, ancien ministre iranien des Renseignements et conseiller du président, Hassan Rohani : «Nous défendrons tous les peuples de la région car nous les considérons comme faisant partie de l’Iran ; nous ferons face à l’extrémisme islamiste, aux takfiris, aux athées, aux néo-Ottomans, aux wahhabites, aux Occidentaux et aux sionistes.»

Faisant référence précisément à l’empire sassanide, il ajoutait, cité par le site Al-Khaleej Online, à l’occasion d’un forum sur l’identité iranienne : «L’Iran est devenu un empire, comme il l’a toujours été au cours de l’histoire. Bagdad est sa capitale actuelle et elle représente, comme par le passé, le centre de notre civilisation, de notre culture et de notre identité.» Même si les autorités ont ensuite estimé que ses propos avaient été «déformés», ils n’ont pas été vraiment démentis.

«Adjoint». Aujourd’hui, Téhéran est donc au centre du jeu dans quatre pays arabes. En Irak, son engagement à la fois direct -….. En Syrie - où les milices du Hezbollah et des officiers iraniens empêchent l’effondrement du régime de Bachar al-Assad -, un officier des gardiens de la révolution, le général Hossein Hamedani, a déclaré en mai, sur le site de l’agence Fars, que «Bachar al-Assad fait la guerre en Syrie comme notre adjoint». Une façon de laisser entendre que ce sont les Iraniens qui décident des opérations. L’Iran est par ailleurs présent au Liban, où ce même Hezbollah paralyse actuellement le jeu politique, empêchant les élections parlementaires et la nomination d’un gouvernement…

 

 Origine et ampleur de la mobilisation chiite en Syrie

 

Lorsque les Syriens commencent à se soulever, en mars 2011, l'Iran est solidement implanté en Syrie.. Entre 2000 et 2010, profitant de l'inexpérience et des erreurs d'appréciation de Bachar al-Assad, les Iraniens sont en effet parvenus à passer du statut d'alliés stratégiques dans lequel Hafez al-Assad les avait confinés, à celui de tuteurs ou de parrains de son successeuré, ils sont au courant des petits et des grands secrets du régime. Ils sont donc en mesure de peser sur nombre de ses choix dans de multiples domaines.

 

Le recrutement de mercenaires chiites pour la Syrie (Caricature d'Ali Farzat)

 

L'Iran, la Syrie et les mercenaires chiites
(Caricature d'Ali Farzat)

Déjà présents dans le pays, des experts du corps des Gardiens de la Révolution islamique (Pasdaran) conseillent l'état-major et encadrent sur le terrain les troupes immédiatement chargées de réprimer les manifestations. Avec le début, puis l'accélération des désertions d'officiers dans les rangs de l'armée gouvernementales, le régime se voit contraint de faire appel à eux pour d'autres missions. Des tireurs d'élite iraniens sont signalés en juin 2011,

 

 

Les milices plus haut répertoriées, dont la liste encore une fois ne prétend pas à l'exhaustivité, rassemblaient à l'été 2014, selon l'étude de l'ICDHRF, quelque 20 à 25 000 hommes. Mais, selon des estimations plus récentes, auxquelles ne se risque pas le rapport de SN4HR, il y a, en ce moment en Syrie entre 35 et 40 000 djihadistes chiites. Selon Philipp Smyth, auteur d'un rapport très documenté sur "Le djihad chiite en Syrie et ses effets régionaux", ils sont "des dizaines de milliers", soit plus nombreux - peut-être deux fois plus nombreux - que les étrangers ayant rejoint les différents groupes sunnites en Syrie, lesquels sont évalués pour leur part à environ 20 000 hommes. Et, surtout, ils les ont précédés en Syrie, confirmant que le régime syrien voulait dès le départ donner une coloration confessionnelle à l'affrontement qu'il recherchait avec sa population.

Atout. Même s’il le combat avec détermination en Irak, en Syrie et au Yémen à travers les milices houthis, la déferlante de l’Etat islamique se sera révélée in fine un atout dans le jeu iranien. A cause de sa barbarie et de son entreprise de déstabilisation de la région, l’organisation djihadistes est devenue l’ennemi numéro 1 des Etats-Unis, remplaçant le régime islamique dans ce rôle. Profite aussi à Téhéran la méfiance que Washington éprouve désormais envers son partenaire saoudien, dont il ne peut plus ignorer que l’idéologie officielle, le wahhabisme, a eu une influence accablante sur la montée en puissance des groupes islamistes les plus radicaux à travers tout le monde musulman.

 Mais restent quelques ombres au tableau : un mois après le début de l’offensive, Tikrit est toujours tenu par l’Etat islamique. En Syrie, l’allié Bachar al-Assad continue à perdre du terrain avec son importante défaite samedi, à Idlib.Dans l'article du monde intitulé "L'EI s'empare de l'essentiel du camp de Yarmouk, aux portes de Damas 7 : " Depuis mercredi, l'EI, allié au front Al-Nosra, attaque ce camp de réfugiés palestiniens en Syrie, affrontant notamment des milices, dont celle d'Aknaf Baït Al-Makdis, un groupe de combattants anti-Assad".  Les Nations unies se disent extrêmement préoccupées pour la sécurité et la protection des quelque 18 000 civils, syriens et palestiniens, qui y vivent encore. « La situation à Yarmouk est un affront à notre humanité à tous, une source de honte universelle », a déclaré Chris Gunness, porte-parole de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). « Yarmouk est un test, un défi pour la communauté internationale. Nous ne devons pas échouer. La crédibilité du système international lui-même est en jeu », a-t-il dit. Au Liban, le deuxième exil des Palestiniens de Syrie 8 Les réfugiés vivent dans le dénuement le plus complet et ne rêvent que de partir pour l’Europe.

 

50 % des enfants déscolarisés
82 % de pauvres 

Le phénomène touche particulièrement les régions déchirées par les combats, telles celles de Rakka, d'Idlib et de Deir ez-Zor. Mais même dans les zones moins mal loties, telles que Lattaquié ou Damas, la majorité des habitants dispose du minimum pour survivre.

En 2014, quatre Syriens sur cinq vivaient en situation de pauvreté.

Evolution des situations de pauvreté en fonction des régions entre 2013 et 2014

 

Lire aussi : Les Syriens ont perdu 20 ans d’espérance de vie en quatre années de guerre

 

Après des combats entre rebelles syriens et militaires dans le camp de Yarmouk, en 2012.

Et Riyad a réussi à fédérer une large partie du monde sunnite, dont le Pakistan - ce dont les Américains étaient incapables -, pour intervenir au Yémen et, d’une façon plus générale, contrer ce que Walid Joumblatt appelle désormais «la Perse islamique».  Guerre du pétrole : les nouveaux foyers de conflit

Riyad met en cause le soutien de Téhéran à la rébellion houtiste pour justifier les frappes aériennes menées sur le territoire yéménite par les puissances sunnites.

L’idée de répandre la révolution islamique a vécu, tempère François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran. Ce sont des querelles d’Etat. Les Iraniens s’emparent des opportunités et s’installent dans le chaos existant. »

 


 

Risques d’escalade

 « La guerre par procuration entre l’Arabie saoudite et l’Iran a glissé vers une guerre de plus en plus ouverte depuis le conflit syrien. Aucun ne veut faire du Golfe un champ de bataille mais, comme pour la guerre de 14-18, il y a des logiques d’alliance qui peuvent échapper aux acteurs », estime le spécialiste Olivier Roy. Paris, qui profite de la crise de confiance entre l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, reste sceptique face aux engagements de Téhéran Alors que les sujets de discorde ne cessent de s’accumuler entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite, la France avance résolument ses pions et cherche à combler le vide – relatif – laissé par la puissance américaine, lassée par une décennie d’aventure guerrière au Moyen-Orient. Pour la troisième fois depuis qu’il dirige la diplomatie française, Laurent Fabius était le dimanche 12 avril à Riyad

Autre exemple de ce jeu d'alliance : la livraison d'arme par Vladimir Poutine : Conséquence de l'accord sur le nucléaire iranien, Vladimir Poutine a levé l'interdiction de livraison qui courait depuis 2010.Début 2015, Moscou et Téhéran avaient également amorcé un rapprochement, en signant un protocole d'accord pour renforcer la « coopération militaire bilatérale en raison des intérêts communs », à l'occasion d'une visite dans la capitale iranienne du ministre russe de la défense, Sergueï Choïgou. La Russie avait alors proposé à Téhéran de lui fournir des Anteï-2500, une nouvelle version des missiles perfectionnés S-300. Les deux pays se sont également rapprochés ces dernières années dans le domaine économique, et soutiennent le régime du président syrien Bachar Al-Assad.

Lundi, l'Iran s'est félicité de l'initiative russe. D'après le ministre de la défense iranien Hossein Dehghan, cité par l'agence officielle Irna :« Le développement de la coopération bilatérale (avec la Russie) et avec les pays voisins dans des domaines variés peuvent être très efficaces pour la stabilité et la sécurité durable de la région. »

Le ministre a, en effet, insisté sur les «menaces extrarégionales et (au) développement des activités terroristes », qui grandissent dans la région.

L'instrumentalisation des tensions entre chiites et sunnites par l'Arabie saoudite et l'Iran

Le Monde.fr | 27.03.2015 à 12h00 • Mis à jour le 27.03.2015 à 16h15 | Par Flavie Holzinger et Véronique Malécot

image:


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/infographie/2015/03/27/le-proche-orient-dechire-entre-chiites-et-sunnites_4602729_3218.html#g1OEfHPP2jHEiTZM.99

Israël et le Pentagone critiquent la décision

Israël a immédiatement critiqué la décision du Kremlin,  lundi, la qualifiant de « résultat direct de la légitimité accordée à l'Iran avec l'accord en cours de préparation, et la preuve que la croissance économique qui suivra la levée des sanctions (internationales) sera exploitée par l'Iran pour s'armer et non pas pour assurer le bien-être du peuple iranien ». Dimanche, le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a de nouveau critiqué l'accord sur le nucléaire iranien et qualifié l'Iran d'« Etat terroriste le plus dangereux au monde ».

Quelques heures plus tard, le Pentagone a également dénoncé le geste russe. « Notre opposition à ces ventes est ancienne et publique. Nous pensons que ces ventes n'aident en rien », a estimé le colonel Steven Warren, porte-parole du département de la défense américain.

 

Le pétrole et la géopolitique ont toujours fait un cocktail explosif... mais aujourd'hui, les foyers de tensions semblent se multiplier. C'est particulièrement vrai du côté du Yémen -- et les répercussions pourraient être notables sur le cours de l'or noir.

▪ La situation est de plus en plus explosive au Yémen. A présent que l'Arabie Saoudite s'est engagée dans la guerre -- en bombardant et en massant des troupes à la frontière -- nous ne pouvons savoir dans quels sensira  le prix du pétrole .

 dernier champ de bataille

l'Arabie Saoudite de "dernier champ de bataille". Voici la carte que j'avais utilisée, agrémentée de la légende ci-dessous, mot pour mot :


Le sentiment de l'ennemi mortel de l'Iran, l'Arabie Saoudite, est cernée --
des millions de Chiites .

Ainsi, de Bagdad à Sanaa, une large partie du Moyen-Orient vit aujourd’hui à l’heure iranienne.

Le scénario des Guerres du pétrole était basé sur un fait stratégique : l'Iran a un plan long terme pour encercler les Saoudiens. C'est une question purement géographique : l'Iran se situe au nord-est de l'Arabie Saoudite. En outre, il est bien implanté en Syrie et au Liban, deux pays au nord de l'Arabie Saoudite.

Ces dernières années, l'Iran est entré en Irak, après le retrait des forces américaines. Depuis ces derniers mois, nous avons assisté au renforcement de l'influence iranienne au Yémen, au sud de l'Arabie Saoudite. Comme le montre la carte ci-dessus, les Saoudiens sont cernés.

 « La principale motivation des Saoudiens à faire baisser les prix du pétrole en novembre dernier était de pénaliser l'Iran. En d'autres termes, les Saoudiens voulaient assécher les comptes en banque des mollahs à Téhéran »

A présent, nous assistons à la réponse iranienne. Les rebelles soutenus par les Iraniens ont fait tomber l'ancien gouvernement yéménite, allié à la fois de l'Arabie Saoudite et des Etats-Unis. A leur frontière sud, les Saoudiens mènent une guerre religieuse contre des opposants totalement soutenus par l'Iran.

▪ Qu'arrivera-t-il par la suite ?
Nous sommes au beau milieu d'un effondrement historique des Etats-nations du Moyen-Orient. Les frontières nées de la Première Guerre mondiale -- dessinées par la Grande-Bretagne et la France après la chute de l'Empire ottoman -- sont en train de s'effacer. Pour l'instant, la notion moderne d'Etat-nation n'est plus pertinente. Le tribalisme triomphe.
Selon une récente analyse publiée dans le New York Times :

"Les autocraties arabes corrompues et dysfonctionnelles qui ont perduré pendant un demi-siècle dans des pays comme l'Egypte, la Syrie, l'Irak, le Yémen et la Libye ont perdu toute crédibilité parce qu'elles n'ont pas su répondre aux besoins de leurs citoyens.

Mais aucun nouveau modèle (politique) n'est apparu ; à la place, toute une série d'acteurs locaux et de puissances régionales se disputent pour établir un nouvel ordre ou du moins y accroître leur emprise".

Un des acteurs clés est l'Iran, qui travaille à devenir puissance régionale, conforté par le retrait des Etats-Unis. D'une certaine façon, cela explique également l'effort majeur de l'Iran pour construire des capacités nucléaires -- la course à la bombe atomique perse, en dépit des négociations actuelles pour retarder ou remettre l'évènement.

Naturellement, cela déclenchera  une hausse des tensions géopolitiques dont les civiles seront les premiers touchés ( Le Conseil de sécurité va se réunir au sujet du Yémen  )L'ONU et les organisations humanitaires s'inquiètent du nombre croissant de victimes civiles dans les combats et bombardements dans le pays.

 -- Al Qaida et l'EI profite du chaos au Yemen pour gagner du terrain Al-Qaida gagne du terrain au Yémen Profitant du chaos ambiant, les partisans du mouvement islamiste ont progressé dans la ville de Moukalla, au sud-est du pays.

L’Iran a fait le pari de l’enlisement des monarchies sunnites au Yémen. L’Arabie saoudite, a averti le dirigeant suprême iranien, ne sortira pas victorieuse de ce conflit. L’incapacité de la coalition arabe à endiguer l’avancée houthiste et l’expansion d’Al-Qaida dans la péninsule Arabique, à rallier les alliés sunnites sur le terrain et à épargner les populations civiles joue en faveur des houthistes et de Téhéran

Déception après la conférence des donateurs pour l’aide humanitaire en Syrie  Après une réunion organisée au Koweït, mardi, les comptes n’y sont pas alors que le nombre de réfugiés augmente, quatre ans après le début de la guerre civile syrienne.

Globalement, la politique américaine au Moyen-Orient est totalement confuse, folle, incohérente et sans ligne directrice. Rien ne semble logique. D'un côté les Etats-Unis combattent l'EI en Irak -- en "aidant" même les forces iraniennes sur place par des frappes aériennes. .

D'un autre côté, les navires de guerre iraniens défient les navires américains en mer. En outre, l'Iran travaille à déstabiliser le Yémen, qui était un allié des Etats-Unis et une base pour les forces américaines. Et puis, il y a cet "accord" nucléaire avec l'Iran, qui devrait être trouvé d'ici fin juin.

 Où est la cohérence stratégique de Washington ? , je dirais que cela est complexe et que le monde fait ses choix.Elle hérite de la politique mis en place par le "pouvoir de l'ère Bush" qui dans son grand plan d'aligner le monde arabe sur la vision des néoconservateurs de l'époque ainsi que l'erreur d'Obama de sanctioner le pouvoir de Bachar Al Assad après le crime de guerre dans la région de la Gouta a provoqué l'émergeance des djiadistes, ( EI et Front Al Nosra) et la montée en puissance de l'Iran

Ne desepérons pas faisons confiance a nos dirigeants pour provoquer une guerre a large échelle, comme celle de la seconde guerre mondiale qui aurait la capacité de faire baisser ainsi la population mondiale  Nous porrions assister à ce que vivent les syriens : des divers fronts avec des alliances de circonstances entre grandes puissances, les djiadistes, dictatures....

Téhéran à la reconquête de son empire

Jean-Pierre PERRIN3 avril 2015 à 20:36

Les djihadistes chiites, l’autre menace pour l’avenir de la Syrie et des Syriens (1/3)

  Un oeil sur la SyrieLes djihadistes chiites, l’autre menace pour l’avenir de la Syrie et des Syriens (2/3) L’Iran accusé d’ingérence au Yémen 5La France, meilleure alliée des puissances sunnites 7Poutine lève l'interdiction de livrer à l'Iran des missiles S-300 12 , Les nouveaux Boat people :  Le calvaire des Palestiniens en Syrie 

07/07/2014

Les raisons de la colère

n

 
Le pétrole , source de Conflit : Le pétrole a bien sûr attisé les convoitises des puissances coloniales (Grande-Bretagne et France) et des Etas-Unis, dont les compagnies exploitent les gisements à leur profit. En 1951, le premier ministre Mossadegh nationalise le pétrole en Iran. En 1956, le leader Egyptien Nasser fait de même avec le canal de Suez.
 
Le pétrole arabe coule à flot sur Israël alors qu’aucun des États producteurs des régimes arabes ne peut le vendre ou le donner aux Palestiniens agonisant. Ces derniers dépendent de l’occupant qui leur livre au compte-gouttes le carburant venant des pays « de leurs frères arabes ! » Pour leur faire du chantage Israël cesse momentanément de leur livrer cet « or noir » dont dépendent les hôpitaux et diverses infrastructures vitales pour maintenir en vie un million et demi d’habitants de Gaza pris en otage par Israël, au vu et au su du monde entier.
 
 

Quelques jours après la visite de Barack Obama en Israël et en Palestine, qui apparaît comme un fiasco pour la résolution du conflit qui anime ces pays, il parait intéressant de se demander où en est cette crise.

En effet, depuis le partage instauré par l’ONU en 1948, Israël et Palestine connaissent un conflit politique et armé.

Plusieurs guerres ont opposé l’Etat hébreux à ses voisins (la Syrie, la Jordanie ou l’Egypte), qui défendent la cause palestinienne, et leurs intérêts dans la région.

De plus, les Palestiniens luttent également farouchement à l’occupation israélienne, via plusieurs mouvements:  l’OLP de Yasser Arafat (de type nationaliste), ou le Hamas, lié au mouvement des Frères Musulmans  (de type religieux). Cela a notamment débouché sur deux intifadas : des soulèvements de populations civiles palestiniennes contre le pouvoir israélien.

Si ces guerres ont permit au conflit d’être largement médiatisé, elles n’ont jamais résolu la situation. L’Etat d’Israël a gagné des territoires depuis sa création en 1948 (cf carte);  et des colons juifs s’installent régulièrement dans des « colonies » au sein des territoires palestiniens. Cela génère de nombreux déplacés et réfugiés ( au Liban,  en Egypte…), ainsi que des tensions très fortes entre les différentes communautés.

 

Sur cet ensemble de cartes -tiré du site « ceriscope », spécialisé dans les questions frontalières-, la question de l’annexion de territoires par l’Etat israélien est soulignée par l’élargissement de ses frontières, aux dépends des territoires palestiniens et de ses voisins  (la Syrie avec le plateau du Golan par exemple).

Aujourd’hui, rien ne semble arrêter cette avancée des colons israéliens dans les territoires palestiniens, au niveau local (affrontements/justice) comme au niveau international (diplomatie/médiats). L’Etat israélien, sans ouvertement soutenir cette colonisation, ne semble pas s’y opposer.

De plus, dans les deux camps, de nombreux partis extrémistes (orthodoxes juifs, ou intégristes musulmans) entretiennent le conflit via des affrontements et attentats, entretenant un cercle vicieux de représailles et exactions.

La reconnaissance de l’Etat de Palestine par Israël et le reste du monde, serait un premier pas pour la reconstruction de la paix dans la région. Toutefois, malgré son nouveau statut d’observateur à l’ONU (depuis Novembre 2012) les négociations entre les deux pays semblent paralysés.

La récente visite du président Américain en Israël et Palestine n’a aucunement fait avancer la situation au Proche Orient. Barack Obama continue de soutenir son allié l’Etat hébreux, malgré une visite diplomatique des territoires palestiniens.

 

La colonisation est un processus d'expansion territoriale et/ou démographique qui se caractérise par des flux migratoires, l'invasion, l'occupation et l'exploitation d'un espace géographique, la mise sous tutelle et la domination politique, culturelle, religieuse et économique, voire le génocide, des populations qui s'étaient établies préalablement sur ce territoire. La colonisation, à différencier du colonialisme lequel est une doctrine ou idéologie, est pratiquée par certains États sur des peuples ou d'autres États[1] alors contraints d'accepter des liens de dépendance[2]. Il s'agit d'un processus expansionniste d'occupation, qui consiste en l’établissement d’une ou plusieurs colonies par la mise sous influence étrangère d'autres territoires. Lorsqu'il y a domination politique du territoire et assujettissement de ses habitants, on parle alors d'impérialisme de la part du centre politique de décision appelé métropole

 

 

 

 

Fin du XIXe siècle

Début de l’immigration juive.

1917

Le Royaume-Uni s’engage à soutenir la création d’un foyer national juif en Palestine.

1920

La Palestine est confiée à l’administration britannique.

Début des violences entre Arabes palestiniens
et Juifs.

1947

Plan de partage de la Palestine en deux États (l’un arabe, l’autre juif), rejeté par les pays arabes.

1948

Israël proclame son indépendance. Les pays arabes voisins entrent en guerre contre le nouvel État.

1967

Guerre des Six Jours. Israël occupe la Cisjordanie et
la bande de Gaza.

1973

Guerre du Kippour.

1978

Accords de Camp David entre Israël et l’Égypte.

1987

Première Intifada (soulèvement) contre Israël dans les Territoires occupés.

1993

Accord d’Oslo sur l’autonomie des territoires palestiniens.

À partir de 1996

Ralentissement des
négociations de paix.

2000

Deuxième Intifada.

2011

L’Autorité palestinienne fait une demande officielle d’adhésion à l’ONU.

 

  

 

Les raisons de la colère - YouTube :  : extrait : «  Nous vivons, je pense une période  de clôture de tout un dispositif politique, de représentation qui ne fonctionne plus, cette espace commun s'est effondrée. Il y a toute une série de violence, de colère qui ne peut plus s'exprimer dans 'espace politique et donc s'exprime d'une autre façon :

 - violence contre la mort d'un jeune

- violence politique et de l'espace urbain que les émeutes se déclenchent

 

Aujourd'hui la ville n'est plus seulement le lieu des affrontements, elle est aussi un enjeu. L'exemple de Copenhague est emblématique. En 2007, l'élément déclencheur de la colère sociale est la destruction par les autorités danoises de la maison des jeunes. Haut lieu de la contre culture urbaine 69 défense de la maison des jeunes au dannemark 2/3 :

 

C'est évènements sont le résultat d'un processus d'exclusion à l'œuvre dans la majorité des pays quelques soit les régimes politiques. Il y a une tentation de la part des états d'assoir leur légitimité non plus sur la capacité à inclure tout le monde mais sur sa capacité a dire ce qui n'en font pas parti. Cela dit à un certains nombre de gens, vous n'avez pas votre place ici. Vous n'avez pas seulement le droit à la parole, mais le droit de vit. Et si on y regarde bien , c'est la question de la place des gens à un endroit donné, de savoir s'ils sont pris en compte ou pas pris en compte. C'est un éléments principaux des émeutes  "Pour les habitants de la maisons des jeunes de Copenhague, ce processus débute en aout 2010 ».  

 

Les responsables israéliens sont partagés sur les représailles à adopter, entre une opération massive visant à «éradiquer» le Hamas ou une réplique mesurée. Israel intensifies hunt for missing teenagers . ( 21-Jun-2014 )  Les corps des trois disparus , deux auteurs présumés de l'enlèvement ont été détruites par l'armée  Israël multiplie les raids à Gaza après la mort de trois adolescents 6

 

 

Frappes dans la Bandes de Gaza :

Toujours plus de morts au Proche Orient. Une attaque israélienne dans la Bande de Gaza a fait de nouveau mort.

Maison palestinienne bombardée à Hebron, mardi 1er juillet.

 

 

Israel : Attaque sur la Bande de Gaza

Le proche orient s’enflamme. La nuit dernière, l'armée israélienne a mené plusieurs raids sur la Bande de Gaza. Pendant ce temps, la jeunesse arabe israélienne se révolte dans l'Etat hébreux et en Cisjordanie. Au proche orient, l'escalade de la violence continue. La nuit dernière dans la Bande de Gaza neuf personnes ont été tuées dans des frappes israéliennes en provenance d'Israël. Selon des sources palestiniennes, sept d'entre elles serait des membres de la branche armée du Hamas. C'est le bombardement d'un tunnel a Rafah qui a été le plus meurtrier pour le Hamas qui aurait fait aux moins quatre morts. Une réponse de l'Etat Hébreux aux 45 tirs en provenance de Gaza. Depuis dimanche. Une réponse ferme, c'est ce que réclame la communauté arabe d'Israël après la mort de Mohammad Abou Khdeir, un adolescent palestinien de 13 ans. Au tribunal de Telma a Tel Aviv, six suspects appartenant à un groupe extrémiste juif ont été arrêté. Gêné, le premier ministre israélien a condamné le meurtre du jeune palestinien.

 

 

Benjamin Netanyahu (Benyamin Nétanyahou) , premier ministre israélien : " Dans notre société, la société israélien, il n'y a pas de place pour de tel meurtrier. C'est toute la différence entre nous et nos voisins. "

 

Les villes arabes en ébullition

 

Echauffourées entre la police israélienne et des manifestants palestiniens lors des funérailles d'un jeune Palestinien de 16 ans, vendredi 4 juillet à Jérusalem.

 

Echauffourées entre la police israélienne et des manifestants palestiniens lors des funérailles d'un jeune Palestinien de 16 ans, vendredi 4 juillet à Jérusalem. | AP/Mahmoud Illean

Le meurtre de Mohammad Abou Khdeir rejoint la liste des exactions les plus graves commises par des extrémistes juifs parmi lesquelles le massacre du caveau des patriarches à Hébron en 1994, commis par Baroukh Goldstein, et le meurtre du Premier ministre Yitzhak Rabin par Yigal Amir en 1995.

  

Sur les images de caméra de surveillance, deux hommes qui pourrait être les ravisseurs du jeunes palestiniens, enlevé et brulé vif. Cette vidéo a été rendu publique par la famille de la victime. A Jérusalem, devant la porte de Jaffa, c'est un sentiment de vengeance qui prédomine. : " Tout les arabes méritent de souffrir pour ce qu'ils ont fait aux juifs. "

 

Ce climat de violences intercommunautaires enflamme aussi les réseaux sociaux, où les appels à la vengeance se multiplient des deux côtés. Edito du Monde Proche-Orient : sans processus de paix, la haine prospère 22

 

 

Edito du « Monde ». Chaque jour davantage, le face-à-face israélo-palestinien devient moins un conflit entre deux mouvements nationaux qu'un affrontement religieux ou communautaire. « Mort aux Arabes » : une haine décomplexée sur le Web israélien 117 La mort de trois jeunes Israéliens a déclenché l'expression d'une violence anti-arabe, notamment en ligne, qui alimente le cycle de représailles.

 Des photographies publiées par des Israéliens sous le slogan « Le peuple israélien réclame vengeance ».

 

Des photographies publiées par des Israéliens sous le slogan « Le peuple israélien réclame vengeance ». | Twitter

Par ailleurs, des affrontements ont éclaté en Cisjordanie et en Israël. Certains parlent déjà d'une troisième intifada. PROCHE ORIENT Le pire scénario pour Benjamin Netanyahu

 

  Les corps des trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin ont été retrouvés, lundi. Israël a répliqué par des raids massifs, accusant le Hamas.

Israel bombs Gaza after settler bodies found

Air raids come hours after Israeli PM blames Hamas for three settlers found dead in west bank after going missing. Interactive: Gaza, life under siege  Middle East  Gaza family traumatised

 Le conflit israélo/palestinien: un combat sans fin? Posted by Docteur Prémilivier on 22 mars 2013

La Confrérie, enquête sur les Frères musulmans : citoyen actif : Deux Egypte face a face : : Altermonde, Blog de Nico Citoyenactif sur Netlog

Irak : l'Iran s'en mèle - altermonde

Source de Conflit - Citizen Khane

le tourbillon jihadiste : Citoyenactif

 

A lire aussi : Israël, attaque, la bande de gaza, Cisjordanie, Palestine, conflit, moyen orient, les raisons de la colère, intifada, haine décomplexée, extrême droite, colons, religion, nationalisme, benjamin Netanyahu, middle east, conflit israélo-palestinien, Proche-Orient , la confrérie, enquête, les frères musulmans

 

l'eiil, irak, syrie, , géopolitique, guerre civile, gaire sainte, al-qaida, aymen zawahiri, abou bakr al-baghdadi, califat, calife, djihad, djihad irak, djihadisme, eiil, etat islamique, guerre irak, international, actualités , le moyen-orient, le tourbillon jihadiste, l’etat islamique en irak et au levant, eiil, , géopolitiques, djihadistes, irak, syrie, moyen orient, middle east, anti-terror law, le hezbollah , irak, tensions religieuses, géopolitiquedjihadiste d'al-qaida, l'etat islamique en irak et au levant, eiil, abou bakr al-baghdadi, le régime de Saddam Hussein

 

28/06/2014

De Ben Laden a EI

n

Cher lecteur,Bonjour !

  Marc Robine - Le Déserteur (Version non censurée

 

 

et plus la Divinité devient grande, plus l’humanité devient misérable. Voilà l’histoire de toutes les religions ;
voilà l’effet de toutes les inspirations et de toutes les législations divines.Le nom de Dieu est la terrible massue historique avec laquelle les hommes divinement inspirés ont abattu la liberté, la dignité, la raison et la prospérité des hommes....Le nom de Dieu est la terrible massue historique avec laquelle les hommes divinement inspirés ont abattu la liberté, la dignité, la raison et la prospérité des hommes.Bakounine  http://fr.wikisource.org/wiki/Bandit!Flores Magon

Monde et terrorisme: De Ben Laden à Daesh documentaire 2016 HD


 Leur calcul est le suivant: en tournant contre eux son pouvoir massif, l’ennemi, fou de rage, déclenchera une tempête militaire et politique bien plus violente que celle qu’eux-mêmes auraient jamais pu soulever Terrorisme, raison d'Etat (1/2) - ARTE - YouTube La « mère de toutes les bombes » larguée en Afghanistan par les Etats-Unis En utilisant cette arme contre des djihadistes de l’EI, Washington met en scène sa détermination. De Ben Laden a EILes terroristes ne peuvent pas prévoir exactement ce qui sortira de leur action de déstabilisation, mais ce qui est sûr, c’est que la pêche a plus de chance d’être bonne dans ces eaux troubles que dans une mer politique calme. 

 

Barack Obama a proclamé avec le plus grand sérieux à la convention démocrate de Philadelphie qu’il reviendrait à Hillary Clinton de défaire Daech. En transmettant ce lourd fardeau à son éventuelle héritière, Obama se comporte une fois encore de manière aussi irresponsable que son propre prédécesseur, George W. Bush.

"... la décision d'envahir l'Irak en 2003 fut un désastre pour l'Amérique et pour le monde, dont nous payons encore la facture avec l'organisation Etat islamique "

"Les Etats-Unis ont dépensé au bas mot quelque 2.000 milliards de dollars, perdu et provoqué la mort de dizaines de milliers de vies humaines en intervenant en Irak sur la base d'un mensonge orchestré par le petit noyau idéologique néoconservateur de l'administration Bush.

Les dépenses militaires dans le monde se sont élevées pour la seule année 2015 à 1.676 milliards de dollars, à comparer avec le coût total du programme Apollo qui permit d'envoyer pour la première fois un homme sur la Lune : 163 milliards de dollars actuels, à peine 10% des budgets militaires mondiaux sur un an."

La seconde erreur est d'avoir laissé la situation en Syrie s'embourber avec la multiplication des acteurs locaux, régionaux et internationaux aux intérêts contradictoires

 Les années Obama (3/4) - ARTE
 En 2006, Obama arrive a la présidence américaine. L'enjeux : effacer l'héritage désastreux de la présidence Bush.

 

Né des braises non éteintes de l'occupation américaine en Irak, proliférant sur les décombres du conflit syrien, Daech contrôle désormais un territoire grand comme la moitié de la France, sur lequel vivent quelque dix millions d'habitants. Contrairement à son aîné al-Qaida, dont la stratégie était d'emblée de porter le fer contre le grand Satan américain et ses affidés, la priorité affirmée de Daech, depuis le mitan des années 2000, est de construire un Etat. Comment s'est-il structuré ? Comment est-il parvenu à s'émanciper de tout financement extérieur ? Quelles sont ses visées expansionnistes ?

Daech, naissance d'un Etat terroriste - 04/02/2015 - YouTube


 

 

 

 

Sur la piste du terrorisme islamique

1 - La Confrérie, enquête sur les Frères musulmans

Née en 1928 dans le contexte d'un retour au fondamentalisme religieux et du combat armé contre l'occupation occidentale, la Confrérie des Frères musulmans a développé une idéologie rigoriste. Longtemps traqués par les régimes dictatoriaux, laïcs ou nationalistes arabes, les Frères musulmans ont accédé au pouvoir en Egypte, en Tunisie, et partiellement au Maroc. Ils récoltent aujourd'hui les fruits de la révolution pour la démocratie, mais qu'en est-il réellement ? Prônent-ils, comme ils le prétendent, un islam modéré, en phase avec la modernité et compatible avec la démocratie ?

 

 

 

2 - d'Oussama Ben

 

L'exécution d'Oussama Ben Laden par les forces spéciales américaines en mai 2011 n'a pas mis fin aux exactions d'Al- Qaida. Paris et Washington ont aujourd'hui les yeux rivés sur l'Algérie, berceau de la dernière filiale d'Al-Qaida : Aqmi, Al-Qaida au Maghreb islamique. Active en Tunisie, au Maroc, en Lybie, au Mali, au Nigéria ou encore en Somalie, cette mouvance terroriste continue à appeler les populations à se mobiliser contre l'Occident, à multiplier les attentats et les prises d'otages. En compagnie d'analystes de la mouvance Al-Qaida, ce film tente de dénouer les fils d'une histoire complexe qui fait encore et toujours l'actualité.

 

 

 

 L'élimination d'Oussama

 L'élimination d'Oussama Ben Laden, en 2011, semblait signer la fin d'al-Qaida et de sa menace terroriste. Depuis, sa « cooccupation » du nord du Mali puis l'intervention française pour l'en déloger ont braqué les projecteurs sur al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), sans rien en dévoiler ou presque. Réalisée avant ces événements, l'enquête de Patrick Barbéris est plus que jamais bienvenue pour éclairer la généalogie de la mystérieuse organisation qui opère dans tous les pays du Sahel.

La facture classique (analyses de témoins et d'experts mêlées à des archives) se révèle adéquate pour suivre « la piste du terrorisme », tant elle est sinueuse, semée de paradoxes. Descendants du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), lui-même issu d'une scission au sein du GIA (Groupe islamique armé, de sinistre mémoire pour ses attentats et ses massacres de civils pendant la sanglante décennie 1990 en Algérie), les militants d'Aqmi ont reçu par deux fois le coup de pouce des Américains. Le premier quand ceux-ci soutinrent les djihadistes algériens venus combattre les Soviétiques en Afghanistan. Le second, involontaire, lors de l'invasion de l'Irak, qui eut pour effet de remobiliser des islamistes, alors en perte de vitesse, et déboucha sur l'affiliation du GSPC à al-Qaida. Dernier paradoxe, et pas des moindres : comment une « petite troupe hétéro­clite » plus ou moins réduite au banditisme parvient-elle à inquiéter de grandes puissances ? En donnant quelques réponses, Patrick Barbéris met en lumière l'intérêt stratégique d'une région au carrefour de trois mondes (Afrique, Europe, Orient), riche de ressources pétrolières, gazières et minières. —

 


Sur la piste du terrorisme islamique
 

 

A voir : Sur la piste du terrorisme islamique - YouTube, Une histoire du terrorisme 1 : Une histoire du terrorisme - Télévision - Télérama  : Une histoire du terrorisme : liste des épisodes

Acte 3 : les années jihad (1989-2011) - vendredi 15 février 2013
Acte 2 : les années de poudre (1970-1989) - vendredi 08 février 2013
Acte 1 : les années de libération (1945-1970) - vendredi 08 février 2013

 

Comment l'Etat instrumentalise le terrorisme | Rue89

 

Sanglante concurrence entre al-Qaida et Daech

Ce nouvel assassinat du groupe Ansar al-Islam s'inscrit dans un contexte de concurrence avec la branche locale de l'Etat islamique, qui multiplie également les exécutions ciblées.Les deux militants assassinés collaboraient au magazine Roopbaan. Qualifiée de «secte d'homosexuels» par le communiqué d'Ansar al-Islam, cette publication est l'unique organe de presse LGBT du Bangladesh  Il a déclaré la guerre à Al-Qaida, qui le jugeait trop violentAutrefois aux ordres d’Al-Qaida, Abou Bakr al-Baghdadi a bien grandi. L’Etat Islamique a récemment déclaré la guerre à l’organisation d’al-Zaouahiri. Al-Qaida lui reproche son extrême violence contre les chiites mais surtout sa tentative de contrôle du Front Al-Nosra en Syrie, aux ordres d’Al-Qaida.L’Etat Islamique est sans doute la plus grosse menace qui pèse actuellement sur Al-Qaida. Pour la première fois, l’ennemi cherche à truster la place de porte-étendard du jihad. Et il vient de l’intérieur.

Ce qui peut être aussi possible est une mise en concurrence entre les différents groupes djiadistes pour la suprémacie médiatique, politique et militaire. Alger craint l’influence grandissante de l’EIIL

An al-Qaeda breakaway group calls on Muslims throughout the world to swear allegiance.Inside Story Last updated: 30 Jun 2014 21:01LIRE AUSSI:Le "Calife" Abou Bakr Al-Baghdadi veut détrôner Al-Qaïda et Aymen Zawahiri dans la mouvance jihadiste


Selon Mathieu Slama, spécialiste de la communication de crise, la surenchère bat son plein entre les deux mouvements djihadistes rivaux: «al-Qaida et Daech sont en concurrence permanente», explique-t-il au Figaro. «Sur les réseaux sociaux, l'Etat islamique ridiculise régulièrement al-Qaida et son chef, le vieil Egyptien Ayman al-Zawahiri. De son côté, al-Qaida ne reconnaît pas la légitimité de Daech.» Les deux groupes sont également en conflit idéologique, la mouvance crée par Ben Laden ne défendant pas le califat proclamé par l'Etat islamique. «al-Qaida est en déclin par rapport à Daech, donc le groupe multiplie les attaques dans certaines zones pour bien marquer son territoire», décrypte Mathieu Slama. «Cette concurrence est également visible dans la propagande d'al-Qaida, qui a élevé ses standards et repris les codes de l'Etat islamique pour rétablir son niveau face à son rival». 

 

Les pays composants les deux coalitions internationales contre Daesch et le terrorisme islamistes ( qui a endeuillé les pays européens et fait monter les mouvements et partis d'extrême droite, le replis communautaires ) a tout misé sur la solution sécuritaire et militaires aux détriments d'autres solutions plus efficace. daesch profite des guerres confessionnelles instrumentalisées par des dictateurs cyniques et ses bailleurs de fond devant des occidentaux impuissants.  Un enieme  accord américano-russe prévoyant un arrêt des combats sur deux fronts en Syrie mais excluant la ville d'Alep, en proie à de violents combats, entrera en vigueur demain à l'aube, ont annoncé aujourd'hui des sources américaines, syriennes et russes. Un regain de violence aussi brutal que le symbole qu'il véhicule: l'assassinat, par Damas, des derniers espoirs nés de la fragile trêve entrée en vigueur le 27 février dernier. La situation en Syrie est à "plusieurs égards hors de contrôle", a déclaré lundi devant la presse à Genève le secrétaire d'Etat américain John Kerry. 

 IDÉO - A Raqqa, deux femmes ont filmé le quotidien en caméra cachée :

 

 Aujourd'hui, je vous propose cependant de nous intéresser à une autre matière première elle aussi au coeur de l'actualité... le pétrole. Alors que l'Irak s'enfonce dans la guerre civile et les troubles politiques et religieux, la question de l'approvisionnement en pétrole refait surface. Le pays est en effet un des principaux producteurs d'or noir au monde et alors que toutes les prévisions indiquent une augmentation de la demande et de la consommation mondiale, la moindre tension sur les approvisionnements se retrouve dans les cours. Allons-nous voir le cours du baril s'envoler ?

   A la tête de l'organisation l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un homme : Abou Bakr Al-Baghdadi, sacré "terroriste le plus puissant du monde" en décembre dernier par Time (article en anglais). L'homme est présenté comme un "extrémiste irakien ambitieux" par la New York Review of Books (article en anglais).  raconte Bruce Riedel (en anglais), ancien analyste de la CIA, aujourd'hui expert à la Brookings Institution, un think-tank américain. Le département d'Etat américain (en anglais) le surveille de près et a offert une prime de 10 millions de dollars pour toute information qui permettrait sa capture.

  

Le centre de l'Irak est lui aussi en grande partie sous la coupe de l'EIIL qui a pris Fallouja, une importante ville à 60 km à l'ouest de Bagdad (Faloudja, première ville à être tombée entre les mains des combattants de l'EIIL en janvier dernier). Et ce week-end, l'EIIL s'est emparé de 3 nouvelles villes. 

 

 

La montée en puissance d'un groupe comme l'EIIL (  l'Etat islamique en Irak et au Levant) trouve son origine  dans le maelstrom irakien, pays dans lequel les tensions religieuses (essentiellement entre sunnites et chiites) ont été attisées et soutenues par le régime de Saddam Hussein. Pendant des années, celui-ci a ouvertement favorisé les sunnites aux dépends des chiites.

 

Depuis sa chute, la situation s'est en grande partie renversée. Les sunnites se plaignent d'être exclus de la rente pétrolière. L'EIIL a ainsi rapidement progressé dans le nord de l'Irak, région dans laquelle il peut compter sur un important soutien de la population sunnite.

 

n

A cela il faut ajouter une contagion de la guerre civile syrienne. En effet, l'EIIL, bien que né en Irak, a pu acquérir une couverture médiatique et une expérience des combats en Syrie où il est engagé dans la lutte contre le régime de Bashar Al-Assad. Il a d'ailleurs pris le contrôle d'une partie de la Syrie, près de la frontière irakienne, s'assurant ainsi une solide base arrière.  M. Kerry, qui tente de sauver la trêve en Syrie, s'exprimait à l'issue d'une rencontre avec l'envoyé spécial de l'ONU sur la Syrie, Staffan de Mistura.

 

Des djihadistes inspirés par l'armée américaine

L'EIIL adopte aussi certaines méthodes de l'ennemi américain à l'instar du Hezbollah libanais, qui avait formé ses combattants au contact de l'armée israélienne pendant l'occupation du Sud-Liban dans les années 1990. Comme la guerre contre la drogue a contribué à la création d'empires mafieux, la guerre contre le terrorisme a créé à son tour un monstre d'une nouvelle dimension. L'idéologie djihadiste d'al-Qaida s'est nourrie en Irak de la vieille rivalité entre chiites et sunnites. L'occupation américaine a servi à recruter les combattants, et à leur donner une école de guérilla ; comme dans un processus darwinien, ceux qui ont survécu sont les plus adaptés. La guerre civile syrienne a fourni une expérience supplémentaire à des milliers de djihadistes. La perte de contrôle de Damas sur l'est de son territoire a enfin fourni au mouvement la base territoriale qui lui a permis de se lancer à l'attaque du nord de l'Irak.

 

 

Comprendre la guerre en Syrie en cinq minutes - Le Monde :

Documentaire sur la guerre à Alep en Syrie réalisé par ... - YouTube :

 Syrie, dans l'enfer d'Alep (Ligne de Front) - YouTube :

 

 

 

 

 

De ce qui était autrefois le cœur économique du pays, il ne reste presque plus rien. De la vieille ville classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, ne subsistent que des ruines. Méthodiquement, les chars, les mortiers et les hélicoptères de Bachar Al-Assad ont détruit des quartiers entiers.

Pour contrer l'effet de cette vidéo, le gouvernement irakien a diffusé un clip montrant un djihadiste jouant avec un serpent apprivoisé qui disparaît dans des flammes à l'arrivée d'un soldat irakien

Enfin, derrière la progression de l'EIIL se profile le conflit entre l'Arabie saoudite (sunnite) et l'Iran (chiite), la première étant clairement soupçonnée de financer l'organisation terroriste sunnite.

L'Iran, s'inquiétant du possible établissement d'un califat sunnite en Irak, envisage même une alliance avec son vieil ennemi les Etats-Unis pour tenter de stopper la progression de l'EIIL. Intervention conjointe à laquelle l'administration américaine ne semble pas opposée puisque, selon les sources diplomatiques officielles, de "brèves discussions" ont eu lieu entre les 2 pays.

Face à cette progression, l'ONU et les Etats-Unis semblent cependant hésitants quant à la conduite à suivre. Revenir en Irak est un pari dangereux pour Barack Obama, 2 ans à peine après avoir retiré ses troupes du pays.

La question du pétrole pourrait une nouvelle fois faire pencher la balance

Car tout ce que le monde compte de consommateurs de pétrole a les yeux braqués sur le pays... et ses ressources de pétrole, les 5e de la planète.

 

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la demande mondiale devrait augmenter de 1,3% par an d'ici 2019. Or l'Irak devait augmenter de près de 1,28 million de barils sa production journalière sur les 5 ans à venir. Avec ce doublement de sa production, l'Irak devait ainsi contribuer à plus de la moitié de l'offre supplémentaire de l'OPEP.

Mais cela, c'était avant la percée de l'EIIL. L'avancée des djihadistes dans le nord et le centre du pays menace une partie de ses réserves pétrolières, et tout particulièrement les champs du Kurdistan. Depuis mars, une partie de la production irakienne est ainsi au point mort.

 

La fébrilité des marchés est accentuée par la stagnation voire la baisse de la production dans certains pays comme producteurs, embourbés dans des crises politiques internes, comme la Libye ou le Nigéria.

 

La diplomatie américaine est manifestement à l’épreuve. On n’entend pas beaucoup les Etats-Unis quand l’Arabie, le Qatar, le Koweït ou la Turquie interviennent ouvertement dans les désordres de Syrie et d’Irak. Ou quand le Maréchal Sissi restaure en Égypte une dictature bien plus oppressive que le régime de Bashar el-Assad. Ou quand la Libye sombre dans "l’anarchie sanglante". Ou quand le Président Obama débloque 600 millions de dollars au profit de l’opposition syrienne (laquelle ?) comme il vient de le faire hier. C’est une position qui va être de plus en plus difficile à tenir à mesure que la situation dégénère en chaos régional et s’analyse en marche victorieuse des ennemis djihadistes de l’Occident et de l’Amérique.

 

 

 

Mercredi dernier, on apprenait que l'EIIL avait attaqué la principale raffinerie du pays, située à Baïji, à 200 km au nord de Bagdad. Mais là encore les conséquences devraient être réduites pour le pétrole : "L'attaque contre la principale raffinerie de Baïji peut constituer une source de pétrole pour l'EIIL et ses partisans (...). Mais elle ne fournit pas de pétrole hors d'Irak et l'impact de l'attaque est probablement moindre que ce que l'on craint", expliquait à l'AFP Rebecca O'Keeffe, analyste chez Interactive Investor.

En effet, les principales ressources pétrolières sont situées dans le sud du pays, loin du champ d'action actuel de l'EIIL.

Les djihadistes peuvent-ils progresser vers le sud et menacer une région d'où part 90% des exportations irakiennes ? C'est une possibilité mais plusieurs obstacles devraient ralentir la progression de l'EIIL.

Premièrement, les sunnites y sont moins nombreux et l'EIIL ne bénéficiera pas du même soutien plus ou moins actif de la population. Ensuite, ni le gouvernement irakien, ni les Etats-Unis, ni encore les pays voisins ne souhaitent voir la guerre civile progresser vers le sud et menacer ce qui constitue la principale richesse du pays.

 


Reste que sur le moyen/long terme, la progression de l'EIIL et la montée des périls en Irak n'est pas une bonne nouvelle pour le pays et sa production de pétrole.

 

L'instabilité politique ne devrait pas favoriser les investissements étrangers, indispensables au secteur pétrolier pour accroître sa production. "Il est important pour l'Irak qu'il y ait un processus politique qui normalise la façon dont le pays est géré, qui en fasse un bon endroit pour investir", notamment à partir de 2016, quand est prévue la prochaine grande vague d'investissements dans l'exploration, explique Hans Nijkamp, président pour l'Irak du groupe pétrolier britannique Shell, à l'AFP.

Certains investisseurs pourraient préférer des pays politiquement plus stables, comme le Brésil ou l'Amérique latine en général. . 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/irak-sera-t-redemption...

 

Related
A synopsis of the various fighters in Iraq grouped by religion, culture, region, and political agendas. ( 27-Jun-2014 )
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu