Avertir le modérateur

25/01/2017

Bachar moi ou le chaos

n

 

 "Quand létat t'enseigne a tuer, il se fait appeler patrie."

Friedrich Dürrenmatt - musique: Harold Berg  la publication de Flores Magon

Marc Robine - Le Déserteur (Version non censurée) 

 "Today 150,000 people are threatened with extermination. We are calling for a halt to the bombing and guarantees of safe passage of all," Brita Haji Hassan said during a trip to Geneva.

Alors que la Syrie est en proie à une guerre sanglante qui dure depuis plus de cinq ans, ce documentaire dresse le portrait de l'homme fort de ce pays : Bachar el-Assad. Quel est le parcours de cet homme qui tient une part du destin mondial entre ses mains ? Daech, le djihadisme international, le chaos au Moyen-Orient, la crise des réfugiés : tous ces défis convergent pour partie vers Damas. Bachar est d'abord le produit d'un clan, les Assad. Cette famille rappelle d'autres dynasties terribles comme les Kadhafi ou les Hussein, Tout à leur volonté de survie politique et d'emprise sur leur pays. Bachar a un seul but : perpétuer son implacable pouvoir et celui de son clan sur la Syrie.



 Bachar, moi ou le chaos
 

 Bachar, moi ou le chaos ( complet) EN REPLAY : Bachar, moi ou le chaos - Télévision - TéléramaLa collusion avec les djihadistes - Bachar moi ou le chaos : L’EI s’approche à nouveau de la ville syrienne de Palmyre  Le Monde.fr avec AFP et Reuters | BACHAR, MOI OU LE CHAOS 

La population est abreuvée de slogans comme :

  • « La guerre, c'est la paix. »
  • « La liberté, c'est l’esclavage. »
  • « L'ignorance, c'est la force. »

Le président syrien affirme que la défaite des rebelles à Alep marquera un tournant dans la guerre :

« C’est vrai qu’Alep sera une victoire pour nous, mais, soyons réaliste, cela ne signifie pas la fin de la guerre en Syrie (…). Mais ce sera une étape énorme vers la fin [du conflit]. »

Ce slogan, répété à plusieurs reprises, est particulièrement significatif du point de vue du lecteur/spectateur. Il vient heurter la possibilité d'une liberté individuelle.

La ville incarne la tragédie syrienne : des milliers de civils sont pris au piège dans ses quartiers insurgés, cibles de bombardements incessant et sans recours à l’aide humanitaire ; des milliers d’autres partent sur les routes, tentant de fuir les combats

Syrie : posez vos questions sur la situation à Alep LIVE Benjamin Barthe, le correspondant du « Monde » à Beyrouth, va répondre à vos questions sur la bataille d’Alep, qui semble approcher de son dénouement. Syrie : la bataille d’Alep en 23 cartesVisualisez la bataille d’Alep en cartes

 

Marc Robine - Le Déserteur (Version non censurée) Bachar moi ou le chaos


Les pourparlers, qui doivent reprendre à Genève, le 8 février, restent suspendus à l'issue des discussions d'Astana, qui devaient reprendre mardi en milieu de matinée.

#MOE - "Bachar Al-Assad, un personnage manipulateur et brutal" (Antoine Vitkine)

 

 


Syrie: 5 ans plus tard, Paul Moreira retrouve Ali
 

Les pourparlers d’Astana sur le conflit syrien ravivent les combats entre groupes rebelles

A lire La collusion avec les djihadistes - Bachar moi ou le chaos - Dailymotion

Pour le Monde Bachar Al-Assad, une victoire à la Pyrrhus 35 Le président syrien s’est spectaculairement rétabli,  mais il reste l’otage de ses parrains étrangers, l’Iran et la Russie.La tragédie d’Alep rappelle les dirigeants occidentaux à leurs errements. Que peut encore faire l’Europe ? Et la France ? Marc Semo, journaliste spécialiste de géopolitique au « Monde », a répondu à vos questions.   La Russie et l’Iran sont désormais comptables de l’avenir de la Syrie. Mais les deux puissances, sans lesquelles la dictature de Bachar Al-Assad n’aurait pas survécu, ne s’entendent pas forcément sur ce qu’il convient de faire. CHRONIQUE Alep, après la chute 13. Pour François Burgat : « C’est la victoire usurpée d’une minorité soutenue par des régimes autoritaires » 25 Selon le politologue et spécialiste du monde arabe, le désastre syrien provient de la mortifère erreur du désengagement proche-oriental de Barack Obama et de la focalisation des Occidentaux sur le combat exclusif contre l’organisation Etat islamique.François Burgat (Politologue, directeur de recherche à l'Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) à Aix-en-Provence)

« Une politique d’extermination » 

En Syrie, le crime de guerre est devenu la norme  Editorial. La situation empire chaque jour un peu plus dans la deuxième ville du pays, qui subit les bombardements incessants des forces de Bachar Al-Assad et de ses alliés. L’une des autres guerres, à laquelle ne participent ni Damas ni la Russie, est celle conduite contre lEtat islamique. Là, la coalition que pilote Washington en Syrie marque des points et prépare une offensive contre Rakka, le fief de l’EI. Mais là aussi, c’est le règne des milices pilotées par l’étranger (Turquie, Arabie saoudite etc.). La guerre ne s’arrêtera pas avec la chute d’Alep. Et, ce jeudi 24 novembre, des barils d’explosifs viendront à nouveau tuer et mutiler dans les ruines d’une ville qui fut l’un des joyaux de la région.. Editorial du « Monde ». 

 Document: Syrie, "La Guerre sale" de Bachar-El-Assad


 Disparus, la guerre invisible en Syrie Arte 2017 03 07 22 51 - YouTube

 
 
 
 
 

 Alep, chronique d’une révolution impossible

La répression du régime et la radicalisation des groupes armés ont eu progressivement raison des idéaux du soulèvement de la ville, en 2012.LE MONDE Et le régime joue à merveille de ses réticences. Il coopte, infiltre, distribue de l’argent, agite l’épouvantail du sectarisme, menace et surtout terrorise. Les meneurs les plus politisés disparaissent un par un Téhéran vient en aide au régime de Damas pour combattre l’organisation sunnite Etat islamique et pour continuer d’approvisionner en armes le Hezbollah chiite libanais.


Que reste-t-il comme options aux Occidentaux face à un régime syrien, renforcé par sa victoire annoncée à Alep et soutenu par la Russie et l’Iran ?, s’interroge le chercheur Joseph Bahout.

En perdant Alep, la rébellion se retrouve expulsée de la « Syrie utile », l’axe nord-sud qui relie les principales villes du pays, et risque d’être cantonnée à une guérilla rurale. Le régime triomphe mais il est loin d’avoir retrouvé sa légitimité. Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant) Alep, un tournant majeur dans la guerre civile syrienne - Le Monde

  
Syrie, dans l'enfer d'Alep Ligne de Front

Documentaire sur la guerre à Alep en Syrie réalisé par ... - YouTube :  

 


Alep, un an après, c'est le portrait d'une ville dévastée qui tente de renaitre dès que les bombardements cessent, c'est le portrait surtout de ses habitants. De ceux qui vivent et qui font la guerre en Syrie.

 

Le Conseil de sécurité est paralysé par le veto russe. Certes Moscou est isolée et même Pékin ne suit plus. Mais elle reste maîtresse du jeu avec son soutien à un régime en passe de reconquérir une bonne partie de la Syrie dite utile. Ce sera une victoire de courte durée qui ne fera qu’alimenter encore un peu plus le djihadisme mais le Kremlin aura réussi à démontrer qu’il est à nouveau incontournable comme à l’époque de la guerre froide.

 

Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube : Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube

 

Syrie: 26 combattants prorégime tués par l'EI, 22 civils par des raids aériens n 

Et toujours la population en otage…

Alep, le cri d'alarme - C à vous - 08/12/2016

 

Syrie : à Alep, un carnage parmi les civils en fuite

Alep-Est, le 30 novembre. Image extraite d’une vidéo diffusée par les casques blancs (la défense civile syrienne).

Alep-Est, le 30 novembre. Image extraite d’une vidéo diffusée par les casques blancs (la défense civile syrienne). HO / AFP

Des villes de plus de 100 000 habitants ont été rasées dans les bombardements et provoqué la pire crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale.. Le flot des malheureux qui fuient les combats autour de la deuxième agglomération du pays, Alep, ne tarit pas.Les images sont cauchemardesques : celles de parents, nouveau-nés dans les bras, émergeant des décombres des dernières frappes aériennes. Les camps de réfugiés aux frontières débordent, en Jordanie comme en Turquie : la machine à fabriquer les djihadistes de demain tourne à plein.

L’armée syrienne et ses milices tiennent désormais près d’un tiers de la partie insurgée d’Alep. La chute de la ville marquerait un tournant dans le conflit.LE MONDE |

Syria’s war: Government forces push into Aleppo's old city

 

"In the past several days an intensive

i-État.»

East Aleppo resident: 'They are trying to exterminate my neighbourhood'

 Le pouvoir n’a d’ailleurs pas commenté l’annonce russe.

 

Guerre en Syrie : Alep, la chute finale ? (partie 1), (partie 2)

 Syrie, dans l'enfer d'Alep Ligne de Front Documentaire sur la guerre à Alep en Syrie réalisé par ... - YouTube :   Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube : Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube 

DÉCRYPTAGE - pour le figaro "La chute annoncée d'Alep modifiera profondément la donne en Syrie". La chute annoncée d'Alep modifiera profondément la donne en Syrie.

L'enjeux d'ALEP est devenu l'enjeux stratégique, politique et  militaire de la / les guerres en Syrie. Editorial. ( le Monde) 

Les évacuations de centaines d’hommes d’Alep-Est, dans des camions arborant le portrait officiel d’Assad, rappellent la tragédie de Srebrenica, souligne l’écrivaine, réalisatrice et journaliste Sylvie Matton.
 
Dani Kappani craint autant un encerclement total qu’une intensification des bombardements. Mais pour lui, gagner Idlib était « la seule option. D’autres militants et combattants ont choisi de resterà Mouadamiya, en retournant sous le contrôle d’Assad. Pour moi, cette réconciliation qu’impose le régime à des villes où ses forces ont tué et affamé les gens est insupportable. »

« J’étais heureux qu’ils soient sortis vivants de cet enfer, raconte Abeer Hussein, une habitante d’Atareb, jointe par WhatsApp, qui a observé l’arrivée des Alépins depuis le toit de sa maisonnette.Mais eux avaient l’air si triste. Ils ressemblent aux Palestiniens de 1948 [date de la création dIsraël, qui a poussé à l’exode des centaines de milliers de Palestiniens]. Ils ne parlent que d’une chose, retourner sur leur terre, alors que leur exil commence à peine et qu’il promet d’être long et douloureux. 

Alep brûle
 

  

C’est dire que l’irruption actuelle des Gardiens de la Révolution d’Iran représente un basculement majeur, d’autant qu’elle s’accompagne de la participation massive de milices pro-iraniennes, libanaises, irakiennes et même afghanes.

Téhéran assure la survie militaire du régime de Damas en finançant et en armant des mercenaires Depuis la mi-novembre, des milices chiites étrangères, forces de choc indispensables au régime de Bachar Al-Assad, participent à la reconquête des quartiers rebelles d’Alep. a Saudi-led military coalition in Yemen.

 

Ces groupes accompagnent l’armée régulière syrienne, usée par plus de cinq ans de lutte, et opèrent de façon autonome, sous commandement général iranien. Téhéran, leur parrain, a maintenu les capacités du camp loyaliste en finançant et en armant ces mercenaires, tout en noyautant l’armée et les milices syriennes. 

Les djihadistes chiites, l’autre menace pour l’avenir de la Syrie et des Syriens (3/3,Alep Syrie, vivre avec la guerre)La décision de L'Assemblée qualifie l'Etat islamique de "génocidaire" est hypocrite, car  la résolution ne faisant pas référence "aux centaines de milliers de victimes du régime syrien" ni aux bombardements de la ville d'Alep, en Syrie.



COMPTE RENDU
TV : « Syrie, la révolution confisquée »
 Christophe Ayad

 

 

nSyrie: «chambre de torture» selon l'ONU  estimant que le conflit qui entre dans sa septième année est "la pire catastrophe provoquée par l'homme depuis la Seconde Guerre mondiale".

» Lire aussi - Syrie : les violences contre les enfants atteignent des records en 2016

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 60.000 personnes sont mortes en six ans sous la torture ou à cause des terribles conditions de détention dans les prisons du régime. Des enquêteurs de l'ONU ont accusé en février 2016 le régime de Damas d'"extermination" de détenus, affirmant que les morts massives de prisonniers étaient le résultat d'une "politique d'Etat".

 

 Ifweweresyrians

 

 Five years since the civil war began, more than 450,000 Syrians have been killed in the fighting, more than a million injured and over 12 million Syrians - half the country's prewar population - have been displaced from their homes.  

Documentaire sur la guerre à Alep en Syrie réalisé par ... - YouTube Syrie, dans l'enfer d'Alep (Ligne de Front) - YouTube :Alep Syrie , vivre avec la guerre documentaire - YouTube : Documentaire - Le crépuscule des Assad (Syrie - Arte) Syrie - Dans l'enfer de la répression :

The Boy who Started the Syrian War We tell the story of Mouawiya Syasneh, the boy whose anti-Assad graffiti lit the spark that engulfed Syria.  War & Conflict, Syria's Civil War, Middle East

 

 

Et si la guerre en Syrie avait lieu en France ? Post de blog Si la France était la Syrie, les habitants d'Avignon et de Cannes seraient tous morts, selon les calculs du projet « If we were Syrian ».

 

Une des dimensions les plus dangereuses de ce conflit tient aux risques de sa transformation en affrontements « confessionnels ». Il serait faux de dire que tout se réduit, en Syrie, à une appartenance religieuse ou communautaire : il existe des alaouites qui soutiennent l’opposition, et des sunnites qui préfèrent le régime aux insurgés. Mais le pouvoir, s’appuyant sur sa base alaouite, a incontestablement avivé les tensions. De son côté, l’opposition — ou certaines de ses composantes, notamment le CNS — n’est pas en reste et se montre incapable d’offrir des garanties sérieuses pour l’avenir. Personne ne semble remarquer comment les Kurdes, par exemple, qui furent parmi les premiers à manifester (notamment pour obtenir des documents d’identité) se tiennent désormais à l’écart, choqués par le refus du conseil national syrien de reconnaître leurs droits (Dogu Ergil, « Syrian Kurds », Zaman, 21 février). Pour sa part, le régime semble vouloir relancer les activités du PKK, un parti qu’il avait utilisé dans son affrontement avec la Turquie dans les années 1990 et qui reste très populaire parmi les Kurdes de Syrie. 
 
La Situation deviendrait alors incontrôlable car il n'y aurait une impasse diplomatique aux conflits. Nous verrions un recrutement accéléré des organisations terroristes comme Daesch ou le Front Al Nosra, première bénéficiaire de l'abandon des pays européen dans le conflit et de l'échec d'une transition diplomatique.Car la militarisation du conflit est en marche, et porte avec elle les germes d’une ( multiple ) guerre civile (peut-être la seule voie de sortie pour le régime)

EDITORIAL A Damas, un « abattoir humain » au cœur de la crise syrienne 44 "Disparus, la guerre invisible de Syrie"

Alex Younger,  le chef du MI6 (service de renseignement extérieur).qui prononçait jeudi son premier grand discours public depuis sa nomination en 2014, a ajouté que la Russie cherchait à anéantir les opposants au régime de Bachar al Assad en transformant la Syrie en un désert humain. Selon lui, la Russie et Assad empêchent toute victoire sur le groupe Etat islamique et rendent illusoire toute perspective de fin de la guerre civile en considérant tous les adversaires du régime comme des "terroristes".

"La Russie et le régime syrien cherchent à tout transformer en désert, et appellent cela la paix. C'est là une tragédie humaine déchirante", a dit le patron du MI6. "Nous ne pourrons être à l'abri des menaces qui proviennent de ce pays tant que la guerre civile n'aura pas pris fin", a-t-il continué.

Les derniers attentats arrangent les affaires de Bachar El-Assad tout en répondant aux intérêts de Daech. Quoi qu’il en soit, tout règlement international de la crise syrienne nuirait finalement aux deux. courrier international Publié le 17/11/2015 - 16:47

La capacité de Bachar el-Assad à regagner le contrôle de la Syrie est loin d'être acquise, car la violence de l'opposition contre le gouvernement et son désir de vengeance ne feront que grossir. Mais la chute d'Alep ne signe pas la fin de la guerre, seulement son entrée dans une nouvelle phase. Cette dernière passera sans doute, pour le pouvoir, par la nécessaire sécurisation des ...

La reprise de la cité antique dimanche, ainsi que la lenteur de la reconquête de Mossoul par les Irakiens, peut être considérée comme des victoires militaires pour les djihadistes, après de nombreuses défaites ces derniers mois, notamment en Libye. Le gouvernements syriens et ses milices sont incapables de garder durablement des positions " gagnés" et s'en remettent a des bombardements aveugles sur les civiles Syrie: raids meurtriers sur un secteur tenu par l'EI21 civils tués dans des frappes contre Raqqa

Ce revers dans une ville où Vladimir Poutine avait organisé un concert symphonique en mai pour en célébrer la libération, illustre la difficulté de l’armée de Bachar Al-Assad, engagée dans la reconquête d’Alep, à combattre sur plusieurs fronts en même temps, en dépit du soutien aérien de la Russie et celui au sol de milices chiites libanaise, irakienne et iranienne.

Car la situation la plus profitable, aussi bien pour Daech que pour Assad, serait la perpétuation de la situation telle qu’elle est depuis trois ans. Pour les deux, c’était la meilleure garantie de survie puisque l’existence de l’un renforce celle de l’autre.

 

En attendant, des gens meurent…

 


 
Marc Robine - Le Pieu

 Battle for Aleppo, Aleppo Bombing, Middle East

Lire aussi :   En Syrie, les Occidentaux impuissants, la Russie maîtresse du jeu

Documentaire - Le crépuscule des Assad (Syrie - Arte) Syrie - Dans l'enfer de la répression :

 Source "A propos dela Syrie"« Burning Country »La contestation Par Enkolo dans Accueil le11 et  13 Décembre 2016 Une attaque contre les services de sécurité du régime a fait 42 mortsLE MONDE |

 

Les blogs

 la publication de Kedistan.

Homs, chronique d'une révolteQuoi encore, la Syrie ?Un ennieme sommet syrien


Syrie : la révolution confisquée ?
 Créé le samedi 14 janvier 2017

Les débats

  War & ConflictSyria's Civil WarMiddle East

Les causes de la révolte

Militarisation

La voie de la négociation 

Lettre de Syrie

La bataille stratégique d'ALEP

Au-delà de Palmyre, l’EI agrandit sa zone d’influence dans la province de Homs, presque entièrement sous contrôle de l’armée syrienne. Offensive de l'EI près de Palmyre en Syrie LIRE AUSSI:»Syrie : Palmyre de nouveau encerclée par Daech, »100 millions de dollars pour le patrimoine en danger Syrie/Palmyre: combats entre l'EI et le régimeL'armée syrienne envoie des renforts à Palmyre

LIRE AUSSI:

»Alep, ville symbole et enjeu stratégique pour le régime syrien

»Alep-Est : la situation dégénère alors que plus aucun hôpital ne fonctionne

COMPTE RENDU La petite Syrienne de 7 ans qui tweete en direct la destruction de sa maison à Alep 6 Avec l’aide de sa mère, Bana Al-Abed raconte depuis septembre son quotidien fait de peur, de bruits de bombardements et de destructions dans les quartiers est d’Alep. Syrie : la rébellion s’effondre à Alep  

OMPTE RENDULes milices chiites en première ligne dans la bataille d’AlepTéhéran assure la survie militaire du régime de Damas en finançant et en armant des mercenaires Louis Imbert (Erbil (Irak), envoyé spécial)

 Quoi encore, la Syrie ? 19/11/2016 15:52

Alep Syrie, vivre avec la guerre Créé le jeudi 01 décembre 2016, SYRIA'S CIVIL WAR Aleppo locals say bombing goes on despite 'suspension' Syrie : les leçons du martyre d’AlepLa bataille stratégique d'ALEP

Les débats

12/02/2016

Un ennieme sommet syrien

n

 

L’opposition syrienne dans une impasse

Après cinq ans de massacres et de destruction qui ont poussé la population syrienne à l’exil, voilà que Moscou et Téhéran promettent une nouvelle vie au régime de Bachar El-Assad”,s’indigne Al-Hayat dans son éditorial daté du 11 février, alors qu’une réunion internationale doit se tenir à Munich pour tenter de trouver une solution au conflit syrien. Cette rencontre se déroule moins de deux semaines après la suspension de négociations intersyriennes entre le régime et l’opposition parrainées par les Nations unies

 

- Syrie : pour les acteurs locaux et régionaux, la paix est encore loin, par Myriam Benraad. La résolution du Conseil de sécurité de l’ONU va se heurter à une série d’obstacles qui compromet gravement son application et risque de déboucher sur encore plus de chaos en Syrie.

Les années Obama (3/4) - ARTE
 

 Alep « est devenu le summum de tout ce que compte le catalogue d’horreurs en Syrie », s’est ému Stephen O’Brien, qui a fustigé « des règles de la guerre systématiquement bafouées en Syrie ». « Il n’y a plus de limites, plus de lignes rouges », a t-il déploré

3. La guerre à reculons
Acte III : comment, en dépit des espoirs que son discours, au Caire, a soulevés dans le monde arabe, Obama va échouer à sortir les États-Unis du bourbier créé au Moyen-Orient par la guerre de George W. Bush en Irak et Syrie.Alep, tache indélébile de l'héritage Obama - La politique syrienne du président américain a été faite d'hésitations et d'erreurs de calcul.

Ce sera la tache noire de son bilan de politique étrangère. Un déshonneur qui restera dans l'histoire. Bill Clinton avait quitté la Maison-Blanche courbé par le fardeau que faisait peser sur lui sa décision de ne pas intervenir pour faire cesser le génocide du Rwanda, en 1994. Barack Obama portera sans doute comme une pierre l'agonie d'Alep et la destruction de la Syrie.

Depuis le début de la crise au printemps 2011, la politique syrienne du président américain a été faite d'hésitations et d'erreurs de calcul. Obama a refusé de soutenir franchement la rébellion au début de la guerre, politiquement et militairement, alors même qu'il avait demandé le départ de Bachar el-Assad dès 2012. Il a renoncé au dernier moment à faire respecter sa ...

A lire : Les années Obama A lire : Quoi encore, la Syrie ?

 

Russia and Turkey, which backs the armed opposition to Assad, brokered the ceasefire agreement in the hope of preparing the way for peace talks in Kazakhstan in the new year.

Cet ennemie sommet , ne va pas arrêter une guerre a tué plus de 400.000 Syriens selon le figaro, Le quotidien britannique The Guardian a publié jeudi le rapport accablant d'une ONG syrienne, le Syrian Centre for Policy Research(SCPR) qui brosse un tableau catastrophique de l'état du pays après cinq années de guerre civile et le Monde  ressemble aux autres avec le même " incertitude"", "le manque de chance de réussite", le blocage des belligérant, la focalisation Accès humanitaire plutôt qu’arrêt immédiat des bombardements Alors que l'ONU a stoppé ses propres statistiques, une ONG syrienne estime que 11,5% de la population du pays a perdu la vie ou été blessée dans un conflit qui dure depuis près de cinq ans.

69,3% des Syriens en état d'extrême pauvreté

Quelques 100.000 civils se trouvent actuellement dans les camps aménagés en Syrie près de la frontière turque, y compris les 35.000 qui ont fui les combats en cours autour de la ville d'Alep, a indiqué aujourd'hui le vice-Premier ministre turc Yalçin Akdogan. "Il y a maintenant neuf camps de l'autre côté de la frontière où sont hébergées 100.000 personnes", a déclaré Yalçin Akdogan à la presse devant le poste-frontière turc d'Oncupinar, précisant qu'un dixième camp était en cours de construction à 3 kms de la Turquie.

 

A lire : L'hypocrisie diplomatique

 

Pas d’accord sur un cessez-le-feu permanent, un piège selon les rebelles

Le cessez-le-feu, c’est un piège. Le régime va continuer à nous attaquer, sous couvert de lutte contre le “terrorisme”. Mais nous, nous n’aurons plus le droit de riposter. Dans cette situation, nos hommes risquent de rejoindre très vite les rangs du Front Al-Nosra et de l’Etat islamique », justifie Abdel Moneim Naassan, commandant de l’ASL à Marea, sur le front avec l’EI.

 

Instrumentaliser Daech

 

“Des dizaines de milliers de Syriens ont dû abandonner leurs maisons pour fuir les bombardements, mais les avions de Vladimir Poutine les poursuivent d’un refuge à l’autre. Le président russe veut tout simplement les chasser de leur pays, et peu importe si ce sont les milices des ayatollahs iraniens qui les délogent de leurs foyers”, poursuit l’éditorialiste d’Al-Hayat.

 

La Russie, l’Iran et le régime syrien “s’emploient à instrumentaliser Daech pour diaboliser l’opposition syrienne et justifier son écrasement, comme l’a souligné le secrétaire d’Etat américain John Kerry. Des déclarations qui ne sont d’ailleurs pas très convaincantes. Car finalement il n’y a plus guère de différences entre John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov, sauf que ce dernier applique ce qu’il annonce alors que les Américains nous inondent d’annonces qui se révèlent être de gros mensonges

 

  Moyen-Orient : quelles sont les véritables intentions des Russes ?

 

Peu d’illusions sur un apaisement durable selon le Monde

 

 «Bachar el-Assad nourrit Daech», a relevé le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en prônant une stratégie globale contre les terroristes. Les islamistes se présentent comme la seule opposition au dictateur et profitent de l'affaiblissement de l'opposition modérée

 

  1. . « Nous n’avons aucune assurance qu’ils vont arrêter de bombarder Alep. Mais ils ont pris le risque de s’engager sur une cessation des hostilités : si dans une semaine ou deux, il n’y a pas d’évolution, ils en porteront la responsabilité », averti un diplomate français. Le retour en force du Front Al-Nosra à Alep, à la faveur des combats des derniers jours, n’augure pas une accalmie.

 

« La dynamique de ce conflit va dans le sens d’une intensification, car il y a une absence de leadership dans le camp anti-Assad avec la mise en retrait des Américains », conclut cette source.

Le monde titrait :" COMPTE RENDU Peu d’illusions sur l’accord pour une trêve humanitaire en Syrie 10  : Après d’intenses négociations à Munich, John Kerry et Sergueï Lavrov ont annoncé un plan comprenant l’accès humanitaire à certaines villes assiégées et une cessation temporaire des hostilités".


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/#1JIDLJQ3qyh1Qj7m.99

 Surtout si l'on écoute les dernières déclarations de Bachar Al Assad et la trêve honteuse qui offre les moyens légitime à la Russie de continuer a bombarder la rébellion modérée.

 

Moscou soupçonné de jouer double jeu

 

. Alors que la nuit dernière, les États-Unis et la Russie se sont mis d'accord, sur une cessation des hostilités en Syrie dans un délai d'une semaine. «Depuis le début de la crise, nous croyons totalement aux négociations et à l'action politique. Cependant, négocier ne signifie pas qu'on arrête de combattre le terrorisme» affirme Assad.Les russes, le régime syrien et l'Iran  désignent par «terroriste» ses opposants armés, qu'ils appartiennent à une tendance modérée ou djihadiste. "En Syrie, les Russes pourraient tester par endroits un arrêt des combats sur mesure" dit le figaro Les premières zones où la violence est susceptible de baisser sont la région de Daraa au sud, frontalière de la Jordanie, et la banlieue de Damas". Cela ressemble a des concession en trompe l'oeil comme celle d'il y a un mois qui avait permis aux russes et aux régimes au contraire de bombarder plus largement la population et penant par surprise une coalition bien naive et couarde..

C'est la première interview accordée par le dictateur syrien, à un média occidental, depuis l'échec le mois dernier des pourparlers de Genève et le lancement, au début du mois, par son armée, d'une offensive militaire dans la région d'Alep, appuyée par l'aviation russe.

Bachar al-Assad ne veut rien lâcher. Bien au contraire. Son pays est à feu et à sang depuis cinq ans, mais il se dit déterminé à reprendre le contrôle de toute la Syrie, aujourd'hui divisée entre des portions contrôlées par le régime, des rebelles et des djihadistes. «Il n'est pas logique de dire qu'il y a une partie de notre territoire à laquelle nous renoncerons», déclare-t-il à l'AFP. Mais en est-il capable? «Que nous soyons capables de le faire ou non, c'est un but que nous chercherons à atteindre sans hésitation», assure-t-il, tout en le concédant: les combats contre les rebelles qui cherchent depuis près de cinq ans à le renverser pourraient être «longs».

 

Cacophonie au sein de l'Elysée  entre François Hollande et Laurent Fabius. interrogé sur le départ de Laurent Fabius du poste de chef de la diplomatie française, Bachar al-Assad juge que «le changement de personnalités n'est pas vraiment d'une grande importance» et que c'est «plutôt le changement de politique» qui compte. A ses yeux, c'est à Paris de faire «un geste envers» son régime. Et non l'inverse. Jeudi,François Hollande a répété qu'il souhaitait voir le chef d'État syrien quitter le pouvoir". Il est vrai que depuis le 13 octobre, la priorité de la France n'est plus le départ du dictateur syrien, mais la lutte contre Desch, faisant au passage oublié les exactions, les crimes de guerres, le drame des réfugiés en méditerranée dont il est en grande partie responsable. Réagissant aux accusations de crimes de guerre, le président syrien affirme que la plupart des rapports des institutions des Nations unies sont «politisés» et infondés. «Je ne crains ni ces menaces ni ces allégations» assure-t-il. Dans leur dernier rapport, des experts mandatés par le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu, ont accusé le régime Assad d'«exterminer» des détenus, «battus à mort ou décédés des suites de leurs blessures ou d'actes de torture». «Il est évident que les autorités gouvernementales administrant les prisons et centres de détention étaient au courant que les morts se produisaient sur une échelle massive», soutiennent les enquêteurs de l'Onu. Selon eux, des dizaines de milliers de personnes, dont des femmes et enfants, croupissent aujourd'hui dans les prisons gouvernementales syriennes

 

«Les Américains et nos partenaires arabes doivent bien réfléchir : veulent-ils une guerre permanente ?»

Dmitri Medvedev, premier ministre russe

Intervention turque et saoudienne, pour officiellement contrer Daesch ( bien épargné par les bombardement Russe), mais surtout pour ne pas se laisser distancer sur la scène syrienne par les Russe et l'Iran, a déclenché la colère de Poutine qui promet dans la foulée, qu'en cas d'intervention, c'est une troisième guerre mondiale qui se profile.

Et de conclure : “L’objectif de Moscou est d’aboutir à une solution militairement imposée et non pas négociée. Une position qui semble, malgré les apparences, convenir à Washington, qui a abandonné la résistance syrienne à son triste sort depuis belle lurette. Si la Russie mène le régime syrien vers une victoire dont l’avenir reste incertain, les Etats-Unis se sont pour leur part spécialisés dans la gestion des défaites de ceux qui pensent être leurs alliés ou leurs amis.”

Pour Myriam Benraad.Outre offrir des garanties tangibles sur le terrain, cette option est la moins coûteuse et incertaine à leurs yeux. Dans ces conditions, la lutte à mort engagée de longue date entre Damas et ses adversaires désignés – mais aussi, et plus silencieusement, au sein de chaque camp – risque fort de durer.

Depuis près de cinq ans, la guerre en Syrie aurait fait plus de 400.000 morts et poussé des millions de personnes à l'exil. et la listes des litanies n'est pas prêt de s'arreter.

A lire : Le prochain grand conflit

08/07/2014

Kafranbel renvoient dos-à-dos tous les « menhabbakjis »

n

 

Nous ne devons plus nous tenir a des "idoles", des hommes " politiques providentielles" qui nous promettent mond et merveille, pour mieux nous décevoir par la suite

 

 
 

 

 

« Etoiles de jour » d’Ossama Mohammed au Ciné-Club syrien

 

Kafranbel renvoient dos-à-dos tous les « menhabbakjis »

Pour agrémenter le rassemblement populaire du vendredi 4 juillet, les activistes de Kafranbel, dans le nord de la Syrie, ont réalisé une nouvelle caricature qui tourne en dérision tous les menhabbakjis, les adorateurs de Bachar al-Assad et de son système de répression symbolisé par un godillot de militaire, comme les sympathisants de Da'ech et de sa vision étriquée de l'islam évoquée par un cadenas.

 Sur les tuniques des deux comparses : "Menhabbak (nous t'aimons)".

 

Sur l'habit des deux comparses : "Menhabbak (nous t'aimons)"

 

Il va sans dire que toute éventuelle ressemblance avec des personnages connus, quelle que soit leur nationalité, ne pourrait être de la part des artistes ayant réalisé ce dessin que le fruit du hasard. Il convient plutôt d'y voir un hommage aux caricatures de l'artiste Ali Farzat. Ils lui ont en effet emprunté aussi bien le thème du cadenas par lequel celui-ci illustre depuis longtemps la fermeture d'esprit des radicaux...

Terrorisme (02)

... que celui de la chaussure militaire, le bastar, qui symbolise le système répressif instauré en Syrie par la coalition militaro-affairo-baassiste dirigée par le clan des al-Assad.

''Répression'' (Ali Farzat)

 

L'Etat de Barbarie

''Répression 2'' (Ali Farzat)

  

 

===

 

Les dernières créations des activistes de Kafranbel sont accessibles ici.

Un échantillon des caricatures d'Ali Farzat est regroupé  et . 

 

Il n'y a pas quand Syrie que l'on bafoue les droits de l'Homme. En Israël aussi : avec la multiplication de la colonisation. au Soudan, en Russie....

Israël a peur des rétorsion comme nous l'explique le ministre israéliens. Lorsqu'Israël est insulté, il doit réagir. Cet homme politique membre du foyer juifs, un collectif d'extrême droite est à la conclusion du nouveau gouvernement Israélien qui n'est pas du tout du gout d'Israël car le Hamas en fait partie et par la décision de la poursuite de la construisons des colonies est pointée par l'opposition israélienne comme une provocation, une erreur diplomatique. L'état hébreu risque en effet de perdre le soutien de la communauté internationale s'il poursuit de tels agissements

Les raisons de la colère

 Gaza : qui en profite ?

dec1806_01

EN DIRECT: Proche-Orient: Au moins 17 Palestiniens tués par les raids israéliens... Explosions entendues à Jérusalem...

 La Confrérie, enquête sur les Frères musulmans Documentaire/Reportage: Les Frères Musulmans, cette secte au pouvoir dans de nombreux pays ,

 

Irak : l'Iran s'en mèle - altermonde

Source de Conflit - Citizen Khane

le tourbillon jihadiste : Citoyenactif

 

 

citoyen actif

syrie : citoyen actif

politique : citoyen actif

PDF]  Flores Magon.qxd

PDF]  Ricardo Flores Magon - Futur noir - Free

RESiSTANCE - Brigada Flores Magon est officiellement mort

Altermonde-sans-frontières] Le chef de guerre

 

iran, élection présidentielle, esfandiar rahim mashaie, ahmadinejad, l'ayatollah ali khamenei,, racisme, géopolitique, documentaire, gardiens de la révolution, documentairereportage, les frères musulmans,

 l'eiil, irak, syrie, , géopolitique, guerre civile, gaire sainte, al-qaida, aymen zawahiri, abou bakr al-baghdadi, califat, calife, djihad, djihad irak, djihadisme, eiil, etat islamique, guerre irak, international, actualités , le moyen-orient, le tourbillon jihadiste, l’etat islamique en irak et au levant, eiil, , géopolitiques, djihadistes, irak, syrie, moyen orient, middle east, anti-terror law, le hezbollah , irak, tensions religieuses, géopolitiquedjihadiste d'al-qaida, l'etat islamique en irak et au levant, eiil, abou bakr al-baghdadi, le régime de Saddam Hussein

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu