Avertir le modérateur

18/10/2012

17 octobre 1961 - 17 octobre 2012

Cher-e-s camarades,

 

 

Le massacre du 17 octobre 1961 désigne la répression policière extrêmement violente à l'encontre d'une manifestation de masse organisée à Paris par la Fédération de France du FLN. Préparé en secret, le boycott du couvre-feu nouvellement appliqué aux seuls Nord-Africains prend la forme de défilés nocturnes sur les grandes artères de la capitale.
Les confrontations qui se produisent à différents endroits font d'innombrables blessés et un nombre de morts qui reste indéterminé. Les brutalités policières se poursuivent au-delà de la nuit du 17 dans l'enceinte des centres d'internement."

 
 
 la photo de Nani Bou.
‎17 Octobre 1961, je n'étais pas encore née et pourtant cette Date reste Importante.... Parce qu'il ne faut jamais Oublier !
A tous ces Algériens morts, Victime...

la photo de Nordine Baaloudj.

156629_3772582480389_1459667200_n
 
Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.
L’amour démesuré qu’affiche le larbin à l’égard des patrons, des rentiers ou des milliardaires, est l’acte de foi qui structure son discours. Le larbin agit sans discernement de ce qui pourrait être bon pour lui, il intellectualise le débat pour tenter de nous convaincre que piocher chez les riches est toujours la pire des solutions, quand bien même il en serait bénéficiaire.

Le texte du syndrome du larbin est disponible à cette adresse : http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-sy...

partagé un lien.

arton2559

Elles sont arrivées en Amérique ! Grâce à vous, grâce aux 50 AMG qui les soutiennent financièrement, entre autre, elles sont arrivées. Elles ont rencontré d’autres salariés américains menacés de licenciement.

C’est une première ! Vendredi 12 octobre, 14 des 205 anciennes ouvrières de l’usine Samsonite d’Hénin Beaumont sont parties aux Etats-Unis, pour manifester avec des ouvriers Américains ! Depuis leur licenciement en 2007, les Samsonite ont gagné trois procès ! Elles s’attaquent maintenant au gros responsable de la liquidation de leur usine et de leur licenciement : le fonds d’investissement Bain Capital. Or, ce fonds d’investissement, qui s’est spécialisé dans la reprise d’entreprises en difficultés, a été crée en 1984 par… Mitt Romney, l’actuel candidat républicain aux élections présidentielles américaines.

Lorsqu’il quittait Bain Capital en 1999, Mitt Romney partait avec la bagatelle de 200 millions de dollars, base de sa fortune actuelle.

Si les Samsonite ont pu partir, c’est grâce à elles, qui ont économisé pendant des années, et aux auditeurs de Là-bas si j’y suis, qui leur ont envoyé de l’argent. Un grand MERCI à tous !

Voici les grandes lignes du programme des Samsonite aux Etats-Unis :

Dimanche 12 octobre, elles manifestaient avec des ouvriers d’une usine de composants électroniques, Sensata Technologies, à Freeport, dans l’Illinois. Bain Capital l’exige, leur activité devrait être délocalisée en Chine. Ils seront tous licenciés, par paliers successifs, jusqu’à la fermeture du site, à la fin 2012…

Lundi 13 octobre, les Samsonite manifestent devant le siège de Bain Capital, à New York, avec des centaines (des milliers ?) d’Américains.

Il y a quelques mois, les Samsonite et leur avocat, Me Fiodor Rilov, ont porté plainte contre Bain Capital. Mardi 14 octobre, ils déposeront de nouveaux documents au juge de Boston, pour compléter leur dossier de plainte.

Là-bas si j’y suis prépare un reportage autour de leur voyage 

Projection débat du Film Louise Michel, Jeudi 18 octobre au Full G, 5 rue des écoles Laïques, à 19h.
602514_295186437261316_2141776885_n
Louise Michel c’est l’histoire de Louise et de ses collègues, ouvrières, qui du jour au lendemain, retrouvent leur usine désertée. Plus une machine, plus de patron, plus de salaire, même pas une indemnité de licenciement! Alors Louise et ses collègues décident de mettre l’argent qu’elles ont en commun pour « buter l’patron ».A l’heure où plusieurs plans de licenciement sont mis en œuvre en Europe et en France, ce film permet de lancer le débat sur la nécessité de s’organiser collectivement en temps de crise afin de faire face à l’austérité…
 
PROJECTION DEBAT DU FILM LOUISE MICHEL
 
34070 Montpellier
 LA Bande-Annonce du FILM :  
 

A voir aussi : Les moissons du futur - indigné révolté, Les moissons du futur - citoyenactif , Les moissons du futur - anarkia, Les moissons du futur – alterfinance, Les moissons du futur – l’indigné, Les moissons du futur et Global gâchis, le scandale mondial du gaspillage alimentaire - /antalya,  Affaire du Probo Koala : le feuilleton judiciaire est loin d’être fini - l’indigné

 

 

Dans le doute, abstiens toi !!

 

a lire dessus :  immigration, entreprises, sans-papiers, étrangers, expulsion, g4s, sécurité privée, expulsions, une aubaine, alian bauer, l'idéologie sécuritaire, les marchands de la peur, manuel valls, roms, serge halimi, le grand bond en arrière

 

17/10/2012

LE BATEAU EN CARTON

le bateau en carton,film,débats,josé vieira,a lire dessus :  immigration,entreprises,sans-papiers,étrangers,expulsion,g4s,sécurité privée,expulsions,une aubaine,alian bauer,l'idéologie sécuritaire,les marchands de la peur,manuel valls,romsLes rendez-vous, c'est reparti ! Avec un beau film, sur un sujet "chaud" auquel Politis a consacré un dossier en juillet 2012.




LE BATEAU EN CARTON
Un film de José VIEIRA
2010, 80 mn


Au bord de l'autoroute à Massy-Palaiseau, des baraques de fortune abritent une centaine d'enfants, de femmes et d'hommes venus de Roumanie. Dans la Roumanie libérale et européenne, les Roms sont devenus plus que jamais des parias.

Pour José Vieira, ce n'est que l'actualité d'une histoire qui n'en finit pas, celle de gens obligés de tout quitter pour conjurer la pauvreté. Ce bidonville de Massy n'est qu'à 300 m de celui où il a grandi.
Comprendre cet exode, d’où viennent les gens qui habitent là, qui sont ces « étranges étrangers », comme l'ont été jadis les Portugais ou les Algériens, avec la volonté de nous les rendre familiers et de détruire les préjugés que nous avons à leur égard est l'ambition réussie de son film.

La projection sera suivie d’un débat animé par Antoine GIRARD avec José VIEIRA, réalisateur du film, et Jean-Pierre DACHEUX, docteur en philosophie, auteur (avec Bernard Delemotte), de Roms de France, Roms en France : le peuple du voyage.

http://www.voiretagir.org/LE-BATEAU-EN-CARTON.html

Voir aussi l'article de Denis Sieffert dans le n°1210 de Politis :
http://www.politis.fr/Au-royaume-des-Roms,18912.html


Libre participation aux frais.

N'hésitez pas à faire circuler !

 

Je ne suis pas raciste, mais les Roms... (1)
Le lundi 15 octobre 2012


Serge Dassault qui félicite Manuel Valls pour sa politique envers les Roms. La scène se déroule le 5 septembre dernier, lors de l’inauguration de la 64e Foire de Corbeil-Essonnes...

L’échange est savoureux. Le sourire du sénateur UMP, satisfait. Celui du ministre de l’Intérieur, crispé. Cela donne ça (source Europe 1 )

Serge Dassault : "Je veux dire un mot à Manuel, pour moi, pour nous, la sécurité n’est ni de gauche, ni de droite. Et je dois vous dire que nous sommes très heureux de son action."

Malgré le sourire un brin gêné du ministre de l’Intérieur, le sénateur et patron de presse poursuit : "Actuellement, c’est très bien. Pour les Roms et tous les autres, c’est formidable. Donc bravo Manuel et continue !"

On le voit donc, les Roms sont une "arme politique", parce qu’avec eux, élus et médias amalgament la quasi-totalité des ressortissants roumains et bulgares vivant en France dans des squats ou des campements illégaux. Ce qui, quand on y pense, représente de nombreux avantages...

D’autant que, selon le sociologue Olivier Peyroux, "les Roms sont facile à repérer car ils vivent en groupe ; ils restent pacifiques lors des opérations de police ; ils sont peu procéduriers et sont rarement soutenus par l’opinion publique..."

Aujourd’hui, rendez-vous à Evry dans l’Essonne, premier reportage de cette série de Charlotte Perry.


Programmation musicale :
-  
Romozom, KAL : http://www.youtube.com/watch?v=pTENHscdWdI

-  Stork crosses the Danube, Taraf de Haidouk


Pour aller plus loin :

-  articles d’Olivier Peyroux :

-  Roms de France, Roms en France, de Jean-Pierre Dacheux et Bernard Delemotte, éd. Le passager clandestin (août 2010)

-  Mémoires tsiganes, l’autre génocide, un film écrit par Henriette Asséo, écrit et réalisé par Idit Bloch et Juliette Jourdan ; une production Kuiv - Mémoire Magnétiques Productions


Crédit photo : eisenbahner/FlickR


Je ne suis pas raciste, mais les Roms... (2)
Le mardi 16 octobre 2012


Déplacer le problème. Faire du chiffre et garder un "bouc-émissaire" sous le coude. La question des Roms en France, des Roms de France n’a pas fini d’être posée. D’autant que si les premiers sont estimés entre 400.000 à 500.000, les seconds sont environ 15.000.

Des ultra-pauvres qui ont fui des pays en pleine déroute économique.

Suite au démantèlement du camp d’Evry, le 22 août dernier, la Commission européenne s’est dite "prête à soutenir le gouvernement français pour un meilleur encadrement" des conditions d’évacuation.

Mais avant même cela, pour s’intégrer, il faut un toit.

Certaines municipalités, sur le modèle de l’autoconstruction menée par les Castors à l’après-guerre, essayent d’apporter des solutions ou tout du moins des alternatives. Comme à Viry-Châtillon.

Aujourd’hui, second reportage de cette série de Charlotte Perry.


Programmation musicale :
-  Rusasca Lui Filon, par la Fanfare Ciocarlia
-  Na Rov Gazhi, de Romano Drom

 

Une seule solution : la liberté de circulation pour les migrant-e-s - alternative économique

Les rendez-vous du documentaire engagé
Politis et l'association Voir&Agir présentent

 

 

Charte détaillée sur le site du FRAP : frap.samizdat.net
Contact : frapfestival@riseup.net

document au format PDF:

Essayez avec cette orthographe : documentaire sur la lutte No Tav Terzo Valico

  1. Journée sur la lutte No TAV | Transfo

No TAV / No3eme Valico (non au 3ème tunnel ! ) - Démosphère

  1. document au format PDF

 

Journée Notav et Noterzovalico à l'intérieur du frap Samedi 18 mai ...

  1. [PDF]
  2. FRAP offensive de printemps ! - Frap - Samizdat.net

16/10/2012

Sans-papiers expulsés : une aubaine pour la sécurité privée

Les marchands de peur. La... : Les marchands de peur. La bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire

 

Alain Bauer et le consortium de la peur, 8 août ( extrait du livre : " Alain Bauer, comme Yves Roucaute et de nombreux néoconservateurs, vient de la gauche libérale et anticommuniste ...") . Valls appelle à la dénonciation : « un discours irresponsable et dangereux » (Dharréville) | PCF.fr

Sans-papiers expulsés : une aubaine pour la sécurité privée

Créé le 03-10-2012 

Claire Rodier, juriste auprès du Gisti, pointe les dérapages de ces sociétés de plus en plus sollicitées. Interview.

 
 
 

Près de l'île de Lampedusa, le 19 avril. (MAURO SEMINARA / AFP)

Près de l'île de Lampedusa, le 19 avril. (MAURO SEMINARA / AFP)

Claire Rodier est juriste auprès du Groupe d'information et de soutien aux immigrés (Gisti). Elle est l'auteure de "Xénophobie Business", qui sort ce jeudi 4 octobre aux éditions "La Découverte". 

Dans votre livre, vous démontrez que les centres de rétention pour les étrangers et les reconduites à la frontière sont un vrai filon pour des entreprises de sécurité privées qui maltraitent les sans-papiers. Un exemple ?

- Prenez le cas de Jimmy Mubenga, cet Angolais embarqué au Royaume-Uni en octobre 2010 par la British Airways qui se débat, hurle, puis se tait. Les agents chargés de la sécurité l’ont plaqué. Mais des passagers constatent qu’ils prennent le pouls de Jimmy. Bizarrement, l’avion fait demi-tour, le sans papier est inanimé. On constatera son décès à l’hôpital. La société privé dira qu’il est "mort par asphyxie". En fait, cet Angolais a dû subir comme d’autres avant lui ce qu’on appelle le "carpet karaoke" : il a été contraint pendant tout le vol d’appuyer sa tête contre le siège placé devant lui. Cette pratique provoque des difficultés respiratoires qui peuvent conduire à l’asphyxie, et à la mort.

Quelle est cette société, quels sont ses profits ?

- Elle s’appelle G4S. Cette société américaine est la multinationale de la gestion de l’immigration irrégulière. Elle compte 600.000 salariés dans le monde, mais impossible de trouver son chiffre d’affaires. Je sais seulement qu’après cette histoire, elle a perdu son contrat en Angleterre. En cinq ans, elle avait gagné 125 millions d’euros. Elle sévit surtout au Royaume-Uni, dans d’autres pays d’Europe et aux Etats-Unis. C’est elle qui a assuré la sécurité des J.O. de Londres. Avec pas moins de 13.700 salariés ! La France n’y a pas encore recours, mais au vu des restrictions budgétaires, cela viendra…

Que se passe-t-il dans les centres de rétention ?

- Dans l’un de ses centres, situé près de l’aéroport de Gatwick, la G4S a inventé "le téléphone carcéral". Quand ils y arrivent, les travailleurs étrangers se voient confisquer leur téléphone portable et remettre un appareil qui permet d’appeler ou que ce soit dans le monde pendant cinq minutes seulement. Une fois le crédit épuisé, ils peuvent en acheter un autre. Cela permet incontestablement de contrôler les appels "des détenus".  Mais ça leur coûte beaucoup plus cher qu’un portable, et en plus ceux qui n’ont pas les moyens ne peuvent utiliser les numéros gratuits !

Pourquoi les Etats ont-ils recours à ce type d’entreprise ?

- D’abord parce qu’ils brident de plus en plus les budgets de la défense et de la police, ensuite parce qu’ils ne sont pas responsables des bavures des sociétés privées. Mais la Commission européenne est elle aussi en cause. Face à la montée du "tout sécuritaire", elle accorde des budgets "exceptionnels" à l'agence Frontex, qui dépend de Bruxelles. Et les parlementaires européens, à l’exception de quelques Verts, ne s’intéressent pas à ce sujet. Il n’est pas "porteur".

Finalement, est-ce que tout cela sert à quelque chose ?

- A rien du tout. Vous savez très bien que les étrangers sans papiers reviennent toujours dans les Etats dont ils ont été expulsés. Je connais un tunisien qui a fait six fois, dans des conditions atroces, le "voyage" pour Lampedusa. A force, il connaissait l’île de fond en comble. Alors, au bout du sixième séjour, il a su trouver l’endroit pour partir sans être vu.

Interview de Claire Rodier, juriste auprès du Groupe d'information et de soutien aux immigrés, par Martine Gilson - Le Nouvel Observateur 

cf vidéosurveillance multiplie les clients... et les profits ,

a lire dessus :  immigration, entreprises, sans-papiers, étrangers, expulsion, g4s, sécurité privée, expulsions, une aubaine, alian bauer, l'idéologie sécuritaire, les marchands de la peur, manuel valls, roms

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu