Avertir le modérateur

16/09/2011

Interview : Quels risques pèsent réellement sur nos banques françaises ?

Alors que la finance est le domaine bancaire sont très gravement touchée (La série noire continue pour la Société générale, Flambée record des prix de l'immobilier parisien, Jérôme Cahuzac critique le plan de rigueur du gouvernement, La Société générale annonce un plan d'économie, Bourse : la descente aux enfersdes banques françaises)  par les dérives inhérentes du système capitalisme ( cf : Plan pour la Grèce : un gros sparadrap qui ne changera rien | Eco89, Jacques Attali: tous ruinés dans 10 ans ?écouter Serge Halimi - plusconcient.net, « Près de 46 millions d'Américains vivent grâce à des bons alimentaires », j’ai décidé de mettre en ligne l’interview de Par Mory Doré sur Qu’est-ce qu’un risque en finance ? »



« En tant que professionnel des marchés exerçant mes activités dans une banque, je suis naturellement très souvent sollicité sur la question de la santé des banques avec la question qui tue : une banque universelle peut-elle faire faillite ? La réponse est de mon point de vue "non". Mais encore faut-il expliquer avec objectivité, rigueur et professionnalisme pourquoi. Et ne pas se laisser impressionner par les sur-réactions des marchés qui ne comprennent pas toujours comment fonctionne réellement un établissement bancaire.

Il faut savoir que la solidité d'une banque et donc sa faible probabilité de faillite suppose une situation confortable en termes de liquidité et de solvabilité.

Est-ce le cas aujourd'hui ? Difficile d'y voir clair tant les déclarations sont confuses, contradictoires et surtout grevées par la langue de bois imposée.

Je vais donc travailler, à partir d'aujourd'hui, sur un ensemble d'articles qui vous aidera à comprendre quels sont les risques véritables qui pèsent sur nos banques. Comment comprendre leurs bilans, chiffres et déclarations ? Nous verrons, concrètement et banque par banque les risques qui pèsent sur chacune d'elle et... au final, sur vous : que vous soyez actionnaire ou client d'une banque, risquez-vous de perdre votre argent ?

Commençons donc aujourd'hui avec une approche un peu générale des risques bancaires. La suite, dans les prochaines semaines.

Le risque de liquidité
Une banque pourrait faire faillite si elle était confrontée à un risque de liquidité.

Qu'est ce que cela signifie ?

On sait que l'horizon des agents qui ont des besoins de financement est de plusieurs années (financements à long terme de projets industriels), tandis que l'épargne des ménages doit être liquide et de court terme.

Cette différence dans l'horizon de temps ne rend pas l'échange toujours possible. C'est là que le financement intermédié apparaît et que les banques interviennent. Ce sont les seuls agents qui peuvent transformer des ressources court terme (dépôts à vue et comptes courants des clients) en crédits à moyen et long terme à l'économie.

Les banques établissent le pont nécessaire entre les ménages et les entreprises et accumulent des positions dites de transformation.

Ces positions génèrent ce que l'on appelle "des risques ALM" -- pour Asset and Liability Management (ALM) --, qui correspondent à la gestion des risques actifs/passifs, ou, pour le dire autrement, aux risques structurels d'une banque. Ce sont les risques de taux liés à l'instabilité de l'écart entre taux longs et taux courts ou les risques de liquidité matérialisés par la capacité de la banque à assurer le refinancement de ses activités courantes.

Et pour s'assurer qu'une banque maîtrise correctement son risque de liquidité et est donc éloignée du risque de faillite, il faut pouvoir évaluer les éléments suivants :

  • le niveau de la réserve en titres liquides, sécurisés et très bien notés de l'établissement et la capacité de ces titres à être facilement négociables, y compris dans des situations perturbées de marché. Il faut donc regarder dans le bilan des banques les encours de ces titres mobilisables et sécurisés. A l'heure actuelle, on peut dire que ces niveaux de réserve sont confortables dans les banques françaises ;
  • la capacité de refinancement de l'établissement sur les marchés ou auprès de la Banque centrale. Cela suppose de pouvoir évaluer la richesse du collatéral mobilisable (titres et créances privées éligibles aux appels d'offres BCE ; créances hypothécaires et créances aux collectivités pouvant être adossées à l'émission d'obligations sécurisées). Là aussi, on peut considérer que les établissements disposent de créances privées de qualité et donc de capacités d'émissions sur les marchés à des conditions de prix intéressantes ;
  • la stabilité des ressources à vue et de l'épargne de bilan longue collectée auprès de la clientèle ;
  • les besoins de liquidité maîtrisés et pouvant supporter un choc violent à la hausse des coûts de liquidité. Sur ce point, il faut sans doute renforcer les stress tests jusque-là pratiqués. Je prépare d'ailleurs mon propre stress test du système bancaire français... travail de longue haleine, il devrait être prêt fin novembre.

De nouvelles normes vont sécuriser le système mais impacter la rentabilité des banques
Les nouveaux ratios prévus LCR (Liquidity Coverage Ratio) et NSFR (Net Stable Funding Ratio) ont pour objectif de faire en sorte que l'adéquation entre la maturité des emplois accordés et celles de leur refinancement soit la plus forte possible. Mais du coup, on va gagner en sécurisation du système bancaire et perdre en rentabilité.

Le LCR, qui devrait remplacer le coefficient mensuel de liquidité, va mesurer la capacité d'un établissement à survivre à une période de stress intense d'une durée d'un mois. Il se calcule comme le rapport entre les disponibilités à 30 jours (constituées d'actifs hyper liquides) et les exigibilités à 30 jours.

Le NSFR est le rapport entre le montant des financements stables et disponibles (fonds propres et ressources de maturité réelle supérieure à un an) et le montant estimé des besoins en financement de maturité supérieure à un an. La nécessité de maintenir un ratio emplois/ressources de financement à un an supérieur à 100% réduit considérablement les capacités de transformation des établissements et remet en cause le métier de base de la banque, à savoir la transformation des échéances et l'emploi à long terme de ressources empruntées à court terme.

La remise en cause de ce métier fort lucratif en période de courbe des taux pentue (ce qui est historiquement la plupart du temps le cas) va réduire la marge de transformation des banques (l'écart entre le rendement des crédits à long terme et le coût de la ressource à court terme) et donc fortement peser sur leur rentabilité. Tout cela pour dire que ce ne sont pas la viabilité des banques et leur solvabilité qui sont menacées mais leur rentabilité qui sera, à n'en pas douter, moins forte.

Le risque de solvabilité
Les banques ont-elles suffisamment de fonds propres pour continuer à développer leurs activités de prêts et pour faire face à de brutales dépréciations d'actifs ?


C'est un vrai dilemme.

Si l'on stresse violemment les risques dits systémiques, alors on crée des phénomènes d'auto-réalisation et cela peut être contre-productif.

En effet, si les marchés avaient la conviction que le système bancaire dans sa globalité était insuffisamment capitalisé (affichant des ratios de solvabilité en deçà des seuils réglementaires) et s'ils avaient surtout la conviction que les Etats les plus solides, le FMI, l'UE et les fonds de garantie créés récemment n'étaient pas en mesure de le re-solvabiliser suffisamment, alors on se serait installé dans le cercle vicieux suivant :

  • banques dans l'incapacité de continuer à prêter à l'économie et d'investir sur les marchés financiers pour cause d'insuffisance de fonds propres ; donc effondrement de l'économie réelle et chute de presque tous les actifs financiers ; donc hausse des provisions sur le compte de résultat des banques et nouvelles destructions de fonds propres, donc nouvelles menaces sur la solvabilité des banques.

Cependant, si on ne le fait pas, on perd totalement en crédibilité, et la confiance que l'on aura cherché à tout prix à sauvegarder ne sera pas restaurée pour autant.

Comment les risques de la Grèce, de l'Espagne et de l'Italie sont-ils évalués dans les bancaires ?
En réalité, il faut pouvoir distinguer au niveau des normes comptables IFRS ce qui relève pour les positions sensibles du banking book (moins-values latentes qui n'impactent pas le compte de résultat) et ce qui relève du trading book (moins-values latentes qui impactent directement le compte de résultat).

A ce niveau, on peut considérer que le compte de résultat -- et donc la solvabilité des banques -- n'est pas menacé puisque la plupart des positions sont logées dans le banking book.

Enfin, il faut pouvoir également distinguer les positions sensibles de Souverains Zone euro ayant une probabilité forte de défaut et les positions sensibles de Souverains Zone euro sujettes à de fortes dépréciations de leurs mark to market mais encore éloignées du défaut.

Dans le premier cas, les Commissaires aux comptes exigeront un passage de provisions qui impactera le coût du risque des banques et donc le résultat net courant à la baisse -- et partant les fonds propres et donc la solvabilité des établissements retenus.

On sait que lors du récent plan de sauvetage grec, ces dépréciations ont été forfaitairement fixées à 21% du nominal pour les titres d'état grecs échéancés avant 2020 (21%, c'est ridiculement faible et se limiter à des positions arrivant à maturité avant 2020, c'est trop réducteur). Donc le risque de défaut grec est clairement sous-évalué dans les comptes.

Par contre, il est peut-être exagéré de parier sur des défauts espagnols et italiens qui, pour le coup, menaceraient sérieusement la solvabilité du système bancaire européen.

Tout au plus peut-on anticiper des dévalorisations fortes de ces papiers soumis à une prime de risque structurelle durable avec des impacts comptables négatifs sur la réserve de réevaluation et non sur les comptes de résultat.

On le voit, tant sur le plan de la solvabilité que sur le plan de la liquidité, il est quand même difficile d'imaginer une cascade de faillites bancaires.

Mais j'aurai l'occasion de préciser tout ceci de manière quantifiée par l'établissement de stress tests bancaires précis et rigoureux.

A très bientôt

20/08/2011

Eric Toussaint parle de Thomas Sankara

interview,eric toussaint,parle,thomas sankaraEcouter la vidéo ICI Les 26 et 27 octobre 2009, à Cotonou au Bénin, a eu lieu le séminaire international sur le thème « Dette et droits humains » organisé par le CADTM International (Comité pour l’Annulation de la dette du Tiers Monde) et le CADD Bénin (Cercle d’Auto-promotion pour un Développement durable). Ce fut l’occasion de présenter les luttes passées et présentes. Dans ce contexte il était impossible de faire l’impasse sur un des hommes les plus engagés pour la souveraineté et l’autonomie de son pays, le Burkina Faso. Référence faite, bien sur, à Thomas Sankara. Une équipe de vidéastes a saisi cette occasion pour interviewer l’historien Eric Toussaint (par ailleurs président du CADTM Belgique) sur le Capitaine Sankara et son combat contre la dette.

Retrouvez le discours sur la dette de Thomas Sankara: cliquez ICI  

Les images du Burkina sont extraites du film "Let's make money" d'Erwin Wagenhofer:
Plus d'infos sur la dette: www.cadtm.org

Documentairesur la FrançAfrique:La Raison d'Etat‏ - YouTube  Suite et fin demain à 14h30 : L'argent roi. Documentaire sur la FrançAfrique : L'Argent Roi - ( durée 1heure 29), Franc-afrique Ép 1 - La Raison d'État,

L'assasinat de Thomas Sankara ( durée 24 min 30),documentaire :Thomas Sankara L'homme Intègre,Lumumba - Part 1/9 (2000 Film by Raoul Peck)( durée 14 min) ,

documentaireThe History of Patrice Lumumba, the Congo, and Colonization ( 49 min) , documentaire : L'assassinat de Patrice Lumumba ( 47 min 36) ,  Voir le documentaire,Keny Arkana > Autre Monde Possible

 

12/08/2011

INTERVIEW / CRISE "Il faut laisser les Etats et les banques faire faillite"

Le gourou de la finance zurichoise Marc Faber estime qu'une faillite des banques et des Etats ne signifierait pas la fin du monde mais permettrait au contraire de repartir sur de bonnes bases.

11.08.2011 | Propos recueillis par Daniel Eskenazi | Le Temps - courrier international

Top of Form

 

Dossiers

Docteur Catastrophe

Marc Faber est un analyste et entrepreneur suisse connu pour ses prédictions catastrophistes – il est surnommé Dr. Doom. Il tient un blog et publie une lettre financière mensuelle : "Gloom, Boom & Doom".

Le Temps : Les marchés ont dégringolé. Comment analysez-vous la situation ?

Marc Faber : Ils sont très survendus à court terme. Je m'attends à un rebond, puis à un nouveau ralentissement dès octobre ou novembre. Le S&P atteindra environ 1 100 points. Le troisième volet du programme d'assouplissement monétaire devrait ensuite être lancé [dit "QE3"].

Le dollar ne cesse de dégringoler. Anticipez-vous sa fin ?

Oui, j'ai toujours pensé que la valeur terminale du dollar était zéro, car le gouvernement, le Trésor et la Réserve fédérale n'ont aucun intérêt à maintenir un dollar fort. Depuis 1913, année de création de la Fed, le billet vert a perdu 97 % de son pouvoir d'achat. Sur le long terme, il a été faible par rapport à la grande majorité des autres devises, tout comme la livre sterling. La fin du dollar ne se produira pas du jour au lendemain, elle sera graduelle.

Croyez-vous aussi à la fin de l'euro ?

Je n'en ai aucune idée, car il s'agit d'une décision politique. Aussi longtemps que l'Allemagne a la volonté de soutenir la Banque centrale européenne et de financer le fonds de stabilité, l'euro survivra.

Aux côtés de la Grèce figurent le Portugal, l'Irlande, l'Espagne et l'Italie. Devrait-on aussi laisser ces pays faire faillite comme vous le préconisiez avec la Grèce ?

Oui, même si cette solution est douloureuse. Cela ne me gêne pas que des assurances, des gouvernements et des banques ayant acheté des obligations de la Grèce perdent de l'argent. Si certains pays font faillite, ils entraîneront les banques avec eux. Mais laissons ces établissements faire défaut tout en protégeant les épargnants. Ce choix est nettement meilleur que de sauver les banques avec l'argent du contribuable et de se rendre compte deux années plus tard que les banquiers reçoivent des bonus record. Il faut punir les banquiers ! Le secteur financier est devenu bien trop gros par rapport à l'économie réelle. A mon avis, le secteur financier doit s'occuper de garder l'épargne des gens et de la prêter à d'autres. Les banques ne devraient pas s'occuper de trading. Est-ce que le sauvetage des banques aux Etats-Unis a apporté quelque chose à l'économie ? Non.

Les nouvelles règles de Bâle III [qui préconisent de tripler la part des fonds propres bloqués par les établissements bancaires des pays du G20 d'ici à 2013] suffiront-elles à stabiliser le système bancaire international ?

Ces nouvelles règles sont bonnes, mais le timing est mauvais. Il aurait fallu les introduire il y a dix-quinze ans et les assouplir maintenant. Or les gouvernements n'ont rien fait durant ces dernières années, et maintenant que les banques devraient être encouragées à prêter de l'argent, ces réglementations les en empêchent. Au lieu d'être proactifs, les Etats sont réactifs. En fait, le problème n'est pas tant le manque de réglementations que les politiques monétaires beaucoup trop laxistes qui encouragent la spéculation. Il serait mieux d'avoir des politiques plus restrictives avec des taux d'intérêt plus élevés que des gouvernements qui ne cessent d'augmenter leurs dépenses et de baisser les taux.

Beaucoup d'analystes s'inquiètent encore d'un éclatement de la bulle immobilière en Chine. Vous n'y croyiez pas l'an dernier. Est-ce toujours le cas ?

Les gens ne réalisent pas que la Chine a une population presque équivalente à celles des Etats-Unis et de l'Europe combinées. Il peut donc y avoir une bulle immobilière dans une ville, voire dans une province, tandis que dans celle d'à côté la situation est normale. Une bulle se définit par des taux d'intérêt bas, des liquidités excessives qui sont investies dans l'un ou l'autre secteur. Selon cette définition, il existe une bulle en Chine, mais son ampleur n'est pas facile à estimer. Car, contrairement à ce que l'on observe dans les économies occidentales, les Chinois n'empruntent pas beaucoup d'argent quand ils achètent des appartements. Ils paient l'essentiel en cash. Pour mémoire, lorsque la bulle immobilière a éclaté à Hong Kong et que les prix ont chuté de 70 %, personne n'a fait faillite. L'endettement des gens était très faible, tout comme celui des agences immobilières.

Investissez-vous en Chine ?

Non, cela ne m'intéresse pas, même si je reste optimiste sur la Chine. J'estime que la moitié des entreprises cotées sont frauduleuses. Je préfère être exposé à la Chine via Hong Kong, où des entreprises paient des dividendes de 5 à 6 %. Le risque de perdre de l'argent est faible. De plus, en cas de problèmes, le dollar de Hong Kong peut toujours être réévalué par rapport au dollar [américain].

Certains tablent sur la fin du monde et l'éclatement du système financier international. Ne va-t-on pas plutôt vivre une décennie morose comme dans les années 1970 ?

Peut-être. Nous aurons une croissance très faible dans les économies matures, avec une perte de confiance des investisseurs, des crises à répétition. Les gens ne trouvent plus d'intérêt à investir dans des actions. Ils ont vu les excès du système bancaire, des managers et ont perdu beaucoup d'argent. Un jour ou l'autre, je suis persuadé que nous devrons reconstruire notre système sur de nouvelles bases.

Docteur Catastrophe

Marc Faber est un analyste et entrepreneur suisse connu pour ses prédictions catastrophistes – il est surnommé Dr. Doom. Il tient un blog et publie une lettre financière mensuelle : "Gloom, Boom & Doom".

à lire également

• De plus en plus de sans-abri

• Obama aux abonnés absents - The Washington Post

• Où sont passés les vrais leaders ? - The Guardian

• La révolte des "on ne payera pas" - The Guardian

• États-Unis : En tête des collectes de fonds - Courrier international

• "Nous voilà endettés pour trente ans !" - Eleftherotypia

• La BCE à la rescousse - ABC

• Les caisses d'épargne sombrent

• Moody’s nous pousse à la faillite - Diário Económico

• Les cartes de crédit à l'abandon

• Où est passé l'argent des riches ? - Die Zeit

• Qui a assuré la dette grecque ? - The New York Times

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu