Avertir le modérateur

08/06/2011

La ferme des animaux – Animal Farm – by Georges Orwell

George Orwell - Animal Farm (Chapter I, II,III,IV,V,V,VI,VII), wikipédia,

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveaux régime. Boule de neige et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement : «  Tout deuxpattes est un ennemi. Tout quatrepattes ou volatile, un ami. Nul animal ne portera de vêtements. Nul animal ne dormira dans un lit. Nul animal ne boira d’alcool. Nul animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux ». Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore a déchiffrer : «  Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres ». Un très bon livres que j'ai lu, qui  dénonce a la fois le stalinisme, le nazisme et Wilson Churchill et sa politique

English Abstract A June 21 in England took place the revolt of the animals. The pigs run the new regime. Snowball and Napoleon, pigs-in-chief, have a regulation: "Any two legs is an enemy. All four legs or wings, is a friend. No animal shall wear clothes. No animal shall sleep in a bed. No animal shall drink alcohol. No animal shall kill any other animal. All animals are equal ". Time passes. The rain clears the commandments. The donkey, a cynical, sometimes even to decipher: "All animals are equal but some are more equal than others. " A very good book I read, which has denounced both Stalinism, Nazism and Wilson Churchill and his policies .

Resumen en español Un 21 de junio en Inglaterra se produjo la revuelta de los animales. Los cerdos ejecutar el nuevo régimen. Snowball y Napoleón, los cerdos en jefe, tiene una regulación: "Las dos piernas es un enemigo. Las cuatro patas o alas, es un amigo. Ningún animal deberá llevar ropa. Ningún animal dormirá en una cama. Ningún animal beberá alcohol. Ningún animal matará a otro animal. Todos los animales son "iguales. El tiempo pasa. La lluvia borra los mandamientos. El burro, un cínico, a veces incluso de descifrar: "Todos los animales son iguales pero algunos son más iguales que otros". Un muy buen libro que he leído, que ha denunciado tanto el estalinismo, el nazismo y Churchill Wilson y sus políticas

Cf Question everything, or shut up and become a victim of authority, Forces et limites de la manifestation, Pourquoi l’insurrection des consciences ?, Les raisons de la colère, Hervé Kempf - l'oligarchie, ça suffit !, GO ON, WATCHTitre original : The Slump of the 1930s and the crisis today ( cf International Socialism: The slump of the 1930s and the crisis today, Dans le monde, une classe en lutte, mai 2011(source jura libertaire), europeanrevolution : les places publiques reprennent du galon

01/05/2011

Vient de paraître - Pour en finir avec ce vieux monde - Les chemins de la transition

les chemins de transition.jpgAutant de questions abordées par des auteurs issus d’horizons théoriques et disciplinaires très divers, dont certains sont des théoriciens étrangers reconnus. Auteurs qui tous ressentent l’impérieuse nécessité de défricher ces nouvelles voies en abordant de près la question des transitions, afin de dessiner les chemins qui pourraient nous permettre de dépasser le capitalisme et ainsi nous rapprocher d’un monde soutenable. Utopie ? Moins que de prétendre pouvoir « moraliser », réguler ou verdir à moindres frais ce capitalisme prédateur

 

Les auteurs ici rassemblés n’ont pas une vision unique d’un nouveau modèle de société ni des moyens d’y parvenir. Mais ils partagent la conviction qu’aucune fatalité ne condamne l’humanité à détruire son habitat social et terrestre, à condition qu’elle reconnaisse les limites que lui impose la nature et qu’elle mobilise l’immense potentiel innovateur de son intelligence collective. La vocation de cet ouvrage est de tracer des pistes pour nourrir le débat et susciter l’action

 

Coordination et rédaction 

Dominique Méda, philosophe et sociologue 
Thomas Coutrot, économiste et membre du conseil scientifique d’Attac-France 
David Flacher, économiste et membre du bureau du mouvement Utopia

Contributeurs :

Christian Arnsperger, économiste, professeur à l’université catholique de Louvain 
Geneviève Azam, économiste et membre du conseil scientifique d’Attac-France 
Marie Duru-Bellat, sociologue et professeur de sociologie à Sciences Po 
Patrick Cingolani, professeur de sociologie à l’université Paris ouest Nanterre 
Christophe Degryse, journaliste, directeur d’édition du Bi lan social de l’Union européenne Fabrice Flipo, philosophe 
Jean Gadrey, économiste et professeur émérite à l’université Lille 1 
Jérôme Gleizes, professeur d’économie et rédacteur en chef d’EcoRèv’ 
Tim Jackson, professeur de développement durable à l’université de Surrey, Royaume-Uni Florence Jany-Catrice, économiste, maître de conférence à l’université de Lille 1 
Warren A. Johnson, géographe, professeur émérite à la San Diego State University
Philippe Pochet, directeur général de l’institut syndical européen et maître de conférence à l’université catholique de Louvain 
Carlos Prieto, sociologue, professeur à l’université Complutense de Madrid 
Juliet Schor, professeur de sociologie au Boston College USA 
Amparo Serrano, professeur à l´université Complutense de Madrid
Bruno Théret, économiste et directeur de recherche au CNRS 
Erik Olin Wright, professeur émérite de sociologie à l’Université du Wisconsin – Madison, USA
Jean Zin, écologiste et co-fondateur d’EcoRèv’

 

30/04/2011

Le but de la novlangue", écrit George Orwell dans son roman 1984

1984.jpg▪ "Le but de la novlangue", écrit George Orwell dans son roman 1984, "était non seulement de fournir un mode d'expression aux idées générales et aux habitudes mentales des dévots de l'Angsoc [le nom qu'a donné Orwell au régime en place dans 1984, NDLR.], mais de rendre impossible tout autre mode de pensée" ( Mecanopolis » La guerre civile à l’horizon de l’Europe, A regarder absolument !!! Maurice Papon, itinéraire d'un homme d'ordre : jeudi 14 avril 2011 à 22h50 sur France 2).

Le chroniqueur William Pfaff,, a utilisé la citation d'Orwell pour décrire comment le gouvernement des Etats-Unis en est venu à soutenir inextricablement la base de Guantanamo, qu'il compare aux goulags de la Russie stalinienne -- à peine pire dans le sens où les condamnations au goulag, au moins, avaient une date de fin.

Alors que fermer la base semble être devenu politiquement impossible, "on pourrait encore dire certaines choses utiles sur cette situation", écrit Pfaff avec un espoir qui s'amenuise. C'est "de toute évidence un phénomène à caractère totalitaire, imitant, en toute connaissance de cause, la destruction du cadre judiciaire dans le système nazi par des moyens d'emprisonnement arbitraires dans des camps de concentration et par des méthodes généralisées dans la pratique de la Gestapo et des SS ; et dans la Russie stalinienne par sa police secrète et ses camps de travaux forcés".

"Guantanamo a été un facteur dans ce qu'il n'est pas déraisonnable d'appeler la totalitarisation de la culture politique américaine", affirme Pfaff dans son article. "Cela a été rendu possible du fait de la prohibition effective (ou diabolisation) de certaines positions politiques -- ou du plaidoyer en faveur d'autres positions politiques -- jugées 'anti-patriotiques' et par conséquent inacceptables dans le discours politique de la nation -- y compris, dans certains cas, dans les discours et débats au Congrès". cf GO ON, WATCH ME !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu