Avertir le modérateur

28/07/2009

Interview de Claude Turmes : « Si ça continue, l’Europe perdra la bataille verte »

 

 

Il en est convaincu. Après la crise, le prix du baril de pétrole reviendra à 250 euros. Claude Turmes, leader luxembourgeois du parti écologiste et candidat aux élections européennes, regrette qu’aujourd’hui, en Europe, certaines entreprises continuent à gagner de l’argent sans se soucier du gaspillage de l’énergie.

 

claude turnes.jpg

A quelques jours du scrutin européen ( daté du 03/06/09), les sondages ne semblent pas se prononcer en faveur des partis verts européens. .  ..... Cela s'est révélé inexact  Et en pleine crise du libéralisme économique, les partis de gauche du monde entier se retrouvent dans une situation assez semblable face aux partis libéraux. 

Antifascisme, éoliennes, et yoga

« Si la gauche veut sortir en tête des élections, elle devra se réconcilier avec sa conception des émotions », avoue Claude Turmes, . .... Ce qu’il attend de ces élections ? « Le Green New Deal ». Un plan inspiré des grandes réformes que le Nord-américain Franklin D. Roosevelt avait lancé dans les années 30 pour sortir de la crise : « La seule et unique crise avec laquelle nous pouvons comparer celle que nous traversons aujourd’hui. »

 

« La droite n’a jamais renié les émotions. Le problème, c’est qu’elle se base sur des émotions trop primitives. Ex a suivre pour la gauche Obama comme Roosevelt. .... » Sensible au développement de chaque pays du monde, le Green New Deal (ou « nouvel accord vert ») ne peut pas seulement s’alimenter d’économie et de statistiques. ....

Des millions de panneaux solaires

Augmentation de la classe moyenne entre les deux périodes.

 

 

 « Le moteur de ce plan de relance doit être les énergies et matériaux renouvelables car ce sont des marchés locaux qui produisent une valeur ajoutée et des postes de travail là où l’on investit », insiste Claude Turmes.

 

 Et à tous ceux qui annoncent que la prochaine bulle économique est en train de se créer dans le marché des énergies renouvelables, l’eurodéputé répond sans détours. « Il manque des millions de panneaux solaires, des milliers d’éoliennes, et des centaines d’usines de biomasse. » Des investissements massifs qu’il justifie par leur action concrète sur « l’économie réelle ».

 

La Californie et la Corée du Sud comme modèles

 

Si la crise actuelle a débuté aux Etats-Unis, c’est bien en Europe qu’elle fait le plus de dégâts. ... Etats-Unis ont perdu 1,6 % PIB /  l’Europe : 2,9 % de son PIB. Outre Atlantique, le plan de relance d’Obama est bien différent de celui de Barroso en Europe. Et bien plus considérable. Aujourd’hui, les Verts européens tentent de souligner les abbérations du plan de relance européen. 

 

Les différents plans de relance vert : " En Corée du Sud :  80 % , Chine : 40 %. En France et en Allemagne, : ... 15 %."

 

« Si cela continue, l’Europe perdra la bataille de l’économie mondiale, la révolution verte, comme elle a déjà perdu la bataille de l’information », confie Claude Turmes, toujours serein. 

 

Le pain n’est pas une marchandise

 

| L’inconnu, c’est trouver comment financer une telle révolution en pleine contraction du crédit mondial. Pour cela, les Verts proposent que la Banque européenne d’investissement utilise 5000 millions d’euros du Plan Barroso pour développer le secteur de l’éco-industrie.

 

« Depuis l’instant où une éolienne se met à fonctionner, elle produit et contribue à ce que nous dépendions moins du gaz russe », argumente l’eurodéputé. 

 

Une autre idée récurrente de la campagne des écologistes européens, la recherche de l’indépendance du secteur alimentaire et du secteur énergétique.

 

 « Moi, je ne suis pas isolationniste, conclut Claude Turmes, mais toutes les régions du monde ont intérêt à être souveraines au niveau alimentaire et énergétique pour éviter les conflits. S’il y a la guerre en Irak, c’est parce qu’il y a du pétrole. Il peut se produire la même chose dans le futur avec les aliments si nous continuons à les considérer comme une marchandise quelconque et permettons que l’on spécule sur le prix du blé. »

 

Et cette indépendance pourrait éviter à l’Europe de signer de nombreux chèques (inutiles) à la Russie et à l’Arabie Saoudite.

 

La source : http://www.eudebate2009.eu/fre/article/30324/claude-turme...

 

22/07/2009

Interview de Vincent Prosper, co-fondateur d'Expodurable

Présentation 'Expodurable : tags : développement durable, salon permanent en ligne

 

 

 

Expodurable est le premier salon permanent en ligne du développement durable. Son but est de rassembler absolument tous les acteurs du développement durable sur une plateforme unique de communication et de commercialisation disponible toute l’année. Pour réaliser ce projet, nous avons instauré un principe de communication équitable : les associations, mais aussi les petites entreprises qui démarrent dans le développement durable peuvent présenter leur activité et profiter d’un trafic ciblé pour des tarifs extrêmement bas démarrant à moins de 1 euro / mois.

 

 

Comment vous est venue cette idée ?

 

Le monde du développement durable subit pour le moment le greenwashing des grandes entreprises qui ont décidé de surfer sur la vague du Grenelle de l’Environnement en mettant un coup de peinture verte sur des produits anciens qui ont contribué à la crise écologique, économique et sociale. Il n’est pas rare de surcroît, sur un salon classique du développement durable, de voir un exposant du secteur automobile ou du secteur pétrolier accaparer l’espace de communication au détriment d’acteurs réels du développement durable qui eux disposent d’un budget plus modeste, comme certaines associations par exemple. C’est en partant de ce constat, mais aussi parce que les acteurs du terrain ont réellement besoin d’un coup de pouce en communication et en commercialisation que nous avons décidé de mettre en place un salon permanent, non polluant, et permettant à tous une visibilité équitable.

 

Quels sont les risques d'un projet 100% virtuel dans l'immédiat ?

 Les risques majeurs d’un salon virtuel sont : - le manque de contact humain - la lenteur d’une navigation en 3D Pour pallier le manque de contact humain, nous avons décidé de baser notre salon sur une plateforme web 2.0 qui facilite la fraîcheur et la pertinence des informations au travers de nombreuses possibilités d’échange. Par ailleurs, un mécanisme élaboré de qualification des besoins des visiteurs autorise la mise en relation des bons exposants avec les bons visiteurs. Libre à eux ensuite de basculer sur un mode plus traditionnel d’échange : rencontre physique, téléphone, etc. En ce qui concerne la navigation 3D, elle présente un aspect ludique non négligeable. Cependant elle est totalement incompatible avec la notion de mise en relation spontanée : le temps d’apprentissage de la navigation 3D, ainsi que l’installation supplémentaire de « plugins 3D » rend cette solution inefficace comparée à une navigation internet classique. Nous avons donc opté pour des visuels 3D statiques inclus dans une navigation classique. Les aspects 3D dynamiques sont réservés à la partie documentaire.

 Quels sont vos objectifs à long terme ?Pour pouvoir exposer, l’activité principale de chaque acteur doit se situer à l’intersection de 2 des 3 piliers du développement durable (autrement dit, l’activité principale de l’exposant doit être au choix « viable », « vivable » ou « équitable »). C’est un prérequis essentiel, garant de la crédibilité de notre salon. Les acteurs entrants du développement durable qui ne peuvent remplir cette condition ont malgré tout la faculté de sponsoriser le salon, après sélection. Ensuite, nous distinguons les acteurs d’envergure nationale de ceux qui proposent leurs conseils et leurs produits localement sur le terrain. Expodurable est ainsi composé d’un salon national avec les grands acteurs, et de 100 salons départementaux des acteurs de proximité. Dans chaque département, en plus du salon départemental, un annuaire où tous les acteurs locaux sont recensés gratuitement est disponible avec un mécanisme de géolocalisation : ceci permet au visiteur de repérer absolument tous les acteurs, que ceux-ci aient décidé ou non de communiquer sur leur activité.

 

Quel est l'intérêt d'un tel site pour les professionnels du DD? et pour les particuliers ?

Exposer sur Expodurable, c’est la garantie d’être reconnu comme un acteur à part entière du développement durable : un acteur qui propose quelques produits « verts » qui masquent une activité industrielle lourde et polluante n’a pas la possibilité d’exposer. Des compromis sont parfois envisageables, mais pas de compromission : Expodurable possède une éthique forte qui va bien au-delà des expositions réelles actuelles sur le développement durable et entend bien conserver cette identité dans le temps et dans l’espace… Ensuite, les exposants bénéficient d’une excellente visibilité tout au long de l’année quelle que soit leur capacité financière. Nous tenons également à préserver cette notion de communication équitable qui nous est propre. Enfin, il n’est procédé à aucun ostracisme envers le monde associatif comme on le constate malheureusement de nos jours : les associations ont la même visibilité que les autres acteurs, ni plus, ni moins. C’est donc un formidable outil de communication pour elles. Pour le visiteur, Expodurable est une plateforme Internet sur laquelle il peut trouver tous les vrais acteurs du développement durable à titre professionnel ou privé. Il peut également exprimer ses besoins et recevoir en permanence des informations personnalisées pour s’équiper et / ou participer aux chantiers qui l’intéressent.

Ne craigniez vous pas qu'Expodurable ne devienne qu'un simple annuaire de liens sur l'environnement comme il y en a beaucoup ?

La fonction d’annuaire constitue chez nous un support minime et non une finalité : pour que tous les acteurs du développement durable soient visibles, il est nécessaire de les recenser. C’est ce que nous faisons gratuitement et de façon permanente grâce à une sélection stricte. En l’occurrence notre fonction première est surtout de sensibiliser le visiteur via des conférences et des goodies ; d’assurer une excellente visibilité à l’exposant via un mécanisme promotionnel intelligent et sur mesure et prospecter pour lui commercialement ; ou encore de mettre tout le monde en relation sur une plateforme d’échange web 2.0. C’est ce qui distingue un vrai salon virtuel d’un simple annuaire ou d’un outil ludique 3D. Nous sommes régulièrement amenés à rencontrer physiquement nos exposants, nos partenaires et nos sponsors. Le slogan d’Exodurable ? « Etre & durer », tous ensemble !

Interview : Lancement du plan Climat à Tours

Lancement du plan Climat à Tours Voir Ici

Interviews d'un blogger concernant le plan climat.

J'ai pu participer au lancement du plan Climat à Tours Plus avec les élus et Pierre Radanne qui a présenté le diagnostic, il fait peur!!! et en même temps plein d'espoir! Le changement climatique : 

 

"La 1ère question politique totale, une question planétaire à solidarité obligatoire"! Il est nécessaire de rechercher l'adhésion des citoyens, chacun contribue à 50% des émissions de CO2 (17 tonnes de CO2 par an)!

Il faut agir sur le transport, le logement, en 2015 on parle de 30KW par m2 pour un logement, en 2025 de maison à énergie positive!

Il faut proposer aux citoyens une vision future : la preuve par des réalisations exemplaires, visualiser un calendrier, passer à l'action...

Histoire à suivre. L'ESCEM a signé le plan Climat à Poitiers en juillet 2008

14:01 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu