Avertir le modérateur

21/05/2016

Le djihad pour sauver soixante-dix parents et ami

n

nArte Mardi 27 22:55 - 00:00 Molenbeek, génération radicale ?

 
Documentaire
Avec ses cent mille habitants et ses 45 % de chômeurs chez les moins de 25 ans, et ­depuis les attentats de Paris de novem­bre 2015, le quartier bruxellois de Molenbeek-Saint-Jean est considéré comme « le berceau européen du djihadisme » et un nid de terroristes qu'Eric Zemmour avait appelé à « bombarder ». L'immersion dans les rues,...

La fable des 70 vierges offertes après sa mort au supposé « martyr » du djihad a fait couler beaucoup d’encre. Mais beaucoup plus dans la presse occidentale que dans la propagande djihadiste, tant elle conforte des préjugés ancestraux sur l’Islam et la sexualité qui lui est associée depuis les chroniques médiévales.

En revanche, peu d’intérêt a été accordé à la conviction qu’ont de nombreuses recrues de Daech, le bien mal nommé « Etat islamique », de se sacrifier en Syrie pour racheter les fautes présumées de 70 de leurs proches. Une telle tendance est d’autant plus troublante qu’elle vaut tout autant pour les femmes que pour les hommes qui ont choisi de rejoindre le « califat » auto-proclamé d’Abou Bakr al-Baghdadi. En outre, elle renvoie à la centralité de la Syrie dans une propagande moderne aux accents prophétiques, et non à une quelconque fatalité d’un djihad posé comme éternel.

Pour avoir insisté depuis une décennie sur la dimension apocalyptique d’un certain djihadisme, j’ai pu relever le caractère structuré et structurant d’une telle déviance individuelle ou collective. Une dissonance cognitive devenue systématique nourrit un déni de la réalité immédiate au profit d’un « récit » qui se substitue à elle. L’embrigadement dans la secte djihadiste ne peut que consolider un tel engagement, auquel l’imminence ressentie de la fin des temps confère un caractère d’urgence.

Un tel processus n’a cependant rien de spécifique au djihadisme, et encore moins à l’Islam. Prenez Simon et Hilzonde Adriansen, deux personnages du magnifique roman de Marguerite Yourcenar, « L’Oeuvre au noir ». Nous sommes en 1534 et ce couple de bourgeois d’Amsterdam, prospères et raisonneurs, rêve de rejoindre les Anabaptistes soulevés à Münster à la fois contre les Catholiques et les Luthériens. Le marchand donne à son épouse « quinze jours pour réfléchir à ce projet au fond duquel se trouvaient la misère, l’exil, la mort peut-être, mais aussi la chance d’être parmi les premiers à saluer le Règne du Ciel ». Hilzonde n’attend pas quinze secondes pour décider avec Adrian de tout abandonner et de rejoindre « l’Arche de Münster ».

Je ne pense pas que, à la différence des insurgés écrasés dans le sang à Münster en 1535, les dirigeants de Daech croient eux-mêmes à l’imminence du Jugement dernier. Mais j’ai décrit « l’opportunisme apocalyptique » qui permet à Baghdadi et à ses cadres de mobiliser d’aussi puissantes émotions au service de leur projet totalitaire. Les combats menés dans le nord de la Syrie depuis 2013 ont considérablement alimenté le flux de recrutement djihadiste, car c’est dans ce « pays de Cham » (Cham désignant à la fois la Syrie et Damas) que certaines prophéties situent les ultimes batailles de ce monde. Les localités de Dabiq et A’amaq, situées au nord-est d’Alep, et mentionnées dans ces textes anciens, ont ainsi donné leur nom respectivement au magazine en ligne et à « l’agence de presse » de Daech.

C’est un auteur apocalyptique du début du troisième siècle de l’Islam qui est aujourd’hui en vogue dans les milieux djihadistes. Nuaym Ibn Hammad (771-843) a écrit le « Livre des Discordes » (Kitâb al-fitan) au cours des dix dernières années de sa vie, compilant des traditions prophétiques, à la fois liées à la fin des temps et au « pays de Cham ». Ibn Hammad est une source mineure par rapport aux grandes références de la tradition musulmane que sont Boukhari, Muslim ou Abou Daoud. Mais il connaît un regain d’intérêt populaire après l’invasion américaine de l’Irak en 2003, quand des auteurs de pamphlets millénaristes se réclament d’Ibn Hammad pour associer les catastrophes qui ravagent le Moyen-Orient aux Signes de la Fin des Temps.

Deux dirigeants djihadistes vont user et abuser des citations d’Ibn Hammad, le Jordanien Abou Moussab Zarqaoui, tué en 2006 à la tête de la branche irakienne d’Al-Qaida, devenue la matrice de Daech ; et le Syrien Abou Moussab al-Souri, « disparu » depuis sa capture par la CIA au Pakistan en 2005. Une décennie plus tard, la propagande djihadiste sur les réseaux sociaux est truffée de citations d’Ibn Hammad, avec une insistance particulière sur le privilège extraordinaire réservé à chaque « martyr » tombé en Syrie : il pourra sauver 70 vies en plus de la sienne lorsque viendra le Jugement dernier.

Les sergents recruteurs de Daech ont vite étendu ce privilège aux militantes qui rejoignent leur organisation. Peu importe que la formulation d’Ibn Hammad soit passablement obscure : de toutes façons c’est sa version simpliste, diffusée en écho sur les réseaux sociaux, qui littéralement fait foi. La rupture avec l’environnement familial et amical est ainsi justifiée par son contraire, par une dynamique bien connue dans les mouvements sectaires et les organisations totalitaires : on rompt pour sauver, on se déchire pour racheter, on fuit pour se retrouver dans un ailleurs exalté.

Le mythe des 70 « rachats » est au cœur de ce djihadisme conquérant qui, à la faveur de l’horreur syrienne, se pare des couleurs d’un altruisme aussi mensonger que dévastateur.

Le djihad pour sauver soixante-dix parents et amis

  • A propos

    Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris). Il a aussi été professeur invité dans les universités de Columbia (New York) et de Georgetown (Washington). Ses travaux sur le monde arabo-musulman ont été diffusés dans une douzaine de langues. Il a aussi écrit le scénario de bandes dessinées, en collaboration avec David B. ou Cyrille Pomès, ainsi que le texte de chansons mises en musique par Zebda ou Catherine Vincent. Il est enfin l’auteur de biographies de Jimi Hendrix et de Camaron de la Isla.
 

12/05/2016

Toute religion est une secte qui a réussi.

n

 
 
 

A comme absolument athée
T comme totalement athée
H comme hermétiquement athée
É accent aigu comme étonnamment athée
E comme entièrement athée
pas libre penseur
athée
il y a une nuance

PREVERT

n

Toute religion est une secte qui a réussi.



Les Inconnus - Les sectes

 

Soldats d'Allah - Spécial investigation (extrait 1)Soldats d'Allah. Basé sur des faits réels, ils nous plongent dans des enquêtes de choc. Rediffusion Spécial Investigation en streaming. Les replay sont disponible dans tous les pays, vous allez regarder Spécial Investigation du 02/05/2016.Soldats d Allah : Special investigation [REPORTAGE 2016]
 
Le plus surprenant dans se documentaire, en dehors que la prison forme les terrorisme, c'est que c'est une video qui a radicalisé Ousama, un des acteurs du documentaire mais une videos conspui de cathos évangélistes d'extrême droite qui l'aurait convaincu de se jetter dans les voie de l'islam radical

 "We all must respect the law and maintain peace," he said.

 

En Inde: 14 morts dans des heurts dans de violentes manifestations qui ont éclaté dans le nord de l'Inde après la condamnation d'un gourou controversé pour le viol de deux adeptes, a indiqué le responsable d'un hôpital.Connu sous le surnom de "Gourou tape-à-l'oeil", en raison de son penchant pour les vêtements criards et les bijoux, ce chef spirituel de 50 ans est à la tête de la secte Dera Sacha. Il suivi par de nombreux fidèles et affirme avoir des millions d'adeptes de par le monde. La veille du verdict, les autorités indiennes avaient renforcé la sécurité dans la région, déployant 15.000 hommes, en raison de l'afflux de milliers d'adeptes.
 

En 2011, la communauté française de Béatitudes comptait 150 prêtres, environ 400 religieuses et frères, et quelques milliers de fidèles. Enquête passionnante sur le mouvement, ses scandales et son fondateur, l'inquiétant frère Ephraïm.

Les Beatitudes Une Secte Aux Portes Du Vatican - YouTube :Les Béatitudes : une secte aux portes du Vatican Vendredi 06 20:30 - 21:25Documentaire Réalisé en 2012 par  Sophie Bonnet 
Fiche programme

Autre exemples : la sicnetologie, la secte du temple solaire 
 
Fondée dans les années 50, l'Eglise de Scientologie s'est développée au fil des années pour devenir l'une des sectes les plus secrètes et les plus puissantes des Etats-Unis. A travers les témoignages de huit anciens scientologues, dont le réalisateur et scénariste Paul Haggis, le documentaire permet de comprendre le fonctionnement de cette véritable machine à endoctrinement, qui parvient à isoler et à asservir ses sujets. Les récits de ces membres repentis montrent combien, dépourvus de leur libre-arbitre, ils étaient prêts à tout pour suivre à la lettre une doctrine imposée par David Miscavige, leader omnipotent de la secte...
 
« On se disait qu'on faisait le bien. » Pour chacun des anciens scientologues, dont certains très haut placés, intervenant dans ce documentaire, c'est l'idée qui ressort de leurs années dans la secte, reconnue comme Eglise aux Etats-Unis
 
Devenue un business juteux, l'Eglise ne recule devant rien pour conserver et étendre son contrôle. Dettes, chantage, maltraitances physiques, travaux dans des conditions parfois terrifiantes. des témoignages accableants.

 


Les Beatitudes Une Secte Aux Portes Du Vatican - YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=jLFMyjuRU10


 


 
L enfance chez les Témoins de Jéhovah


 
Quelle différence entre religion et secte ?
Extrait de Sectes et religions On peut définir la religion comme un ensemble de croyances et de principes indiscutables, ainsi qu'un ensemble de pratiques liées à ces croyances et principes ; sachant qu'une religion peut être déiste ou non déiste, c'est-à-dire affirmant l'existence d'un ou plusieurs dieu(x).On peut voir parmi ces définitions que le lien entre secte et religion est très ambigu.
 
els critères définissent les actions des sectes ?
Ces critères officiels sont élaborés par plusieurs commissions d'enquêtes parlementaires, qui ont permis_d'établir une
liste d'indices facilitant le repérage des dérives sectaires : la déstabilisation mentale, le caractère exorbitant des exigences financières, la rupture avec l'environnement d'origine, les atteintes à l'intégrité physique, l'embrigadement des enfants, le discours antisocial, les troubles à l'ordre public, l'importance des démêlés judiciaires, l'éventuel détournement des circuits économiques traditionnels, les tentatives d'infiltration des pouvoirs publics. 

Les Sectes sous le masque religieux
Les " Sectes sectaires " ont bien compris l'intérêt de cette ambiguïté des termes et l'utilité de se présenter comme des " religions ", y compris celles qui, au départ faisaient ouvertement profession d'athéisme. D'autant plus qu'elles espèrent ainsi obtenir certains avantages fiscaux ou juridiques réservés aux associations cultuelles. En se parant indûment d'un masque religieux, elles entendent donner d'elles-mêmes une image d'honorabilité et de respectabilité. Redoutant plus que tout que leur soit appliqué le vocable désormais si péjoratif de " secte ", elles veulent être appelées " religions ", " églises ", " nouveaux mouvements religieux ". Céder à cette demande serait une erreur grave qui contribuerait à entretenir la confusion, car il est clair qu'il existe des sectes qui ne sont pas des religions, des religions ou des nouveaux mouvements religieux qui ne sont pas des sectes, et que des vieilles religions peuvent devenir des sectes".

Soldats d Allah Créé le dimanche 08 mai 2016 par L'indigné révolté, es Beatitudes Une Secte Aux Portes Du Vatican -Créé le vendredi 06 mai 2016 par l'Indigné révolté

La religionn Par Enkolo dans Accueil le

 

Les Beatitudes Une Secte Aux Portes Du Vatican -

India, Asia, Politics, Rape ,Religion

Vendetta mortelle chez les «Bikers» - dimanche 08 juillet 2012
Les Béatitudes : une secte aux portes du Vatican - samedi 07 juillet 2012
La folie des régimes - lundi 02 juillet 2012
Vacances : l'envers de la carte postale - lundi 02 juillet 2012
Terrorisme : les failles des aéroports - dimanche 01 juillet 2012
Flashball : l'arme fatale - samedi 30 juin 2012
Tabloïds : le pouvoir du scandale - mercredi 27 juin 2012
Mexique : un pays au bord de l'overdose - lundi 18 juin 2012
Produits du terroir : pièges et attrape-gogos - dimanche 17 juin 2012
Monde du travail : Auto-entrepreneurs, demain, tous patrons ou tous pigeons ? - samedi 16 juin 2012
Europe : l'insurrection qui vient ? - jeudi 14 juin 2012
L'affaire Myriam Sakhri - dimanche 10 juin 2012
Bébés volés : l'incroyable scandale - dimanche 10 juin 2012
Iran : la bombe à tout prix - samedi 09 juin 2012
Riches et célèbres : comment échapper au fisc - mercredi 06 juin 2012
France-dictatures : les liaisons dangereuses - mardi 05 juin 2012
Spécial investigation - dimanche 03 juin 2012
Immobilier, à qui profite la flambée des prix ? - mardi 29 mai 2012
Elysée 2012 : journal non autorisé - lundi 28 mai 2012
Les nouveaux braconniers - dimanche 20 mai 2012

18/08/2015

"Des conflits géopolitiques sous couvert de religion"

n

"Les concepts religieux fonctionnent comme cela, il réalise le miracle d'être exactement ce que les gens vont transmettre parce que les autres variantes ont été oubliées ou abandonnées en chemin. La magie qui semble produire des concepts parfaits à l'esprit humain est simplement la conséquence d'événements sélectionnés."
..........

"La religion est une épidémie mentale qui conduit les gens à développer des concepts religieux assez semblables."

 

(Pascal Boyer / Et l'homme créa les dieux)

en http://monoskop.org/File:Boyer_Pascal_Et_L_Homme_Crea_Les_Dieux_2003.pdf 

« Et si les conflits du Moyen-Orient contemporain n’étaient pas de nature religieuse ? Pour l’historien et économiste libanais Georges Corm, cette approche réductrice de la géopolitique ne sert qu’à légitimer la thèse du « choc des civilisations ». Dans son livre Pour une lecture profane des conflits*, l’universitaire démontre les nombreux mécanismes qui ont permis de légitimer des guerres injustes depuis la fin de la Guerre froide. Une politique qui passe par l’instrumentalisation du religieux. » source "Des conflits géopolitiques sous couvert de religion" : "-, Stéphane Thuault via Editions La Decouverte -  Propos recueillis par Matthieu Stricot - publié le 22/07/2015
3 min · 
 
 
 

 

"Il a dit qu'en me violant, il se rapproche de Dieu." 

Le viol, arme de guerre du groupe Etat Islamique : Les djihadistes ont construit une véritable théologie du viol appliquée à des femmes réduites en esclavage. La minorité religieuse Yézidie, présente en Irak et en Syrie, en est la principale victime. sur FRANCEINTER.FR
  

 Daech c'est l'histoire qu'ils ont lu et dont ils étaient fiers. 

Mais lorsqu'ils l'ont vu à l'époque contemporaine, ils essaient de la nier ou de s'en débarrasser

 

 

 Le 13 août 2015, un reportage du New York Times a montré à la face du monde qu'en Irak et en Syrie, les combattants de l'État islamique (Daech) violent des femmes, parfois pré-pubères, dont la religion n'est pas l'islam : « Une théologie du viol », titrait le quotidien nord-américain, mâtinant d'élans doctrinaires une monstruosité dont l'Histoire n'est pas avare. Et qui revient aujourd'hui tel un serpent de mer, vingt ans après un précédent qui avait secoué les consciences

 

Parmi d'autres crimes, les viols commis par les combattants de l'État islamique (Daech) frappent l'esprit public. Retour sur ces violences sexuelles devenues stratégies d'épouvante à l'encontre de populations ennemies, qu'étudient les historiens depuis un quart de siècle. Entretien vidéo avec Julie Le Gac et Fabrice Virgili : de la guerre de Troie à la Syrie, en passant par les campagnes napoléoniennes et la Bosnie. Titrait dans ces colonnes Médiapart sous le titre « Comment les viols de guerre sont devenus des armes de terreur » -

 |  PAR ANTOINE PERRAUD 

Ce Montréalais affirme avoir déjà sauvé 128 femmes et enfants, issus des minorités yazidies et chrétiennes. Chaque libération coûterait entre 1500 et 2000 euros. Dévoile le figaro

 

Depuis quelques jours, la presse canadienne relaie l'étonnante initiative de Steve Maman. Cet homme d'affaires canadien s'est mis en tête de libérer des esclaves sexuelles, issues des minorités yazidies et chrétiennes, et capturées par le groupe terroriste Etat islamique (EI). Contacté par Le Figaro, le Montréalais affirme avoir financé grâce à sa fortune personnelle une centaine de libérations. Ne pouvant plus assumer les dépenses, il a créé une fondation pour prendre le relais en juin dernier. Grâce à un appel aux dons lancé dans la foulée, une trentaine d'autres enfants ont déjà été libéré

 

Une initiative controversée

Si son initiative est souvent saluée, des voix s'élèvent et l'accusent de financer Daech. À Montréal, le milieu universitaire s'interroge sur la méthode employée. «Plusieurs régimes occidentaux se demandent si c'est la chose à faire puisque quand on commence, ça ne finit plus, souligne Frédéric Castel, géographe à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Et même pour des kidnappings d'otages en nombre de quelques dizaines, on est déjà contre. Qu'est-ce que ça va être quand on est avec des milliers?», demande l'enseignant, interrogé par le site d'informations La Presse.

En France, le directeur du Centre d'analyse du terrorisme (CAT) Jean-Charles Brisard se montre tout aussi sceptique. «En versant de l'argent contre la libération d'otages, je pense que cette initiative privée fait le jeu de Daech», commente-t-il, ajoutant que les rançons représentent 10% du financement de l'État islamique. «Ce qui est loin d'être négligeable!» Pour Natalie Maroun, analyste à l'Observatoire international des crises, la question est davantage morale: «Est-ce que c'est normal d'acheter un enfant pour le libérer, à l'heure où l'esclavage est aboli?»

 un lien.

 
n

L'organisation extrémiste Etat islamique a détruit un monastère syriaque catholique du 5e siècle dans le centre de la Syrie, annonce le site le figaro et AFP  a rapporté aujourd'hui l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "L'EI a détruit hier le monastère de Saint Elian à al-Qaryataïne", localité de la province de Homs capturée par les jihadistes le 5 août. "Au moyen de bulldozers, ils ont détruit le monastère sous prétexte que les gens y adoraient un (autre) dieu que Dieu", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire.

Le groupe ultra-radical a posté en ligne des photos du monastère et celles de bulldozers opérant des destructions de parties du lieu.
Le monastère, qui porte le nom d'un saint de Homs martyrisé par les Romains pour avoir refusé d'abandonner le christianisme, était un lieu de pèlerinage et de dialogue entre les religions à al-Qaryataïne, elle même symbole de coexistence entre chrétiens et musulmans.

la photo de Jack London 
 
 Il n'y a pas que Daesch qui déffré la chronique avec sa Barbarie et sa brutalité. Ainsi France Inter évoque aussi d'autres mouvements, qui ne se revendique pas tous de l'idéologie salafiste Les victimes de l'Armée de Résistance du Seigneur / France ... : réécouter l'émission en podcast 

 Un reportage de Grégoire Pourtier, correspondant au Soudan du Sud

Justin Ebere Genena :

« Nous sommes dans un centre monté en 2010, après l’incursion dans cette zone de l’Armée de Résistance du Seigneur, qui s’est alors adonnée aux enlèvements massifs de femmes et d’enfants. Ces personnes font ainsi partie de ceux qui ont été relâchées ou ont pu être libérées par les forces alliées… »

  

Justin Ebere Genena est un fonctionnaire sud-soudanais, responsable de ce centre de transit où l’on recueille les victimes de la terrible Armée de Résistance du Seigneur, la LRA.

Car cette rébellion née en Ouganda à la fin des années 80 est un mouvement d’une extrême violence, et qui a quitté depuis quelques temps son pays d’origine pour se réfugier dans les épaisses forêts du Soudan du Sud, donc, mais aussi de la République Démocratique du Congo et la République Centrafricaine.

Reportage à Yambio, où d’anciens prisonniers de la LRA se réadaptent à la vie en liberté avant de retourner chez eux.

 

KONY 2012 French (version française) [VOSTFR] - YouTube : « KONY 2012 est un film et une campagne d'Invisible Children (Enfants Invisibles en français) qui a pour but de rendre Joseph Kony célèbre, non pas pour le glorifier, mais pour apporter soutien à son arrestation et créer un précédent pour la justice internationale. »

 

n
 
En ce moment,c'est récurrent,dès que je publie un dessin sur les chrétiens sur ma page,j'ai une poignée de bigots(qui ont dû se perdre) qui viennent me casser · 
 
 
 
 n
n
De Diyarbakir en Turquie à Hassaké en Syrie, en passant par le mont Kandil en Irak, rencontre dans les régions du Kurdistan avec un peuple qui résiste pour...
HUMANITE.FR
 

n

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu