Avertir le modérateur

30/03/2013

la dystrophine

n

Think Thank et " crise :

P58 : Mathieu Rigouste : " Les Marchands de la peur : la bande à Bauer et l'idéologie sécuritaire"

 

Les thinks thanks sont des appareils de propagande. Financés par des fonds publics, ces entreprises ou des particuliers, ce sont des instituts chargés de promouvoir une idéologie au service d'un groupement d'intérêts, des club chargé de d'influencer le  pouvoir politique et/ou des " populations". Selon Christian Harburot, le directeur de l'Ecole de guerre économique, les thinks thanks " regroupent des patrons, des universitaires, des chercheurs qui réfléchissent ensemble sur un point précis pour atteindre dans le but d'atteindre un objectif" " Think thanks, un conseil made in USA", le journal du management, avril 2004. Think tanks : Un concept "made in USA" - Le Journal du Net

 

Dans tiré d'un Think Thanks financier

Paris, Jeudi 28 février 2013 : Biotech : profitez des interférences

Il y a un peu plus de 10 ans, la science a réussi pour la première fois à décrire en entier l'information contenue dans l'ADN humain. L'ADN est une chose incroyable. Bien que le contenu général du code génétique inscrit sur cette molécule soit aujourd'hui connu, nous restons tous aussi uniques que des flocons de neige. Même si nous possédons tous le même ensemble de gènes de base, nous portons chacun des variantes très diverses de ces gènes : c'est cette recette qui compose nos génotypes individuels. De plus, l'interaction de ces gènes avec les facteurs environnementaux est également unique, nos ph&eacu te;notypes -- nos caractéristiques observables -- sont donc différents également.

Cela étant dit, le code contenu dans notre ADN est incapable de faire quoi que ce soit tout seul. Comme le plan d'un bâtiment, il contient l'information qui permet de construire quelque chose d'autre. Pour pouvoir servir un but concret, un plan doit être converti en des éléments tangibles. Dans le cas de nos plans biologiques, inscrits dans notre ADN, le produit principal sont des protéines -- les briques qui permettent de construire le corps humain.

Nos cellules produisent une grande variété de protéines : petites, grosses et repliées dans des formes très complexes... Lorsqu'un gène humain comporte un ensemble d'instructions correctes pour la construction de protéines tout va bien. Mais il arrive malheureusement que nous héritions de plans erronés, ou qui n'ont pas été copiés correctement lors de notre conception. Les maladies génétiques surviennent ainsi.

L'importance de la dystrophine
L'une de ces maladies, c'est la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD). Les personnes atteintes sont victimes d'une mutation qui empêche le gène le plus long du génome, celui qui contient les plans d'une protéine appelée dystrophine, de faire son travail.

La dystrophine est une grosse protéine qui, en quelque sorte, absorbe les chocs lorsque les cellules musculaires se contractent. Elle lie le squelette interne des cellules, ou cytosquelette, à la matrice extracellulaire (un autre squelette présent au dehors des cellules) et les maintient en place. Lorsqu'elle n'est pas présente, les fibres musculaires sont endommagées.

La DMD est liée au chromosome X : elle ne touche donc que les hommes. Les garçons nés avec cette mutation voient leurs muscles maigrir à vue d'oeil. Ils perdent leur endurance musculaire et leur capacité à marcher. A terme, leurs poumons deviennent trop faibles pour assurer la respiration et leur coeur ne parvient plus à battre. La plupart des patients atteints de DMD ne peuvent plus marcher à 12 ans, peu survivent au-delà de leur 30ème année.

Il est terrible de voir de jeunes garçons, qui devraient être plein de vitalité, confinés dans un fauteuil roulant. Malgré de nombreuses années de recherche aucun traitement actuellement sur le marché ne permet de s'attaquer aux causes profondes de la DMD.

Des solutions se dessinent
Nous pouvons maintenant développer des méthodes permettant d'altérer le cours des maladies provoquées par des codes génétiques défectueux. L'une d'elles consiste à modifier le code des messagers moléculaires qui transportent les copies des plans contenus dans l'ADN. Appelés ARN, ces messagers copient les instructions pour la production de protéines et les livrent aux ribosomes d'une cellule, qui se chargent ensuite de les fabriquer.

Une technique utilisée pour modifier l'activité de l'ARN messager s'appelle l'interférence par ARN (ARNi) : il s'agit d'interférer avec l'action de molécules d'ARN messager. Une autre méthode, c'est l'anti-sens, qui fonctionne de la même manière.

Les deux technologies sont similaires au niveau moléculaire. Avec l'ARNi/anti-sens, une molécule est construite à partir d'une colonne vertébrale, à laquelle on attache des bases azotées. Il faut ensuite donner des instructions très précises à cette séquence de bases azotées, qui doit transporter un code donné, complémentaire à une cible ARN en particulier. Une fois à l'intérieur d'une cellule, l'ARNi ainsi obtenu interagit avec l'ARN messager et modifie son activité.

L'ARNi/anti-sens est déjà largement utilisé dans la recherche médicale pour "allumer" ou "éteindre" un gène et en étudier les conséquences. Par exemple, des chercheurs l'utilisent pour "mettre KO" l'expression de certains gènes et voir comment ils fonctionnent. Cette technologie pourrait bien nous aider à lutter contre les maladies génétiques encore incurables.

16/02/2013

La bataille de nos assiettes

 

n
 
La bataille de nos assiettes
 
« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) .. »
 
Bonsoir,

Écoutez ces émissions !
Je viens de lire un livre en japonais qui parle la même chose.
C'est mondiale, on dirai.
C'est pas facile de vérifier partout et toujours, mais si non nous sommes cuits......

Amitiés

info du jour à propos de la sortie du livre "le cancer un fléau qui rapporte" ce jour le 14 février 2013
 
 " Nicole Andrée Delépine est dans l’émission radio "LES GRANDES GUEULES" ..... VOUS L'AVEZ MANQUEE    !!! écouter là avec ce lien !! http://podcast.rmc.fr/channel49/20130214_invitegg_0.mp3 <http://podcast.rmc.fr/channel49/20130214_invitegg_0.m...  "
 
La bataille de nos assiettes : indigné révolté, La bataille de nos assiettes blog citoyenactif
 
 
 
Viande de cheval: des factures Spanghero accablantes saisies lors de l'enquête
Par LEXPRESS.fr, publié le16/02/2013 à 14:04, mis à jour à 14:13

Les enquêteurs des services vétérinaires sont toujours, ce samedi, à Castelnaudary dans l'usine de plats cuisinés dont l'agrément sanitaire a été suspendu. Des factures accablent le sous-traitant, révèle France Info.
 
La bataille de nos assiettes - Vidéo Dailymotion :  Avec 300 millions de personnes touchées dans le monde, l'obésité est la maladie du siècle ; la plupart des obèses vivent aux États-Unis. En ligne de mire : les géants américains de l'agroalimentaire et leurs millions dépensés en publicité pour des produits gras, sucrés et bon marché, ciblant les populations les plus pauvres et créant de fait de véritables "déserts alimentaires". D'autant que les lobbies veillent à la conquête de marchés à l'échelle mondiale. Les accords de libre-échange que les États-Unis ont signés avec Mexico et la Corée du Sud ont ainsi contribué à "mondialiser" obésité et diabète. Pire encore, ces accords favorisent le contrôle de la production céréalière locale par les multinationales qui recourent aux OGM et aux monopoles de brevets qui condamnent les petits agriculteurs en les empêchant de produire leurs propres semences...

 
Au niveau mondial, le diabète représentait en 2011 un marché de plus de 50 milliards de dollars par an -- un chiffre qui devrait passer à 98,4 milliards d'ici 2018. Mais alors que dans les pays industrialisés, le marché est essentiellement considéré comme mature, dans les émergents, tout reste à faire.
 

Quand la chimie contamine notre eau :  Peut-on boire sans crainte l'eau du robinet ? C'est ce qu''affirme Janez Potocnik, commissaire européen en charge de l'environnement. Mais les scientifiques qui analysent les substances rejetées dans nos eaux se montrent plus réservés. En effet, ils observent chez les poissons et les amphibiens des troubles de la masculinisation, des hypertrophies du foie et des branchies... Chez l'homme, les phénomènes d'allergies et de résistance aux antibiotiques progressent. La biologiste Barbara Demeneix a décelé dans l'eau des molécules perturbant le fonctionnement de la thyroïde. Écotoxicologue, Peter von der Ohe plaide pour une révision des protocoles expérimentaux d'analyse des eaux : selon lui, trop peu de substances sont testées, et sans que les équilibres complexes de la chaîne alimentaire ne soient pris en compte. Résultat : les estimations des seuils de tolérance à ces substances sont trop hauts et le scientifique estime que seules 15% de nos eaux sont propres. Mais dans les pays en voie de développement, la situation est plus dramatique encore : en Inde, où l'industrie pharmaceutique européenne a délocalisé une partie de sa production, le chercheur Joakim Larsson a mesuré des concentrations en antibiotiques un million de fois supérieures à la normale. Maladies chroniques, fausses couches, naissance de nourrissons handicapés se multiplient. Un constat qui invite à se mobiliser : les scientifiques en appellent à la responsabilité des industriels et aux autorités administratives et explorent des solutions pour dépolluer l'eau.
 
 
Conclusion :
 

05/12/2012

Syndrome d'Asperger -

 
une photo de Theracoach.
Partage ... Sensibilisez ... Solidarité !
MERCI

Le syndrome d'Asperger est un des troubles du spectre autistique qui se caractérise par des difficultés significatives d'interactions sociales, associées à des intérêts restreints et des comportements répétés. Le langage et le développement cognitif sont cependant relativement bien préservés par rapport aux autres troubles du spectre autistique. Bien qu'elles ne soient pas requises pour le diagnostic, une maladresse physique et une utilisation atypique du langage sont souvent rapportées[1],[2].

Ce syndrome a été nommé après les travaux du pédiatre autrichien Hans Asperger (prononcé /ˈasˌpɜrgər/) qui décrivit en 1943 des enfants chez lesquels on retrouve un manque de communication non verbale, une diminution de l'empathie avec leurs pairs, et une maladresse physique[3]. Ces travaux ne furent révélés qu'en 1981 par Lorna Wing[4], puis traduits en anglais par Uta Frith en 1991[5] et connaissent depuis une médiatisation importante.

La cause ou les causes exactes du syndrome d'Asperger sont encore inconnues. Certains chercheurs évoquent une cause génétique[1],[6],[7]. La flore intestinale pourrait également être mise en cause[8]. Cependant, les techniques d'imagerie cérébrale n'ont pas identifié de phénomène pathologique commun évident[1].

Lorsque le diagnostic est établi, une prise en charge pluridisciplinaire avec différentes techniques complémentaires est proposée. Cependant, l'efficacité de certaines interventions est difficile à estimer car les données sur le sujet sont encore limitées[1]. La prise en charge est centrée sur les thérapies comportementales, qui se concentrent sur des déficits spécifiques : capacités de communications faibles, routines obsessionnelles et répétées, maladresse physique[9]. La plupart des enfants s'améliorent quand ils deviennent adultes, mais des difficultés sociales et de communication peuvent persister.

Certains chercheurs comme Simon Baron-Cohen[10] et des personnes atteintes du syndrome d'Asperger[11],[12] ont posé la question de savoir si le syndrome d'Asperger doit être considéré comme une différence plutôt que comme un handicap qu'il faut traiter ou guérir.

Les limitations handicapantes, socialement en particulier, sont associées à une singularité qui se révèle parfois être une compétence exceptionnelle.

« Nous sommes convaincus que les personnes autistes ont leur place dans la communauté sociale. Ils s'acquittent parfaitement de leurs tâches, peut-être mieux que n'importe qui, et nous parlons ici d'individus qui, dans leur enfance, ont eu les pires difficultés et ont causé d'innombrables soucis à leurs soignants[28]. »

Le syndrome d'Asperger : le handicap invisible - YouTube

Autisme vu de l'intérieur 1 de 4 , Autisme vu de l'intérieur 2 de 4 Des autismes décrivent ce qu'ils vivent., Autisme vu de l'intérieur 3 de 4 ,  Autisme vu de l'intérieur: 4 de 4 ,

Découverte: Autisme 2 de 3  : Emission Découverte, Autisme Radio-Canada Automne 2004

Decouverte: Autisme 3 de 3

L'énigme de l'autisme - Documentaire Arte : http://www.youtube.com/watch?v=va7gebZlp7c : L'ÉNIGME DE L'AUTISME : LA PISTE BACTÉRIENNE
Comment expliquer l'augmentation foudroyante (plus 600 %) des cas d'autisme diagnostiqués depuis vingt ans ? Et si l'environnement jouait un rôle ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu