Avertir le modérateur

03/11/2012

Compétitivité : Les patrons en font-ils trop ?

Elle se déroule en deux temps : un face à face avec Elisabeth Quin et un invité qui analysent « La Une du Jour ». Suit le « Grand angle de 28' » où Elisabeth Quin, avec à ses côtés nos journalistes Renaud Dély et Nadia Daam, reçoit trois invités pour parler du dossier d'actualité du jour.
L'émission sera enrichie par quatre sujets supplémentaires : le « Une du jour » de Julien Dugast, le « Rappel des faits » de Sandrine Le Calvez, le « Journal du temps » de Bruno Gaudenzi et « Désintox ».
A la fin de ce plateau, Juan Gomez nous livre sa chronique internationale « Vu d'ailleurs ».

avec Michelle Crépin et 13 autres personnes.

Photo : La dévaluation monétaire mène à la dévaluation sociale http://citoyenactif.20minutes-blogs.fr/archive/2012/11/01/la-devaluation-monetaire-mene-a-la-devaluation-sociale.html 
Chèr_e-s camarades,
* Dévaluation - (Économie): Définition : Définition
Une dévaluation monétaire se caractérise par une dépréciation du taux de change d'une monnaie par rapport à une devise de référence et donc par une perte de pouvoir d'achat.
Dylan Grice, analyste à la Société Générale, déclare que jamais depuis le début de sa carrière il n’a été plus inquiet pour l’avenir.
Il ne craint pas uniquement la panne du système financier, mais également un effondrement de la société dans son ensemble. “La dévaluation monétaire mène à la dévaluation sociale”, dit-il.
Quand la population ne peut plus faire confiance à la devise, la confiance dans la société tout entière… et les uns dans les autres… commence à s’effriter.
Vers la très grande panne du système économique et financier ... - agoravox : " Comme anticipé par LEAP/E2020 en Février dernier dans le GEAB N°42, le second semestre 2010 est bien caractérisé par une aggravation brutale de la crise marquée par la fin de l’illusion de reprise entretenue par les dirigeants occidentaux1 et les milliers de milliards engloutis par les banques et des plans de « stimulation » économiques sans efficacité durable. Les prochains mois vont dévoiler une réalité simple mais particulièrement douloureuse : l’économie occidentale, et en particulier celle des Etats-Unis2, n’est jamais vraiment sortie de récession3. Les sursauts statistiques enregistrés depuis l’été 2009 n’ont été que les conséquences passagères d’une injection massive de liquidités dans un système fondamentalement devenu insolvable à l’image du consommateur américain4 (....)
Lorsque les autorités commencent à tricher sur la monnaie… tous les autres s’y mettent aussi. Voici ce qu’en dit Bloomberg :
“Près de 2 400 personnes ayant bénéficié d’allocations chômage en 2009 faisaient partie de foyers dont les revenus annuels se montaient à un million de dollars ou plus, selon le Service de recherches du Congrès [américain]“.
“Ce rapport a été publié après qu’environ 1,1 million de personnes sont arrivées au bout de leurs allocations chômage durant le deuxième trimestre 2012 [...]. Il est envisagé de supprimer de tels paiements aux personnes à hauts revenus, alors que les régulateurs américains tentent de contrôler un déficit estimé à 1 100 milliards de dollars pour l’exercice fiscal prenant fin le 30 septembre, avec un taux de chômage national à 8,1%”.
“[...] Les 2 362 personnes dans ces foyers millionnaires représentent 0,02% des 11,3 millions d’Américains ayant déclaré des allocations chômage en 2009, selon le rapport d’août. 954 000 autres ménages gagnant plus de 100 000 $ durant le pire ralentissement économique depuis la Grande Dépression ont également déclaré avoir reçu des allocations chômage”.
▪ Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Occident 
Nous ne critiquons personne. Au fond d’eux-mêmes, les gens ne sont pas vraiment plus avides ou plus corrompus aujourd’hui qu’ils l’étaient auparavant. Mais désormais, c’est le système tout entier qui a viré à l’aigre.
Lorsque la monnaie devient factice, tout le reste suit. Dylan Grice :
“Je suis plus inquiet que jamais au sujet des nuages qui s’amassent aujourd’hui (ce qui pourrait être le plus parfait indicateur contrarien qu’on puisse espérer…). J’espère qu’ils passeront sans tempête, mais je crains que les prochaines décennies ne soient caractérisées par un Grand Désordre de la sorte de ceux qui ont défini des époques et marqué des générations entières”.
Vous voulez plus de preuves de “dévaluation sociale” ? Dylan écrit :
“Les 99% accusent les 1%, les 1% accusent les 47%, le secteur privé accuse le secteur public, le secteur public le lui rend bien… les jeunes accusent les vieux, tout le monde accuse les riches… mais bien peu remettent en question les idées qui sous-tendent le gouvernement ou les banques centrales”…
Nous avons vécu la plus grande hyperinflation de crédit de l’histoire, dit-il. Comme nous l’avons souligné à maintes reprises, ce programme est essentiellement un programme de transfert… pour faire passer les actifs des classes moyennes vers les riches.
A présent, ce sont les banques centrales et les gouvernements qui distribuent la nourriture. Naturellement, ceux qui sont le plus proches de ces institutions — les initiés, les as de la finance, les soutiens de campagne… et les riches plus généralement — obtiennent les plus grosses portions. Tout ça est ensuite censé couler vers le reste de la société. Mais ça n’arrive jamais.
Keynes lui-même reconnaissait cet effet. Voilà ce qu’il en disait :
“Par un processus d’inflation continu, les gouvernements peuvent confisquer, secrètement et en cachette, une part importante de la richesse de leurs citoyens. Par cette méthode, non seulement ils confisquent, mais ils confisquent de manière arbitraire ; et quand bien même le processus appauvrit beaucoup de gens, quelques-uns s’en trouvent tout de même enrichis”.
Cette inflation monétaire… cette inflation du crédit (on n’est pas encore à des niveaux élevés d’inflation des prix à la consommation — du moins pas officiellement) fait passer l’argent vers les actionnaires et les investisseurs obligataires. Les classes moyennes n’ont pas progressé, en termes de revenus ou de valeur nette, depuis près de 20 ans. Et le nombre de pauvres augmente… avec une quantité sans précédent d’Américains bénéficiant de bons alimentaires.
Ce n’est pas là le genre de choses qui nourrit la cohésion sociale ou le bonheur commun. Cela cause plutôt du ressentiment, de l’envie… et de la tricherie de masse.
Source : La dévaluation monétaire mène à la dévaluation sociale
Pour une dévaluation fiscale : L'idée d'un choc de compétitivité, c'est-à-dire d'un transfert de la charge du financement de la protection sociale des entreprises vers la contribution sociale généralisée (CSG) combinée à d'autres impôts de type TVA ou taxe environnementale, fait débat, y compris entre économistes se réclamant de l'héritage "keynésien"
PDF]  GUIDE PRATIQUE D'ÉVALUATION - Cepal
Persée : Les conditions monétaires et la réussite d'une dévaluation, Les effets à moyen terme de la dévaluation des francs CFA - Dial  
Conclusion : Cette annalyse d'un néolibéraux ( néolibéralisme,) est intéressante pour comprendre les mécanisme de la "crise", " contration du système capitaliste", même si son objectif est de mettre en cause les institutions étatiques ( banque centrale, etats ...) pour éviter de remettre en cause le système capitaliste ( néolibéral) généraliser. Même en difficulté, il existe de nombreux garde fous  (sommet européen, , plan" sauvetage) pour éviter qu'il s'effondre de lui même. La  baisse tendancielle du taux de profit pronostiquait par Karl Marx est arrivé dans les années 70 en Europe d'ou une réorganisation du marché du travail ( privatisation de la sécurité)

Aujourd'hui :

Le coup de pression du patronat, le grand chantage qui dure depuis plus de trente ans, voir plus.
 
Photo : Le coup de pression du patronat, le grand chantage qui dure depuis plus de trente ans, voir plus.

 

 

Compétitivité : 98 grands patrons font monter la pression avant le rapport Gallois : Les grands patrons français, dont une majorité de gauche, ont fait monter dimanche  la pression sur le dossier de la compétitivité en présentant leur propre version de ce que devrait être le "pacte" élaboré par le gouvernement pour relancer l'économie du pays. Les patrons de l'Association française des entreprises privées (Afep),

 

Une baisse de 30 milliards d'euros de cotisations sociales sur deux ans

Pour l'exploration des gaz de schiste

Compétitivité oui, choc non selon Pierre Moscovici

Interrogé  dimanche, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a repris les termes du chef de l'Etat: "Il faut absolument agir sur la compétitivé, mais pas par un choc", a-t-il commenté, en préconisant sur Canal Plus "une trajectoire continue dans le temps

Louis Schweitzer : "Pas de changement du jour au lendemain

Beaucoup de patrons de gauche

 

L’article 312-10 du Code pénal dispose que :

 

« Le chantage est le fait d'obtenir, en menaçant de révéler ou d'imputer des faits de nature à porter atteinte à l'honneur ou à la considération, soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit la révélation d'un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien quelconque

 

Thibault dénonce "un chantage éhonté du patronat" pour la - Le Point :

Au Japon, la droite fait du chantage à la faillite - Libération : Budget. L’opposition bloque le vote d’une loi de finance, menaçant l’archipel de cessation de paiement. Le neoliberalisme et son impasse :

Compétitivité : Les patrons en font-ils trop ?

Une entende entre Jean Quatremer - wikipedia ( Il travaille pour le quotidien français Libération) depuis 1984 ) déjà mis en cause dans l'article de Frédéric Lordon sur le conspirationisme, défend l'idéologie du capitalisme ( néolibéral), les plans sociaux, le manque de compétitivité de la France, des aides sociales trop élevé qui pose problème ( "En fait c’est là la chose que Jean Quatremer a visiblement du mal à comprendre – déficience par quoi d’ailleurs il verse immanquablement dans le conspirationnisme, qu’il dénonçait chez les autres à l’époque où « tout allait bien » (pour lui) –, les crises s’expliquent moins par la malignité des agents que par l’arrivée aux limites des structures" )  . Il y a ainsi une entende qui frise la comédie noir avec Ted Stander wikipedia : écrivain et essayiste américain : Ces livres, écrits en français, se veulent entre l'essai polémique et l'humour. Il s'y interroge sur, selon lui, le lien entre un certain déclin français et le trop-plein d'État-providence Site Internet officiel de Ted Stanger :

 

  • France : la vie à crédit, Ted Stanger (États-Unis) avec Bruno Girodon, Documentaire France2, (passé sur France2, dans l'émission Un œil sur la planète, Lundi 26 février 2007, à 23h10).
  • Comment ça va, cow-boy ?, Ted Stanger, (diffusé sur France2, le 18 octobre 2004).

 

France: Une vie à crédit - Vidéo Dailymotion

 - 17 min)

Cette semaine, le bras de fer entre le patronat et le gouvernement s’est indéniablement intensifié. Surfant sur le récent succès du mouvement d’entrepreneurs baptisés les « pigeons » et à quelques jours de la remise du rapport de Louis Gallois sur la compétitivité, les grands patrons entendent bien faire monter la pression sur l’exécutif. En effet, ils demandent à l’État de réaliser 60 milliards d’euros d’économies au cours des cinq prochaines années, tout en préconisant une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros sur deux ans, financée par une augmentation de la TVA et une réduction des dépenses publiques. Une missive qui fait polémique alors que François Hollande a promis non pas un « choc », mais un « pacte » de compétitivité de l’économie française.

 

Etats-Unis : Tempête dans les urnes

Trois jours après le passage meurtrier de l’Ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis, la campagne présidentielle américaine redémarre. À quelques jours du fameux verdict et après avoir été immobilisés par la tempête, les deux candidats à la Maison-Blanche sillonnent de nombreux États encore indécis, dont notamment le fameux « swing state » de l’Ohio, ultime champ de bataille de ce marathon électoral. Si les sondages semblent favoriser le président sortant grâce à son avance dans les États les plus décisifs de la carte électorale, les scores restent très serrés. Barack Obama - Mitt Romney qui prendra la tête de la première puissance mondiale le 6 novembre prochain ? Après une campagne des plus mouvementée, l’issue du scrutin crucial reste incertaine…

 

Elisabeth Quin accueille pour en débattre : Cécile Philippe, économiste et fondatrice de l’Institut économique Molinari, Jean Quatremer, correspondant à Bruxelles pour « Libération », mais aussi l’écrivain et essayiste américain Ted Stanger, et la dessinatrice Coco.

Cecile Philippe a écrit :

 

 

 
Citation : 
 
« Les faucheurs d’OGM menacent le progrès de la science au nom d’une vision conservatrice de l’agriculture »[3].
 
Oeuvre :
  1. Cécile Philippe et Pascal Canfin sur RFI, 30 octobre 2007
  2. Organisation de l'Institut Constant
  3. Cécile Philippe, La terre est foutue, p. 16
En savoir plus :

 

(France, 2012, 26mn)
ARTE F


Date de première diffusion : Hier, 20h06

conclusion de fin :

Comprendre l'idéologie du capitalisme ( néolibéral) avec une interview de Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière [HD] - YouTube : Entretien avec Serge Halimi, journaliste au mensuel le Monde diplomatique, autour de son livre "Le grand bond en arrière" (Editions Fayard).
Comment est-on passé à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance ?
Emission France Inter "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet, première diffusion le vendredi 2 juillet 2004.

 




Revoir 28 minutes en replay, diffusé sur ARTE le 02-11-2012 à 20:06, Compétitivité : "Il faut un effort dans la durée" - Le Nouvel Observateur

01/11/2012

La dévaluation monétaire mène à la dévaluation sociale

Chèr_e-s camarades,
 
 * Dévaluation - (Économie): Définition : Définition
Une dévaluation monétaire se caractérise par une dépréciation du taux de change d'une monnaie par rapport à une devise de référence et donc par une perte de pouvoir d'achat.

 crise,finance,paupérisation,la dévaluation monétaire,la dévaluation sociale,interview,économieDylan Grice, analyste à la Société Générale, déclare que jamais depuis le début de sa carrière il n’a été plus inquiet pour l’avenir.

Il ne craint pas uniquement la panne du système financier, mais également un effondrement de la société dans son ensemble. “La dévaluation monétaire mène à la dévaluation sociale”, dit-il.

Quand la population ne peut plus faire confiance à la devise, la confiance dans la société tout entière… et les uns dans les autres… commence à s’effriter.

Vers la très grande panne du système économique et financier ... - agoravox : " Comme anticipé par LEAP/E2020 en Février dernier dans le GEAB N°42, le second semestre 2010 est bien caractérisé par une aggravation brutale de la crise marquée par la fin de l’illusion de reprise entretenue par les dirigeants occidentaux1 et les milliers de milliards engloutis par les banques et des plans de « stimulation » économiques sans efficacité durable. Les prochains mois vont dévoiler une réalité simple mais particulièrement douloureuse : l’économie occidentale, et en particulier celle des Etats-Unis2, n’est jamais vraiment sortie de récession3. Les sursauts statistiques enregistrés depuis l’été 2009 n’ont été que les conséquences passagères d’une injection massive de liquidités dans un système fondamentalement devenu insolvable à l’image du consommateur américain4 (....)

GIF

Lorsque les autorités commencent à tricher sur la monnaie… tous les autres s’y mettent aussi. Voici ce qu’en dit Bloomberg :

Près de 2 400 personnes ayant bénéficié d’allocations chômage en 2009 faisaient partie de foyers dont les revenus annuels se montaient à un million de dollars ou plus, selon le Service de recherches du Congrès [américain]“.

Ce rapport a été publié après qu’environ 1,1 million de personnes sont arrivées au bout de leurs allocations chômage durant le deuxième trimestre 2012 [...]. Il est envisagé de supprimer de tels paiements aux personnes à hauts revenus, alors que les régulateurs américains tentent de contrôler un déficit estimé à 1 100 milliards de dollars pour l’exercice fiscal prenant fin le 30 septembre, avec un taux de chômage national à 8,1%”.

“[...] Les 2 362 personnes dans ces foyers millionnaires représentent 0,02% des 11,3 millions d’Américains ayant déclaré des allocations chômage en 2009, selon le rapport d’août. 954 000 autres ménages gagnant plus de 100 000 $ durant le pire ralentissement économique depuis la Grande Dépression ont également déclaré avoir reçu des allocations chômage”.

▪ Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Occident
Nous ne critiquons personne. Au fond d’eux-mêmes, les gens ne sont pas vraiment plus avides ou plus corrompus aujourd’hui qu’ils l’étaient auparavant. Mais désormais, c’est le système tout entier qui a viré à l’aigre.

Lorsque la monnaie devient factice, tout le reste suit. Dylan Grice :

Je suis plus inquiet que jamais au sujet des nuages qui s’amassent aujourd’hui (ce qui pourrait être le plus parfait indicateur contrarien qu’on puisse espérer…). J’espère qu’ils passeront sans tempête, mais je crains que les prochaines décennies ne soient caractérisées par un Grand Désordre de la sorte de ceux qui ont défini des époques et marqué des générations entières”.

Vous voulez plus de preuves de “dévaluation sociale” ? Dylan écrit :

Les 99% accusent les 1%, les 1% accusent les 47%, le secteur privé accuse le secteur public, le secteur public le lui rend bien… les jeunes accusent les vieux, tout le monde accuse les riches… mais bien peu remettent en question les idées qui sous-tendent le gouvernement ou les banques centrales”…

Nous avons vécu la plus grande hyperinflation de crédit de l’histoire, dit-il. Comme nous l’avons souligné à maintes reprises, ce programme est essentiellement un programme de transfert… pour faire passer les actifs des classes moyennes vers les riches.

A présent, ce sont les banques centrales et les gouvernements qui distribuent la nourriture. Naturellement, ceux qui sont le plus proches de ces institutions — les initiés, les as de la finance, les soutiens de campagne… et les riches plus généralement — obtiennent les plus grosses portions. Tout ça est ensuite censé couler vers le reste de la société. Mais ça n’arrive jamais.

Keynes lui-même reconnaissait cet effet. Voilà ce qu’il en disait :

Par un processus d’inflation continu, les gouvernements peuvent confisquer, secrètement et en cachette, une part importante de la richesse de leurs citoyens. Par cette méthode, non seulement ils confisquent, mais ils confisquent de manière arbitraire ; et quand bien même le processus appauvrit beaucoup de gens, quelques-uns s’en trouvent tout de même enrichis”.

Cette inflation monétaire… cette inflation du crédit (on n’est pas encore à des niveaux élevés d’inflation des prix à la consommation — du moins pas officiellement) fait passer l’argent vers les actionnaires et les investisseurs obligataires. Les classes moyennes n’ont pas progressé, en termes de revenus ou de valeur nette, depuis près de 20 ans. Et le nombre de pauvres augmente… avec une quantité sans précédent d’Américains bénéficiant de bons alimentaires.

Ce n’est pas là le genre de choses qui nourrit la cohésion sociale ou le bonheur commun. Cela cause plutôt du ressentiment, de l’envie… et de la tricherie de masse.

Source : La dévaluation monétaire mène à la dévaluation sociale

Pour une dévaluation fiscale : L'idée d'un choc de compétitivité, c'est-à-dire d'un transfert de la charge du financement de la protection sociale des entreprises vers la contribution sociale généralisée (CSG) combinée à d'autres impôts de type TVA ou taxe environnementale, fait débat, y compris entre économistes se réclamant de l'héritage "keynésien"

PDF]  GUIDE PRATIQUE D'ÉVALUATION - Cepal

 
Conclusion : Cette annalyse d'un néolibéraux ( néolibéralisme,) est intéressante pour comprendre les mécanisme de la "crise", " contration du système capitaliste", même si son objectif est de mettre en cause les institutions étatiques ( banque centrale, etats ...) pour éviter de remettre en cause le système capitaliste ( néolibéral) généraliser. Même en difficulté, il existe de nombreux garde fous  (sommet européen, , plan" sauvetage) pour éviter qu'il s'effondre de lui même. La  baisse tendancielle du taux de profit pronostiquait par Karl Marx est arrivé dans les années 70 en Europe d'ou une réorganisation du marché du travail ( privatisation de la sécurité)

30/10/2012

Témoignage de palestine

 

une photo de Martine Rimbault.
DE Tony Kopera
"Ils étaient empêchés de parvenir à leurs champs par la violence de colons israéliens radicaux et l’armée.

Ils ont été appuyés par une ONG israélienne. le saviez vous ?

...
Les fermiers se sont pressés dans la grande salle de la mairie de Beit Furik, à l’est de Naplouse en Cisjordanie, pour entendre le détail de la décision de la Cour suprême israélienne : après dix années de confiscation, ils pourront retourner sur leurs terres et récolter figues et olives.

Assis en rangs, keffieh sur la tête retenu par un boudin noir, longue tunique et peau tannée par le soleil, ils écoutent l’équipe juridique de l’ONG israélienne Yesh Din (« Il y a une justice » ) en égrenant leurs chapelets.
« Beaucoup de barrières, de manque de confiance, ont dû être franchis »

« Grâce à notre pétition, nous avons arrêté le cercle vicieux de colons radicaux qui empêchent par la violence les propriétaires palestiniens de venir sur leur terre, de l’armée qui intervient et finalement interdit l’accès des agriculteurs à leur propre terre, a proclamé l’avocat israélien Michael Sfard. Beaucoup de barrières, de manque de confiance, ont dû être franchis pour que nous puissions déposer cette pétition ensemble. Merci de nous avoir autorisés à faire partie de votre combat. » La salle a applaudi.

« En 1997, un fermier palestinien de Beit Furik âgé de 75 ans a été attaqué et tué dans son champ. Depuis, les violences de colons n’ont plus cessé, empêchant les habitants du village d’aller cultiver leurs oliviers. En 2005, un commandant de l’armée a réuni les villageois pour leur expliquer que l’accès à leur terre n’était plus autorisé et a placé des barrières. »"
Afficher la suite
Ils étaient empêchés de parvenir à leurs champs par la violence de colons israéliens radicaux et l’armée.  
Ils ont été appuyés par une ONG israélienne. le saviez vous ? 
Les fermiers se sont pressés dans la grande salle de la mairie de Beit Furik, à l’est de Naplouse en Cisjordanie, pour entendre le détail de la décision de la Cour suprême israélienne : après dix années de confiscation, ils pourront retourner sur leurs terres et récolter figues et olives. 
Assis en rangs, keffieh sur la tête retenu par un boudin noir, longue tunique et peau tannée par le soleil, ils écoutent l’équipe juridique de l’ONG israélienne Yesh Din (« Il y a une justice » ) en égrenant leurs chapelets.
« Beaucoup de barrières, de manque de confiance, ont dû être franchis »
« Grâce à notre pétition, nous avons arrêté le cercle vicieux de colons radicaux qui empêchent par la violence les propriétaires palestiniens de venir sur leur terre, de l’armée qui intervient et finalement interdit l’accès des agriculteurs à leur propre terre, a proclamé l’avocat israélien Michael Sfard. Beaucoup de barrières, de manque de confiance, ont dû être franchis pour que nous puissions déposer cette pétition ensemble. Merci de nous avoir autorisés à faire partie de votre combat.  » La salle a applaudi.
« En 1997, un fermier palestinien de Beit Furik âgé de 75 ans a été attaqué et tué dans son champ. Depuis, les violences de colons n’ont plus cessé, empêchant les habitants du village d’aller cultiver leurs oliviers. En 2005, un commandant de l’armée a réuni les villageois pour leur expliquer que l’accès à leur terre n’était plus autorisé et a placé des barrières »,
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu