Avertir le modérateur

05/01/2013

la 'destruction créatrice' 2

 

humour 37.jpg

 

Globalia de Jean Christophe...« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) .. » ( mis sur facebook ), Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 destruction créatrice' et inondation de liquidités : citoyen actif : En vieillissant, le système néolibérale est devenue obsédée par le fait d’ériger des garde-fous économiques, de tendre des filets de protection, d’aplanir les courbes et de légiférer pour entourer de papier-bulle presque tous les accidents qui pourraient arriver. Résultat : le système financier  est en déclin ( du moins en contradiction permanente), mais pas mort est confiné, étouffé par d’innombrables excès et “protections”. cf Le néo-libéralisme, stade suprême - Hussonet - Free, LE NÉOLIBÉRALISME, STADE SUPRÊME ? : citoyen actif

VIDEO. L'activiste Tristram Stuart, héros du documentaire de Canal Plus

 

 Des millions de tonnes de nourriture terminent à la poubelle sans avoir été consommé. Comment peut-on accepter une telle destruction systématique de la richesse du monde quand une partie de celui-ci meurt de faim ? Le scandale du gaspillage alimentaire !, Joyeuse surconsommation ! - 26 décembre 2012 17h41 · Ianik Marcil

Buying is much more American than thinking.

Andy Wahrol (The Philosophy of Andy Warhol,
San Diego: Harvest/HBJ, 1975, p. 229.)

 Comme bien d’autres, j’aime depuis toujours regarder des documentaires sur l’univers microscopique ou, à l’opposé, sur les mystères de l’univers lointain. J’y observe un monde auquel j’appartiens mais pourtant mystérieusement inaccessible, curieusement étranger à ma réalité concrète. (...).Cela dit, la « tradition » du boxing day, même si elle ne date pas d’hier,  en dit long sur l’importance et le rôle de la consommation dans nos économies. La consommation de masse est relativement récente dans l’Histoire.(....)]

Conséquence, les travailleurs s’enrichissent rapidement, on voit l’apparition d’une classe moyenne et le développement de ce qui fut appelé à très mauvais escient « l’État providence. » C’est la grande époque au cours de laquelle les familles des travailleurs s’équipent : âge d’or du bungalow de banlieue, achats d’appareils ménagers de toutes sortes, explosion de l’alimentation industrielle.

Au cours de cette période, environ le deux tiers de l’activité économique en Occident est constitué de la fabrication. Les Trente Glorieuses est en ce sens l’âge d’or du travailleur.

Quarante ans plus tard, nous sommes passés d’une économie des travailleurs à une économie des consommateurs. Car après les deux chocs pétroliers de 1971 et de 1979, cette dynamique s’essouffle rapidement. Il y a un plafonnement de la consommation « organique », induite par cette croissance économique fabuleuse. Le ralentissement de la croissance démographique et les épisodes d’inflation importante causée par la hausse du prix du pétrole ne font qu’enfoncer le modèle économique occidental dans plusieurs crises plus ou moins longues qui se succèdent jusqu’à nos jours.

Or, pour que la machine puisse continuer à fonctionner, il est nécessaire de continuer à la nourrir, à ce que la demande pour les biens et services puisse continuer à croitre, afin de générer de la croissance économique, sans laquelle la dynamique capitaliste elle-même s’effondre. Nos économies se sont alors transformées tranquillement pour soutenir la croissance de cette consommation. C’est en grande partie le crédit qui joue ce rôle : (...).

Si bien que si la fabrication de marchandise était le moteur des deux tiers de l’activité économique au cours des Trente Glorieuses, c’est maintenant la consommation individuelle qui occupe la même proportion. Après le triomphe du travail, celui de la consommation.

La disparition du rôle moteur de la fabrication de marchandise, qui n’a été que partiellement remplacé par les industries de haute technologie et par les secteurs des services dits « moteurs » (les industries culturelles, par exemple), a fait en sorte – (...) . Du coup, afin d’assurer la croissance de la consommation, ceux-ci se sont de plus en plus endettés, pour atteindre aujourd’hui des sommets record.

Nous vivons donc, depuis les années 1970, dans des économies qui tournent en rond, qui marchent à vide – ou plutôt, qui fonctionnent à crédit. .En ce sens, le boxing day est à l’image de l’ensemble de notre économie : …

1. Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979.

2. Il y a plusieurs autres facteurs explicatifs qui ne peuvent être isolés et qui se nourrissent les uns les autres comme la croissance démographique (« baby-boom ») et le développement de nombreuses innovations technologiques multiples (notamment par leur passage du domaine militaire au domaine civil ou spatial).

 Source : Joyeuse surconsommation ! – Punkonomie – Ianik Marcil – Voir.ca

Oh, le joli rêve d' optimisation fiscale!

 

 

 

Bernard Arnault - Dossier en vidéo (version longue) Par Vincent,  Fakir ,

World Compagny et "la crise - citoyenactif : Obsolescence et précarisation Programmée - YouTube - l'indigné révolté, Steve Jobs Documentary [Full Length, Documentaire: La face cachée de Steve Jobs :  : Un documentaire de 47 minutes sur la "Face cachée de Steve Jobs", sous-titré en français . . VIDEO



Opel : le deutsche Fiasko

 
Source : Capital : 03/01/2013
  
 
© REA
Chroniquement dans le rouge, la filiale de General Motors ne parvient pas à passer la vitesse supérieure. C’est pourtant avec ce grand malade que PSA compte fabriquer quatre nouvelles voitures dès 2016…

Par les temps qui courent, entrer chez Opel ressemble de plus en plus à une virée à la grande braderie. Il faut dire que rien ne va plus pour la branche européenne de General Motors, basée à Rüsselsheim, près de Francfort. (...).

Les pertes sont à l’avenant : 13,4 milliards d’euros depuis 1999, malgré des restructurations à répétition. Voilà qui augure mal du rapprochement en cours avec le français PSA, censé résoudre le problème de GM en Europe… Excédé, Daniel Akerson, le big boss de Detroit, a viré son homologue de Rüsselsheim, Karl-Friedrich Stracke, en juillet dernier. Le malheureux était en poste depuis seulement un an. Il succédait à deux autres patrons remerciés eux aussi en l’espace de deux ans ! Un ancien de Volkswagen, Karl-Thomas Neumann, va le remplacer. Quant à savoir s’il pourra mieux faire…

Créé en 1862 et repris dès 1929 par GM, Opel n’a pourtant pas toujours été le vilain petit canard de l’industrie automobile allemande. Après la -Seconde Guerre mondiale, il faisait quasiment jeu égal avec Mercedes, raflait 20% du marché outre-Rhin dans les années 1970 (contre 7% aujourd’hui) et affichait toujours des comptes dans le vert pendant la décennie suivante. «On voyait Opel comme une marque abordable, sans statut social, mais de qualité», résume Stefan Bratzel, directeur du Center of Automotive de l’IUT de Bergisch Gladbach. Les voitures se vendaient, en dépit du méchant proverbe «Jeder Popel fährt ein Opel». Littéralement : «Chaque blaireau roule en Opel» !

1 | 2 | 3 |

Dans les années 1990, GM, qui se contentait jusqu’alors d’encaisser les dividendes, décida de faire de sa filiale son bras armé dans les pays émergents (un rôle aujourd’hui dévolu à Chevrolet, autre marque du groupe). Mais sans y mettre les moyens. Au lieu d’investir dans l’outil de production ou le marketing, l’américain insista sur la réduction des coûts. Et il délégua sur place son redoutable patron des achats, José Ignacio Lopez, rapidement surnommé «l’étrangleur de Rüsselsheim».  wikipedia

humour 94.jpgPour  L'EXPRESS daté du Par Coste Philippe, publié le <:TIME itemprop="datePublished" pubdate="" datetime="1993-04-15 00:00:00">15/04/1993:  "  José Ignacio Lopez de Arriortua, que la firme allemande vient d'arracher à General Motors,  est l'homme le plus recherché du secteur automobile. Motif: il n'a pas son pareil pour réduire les coûts. Et imposer sa loi".

 

L’ennui, c’est que la chasse aux coûts a fini par avoir des ré-percussions sur la qualité des voitures.

. «Résultat, on entendait des vibrations très désagréables à l’intérieur de l’habitacle», raconte Wolfgang Nettelstroth, porte-parole du syndicat IG Metall de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. L’Adac, le très respecté Automobile Club allemand, n’en finissait pas de pointer le manque de fiabilité de la gamme. …

 

De l’avis général (Adac inclus), le constructeur a largement résolu le problème. Au point que depuis deux ans il n’hésite plus à revendiquer la «Deutsche Qualität» dans ses publicités, un thème jusqu’alors accaparé par VW, Audi, Mercedes et BMW. Mais rien à faire, qualité ou pas, ce n’est toujours pas l’affluence dans les concessions. L’image de marque d’Opel reste totalement brouillée et, surtout, sa gamme n’a rien d’excitant. Un défaut que beaucoup, à Rüsselsheim, mettent sur le dos des Américains. Pour eux, bâtir une offre percutante et bien segmentée comme peut l’être celle de Volkswagen n’a jamais fait partie des priorités. «Chez VW, ce sont des ingénieurs qui dirigent l’entreprise. Chez GM, ce sont des financiers», déplore le journaliste Frank-Thomas Wenzel, spécialiste du secteur au «Frankfurter Rundschau».

Conséquence de ce manque de fibre automobile : l’offre d’Opel a souvent paru décalée. (...) .  

 

Si même en interne on n’y croit pas… Il y a un autre souci : alors que PSA et Opel souffrent «d’eurocentrage aigu» et d’un manque de présence criant dans les pays émergents, l’accord vise avant tout l’Europe. Et il n’apporte pas de solution à l’épineuse question des surcapacités. Pour l’heure, PSA veut répondre au problème en fermant le site d’Aulnay. Quant à Opel, il prévoit d’arrêter en 2016 l’usine de Bochum, où est produite la Zafira. Pas très enthousiasmant. Pour l’expert Stefan Bratzel, la cause est entendue : «Deux malades ne retrouvent pas la santé en se mariant !»

 

Jean Botella, avec Christophe Bourdoiseau

 

07/12/2012

Chômeurs tricheurs, c'est reparti pour un tour !

Selon moi, l'année 2013 marquera un tournant dans l'Histoire de France.

Au cours des mois et des années qui viennent, notre pays, déjà en déclin, devrait voir sa chute s'accélérer et son rang dans le monde se dégrader. Nous pourrions même basculer dans une pression accélérée contre les chomeurs face à la récession.

Après PSA, c’est ta boite... , Chomage des jeunes , L'art D'ignorer les Pauvres , 2012, paupérisation Europe,... , Situation du travail en France , Ces chômeurs qui travaillent cinq jours «gratuitement», Suicides : le document qui accuse France Telecom : " Révélation : un document interne d'une rare brutalité annonçait dès 2006 la vague de suicides. 20 octobre 2006. Devant des cadres supérieurs, Didier Lombard et les dirigeants de France Télécom annoncent l'accélération de la restructuration de l'entreprise. Mediapart et Santé & Travail s'en sont procuré le compte-rendu. Les propos sont crus, brutaux, martiaux parfois. Relire ce document trois ans et 34 suicides plus tard fait frémir : la tragédie est annoncée...

Accueil s'informer Social, économie et politique Chômeurs tricheurs, c'est reparti pour un tour !

Chômeurs tricheurs, c'est reparti pour un tour !

Envoyer Imprimer
Il y avait longtemps ! Et c'est France 2, chaîne du service public, qui s'est chargée de reprendre ce discours hier soir dans son JT de 20 heures. Chez Pujadas, l'UMP est toujours au pouvoir (le Medef aussi) et information rime avec stigmatisation.

Regardez-moi ça :

Journal, du 04/12/12 :

Alors oui, il y a de l'info. Après nous avoir rappelé quelques chiffres (notamment que le montant moyen de l'allocation chômage s'élève à 1.140 €/mois, et que 52% des chômeurs ne sont pas indemnisés par le régime. Mais rien sur ceux, de plus en plus nombreux, qui survivent avec l'ASS ou le RSA, soit 15 €/jour), on nous alerte sur les intentions du Medef de revenir, une fois de plus, à la dégressivité des allocations.

Quelques approximations sont à relever :

• Il faut avoir travaillé 122 jours MINIMUM — le mot n'est pas dit — pour ouvrir des droits. Cet oubli permet de laisser croire aux ignorants/abrutis qu'il suffit de bosser seulement 4 mois pour toucher 2 à 3 ans d'indemnités selon l'âge, ce qui est totalement faux. Mais cet oubli participe de l'ambiance générale d'un "dossier" qui vise à démontrer que la France est bien trop généreuse avec ses fainéants de chômeurs...

• Le commentateur dit que "l'an prochain, le régime devrait perdre 17 milliards d'euros". Or, cette somme ne correspond pas à une perte sèche mais à son déficit cumulé depuis 2001 — car cette année-là et pour la dernière fois, l'Unedic fut légèrement excédentaire. Fin 2012, le déficit annuel s'élèvera en réalité à 2,6 milliards d'euros (32,6 milliards de recettes pour 35,2 milliards de dépenses d'indemnisation), puis à 4,1 milliards fin 2013 selon les prévisions de l'Unedic, qui ne semble pas s'inquiéter outre mesure...

• "Syndicats et patronat devront impérativement arriver à un accord d'ici à la fin de 2013", dit le commentateur. C'est exact dans le cadre de la prochaine renégociation de la convention Unedic, mais pas dans celui de la "réforme du marché du travail" qui a lieu actuellement, bien que le Medef ait remis sur la table le projet d'une réforme de l'indemnisation en contrepartie d'une taxation de l'emploi précaire (à laquelle la CGPME semble favorable sous certaines conditions). Mais cette négociation, elle, doit aboutir d'ici fin décembre.

Passons !
Je vous invite en revanche à écouter attentivement le ton du commentateur lorsqu'il fait la liaison entre les arguments de Geneviève Roy pour la CGPME et ceux de Maurad Rabhi, négociateur de la CGT : "Pour eux, au contraire", dit-il en parlant des syndicats; toujours aussi givrés, ces mecs...

"Ce régime d'indemnisation favorise-t-il oui ou non le retour à l'emploi ? Est-il juste, est-il efficace ?", demande enfin David Pujadas sur un ton qui suggère qu'en France, il y a bien évidemment assez de travail pour tout le monde et que si on n'en trouve pas, c'est parce qu'on ne cherche pas. Une négation récurrente de la réalité, tronquée par la doxa du "Quand on veut, on peut" et du "Mieux vaut un petit boulot de merde [quitte à y perdre financièrement et professionnellement] que de rester chez soi". Toute cette mentalité judéo-chrétienne du soi-disant mérite et du "Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front". Mais puisqu'on parle de religion...

La stigmatisation en guise d'information

emplois, s'informer  Social, économie , politique ,  Chomage , paupérisation, Et nous voici chez cette chômeuse-tricheuse, qui déclare ouvertement ne pas rechercher du travail parce qu'elle doit s'occuper de ses quatre gosses, de ses activités associatives, et que son mari gagne suffisamment pour faire vivre la famille. Rappelant que, de toutes façons, elle a cotisé suffisamment longtemps pour ça et que cette indemnisation est tout de même un droit. De quoi scandaliser le téléspectateur — qui, du coup, ne songe absolument pas à Lakshmi Mittal, ce super-tricheur, super profiteur et super-licencieur parmi tant d'autres, ni aux richissimes évadés fiscaux qui volent leur pays.

Chez Nouvelles de France, on s'est indigné qu'on stigmatise cette mère de famille nombreuse… parce qu'elle est catholique ! (Je vous laisse rigoler...) Pourtant, cette femme — qui n'a visiblement pas la religion du travail — a bien raison, après tout. Quel employeur brûle de la recruter, elle en particulier, dans ce contexte de crise où ils sont des millions à postuler en vain ? Si l'assurance chômage est un droit qu'elle a choisi de ne pas assortir de "devoirs", au regard de la situation du marché de l'emploi, est-il bien nécessaire de s'échiner ? Pourquoi la jugerait-on, elle, alors qu'on ne juge pas les entreprises qui suppriment des emplois par centaines bien qu'elles fassent des bénéfices ? (Au contraire, on leur trouve toutes les excuses du monde et on leur fait de la lèche.)

Et pourquoi l'avoir choisie, elle, bien que le commentateur ait glissé en passant que le fait de ne pas rechercher du travail en touchant des allocations ne concerne qu’"une petite minorité de chômeurs" ? Le parti pris est donc évident.

Heureusement que Mathieu Plane de l'OFCE relève ensuite le niveau : non, la dégressivité des allocations n'est pas efficace, elle est même contre-productive, voire dramatiquement risquée en période de chômage massif. Ce n'est pas parce qu'on va réduire ou couper les vivres aux victimes du chômage — quitte à les plonger dans la misère — que celles-ci retrouveront plus vite un emploi… qui n'existe pas.

Quant à l'intervention de François Beaudonnet sur l'indemnisation du chômage en Europe, elle est mince : dire qu'ils sont si bien payés — par le contribuable… — pour se fatiguer si peu ! Il aurait pu creuser sa démonstration, comme l'avait fait Le Figaro en février dernier. Expliquer que depuis les années 90, quasiment tous les gouvernements ont durci à un moment ou à un autre leur système, préférant laisser leurs chômeurs survivre/crever. Résultat :

• Ces mesures, surtout les plus restrictives, ont accentué la précarité et la pauvreté sans faire reculer le chômage.

Aucune corrélation entre durée/niveau d'indemnisation et taux de chômage n'a pu être vérifiée, les pays les plus «généreux» pouvant aussi bien afficher un taux de chômage honorable (Danemark)… que catastrophique (Espagne).

• De même, aucune corrélation entre chômage et coût du travail n'a pu être vérifiée, des pays au coût du travail très élevé (Suède, Danemark, Belgique) pouvant afficher un taux de chômage faible tandis que des pays au coût du travail très faible (Espagne, Portugal, Grèce…) battent de tristes records.

Et rien sur le rôle d'amortisseur de la protection sociale, ô combien précieux, qui permet aux plus démunis de participer un minimum à la consommation, sachant qu'en France 80% de l'activité économique est tirée par la demande intérieure. Sans ces prestations et revenus de transfert, nous serions depuis longtemps en récession !

emplois, s'informer  Social, économie , politique ,  Chomage , paupérisation, France Télévisions à la botte du Medef

Plus besoin de l'UMP au pouvoir : comme un bon petit soldat nostalgique, France Télévisions, entreprise publique, se charge elle-même de poursuivre le travail de stigmatisation entamé par Sarkozy et sa clique. Son but inavoué : prouver par a+b que les mesures régressives du patronat sont les plus appropriées.

A France Télévisions, on a aussi droit tous les soirs à des gens comme Yves Calvi dont le “C dans l'air”, fortement marqué à droite et totalement décomplexé, reçoit toujours le même petit club d'invités/experts omniscients, des planqués surpayés qui vous parlent du chômage mais jamais des chômeurs (l'un des plus épouvantables, hormis l'éditocrate Christophe Barbier ou l'économiste Michel Godet, est Guillaume Roquette, un obsédé de la dépense publique qui ose dire sans vergogne que, pour s'en sortir, il faut laisser tout le monde crever !). Ces ultralibéraux nous poussent la sérénade avec la chanson de TINA chère à Margaret Thatcher : There is no alternative, matraquée jusqu'à l'écœurement.

Parfois, Yves Carvi est remplacé par le gentil Axel de Tarlé, VRP multicarte dont j'ai dénoncé ici le billet sur l'indemnisation du chômage en France publié il y a quelques semaines dans le JDD.

Ces gens ne nous informent pas : ils nous lavent le cerveau et tentent de liguer les Français les uns contre les autres, comme le fait le FN. Honte à eux ! Honte à la télévision publique !
 
emplois,s'informer  social,économie,politique,chomage,paupérisationLe chômage a une histoire 1981 2001 Gilles Balbastre 2 de 2 Le ..., Le chomage a une histoire - YouTube : Mise en ligne le 2 nov. 2011 . Documentaire su la crise et le chômage depuis les années '70 et l'inefficacité des politiques suivies
 

1973. La France est dans le rouge depuis plus d'une génération ! De 1974 (élection de Valéry Giscard d'Estaing) à aujourd'hui, la dette française est passée de 21,2% du PIB à 89,3% du PIB.

Tenez, un graphique vaut mieux qu'un long discours :

Extrait :

"Cher Investisseur,

Ce pauvre ministre du Redressement productif !

M. Montebourg a défrayé la chronique ces derniers jours avec l'affaire Arcelor-Mittal. Il a réussi à négocier un accord en demi-teinte avec le géant sidérurgique indien -- mais rien n'est gagné.La réalité, toutefois, c'est que rien ne peut être gagné. Je vais sans doute vous paraître dure, mais il faut être lucide. Comment "redresser productivement" un pays en déficit, dégradé, écrasé d'impôts ?Il faudrait en passer par des réformes bien plus profondes, que personne dans la classe politique n'a le courage d'entreprendre -- ce n'est pas avec ce genre de programme qu'on se fait réélire...
Comme vous le verrez en continuant votre lecture, la France est déjà un zombie financier.
M. Montebourg n'y peut rien... mais vous, en revanche, pouvez prendre les devants pour vous protéger -- et même faire fructifier votre épargne malgré les difficiles conditions actuelles.
Comment ? Il suffit de cliquer ici... et surtout d'agir".

  2011 2012

Dépenses en milliards d'euros

363,4

376,2

Enseignement et recherche

87,0

87,6

Collectivités territoriales

58,0

*

Charge de la dette

45,4

48,8

Défense

37,4

38,0

Union européenne

18,2

*

Sécurité

16,8

17,5

Solidarité, insertion et égalités de chances

12,4

12,7

Gestion des finances publiques et des ressources humaines

11,7

11,6

Travail et emploi

11,6

10,1

Ecologie et développement durable

9,5

9,6

Ville et logement

7,6

7,6

Justice

7,1

7,4

Autres missions

40,7

*

* Donnée non renseignée par Bercy à l'heure où j'écris ces lignes.

Et voici maintenant, toujours selon la même source, les recettes de l'Etat français :

  2011 2012

Recettes en milliards d'euros

271,8

290,8

TVA

130,9

137,8

Impôt sur le revenu

52,2

59,7

Impôt sur les sociétés

44,8

44,9

Taxe d'Importation des Produits Pétroliers (TIPP)

14,1

14,0

Autres recettes fiscales

12,9

18,6

Autres recettes

16,9

15,8


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

26/10/2012

C'est les Grecs qu'on assassine....

Espagne: 40 mds € pour les banques avec Reuters

L'Espagne ne va tirer qu'à hauteur de 60 milliards d'euros sur la ligne de crédit de l00 milliards décidée en juin par ses partenaires européen afin de recapitaliser les banques en difficulté du pays, mais le gouvernement prévoit toujours de n'injecter que 40 milliards d'euros, selon l'ébauche d'un amendement 

 

grece,les grecs,emploisLe Monde délocalise son impression - AFP : journal Le Monde a lancé aujourd'hui son impression sur les rotatives de la Dépêche du Midi à Toulouse, une délocalisation appelée à s'étendre à d'autres villes, permettant aux lecteurs de province de trouver leur journal en kiosque en même temps que les Parisiens. Cette délocalisation permmettra de faire des économies de transport à partir de la région parisienne : "Notre camion faisait 440.000 kilomètres par an pour livrer le grand Sud-Ouest", a dit M. Izraelewicz, qui compte aussi sur une présence plus fiable en kiosque.

 

L'industrie automobile belge a reçu un coup de massue hier avec l'annonce par Ford de la fermeture fin 2014 de son usine de Genk, qui emploie 4.300 personnes

 

 

 

 

Photo

 

 

Espagne : 'El Pais' va licencier un tiers de ses effectifs - Yahoo ...

 

Dow Chemical va supprimer 2.400 emplois et fermer 20 sites - Capital

 

 

Pendant que Rajoy tape tous les jours plus sur les plus pauvres..... : Le NEW YORK TIME révèle les grands fraudeurs espagnols.

 " Les capitalistes ont peur d'ou la repression!"

En Europe, un "usage excessif de la force

 

 grece,les grecs,emplois

Suicides : le document qui accuse France Telecom

Révélation : un document interne d'une rare brutalité annonçait dès 2006 la vague de suicides.

 

20 octobre 2006. Devant des cadres supérieurs, Didier Lombard et les dirigeants de France Télécom annoncent l'accélération de la restructuration de l'entreprise. Mediapart et Santé & Travail s'en sont procuré le compte-rendu. Les propos sont crus, brutaux, martiaux parfois. Relire ce document trois ans et 34 suicides plus tard fait frémir : la tragédie est annoncée...

grece,les grecs,emploisC'est les Grecs qu'on assassine.... | Les moutons enragés

Pour avoir écouté l’émission, je ne peux que vous suggérer d’en faire autant. Mr Nobel doit se retourner dans sa tombe lui qui voulait récompenser les méritants!……Cette Europe est un fiasco total, aucune harmonisation, rien qui puisse contrer les appétits gargantuesques de ces NON-ELUS de Bruxelles, vendus à la finance et aux multinationales. Aujourd’hui les Grecs, demain l’Espagne et l’Italie et, après demain?, ne nous leurrons pas, ces incompétents qui nous gouvernent, du haut de leur amateurisme, ne sont pas pour le peuple Français ou pour la France, ils ne font que suivre la ligne imposée par les technocrates destructeurs de Bruxelles! Les peuples sont anesthésiés, on ajoute des lois aux lois, on interdit, on taxe, on presse tout le monde comme des citrons, on détruit le tissu social, il serait grand temps de se réveiller car ce qui se profile à l’horizon, ne laisse pas espérer la relance et la croissance promise, bien au contraire….Nous en sommes à trois millions de chômeurs  officiels.

 

 

Comment rester vivant? Le témoignage de nos frères grecs

Lorsque Nadine, une amie militante, nous a envoyé le lien de l’émission de radio “la en souffrance” diffusée sur France Inter, on n’avait pas très envie de l’écouter A gauche pour de vrai! 53 minutes c’est long. Surtout, nous ne voulions pas entendre ce que nous savions insupportable.

Lorsque Barbara, au marché, entre deux tracts tendus aux passants, nous a convaincu malgré tout de tendre l’oreille en direction de ces témoignages grecs, nous ne nous doutions pas un instant de ce que nous allions écouter.

Surtout, nous n’imaginions pas que notre émotion serait telle que, nous le reconnaissons, nous l’avouons, notre gorge étoufferait, nos oreilles supplieraient pour stopper l’écoute, nos yeux s’empliraient de ce liquide qui quelques fois annonce la joie, mais qui là allait révéler une profonde tristesse, une incroyable révolte aussi.

Témoigner, absolument, sans fausse pudeur mais sans étalage aussi. Simplement, sobrement, pour de vrai. Et dire, naturellement, sans retenu mais sans exubérance qu’avec l' la  seule question, l’unique question qui habite chaque Grec désormais est désarmante: COMMENT RESTER VIVANT?

Comme cette cadre, dès la 2eme minute, à qui on demande de passer ouvrière pour ne pas perdre son job, tout en poursuivant son de  cadre. Elle ne gagnera plus alors ses 1300 €, elle ne touchera plus que 740€………..

[...]  

Puis, de la 12eme à la 18 eme minute, la journaliste énumère toutes les “réformes” de l’austérité. Gel des salaires dans la fonction publique, puis baisse des salaires. Loi instaurant la baisse des salaires dans le secteur privé, qui d’habitude déteste la loi. Non remplacement de 4 fonctionnaires sur 5. Augmentation de la durée de cotisation et relèvement de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Les accords d’entreprises prévalent sur les conventions collectives, puis gel brutal des conventions collectives. Le seuil de non imposition passe de 12000 à 8000 € puis à 5000 € par an. Démarre une vague de privatisation d’entreprises publiques. Mise au chômage “technique” de 45 000 fonctionnaires. Création d’une grille de salaire unique. Baisse de 32% des salaires des moins de 25 ans. Arrêt des hausses de salaire basées sur l’ancienneté. Baisse de 15% des retraites complémentaires. Suppression de 150 000 postes de fonctionnaires d’ici 2015. Baisse des allocations familiales. Mais cela ne suffit pas. L’Union Européenne suggère que les Grecs passe de la semaine de 5 jours à la semaine de 6 jours de travail. Le FMI et la BCE suggèrent quant à eux une loi pour faciliter les licenciements et réduire les indemnités chômage. Cinq longues minutes, cinq énormes minutes nécessaires pour égrainer toutes les attaques, toutes les agressions, toutes les tentatives d’assassinat. Alors, la question de départ “COMMENT RESTER VIVANT”? prend son sens véritable et les larmes que nous avions contenus jusque là sortiront finalement à l’écoute des témoignages suivants.

Comme cette Française, habitante du Péloponnèse depuis plus de vingt ans, qui explique, à la 19eme minute, sobrement, pudiquement, sans colère, sans haine, comment son beau père en quête d’une transfusion de plaquettes pour combattre sa leucémie, sera perfusé dans un couloir d’un hôpital qui n’a plus les moyens d’avoir une chambre stérile. Comment cet hôpital demande alors à la famille d’acheter le matériel de perfusion car il n’en a plus. Comment il a fallu se battre pour que le dernier souffle de cet homme ne soit pas poussé dans ce couloir bondé mais dans une chambre moins surpeuplée. Et elle conclut, presque poliment “visiblement, le social n’est pas le souci premier de la politique de la ”………..[...]

Mais cessons là la retranscription de ces témoignages. L’émission existe. A vous maintenant l’écouter. . Et soyez prévenus. Le principal obstacle ne sera pas la petite heure que dure l’émission. Mais bien plus ces récits de vie qui chaque jour posent cette incroyable question au coeur d’une Europe prix Nobel de la paix: COMMENT RESTER VIVANT?

Magnifique article de Sydne93 reproduit intégralement depuis A gauche pour de vrai (22)

Lire l’article en entier

Source Le blogapares.com

A lire dessus :

Quelles leçons en tirer ! : « Aider la Grèce » ? (Le Monde diplomatique)), Equation néolibérale : , La faillite de la Grèce... : Garde fous du néolibéralisme , Le cercle vicieux , Sur le toboggan de la crise... , Frédéric Lordon : le commencement de la fin , Le retour de l'Histoire , La faillite de la Grèce repoussée au 20 mars II ?, Quels leçons tirés de "la crise"!

L'art D'ignorer les Pauvres , L’enjeu des retraites

, Aujourd'hui, PETITE HISTOIRE DE LA PRECARITE., Ces chômeurs qui travaillent cinq jours «gratuitement», Mario Draghi ou le pompier... , L'Europe à l'heure du choix , ».Hollande et le changement! , La Grèce et néolibéralisme, La dette ou la vie ! , L'Europe au bord du suicide ! , Stagiaires à vie | Quel... , Le problème des CDS , Etat Actuel de la société , Le circuit financier , Le paradoxe de l’austérité :

Les indignés et plus  : 2011, année de la colère (... , [reseau] Témoignage à Athènes , LA GRÈCE, BERCEAU D'UN... ,La route des indignés d'Europe , La démocratie sans nous , travail sur la dette en Espagne, Espagne : Huelga general,... , Appel VIA22,

Notre système politique et gouvernemental est un obstacle pour le progrès de l’humanité., Communiqué de presse : Démocratie réelle, maintenant !

En savoir plus :  economie de marché, capitalisme, spéculation, lobbies, interview, crise, dettes, economie de marché, capitalisme, spéculation, lobbies, mario monti, mario draghi, économie, finance, politique, société, goldman sachs, hedge funds

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu