Avertir le modérateur

09/07/2013

Ces accords de libre-échange qui s’attaquent à l’environnement

Bonjour


Pour votre information, à l'occasion de l'ouverture des négociations entre l'UE et les Etats-Unis, voici une (longue) interview de Stuart Trew du Conseil des Canadiens, témoin privilégié des négociations en cours entre l’Union européenne et le Canada mais aussi des effets de l’Accord de libre-échange nord-américain entré en vigueur le 1er janvier 1994, qui pourra vous intéresser.

Bien cordialement

L'équipe d'Alter-Echos (www.alter-echos.org)

 

 

Ces accords de libre-échange qui s'attaquent à l'environnement

 

2013 | 1 Commentaire

arton944-e71c2

A l'occasion de l'ouverture des négociations entre l'UE et les Etats-Unis autour d'un futur accord de libre-échange et d'investissements, Alter-Echos (www.alter-echos.org) a décidé d’interroger Stuart Trew du Conseil des Canadiens, témoin privilégié des négociations en cours entre l’Union européenne et le Canada mais aussi des effets de l’Accord de libre-échange nord-américain entré en vigueur le 1er janvier 1994. Transparence, démocratie, droits sociaux, régulations environnementales… Voici un tour d’horizon

 

Lire la suite

 

Cela fait quatre années qu’un accord de libre-échange est en cours de négociations entre l’Union européenne et le Canada dans une totale opacité, et sans que l’on sache très bien où en sont les négociations. Sont-elles bloquées ? Vont-elles aboutir ? Quel est votre sentiment ?

Selon les dernières informations obtenues en marge du sommet du G8 en Irlande du Nord (17 – 19 juin 2013), les négociations sur « l’Accord économique et commercial global »1 entre le Canada et l’Union européenne (UE) sont toujours bloquées. La semaine précédente, le premier Ministre canadien a essayé d’obtenir le soutien des gouvernements français, anglais et irlandais sur les exigences canadiennes relatives aux exportations de viande vers l’Europe, mais il est difficile de savoir précisément ce qui coince. Le dernier cycle complet de négociations qui a eu lieu au Canada en octobre 2012 fut également la dernière occasion où les groupes de la société civile ont pu participer à une session d’information organisée par le gouvernement canadien sur l’état des négociations. Depuis, nous avons procédé à plusieurs demandes pour obtenir de nouvelles sessions de mises à jour, mais il n’y a plus aucune volonté de faire œuvre de transparence publique. Ils baissent la tête et essaient d’accélérer les choses pour obtenir un accord. A bien des égards, ce n’est pas notre plus gros problème.

En fait, nous nous félicitons des retards en coulisse et nous espérons qu’ils persistent. Notre objectif a été et continuera d’être d’informer les Canadiens sur la façon dont ces négociations, et les accords de libre-échange en général, portent finalement moins sur le commerce que sur l’extension des droits et des pouvoirs des multinationales au détriment des décisions souveraines des populations des deux côtés de l’Atlantique. C’est ce que nous avons fait depuis 2009, en partenariat avec de nombreux alliés au Canada et en Europe, avec différents niveaux de succès. Notre travail avec les collectivités locales a été très satisfaisant. Par le travail effectué avec nos groupes locaux et des alliés tels que les syndicats et les groupes environnementaux, nous avons été en mesure de parler avec les élus locaux des impacts directs qu’un tel accord allait avoir sur leur collectivité. L’introduction de règles de passation de marché qui promeuvent « l’achat local » pourrait être rendue difficile. Et si de telles règles ne sont pas du tout généralisées au Canada, elles sont toujours possibles et de nombreuses personnalités locales ne pouvaient pas croire qu’elles seraient interdites à travers un tel accord. Plus de 80 autorités locales ont adopté des motions ou des déclarations affirmant qu’elles étaient très préoccupés par un tel accord, et plus de 50 d’entre elles réclament d’être exclues complètement des prérogatives d’un tel accord. Ce fut une grande victoire pour nous, sur laquelle nous pourrons construire s’ils parviennent à un accord.


 

Avec d’autres organisations, vous avez récemment publié un rapport intitulé Le droit de dire non portant sur les menaces créées par le projet d’accord entre l’UE et le Canada, sur tout moratoire, restriction ou interdiction de la fracturation hydraulique, en insistant sur les droits excessifs donnés aux entreprises multinationales. Pourriez-vous préciser ?

On peut considérer que l’un des premiers accords sur l’investissement, même si ce n’est pas le tout premier, se trouve dans le chapitre 11 de l’Alena (Accord de libre-échange nord-américain). A l’époque, les militants travaillant sur les politiques commerciales n’ont pas particulièrement fait attention à ce chapitre sur lequel les entreprises se sont très vite appuyées pour contester les politiques environnementales au Canada et au Mexique, en gagnant dans certains cas. Ainsi, les investisseurs américains ont utilisé l’Alena pour contester une interdiction canadienne sur le commerce des PCB, une interdiction du commerce des carburants contenant la neurotoxine MMT, et une décision concernant un plan local d’urbanisme au Mexique qui stoppait la construction d’une décharge publique toxique. Ces cas, comme dans la plupart des arbitrages dans le cadre de traités d’investissement, se déroulent hors du système juridique normal et les décisions sont prises par des tribunaux ad hoc rémunérés sans grande transparence et responsabilité. Leurs décisions sont en revanche définitives.

 

image_ceta_fracking_briefing

 

L’expérience de l’Alena a encouragé les militants canadiens travaillant sur les politiques commerciales à s’opposer aux efforts de l’OCDE pour généraliser le régime des droits des investisseurs à travers l’Accord multilatéral sur les investissements (AMI). Grâce à une incroyable mobilisation transfrontalière en France, aux Etats-Unis, au Canada et ailleurs, le mouvement altermondialiste a obtenu une grande victoire lorsque l’AMI s’est effondré par manque de soutien politique. Malheureusement, un tel programme a progressé à travers les traités bilatéraux. Le Canada est le sixième pays le plus poursuivi dans le monde en vertu de ces règles de droit favorable au secteur privé incluses dans les accords commerciaux.

Les poursuites entamées par Lone Pine contre le moratoire québécois bloquant les explorations et l’exploitation des gaz de schiste dans la Vallée du Saint-Laurent, pour lequel l’entreprise demande 250 millions de dollars de compensation pour la perte de profits attendus, est de loin le cas le plus flagrant au Canada où des investisseurs utilisent ce dispositif pour contester des décisions environnementales complètement raisonnables et soutenues par la population. Ces poursuites ont déclenché une vague d’indignation au Canada et une campagne de courriers contre l’entreprise afin de lui faire abandonner ses poursuites.

Cela a également aidé à susciter une réaction négative contre les traités d’investissement et les chapitres de protection des investisseurs comme celui que le Canada et l’UE souhaitent inclure dans l’accord en cours de négociation. Nous avons pu lire des versions « fuitées » de ce chapitre sur les investissements et, à certains égards, il serait bien pire que celui de l’Alena en termes d’opportunités offertes aux entreprises pour contrecarrer les gouvernements qui voudraient se pencher sérieusement sur la fracturation hydraulique, ou les communautés locales qui, comme en Grèce ou Roumanie, s’opposent à des grands projets miniers menés par des entreprises canadiennes.

Cet accord UE-Canada serait un puissant outil pour les entreprises minières, gazières et pétrolières canadiennes pour poursuivre l’UE dès que leurs profits seraient compromis par des mesures environnementales. En fait, c’est précisément la raison pour laquelle le gouvernement canadien négocie ces protections dans les accords commerciaux avec les pays africains et latino-américains. Pourquoi ne serait-ce pas le cas avec l’Union européenne ?

L’Allemagne est un cas d’école de ce à quoi les Européens peuvent s’attendre avec l’Accord UE-Canada. L’Allemagne a déjà fait face à deux poursuites sur les investissements liées à l’environnement de la part de Vattenfall. Le gouvernement allemand a réglé le premier cas pour un montant inconnu et en réduisant ses normes environnementales pour une centrale électrique à Hambourg. Le deuxième cas porte contre la décision allemande de sortir du nucléaire. Comment de tels traités peuvent-ils donner aux entreprises le droit d’être indemnisées, alors que les décisions avaient été prises démocratiquement ? C’est absurde.

 

05_CETA Canada Europe free trade agreement - premiers gamble on health care costs provinces1 - Council of Canadians photo
 

Les pays membres de l’UE se sont récemment mis d’accord sur un mandat commun pour entamer des négociations pour un accord commercial et d’investissements avec les Etats-Unis. En France, la majeure partie des discussions ont porté sur l’exception culturelle, avec l’objectif de sortir du mandat une série de biens et services culturels. Beaucoup moins sur d’autres sujets comme l’agriculture (OGM, hormones…), l’énergie, les ressources naturelles, les normes sociales et environnementales. Quels sont les enjeux ?

Les secteurs canadiens et américains de l’agriculture sont fortement intégrés. A quelques exceptions près comme le blé et la luzerne au Canada, la plupart de nos cultures traditionnelles contiennent un certain niveau d’OGM. Dans le cas du colza, il me semble que la quasi-totalité de la production est génétiquement modifiée. Le bœuf canadien et les produits de transformation du porc sont également des marchés intégrés avec les Etats-Unis, sur la base des normes américaines. La majorité de la viande a été traitée aux hormones ou, dans le cas du porc, avec des antibiotiques interdits en Europe si je me souviens bien. Les négociateurs canadiens se sont précipités dans les pourparlers avec l’UE en espérant contourner les normes alimentaires européennes. C’était très important pour des groupes et lobbies agricoles au Canada, comprenant de nombreuses entreprises comme Cargill. Raison pour laquelle elles soutiennent également les négociations UE – Etats-Unis. Qu’ils aient réussi ou pas, nous ne le savons pas avec certitude. Il est possible que l’UE ait exclu les OGM de l’accord. Il est probable que l’UE augmente ses quotas de viande non traitées pour les producteurs canadiens. Au final, nous pourrions avoir plus de produits sans hormone dans les épiceries canadiennes mais jusqu’à présent, c’est principalement un produit d’exportation.

Que ce soit dans l’accord UE – Canada ou UE – Etats-Unis, les grands lobbies agricoles aurons de nouveaux outils pour contrecarrer la politique alimentaire européenne. Il y aura les chapitres de l’OMC sur les obstacles techniques au commerce et sur les normes sanitaires et phytosanitaires relatives aux normes alimentaires et aux mesures de contrôle. Si les différends sur ces sujets sont jugés à travers le mécanisme d’arbitrage de l’accord UE – Canada plutôt qu’à l’OMC, cela pourrait encore réduire l’espace dont les gouvernements disposent pour établir leurs propres politiques.

L’accord UE-Canada comprendra un chapitre sur la coopération règlementaire, à travers lequel le gouvernement canadien pourrait avoir plus que son mot à dire dans la production de régulations et normes européennes, un accès à toutes les données scientifiques utilisées pour justifier telle ou telle politique, et des opportunités pour lutter contre des politiques qui ne conviendraient pas à des secteurs exportateurs canadiens. Cela ne conduira pas seulement à de nouveaux retards dans la politique alimentaire mais également dans la mise en place de mesures environnementales qui ne conviendraient pas au Canada, comme par exemple la directive sur la qualité des carburants. Notre gouvernement est tellement en colère à propos de cette politique établissant des normes sur les carburants, pourtant par ailleurs modeste, qu’il a menacé de mener l’UE devant l’OMC si elle devait appliquer un taux élevé de carbone au pétrole issu des sables bitumineux. L’accord UE-Canada, dans la mesure où il est biaisé en faveur des échanges commerciaux et des investissements, et restrictif sur les capacités des gouvernements à réduire leurs émissions et protéger l’environnement, pourrait être dangereux pour l’UE, tout en créant un précédent fâcheux en perspective des négociations à venir entre l’UE et les Etats-Unis.


 

Alors que l’UE prétend être à la tête de la lutte contre le changement climatique, elle s’engage dans des négociations avec le Canada et les Etats-Unis dont les politiques climat sont parmi les pires de la planète et dont la seule préoccupation est d’extraire plus de gaz et pétrole de schiste et de sables bitumineux. Qu’en pensez-vous ? Faut-il exiger des clauses en matière de climat ?

Il n’y a pas de chapitre sur le développement durable dans les accords de libre-échange canadiens ou américains. Pendant un certain temps, il semblait que l’insistance européenne pour inclure un tel chapitre dans l’accord avec le Canada, incluant des chapitres sur le travail et l’environnement et en les rendant exécutoires, pouvait être un aspect positif. Mais nous avons vu dès le début que le Canada était mal à l’aise et il a repoussé l’inclusion du protocole de Kyoto et de plusieurs autres traités dans le projet d’accord UE-Canada. Et ce alors qu’il existe une liste d’accords multilatéraux sur l’environnement qui sont à prendre en considération et à mettre en balance avec les obligations commerciales et d’investissement en cas d’un différend sur la politique environnementale. Nous ne savons pas où en sont ces négociations à l’heure actuelle. Mais je ne pense pas que nous devrions mettre trop de force dans le soutien d’un chapitre sur le développement durable et penser qu’un tel chapitre serait un antidote aux effets extrêmes de la libéralisation du commerce et des investissements sur les salariés, l’environnement, la pauvreté et les inégalités.

L’objectif ultime des accords de libre-échange est de réduire les attentes des populations d’amélioration de l’existence, de protection de l’environnement, et plus généralement de répartition de la richesse de façon égalitaire. Par exemple, depuis l’Alena, le Canada n’a pas mis en place une nouvelle politique sociale importante malgré le besoin évident d’un service public de la petite enfance accessible, ou d’un plan de luttes contre la drogue, etc. Les gouvernements fédéraux successifs ont évité d’introduire de nouvelles réglementations portant sur les sables bitumineux ou les activités minières, ou d’autres industries extrêmement polluantes, parce qu’ils sont inquiets que cela déclenche des différends commerciaux. Mais je ne pense pas que cela soit exclusif du Canada ou des Etats-Unis.

Vous dites que la seule préoccupation du Canada est d’extraire plus de pétrole. C’est vrai mais cela est également une des plus grandes préoccupations de l’UE quand elle sollicite le Canada et les Etats-Unis pour signer des accords commerciaux. Dans les mandats de négociations pour ces deux accords, l’UE affirme qu’elle cherche à sécuriser son accès aux sources d’énergies et ressources naturelles. Les protections des investisseurs dans le cadre de l’accord UE-Canada rendront certainement plus facile les actions des entreprises minières et énergétiques nord-américaines pour punir les gouvernements européens qui voudraient s’immiscer sur la route de leurs futurs profits. Mais l’accord UE-Canada rendra également difficile toute possibilité pour les autorités canadiennes, qu’elles soient locales ou fédérales, de sortir des énergies fossiles. Nous avons donc une responsabilité commune de travailler ensemble à travers l’Atlantique pour nous opposer aux accords de libre-échange qui manifestent un intérêt de pure forme à l’environnement, aux droits humains et au droit du travail, pendant que tous les obstacles à l’exploitation insoutenable des énergies fossiles sont levés.

 

stop_ceta
 

De telles négociations sont toujours menées en totale opacité, mais elles se font au nom des populations des Etats impliqués dans les négociations. Que peut-il être fait pour avoir accès au contenu des négociations ? Qu’attendez-vous de la société civile européenne en termes d’initiatives et de mobilisations sur ces accords commerciaux ?

Il y a eu de nombreuses coopérations transatlantiques à propos des négociations UE-Canada, qui remontent à 2010, quand le réseau Trade Justice (Canada) et le réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC) se sont rendus à Bruxelles pour l’une des réunions de négociations, afin de rencontrer la société civile européenne et les membres du Parlement européen, mais aussi pour rencontrer les négociateurs canadiens qui avaient commencer à informer les groupes de la société civile. C’était quelques mois après avoir publié une version du texte de négociations entre l’UE et le Canada, et nous avions pu voir que le texte n’était pas prêt de satisfaire la liste des principes pour un accord commercial juste, que 32 organisations canadiennes avaient proposée.

Au retour de notre voyage à Bruxelles, nous sommes restés en contact étroits avec le réseau Seattle to Brussels, la Via Campesina, les syndicats européens et Attac France, l’Aitec et les Amis de la Terre intervenant au cours des cycles de négociations ultérieurs en rendant publiques plusieurs déclarations transatlantiques, notamment sur le chapitre des droits des investisseurs. Ces relations ont été extrêmement précieuses et je crois qu’elles vont devenir encore plus fortes maintenant que les discussions entre l’UE et les Etats-Unis ont débuté. A certains égards, c’est le scénario idéal, puisqu’il ne peut que rapprocher nos mouvements, nous obligeant à tisser des liens entre ce qui est souvent perçu comme des négociations séparées mais qui sont clairement les composantes d’une même consolidation du pouvoir du secteur privé et de la mondialisation néolibérale.

Propos reccueillis par Alter-Echos (www.alter-echos.org)

L’intégralité de cette interview est disponible en anglais dans ce document .pdf.

1En anglais, Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA)

Ecrit par maximecombes

Catégorie: Les peuples avant la finance · Tags: ALENA, AMI, arbitrage, canada, climat, démocratie, Développement durable, droits sociaux, environnement, Etats-Unis, fracking, fracturation hydraulique, gaz de schiste, hormones, investissement, investisseurs, libre-échange, néolibéralisme, OGM, opacité, pétrole de schiste, réglementation, sables bitumineux, transparence, Union Européenne

 

01/06/2013

Le vaccin selon Bill Gates

 

n
 
 
Les chefs
Le vaccin selon Bill Gates - arte reportage :

Face aux ravages du paludisme, qui fait chaque année plus de 200 millions de malades et près d'un million de morts, une course scientifique se déroule à l'échelle mondiale depuis plus de cinquante ans pour mettre au point un vaccin. Pour la première fois, un vaccin, parmi une soixantaine à l'étude, est sur le point d'être commercialisé. Son nom de code : le RTS,S. Développé par le géant britannico-américain GlaxoSmithKline (GSK) en partenariat avec la fondation de Bill Gates, le RTS,S serait le tout premier vaccin contre une maladie parasitaire. En 2012, des tests ont été effectués sur quinze mille enfants dans sept pays africains. Les résultats définitifs seront communiqués en 2014. Mais le RTS,S suscite aussi une vive polémique politico-scientifique, alimentée par les chercheurs des équipes concurrentes qui critiquent le choix de l'antigène retenu et prédisent son inefficacité à moyen terme. Ils soupçonnent GSK et Bill Gates, qui ont investi 500 millions de dollars dans l'opération, de faire pression pour que leur vaccin soit le premier à être mis sur le marché...

(France, 2013, 52mn)
ARTE F

« Cadeaux », rémunérations... comment l’argent des laboratoires irrigue le monde de la santé 28


Date de première diffusion : Jeu., 30 mai 2013, 22h30

Date(s) de rediffusion : Dimanche, 2 juin 2013, 10h50

 
 
Bill Gates redevient l'homme le plus riche du monde
 
Source : Capital.fr
21/05/2013
 
 
©REA

Bill Gates reprend sa couronne. Le fondateur de Microsoft vient de redevenir l'homme le plus riche du monde. Avec une fortune évaluée à 73,5 milliards de dollars au 20 mai 2013, il dépasse désormais le magnat mexicain des télécoms, Carlos Slim, selon l'indice des milliardaires de Bloomberg.

L'Américain a notamment profité de la bonne forme de Microsoft en Bourse. Cette envolée a fait gonfler le patrimoine de Bill Gates, qui détient toujours 4,8% des parts du géant de logiciels informatiques. Un investissement valorisé à 14,1 milliards de dollars au cours de clôture d'hier.

Dans le même temps, le titre du groupe de Carlos Slim, America Movil, a glissé de 14%. Ce qui a réduit sa richesse de près de 3 milliards de dollars, à 72,7 milliards. Le Mexicain était considéré comme l'homme le plus fortuné de la planète depuis 2010, si l'on se fie à un autre classement des milliardaires, celui du magazine Forbes.

© Capital.fr

12/03/2013

Planète alu

 

 

Planète alu ,Planète alu

On aime beaucoup Environnement par Bert Ehgartner

Malléable, léger et inoxydable, l'aluminium a de nombreuses qualités. Ses propriétés physiques en font un métal fascinant et précieux pour les architectes. Pour autant, lorsqu'il est utilisé dans les emballages, en chimie alimentaire, à des fins cosmétiques ou dans la pharmacopée, l'aluminium fait peser des risques sur la santé et l'environnement. Les boues rejetées lors de son extraction sont toxiques. Son exploitation, pour être rentable, nécessite l'abattage de forêts entières au Brésil. Ses composants, ses sels et ses dérivés favoriseraient selon des études l'apparition de certaines maladies. Plongée au coeur d'un cycle infernal. planete alu - Vidéo Dailymotion :  : Planète Alu Arte mardi 12 mars 2013 à 20h50 Planète alu (bande-annonce) - videos.arte.tv

Difficile de lui échapper : des canettes de soda aux déodorants, en passant par les cosmétiques et les vaccins, l'aluminium a envahi notre vie quotidienne. C'est l'or gris des temps modernes : un métal léger, facilement malléable, qui remplace aussi de plus en plus souvent le fer et l'acier dans la construction des immeubles.

Mais la médaille — en aluminium — a son revers. C'est ce que s'attache à démontrer cette robuste enquête de Bert Ehgartner, pointant les dégâts causés sur l'environnement par l'extraction massive de la bauxite (minerai dont sont tirés l'oxyde et l'hydroxyde d'aluminium), en même temps que les méfaits de ce composant sur notre santé.

Avec rigueur, la narration entrecroise ces deux fils : d'un côté, les mécanismes de la production d'aluminium et leurs effets délétères, dévoilés ici à travers le décor d'un gigantesque site d'extraction dans le nord du Brésil. Le tableau est sombre : déforestation massive, rivières souillées par les boues rouges emplies de résidus dangereux (...), ouvriers rendus malades, gamins atteints de lésions cutanées... De l'autre, côté consommateur, les lourds soupçons qui pèsent sur l'aluminium en termes sanitaires. A travers les travaux de toxicologues et les témoignages de patients précocement atteints de cancer du sein ou de maladie d'Alzheimer se dessinent des liens troublants entre l'intrusion de sels ou dérivés d'aluminium dans notre corps et l'apparition de ces affections. Produit miracle pour les industriels, l'aluminium sera-t-il un des poisons du siècle ? Ce documentaire, à défaut de trancher de manière définitive, pose en tout cas sérieusement la question. — Virginie Félix

Planète Alu - arte + 7

Les meilleurs gisements de bauxite se trouvent sous les tropiques, en Afrique de l'Ouest, en Australie, en Inde et en Jamaïque. Mais c'est à Porto Trombetas dans le nord du Brésil que se situe l'une des mines les plus rentables au monde, aux mains d'une multinationale. Pour l'exploiter, il faut abattre chaque année l'équivalent de 250 terrains de football de forêt humide primaire, essentielle à la biodiversité. Les boues rouges liées à l'extraction sont toxiques, comme l'a montré la catastrophe écologique survenue en Hongrie en 2010. (Autriche, 2013, 89mn)
ZDF
Planète Alu | ARTE , Boue toxique en Hongrie | euronews, Hongrie - RFI, Accident de l'usine d'aluminium d'Ajka - Wikipédia

« Avec plus d’État pour encadrer la finance, nous pourrons construire une économie plus sociale et plus prospère.» Mais le discours antilibéral se heurte à une évidence[1] : l’État n’est pas ce qui s’oppose à la sphère de l’économie, il est dans un rapport de totale interdépendance avec l’économie. La raison en est simple: il doit se servir de l’argent pour financer ses projets. Lorsque l’économie commence à ralentir, elle limite et étouffe son action. Avec la diminution de ses moyens financiers, l’Etat se réduit à la gestion toujours plus répressive de la pauvreté

planète alu,doucmentaire,environnement,bert ehgartnerFlorent Detroy, rédacteur de Matières à Profits

S'ils ne sont certainement pas devenus les meilleurs amis du monde, la glace est cependant rompue entre Vladimir Potanine et Oleg Deripaska.

Le premier gère le groupe russe Interros, et le deuxième est le directeur général de Rusal, le géant de l'aluminium russe. Les deux milliardaires étaient à couteaux tirés depuis 2008 pour le contrôle de l'autre géant minier russe, Norilsk Nickel. Premier producteur de nickel au monde, la compagnie est également le premier producteur de palladium et un important producteur de cuivre.

Les deux acteurs viennent de trouver un terrain d'entente grâce à l'oeuvre civilisatrice d'un autre milliardaire russe, Roman Abramovitch, président du sidérurgiste Evraz et proche du Kremlin.

Cette résolution pesait sur la confiance des actionnaires et sur les plans d'investissement de la compagnie. Aujourd'hui, un nouvel horizon s'ouvre pour Norilsk.

Norilsk est né sous sa forme actuelle en deux temps. D'abord, Norilsk a acquis sa taille critique sous Gorbatchev, qui a créé en 1989 un champion du nickel en regroupant les activités mécanique d'Olenegorsk avec deux autres compagnies de nickel. Ainsi est né RAO Norilsk Nickel.

Puis sous la période de privatisations orchestrées par Boris Eltsine en 1994 ( Les privatisations en Russie et la naissance d'un capitalisme ... - UN ÉTAT ET UN ESPACE EN RECOMPOSITION : LA RUSSIE ) , Norilsk a été vendu à deux proches du pouvoir, Vladimir Potanine et Mikhail Prokhorov. S'il a subi les cours erratiques du nickel dans les années 1990, le cours de Norilsk a décollé pendant l'ère bénie des métaux dans les années 2000. Entre 2006 et 2008, le cours a augmenté de 155% !

( Chapitre 5 – Élections sous contrôle - Cairn.info : Elena Meleshkina du même auteur Elena Meleshkina est politologue et anime le Centre de science politique à l'Institut d'information en sciences sociales (INION) à Moscou. Elle travaille sur la vie politique et les élections dans les régions de Russie.

 

  • La résistance des élites régionales
  • Les élites régionales et le monde des affaires
  • Les moyens de pression de l'administration )

Cette performance exceptionnelle a commencé à attirer l'attention. Ainsi en 2008, Oleg Deripaska, maître de l'aluminium russe, investit dans Norilsk Nickel à hauteur de 14 milliards de dollars. Le timing était particulièrement mauvais, les cours du nickel ont perdu près de 60% sur l'année 2008.

 

Planète alu , doucmentaire, Environnement , Bert Ehgartner ,Une bataille homérique
Le scénario était alors planté. Vladimir Potanine, solidement ancré à la tête de Norilsk par l'intermédiaire de son directeur général Vladimir Strzhalkovsky, faisait du rachat d'action sa priorité. Oleg Deripaska, alors que son groupe Rusal plongeait dans le rouge et voyait sa dette se creuser pour atteindre cette année 10,7 milliards de dollars, comptait sur l'augmentation des dividendes de Norilsk pour réduire l'endettement du groupe. Ces visions opposées ont incité les deux oligarques à se livrer une véritable guerre économique et juridique.

Ainsi Vladimir Potanine a essayé de racheter les 25% de Rusal dans Norilsk il y a quelques années, en vain. La bataille a ensuite été amenée sur le terrain juridique, également en vain. Las, le président russe élu en mars dernier, Vladimir Poutine, a décidé de siffler la fin de la partie cette année. Il semble effectivement que le Kremlin soit à l'origine de l'intervention d'Abramovitch. Grâce au nouveau pacte d'actionnaire conclu avec Abramovitch, Potatin va prendre la tête de Norilsk, mais les dividendes vont être augmentés. En parallèle, la compagnie d'investissement d'Abramovitch, Millhouse, va acquérir 22% de Norilsk pour 2,2 milliards de dollars, afin de servir de tampon entre les deux autres acteurs. La part des deux protagonistes sera ramenée à la hauteur de celle de Millhouse.

planète alu,doucmentaire,environnement,bert ehgartnerUn grand vainqueur, Abramovitch
Le détail important, c'est que Millhouse va acquérir ses parts dans Norilsk au prix du marché. Cet investissement valorise la société autour de 30 milliards de dollars. Or quelques années auparavant, la proposition de rachat de Potanine des parts de Deripaska valorisait la société à 60 milliards de dollars.

Roman Abramovitch profite donc de prix cassés. Qui plus est, avec la promesse d'augmenter les dividendes, il devrait récupérer chaque année 5% de sa mise. Mais le plus profitable est à venir. Tombé à leur plus bas cette année, les prix du nickel sont prêts à rebondir dès 2013.

C'est notamment l'analyse de la banque HSBC. Selon la banque, la consommation de nickel en Chine a pratiquement stagné cette année, du fait d'une production d'acier inoxydable en hausse de 1,4% cette année. Mais la demande devrait repartir à la hausse à partir de 2013.

En plus de cette reprise chinoise, les évolutions de l'offre vont également soutenir les prix. La chute des prix a conduit plusieurs mineurs à couper dans leur prévision d'investissement. Ainsi la baisse des investissements va réduire l'offre de nickel en 2013. Ce graphe présente bien les révisions continuelles de la production entre octobre 2011 et octobre 2012.

Graphique du nickel
Source : HSBC

Les prévisions de capacité de production ont été réduites de 20% en un an. Lorsque l'on enlève un cinquième de la production sur un marché, il est rare que les sociétés concernées restent insensibles.

  • La remontée des cours prévue pour 2013

  • La bonne gestion de Norilsk Nickel

La régularisation du secteur du nickel en Russie permettra à Norilsk de développer sa stratégie d'investissement à long terme.  Le Russe devrait profiter de son implantation à l'international pour continuer sa progression. Après ses percées majeures en Afrique, notamment au Botswana, en Afrique du Sud, et en Australie, le groupe pourrait décider des prix encore bas du nickel pour procéder à de nouvelles acquisitions.

Source : 3 Russes, 1 réconciliation et 2 raisons d'investir, Nickel : Le métal du diable fait des étincelles | La Quotidienne d'Agora,

Planète alu - l'indigné, Planète alu - l'indigné révolté,

Planète Alu - forum Colibris, Forum Planète Attitude

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu