Avertir le modérateur

03/09/2010

Toute son oeuvre politique de Victor hugo est toujours très forte actuellement

Toute son oeuvre politique est toujours très forte actuellement. Le livre des Misérables montre bien la condition de la classe populaire  (paupériser). Il a été un témoin de son temps. Victor Hugo y décrit la vie de misérables dans Paris et la France provinciale du xixe siècle et s'attache plus particulièrement aux pas du bagnard Jean Valjean qui n'est pas sans rappeler le condamné à mort du Dernier Jour d'un condamné ou Claude Gueux. Mais la motivation principale de Victor Hugo est le plaidoyer social. « Si les infortunés et les infâmes se mêlent (...) De qui est-ce la faute ? »

La volonté par exemple du policier javert, d’emprisonner coûte que coûte bagnard Jean Valjean, rapprocher se personnage de fiction a l’affaire Dreyfus, ou maintenant à la stigmatisation aux stigmatisation des populations de souche non française (tout particulièrement les Roms).

« Tant qu’il existera, par le fait des lois et des mœurs, une damnation sociale créant artificiellement, en pleine civilisation, des enfers, et compliquant d’une fatalité humaine la destinée qui est divine ; tant que les trois problèmes du siècle, la dégradation de l’homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne seront pas résolus ; tant que, dans de certaines régions, l’asphyxie sociale sera possible ; en d’autres termes, et à un point de vue plus étendu encore, tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles.  » (Victor Hugo, Hauteville-House, 1862)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Mis%C3%A9rables

http://www.alalettre.com/victor-hugo-oeuvres-miserables.php

26/08/2010

Déchiffrer l'économie par Denis Clerc

Pas assez didactique pour être un manuel, trop soucieux de ne pas délaisser les problématiques actuelles ou les faits d’histoire économique pour être un précis, de même que sans prétention à cette objectivité, à cette neutralité théorique surfaite et hypocrite qui caractérise trop souvent les travaux universitaires, l’ouvrage de Denis Clerc offre une démarche parfaitement adaptée, depuis le début des mouvements altermondialistes, à une demande croissante de vulgarisation scientifique dans le domaine de l’économie. Il est vrai que l’auteur collabore avec le mensuel Alternative économique, dont ces mouvements sont, à bien des égards, fort proches.

L’ouvrage est structuré en deux parties, l’une consacrée au fonctionnement de l’économie (les acteurs, les institutions, la monnaie, le crédit, le travail, la balance commerciale, etc.), l’autre à ce que Denis Clerc appelle «l’envers du décor» (crises, chômage, inégalités, rapports nord/sud, etc.), c’est-à-dire les phénomènes «vécus». La première chose à remarquer est que l’auteur ne manque pas d’une certaine honnêteté intellectuelle puisqu’il refuse de considérer l’économie comme une discipline qu’il serait possible de constituer - et d’utiliser - à part des autres sciences humaines (sciences politiques, sociologie, droit, etc.) et de leurs considérations propres. Il refuse aussi de réduire l’économie à la gestion ou à l’économétrie. D’où, d’ailleurs, le jeu de mot du titre «dé-chiffrer», qui annonce que les mots seront préférés aux chiffres, la syntaxe aux fonctions et les réalités vécues aux mécanismes abstraits. Enfin, il a le mérite de ne pas se contenter des perspectives libérales, monétaristes, keynésiennes ou néo-keynésiennes, en particulier dans sa petite étude des rapports Nord/Sud ; il mentionne, même si c’est pour les ranger au rayon des curiosités, les travaux originaux sur la décroissance de Nicholas Georgescu-Roegen ou la critique lucide du «développementalisme» opérée par François Partant, Ivan Illich ou encore Serge Latouche.

 

Que l’on ne s’y trompe pas, pourtant. La perspective de Denis Clerc est tout sauf révolutionnaire ou, comme on dit aujourd’hui, «alternative ». Son rejet de la dogmatique économique n’est que superficiel, d’abord parce que, évacuant toutes les économies du don ou les économies domestiques qui sont encore, jusqu’à nouvel ordre, majoritaires sur notre planète, il réduit l’économie à ce qu’elle est en Occident, ou selon la pensée occidentale : un calcul d’accroissement et une relation capital/travail ; ensuite parce que, non content de s’enfermer dans cette dogmatique, il choisit un point de vue critique plus fonctionnel que périlleux. Pour ne prendre qu’un exemple, ménageant la chèvre et le chou, il défend d’une manière assez classique une organisation comme l’OMC tout en lui reconnaissant les quelques défauts que lui concèdent les gens d’ATTAC : l’OMC serait, malgré ses défauts, nécessaires à la régulation des échanges. Il passe ainsi largement à côté de la triple critique fondamentale : (1) de la nécessité absolue de l’échange commercial, qui n’est pourtant pas une évidence, (2) des théories du libre-échange, dont on sait à quels points elles sont pour certaines fausses et pour d’autres réductrices, et (3) d’un organisme comme l’ORD (Organisme de Règlement des Différends) qui est au cœur de l’OMC. Cet organisme, qui, selon une procédure très complexe, à la fois diplomatique et juridique, permet à un pays de prendre des mesures de rétorsions commerciales vis-à-vis d’un partenaire qui l’aurait injustement spolié, n’est que la loi du plus fort légitimée par le droit (ce qui n’est, du reste, pas nouveau) – tout simplement parce que nul n’est égal devant l’échange : un vaste pays comme les Etats-Unis peut se permettre des accrocs à une règle, et donc ses conséquences en terme de rétorsions, alors qu’un petit pays pauvre ne le peut. De même, les rétorsions du Malawi sur l’Union européenne ont peu de chance de faire infléchir cette dernière. Puisque, à juste titre, Monsieur Clerc utilise les analyses institutionnelles, il aurait franchement gagné à s’intéresser à la procédure d’accession à l’OMC, que l’on néglige trop souvent lorsque l’on considère cette organisation.

Cela étant dit, sa bibliographie fouillée et commentée, son absence de liturgie universitaire pontifiante, sa structure claire, son travail de synthèse abouti, ses références historiques, ses graphiques et ses tableaux choisis à propos rendent cet ouvrage à la fois instructif et praticable.

 

Propos de Frédéric Dufoing

20/08/2017

Déni de capacité

v

Les problème de l'adolescence, de rebellion face a un ordre morale établit, du sentiment de se sentir étranger dans son corps ou avec les autres, de la volonté de sortir du quotidien , de la volonté de se reconnaitre pour ce que l'on ai et de l'impossibilité de communiqué dans le même temps. Plusieurs films, documentaires ou livre.

la photo de Barbara Liaras.
 
 
 
Photo de Barbara Liaras.

Cette photo a valu à la nénette qui l'a postée la fermeture de son compte facebook. Et si on la met tous ? (avec les milliers d'amis que j'ai, ça va faire peur à fcbk, c'est sûr :-)

 

Article intéressant et assez juste a mon sens. Dans 1984 de Georges Orwells, les enfants étaient en charges de dénonçaient les adultes ( leurs parents). Dans 1984 de JC Ruffin, les adultes doievnt surveiller leurs enfants juger turbulents, rebelles, pas assez parfaits et dans le moule. Dans les discours quotidien des médias bourgeois, il y a une criminalisation de l'enfant rebelle, de celui qui conteste et qui n'est pas asez dans le moule voulu par les adultes

Adèle Exarchopoulos : "La vie d'Adèle a bouleversé la mienne"

  15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s'affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve...
 
Selon l'Editorial du « Monde ». Le lieu n’était pas neutre. La cible n’a pas été choisie par hasard. Ces gens n’ont pas été tués pour ce qu’ils faisaient, mais bien pour ce qu’ils étaient ou supposés être. Le président Barack Obama a parlé d’un crime dû à la « haine ». Et, à ce stade d’une enquête encore dans les préliminaires, il s’agirait d’une « haine » bien spécifique et ne relevant pas de la seule folie meutrière islamiste : les 50 jeunes filles et jeunes gens tués à Orlando, en Floride, dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 juin, leurs 53 camarades blessés, mutilés, traumatisés, se trouvaient dans une boîte de nuit, le Pulse, emblématique de la cause LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/13/orlando-une-haine-si-particuliere_4949296_3232.html#oxpzwrVs6phoVWf4.99
 
Ce film ou Christopher Walken en mort vivant alluciné, un role qui lui va comme un gant et qu'il a souvent reproduit dans d'autres roles au cinéma, est bluffant et proche des sensations que je ressents souvant surtout en voyant la campagne de TRUMP au Etats Unis.The Dead Zone pt 1 https://www.youtube.com/watch?v=Urkbs9mylg0 :  the best adaptation of a King novel ever! Donald Trump IS Greg Stillson! Scary
 
La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2


Ajouter cette vidéo à mon blog

 

 Les Poupées russes est un film franco-britannique de Cédric Klapisch sorti en 2005. C'est la suite de L'Auberge espagnole. Il est suivi en 2013 de Casse-tête chinois. Wikipédia

 

Et au milieu coule une rivière montre l'adolescence de deux fils de paster dans une petite ville du Miontana. Un tournant dans leurs vie . Nostalgie des chemins de l'enfance, amour de la nature.... Très attachant 

Transparent...., c'était avant de devenir invisible : 

Trailer du film Invisible boy - Invisible boy Bande-annonce VF -Bande Annonce (2015 :Garçon invisible est un film fantastique franco-italien réalisé par Gabriele Salvatores et sorti en 2014. C'est l'adaptation du roman graphique d'Alessandro Fabbri, Ludovica Rampoldi, Stefano Sardo paru en 2014. Wikipédia Le jeune Michele se retrouve doté de super pouvoir d’invisibilité. C'est un des rares films de superhéros, sensible, sans effets spéciaux tapageurs. Un jeune garçon victime de persécutions à l'école se découvre le don de l'invisibilité. Mais ce pouvoir n'est pas inconnu d'un groupuscule russe qui le recherche depuis des années. En même temps, des enfants disparaissent étrangement autour de Micky, le garçon invisible...Ou comment parlé des problème de l'adolescence ou de transparent ....on passe a invisible. Jolie métaphore. The Invisible Man by H.G.Wells Full Movie - YouTube

 

Déni de capacité (passage du livre sur la domination adulte)

Extrait :
« Nombreux sont les observateurs contemporains qui jugent que les enfants des sociétés développées voient leurs possibilités phénoménalement limitées. Non seulement ils sont tenus en permanence de coller à des figures du masculin ou du féminin (être des petites filles ou des petits garçons), mais ils doivent continuellement « faire l’enfant » : s’abîmer dans une culture cucul, s’exprimer de façon infantile, quémander d’une voix plaintive, ne pouvoir oser la moindre initiative. La famille et l’éducation contemporaines réussissent ce tour de force d’infantiliser les enfants, de les encamisoler dans une identité qui restreint de toutes parts leur affirmation et, n’en déplaise à nos modernes pédagogues, leur épanouissement. Les enfants modernes sont laminés, ce sont des humains mutilés, maintenus infirmes par l’ensemble d’un dispositif social complexe : l’enfance. »

Un autre extrait :
« Parvenir à un tel résultat, d’une ampleur inconnue dans aucune civilisation du passé, nécessite un travail herculéen de tous les jours : en effet, comme on l’a vu, les enfants spontanément ont plutôt une bonne idée d’eux-mêmes et de leurs propres capacités. Pour détruire leur confiance en eux, il faut consacrer à cette entreprise une attention permanente, une énergie renouvelée pendant des années ; il faut que l’enfant reste en permanence au centre de l’attention des adultes, et que cette attention soit sans relâche effective, qu’elle se traduise sans cesse par des gestes et des commentaires explicites, restreignant et canalisant tout champ d’action. Nos sociétés ne se laissent pas décourager et ne reculent devant aucune tâche, aussi titanesque soit-elle ! À cette condition, et à cette condition seulement, les enfants peuvent être produits immatures, incapables et irresponsables. »

 

 

Durée 82 mn

 

Chante ton bac d'abord - Bande-Annonce

La jeunesse a donné lieu à une surabondance de documentaires, traités sur des modes qui varient rarement. Peu de films de fiction prennent leurs distances avec le réel autant que les comédies musicales ; au point qu'en marier le principe chanté à celui d'un documentaire relève inévitablement d'un coup de force esthétique, d'une torsion ou d'une hybridation. Ce qu'un genre réclame de spontanéité, l'autre l'exige en préméditation. De la tension entre ces deux modes de représentation, David André a tiré l'originalité deChante ton bac d'abord, qui se concentre sur un groupe d'élèves de terminale d'un lycée de Boulogne-sur-Mer.

Trois filles et deux garçons, qui nous séduisent d'autant plus que, à la finesse d'observation dont le documentaire témoigne — faisant part de leurs espoirs et de leurs doutes à cet « âge des possibles » que la crise met sous conditions —, s'ajoute une dimension particulière induite par les chansons. Onze titres écrits par David André à partir de leurs propres mots et qu'ils chantent d'une voix plus ou moins assurée, livrant leurs états d'âme avec une justesse jamais prise en défaut. Ce qui aurait pu n'être qu'un procédé charmant se révèle un puissant mode de révélation de l'intime, suggestif et propice à la pleine expression de leurs sentiments. Au point qu'à la toute fin du film on se surprend à avoir de la peine à quitter Alex, Caroline, Gaëlle, Rachel et Nicolas, tant on s'est attaché à eux.

La domination adulte opprime profondément les jeunes. Les "enfants" sont aujourd'hui réputés particulièrement vulnérables et vivent sous l'emprise d'un (...)

v

Le cinéma d'animation en France Créé le lundi 13 juin 2016 AU CŒUR DU BLACK BLOC Créé le mercredi 01 juin 2016, La tentation de l'émeute Créé le mercredi 25 mai 2016 22:45, RÉFLEXION SUR LE(s) MOUVEMENT(s) EN COURS Créé le dimanche 15 mai 2016, The Dead Zone -Créé le mercredi 04 mai 2016

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu