Avertir le modérateur

16/04/2014

Ecouter parler le fracas...

Ecouter parler le fracas... ZEC plus Ultra

Il faut rappeler, constamment, au chef, qu’il est beaucoup moins chef qu’il ne le croit, et, et que… le dernier mot appartient au peuple."

Entendu par Allan B

Urgent crier

"Parler le Fracas"

album "A Matter of Time" du Peuple de l'herbe

  Marc Nammour de "La Canaille"

Réalisation : Wasaru http://www.wasaru.com/
Character Design : Jebedai http://whozjebedai.blogspot.fr/

> Paroles à la suite

 

Paroles :

 

"J’aime quand les pages bavent
Quand le groove est grave
L’arrogance du son qui sort du fond de la cave
Des cicatrices et quelques livres comme bagages
J’ai faim, j’te l’ai d’jà dit, je viens forcer le barrage.
Pas là pour te servir la soupe à la louche
Eh tonton dis pourquoi tu tousses quand j’ouvre la bouche ?
Allez bouge ! T’as r’connu la touche qui fait mouche
Quand les vandales se redéploient les vendus se couchent.
Allume la mèche d’une dynamite héréditaire,
Je suis ce chroniqueur qui n’répond pas à leurs critères,
J’fais gaffe ou j’mets les pieds, parano, j’ai mes repères
Il n’est pas question d’plier quand les taux s’resserrent.

 

Et j’attends l’sabotage,
J’fais gripper la machine,
Imprévu le goût du sort,
Faire valser l’décor,
J’veux dégraisser le porc, puis redresser l’échine,
Inverser la vapeur et voir la peur changer d’bord
Urgent crier ! (x2)

 

Dehors tout est si calme, j’en ai la chair de poule
Déconcertant l’aisance avec laquelle les coqs savent museler la foule,
Quelques miettes et ça picore ça roucoule
Ca vit enfermé tranquille, comme un moule.
Faudrait qu’le chien en moi s’arrête de grogner,
Qu’il rampe ou qu’il se couche transit de peur de s’faire cogner,
Faudrait qu’il fasse le beau pour un morceau de sucre,
Qu’il lève la patte quand on lui d’mande sans montrer les crocs
Erreur de formatage ! Le mien refuse le dressage !
On ne peut voir au fond d’ses yeux qu’un mauvais présage,
Comme un étrange mélange, un sulfureux dosage,
Au fond d’ses yeux, que d’la colère par temps d’rage.

 

Et j’attends l’sabotage,
J’fais gripper la machine,
Imprévu le goût du sort,
Faire valser l’décor,
J’veux dégraisser le porc, puis redresser l’échine,
Inverser la vapeur et voir la peur changer d’bord
Urgent crier ! (x2)

 

Oui urgent crier,
Libérer les mots
Sortir du silence comme d’un abcès
Trouver l’écho
Laisser la folie exploser, ignorer l’appât,
Aller droit à l’opposé écouter parler le fracas
Alerte Rouge ! Parce que le bleu me rend malade !
Un rouge profond et dense à la mesure de la brimade
Alerte Rouge ! Parce que le rose est bien trop fade,
Mais rouge comme la couleur des théâtres et barricades.
Car s’ils savaient c’que j’pense de leurs modes d’emploi,
Et leur façon d’nous la faire à l’envers et à l’endroit
Leur fin s’ra mon début c’est bien normal qu’on reste en froid,
J’crache mes brûlots d’prolo puis disparaît après l’envoi.

 

Et j’attends l’sabotage,
J’fais gripper la machine,
Imprévu le goût du sort,
Faire valser l’décor,
J’veux dégraisser le porc, puis redresser l’échine,
Inverser la vapeur et voir la peur changer d’bord
Urgent crier !
Oui urgent prier !

 

Ecouter parler le fracas !

Il faut rappeler, constamment, au chef, qu’il est beaucoup moins chef qu’il ne le croit, et, et que… le dernier mot appartient au peuple."

 

A lire :

Les utopistes

Ecouter parler le fracas... ZEC plus Ultra

L'ouvrier et la machine

Foire aux questions abstentionnistes

Molière, Le misanthrope

Bakounine Un regard affuté...

PENSER CRITIQUE

Poutine pour toujours ?

Sur l'Etat" de Pierre Bourdieu

Homs, chronique d'une révolte

Le cauchemar climatisé...

La Grande Illusion

L'antifascisme, c'est...

MANIFESTE CNT-AIT 71

Des héros ordinaires

Terrorisme d'État

Le fascisme rouge

REFLEXIONS SUR LA DEMOCRATIE

Un héros ordinaire

Nés en 68

De la liberté, de la révolte

Le principe de l'État

Ceux qui vivent, ce sont...

coluche, quand je serais grand

raisons et du danger fasciste

la résistance...

Clément Méric agressé par...

Le "printemps turc"

Les chefs

La Mer à l'aube

EUtopia : une génération...

Les maîtres ne sont pas à...

 

PROTESTATIONS DEVANT LES LIBERTAIRES DU PRESENT ET DU FUTUR SUR LES CAPITULATIONS DE 1937

26/08/2013

Velvet Goldmine


n

n

 

Le Dernier Nabab (The Last Tycoon ) est un film américain réalisé par Elia Kazan, sorti en 1976 et adapté par Harold Pinter du roman Le Dernier Nabab de F. Scott Fitzgerald, paru en 1941. Wikipédia

http://www.youtube.com/watch?v=s2fY9ghrC5I

 

Le dernier nabab

Drame réalisé en 1976 par Elia Kazan  
Avec Robert De Niro , Tony Curtis , Robert Mitchum ...  
 

Dans les années 1930, le producteur Monroe Stahr règne sans partage sur l'un des grands studios de Hollywood. Malgré les efforts de Cecilia Brady, la fille du directeur de la compagnie, Monroe reste fidèle au souvenir de son épouse décédée, la comédienne Minna Davis. Un soir, alors qu'un tremblement de terre secoue la ville, Monroe aperçoit une jeune femme qui lui rappelle la défunte. Il s'agit de Kathleen Moore, une jolie femme dont il ne tarde pas à tomber amoureux. Mais le bonheur qu'il éprouve auprès d'elle est bien éphémère, puisque leur idylle ne dure pas. Par ailleurs, Pat Brady, le directeur du studio, décide de se passer de ses services...

Le dernier nabab | ARTE

 

Film Complet VF - YouTube

 

 

Velvet Goldmine

Comédie dramatique réalisé en 1998 par Todd Haynes  
Avec Jonathan Rhys Meyers , Ewan McGregor , Christian Bale ...  
Date de sortie : 09 décembre 1998  
 

New York, 1984. Le «Herald Tribune» commande au journaliste anglais Arthur Stuart un article sur son ancienne idole, Brian Slade. Vingt ans auparavant, cette star du glam rock s'était offert une sortie fracassante en mettant en scène son propre assassinat, en plein concert. Alors qu'il retrace le parcours de Slade, Stuart se souvient de Manchester, la ville où il a passé son enfance et, surtout, se remémore sa jeunesse, fortement marquée par la figure et la personnalité charismatique de l'extravagant rockeur. Son enquête l'amène à rencontrer Cecil, le manager de Slade, Mandy, sa femme, et Curt Wild, qui fut son amant...

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 09/12/1998

L’Angleterre du début des années 70 et la déferlante du glam rock, à la fois musique et « mouvance » de l’époque (lire page suivante), sont au coeur du nouveau film de Todd Haynes (auteur du sidérant Safe, en 1996). Mais Velvet Goldmine n’est pas un chapitre illustré de l’encyclo- pédie du rock. Plutôt la spéculation romantique, ouverte à toutes les chimères et éminemment personnelle d’un cinéaste, autour d’un temps révolu et de ses tapageuses figures de proue.

Velvet Goldmine part1 - YouTube : , part 2 , part 3,  part 4, part 5,  part 6,   part 7 , part 8, part 9

 Brian Slade (interprété par Jonathan Rhys Meyers, nouveau venu, mélange d’instinct et de fragilité) évoque d’emblée David Bowie :  , période Ziggy Stardust. Curt Wild (Ewan McGregor) a tout d’un ersatz d’Iggy Pop, étrangement mâtiné de Kurt Cobain (voir article ci-contre). Leur musique, leurs chansons forment un indescriptible alliage de morceaux d’époque réorchestrés, et de compositions nouvelles, « à la manière de »…

. Pourtant, et c’est l’idée maîtresse du film, ce culte viscéral était voué à du vent. Brian Slade, Curt Wild et consorts n’ont été que de pures apparences, instruments virtuoses des puissances de l’illusion, héritiers d’une tradition du mensonge, que Todd Haynes fait remonter à Oscar Wilde Oscar Wilde ( film) , selon une généalogie baroque et imagi- naire : un petit talisman circule entre les différents personnages – symbole de cette filiation de l’excentricité, du dandysme et de la décadence – dont le prologue révèle qu’il a appartenu à Wilde en personne.

. L’ex-madame Slade (l’excellente Toni Colette, découverte dans Muriel, de Paul J. Hogan), repêchée, éteinte, au fond d’un bar, ne trouve pas ses mots.

Comment parler d’un vertige, une fois qu’il est passé ? Que dire d’un chanteur qui n’était qu’une surface ? Que faire, après l’embellie de l’ivresse ? La réponse de Todd Haynes est aussi radicale ou aussi ir- ritante – c’est selon – que son film, puisqu’elle est le film lui-même avec toute sa délectation nostalgique. Soit un aller simple pour le passé, en direction d’une contrée d’autant plus attirante qu’elle n’a jamais vraiment existé • Louis Guichard

Louis Guichard

Velvet Goldmine (Dir. Todd Haynes, 1998) -- opening on Vimeo :

Interview Jonathan - Velvet Goldmine : Interview Ewan Mc Gregor - Velvet Goldmine

BBC: Kings of Glam (2006) : Profiling the leading men of the glam rock era, Lisa Tarbuck guides us through the glittering careers of Marc Bolan, David Bowie, Noddy Holder, Brian Ferry, Elton John and honorary glam king Suzi Quatro. Industry men including producer Tony Visconti, songwriter Mike Chapman and photographer Mick Rock give the insider angle to the work of these artists.

David Bowie - The Very Best of 1969 to 1973 :

This is a self-compiled collection of what I believe are the best Bowie songs from this era. This is the first of six collections regarding Bowie's best. The second collection (The Very Best of 1973 to 1976) is coming next month sometime.

The Ziggy Stardust Companion - Velvet Goldmine - The Movie (1/2) :

Ziggy Stardust and the Spiders from Mars :

David Bowie The Rise And Fall Of Ziggy Stardust - 1972 - Full Album : 

 

Velvet Goldmine - l'indigné Révolté

 

 

24/08/2013

Wild Thing

n

“Wild Thing”, mon histoire du rock

documentaire | On a tous une histoire intime avec le rock. De Little Richard aux White Stripes, le réalisateur Jérôme de Missolz raconte la sienne dans “Wild Thing”, un documentaire sur Arte. Interview express.

Le 19/01/2011 à 00h00 - Mis à jour le 29/03/2012 à 15h29
Propos recueillis par Marc Belpois

Photo : Julien Bourgeois

Pourquoi faire un film sur votre relation avec le rock ?
Quand j'ai eu cinquante ans, j'ai pris conscience que j'avais quasiment l'âge du rock'n'roll, né en 1954 à Memphis. J'ai pensé que ce pouvait être émouvant de réfléchir à la relation entre ma propre existence et la grande histoire du rock. Et de voir comment l'une et l'autre se sont imbriquées, et m'ont fait tenir debout. Le rock, c'est très important dans ma vie ! J'ai commencé à recenser dans un petit carnet les groupes qui m'ont marqué, depuis Time is on my side des Rolling Stones, un 45-tours que mon père m'a offert pour mes dix ans. Au bout du compte, ça faisait une histoire qui menait de Little Richard aux White Stripes.

Votre film s'attarde beaucoup plus sur les années 60 et 70 que sur les décennies suivantes. Faut-il en déduire que de moins en moins de groupes ou d'artistes trouvent grâce à vos oreilles ?

Oui, effectivement… Mais je ne suis pas pour autant un vieux con nostalgique ! Je vais encore voir des concerts et le rock me passionne toujours. Seulement, pour moi, quelque chose s'est perdu dès la fin des Doors. En partie à cause du business, bien sûr, qui a pris sérieusement les choses en main. Des groupes comme Dire Straits se sont imposés, certes magnifiques au niveau du son, mais dénués de cet esprit rock qui prévalait. Prenez Pete Doherty, on s'intéresse moins à sa musique qu'à ses frasques ! C'est comme les Guns N' Roses que j'évoque dans mon doc : dans les années 80-90, ça n'excitait plus personne de voir des mecs saccager des hôtels et se doper pour amuser la galerie. Quel intérêt, quand le buzz créé autour d'un groupe dépasse l'enjeu même de la musique ?

Vous n'avez retenu ni groupes français, ni autres formes artistiques où cet « esprit rock » aurait pu renaître…

Téléphone, Marquis de Sade, Starshooter, c'était pas mal. Mais dans mon imaginaire, ça n'a jamais pris le pas sur les groupes anglo-saxons. Peut-être aussi parce que j'avais déjà trente ans dans ces années-là et qu'on revient toujours sur ce qui nous a fait triper dans nos années d'adolescence. Et moi, forcément, ça reste Captain Beefheart, Soft Machine, The Mothers of Invention, Jim Morrison, Janis Joplin… Par ailleurs, je crois qu'il y a eu une rupture générationnelle importante au début des années 80, au moment du basculement du punk vers la coldwave. Avec l'avènement des machines et du numérique, tout le monde a eu peu à peu accès à toutes les musiques du monde, chacun a pu faire de la musique dans son coin. Effet collatéral, le rock a perdu son côté « résistance à l'ordre dominant ». La contre-culture s'est éclatée dans de petites tribus. Elle est désormais disséminée, atomisée, ce n'est plus un référent générationnel. A l'époque, quand le nouveau Led Zeppelin sortait, des centaines de millions de jeunes à travers le monde se jetaient dessus. Aujourd'hui, quand le nouveau Arcade Fire est dans les bacs, ça ne produit pas le même effet !

.
 
Dimanche 1 septembre 2013 de 05:00 à 05:40 sur Arte (Rediffusion)
Voir dans la grille
 

Wild Thing : liste des épisodes

Raw Power - dimanche 01 septembre 2013
That's All Right Mama - dimanche 01 septembre 2013
Wild Thing - samedi 13 avril 2013
Wild Thing - samedi 13 avril 2013
Walk on the Wild Side - mercredi 13 juin 2012
 
 
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu