Avertir le modérateur

07/06/2013

Clément Méric

n

n
 

Flores Magon
C'est la destruction complète de la société actuelle et sa réorganisation sur de tout autres bases sociales qui amèneront à la disparition définitive de la peste nationaliste
voline

Appel pour commémorer les 6 mois de la mort de Clément .

26 novembre 2013Hommages, InitiativesComité pour Clément

 

 clement

Le 5 décembre 2013, cela fera 6 mois que notre ami et camarade Clément est décédé des suites de l’agression dont il a été victime de la part des fascistes.

Nous appelons tous les collectifs antifascistes de France et d’ailleurs à commémorer, sous une forme ou sous une autre, le meurtre de Clément.

Si vous organisez vers le 5 décembre une action à la mémoire de Clément dans votre région ou dans votre ville, n’hésitez pas à nous envoyer des photos, des textes, des vidéos pour que nous puissions les rediffuser et montrer ainsi la force de la solidarité antifasciste.

A jamais dans nos coeurs …

Le comité pour Clément

Accueil - 2012-13 - émissions de 260.juin   
Clément, 05 juin 2013
Le vendredi 7 juin 2013

C’est un état de choc jusque dans les profondeurs de la mémoire du pays, partout des manifs , des rassemblements avec , en tête, les militants ANTIFA, dont Clément faisait partie. Un choc qui peut être un réveil face à une extrême droite qui a repris du poil de la bête immonde ces derniers temps, encouragée par la banalisation du Front National et la résignation générale. Si cette prise de conscience va au-delà de l’émotion et entraine une mobilisation organisée contre les groupuscules xénophobes et violents, alors Clément ne sera pas tout à fait mort pour rien. C’est là, en tout cas le véritable hommage qui lui serait rendu. 

Reportage dans les rassemblements à Paris, Anaelle Verzaux. Entretien avec Zev Sternhell , historien, auteur de "Ni droite ni gauche" 

 France Inter 15 heures

 

mps de lecture : 4 minutes
 

LE PLUS. Après le lynchage d’un jeune militant anti-fasciste par des skinheads, Marine Le Pen a rejeté tout lien entre cette agression et les thèses du Front national. Au point de se mettre en colère contre Jean-Michel Aphatie, qui l'interviewait ce jeudi matin. Un acte de déni, que décrypte notre contributeur.

Édité par Antoine Rondel 

Marine Le Pen

Marine Le Pen lors d'une réunion à Hénin-Beaumont, le 23 mai 2013 (C.BAZIZE/SIPA)

 

Marine Le Pen est une très bonne comédienne et elle a bien failli rouler dans la farine les auditeurs de RTL, ce jeudi 6 juin au micro de Jean-Michel Aphatie. Au journaliste qui l’interrogeait sur l’agression fasciste dont a été victime un militant d’extrême-gauche en plein Paris, elle a commencé par dérouler un discours de compassion et de fermeté. Jusqu’à ce qu’Aphatie l’interroge sur ses responsabilités dans ces violences. Alors, elle a libéré ses démons et montré son vrai visage : elle s’est mise à vociférer. Comme Jean-Marie son père.

 

Marine Le Pen "s’associe à la peine"

 L'intervieweur de RTL lui demande d’abord de commenter l’agression de ce jeune homme de 18 ans, militant anti-fasciste, par des activistes d'extrême-droite.

Marine Le Pen joue alors sur du velours. Elle commence par multiplier les adjectifs pour exprimer sa peine et son indignation et bien montrer qu’elle-même et le Front national sont désormais à classer dans le camp des gentils et pas des méchants, notamment depuis qu’elle a pris les rênes du parti et qu’elle l’a dédiabolisé : nous avons droit à "épouvantable" (à deux reprises au moins),  "terrible" et une phrase bien convenue dans laquelle elle "s’associe à la peine de ceux qui ont milité avec lui".

 Avec ruse et aussi beaucoup de culot, elle laisse entendre ensuite que c’aurait pu être l’inverse, et qu’un militant du FN aurait pu être à la place de la victime. On a du mal à la croire.

 Puis, dans son évidente volonté de clore au plus vite ce sujet qui la gêne, notamment vis à vis de la frange la plus dure de ses électeurs, elle dit que l’enquête est quasiment bouclée, que ce "groupement" est connu de la police et que les auteurs de cette agression sont en passe déjà d’être identifié. Question suivante, donc.

 Heureusement, Jean-Michel Aphatie est dans un bon jour et ne se laisse pas impressionner. Il insiste sur le fait que cette violence est signée par l’extrême-droite. Il demande également à Marine Le Pen (qui commence à s’agacer) s’il y a des contacts entre le Front national et les Jeunesses nationalistes révolutionnaires, groupuscule d'extrême-droite auquel on soupçonne les agresseurs d'appartenir. Farouche démenti de la présidente du FN, qui répète que l’enquête est en passe de se terminer et que c’est à "la justice de faire son travail".

Un t-shirt du Front national

 

Aphatie insiste, lance une bande son de laquelle il ressort un témoignage décisif : d'après un témoin de la scène, un des agresseurs portait au cou un tatouage en forme de croix gammée et un autre homme, très grand, avec… un t-shirt du Front national !

 

Alors, on sent la patronne du FN soudain fébrile, cherchant une issue pour s’en sortir face à cette mise en cause qu’elle n’avait pas prévue. Elle balbutie d’abord des propos mesurés : "J’ai déjà vu ces amalgames… Si certains se servent de cela pour salir le Front national, ils devront en répondre."

 

Marine Le Pen était l'invitée de Jean-Michel Aphatie sur RTL le 6 juin 2013 (par rtl-fr)

 

Puis soudain, elle se fâche en s’en prenant au journaliste, qui ose ainsi la mettre en difficulté : "Je n’entends pas être mis en accusation par vous", lui lance-t-elle avant de mettre en doute la réalité du reportage qu’elle vient d’entendre et qui ne correspond pas à ce qu’elle a lu de l’agression.

 

Si l’un des auteurs du lynchage avait porté un t-shirt du FN, dit-elle en substance, le Front de gauche n’aurait pas manqué d’en faire état dans son communiqué, explique-t-elle avant de chercher à se ressaisir et de retrouver le ton du début, fait d’indignation et de commisération en reprenant son chapelet d’adjectifs sympas : "inadmissible", "insupportable", "terrible" et en concluant une fois de plus que "le FN n’a aucun rapport ni de près ni de loin avec cette agression".

Son hommage hallucinant à Dominique Venner

l’hommage hallucinant qu'elle a rendu à Dominique Venner, cet intellectuel d’extrême-droite qui s’était suicidé d’une balle dans la tête dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Elle avait exprimé son "respect" pour ce "geste éminemment politique", au risque d’encourager ce genre d’actions extrêmes, dans un contexte particulièrement sensible (les manifestations contre le mariage gay et la montée de l’homophobie). , Jean-Marie Le Pen

 Dans une véritable logorrhée, elle déclare en vrac que Dominique Venner n’a "fait de mal à personne", que oui, elle a du respect pour cet homme, et que Jean-Michel Aphatie n’est pas un journaliste impartial :

 "La manière dont vous mélangez toutes ces affaires est profondément malhonnête. Mais ça n’étonnera pas [les auditeurs qui le connaissent car, s’il l’attaque ainsi, c’est] pour "des raisons politiques".

Le journaliste de RTL reste calme, explique en gros que RTL fait son travail et que lui, il voit un lien entre les thèmes du Front national et ce lynchage par des skinheads d’un jeune militant antifasciste. N’en déplaise à Marine Le Pen, nous aussi.

 Décodage de 24 techniques de désinformation.

 
130205-desinformation-cerveau2

 »La désinformation est un ensemble de techniques de communication visant à donner une fausse image de la réalité, dans le but de protéger des intérêts privés et d’influencer l’opinion publique. Elle est parfois employée dans le cadre des relations publiques. Elle est très souvent utilisée en politique lors de débats télévisés, dans les médias, de la part des Etats ou de personnes mal intentionnées qui, par ce biais, peuvent amener à faire croire à des « faits » qui n’ont pas de véritables fondements. Voici un décodage de 24 techniques relativement souvent employées pour vous berner. »

Technique n°1 : Evitement

Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

Technique n°2 : Superficialité

N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Eviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

Technique n°3 : Indignation

Rejeter le sujet de façon indignée (« jamais une chose pareille ne serait possible »). Jouer sur le sentiment d’incrédulité (« il y aurait eu des fuites », « ça se saurait », …)

Technique n°4 : Rumeur

Considérer la controverse comme une rumeur de plus,sans fondements, quels que soient les arguments présentés.

Technique n°5 : Homme de paille

Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.

Technique n°6 : Messager

Décrédibiliser le porteur du message. Par extension,associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que « excentrique », « extrême-droite », « gauchiste », »terroriste », « conspirationniste », « radical », « fanatique », ou même « blonde » etc…

Technique n°7 : Biais

Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à toute autre forme de biais.

Technique n°8 : Confusion

Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

Technique n°9 : Autorité

S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

Technique n°10 : Innocence

Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

Technique n°11 : Amalgame

Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

Technique n°12 : Diviser

Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure.

Technique n°13 : Pseudo-débat

Présenter la version de l’opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.

Technique n°14 : Confession

Admettre avec candeur que des manquements (mineurs) ont été identifiés et que des solutions ont été apportées.Les opposants cependant en ont tiré partie pour gonfler la controverse et tenter de démontrer ce qui n’existe pas.

Technique n°15 : Enigme

Les énigmes n’ont pas de solution. Étant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour pouvoir être jamais résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager ceux qui cherchent à suivre…

Technique n°16 : Solution complète

Eviter le problème en exigeant de l’opposant qu’il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.

Technique n° 17 : Omission

Omettre des preuves, des publications ou des témoignages contraires. S’ils n’existent pas, ce ne sont pas des faits, et le sujet ne doit pas être couvert.

Technique n°18 : Sang froid

Amener l’opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang froid pour le décrédibiliser.

Technique n°19 : Expertise

 

Technique n°20 : Preuve impossible

Technique n° 21 : Déni

Technique n°22 : Fausse preuve

Technique n°23 : Grand Jury

Technique n°24 : Diversion et distraction

 
Chris Tof... si ça peut réveiller tous ceux que le FN fait fantasmer ...de groupuscules il n'y a pas ... c'est juste les ouvriers du FN, le FN n'étant que la vitrine commerciale

RIP Clément ... martyr pour ralentir la connerie humaine généré par tous ces politiciens de gauche et de droite qui ne regardent que leur nombril ... colère ...

13/04/2013

Les sectes politiques et leurs gourous : Soral, Asselineau, Chouard

Bahar Kimyongür cofondateur avec Michel Collon du site "Investig’action" a donné une conférence le 1er mars 2009 avec "Égalité et Réconciliation Suisse" la formation de Alain Soral ex membre du comité central du Front National :

egaliteetreconciliation.ch/conference-sur-la-syrie-a-geneve-ce-vendredi/  

 
By 21 janvier 2013
 

 

vignette-sectes-politiques

 

Ca commence à lasser sérieusement d’avoir, à chaque article qui traite de politique ou d’économie, les commentaires enflammés des soutiens de certains « courants politiques » plus ou moins obscurs. Comme à chaque fois que la situation est bloquée, la corruption à son plus haut niveau, des sauveurs se pointent, avec des analyses et des solutions « géniales » et facilement compréhensibles. Sont-ce des partis politiques ? Des penseurs politiques ? Non, ce n’en est pas. Parce qu’ils contiennent plus de composants définissant une secte qu’un parti politique en tant que tel. Explications.

L’UPR, Egalité et Réconciliation et…Chouard

Pourquoi ces trois là ? Simplement parce qu’ils sont liés, attirent des soutiens très similaires, voire « collectent » les mêmes aficionados. Mais parce qu’aussi, au delà de leurs analyses et constats très parallèles, leur fonctionnement est à chaque fois celui d’une secte. Prenons l’UPR. L’Union Populaire Républicaine, dirigée avec maestria par le formidable Asselineau : ce parti qui ne veut pas se définir véritablement à droite, veut traverser les courants et réunir des gens autant de droite que de gauche, a une certaine audience grâce à son chef, disons plutôt son gourou.

Un gourou ? Oui, un gourou : comme dans les sectes, l’UPR n’existe que par les analyses et conférences de son gourou. Le gourou disparaît, l’UPR disparaît. L’UPR a des croyances, comme toute secte qui se respecte. Et ce n’est que la croyance centrale qui motive l’UPR. Si dans une secte c’est la croyance que nous allons rejoindre un paradis sur une autre planète en priant le soleil et en se suicidant tous en chœur dans une forêt (le Temple solaire, par exemple), l’UPR croit qu’on peut enfin sortir du marasme politique et économique en quittant l’Europe et l’euro. C’est tout. Sans exagérer. Il suffit de suivre les propositions de l’UPR sur leur site, visionner des conférences du gourou, et vous saurez que :

1) Tous nos problèmes viennent de l’Europe, il faut quitter l’Union européenne
2) Pareil pour l’euro, il faut quitter l’euro
3) Tout peut fonctionner de nouveau super bien en suivant les points 1 et 2

Et comme l’UPR n’a pas de programme, puisque c’est une secte, ni véritablement d’engagement précis au delà de son dogme sectaire, et bien chaque question un peu tendue trouve une réponse par un système référendaire. Exemple : le contrôle aux frontières. Que dit l’UPR ? Hummm… Lisez-plutôt, grâce à cette question « L’UPR veut-elle rétablir des contrôles aux frontières ? »

« Il n’y a plus de poste de contrôle de police et de douanes à Tourcoing, Kehl, Menton, Hendaye, etc. C’est ce qui permet à des dizaines de millions de personnes d’entrer et de sortir du territoire national par la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne, quelle que soit leur nationalité et sans aucun contrôle.(…)Une fois que les Français auront récupéré leur souveraineté, il leur appartiendra de décider ce qu’ils veulent par des élections en matière de contrôles aux frontières, en matière de circulation des personnes, comme en matière de circulation des biens, des services et des capitaux, et d’y appliquer les lois de la République. Ces lois seront soit sévères, soit modérées, soit laxistes en fonction de ce qu’une majorité de Français aura librement décidé, au vu de la libre confrontation des programmes et des analyses »

Et oui, le bon peuple va décider, l’UPR, lui compte les points, même si en gros il a son idée, mais il ne prendra pas le risque de faire par lui même. Et ça continue comme ça avec l’immigration : « Quelle est la position de l’UPR sur l’immigration ? »

Les constats, dans la logique du dogme de la secte (c’est l’Europe, juste l’Europe) :

« C’est Mme Reding, par exemple, qui a condamné publiquement la France à l’automne 2010 pour les renvois groupés de Roms bulgares et roumains chez eux, en annonçant que la Commission européenne allait déclencher une procédure d’infraction en justice contre la France pour violation du droit européen dans cette affaire. »

Et oui, l’UPR est mécontente que l’UE ait attaqué Sarkozy pour ses trains de Roms…

Mais comme d’habitude avec la secte et son dogme unique, il faut juste demander « quelle politique veulent les Français sur l’immigration » :

« (…)conformément à sa Charte fondatrice, l’UPR appelle en revanche tous les Français à se réunir provisoirement, au-delà du clivage droite-gauche, dans l’objectif fondamental de faire sortir la France de l’Union européenne AFIN DE REDONNER AUX FRANÇAIS LE CHOIX DE LEURS POLITIQUES, en matière d’immigration comme en matière économique, monétaire, sociale, diplomatique, militaire, etc.

une fois que la France aura quitté l’UE et aura récupéré la plénitude de sa démocratie, l’UPR appellera alors les Français, à l’issue de débats vraiment démocratiques, à décider par leurs votes de la politique qu’ils entendent adopter collectivement, en matière migratoire. »

Il suffit donc d’une majorité de 51% (de suffrages exprimés des gens en âge de voter) par exemple, après un débat « vraiment démocratique » (sic) pour se décider sur la politique d’immigration (une fois le retour à une France toute seule et super souverainiste) accompli. Ca donne envie, hein ? Enfin, pas si certain, parce que la réponse risque d’être assez…bizarre. Mais bon, comme la démocratie c’est demander au peuple ce qu’il veut, tout en ne lui donnant pas non plus autre chose que le droit de répondre à des question…

Et les autres, Soral avec E&R par exemple ?

Faisons simple et efficace sur le cas d’E&R : cette association qui n’est pas un parti politique, est la secte d’Alain Soral, son gourou. Sans Soral, plus d’E&R. Tout ne tient que par lui et ses analyses « décoiffantes », la plupart du temps orientées autour de thèmes comme ceux, au choix : du complot sioniste, du lobby juif, de l’impérialisme judéo-américain, de l’empire financier, etc… Bien entendu, comme avec Asselineau, certains constats ou analyses de la situation ne sont pas totalement délirants ou faux, mais en bonne secte bien carrée, E&R, par la voix du gourou Soral demande, lui aussi de retrouver la souveraineté perdue, redonner le pouvoir au peuple : trois ou quatre constats simples, une ou deux solutions, et ça roule.

Soral est un ancien marxiste tendance trotskiste, militant communiste, qui a basculé au Front National au milieu des années 2000. Il semble que ce basculement se soit opéré suite au déchainement médiatique contre Dieudonné et son sketch sur les juifs orthodoxes. Soral a réalisé, dit-il, que les vraix « rebelles au système établi » étaient au FN. Mais il s’en est écarté ensuite, pour monter son collectif E&R. Soral manie la dialectique à la perfection, brosse la géopolitique à grands coups de pinceaux, sans nuances, et soutient toujours ceux qui s’en prennent : à Israël, aux multinationales, au « lobby juif », à la classe dirigeante, à l’Europe, au sionisme. Il soutient aussi sans nuances des dirigeants autoritaires pourvu qu’il réunissent quelques uns de ces critères. Petite présentation issue du site, qui résume bien le parallèle avec le courant UPR du ni-gauche-ni-droite (mais là marqué par le rejet et une conjonction étrange entre les valeurs et le travail…)

Égalité et Réconciliation (E&R) est une association politique « trans-courants » créée en juin 2007.

Son objectif est de rassembler les citoyens qui font de la Nation le cadre déterminant de l’action politique et de la politique sociale un fondement de la Fraternité, composante essentielle de l’unité nationale.

Nous nous réclamons de « la gauche du travail et de la droite des valeurs » contre le système composé de la gauche bobo-libertaire et de la droite libérale.

Et ouais, tout est devenu possible…

Commentaire 2 :Jean-paul Jeannin de la part de Sélim Al Sabbah
Lettre ouverte d’un ancien membre d’E&R, militant Fn à Hénin-Beaumont adressée à Alain Soral.
Avertissement: Le coordinateur d’E&R nous signale ne pas avoir de trace de l’auteur de ce texte dans sa liste de membres.

 

 

 commentaire 1 :

 

Il y a quelques années j'ai découvert Soral grâce à internet,j'ai apprécié ses analyses politique.Egalité et réconciliation était un site que j'estimais beaucoup,mais il y avait quelque chose de nauséabond dans ses analyses de l'islam en France.
Il dit qu'il est prêt à se réconcilier avec les musulmans "patriotes",mais à chaque fois qu'il parle des arabes en général c'est pour dire qu'il sont des merdes manipulées par tout les partis et au final il essaie de démontrer subtilement que "un arabes doit se soumettre ou dégager"
Pleins de jeunes issus de l'immigration se font avoir par cet homme qui semble ouvert mais qui en réalité n'aime pas les arabes .Sa devise? "Je cherche un arabe à qui serrer la main,mais pas toi qui n'est qu'une merde".
En fin de compte sa main il se la serre tout seul,voilà son vrai message"le bon arabe n'existe pas et je le prouve".
Je ne consulte plus son site,il y en a pleins d'autres plus sérieux ,avec les même infos,soral en moins.

 

« J’ai aimé Soral.

Pour le talent conceptualiste du bonhomme, le côté anarcho-droitiste et underground qui manque parfois dans nos milieux, « l’intellectuel dissident », qui quoi qu’il en dise n’est pas le seul, en témoigne une fournée de néo-réacs et de déclinologues largement aussi talentueux que lui, qu’on lui opposera un peu plus bas pour lui montrer qu’il n’est ni le plus intelligent, ni le plus burné, ni le plus honorable.

»  
Et puis j’ai été déçu. Salement déçu.

Autant le dire, c’est grâce à lui, en partie, que je suis entré au Front National, percevant les prémices d’une droite populaire et sociale, qui pourrait attirer une autre jeunesse que celle que le Front avait en son sein, plus ouverte culturellement, moins sectaire, plus formée intellectuellement, selon mes préjugés aujourd’hui révisés.(...)« A propos de Mr SORAL qui va bientôt se prendre pour un prophète et nous pondre une nouvelle religion : LE SORALISME .....Soral est un imposteur réactionnaire fasciste et colonialiste. Tout est dit dans la lettre de mukuna un proche de michel collon «

Le Front ne manque pas d’intellectuels, ni de vrais dissidents au système, et il n’a aucunement besoin d’un faux intello uniquement capable de raccourcis de café du commerce et d’inspection des travaux finis, dont la simple argumentation se réduit à des menaces physiques ( dont la seule victime serait à ce jour Frédéric Beigbeder, pas spécialement un champion de kick-boxing), se targuant de ne pas être une « fiotte » procédurière, mais un amoureux du défi chevaleresque, se battant avec l’élégance d’un mec bourré cherchant querelle après une sortie au Macumba du coin.
On continuera à discuter, mais on agira aussi.
Sans lui. Sans regrets. PS : à l’instar de Dantec s’est exilé au Canada, on suggérera peut-être à AS de prévoir un séjour prolongé en Israël, patrie qu’il aime follement, dans la mesure où on peut s’attendre à un article débile décrivant la prise du pouvoir par un lobby sionisto-gay de la tête du FN.

 

Pour en savoir plus : Alain Soral , André Dechot,  antisémitisme,  centre zahra,  dieudonné,  extrême droite jean-paul gautier, meyssan Michel briganti,  réseau voltaire,  yahia gouasmi

 

A lire aussi : (Le retour du national-socialisme publié dans Alternative Economique, Islamophobes de tous les pays... annulez tout!, Voir Politiquement incorrects : la nouvelle droite radicale en Europe

Chouard ?

Venons-en à Chouard, puisque la secte à Soral n’est pas bien intéressante tellement son discours est proche d’une extrême droite qui aurait bouffé Marx et Chavez, et conforté des alliances qui la rangent clairement comme un produit politique de type « rouge-brun ».

Oui, Chouard… Il est sympathique le petit prof d’éco et de droit d’Aix en Provence, et puis il innove, propose un autre système, plus juste, « véritablement démocratique ». Donc, c’est du tout-bon, n’est-ce pas ? Ah, bien entendu, si on en reste aux conférences sur Youtube, à la surface des propositions et qu’on ne creuse pas plus loin. Parce que si l’on creuse, il y a beaucoup de points très dérangeants chez Chouard. Mais alors, très très dérangeants. Et puis sans Chouard, pas de chouardisme, encore un gourou, même si bien entendu il s’en défend. Il n’a pas monté de secte, la secte s’est montée d’elle même, il n’a rien eu à faire pour ça. Ses sympathisants sont très emballés, limite agressifs si on critique leur gourou. Ou ses idées.

Et ses idées ? Oh, comme avec les autres sectes politiques, il n’y en a pas des masses, restons simple, une seule avant tout : la démocratie par tirage au sort. On ne va développer plus loin, chacun peut aller écouter Chouard à ce propos sur le net, il y a tout ce qu’il faut. L’Europe est aussi chez Chouard le grand méchant loup à abattre. D’ailleurs il participe à des meetings de l’UPR et fait des déclarations emballées sur les conférences de la secte républicaine qui transcende les courants droite-gauche. Mais il peut aussi soutenir Faurisson, le révisionniste.

Oui, parce que Chouard aime la Vérité et pense que la sphère médiatique est asservie, totalement au pouvoir en place, ou tout du moins à la pensée dominante. Donc tout ce qui sort de cette pensée peut être intéressant, même les révisionnistes. Ou les Soral (avec les idées duquel il est « assez d’accord »). Chouard est donc traité de personnalité d’extrême droite, puisque ses accointances avec des courants très proches de cette veine politique est avérée. L’est-il, d’extrême droite ? Est-ce bien intéressant, puisque le fond de l’affaire Chouard n’est pas qu’il appartienne à l’extrême droite ou non, mais : que fait-il, que veut-il, que faire avec ses idées, et pourquoi s’acoquine-t-il avec des sectes très peu recommandables ? Et là, on coince vite, parce que Chouard est un utopiste qui se méconnaît et refuse d’admettre que rien ne peut permettre à son système basé sur la démocratie grecque de voir le jour. Et au delà, savoir si ce système ne comporte pas de grands dangers. Comme celui d’une dictature des plus motivés…

Expliquons-nous brièvement, de façon synthétique : dans le système de Chouard, vous vous présentez et vous pouvez être élu par tirage au sort. Tous ceux motivés par l’action politique vont donc se ruer. Ceux des plus « faibles », les moins au fait de la chose politique n’iront pas. Sans compter ceux qui n’auront pas le courage. Puis, de nombreux problèmes se règleront par des référendums, comme avec l’UPR : le peuple déciderait. Mais à 51%, sur un sujet très sensible, comme l’immigration, ou des décisions touchant au social, la population risque de se retrouver coupée en deux, non ? Et la dictature des forts en gueule et des plus habiles risque de se mettre en place. Mais le gourou s’en moque un peu, et ses soutiens aux leaders de sectes de la droite souverainiste en sont la parfaite représentation : Chouard est dans son monde, ses idées, et si il trouve une aide ou une écoute dans des recoins puants, il les prend quand même. Quand il doit se défendre d’être d’extrême droite, sur son site, il le fait de manière tordue, avec une définition de l’extrême droite scolaire et décalée. Quant à ses réponses sur les problématiques qui motivent l’extrême droite, il met tout en vrac (la parité, la peine de mort, l’immigration) et renvoie à un référendum. Populiste ? Oui, très certainement. Avec une confiance naïve et aveugle dans ce qu’est le peuple (français), qui frise la stupidité.

Il ne veut pas faire de politique, dit-il ? Oui, mais il en fait quand même. Sans parti, mais avec ses conférences, déclarations, soutiens, rencontres etc…

Le soutien à Robert Ménard (cliquez sur le lien, ça vaut le coup) à 2:20…est vrai moment d’anthologie.

Alors, peut-être que les idées de Chouard, d’un point de vue institutionnel, organisation de la société ont un intérêt, mais le personnage et sa façon de penser le monde, ses amitiés n’inspirent guère : les pires systèmes autoritaires l’ont toujours été avec le soutien de la majorité de la population, et pour le bien de cette même population…

Le Parti Pirate n’a pas été mentionné dans cet article : il ne semble pas être une secte, mais un véritable parti. D’ailleurs, sans un leader, le PP marche très bien. Enfin, très bien c’est vite dit. Disons qu’il essaye, mais avec des glissades peu élégantes parfois, glissades qui tirent vers Marine, Soral, Asselineau et Chouard sans beaucoup de vision politique. Mais on ne peut pas leur en vouloir, en tout cas pour leur intérêt envers Chouard : il est très difficile de ne pas adhérer et ne pas suivre le personnage, au départ, si l’on ne creuse pas.

La prochaine fois : les sectes des gauches super à gauche :-)

Billets en relation :

21/01/2013

Zeitgeist: un film proche de l'extreme droite!

 

La pensée complotiste : pensée complotiste d'A. Soral

La pompe à phynance - Les blogs du Diplo : - de Frédéric Lordon ( cf  source : Conspirationnisme : la paille et la poutre - Les blogs du Diplo )

Mis sur facebook : : Le peuple est bête et méchant, le peuple est obtus. Au mieux il pense mal, le plus souvent il délire. Son délire le plus caractéristique a un nom : conspirationnisme. Le conspirationnisme est une malédiction. Pardon : c’est une bénédiction. C’est la bénédiction des élites qui ne manquent pas une occasion de renvoyer le peuple à son enfer intellectuel, à son irrémédiable minorité. Que le peuple soit mineur, c’est très bien ainsi. Surtout qu’il veille à continuer d’en produire les signes, l’élite ne s’en sent que mieux fondée à penser et gouverner à sa place.
Pour une pensée non complotiste des complots (quand ils existent) :

Photo : Les Illuminati - syti.net : cf : voir : théorie du complot, conspirationisme, théorie, complot 

Zeitgeist: un film proche de l'extreme droite!

IlluminatisManipulations.jpg

A l'heure ou le conspirationnisme comme explication de la crise fait des ravages y compris chez certains anarchistes, voici un article qui démonte le film phare des conspis zeitgeist...

 

Sur les références de ZeitGeist The Movie (film qui a été mis à l’écart par le “mouvement” ZG pour préférer la diffusion de films plus léchés), voir également cet article :
http://coirault-neuburger.blog.lemonde.fr/2009/03/25/le-f...

L’article ci-dessous a été publié en anglais britannique pour la première fois sur le site de l’organisation britannique The Third Estate (le Tiers-État), le 20 mars 2010. Son auteur a préféré garder l’anonymat. Il y montre les ressorts du discours du film Zeitgeist: The Movie, très populaire sur l’internet et aujourd’hui bien connu parmi les militants qui ont participé au mouvement des indignés en France. Ainsi, il établit les rapports tout à fait remarquables entre la logique du discours de Zeitgeist et les Protocoles des Sages de Sion, un faux document censé démontrer que les Juifs conspirent pour dominer le monde.

En effet, suite à la diffusion (et à la réception) massive de ce film – qui a connu depuis de nouvelles moutures – des réseaux militants de Zeitgeist se sont montés et constituent actuellement une organisation de plus en plus influente dans les mouvements sociaux. A l’insu de la plupart de ceux qui en ont entendu parler, et même de personnes qui y participent, le film et le mouvement Zeitgeist (TZM) participent de la fachosphère actuellement en plein développement, recrutant massivement dans les milieux paranoïdes de l’association ReOpen 11/9.

Le contexte politique strasbourgeois a été déterminant pour nous pousser à traduire cette analyse en français. En effet, la polémique autour du site fascistoïde Activeast (lire à ce sujet la brochure écrite par “Des anarchistes” relayée sur L’Alsace Libertaire et sur la Feuille de Chou ; Activeast a depuis continué ses publications antisémites[1] tout en zonant, de plus ou moins loin, chez les indignés), relai et soutien inconditionnel du mouvement ZeitGeist, nous a conduit à nous intéresser de plus près à ce “mouvement”.

Si l’analyse de The Third Estate date un peu, les traits essentiels de son analyse demeurent donc tout à fait d’actualité. Nous avons souhaité en offrir la traduction en français aux militants progressistes. Car au-delà d’une simple critique du mouvement Zeitgeist, il montre la nébuleuse idéologique dans laquelle ce mouvement se déploie, et notamment un passage très intéressant sur le mouvement américain larouchiste (qui a sa branche française sous le nom de Solidarité et Progrès, l’organisation politique de Jacques Cheminade). L’auteur cherche à aborder les enjeux philosophiques des lectures conspirationnistes pour le mouvement socialiste.

Zeitgeist exposed – Traduit du site the Third Estate.

Dans le roman policier classique d’Agatha Christie Les Meurtres ABC, le détective Hercule Poirot en vient à la formulation suivante: “Quand remarque-t-on au moins une épingle? Quand elle est dans une pelote d’épingles. Quand remarque-t-on au moins un meurtre? Quand c’est un meurtre parmi une série de meurtres reliés les uns aux autres.” Je souhaiterais donner une extension à la pensée de Poirot: “Quand remarque-t-on au moins une théorie du complot extrêmement pernicieuse et dangereuse? Quand elle se situe dans un film de deux heures parmi d’autres théories du complot.”

Ces dernières années, de nombreuses personnes m’ont dit que je devrais regarder le film Zeitgeist: The Movie. Toutes ces personnes étaient de gauche ou des progressistes, et chacun d’entre eux m’a dit que le film offrait un bon exposé du pouvoir dans le monde moderne. Ces gens venaient de milieux et d’âges très divers, certains étaient syndicalistes, d’autres socialistes, certains étaient Britanniques, d’autres Américains. Le film est parvenu à des chiffres d’audience massifs, à une échelle mondiale, avec plus de 3.000.000, de vues sur Youtube, et encore plus sur DVD ou Google Video. Et parmi tous ces gens qui m’ont recommandé ce film, aucun n’a remarqué ses rapports étroits avec le vieux mythe de la “conspiration juive mondiale”.

Dans cet article, je tente d’exposer la relation de ce film avec des textes et des mythes antisémites plus anciens, et démontre plus précisément comment ces théories sont fabriquées pour avoir l’air de gauche ou progressiste (liberal). Je souhaite expliquer pourquoi ce film est devenu si attirant pour des personnes qui sont par ailleurs engagées dans des luttes authentiques contre le capitalisme, contre la guerre, ou pour préserver l’environnement. Je m’intéresse particulièrement à la relation entre le film et le livre intitulé Les Protocoles des Sages de Sion, ainsi que l’utilisation qu’il fait d’autres tropes antisémites qui ont existé à travers la modernité.

Zeitgeist: The Movie est divisé en trois parties: la première se concentre sur la relation entre la symbologie astrologique et l’histoire de Jésus; la deuxième sur “la vérité à propos du 11 septembre”; et la troisième est à propos de la finance internationale. L’argument est que le christianisme n’est pas original dans sa forme particulière de mythologie, mais qu’au lieu de cela, il n’est qu’une rapiéçage de mythes plus anciens, en se focalisant sur les divinités solaires. Que l’on tienne cet argument pour vrai ou pour faux, cela n’a que très peu de conséquences sur la manière de comprendre la société moderne. La deuxième section du film expose la théorie selon laquelle le 11 septembre [2001] fut un complot gouvernemental (inside job) commis par l’État Américain. Beaucoup de gens pensent cela, et la plupart des informations sont inaccessibles; mais l’argument que je souhaite exprimer, c’est que ces deux théories complotistes sont, à bien des égards, sans conséquences sur la signification générale du film. Elles sont un écran de fumée pour justifier la dissémination de matériel antisémite dans la section finale du film.

Que sont les Protocoles des Sages de Sion?

Les Protocoles sont un livre publié pour la première fois en Russie, aux alentours du tournant du dernier siècle. C’est un document frauduleux, un faux et une fiction, conçu pour être lu comme s’il s’agissait d’un texte écrit par les Juifs ayant l’intention de diriger le monde. Il suggère que le peuple Juif vise à exercer une domination mondiale par un processus de prise de contrôle des gouvernements, de contrôle des médias, de contrôle des banques, en escroquant la populace au sens large. L’assertion est que les Juifs souhaitent réduire le monde en esclavage en créant un gouvernement mondiale. Bien sûr, le texte est profondément antisémite, et il a été montré à de nombreuses reprises qu’il s’agit bien d’une contrefaçon, mais a été fréquemment employé au cours du XXe et du XXIe siècles pour justifier les atrocités commises à l’encontre des Juifs. De plus, il demeure populaire dans certaines contrées du monde, et au sein de certaines organisations de droite ou fascistes.

La relation entre les deux textes

Il est assez aisé de dire que les contenus de Zeitgeist et des Protocoles des Sages de Sion se recouvrent largement, en prenant quelques extraits choisis. Par exemple, Zeitgeist dit: “Les banquiers internationaux disposent d’une machine bien huilée pour étendre leurs ambitions personnelles”, là où les Protocoles disent: “les rouages de la machine de tous les États sont mus par le force de l’appareil, qui est entre nos mains, et l’appareil de la machinerie de nos États, c’est l’or.” Mais je suggérerais que ce genre de critique ne va pas assez loin. Je montrerais plus volontiers que l’intégralité de l’argument de la troisième section du film a été directement tirée des Protocoles. C’est la même argumentation, dans une langue subtilement modifiée, qui est, en tant que telle, simplement antisémite. Je m’attache à cinq aspects particuliers: le gouvernement mondial; l’usage de la guerre; la manipulation de la populace; l’attrait pour l’or et l’argent (money); et l’idée d’une cabale secrète toute-puissante.

Le gouvernement mondial

L’une des grandes craintes des théoriciens complotistes est celle d’un gouvernement mondial. Ce point est tout à fait explicite à la fin de Zeitgeist dans une discussion sur l’Union Nord-Américaine, l’Union Asiatique, l’Union européenne et l’Union africaine. Ils disent finalement: “quand le temps sera venu, ils fusionneront ensemble pour former la dernière étape du plan sur lequel ces hommes ont planché pendant plus de 60 ans: un gouvernement mondial… Une seule banque, une seule armée, un seul centre du pouvoir.” Cet argument est à mettre en rapport avec l’introduction du Protocol 3 dans lequel nous lisons: “Aujourd’hui, je puis vous assurer que nous ne sommes plus qu’à quelques pas de notre but. Encore une courte distance à franchir, et le cercle du Serpent symbolique – le signe de notre peuple – sera complet. Quand ce cercle sera fermé, il entourera tous les États de l’Europe comme de chaînes indestructibles.” Les Protocoles poursuivent dans le Protocole 5: “Par tous ces moyens nous opprimerons tant les Chrétiens qu’ils seront contraints de nous demander de les gouverner internationalement. Dès que nous aurons atteint une telle position, nous pourrons aussitôt absorber toutes les puissances gouvernementales du monde entier et former un supergouvernement universel.”

L’usage de la guerre

Il y a une section du film qui affirme que les justifications de l’Amérique pour entrer dans un grand nombre de guerres mondiales seraient orchestré par “les hommes derrière le gouvernement.” Nous apprenons que le naufrage du Lusitania était planifié, que l’incident du Golfe du Tonkin ne s’est jamais produit, qu’on avait connaissance de Pearl Harbor bien avant que cela ne se produise, et bien sûr que le 11 septembre était un complot interne (inside job). Et nous apprenons que les deux parties aux conflits ont été financées par les mêmes “banquiers internationaux”. Cette section du film est directement tirée du Protocol 7, qui dit: “Dans toute l’Europe, et avec l’aide de l’Europe, sur les autres continents, nous devons exciter la sédition, les dissensions et l’hostilité mutuelle. Il y a à cela double avantage : d’abord nous commandons par ces moyens le respect de tous les pays qui savent bien que nous avons le pouvoir de créer les soulèvements à volonté ou de restaurer l’ordre. [...] Nous devons être à même de répondre à toute opposition par une déclaration de guerre du pays voisin de l’État qui ose se mettre en travers de notre route ; mais si ces voisins, à leur tour, devaient se décider à s’unir contre nous, il faudrait leur répondre en déchaînant une guerre mondiale.”

Je ne vais pas dire que les guerre n’ont pas été déclenchées par cynisme, parce que bien sûr elles l’ont été, et je ne dis pas non plus qu’il ne fallait pas s’opposer à la plupart des guerre, parce que – là encore – il le fallait. Mais force est de constater que la structure de cet argument particulier de la guerre est fondé sur l’idée que les Juifs dominent le monde, et doit donc être rejetée.

Manipuler la populace

Il y a deux branches de la théorie classique de la conspiration juive expliquant comment les gens sont abêtis et dupés. La première, et en fait celle-ci est plus significative dans l’histoire des théories sur la conspiration juive, est cette idée selon laquelle les Juifs sont en charge des médias. La seconde, qui a été moins largement employée mais apparaît bien dans Zeitgeist: the Movie, est l’idée que les Juifs contrôlent le système éducatif pour le rendre inefficace. La question du contrôle juif sur les médias est traitée par le Protocole 12 dans lequel il est écrit: “Aucune information n’atteindra la société sans passer par notre contrôle. Ceci est déjà pour nous un point acquis par le fait que toutes les nouvelles sont reçues de toutes les parties du monde par un petit nombre d’agences qui les centralisent. Lorsque nous serons arrivés au pouvoir, ces agences nous appartiendront entièrement et ne publieront que les nouvelles qu’il nous plaira de laisser paraître.” Et dans le Protocole 13: “Pour les empêcher de se découvrir une nouvelle ligne de conduite en politique, nous les distrairons également par toutes sortes de divertissements : jeux, passe-temps, passions, maisons publiques. / Nous allons bientôt lancer des annonces dans les journaux, invitant le peuple à prendre part à des concours de tout genre : artistiques, sportifs, etc. Ces nouveaux divertissements distrairont définitivement l’esprit public des questions qui pourraient nous mettre en conflit avec la populace.” Dans Zeitgeist, des questions semblables sont traitées, mais on y discute en particulier d’une “culture entièrement saturée par des loisirs des médias de masse.” Nous apprenons que les mêmes personnes derrière la prise de contrôle programmée de la société sont “derrière les médias dominants.”

A la fois dans Zeitgeist et dans les Protocoles, nous voyons certaines discussions sur le système éducatif. Dans Zeitgeist, on nous parle de la “pente déclinante du système éducatif des États-Unis d’Amérique” et il est dit que “[le gouvernement] ne souhaite pas que nos enfants soient éduqués.” Sans surprise, le même argument est utilisé dans le Protocole 16: “Lorsque nous serons au pouvoir, nous supprimerons des programmes d’éducation tous les sujets qui pourraient troubler le cerveau de la jeunesse ; nous en ferons des enfants désobéissants, aimant leur maître et reconnaissant dans sa personne le pilier principal de la paix et du bien public.” Le narrateur de Zeitgeist dit: “La dernière chose que veulent les hommes derrière le voile, c’est un public conscient et informé”, faisant écho au sentiment du Protocole 5 qu’”il n’est rien de plus dangereux que l’initiative personnelle”.

La focalisation sur l’or et l’argent: la réserve fédérale et l’usurier Juif

Les Protocoles (en particulier les Protocoles 21 et 22) et Zeitgeist se concentrent largement sur les questions concernant l’or et l’argent (money). Les deux offrent une théorie selon laquelle les problèmes de la société sont causés par l’argent et les systèmes monétaires contrôlés par un petit groupe de personnes aux principes moraux discutables. Ce qui est important ici, c’est la focalisation sur l’argent plutôt que sur le capital et la production. Au lieu d’offrir des perspectives critiques sur les structures à l’intérieur de la société qui conduisent à l’oppression et à la pauvreté, la vision générale est que la société est conçue comme essentiellement bénévole et que ce bénévolat est subverti par des problèmes dans la sphère des échanges (circulation).

Pendant des siècles, remontant aussi loin que l’expulsion des Juifs de Bretagne en 1290, l’accusation d’usure a été portée à l’encontre des Juifs pour des motifs antisémites. Zeitgeist déclare à propos de l’impôt fédéral sur le revenu: “approximativement 25% du revenu moyen du travailleur est prélevé par cet impôt et devinez où cet argent va? Il sert à payer l’intérêt sur les devises produites par la réserve fédérale. L’argent que vous vous faites en travaillant trois mois dans l’année va littéralement dans les poches des banquiers internationaux.” Là encore, pour ne pas apparaître aussi racistes qu’ils le sont vraiment, le terme “Juifs” est remplacé par “banquiers internationaux”. C’est une fois encore une reprise d’un mythe antisémite. Comment dans tous ces exemples, les arguments sont tirés d’anciennes théories antisémites. Ils n’offrent pas une explication de systèmes économiques et politiques nationaux ou mondiaux, ils ne sont là que pour favoriser une attitude de haine à l’encontre d’une fraction prédéfinie de la société.

Une cabale secrète?

En fin de compte, l’argumentaire qui est déployé tout le long de Zeitgeist est que le monde est contrôlé par une petite société secrète d’individus, et dans le contexte de l’histoire des théories conspirationnistes, ils parlent des Juifs. Quand le film évoque les réunions de ces “banquiers internationaux” qui sont “maintenues secrètes et cachées du public”, les discussions sur “un ordre du jour mis en oeuvre par une élite sans foi ni loi” (ruthless elite), ou “les personnes qui se cachent derrière le gouvernement”, ses auteurs ne font que redonner vie à un vieux mythe raciste que nous devons faire disparaître.

Il y a une insistance dans les théories conspirationnistes sur le fait que quelqu’un ou un groupe quelconque de gens est personnellement responsable de tous les maux de la terre, ce qui a toujours été clairement en lien avec l’antisémitisme tout au long de la modernité. Pendant des centaines d’années, les Juifs ont été sanctionnés comme boucs émissaires officiels du capitalisme. Quand les systèmes de production appauvrissent les gens, les Juifs sont toujours accusés; là où les gens avaient l’impression que les impôts étaient injustes, les Juifs ont toujours été accusés; quand les gens se sentaient aliénés par les structures de la société, on leur a dit qu’ils étaient en fait aliénés parce qu’ils n’étaient pas invités aux réunions secrètes des Juifs. En fin de compte, ces théories nous écartent d’une critique du capitalisme. Le philosophe Slovène Slavoj Zizek souligne ce point en référence à l’antisémitisme de Wagner quand il écrit: “Il a besoin d’un Juif: ainsi, d’abord, la modernité – ce processus impersonnel abstrait – trouve un visage humaine, est identifié à un caractère concret, palpable; puis, dans un second mouvement, en rejetant le Juif qui donne pleinement corps à ce qui est désintégré dans la modernité, on peut conserver ses avantages. Pour être concis, l’antisémitisme n’apparaît pas comme un antimodernisme à proprement parler, mais une tentative de combiner la modernité avec le corporatisme social, ce qui est caractéristique des révolutions conservatrices.”

Qui était le Sénateur Louis McFadden?

Louis McFadden, qui est abondement cité dans Zeitgeist, fut un sénateur des États-Unis d’Amérique dans la première moitié du XXe siècle. Il fut aussi un antisémite notoire, et a prononcé les propos suivant: “aux États-Unis aujourd’hui, les Gentils ont des bouts de papier alors que les Juifs ont l’argent ayant cours légal.” Il est cité par deux fois dans le film: “Un système bancaire mondial a été installé ici… un super-État contrôlé par des banquiers internationaux agissant ensemble pour asservir le monde pour leur propre plaisir…” et “cet événement a été soigneusement préparé. Les banquiers internationaux ont cherché à créer les conditions du désespoir pour apparaître comme nos maîtres à tous.” Dans le contexte de la vision du monde de McFadden, il utilise le terme “banquiers internationaux” comme un épithète pour les Juifs. Ce qui est notable, c’est que les réalisateurs de Zeitgeist semblent omettre ce contexte, pour suggérer que McFadden est simplement en train d’offrir une critique du capitalisme. Le fait est qu’à l’intérieur des théories conspirationnistes, l’étiquetage des Juifs comme “banquiers internationaux” et le “capital financier international” est un trope commun. Ces citations auraient été entendues à cette époque, et sont encore comprises dans ce sens par beaucoup de gens aujourd’hui, comme étant des postures antisémites.

L’Affaire Jeremiah Duggan et la vérité à propos de Lyndon LaRouche

Un autre personnage plus louche encore qui apparaît dans Zeitgeist est l’activiste politique américain Lyndon LaRouche [la branche française de son mouvement "larouchiste" n'est autre que Solidarité et Progrès, dirigée par J. Cheminade, candidat "martien" aux élections françaises de 2012]. Je sentais que je devais inclure l’histoire suivante comme une preuve anecdotique pour montrer à quel point ces gens peuvent être dangereux:

Jeremiah Duggan était un étudiant britannique à la Sorbonne qui mourut en 2003 dans des circonstances suspectes. Dans les mois qui précédèrent sa mort, Duggan s’est impliqué dans ce qu’il croyait être une organisation pacifiste (anti-war organisation). En fait, il s’était engagé dans l’une des organisations politiques dirigées par le militant politique Américain Lyndon Larouche. En mars de cette année, Duggan a assisté à une conférence d’une de ces organisations à l’Institut Schiller (appartenant au mouvement larouchiste) à Wiesbaden, en Allemagne. Au cours des réunions, Duggan s’est révélé être Juif, et pourtant, au cours de ces réunions, les Juifs étaient accusés d’avoir déclenché la guerre, réanimant les vieux mythes conspirationnistes à propos des juifs encourageant les guerres parce qu’elles facilitent leur contrôle social. Il dit dans ses discours à la conférence: “ce complot pour lancer une nouvelle guerre a été intellectuellement préparée par des gens qui, comme Hitler, admirent Nietzsche, mais “étant Juifs, ils ne pouvaient pas intégrer le Parti Nazi, en dépit du fait que leur fascisme était absolument pure”! Aussi extrémistes que Hitler! Ils les ont envoyés aux États-Unis. [...] Qui est derrière cela? [...] L’équipe du système-de-banque-centrale indépendant, les cloportes*. Les intérêts financiers.”

A environ 5heures du matin, après que Duggan a révélé son identité juive à la conférence, il appela sa mère. Il dit: “Maman… Je suis dans… j’ai de gros problèmes… Tu sais cette “Nouvelle Solidarité?..” Ils disent, “Je peux pas faire ça” … Je veux m’en aller.” Et à ce moment-là, le téléphone a coupé. Et il sonna une nouvelle fois presque immédiatement…. et la première chose qu’il dit à ce moment était: “Maman, je suis menacé.” Elle réalisa qu’il était dans une telle situation de danger qu’elle lui dit: “Je t’aime”. Et il lui dit alors: “Je veux te voir maintenant!”. Elle lui dit: “Oui, où es-tu Jerry?” Et il lui répondit: “Wiesbaden” _ “Comment tu l’épelles?” _ “W I E S” et le téléphone coupa.

Le jour suivant, Jeremiah était retrouvé mort, et des membres du mouvement Larouchiste déclarèrent qu’il s’était suicidé. Les enquêtes sont encore en cours pour déterminer ce qui s’est passé cette nuit. Dans les dernières semaines, une deuxième enquête sur sa mort a été annoncée.

LaRouche est connu comme un théoricien de la conspiration juive depuis plus de 30 ans maintenant. Cette organisation est sectaire et dangereuse (l’une des raisons pour lesquelles je choisis d’écrire anonymement), et le contenu de bien des choses qu’il dit peuvent être retrouvées dans les sortes d’allégations sur les Protocoles des Sages de Sion. Que fait donc un homme comme cela dans un film dont la portée est d’être une critique progressiste et de gauche de la société?

Zeitgeist et la Gauche

Ce qui, à bien des égards, est troublant dans ce film est qu’il semble porté vers la gauche ou le progressisme. A la fin du film, on voit des images du Mahatma Gandhi, de Martin Luther King et John Lennon. Tout le long du film, nous avons des citations du comédien de gauche Bill Hicks et une section est consacrée à Michael Meacher, politicien au New Labour. Il est affirmé une fois encore que l’objectif du film est d’affirmer l’unité de l’humanité, de dépasser les différences, que ce soit de classes, de races ou de sexes. On est tenté de penser que le film offre une critique de gauche radicale. A la place de cela, il se livre à des théories qui seraient plus en accord avec les libertariens de droite. Je ne sais pas pourquoi le groupe Zeitgeist cible particulièrement la gauche. C’est peut-être une mesure de division, mais aussi une arène dans laquelle ils peuvent convertir des gens à leur manière de penser. Ce qui est clair toutefois, c’est que l’insinuation selon laquelle les idées qui y sont exprimées sont de gauche ou progressistes, et le déploiement de citations de progressistes notoires, est totalement cynique.

Le problème positiviste

Il y a une raison en particulier pour laquelle ces conspirations peuvent sembler compatibles avec des modes de pensées de gauche, et cela a à voir avec le problème philosophique du positivisme. Exprimée dans sa forme la plus élémentaire, c’est que les idées concernant la transformation sociale ne peuvent pas être directement exprimées dans le langage ou des modes de pensées acceptées par la société qu’elles visent à transformer. Et ce problème est commun à toutes les théories de transformation sociale. La branche la plus influente de ce type de pensée remonte probablement de Hegel à Marx, et puis aux Marxistes du XXe et XXIe siècles. La solution pour eux a été de parler dans les termes d’une dialectique, c’est-à-dire, en comparant la conscience sociale avec la réalité matérielle. La conclusion significative sur ce type de pensée est que la conscience de la société, jusqu’à un certain point, est toujours fausse.

Les théories conspirationnistes considèrent la question d’une autre manière. Ils disent que si notre conscience de la société est toujours fausse, elle est rendue fausse par un petit nombre de puissants qui les rendent fausses. Ils pensent que nous sommes toujours dupés par une cabale omnisciente qui contrôle chaque aspect de nos vies. Et la solution diffère également. Pour les Marxistes et les Socialistes, le problème est que la société produit un certain niveau de conscience (consciousness) qui ne nous permet pas de comprendre pleinement notre paupérisation dans le travail, dans le chômage, ou dans l’impuissance, et la solution est la transformation radicale de la société vers un monde plus juste et moins fondé sur l’exploitation. Pour les théoriciens du complot, la réponse est l’élimination de cette soi-disant petite élite toute-puissante. Ils ne pensent pas que la société a besoin de la moindre transformation supplémentaire que celle-là.

C’est une terrain philosophique difficile à fouler. Nous prenons un risque immense à critiquer les théoriciens du complot de ne pas être positivistes, de ne pas travailler dans des modes de pensée acceptés. Au lieu de cela, ce que nous devons dire est que leur mode de pensée critique particulier ne propose pas une solution correcte pour résoudre les problèmes de la société, et plus encore repose davantage sur la division que sur l’unité. Nous devons montrer que l’inégalité dans la société est structurelles plus que basées sur les souhaits d’un petit groupe de Juifs.

Que faire ?

Zeitgeist: The Movie croît sans cesse en popularité, et plus encore ils sont en train de se constituer un mouvement. De plus en plus de gens sont influencés par ce que le film a à dire, sans pour autant réaliser d’où il vient. Il est important qu’aussi largement que possible, nous puissions présenter le sous-titrage antisémite du film. Nous devons montrer que ce film est cyniquement positionné pour influencer les progressistes et les gens de gauche. En ciblant les idées présentées par Zeitgeist, il est important de ne pas chicaner sur des détails, mais plutôt d’essayer de comprendre la politique que ce film dans son ensemble essayer de décrire? Nous devons lire à travers les nombreuses couches de théories conspirationnistes qui y sont présentes, et de comprendre qu’il y en a une à laquelle ils souhaitent que nous croyions et celle-là est, bien sûr, la plus dangereuse et la plus pernicieuse.

Il est important de comprendre que le type de critique sociale qu’offre le mouvement Zeitgeist ne peut pas être séparé de la théorie de la conspiration juive. On ne peut pas prendre des textes antisémites classiques, remplacer le mot “Juif” par “banquier international” ou “capital financier international” et ensuite croire que sa théorie n’est plus antisémite. Bien sûr, il y a de très bons arguments selon lesquels le capitalisme et l’impérialisme sont en effet très dangereux. Il y a de très bons arguments dans une perspective de gauche ou progressiste pour dire que les guerres en Afghanistan ou en Irak n’auraient jamais dues être engagées. C’est à ce moment-là qu’il faut reconnaître que la fin ne justifie pas les moyens. Nous n’avons pas les moyens de soutenir toute cause simplement parce qu’elle est anticapitaliste, ou toute cause parce qu’elle est anti-guerre, ou alors nous prenons le risque de coucher avec des fascistes. Plutôt, nos positions sur le capitalisme et sur la guerre doivent émerger d’une critique en profondeur plutôt qu’à ressasser ou à rebaptiser de vieux récits antisémites.

Pour répandre ce message aussi largement que possible, je vous encourage à republier ce texte sur votre propre site internet, de l’envoyer à des amis ou à des camarades, à le montrer à toute personne qui vous parle de “ce nouveau film fabuleux qu’il faut absolument que tu voies.” L’une des meilleure manière de le faire, si vous êtes sur Twitter, c’est [de le parteger sur twitter]. Si possible, faites le lien vers The Third Estate pour qu’ils puissent surveiller l’ampleur de la dissémination de ce matériau. Dans les semaines qui vienne, je vais recréer cet article comme une vidéo avec une voix-off, un peu dans le style de Zeitgeist: The Movie pour répandre ces vues à toujours plus de monde qui pourraient être influencé par ce film odieux.

* Dans le texte, slime-mold, qui signifie amibes collectives. Le terme en français étant difficile à comprendre en soi, j’ai préféré le traduire par “cloporte”.

[1] Dernièrement on trouvera sur le site d’Activeast, entre autres, une défense de Faurrisson (https : //activeast.wordpress.com/2012/09/15/spectaculaire-reponse-de-faurisson-au-journal-le-monde-qui-lui-a-consacre-deux-pages-dinsultes/), une explication selon laquelle les “1%” sont juifs (https : //activeast.wordpress.com/2012/01/07/1-pour-les-gouverner-tous-qui-sont-les-99-dindignes/)…

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu