Avertir le modérateur

27/01/2018

Yemen: The North-South Divide

n

Yémen : quand la guerre finira-t-elle ? - YouTube

by
 
 
 

La coalition militaire sous commandement saoudien qui intervient au Yémen depuis 2015 a appelé aujourd'hui à des négociations entre le gouvernement et les séparatistes pour mettre fin aux violents combats dans la grande ville d'Aden (sud).

Lors d'un point de presse à Ryad, le porte-parole saoudien de cette alliance, le colonel Turki al-Maliki, a dit que la coalition appelait les séparatistes à "la retenue et à parler avec le gouvernement légitime", ajoutant: "Nous appelons le gouvernement légitime à examiner les demandes du mouvement social et politique" des séparatistes.

Les affrontements se sont intensifiés en milieu de journée et les rues étaient désertes dans de nombreux quartiers, selon un vidéaste de l'AFP qui a confirmé l'utilisation de chars de combat par les belligérants. Ecoles et magasins sont restés fermés dans la majeure partie de la ville. Le conflit oppose l'armée gouvernementale à des forces du mouvement séparatiste qui est très puissant à Aden (le Yémen du sud était un Etat indépendant avant sa fusion avec le Nord en 1990).

Les premiers affrontements ont éclaté hier lorsque les séparatistes ont voulu organiser des manifestations pour demander le départ du gouvernement. Les violences de dimanche ont fait au moins 15 morts et 122 blessés, dont des civils, selon des sources militaires

COMPRENDRE LE CONFLIT AU YEMEN EN 10MIN Le Yémen connaît une guerre civile sur son territoire depuis 2014. Les origines de ce conflit sont complexes et lointaines. Et l’ingérence d'autres acteurs de la région vient compliquer la situation.

» Yémen : quand la guerre finira-t-elle ?

Les troupes gouvernementales font face au mouvement séparatiste, resté puissant malgré la disparition du Yémen du sud comme Etat indépendant en 1990. Il avait alors fusionné avec le Nord.

 

 

 Yemen | The North-South Divide | Al Jazeera World - YouTube : Yemen: The North-South Divide | Ali Abdullah Saleh | Al Jazeera

FEATURE/AL-QAEDAAfter al-Qaeda: No signs of recovery in Yemen's Mukallaby  & 

 

Burned-out cars, rusted bullet casings and debris from levelled buildings line the narrow, winding streets of Mukalla, a jarring reminder of the intense fighting that ravaged the seaport nearly three years ago. In a blitzkrieg similar to when the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL, also known as ISIS) surged across Syria and Iraq, hundreds of fighters from al-Qaeda in the Arabian Peninsula (AQAP) overran Yemen's coastal city of Mukalla in April 2015, exploiting chaos unleashed by the Saudi-led coalition's war with Houthi rebels in the north. The ensuing turmoil, which has killed and wounded more than 60,000 people since March 2015, presented AQAP with an opportunity to make huge territorial gains, thanks partly to the acerbic, sectarian tone espoused by the coalition. The Houthis, a group of rebels who emerged from Yemen's northern highlands where Zaidi Shia Muslims are concentrated, allied with troops loyal to former President Ali Abdullah Saleh in early 2015, capturing large expanses of the country, including the capital, Sanaa. Saudi Arabia and a coalition of Sunni Arab states intervened in the conflict in March of that year, launching a massive aerial campaign to restore President Abd-Rabbu Mansour Hadi's internationally recognised government which was forced into exile.

Air strikes decimated areas held by the Houthis, dislodging them from most of the south. However, until today, the rebels control a section of land larger than England, ruling a population of around 18 million people.

 10 Minutes - Al-Qaeda in the Arabian Peninsula - YouTube

Des voitures brûlées, des carcasses de balles rouillées et des débris de bâtiments nivelés bordent les rues étroites et sinueuses de Mukalla, un rappel discordant des combats intenses qui ont ravagé le port il y a près de trois ans. Lors d'une guerre éclair similaire à celle de l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL), des centaines de combattants d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP) ont envahi la ville côtière de Mukalla au Yémen en avril. 2015, exploitant le chaos déclenché par la guerre menée par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite contre les rebelles houthis dans le nord. La tourmente qui a suivi, qui a tué et blessé plus de 60 000 personnes depuis mars 2015, a permis à l'AQAP de réaliser d'énormes gains territoriaux, en partie grâce au ton acerbe et sectaire adopté par la coalition. Les Houthis, un groupe de rebelles originaires des hauts plateaux du nord du Yémen où sont concentrés les musulmans chiites zaïdites, se sont alliés avec les troupes fidèles à l'ancien président Ali Abdullah Saleh début 2015, capturant de vastes étendues du pays dont la capitale Sanaa. L'Arabie saoudite et une coalition d'États arabes sunnites sont intervenus dans le conflit en mars de cette année, lançant une vaste campagne aérienne pour restaurer le gouvernement internationalement reconnu du président Abd-Rabbu Mansour Hadi, qui a été contraint à l'exil.

A new Yemen model: The way forward against al Qaeda in ... - YouTube

L'air frappe les zones décimées tenues par les Houthis, les délogeant de la majeure partie du sud. Cependant, jusqu'à aujourd'hui, les rebelles contrôlent une partie de la terre plus grande que l'Angleterre, gouvernant une population d'environ 18 millions de personnes.

Al Qaeda in Yemen and The Interrogator. Documentary - YouTube

READ MORE

Who benefits from a weak and divided Yemen?

AQAP exploited this chaotic milieu to attack Mukalla on April 2, 2015, a city of more than 300,000 people, pounding military installations with mortars and RPGs they had seized in previous battles.

The Yemeni military spectacularly crumbled.

Troops were unable to repel AQAP's advance and dumped their weapons and even their uniforms, fleeing through arid valleys and deserts to government-controlled areas to the west of Hadramout province.With military bases left undefended, AQAP came to acquire some of the world's most fearsome weapons - seizing tanks, American-made Humvee vehicles and copious heavy weaponry as spoils of war.

 

L'AQAP a exploité ce milieu chaotique pour attaquer Mukalla le 2 avril 2015, une ville de plus de 300 000 personnes, battant des installations militaires avec des mortiers et des RPG qu'ils avaient pris lors de batailles précédentes.

L'armée yéménite s'est effondrée spectaculairement.

Les troupes ont été incapables de repousser l'avancée de l'AQAP et ont abandonné leurs armes et même leurs uniformes, fuyant dans les vallées arides et les déserts vers les zones contrôlées par le gouvernement à l'ouest de la province Hadramout.Avec des bases militaires non défendues, AQAP a acquis quelques-unes des plus redoutables des chars de capture d'armes, des véhicules Humvee fabriqués en Amérique et des armes lourdes copieuses comme butin de guerre.

A destroyed anti-tank gun is seen outside the traffic management compound in Mukalla's Joul Masha district [Rashed Bn Shbraq/Al Jazeera]

But mighty war machines were not the only things AQAP got their hands on. The group also looted around $100m from local banks, and would later use these funds to launch a cynical public relations campaign to shore up support for their so-called Islamic Emirate.Raking in around $2m a day by extorting national companies and taxing goods coming into the lucrative port, AQAP used its growing economic power to provide residents with drinking water, electricity, healthcare and other basic services.The group abolished taxes on local residents, paid civil servants their salaries on time and went about making slick propaganda videos in which they boasted about their state-building project as a "liberation" movement.

But exactly a year later, they gave it all up, in a sudden, bloodless withdrawal.Yemeni soldiers, backed by Emirati special forces, entered the city on April 24, 2016 after AQAP withdrew, following secret negotiations, to the rugged mountains of Shabwa, al-Bayda and Marib provinces.The group, which has long boasted about preparing its soldiers for "martyrdom", said it fled to protect civilians from advancing forces.Only a handful of its fighters remained, blending into the local population.

Now, nearly two years on, residents have told Al Jazeera that the Yemeni government and their Emirati handlers failed to provide them with the most basic of services, with their lives having been "better" under the armed group. 

Life under AQAP

"Al-Qaeda paved roads, built hospitals. It was far from perfect, but they were better than the current administration," said Abdur Rahman Khaled, a 30-year-old fisherman from Mukalla's Khalaf district."When they set up their administrative council, it was headed by prominent tribal elders who didn't ascribe to their ideology. So they weren't this group of power-hungry jihadists that the media portrays."They were forced to fill a void left by the cowardly army and government when they fled," Khaled said.In a view echoed by several other residents, Khaled added: "Life was better under al-Qaeda, compared with now. Now it's just a mess."

Many of AQAP's leaders hailed from established Hadrami families, and the group even rebranded themselves as the "Sons of Hadramout" to sidestep local and international stigma.

READ MORE

1,000 days of war in Yemen, 'land of blood and bombs'

Despite employing a deadly campaign of suicide bombings against state authorities since the late 1990s, AQAP in Mukalla was "less cruel" than the image touted in the media, Khaled said."While they resorted to the stoning of at least one man and woman accused of adultery, as well as the crucifixions of two men suspected of being Saudi spies, such incidents were rare."Glimpses of life under AQAP are still evident on the streets, Khaled added, with the groups' slogans still hanging on buildings and graffitied on walls.Under AQAP, Hisbah (religious police) walked the city's streets, supervising the implementation of their interpretation of the Shariah, where free-mixing between the sexes was forbidden and music was banned."Women of faith: Protect your pure bodies from prying eyes," one poster hanging at a busy junction reads.

Clashes have damaged historical sites and buildings throughout the country, including the Balfaqeeh Cultural Center in Fouah [Rashed Bn Shbraq/Al Jazeera]

Sewage and debris-caked roads

Charred buildings and crumpled cars are also a frequent sight, but with electricity still not fully restored after a coalition air strike flattened a power plant in 2016, most of the city is shrouded in darkness at night.

Residents complained to Al Jazeera of the nauseating stench of sewage fermenting in the hot climate, saying it could be smelled from "hundreds of metres away".

"The city is drowning in sewage and darkness," Afkar Alshanbati, a local resident and human rights activist, told Al Jazeera.

READ MORE

Starving Yemenis resort to eating rubbish

Water treatment and distribution facilities are constantly disrupted by power shortages, she said, with the government always avoiding blame with "lame excuses.

"The situation is unacceptable and reflects the ignominious failure of the local authority," Alshanbati said."Mukalla was liberated nearly two years ago, yet nothing has been done to repair buildings."

Fingers have been pointed at both AQAP and the Saudi-led coalition for the devastation, but, wherever the blame lies, entire areas are unlikely to be repaired anytime soon, she said.

"We understand that there is a war, but the government should pay employees their salaries, especially in 'liberated' areas. But it's one excuse after the next, under the pretext of the war," Alshanbati added.

Residents also told Al Jazeera that the government's refusal to allocate funds to repair destroyed pipes was heightening tensions in some neighbourhoods, where raw sewage would flow through the streets into peoples' homes.

Last year, a wave of cholera cases further devastated the population, infecting more than a million Yemenis and killing at least 2,200.

The rapid spread of the disease was largely due to the collapse of sanitation infrastructure, the WHO said, after rubbish collection services ceased and sewage pipes were ruptured by air strikes.

President Hadi's government refused to comment to Al Jazeera on the issue.

A taxi tries to drive along a narrow road in Mukalla full of rubbish and sewage [Rashed Bn Shbraq/Al Jazeera]

Absent government

While some residents blamed Yemeni authorities for the slow rebuilding effort, a local official said there had been little financial support from the UN and international charities.

"The president is in exile, and members of his government are based in Aden, that's why we've had difficulties in repairing the city," said Riyadh al-Jareeri, director of Mukalla's health office.

Hadi and much of his inner circle - his sons, aides and military officials - have been based in Riyadh since 2015 and made only sporadic visits to Aden.

"The government has reduced its operational budget by 70 percent since March 2015, and international donors are concerned about the security situation when it comes to repairing destroyed buildings - they don't want to risk their money going to waste.

"Donors are wary that if they repair buildings, they may be targeted again," al-Jareeri added.

Mukalla airport has been shut to commercial flights since AQAP's takeover, with only sporadic aid deliveries arriving since then.

"Since the closure of Mukalla airport, international journeys have become exhausting," said Salim Saeed, a Mukalla resident.

"First we have to travel 360km north to Seiyoun, then wait and hope our flights are confirmed.

"It's a more arduous trip than flying from Seiyoun to Amman", he added.

The economic situation for Yemenis has also worsened since Hadi's government relocated the Central Bank from Houthi-held Sanaa to Aden, a move aimed at dealing the rebels an economic blow.

The repercussions, however, have affected all public sector workers, with medical personnel and teachers rarely getting paid their salaries, leaving more than a million state employees and their families without a regular income.

Abu Mohammed, a 31-year-old bus driver, said a shortage of fuel, caused by a recent Saudi-led blockade, meant he had to queue for days to fill his bus, often sleeping in his car as crime had surged since police refused to patrol the streets.

"I don't go home, I spend days at the gas station. I sleep at the gas station. I can't sleep at home because it's not safe for my bus to be left alone," he told Al Jazeera.

"This is the worst fuel crisis we've ever witnessed. Life under AQAP was so much easier in terms of receiving fuel supplies."

A military compound in Khalaf is still out of operation nearly two years after the fighting ended [Rashed Bn Shbraq/Al Jazeera] 

'Life of misery'

The UAE's role in rebuilding the Yemeni army has also deepened resentment in the city.

While Saudi Arabia has expressed it "wants out" of Yemen, the UAE has become more involved in the conflict, indicating a divide in the two countries' agendas.

The oil-rich Emirates has been at the heart of a series of dramatic events and shifting alliances over the past two years, including Hadi's inability to return to Aden, and the UAE's unabashed support for the southern secessionist movement.

But it was the UAE's decision to fund and direct a "Security Belt" - a force created in 2016 that has been responsible for arbitrarily detaining and abducting people, that has caused the most outrage.Human Rights Watch has accused Abu Dhabi of carrying out grave human rights violations during security operations against AQAP and the local ISIL affiliate.Scores of people have forcibly disappeared, subject to heavy beatings, sexual assaults and threats to their family members, in secret prisons it administers, it said.While Yemeni forces backed by the UAE have prevented any major AQAP advances, the image of nervous Yemeni soldiers manning checkpoints highlights the daunting task ahead. Just like across much of Yemen, where the nearly three years of war has caused widespread misery, Abu Mohammed says he knows he's among the relatively fortunate.

"I used to have a good life, but now I, like most Yemenis, barely earn enough to make ends meet," he said.

While his rent has almost doubled, and his family struggles to cook regular meals, he knows he's not among the more than eight million people who are a "step away from famine".

The country's already inflated food and fuel prices have skyrocketed, further hurting already impoverished families.

With his doting wife and two children bringing him some semblance of peace and comfort, the prospect of having a third child is what keeps him awake most nights, he says.

"Two children are enough for me. My wife knows this and is taking drugs to avoid pregnancy."

With the civil war showing no signs of ending, the legacy of the fighting will be felt for generations, he says.

"Life was once good, now ... it's only misery we'll know."

Faisal Edroos reported from Doha, Saleh Al-Batati reported from Mukalla. Follow them on Twitter: @FaisalEdroos@SalehAlBatati1

 

 

Al Qaeda Informant - Al Jazeera Investigations - YouTube

 

SOURCE: AL JAZEERA NEWS FEATURE/AL-QAEDA After al-Qaeda: No signs of recovery in Yemen's Mukalla - Al Jazeera   & 


ABOUT THE AUTHORS


04/12/2017

Yemen: A Failed State

n

L’ex-dictateur yéménite Saleh tué dans des combats à Sanaa

Publié le
Photo d’archive prise le 22 avril 2011 de l’ex-président Ali Abdallah Saleh, tué le 4 décembre 2017 à Sanaa. PHOTO AMMAR AWAD/REUTERS

L’ancien président yéménite avait tenté un ultime revirement d’alliance pour revenir au pouvoir. Il a été tué, le 4 décembre, probablement par ses alliés d’hier, les houthistes. Beaucoup se félicitent d’une victoire tardive du printemps yéménite de 2012. D’autres craignent une escalade militaire. 

À peine revenu sur le devant de la scène, l’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué, apparemment par balles, ce 4 décembre dans des circonstances qui restent à éclaircir. Il serait mort dans les combats qui opposent depuis plusieurs jours ses partisans aux miliciens houthistes à Sanaa, a indiqué le Congrès général du peuple (CGP), le parti de Saleh, au site de la chaîne d’information saoudiennen Al Arabiya.

Dans une vidéo diffusée par une chaîne de télévision pro-houtis, des miliciens entourent un corps qui semble être celui de l’ancien dictateur. Les milices houties auraient aussi fait sauter le domicile de Saleh dans le centre de Sanaa ce lundi 4 décembre, d’après le témoignage des habitants.

Rupture avec les houthistes

Saleh avait fait une déclaration fracassante samedi 2 décembre, annonçant sa rupture d’avec ses alliés d’hier, les rebelles houthistes, et sa disponibilité pour une entente avec la coalition saoudo-émiratie pour mettre fin à la guerre et reprendre le pouvoir.

Cette déclaration avait été acceuillie dans l’enthousiasme par les Saoudiens et les Émiratis, qui y voyaient la promesse d’enfin se voir ouvrir une issue possible à la guerre qu’ils mènent au Yémen depuis bientôt trois ans.

Mais à la surprise des observateurs saoudiens, les houthistes ont lancé une violente contre-offensive à Sanaa, la capitale du Yémen, où ils semblent avoir pris l’avantage. “Saleh a-t-il mal calculé son coup ? Les Saoudiens et les Émiratis, ont-ils crié victoire trop tôt ?” s’interrogeait dès hier soir la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira, au sujet de cette contre-offensive.

“Les houthistes savaient qu’un jour ou l’autre, Saleh allait se retourner contre eux”, explique Baki Chamsan, sociologue yéménite à l’université d’Aden, interrogé par Al-Jazira. “Ils avaient bien préparé ce moment et étaient prêts à réagir.”

“Un nouveau chapitre du printemps arabe”

La mort de l’ex-dictateur, qui avait été évincé du pouvoir par le printemps yéménite en 2012, suscite différentes réactions. “Avec toutes mes excuses pour les martyrs de la révolution, cela ne nous console pas qu’il soit mort de cette manière, tué par les houthistes”, écrit le journaliste yéménite Wasim Al-Quershi sur son compte Twitter. “Il avait tout de même rendu service à son pays avant de mourir, en corrigeant l’erreur de son alliance avec les houthis.”

Sur Twitter, une vieille photo qui circule beaucoup montre Saleh en compagnie des anciens dictateurs tunisien, égyptien et libyen, Zine El-Abidine Ben Ali, Hosni Moubarak et Muammar Kadhafi, pour rappeler que deux d’entre eux ont été destitués, les deux autres tués. “Il est mort comme il a régné, depuis quarante ans sur le Yémen, par la ruse et la trahison permanente”, estime, pour résumer, l’observateur yéménite Khaled Al-Ansi, toujours sur Al-Jazira.

“Un nouveau chapitre du printemps arabe”, écrit l’intellectuel mauritanien Mohamed Mokhtar Al-Chinguiti.

Saleh est mort deux ans après Kadhafi. Le livre du printemps arabe continue de surprendre le monde. Il continuera de s’écrire en lettres rouges jusqu’à ce que les peuples arabes parviennent à la liberté et la dignité.”

“Mort de Saleh, chaos, menaces sur la région, ingérences iraniennes, tout cela à cause du refus du cours de l’histoire, du refus du printemps arabe, du refus du droit des peuples à la liberté. Si seulement, [l’Arabie Saoudite] avait soutenu le printemps arabe en 2011”, écrit pour sa part l’éditorialiste saoudien en exil Khaled Khashoggi sur son compte Twitter.

Dans le même temps, les premières réactions sur les résaux sociaux de nombre de spécialistes du Yémen expriment la crainte d’une escalade militaire, avec un redoublement des frappes aériennes de la coalition saoudo-émiratie contre les positions des houtis, à l’instar du spécialiste de la région Kristian Ulrichsen.

Avec M. Saleh, Riyad a perdu un atout unique, capable de peser de l’intérieur sur la rébellion, et qui apparaissait comme l’un des hommes les plus à mêmes de négocier un éventuel accord politique. Sans lui, Sanaa n’est plus qu’un fief exclusivement aux mains des houthistes et de leur parrain iranien, le grand rival régional de l’Arabie saoudite. Mardi le président de la République islamique d’Iran, Hassan Rohani, a assuré que le pays « ser[ait] libéré des mains des agresseurs » saoudiens, tandis qu’un haut gradé iranien dénonçait « une tentative de coup d’Etat » à Sanaa.

Au Yémen, les houthistes seuls maîtres de Sanaa

La victoire des rebelles contre leur ancien allié, l’ex-président Ali Abdallah Saleh, tué par des miliciens, fige les positions et risque d’aggraver la guerre.

Le fils de Saleh appelle à venger son père

«Je conduirai la bataille jusqu'à ce que le dernier Houthi soit chassé du Yémen

Ahmed Ali Saleh, fils de l'ex-président assassiné

Ahmed Ali Saleh, ancien commandant de l'unité d'élite des Gardes républicains au Yémen, semble avoir été préparé pour succéder à son père et pourrait être la dernière chance pour le clan Saleh de regagner de l'influence.

La mort de l'ex-président «présage d'une explosion de la situation sécuritaire» au Yémen, a ajouté le chef de l'organisation panarabe. Signe de cette dimension régionale croissante du conflit, l'Iran a déclaré, par la voix de son président Hassan Rohani, que les Yéménites allaient faire regretter leurs actions aux «agresseurs», dans une allusion à l'Arabie saoudite.

Is Saudi Arabia becoming a danger to the region? - UpFront - YouTube
 

 

Subscribe to VICE News here: http://bit.ly/Subscribe-to-VICE-News Since 2011, when Yemeni youths took to the streets and sparked the eventual demise of former President Ali Abdullah Saleh's regime, the country has fallen to pieces. The new embattled government is now struggling to cope with a bevy of issues, including sectarian rivalries, CIA drone strikes, and one of al Qaeda's most sophisticated branches. It now risks presiding over the failure of one of the world's most fragile countries. In "Yemen: A Failed State," VICE News visits some of Yemen's most dangerous and hard-to-reach places and groups, including the national Army in the country's lawless East, the Houthis in Sana'a, and the Popular Committee in the South, to find out how both the government and the West's policy toward Yemen have gone wrong. Check out "Al-Qaeda Hospital Massacre in Yemen" - http://bit.ly/1lWbsLA Check out the VICE News beta for more: http://vicenews.com

 

 

Yemen: A Failed State

 

 

Rise Of The Houthis - Full Documentary

LIRE AUSSI :

07/06/2017

LES DERNIERS HOMMES D'ALEP

« En #Syrie , on meurt pour des idées. On meurt au nom de l'Histoire, et nous avons du mal à le comprendre »

  
Syrie, dans l'enfer d'Alep Ligne de Front

 

Documentaire sur la guerre à Alep en Syrie réalisé par ... - YouTube :  

 


Alep, un an après, c'est le portrait d'une ville dévastée qui tente de renaitre dès que les bombardements cessent, c'est le portrait surtout de ses habitants. De ceux qui vivent et qui font la guerre en Syrie.

 

Le Conseil de sécurité est paralysé par le veto russe. Certes Moscou est isolée et même Pékin ne suit plus. Mais elle reste maîtresse du jeu avec son soutien à un régime en passe de reconquérir une bonne partie de la Syrie dite utile. Ce sera une victoire de courte durée qui ne fera qu’alimenter encore un peu plus le djihadisme mais le Kremlin aura réussi à démontrer qu’il est à nouveau incontournable comme à l’époque de la guerre froide.

 

Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube : Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube

 

Syrie: 26 combattants prorégime tués par l'EI, 22 civils par des raids aériens n 

Et toujours la population en otage…

Alep, le cri d'alarme - C à vous - 08/12/2016

Alep, chronique d’une révolution impossible

La répression du régime et la radicalisation des groupes armés ont eu progressivement raison des idéaux du soulèvement de la ville, en 2012.LE MONDE 

It says such deals are a good way of bringing the country closer to peace. But rights groups and the opposition say the moves forcibly displace people who oppose the government.

What is the endgame for the US offensive against ISIL? – Inside Story

Source: News agencies

A lire Sarout, icône de la révolution syrienne, rejoint l'EI - Le MondeUne figure de la révolte syrienne rejoint l'État islamique - Le FigaroDaech, al-Nosra, Armée de l'Islam : les sept familles du djihad en Syrie

Syria Street Stories

Le quotidien entremêlé de ces banlieues en convalescence est mis en lumière par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans un webdocumentaire, Syria Street : des images animées réalisées par le photographe Brandon Tauszik de mères de famille, de commerçants, et même d’un ancien combattant. « On voulait que les gens puissent exprimer la complexité de leur situation, loin des clichés, et qu’ils reprennent la parole », explique Fabrizio Carboni, chef de délégation au Liban du CICR. Les habitants parlent de la peur marquée au fer rouge dans les esprits, de leur isolement, de leur volonté de vivre dignement.
 
Une ode déchirante au courage des casques blancs en #Syrie, aujourd'hui à 20h50 sur @ARTEfr et déjà en ligne ici
 
LES DERNIERS HOMMES D'ALEP - YouTube
 

LES DERNIERS HOMMES D'ALEP - YouTube

Dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde », rappelle que dans les guerres et dans les défis géopolitiques de l'heure, les passions ancestrales sont partout.
LE MONDE | 26.05.2017Au Liban, les quartiers de Tripoli meurtris par le conflit syrien pansent leurs plaies Plus de deux ans après les derniers rounds de guérilla urbaine, les habitants de Bab Al-Tebbaneh et Jabal Mohsen tentent de tourner la page des affrontements fratricides et de la misère.LE MONDE |

 Les derniers hommes d'Alep : Guerre en #Syrie : ils ont pris tous les risques pour témoigner by@HenriotGeoffrey : https://goo.gl/V8uMlPGuerre en Syrie : ils ont pris tous les risques pour témoigner Leurs photos, leurs vidéos, leurs témoignages sont les seuls documents sur cette guerre, les journalistes étrangers ne couvrant pas le conflit en Syrie. Cinq jeunes syriens, Zakaria, Ismail, Ameer, Omar et Rami ont parcouru les rues dévastées de leur ville, Alep. Ils racontent les reportages réalisés au péril de leur vie. 

 
« Je viens d’Alep. Itinéraire d’un réfugié ordinaire », de Joude Jassouma avec Laurence Cambronne. Allary Editions, 220pages, 18,90 euros.

 

LE LIVRE. Il vient d’Alep…Pour éviter les bombes, Joude Jassouma a pris la route pour aller de ville en vile, avant de traverser la mer Egée et de se retrouver en France. A travers son histoire, ce syrien raconte la plus importante crise migratoire depuis la seconde guerre mondiale.

COMPTE RENDU D’Alep à la Bretagne, renaissance d’un exilé Maryline Baumard

Après le choc d’Alep, les rebelles modérés obligés de jouer le jeu de Moscou

« Le jeu de l’allégeance a fonctionné à plein. Chacun des patrons de la rébellion a fait pression sur ses protégés », affirme un diplomate occidental. « Le cessez-le-feu est violé entre dix et vingt fois tous les jours, mais ces violations sont minimisées politiquement car il y a une volonté très forte qu’Astana se fasse », reconnaît un autre diplomate

 10/02/2017-Les guerres cachées contre Daech

Le régime Assad a repris le contrôle de la deuxième ville du pays, remportant sa plus grande victoire depuis 2011.Après cinq ans de guerre, pourquoi aucune intervention internationale n’a-t-elle arrêté le massacre ? Le point avec lejournaliste Marc Semo. Russia proposed the intra-Syrian negotiations in coordination with Turkey and Iran to reinforce a shaky ceasefire.

Les pourparlers d'Astana sur la Syrie reportés a annoncé aujourd'hui la diplomatie kazakhe.

"Selon des informations tout juste fournies par les pays garants du processus de paix d'Astana, des représentants de la Russie, de la Turquie et de l'Iran poursuivront dans les prochains jours et semaines des rencontres de travail dans leurs capitales respectives, au niveau des experts", a indiqué le porte-parole du ministère kazakh des Affaires étrangères, Anouar Jaïnakov, cité par l'agence Ria Novosti.

» Lire aussi - fragile le cessez-le-feu

Ces rencontres visent notamment à harmoniser les questions liées à la mise en place des zones de désescalade en Syrie et le renforcement du cessez-le-feu, selon la même source. Interrogé sur un report des pourparlers prévus le 12 et 13 juin dans la capitale kazakhe, M. Jaïnakov a simplement répondu à l'agence Ria Novosti: "Oui".

Cette nouvelle séance de discussions avait été annoncée début juin par un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov. L'ambassadeur syrien à Moscou Riyad Haddad avait également affirmé que Damas avait reçu une invitation pour cette rencontre.

 

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN- A l'occasion de la sortie de son livre Syrie, une guerre pour rien, Frédéric Pichon a accordé un entretien fleuve à FigaroVox. Pour lui, la guerre en Syrie est une catastrophe globale dont les grandes puissances occidentales sont en partie responsables. Frédéric Pichon est géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient. Auteur d'une thèse de doctorat sur la Syrie et chercheur associé à l'Université de Tours, il est l'auteur de Syrie, une guerre pour rien(éd. du Cerf, 2017)

» Lire aussi - Frédéric Pichon : « L'avenir de l'Occident se joue en Syrie »

Tout se passe comme si les sociétés occidentales ne pouvaient pas penser le djihadisme en dehors du registre de la psychiatrie.

Toutes les évolutions géopolitiques depuis quinze ans démentent la fable de la fin de l'Histoire et de l'intégration du village planétaire.

A lire : Seulement un mauvais rêve ?

Ce qui se joue en Syrie, c'est le basculement vers un nouvel ordre international ...

En Syrie se joue exactement ce que d'aucuns prévoyaient avant même le premier mandat de Barack Obama: un lent redéploiement de la puissance américaine ou en tous les cas une hésitation stratégique majeure, propice à une percée des puissances émergentes sur le retour. Se joue aussi sur le théâtre syrien, la progressive paralysie de l'Occident, entravé dans ses actes mais aussi ses mots, voulant ignorer les réalités et projeter ses fantasmes sur un monde qui lui échappe

"Moscou n'a pas d'ambitions mondiales mais une stratégie surtout régionale".

n

Quelle est la situation actuelle en Syrie? Une paix prochaine est-elle envisageable?

La paix en Syrie sera au moins aussi compliquée à gagner politiquement que la guerre le fut militairement. On peut dire d'ores et déjà que le conflit est terminé dans sa dimension politique: les forces loyalistes, épaulées par la Russie, l'Iran et le Hezbollah ont ôté tout espoir de voir se constituer une alternative à Bachar el Assad. LL'intervention directe de la Russie depuis 2015 et l'installation durable de bases militaires en Syrie par Moscou à Tartous et à Mheimim notamment, laissent penser que l'Etat syrien est sauvé. Contrairement à ce que pensent tous les think tanks américains, il n'y aura pas de canton sunnite sous protectorat américain dans l'Est syrien: Russes et Syriens sont bien décidés à reprendre cette zone stratégique pour les ressources qu'elle recèle: ils s'y emploient actuellement avec succès avec une progression fulgurante vers l'Euphrate. Quant à l'Irak voisin, il ne s'interdira pas d'aller participer à la curée.

A lire : 10/02/2017 -Les guerres cachées contre Daech

Mais la question des relations entre les alliés de Bachar al Assad se posera naturellement. Non pas que la Russie et l'Iran soient incapables de s'entendre mais il existe déjà des divergences sur l'après guerre: les Russes souhaitent un système plus fédéral, les Iraniens plus de parlementarisme. Les Syriens récusent les deux options quant à eux: ils savent bien que le conflit a écorné le centralisme baasiste et favorisé les potentats locaux du fait de la dissémination de l'outil militaire.

Le territoire syrien est devenu le réservoir mondial d'un terrorisme dont les métastases ont tendance à essaimer le long de l'« arc des crises ».

A lire : Terrorisme, raison d'Etat

En revanche des signes inquiétants de la prorogation d'un conflit de basse intensité demeurent: les quantités d'armement déversées par tous les belligérants, souvent en provenance de l'étranger (livraisons russes, iraniennes, mais aussi matériel offensif livré à la rébellion, y compris par les services occidentaux, français mais aussi américains) laissent augurer de potentialités de violence et d'une transformation radicale des conditions de vie à terme dans la région. Pour d'autres nations, la Russie et la Chine notamment, mais aussi pour les pays membres de l'Otan, il y va désormais d'une question de sécurité, le territoire syrien étant devenu le réservoir mondial d'un terrorisme dont les métastases ont tendance de surcroît à essaimer le long de l'«arc des crises», cet anneau qui court du Pakistan à la Côte d'Ivoire désormais.

 A lire aussi Caroline Galactéros: la bataille d'Alep ou la déroute de la diplomatie occidentale en Syrie

 

Syria: Witnesses for the Prosecution - Featured Documentary

 

» Lire aussi - Iran: manifestations de masse contre TrumpLa guerre en Syrie, un «cancer à l'échelle mondiale» (Guterres)Syrie: la Russie et le régime à la rescousse d'alliés des Américains augmentant la complexité d'un conflit déjà bien complexe Rojava : Un processus démocratique en cours

La Russie et le régime syrien sont en train d'envoyer des "convois humanitaires" dans une zone du nord de la Syrie tenue par des alliés des Américains, a indiqué vendredi le Pentagone. 

 
 
Inside Story - What are President Putin's plans for Syria?

L'histoire sans fin contre...

Also on Sunday, Israeli fighter jets

 

LIRE AUSSI :

» Syrie : l'ombre de l'Iran sur la conférence d'Astana

» Syrie : «Ces discussions ne peuvent déboucher sur du concret»

 A lire Syrie : mission impossibleSyrie : mission impossible Créé le mardi 07 mars 2017

Syrie : la révolution confisquée ?Créé le samedi 14 janvier 2017, Alep Syrie, vivre avec la guerre Créé le jeudi 01 décembre 2016, LES DERNIERS HOMMES D'ALEPPar Enkolo dans Accueil le Syrie : la révolution confisquée ?

 "Le front d’Alep est assez représentatif de l’enchevêtrement de groupes armés aux agendas politiques et aux soutiens internationaux divergents" LE MONDE |

POINT DE VUE

A lire sur le sujet :

La chute des rebelles : Washington a scellé le destin d’Alep,

« A Alep ce que l’humanité fait de pire est devenu la norme »,

« On peut s’attendre à ce que Damas lance une offensive au nord »

« C’est la victoire usurpée d’une minorité soutenue par des régimes autoritaires »,

LIRE AUSSI:

» Syrie: l'ONU s'alarme pour les lieux assiégés

A lire aussi :


Les débats

Les blogs

 

 Les derniers hommes d'Alep : Guerre en #Syrie : ils ont pris tous les risques pour témoigner by@HenriotGeoffrey : https://goo.gl/V8uMlPGuerre en Syrie : ils ont pris tous les risques pour témoigner Leurs photos, leurs vidéos, leurs témoignages sont les seuls documents sur cette guerre, les journalistes étrangers ne couvrant pas le conflit en Syrie. Cinq jeunes syriens, Zakaria, Ismail, Ameer, Omar et Rami ont parcouru les rues dévastées de leur ville, Alep. Ils racontent les reportages réalisés au péril de leur vie. 

 LIRE AUSSI:

La Russie est intervenue pour faire cesser des combats dans le nord de la Turquie entre l'armée syrienne et les rebelles syriens soutenus par la Turquie, apprend-on auprès des deux camps.

» Lire aussi - La Turquie et la Russie s'accordent sur un cessez-le-feu en Syrie

La Turquie et l’Iran s’affrontent de plus en plus ouvertement

Le rôle du PKK est au centre de la rivalité entre les deux puissances sunnite et chiite.Malgré leurs rivalités ancestrales, Ankara et Téhéran s’étaient toujours gardés d’exposer ouvertement leurs divergences mais, cette fois-ci, la tension est palpable

COMPTE RENDU La Turquie et l’Iran s’affrontent de plus en plus ouvertement

"The regime forces are now 1.5km from Al Bab city," the SOHR said.

L'histoire sans fin contre...

Also on Sunday, Israeli fighter jets

   

Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube : Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube

 Syrie: 26 combattants prorégime tués par l'EI, 22 civils par des raids aériens n 

Et toujours la population en otage…

Alep, le cri d'alarme - C à vous - 08/12/2016

 

LIRE AUSSI :

» Syrie : l'ombre de l'Iran sur la conférence d'Astana

» Syrie : «Ces discussions ne peuvent déboucher sur du concret»

 A lire Syrie : mission impossibleSyrie : mission impossible Créé le mardi 07 mars 2017

Syrie : la révolution confisquée ?Créé le samedi 14 janvier 2017, Alep Syrie, vivre avec la guerre Créé le jeudi 01 décembre 2016, LES DERNIERS HOMMES D'ALEPPar Enkolo dans Accueil le Syrie : la révolution confisquée ?

 "Le front d’Alep est assez représentatif de l’enchevêtrement de groupes armés aux agendas politiques et aux soutiens internationaux divergents" LE MONDE |

POINT DE VUE

A lire sur le sujet :

La chute des rebelles : Washington a scellé le destin d’Alep,

« A Alep ce que l’humanité fait de pire est devenu la norme »,

« On peut s’attendre à ce que Damas lance une offensive au nord »

« C’est la victoire usurpée d’une minorité soutenue par des régimes autoritaires »,

LIRE AUSSI:

» Syrie: l'ONU s'alarme pour les lieux assiégés

A lire aussi :


Les débats

Les blogs

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu