Avertir le modérateur

27/10/2012

Quand Valls nous fait danser !

Tract d’AL Brest et du NPA Brest

Quand Valls nous fait danser !

« Les révolutions sortent, non d'un accident, mais de la nécessité. » Victor Hugo
 
Le nouveau président Hollande et son ministre de l’Intérieur Manuel Valls poursuivent la politique de l’UMP, et même la durcissent, notamment sur la question du traitement des personnes étrangères. D’un côté, ils mettent en place les conditions de l’exploitation maximale du plus grand nombre, et n’hésitent pas via un ensemble de politiques libérales à développer l’injustice et l’insécurité sociale. De l’autre, ils s’attaquent résolument à certaines minorités et aux étrangers présentés comme responsables des problèmes sociaux.

Les discriminations pleuvent aujourd’hui sur les demandeurs d’asile et l’ensemble des sans-papiers : racistes et assumées pour certains ou présentées comme inévitables et même raisonnables par ceux qui pensent ainsi couper l’herbe sous les pieds d’une extrême droite qui n’a plus qu’à proposer ses solutions une fois le travail de stigmatisation mâché.

Mais les arguments des uns et des autres méritent un petit démontage : Contre la politique anti-immigrés et anti-sociale du PS, nous répondons : régularisation de tous les sans-papier !

 
 

« Les étrangers volent le travail des Français »

Même des économistes de droite expliquent que c’est faux. Des pays avec peu d’immigrés, comme la Pologne, ont des taux de chômage très élevés, à l’inverse, des pays de forte immigration comme l’Australie, le Canada ou les États-Unis ont des taux de chômage faibles. Par contre, les patrons aiment les sans-papiers parce qu’ils peuvent leur faire du chantage et les sur-exploiter, et faire pression vers le bas sur les salaires. Pour empêcher ce chantage, il faut régulariser les sans papiers afin qu’ils aient les mêmes droits que les autres et mettre fin au pouvoir dictatorial des patrons !

« La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde »

Les immigrés rapportent beaucoup plus qu’ils ne coûtent à l’économie française. La contribution aux budgets publics des immigrés est positive, et s’élève en effet à 12 milliards d’euros.

De plus, c’est parfois « la France » elle même qui est responsable de la misère dans certains pays, avec dans l’histoire le colonialisme qui a ravagé les économies et la situation politique du continent africain. Notamment lorsque sa diplomatie s’acoquine avec des régimes despotiques, dans le cadre de la Françafrique, pour permettre à certaines entreprises françaises de piller les ressources du pays comme Aréva au Niger.

Ne pas accepter l’immigration des populations flouées, c’est les voler deux fois ! Pour en finir avec cette hypocrisie, il faut lutter contre l’impérialisme français dans un premier temps et militer pour l’annulation de la dette des pays du tiers-monde. Il s’agit de mieux répartir les richesses et ce au niveau mondial. Notre positionnement est internationaliste et passe par un soutien clair au droit à la libre circulation des peuples qui sont libres d’habiter et de circuler là où ils et elles le désirent, indépendamment de leurs origines et des conjonctures économiques.

« Permettre l’immigration, c’est permettre aux passeurs de faire du trafic d’être humain »

Les motivations des immigrés fuyant des pays pauvres ou en guerre, notamment les personnes issues des pays d’Europe de l’Est ou d’Afrique, sont généralement liées à des nécessités économiques. Si la situation était vivable dans leur pays, ils ne feraient pas en effet des milliers de kilomètres parfois au péril de leur vie !

Refuser leur accueil au prétexte que des réseaux mafieux en profitent revient encore une fois à faire porter les conséquences des injustices sur les plus pauvres ! Il faut démanteler les réseaux mafieux qui s’engraissent sur la misère, et déconstruire le discours ambiant, selon lequel la crise ferait qu’il n’y a plus d’argent en France : les entreprises du CAC 40 ont réalisé des profits record cette année et il n’y a jamais eu plus d’argent que maintenant dans les caisses du patronat ! Les richesses sont là, largement assez pour loger et nourrir les français comme immigrés !

Et des actions !

A Brest, la lutte principale actuelle consiste à obtenir l’hébergement des demandeurs d’asile pendant la période de leur procédure, puisque ces populations aujourd’hui sont tout simplement laissées à la rue par les institutions de l’Etat, qui est hors-la-loi..

Ces pratiques nauséabondes reviennent à refuser le droit d’asile sans clairement le dire puisque tous les migrants ne peuvent supporter ces conditions de vie imposées par l’État, où la souffrance psychologique est extrême. Après avoir occupé des bâtiments publics, des militant(e)s et des migrants ont réquisitionné publiquement une habitation.

Des liens se tissent entre militants à l’échelle régionale et nationale car cette situation n’est pas isolée. Les demandeurs d’asile sont en situation régulière et nous appelons la population de Brest à rejoindre et à soutenir leur lutte !

Beaucoup de choses sont à construire mais il convient au minimum de faire connaître la situation économique, la situation politique des pays étrangers et la responsabilité de l’Etat et du patronat français dans ces situations pour répondre aux arguments des nationalistes de toute sorte.

Contacts : brest@alternativelibertaire.orgbrest.npa@gmail.com

 
 

En savoir plus : manuels valls, surveillance, l'idéologie sécuritaire, tolérance zero, alain bauer, les marchands de la peur , consortium de la peur, globalia, jc ruffin, police, répression, banlieue, france, vidéosurveillance, profits

16/10/2012

Sans-papiers expulsés : une aubaine pour la sécurité privée

Les marchands de peur. La... : Les marchands de peur. La bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire

 

Alain Bauer et le consortium de la peur, 8 août ( extrait du livre : " Alain Bauer, comme Yves Roucaute et de nombreux néoconservateurs, vient de la gauche libérale et anticommuniste ...") . Valls appelle à la dénonciation : « un discours irresponsable et dangereux » (Dharréville) | PCF.fr

Sans-papiers expulsés : une aubaine pour la sécurité privée

Créé le 03-10-2012 

Claire Rodier, juriste auprès du Gisti, pointe les dérapages de ces sociétés de plus en plus sollicitées. Interview.

 
 
 

Près de l'île de Lampedusa, le 19 avril. (MAURO SEMINARA / AFP)

Près de l'île de Lampedusa, le 19 avril. (MAURO SEMINARA / AFP)

Claire Rodier est juriste auprès du Groupe d'information et de soutien aux immigrés (Gisti). Elle est l'auteure de "Xénophobie Business", qui sort ce jeudi 4 octobre aux éditions "La Découverte". 

Dans votre livre, vous démontrez que les centres de rétention pour les étrangers et les reconduites à la frontière sont un vrai filon pour des entreprises de sécurité privées qui maltraitent les sans-papiers. Un exemple ?

- Prenez le cas de Jimmy Mubenga, cet Angolais embarqué au Royaume-Uni en octobre 2010 par la British Airways qui se débat, hurle, puis se tait. Les agents chargés de la sécurité l’ont plaqué. Mais des passagers constatent qu’ils prennent le pouls de Jimmy. Bizarrement, l’avion fait demi-tour, le sans papier est inanimé. On constatera son décès à l’hôpital. La société privé dira qu’il est "mort par asphyxie". En fait, cet Angolais a dû subir comme d’autres avant lui ce qu’on appelle le "carpet karaoke" : il a été contraint pendant tout le vol d’appuyer sa tête contre le siège placé devant lui. Cette pratique provoque des difficultés respiratoires qui peuvent conduire à l’asphyxie, et à la mort.

Quelle est cette société, quels sont ses profits ?

- Elle s’appelle G4S. Cette société américaine est la multinationale de la gestion de l’immigration irrégulière. Elle compte 600.000 salariés dans le monde, mais impossible de trouver son chiffre d’affaires. Je sais seulement qu’après cette histoire, elle a perdu son contrat en Angleterre. En cinq ans, elle avait gagné 125 millions d’euros. Elle sévit surtout au Royaume-Uni, dans d’autres pays d’Europe et aux Etats-Unis. C’est elle qui a assuré la sécurité des J.O. de Londres. Avec pas moins de 13.700 salariés ! La France n’y a pas encore recours, mais au vu des restrictions budgétaires, cela viendra…

Que se passe-t-il dans les centres de rétention ?

- Dans l’un de ses centres, situé près de l’aéroport de Gatwick, la G4S a inventé "le téléphone carcéral". Quand ils y arrivent, les travailleurs étrangers se voient confisquer leur téléphone portable et remettre un appareil qui permet d’appeler ou que ce soit dans le monde pendant cinq minutes seulement. Une fois le crédit épuisé, ils peuvent en acheter un autre. Cela permet incontestablement de contrôler les appels "des détenus".  Mais ça leur coûte beaucoup plus cher qu’un portable, et en plus ceux qui n’ont pas les moyens ne peuvent utiliser les numéros gratuits !

Pourquoi les Etats ont-ils recours à ce type d’entreprise ?

- D’abord parce qu’ils brident de plus en plus les budgets de la défense et de la police, ensuite parce qu’ils ne sont pas responsables des bavures des sociétés privées. Mais la Commission européenne est elle aussi en cause. Face à la montée du "tout sécuritaire", elle accorde des budgets "exceptionnels" à l'agence Frontex, qui dépend de Bruxelles. Et les parlementaires européens, à l’exception de quelques Verts, ne s’intéressent pas à ce sujet. Il n’est pas "porteur".

Finalement, est-ce que tout cela sert à quelque chose ?

- A rien du tout. Vous savez très bien que les étrangers sans papiers reviennent toujours dans les Etats dont ils ont été expulsés. Je connais un tunisien qui a fait six fois, dans des conditions atroces, le "voyage" pour Lampedusa. A force, il connaissait l’île de fond en comble. Alors, au bout du sixième séjour, il a su trouver l’endroit pour partir sans être vu.

Interview de Claire Rodier, juriste auprès du Groupe d'information et de soutien aux immigrés, par Martine Gilson - Le Nouvel Observateur 

cf vidéosurveillance multiplie les clients... et les profits ,

a lire dessus :  immigration, entreprises, sans-papiers, étrangers, expulsion, g4s, sécurité privée, expulsions, une aubaine, alian bauer, l'idéologie sécuritaire, les marchands de la peur, manuel valls, roms

18/09/2012

surveillance : rapport sur les rassemblements de personnes

 

 

Les marchands de peur. La bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire

marchands de la peur.jpg

Du haut de la chaire qui lui a été créée sur mesure au Conservatoire national des arts et métiers par M. Nicolas Sarkozy, M. Alain Bauer entend promouvoir la « criminologie » en France. La conquête d’une position académique apparaît comme la dernière victoire de cet ancien consultant en sécurité urbaine, conseiller écouté d’élites politiques de droite comme de gauche et chéri des médias. L’ouvrage de Mathieu Rigouste permet de comprendre cette ascension apparemment irrésistible. Elle repose sur un système d’échanges, de dons et de contre-dons avec une série d’autres personnages que l’auteur regroupe sous le label de « bande à Bauer ». Si l’on peut émettre quelques réserves sur le cadre général d’explication, ce livre n’en reste pas moins un passionnant voyage dans l’univers des « marchands de peur », pour qui la « sécurité globale » sert de substitut à l’anticommunisme de naguère. extrait monde diplomatique, un scénario Globalien, le scénario, entretien de JC Ruffin, autre sujets similaires  Xavier Niel, Les patrons orphelins de DSK, 10 mai 1981 - 15 mai 2011 , triste anniversaire

 

Alain Bauer et le consortium de la peur, 8 août ( extrait du livre : " Alain Bauer, comme Yves Roucaute et de nombreux néoconservateurs, vient de la gauche libérale et anticommuniste ...") .

Avec un rapport de 150 pages à télécharger ma foi fort intéressant"

Diffusion intégrale du rapport sur les rassemblements de personnes.

 

Entre 2007 et Août 2009, la Direction générale de la gendarmerie nationale et le sociologue Normand Fillon ont collaboré dans la réalisation d'un rapport, regroupant des informations sur tous les types de rassemblements existant en France, qu'ils soient festifs, politiques ou apolitiques. Ainsi l'état cherche a étudier non plus uniquement la manière de gérer ces rassemblements, mais également le profilage des personnes présentent au sein de ces événements. Des millions d'individus sont ainsi passés au crible.

Chaque année depuis 2009, le Centre de Recherche de la Gendarmerie Nationale fait évoluer ce rapport qui sert de véritable base à l'évolution militaro-sécuritaire des forces de sécurité françaises, en publiant des comptes-rendus des réunions.

http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/crgn/Recherche/A...


Ce rapport, sortant de leur contexte des points qui nous ont semblé marquants, vise surtout à pointer du doigt le fait que des études très sérieuses sont menées par des chercheurs civils pour servir de base de travail aux acteurs de la Défense, qui a leur tour se feront un plaisir de rédiger des prospectives alarmistes permettant de légitimer une future militarisation - jugée inéluctable - des forces de maintien de l'ordre.

Grâce au travail abouti d'universitaires, le maintien de l'ordre enrichit ses connaissances relatives à nos mouvements et peut ainsi étudier les moyens de nous anéantir tranquillement. Et tout cela au regard de la nécessaire paix sociale.

Ce document est toujours resté interne au ministère de l'intérieur. Il n'est jamais sorti. Aujourd'hui, nous avons pris la décision de diffuser les 150 pages de cet effrayant profilage.

Obtenir ce type de document est toujours un succès pour nous.

Pour consulter le document et le télécharger, cliquer ici - A diffuser le plus largement

Le collectif Copwatch Nord IDF

et un petit article au sujet du rapport en question, intéressant à lire aussi

 

Dans une étude pour la gendarmerie, un sociologue, Norman Fillion, a établi une sorte d’encyclopédie des groupes actuels d’activistes. Le passage le plus inquiétant est celui, à la fin du document ("Essai de prospective croisée"), où il décrit la militarisation accrue des "forces de l’ordre".

L’interstice - 1er janvier 2011

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu