Avertir le modérateur

08/12/2012

Face au défi agricole mondial,

 

 

Climat : vers le point de rupture ?mat : vers le point de rupture ?

Nouvelles données scientifiques sur la crise climatique

 

Le monde est entré dans une ère de changements climatiques dangereux et destructeurs, accélérés par notre inaction. Notre capacité à inverser la tendance pour éviter les pires impacts de ce dérè­glement du climat dépend s objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui seront adoptés au niveau mondial au cours des prochai­nes années sont décisifs

 

 la photo de Contre la censure du net, liberté d'expression inaltérable.

Photo

 

. Doha : conférence sur l'environnement La conférence ne fais que brasser que de l'air chaud. A Doha, c'est surtout la Chine qui est montré du doigt, principale pollueur. La Pologne et l'Allemagne veulent préserver leurs centrales minières pour des raisons d'indépendance économique, éloignant encore plus loin la réduction fixé des 3% du protocole de Tokyo. Le secrétaire général de l'ONU a tenté mardi de rappeler les représentants politiques des 190 pays présents à la conférence sur le climat. 

 

 Le niveau des mers augmente 60% plus vite que ne le pensait le Giec !! "Il va y avoir des centaines de millions de réfugiés climatiques, ainsi que de possibles guerres et toutes sortes de conflits pour l'accès aux ressources" http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Le-niveau-des-mers-augmente-60-plus-vite-que-ne-le-pensait-le-Giec?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Goodplanetinfo+%28Les+D%C3%A9p%C3%AAches+GoodPlanet.info+%29

 
Le niveau des mers augmente 60% plus vite que ne le pensait le Giec !! "Il va y avoir des centaines de millions de réfugiés climatiques, ainsi que de possibles guerres et toutes sortes de conflits pour l'accès aux ressources" cliquez ici
 Face au défi agricole mondial, "une solution : l'irrigation"
Florent Detroy, rédacteur en chef de Matières à Profits
Si rien est fais, ce n'est pas seulement les poles qui vont fondres, mais une accentuation des catastrophes naturelles ( déjà le cas)
Anonymous Francophone a ajouté une photo.
Photo

Selon l'Agence océanique et atmosphérique nationale américaine, la NOAA, environ 55% du territoire continu des Etats-Unis ont été frappés en juin par la sécheresse. Ce pourcentage est le plus fort observé dans le pays depuis 1956, année où la sécheresse s'était abattue sur 58% du territoire. Le mois de juin lui-même est entré dans l'histoire comme le "quatorzième mois le plus chaud et le dixième le plus sec" jamais enregistré.

En juillet, le secrétaire américain à l'Agriculture, Tom Vilsack a finalement décrété l'état de catastrophe naturelle dans plus de 1 000 comtés à travers le pays. Ces records pourraient n'être qu'impressionnants s'ils n'avaient pas eu un impact sur une des plus grandes richesses des Etats-Unis : son agriculture.

Cette sécheresse a eu des conséquences parfois dramatiques sur certains Etats. Dans l'Indiana, le journal local, le News Sentinel, soulignait en juillet que les services météorologiques se préparaient à mesurer le plus bas niveau de pluies d'été depuis cent quarante ans ! L'Etat n'avait pas reçu la moitié des précipitations normale depuis trois mois.

Or l'Indiana est un des Etats les plus agricoles des Etats-Unis. Près de 50% de sa production de maïs ont été classés comme "dégradés/très dégradés". Selon la NOAA, "les terres arables se sont desséchées et les récoltes et pâturages clôturés ou non se sont dégradés à un point rarement observé au cours des dix-huit dernières années".

Certains, comme l'agronome Tony Vyn de l'université de Purdue, remarquait qu'un nombre croissant de champs "ne produiront aucune céréale cette année". Et effectivement, les Etats-Unis comme grande puissance exportatrice ont été sérieusement ébranlés par la sécheresse.

écologie,économie,agriculture,sécheresse,capitalisme,néolibéralisme,bouleversement climatique,eauDes récoltes en chute libre et des prix qui décollent
Les traders en matières agricoles ont regardé tout l'été les cours monter à mesure que les récoltes se dégradaient. Effectivement, par sa durée et sa violence, la sécheresse a fait décoller les cours des principaux céréales et oléagineux vers des niveaux encore jamais vus. Comme l'a bien résumé Tony Vyn "nous passons d'une crise à un film d'horreur".

la photo de Nature to Share.

Le Texas a subi de plein fouet cette sécheresse. .

Le secrétaire d'Etat à l'Agriculture a eu beau expliquer que lors de la dernière sécheresse de cette ampleur, en 1988, "seulement 25% des fermiers avaient des assurances contre la destruction des cultures, alors qu'aujourd'hui 85% d'entre eux sont couverts", ça n'évitera pas les prix des produits alimentaires de progresser entre 3 et 4% en 2013.

Les conséquences ont eu un impact encore plus grave, du fait de l'importance des Etats-Unis sur les marchés mondiaux. A la fin de l'été, les craintes se sont matérialisées. .

La production de maïs a ainsi chuté pour la saison 2012-2013 selon l'USDA, copar rapport à 12,9 en 2011. .

Et ce d'autant plus que les autres grands marchés exportateurs, comme la mer Noire, ont également été touchés par des sécheresses. La Russie a ainsi annoncé une récolte de blé en baisse de 10%cette saison.

Au plus fort de la crise, fin août, les prix du soja ont ainsi atteint leur niveau le plus haut jamais imaginé, . Les prix du maïs ont quant à eux bondi tout simplement de 50% entre juin et août 2012, et ceux du blé de 43%.

. La raison est double. Le remboursement des assurances et la flambée des cours de leur production ont largement compensé leurs pertes.

Le plus intéressant n'était pas de savoir s'ils allaient continuer leur activité, mais bien comment ils allaient investir désormais dans leur exploitation. Or un chiffre a attiré mon attention. Les fermiers du Tennessee ont réussi à maintenir un rendement de 225 boisseaux par acre, alors que certains champs produisaient difficilement 120 boisseaux par acre. La différence était simple, les champs du Tennessee étaient arrosés.

L'irrigation à double tranchant
Effectivement, les agriculteurs dont les champs étaient irrigués ont profité du double bénéfice de pouvoir maintenir le niveau de leur production et de pouvoir la vendre à des prix record. Si la différence avec les champs non irrigués a été particulièrement frappante cet été du fait de la sécheresse, de manière générale, l'irrigation permet de creuser considérablement l'écart.

Il faut garder à l'esprit que si seulement 20% des terres sont irriguées dans le monde, elles produisent près de 40% de l'alimentation mondiale. Or le recours à l'irrigation va devenir de plus en plus indispensable dans l'agriculture, alors que la population mondiale devrait passer de six à neuf milliards d'habitants en à peine 40 ans.

Alors que les terres arables commencent à manquer, le seul moyen d'augmenter les quantités est d'augmenter les rendements. Or l'irrigation est tout indiquée. .... Surtout qu'avec l'évolution des régimes alimentaires, les besoins en eau vont être renforcés.

Les sécheresses se multiplient dans le monde
Aux Etats-Unis, qui sont censés posséder l'agriculture la plus mécanisée au monde, seulement 14% des cultures sont irriguées selon l'USDA. Il est très probable qu'après l'épisode de cet été, la demande en irrigation va connaître une considérable accélération. Pourtant les Etats-Unis ne devraient pas être les seuls à soutenir le marché tant les phénomènes de sécheresse ont eu tendance à se multiplier ces dernières années.

Le cas de l'Australie est intéressant. Trop souvent ignoré, c'est l'état de sécheresse permanent dans lequel a vécu l'Australie entre 2001 et 2009 qui a provoqué la hausse des prix agricoles entre 2005 et 2008, et la pénurie généralisée de céréales au printemps 2008 dans le monde. Le recours à l'irrigation a pourtant permis au pays de conserver sa place de premier producteur de blé et de viande de la planète ces dernières années.

La Russie a été également une des victimes récentes des sécheresses. Alors que le pays avait été ravagé par les flammes à l'été 2010, dévastant sa production de blé, elle a connu une nouvelle période de tension cet été provoquant une baisse de sa production de 10%.

Plus ignorée, la Chine a connu à son tour des sécheresses locales. Elles ont même créé des pénuries alimentaires localisées, et poussé le gouvernement à déclencher le niveau IV des plans d'urgence dans les régions du Hubei, Yunnan, et en Mongolie intérieure.

Tout aussi inconnue, la Corée du Sud a subi une forte sécheresse, classée parmi les plus graves depuis un siècle. La région de Gyeonggi a par exemple reçu seulement 20% des pluies habituelles. Les prix alimentaires dans le pays ont augmenté de 20 à 30%.

source Face au défi agricole mondial, une solution : l’irrigation

une photo de J'arrete de travailler, je boycotte ce systeme jusqu'a sa disparition.

10/12/2009

Le blog résistance 2007

Un blog créer par Isabelle Waylaffe, racontant les  joies des débuts de campagne.… Intéressant, car il montre les anedoctes, les doutes d’une citoyenne sur la société française et les difficultés des partis politiques a s’adapter.

La remise en cause des partis traditionnels ( Ici le PS) pour rejoindre Europe Ecologie dans  Nouveau départ... Une lettre ou elle explique les raisons.

 

J’ai retenu : « j’ai assisté à la bunkérisation progressive d’une direction que certain qualifie d’autiste…La goutte d’eau est cette absence incroyable du soit disant premier parti d’opposition à une réunion de toutes les oppositions à la Conférence de préparation au sommet de Copenhague… »

 

Son site : et la retrouver aussi sur Twitter :

 

On a pu le remarquer au Forum de Copenhague  ou seul Michel Rocard est venu, mais de façon officieuse, limite caché…Alors que Martine Aubry s’affichait au concert au Zénith. D’où la phrase ironique de Cécile Du flot : « On aurait du inviter Yannick Noa (au Forum) »

 

Mais globalement, ce forum a montré le manque d’intérêt voir l’ignorance d’une partie de la classe politique. Un député Parti Communiste qui reste 20 minutes sans aborder les enjeux de Copenhague, des partis politiques absents.

Une autre preuve de l’ignorance de Copenhague, même si ce n’était pas au Forum : la déclaration de Rachida Dati qui explique :  le but du sommet et de réduire de 2° la température, alors que déjà éviter qu’elle augmente de 2° serait un exploit. Simple lapsus ou profonde ignorance, désintérêt.

 

Lors de l’émission de Canal+ avec comme invité Daniel Cohn Bendit et Jean louis Borloo, sur Copenhague, Daniel Cohn Bendit avait montré ce manque d’adaptation des partis politiques et la désertion des partis traditionnels ( PC, PS et Modem) vers le Mouvement d’Europe Ecologie.

J’avais pu déjà remarqué ce phénomène lors du meeting Conférence sur le programme samedi 24 octobre: Les Verts Ile de France / Europe Ecologie : . De nombreux maires se sont mis sous la bannière d’Europe Ecologie. D’où les questions : est ce par conviction ou par opportunisme (c’est à la mode / aire du temps) et attendent en retour des retombée électorale ? Comment son contrôlé les nouveaux arrivants ? Est-ce une des causes de la dispute entre François Bayrou et Daniel Cohn Bendit ?....

 

Voir Téléchargement sur Europe Ecologie

04/09/2009

L’essor des bâtiments a énergie positive

Grâce au grenelle de l’environnement, la totalité des nouvelles constructions après 2012 devraient afficher une très base consommation énergétique. ( voir

 

la tour elithis Une démarche éco-citoyenne globale.jpgLe bâtiment à énergie positive  ( source wikipédia ) en France (Les projets de bâtiments tertiaires à énergie positive se multiplient  , c’est presque pour demain ! Car si le pays n’est guère précuseur, la loi sur le grenelle de l’environnement mais les bouchées doubles. De nombreuses normes ont été créer : « d'appellation comme Haute Qualité Environnementale (HQE), Effinergie,  Passivhaus ( allemagne) et Minergie ( suisse) , programme PREBAT  ( en pdf)et coté industriel les projets « ( fondation) Bâtiment Énergie » créée par quatre acteurs du secteur (Arcelor, EDF, GDF et Lafarge) Ces multiples approches ont le même objectif : aller plus loin que la réglementation thermique en vigueur (RT 2005 en France). » L'exemple de cet réussite éthique est La Tour Elithis, un bâtiment éco-citoyen à énergie positive  ( voir photo)

 

D’ici la fin 2010 pour le tertiaire, 2012 pour le résidentielle, les nouvelles constructions devront afficher une «  très basse consommation énergétique » soit moins de 50 kwh/an/m2 en moyenne par chauffage.( contre actuellement 80 et 250 kWh/m2/). Un niveau deux fois inférieur  aux normes actuelle. Ce dernier, des 2020 devra diminuer de 38% ses consommations, tandis que les constructions neuves seront «  à énergie positive », c'est-à-dire produiront plus d’energie primaire qu’elles n’en consommeront.

écofaubourg.jpgTechniquement des méthodes existent pour les réduire et peuvent rentrer dans la technologie et l’environnement dans  un domaine social. Les exemples : «  Le premier logement social à énergie positive à Paris » voir plus dans le dossier publié sur Ecofaubourgs le 30 juillet 2009. Car qui développement des batiments a énergie positive ramène immédiatement au écofaubourgs  (site dédié) et ses jardins collectifs ou partagés (sur dailymotion) . Face aux restrictions récurrentes, tout les été de l’eau, cette idée est plus qu’intéressante.

Deuxième point ; techniquement, les méthodes existent déjà pour réduire les besoins de chauffage à un rôle d’appoint : orientation par rapport au soleil, sur isolation du bati, parfaite étanchéité, ventilation dite a double flux. Ou l’air rentrant est «  préchauffé » par les calories de l’air sortant..

 

maison passive.jpg« En France, la profession dit faire sa révolution industrielle », explique Jean Carassus, économistes

 Au centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), Pour l’instant, la très basse consommation reste marginale effinergie.jpg( 20% du neuf en Suisse), elle progresse : l'association Effinergie ( site) ou ICI , qui a conçu le label " très basse consommation"   et ICI retenu par le Grenelle, recense des dizaines de projets et réalisations concernant 37 bâtiments tertiaires, 200 maisons particulières et environ 2000 logements sociaux. Cependant le label "Batiment énergie positive"  ( cliquez ICI  : source développement durable entreprise et immoblier - entreprise magazine )que prépare Effinergie devrait être encore plus exigeant, puisqu'il devrait prendre en compte la totalité du cycle de vie du bâtiment, incluant donc aussi l'énergie dépensée dans sa construction et sa démolition. ( voir facture énergétque). L'idée est donc la mise en place  du "Le concept de maison passive "   voir aussi ce site ICI : "Qu'est-ce qu'une maison énergie zéro?"

 

 

Voir aussi, infos pratiques et salons

Comment faire des économies d'énergie ( source environnement CCIP : Association HQE : www.assohqe.org, Consultez "Les énergies renouvelables" sur : www.arehn.asso.fr, Comité de Liaison Énergies Renouvelables : www.cler.org, ITEBE, portail du bois-énergie : www.itebe.org), Plans Climat territoriaux ( Grenelle de l'environnement, mesures),Ou en est le grenelle de l’environnement ?

Le concours « Solar Decathlon » lancé en 2007 par l'Energy Departement des USA [7ne jetez plus.jpg

Plus d’infos: citechaillot.fr et le projet du grand paris : voir les différents salons sur ce thème :

Le grand paris  du 30 avril au 22 novembre, N'en jetez plus 13 Mai 2009 - 04 Nov. 2009 Exposition atelier pour les 8-12 ans ., Cours public

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu