Avertir le modérateur

02/11/2017

Hate in Trump's America

 
 
L'inquiétant tournant religieux des populistes euro-américains
Par Nadia Marzouki , Chargée de recherche au CNRS et professeur invité à la Kennedy School de Harvard. et Duncan McDonnell, Professeur associé à La School of Government and International Relations de l’université de Griffith, à Brisbane, en Australie
 
Donald Trump, le 1er novembre, lors d'un meeting dans le Wisconsin. 
 
De Orbán à Trump, on assiste à une instrumentalisation croissante du phénomène religieux comme véritable marqueur ethnique et identitaire. Une monstruosité politique qui est donc loin d’être purement américaine.

«Levez la main si vous n’êtes pas un conservateur chrétien.» C’est ainsi que Donald Trump prenait récemment son public à partie lors d’un meeting dans l’Iowa. Lorsque quelques personnes levèrent la main, il interpella le reste de l’auditoire : «On les garde dans la salle ? Allez, on les garde…»

Cet épisode illustre bien les efforts de Trump pour apparaître comme un fidèle chrétien. Depuis le début de la campagne, il prétend jouer le rôle de sauveur. Sa mission est de défendre le peuple chrétien contre toutes sortes de menaces, notamment celle que représentent les musulmans auxquels il faudrait interdire l’entrée aux Etats-Unis.

Trump n’a rien inventé…

Rire ou s’épouvanter de la dernière sortie du «Donald» est devenu le passe-temps favori des Européens. Pourtant, cette monstruosité politique est loin d’être purement américaine. Trump n’a, d’une certaine façon, rien inventé. L’instrumentalisation de la religion par la droite populiste dans les démocraties occidentales n’est pas nouvelle. Comme nous le montrons dans l’ouvrage que nous venons de publier avec Olivier Roy, Saving the People ? How Populists Hijack Religion, cela fait des années que les leaders populistes européens qui semblent avoir inspiré Trump utilisent la religion pour déterminer qui fait partie ou non du bon peuple. Aujourd’hui, la standardisation et la synchronisation des populismes européens et américains offrent une image inquiétante de la condition des démocraties occidentales.

La rhétorique de la droite populiste parodie plus qu’elle ne promeut le discours religieux. Elle promet au «peuple» une rédemption morale et met en garde contre le risque de damnation. Pour les populistes, le peuple, toujours vertueux, est doublement menacé, par, en haut, les élites libérales corrompues et, en bas, par une série d’«autres» dangereux, en particulier les musulmans.

Au-delà de l’apocalypse

Mais les populistes d’extrême droite ne se contentent pas de prêcher l’apocalypse. Ils offrent aussi à leurs adeptes le salut et la disculpation. Ils leur disent qu’ils ne sont en rien responsables des crises que traverse le pays. Au contraire, ces citoyens irréprochables sont les victimes des élites et des «étrangers». Soutenir un chef populiste, c’est donc une condition nécessaire pour qu’un peuple cesse de devenir une victime passive et qu’un pays «redevienne grand» comme dirait Trump.

Surtout, la religion des populistes n’est pas une affaire de foi ou de valeur, mais un marqueur identitaire qui permet de distinguer ceux qui peuvent être inclus de ceux qui doivent être exclus de la communauté politique. C’est ce qui permet de comprendre pourquoi les évangéliques de droite votent pour Trump, alors que son style de vie n’a rien de religieux.

Il faut comprendre ce soutien dans le contexte d’une polarisation politique telle que l’adhésion à un parti relève aujourd’hui plus d’une logique d’adhésion tribale que d’une préférence rationnelle. Comme l’explique le sociologue Philip Gorski, «le trumpisme est une forme séculière de nationalisme religieux». La religion y fonctionne, comme dans tous les populismes de droite que nous avons examinés, comme un marqueur ethnique et identitaire. Robert P. Jones suggère de même dans son livre sur la fin de l’Amérique blanche chrétienne que le soutien au nationalisme religieux de Trump exprime une nostalgie pour l’Amérique des années 1950, celle d’avant les droits civils, l’égalité de genre et le mariage homosexuel.

C’est dans cette perspective aussi qu’on peut expliquer l’importance du thème de la menace islamique dans la campagne de Trump, dans un pays où les musulmans ne représentent qu’à peine 1% de la population globale. Là encore, Trump a reproduit presque mot pour mot le script des populistes européens. Pour ceux-ci comme pour Trump, la culture nationale est réduite à une série de codes et de symboles qui servent de marqueurs identitaires. La Ligue du Nord en Italie, l’UDC en Suisse ou le Parti de la liberté en Autriche ont tous fait campagne contre la construction de mosquées et de minarets. Ces partis affirment que les mosquées menacent l’intégrité du territoire de la communauté autochtone.

Les idées d’invasion, d’infiltration, de complot et de remplacement sont devenues des lieux communs du répertoire populiste euro-américain. On a vu aussi se propager l’argument selon lequel l’islam n’est pas une religion, mais plutôt un code militaire et juridique, une idéologie politique qui est sous-jacente à un plan de conquête des démocraties libérales occidentales. C’est ce qu’affirme Geert Wilders depuis des années. Pauline Hanson a inclus cet argument à sa campagne électorale en Australie cette année.

Entre discours mainstream et populistes

Bien qu’extrêmes, ces arguments lancés par la droite populiste sont devenus très courants dans les débats publics. Un cercle vicieux s’est mis en place par lequel les discours mainstream et populistes s’alimentent réciproquement. Comme l’affirme le politologue Cas Mudde, nous vivons de plus en plus clairement dans un zeitgeist populiste, où la religion tout comme la culture sont réduites à des modalités d’appartenance.

Des voix s’élèvent parmi les autorités religieuses et les théologiens pour résister à cette instrumentalisation du religieux. Le théologien évangélique Miroslav Volf rappelait dans un entretien récent que le christianisme est une affaire de foi, et de défense du bien commun et de valeurs. A ce titre, il affirme que la vision du monde d’Hillary Clinton «est plus en phase avec la foi chrétienne que celle de Donald Trump».

Plutôt que de s’indigner des provocations du candidat républicain comme s’il s’agissait d’un phénomène purement américain, reflétant la prétendue bigoterie de l’électorat évangélique local, il importe de s’interroger sur le double processus de formatage qui s’affirme sous nos yeux : celui des discours populistes européens et américains, qui se servent tous de la religion comme d’un marqueur identitaire ; et celui des discours populistes et mainstream.

On assiste ainsi, sous l’influence de la droite populiste, à une instrumentalisation croissante de la religion dans le discours politique occidental pour exprimer l’appartenance et non la croyance, pour défendre la chrétienté et non le christianisme, pour exclure et non pour inclure. Le défi, pour ceux qui tiennent aux démocraties séculières occidentales, sera de briser ces murs, réels et symboliques, que les populistes euro-américains, de Orbán à Trump, veulent construire à tout prix.

Saving the People ? How Populists Hijack Religion, co-dirigé par N. Marzouki, D. McDonnell et Olivier Roy, a été publié par Hurst en Europe et par Oxford University Press aux Etats-Unis.

Nadia Marzouki Chargée de recherche au CNRS et professeur invité à la Kennedy School de Harvard. , Duncan McDonnell Professeur associé à La School of Government and International Relations de l’université de Griffith, à Brisbane, en Australie
 

Hate in Trump's America

Fault Lines examines the rise of hate in the United States and the toll it is taking on communities across the country.

01 Nov 2017 11:11 GMT RacismUnited StatesDonald Trump

 
 
Dans la première semaine après que Donald Trump a remporté l'élection présidentielle américaine, les United States ont vu une forte augmentation des crimes de haine et des personnes attaquées en raison de leur race, leur appartenance ethnique ou leur religion.

Les crimes de haine se sont manifestés de multiples façons, y compris des graffitis sur des lieux de culte, des écoles et même des homes, des railleries racistes et des rassemblements suprématistes blancs.

Les médias aiment dire que c'est la faute de Trump, ou c'est Trump qui a causé ça. Je dirais que Trump est un mégaphone que nous avons rallies..

Eli Mosley, nationaliste blanc et organisateur de rallye

Le Southern Poverty Law Centre (SPL) a signalé plus de 1 000 incidents constitués de crimes de haine un mois seulement après les élections présidentielles de novembre 2016.

De nombreux analystes attribuent cela à la rhétorique de discorde que Trump lui-même a utilisée pendant la campagne qui a saisi les tensions raciales dans le pays. Ces tensions couvaient sous la surface mais sont maintenant ouvertes.

Cette rhétorique s'est intensifiée tout au long de la campagne et s'est poursuivie - continued  après l'élection avec "une promesse d'interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, d'attaquer la famille d'un soldat américain tué en Irak, de se moquer d'un journaliste du New York Times handicapé". occurrences

"C'est un premier pas vers la réalisation de quelque chose auquel Trump a fait allusion plus tôt dans la campagne, à savoir le premier pas vers le retour de l'Amérique", a déclaré l'ancien dirigeant du KKK David Duke lors d'un rassemblement de suprématistes blancs en août dernier. Charlottesville, Virginie.

Quelques instants plus tard, James Fields, également un suprématiste blanc, conduisait sa voiture à travers une foule de manifestants antiracistes, tuant une jeune femme et blessant des dizaines d'autres lors d'un rassemblement de divers groupes d'extrême droite, dans les plus récentes manifestation du crime de haine.

Trump a blâmé l'incident sur "les deux parties" affirmant "qu'il y a deux côtés à une histoire" dans ce qui semblait être une tentative d'assimiler les actions des suprématistes blancs aux actions de ceux qui les manifestaient.

Fault Lines examine comment la haine est en train de se jouer à travers l'Amérique de Trump et les conséquences qu'elle entraîne pour les communautés à travers le pays.
 

16/10/2017

Harcèlement sexuel

n

 

 
 

 

Menu.

A lire demain dans votre journal, dont la version numérique est disponible ici :

L’affaire Weinstein hautement médiatique nous montre une fois de plus que les détenteurs du pouvoir ne se gênent pas pour traiter leur subalternes tel des objets

ça balance  la publication de Xavier Delucq

L’image contient peut-être : texte
 
 

Connaissez-vous le sodurètre ? Cette pratique consiste à stimuler le sexe masculin… de l’intérieur. Bref, c’est un peu le pénétreur pénétré, explique la chroniqueuse sexe de « La Matinale du Monde ». 502 commentaires - 354 partages

 
"J'aimerais bien être actrice.
- Actrice de porno ?
- Non.
- Ah, dommage."
...
#EntenduMilleFois
#balancetonporc https://t.co/kAtjmBcw42
 
 
Illustration en photo
L’image contient peut-être : texte
 
n Harvey Weinstein, Hollywood and the US media : How Hollywood and the media failed to expose Harvey Weinstein. Plus, how the CIA and the Pentagon manipulate the movies.  Media, United States, CIA
 
 

 

 
De Philippe Coulonges -  #BalanceTonPorc -  Giulia Foïs a témoigné dimanche sur France Culture de son expérience. Elle assure que «vu certaines réactions à [son] tweet depuis 24h, traitée de mytho, de lâche, [elle est] à deux doigts de le regretter. Même si à 70%, [elle a] été soutenue.»
 
 n Paye Ta Shnek, Paye Ta Robe, Paye Ta Blouse : comment expliquer le succès de ces Tumblr?
Alors que vient d’apparaître un Paye Ta Fac, retour avec leurs auteures sur le succès de ces Tumblr qui épinglent le sexisme : Paye Ta Shnek - Accueil | Facebook - LesInrocks - Paye Ta Shnek, Paye Ta Robe, Paye Ta Blouse ... 13/01/17 PAR Carole Boinet  - Paye Ta Shnek (@PayeTaShnek) | Twitter - Paye ta shnek - Elle
 
 
 Trois Français sur quatre ne distinguent pas harcèlement, blagues salaces et séduction. Et vous ?
En France, une femme sur cinq déclare avoir été harcelée sexuellement au travail. Un problème de société dont la définition légale reste pourtant floue cf nTrois Français sur quatre ne distinguent pas harcèlement, blagues salaces et séduction. Et vous ?
LEMONDE.FR
 
le nom du producteur américain Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles et de viols, a révélé une énorme histoire de harcellement sexuelle, en tout cas libérée la parole.
 

Des tableaux ironiques pour distinguer drague et harcèlement

L'affaire Weinstein a libéré la parole des victimes de harcèlement sexuel. Ce week-end le #BalanceTonPorc appelait les utilisateurs de ce mot-dièse à raconter un cas de harcèlement sexuel au travail.

Le Huffington Post a retrouvé un tableau que le site "Paye ta shnek" avait diffusé au moment de l'affaire Denis Baupin. Les auteurs de ce site, qui recueille les témoignages "de harcèlement sexiste dans l'espace public", avaient classé très simplement ce qui relève de la drague, du harcèlement ou de l'agression.

Quelle est la différence entre et ? Le consentement. Petit récap réalisé au moment de l'affaire .

Un bureau de police britannique avait également mis en ligne une vidéo en 2015. Il montrait l'absurdité de ces comportements en les comparant à une proposition de boire du thé.

  1. Ça dépend
 
 
 

"Quand a éclaté l'affaire Strauss-Kahn pour Laurent Joffrin "mettre la main où il ne faut pas" relevait du "simple harcèlement" et ne méritait qu'une amende.

Sur l'amende il n'avait peut-être pas tort, la prison devrait rester une peine exceptionnelle, mais le grave dans son expression était la banalisation de l'acte.

Pour tout commentaire Jack Lang estimait que "il n'y avait pas mort d'homme" , c'était certes factuellement exact.

Le record de la beauferie, joint au mépris de classe, étant Jean-François Khan, qui s'en excusa, parlant de "troussage de domestique" , ça c'est toujours fait, c'était mal mais pas si grave, mal élevé en quelque sorte".

 

 

Au travail en France
- 8 viols ou tentatives de viol dénoncés, chaque jour, sur les lieux de travail 
- 20% des femmes déclarent avoir été victimes de harcèlement sexuel au cours de leur vie professionnelle 
- 80 % des femmes salariées considèrent que dans le travail, les femmes sont régulièrement confrontées à des attitudes, comportements, agressions sexistes.

En France
-1 femme meurt tous les 2 à 3 jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint
- Toutes les 7 minutes, 1 femme est violée en France.

 
L’image contient peut-être : 1 personne, debout
Sans Compromis
 

Harcèlement sexuel au travail. Souffrance au travail. Les victimes de harcèlement sexuel donnent de la voix Souffrance au travail. Les victimes de harcèlement sexuel donnent de la voix HUMANITE.FR

LIRE AUSSI - Des témoignages de harcèlement sexuel affluent avec #BalanceTonPorc , LIRE AUSSI - Affaire Harvey Weinstein: chronique d'un scandale planétaire

Le Maire rétropédale après s'être dit opposé à la dénonciation des harceleurs

#moiaussi. L'écrivaine Ariane Fornia, fille de l'ex-ministre sarkozyste Eric Besson, accuse dans un article publié sur son blog  intitulé «#Moiaussi: pour que la honte change de camp» mercredi l'ancien ministre socialiste et membre du Conseil constitutionnel Pierre Joxe de l'avoir agressée sexuellement, ce qu'il dément . Dans un post intitulé «#moiaussi : pour que la honte change de camp», l'écrivaine raconte plusieurs agressions sexuelles dont elle dit avoir été la victime, à treize ans puis à dix-neuf ans. «La troisième agression, ou comment j'ai été agressée par un ancien ministre, n'est pas la "pire", mais celle qui m'a intellectuellement le plus ébranlée», poursuit-elle.
 

Une ancienne footballeuse suédoise a révélé avoir été victime de harcèlement sexuel de la part de trois joueurs "très connus" de l'équipe nationale suédoise de football dans les années 2000, dans une interview accessible dimanche sur le site du quotidien Aftonbladet. Contacté par Aftonbladet, l'actuel président de la Fédération, qui n'était pas en poste au moment des faits, s'est dit "très choqué". "Nous ne tolérons bien sûr pas ce type de comportement[...]. Nous devons en savoir plus et agir au plus vite car toute forme d'atteinte est totalement inacceptable", a indiqué le porte-parole de la SvFF, Niklas Bodell.

 
Violences conjugales.

Nicolas Douchez, ex-gardien de but du PSG, actuellement au RC Lens, a été placé en garde à vue après que sa compagne a été retrouve «nue, en sang, le corps couvert d'hématomes, pleurant, hurlant, au milieu de son appartement dévasté», selon le Parisien.

 
Violences sexuelles. Le gouvernement devrait présenter l'an prochain au Parlement un projet de loi «contre les violences sexistes et sexuelles», et notamment les violences sur mineurs et le harcèlement de rue, annonce la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, dans La Croix.
 
Ce n'est pas gagné pour plusieurs raisons :
Témoignages.Seule une victime de viol ou de tentative de viol sur dix dépose plainte. Mais même une fois la porte du commissariat ou de la gendarmerie poussée, l'accueil est encore trop souvent inadapté, voire traumatisant.

Slate revient ce vendredi sur la difficulté de déposer plainte pour les victimes de viol. Le site d'information publie des témoignages édifiants. A une étudiante de vingt ans violée dans un taxi, un policier a ainsi répondu : «Je crois que vous mentez et je vais me faire un malin plaisir de le prouver. Je prends pas les plaintes des folles». A une autre jeune femme, violée par son ex-conjoint, un autre policier a demandé pourquoi elle ne s'était pas «mieux défendue».

A lire sur Slate.fr
 
Ce qui sont sensé faire respecté la loi, sont eux même accusé dans ce scandale qui ne cesse de grandir : 
 

Le Parlement européen, «foyer de harcèlement» ?

#Balancetonporc.

En septembre, l'eurodéputée écologiste allemande Terry Reintke racontait en pleine séance l'agression sexuelle dont elle avait été victime dans la rue. Mais depuis quelques jours, plusieurs témoignages ont émergé sur des faits de harcèlement sexuel et d'agressions commis au sein même du Parlement européen, par des eurodéputés ou des conseillers - et ce alors que les eurodéputés doivent voter une résolution sur la lutte contre le harcèlement sexuel ce mercredi.

Dimanche, le Sunday Times révélait une douzaine de témoignages d'assistantes parlementaires victimes, l'une d'elles voyant dans le Parlement européen «un foyer de harcèlement». Jeanne Ponté, assistante du socialiste français Édouard Martin, a de son côté consigné une cinquantaine de cas depuis 2014, dont un la concerne. Cinq eurodéputés ont également demandé la réalisation d'un audit sur le sujet au sein de l'institution, rapportent les Nouvelles News. Le président de l'organe parlementaire a réagi en rappelant qu'une commission spéciale de lutte contre le harcèlement – sexuel ou moral – a été mise en place en 2014. Cette commission n'a reçu aucune plainte pour harcèlement sexuel pour l'instant.

Lu sur les Nouvelles New

 Scandales sexuels: un ministre britannique visé par une enquête du Commerce international, qui a reconnu avoir demandé à sa secrétaire d'acheter des sex toys, au moment où plusieurs hommes politiques sont accusés d'avoir eu des attitudes inappropriées envers leurs collaboratrices. Ce ministre et député conservateur, Mark Garnier, a reconnu aujourd'hui dans le journal The Mail on Sunday avoir affublé sa secrétaire d'un surnom à caractère sexuel et lui avoir donné de l'argent pour acheter deux sex toys, tout en affirmant que "cela ne constituait absolument pas du harcèlement sexuel".

 s Echos Start Sponsorisé

·

“C’était quelqu’un d’important dans le milieu, avec qui je ne voulais pas avoir de conflit”

Selon les plaignants, l’université aurait couvert les faits. Jusqu’à ce que l’affaire devienne publique et qu’elle soit contrainte de réagir.Un professeur de l’Université de Rochester, située dans l’Etat de New York, est accusé d’avoir harcelé sexuellement 14 collègues chercheuses ou étudiantes durant dix ans. Selon les plaignants, l’université aurait couvert les faits. Jusqu’à ce que l’affaire devienne publique et qu’elle soit contrainte de réagir. Récit.  Récit.
START.LESECHOS.FR
 
Harcèlement sexuel: la finance américaine à son tour touchée

Le fonds d'investissement Fidelity, l'un des plus puissants au monde avec à sa tête une femme, a renvoyé deux dirigeants après des accusations de harcèlement sexuel portées à leur encontre, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du dossier.

Ces deux cas sont les premiers officialisés dans la finance américaine, milieu dominé par les hommes, depuis la vague des scandales d'agressions sexuelles secouant la Silicon Valley et Hollywood. Robert Chow et Gavin Baker, deux gérants de portefeuille vedettes dans le département d'actions chez Fidelity Investments ont dû quitter la firme récemment après des accusations de nature sexuelle portées par des salariées, a dit la source sous couvert d'anonymat.

Fidelity, qui gère pour 6.400 milliards de dollars d'actifs et emploie près de 40.000 personnes, est dirigée par Abigail Johnson, considérée comme la femme la plus puissante de la finance américaine. Mme Johnson a poussé au départ les deux dirigeants et embauché dans la foulée une firme externe pour enquêter sur le département actions principalement dominé par des hommes, a encore dit la source. 

 

L'an dernier, Bank of America a été visée par une plainte, l'accusant de sous-payer les femmes par rapport aux hommes à responsabilités égales et d'avoir instauré en son sein une "atmosphère virile".

 

 
 
 

 

NEWS / FRANCE #MeToo: Thousands march in Paris to protest sexual harassment


Parce que trop peu de talents comme Vin'S se lancent, dénoncent et posent un texte même plus juste conscient... MAIS UNE PRISE DE POSITION FÉMINISTE ET MILITANTE . Il est entré dans le panthéon du rap français, parce qu'il l'a fait ! MERCI VIN'S, MERCI POUR ELLES, MERCI POUR NOUS.
« Ce qui m'a donné envie d'écrire, c'était bien sûr la parole des femmes, mais surtout la réaction de ces hommes qui dédramatisaient, qui voulaient les faire taire.
Pour une fois que les langues se délient, qu'on aborde ENFIN ce sujet, les réactions négatives c'est juste pas possible. » - Vin'S

#METOO
Être une femme est un combat, et si leur courage m'empêche de dire le mot "victime", sache qu'on est tous un peu coupable...
 
Paroles : Vin'S - #METOO Être une femme est un combat, et si leur... - Facebook

AFFAIRE WEINSTEIN : LE COCHON QUI CACHE LA FORÊT

L’affaire Weinstein hautement médiatique nous montre une fois de plus que les détenteurs du pouvoir ne se gênent pas pour traiter leur subalternes tel des objets.

Rappelons les faits Harvey Weinstein producteur multi-millionnaire et gourou d’Hollywood, faisant la pluie et le beau temps dans le milieu cinématographique, est accusé de viol et de harcèlement à une cadence exorbitante, les témoignages se multiplient jour après jour. Au-delà du scandale lui même le traitement de l’information ne nous renseigne telle pas plus sur notre société et dépasse l’affaire d’un crime isolé ?

D’abord le scandale en dit long sur la mentalité bourgeoise, tout le monde du show-business savait mais tous non pas ce taisaient mais camouflaient Harvey Weinstein ; il était dans l’impunité parce qu’il leur était utile et incontournable. Voila bien la hideuse et sale mentalité basé sur le fric, «business is business» on cache la honte et les drames par intérêt puis on balance lorsque cela apparaît au grand jour pour ce payer une moralité toute neuve.

Pour vous en convaincre regardons les réactions du cinéma français :

entre les actrices qui en profitent pour témoigner et faire le buzz -tel M. Cottillard d’avoir «  échapper à bon nombre de prédateurs » où nous sommes en droit de nous demander pourquoi le dire que maintenant ? Et lesquels ? – à I. Adjani qui saisie l’occasion pour revenir ce voyant inconnu des nouvelles générations, en passant par Depardieu qui nous apprend qu’il avait failli casser la gueule à ce producteur, occasion sans doute de nous dire qu’avec l’age il conservait ses muscles…

Bref ils ne sont là que pour attirer les médias sur le propre personne et ce se serait une erreur de croire qu’ils ce mettent du coté des victimes de viols. « Le malheur des uns fait le bonheur des autres » dit le vieille adage et c’est avec la même hypocrisie à gerber qu’il profite d’une affaire de viol pour leur petit commerce que lorsqu’ils camouflent la pourriture du monde du show-business. Ce même cinéma français qui, n’oublions, pas trouvait très drôle dans les années 80 de faire un film nommé « promotion canapé » où cette caste de la bourgeoisie riait a chaude larmes de plaisirs que fourni le pouvoir économique en sachant que les concerné(e)s ne disent rien. Ainsi une bonne partie des victimes de Weinstein notamment les millionnaires du ciné ne font que dénoncer un système de prostitution déguiser et forcer pour monter les échelons, les récalcitrantes retomberont dans la misère. La justice bourgeoise est ainsi faites, elle juge avant tout la classe sociale, et les médias la suivent sur ce point. Si ce n’avait pas été une affaire dans un monde richissime, le dossier serait classé depuis longtemps. C’est ainsi que Weinstein à pu sévir depuis les années 90 ( dépôt de la 1er plainte à son encontre pour attouchement) mais que 27ans après voilà que cela se débloque car en face il y a des actrices qui elles aussi ont acquis pouvoir financier et renommée.

De là il est facile de mieux comprendre le pathétique hastag «  dénoncetonporc » car, mythomanes mis à part, celles qui dénoncent sur twitter leur « bourreaux » ne trouveront pas écho, pauvres elles sont, et donc inutile restera leur propos, et dans quelques mois, les violeurs, les harcéleurs reprendront leur vie normal sans angoisse. D’un drame humain twitter en à fait une mode qui s’ancre dans la société néo-libérale ; la même société qui fait que des femmes (ou des hommes bien que plus rare) sont traité comme des objets de consommation.

Mais n’est ce pas les règles du capitalisme où seul l’économie compte que de considérer les humains comme des choses, à ce servir et à jeter ? Lorsqu’il est demandé de « savoir ce vendre » n’est pas le 1er pas vers de la prostitution forcée ?

 
 
 

Weinstein n’est pas que coupable,

Weinstein est le symbole de cette société abjecte, le reflet de ce système économique et sociale. C’est cela que les médias veulent cacher.

La réponse reste la même face au viol, organisons nous, mesdames rendez coup pour coup à ces détraqués, ne vous taisez pas ne les laissez pas dans la joie de se sentir au dessus du lot, que le peuple ( homme ou femme nous sommes tous directement ou indirectement concernés) s’autodéfende face à l’injustice, mais n’allez pas croire que des vieilles bourgeoises liftés aux comptes en banque insultant soit de votre coté, bien au contraire.

 
LE-CAFE-ANARCHISTE.INFO

LIRE AUSSI :

» Harcèlement sexuel au travail : comment réagir ?

  SOCIETE Tunisie – ATROCE : Beni Khalled : Une jeune fille violée par ses quatre frères depuis l’âge de cinq ans, au su et au vu de ses parents

Affaire Weinstein: Comment Asia Argento est devenue la porte-voix des victimes de violences sexuelles

Julie Delpy révèle avoir été agressée par un réalisateur à l'âge de 13 ans

LIRE AUSSI :

»  Affaire Harvey Weinstein: chronique d'un scandale planétaire 

» Harvey Weinstein : retour sur l'affaire qui ébranle Hollywood

» Des témoignages de harcèlement sexuel affluent avec #BalanceTonPorc

» Affaire Baupin : Les cas d'abus sexuels en politique, loin d'être isolés, trop rarement sanctionnés

L'affaire fait écho à celle qui secoue en ce moment Hollywood

 Agressions sexuelles: l'actrice Tippi Hedren encourage les femmes à témoigner >> Lire aussi - Pas de printemps pour Marnie ressort, l'accusation sexuelle contre Hitchcock par sa muse aussi 

LIRE AUSSI:

>> Tippi Hedren accuse encore Alfred Hitchcock d'agression sexuelle

>> «Ecoute tu sais, ça arrive dans le milieu»... Harcèlement sexuel, la grande omerta du sport

 » Brésil: un vaste réseau pédophile démantelé 

 » Affaire Weinstein Créé le samedi 21 octobre 2017

 #Balancetonporc: Boutin dénonce un «dégueulis d'accusations» et défend la «grivoiserie» , Jean Lassalle accusé d’agression sexuelle par deux de ses anciennes brebis Par Gilles_Hemroulle 

» Nouvelle accusation contre Weinstein : Agressions sexuelles: une actrice accuse la société Weinstein

Esclave sexuelle à 13 ans, verdict pour son bourreau aujourd'hui "au bout d'un mois, un jour, je me suis réveillée. Il était en train de me pénétrer. Il m'a expliqué que c'était normal. C'est devenu une habitude, je ne disais pas non. Je ne sentais plus rien", a-t-elle confié à une psychologue

AFFAIRE WEINSTEIN : : LE COCHON QUI CACHE LA FORÊTAFFAIRE WEINSTEIN : : LE COCHON QUI CACHE LA FORÊT

02/09/2017

-Les guerres cachées contre Daech

n

 
 
 Témoignages rares Les guerres cachées contre Daech Arte 2016 11 08 20 50
 

"Un documentaire passionnant qui met parfaitement en perspective les enjeux géopolitiques et religieux de la lutte contre Daech dans tout le Moyen-Orient. Un décryptage extrêmement utile pour comprendre les failles de la coalition, le double-jeu de certaines puissances comme la Turquie ou l'Arabie-Saoudite, et la question délicate mais cruciale de l'après Daech."
 
 
Le plus inquiétant, dans ce grand jeu de culbuto mondial, est, comme le soulignent les divers interlocuteurs de Fritel, que « bombarder sans avoir de programme politique sérieux derrière » est la porte ouverte au chaos. —
 
Après Daech, naissance d'un État terroriste, Jérôme Fritel a de nouveau enquêté sur les coulisses d’une guerre qui a balayé les frontières tracées depuis un siècle et d'ores et déjà changé le cours de l’histoire. De l’ancien gouverneur de Mossoul, qui dirige aujourd'hui une armée de 4 000 hommes financée et entraînée par les Turcs, au numéro 2 du Hezbollah libanais, bras armé de l’Iran en Syrie, en passant par le dernier ambassadeur américain à Damas, ce documentaire donne la parole aux acteurs de premier plan dans le conflit. Il nous emmène des faubourgs de Mossoul à Dubaï, d’Istanbul à Beyrouth, de Washington à Vienne, pour mieux décrypter les enjeux et les réalités de ces "guerres cachées".
 
Au fil de son enquête — des environs de Mossoul à Dubai, en passant par Istanbul, Beyrouth, Vienne et Washington —, Fritel décrypte les enjeux cachés de cette lutte contre l'internationale de la terreur. Montrant qu'elle fait écran à un autre affrontement des puissances réunies sous la même bannière, pour le contrôle des terres et des populations dans le territoire aujourd'hui détenu par Daech.
Si vaincre Daesch en Irak est difficile, elle est quasiment impossible en Syrie.  Depuis un siècle, les guerres se sont succédé sans répit dans cette région. D'où vient, alors, cette impression que les conflits en cours sont d'une autre nature ?
Depuis les révolutions arabes de 2011, l'histoire s'est accélérée au Proche-Orient. Pour le meilleur, a-t-on voulu croire au début. Pour le pire, par la suite. Depuis un siècle, les guerres se sont succédé sans répit dans cette région. D'où vient, alors, cette impression que les conflits en cours sont d'une autre nature ? Qu'ils vont décider de l'orientation politique des Etats, mais aussi de leurs frontières et de leur survie ? 
 
L'ingérence constante des grandes puissances se servant des mouvements locaux pour faire la guerre par procuration ainsi que l'ambition de mettre la main sur les ressources naturelles de la région et de s'implanter dans une région, carrefour entre l'Europe, le moyen Orient et l'Asie.
 
La bataille pour Mossoul va-t-elle sonner le glas de l’'Etat islamique ? Depuis 2 ans, le monde entier a déclaré la guerre à Daech. Pourtant l’'organisation de l’'Etat Islamique est toujours là. Ce documentaire nous emmène des faubourgs de Mossoul à Dubaï, d’'Istanbul à Beyrouth, de Washington à Vienne, pour mieux décrypter les enjeux de cette "troisième guerre mondiale". OPINION: ISIL after Mosul - Insurgency and rivalry, Bilan de la guerre "contre le terrorisme"
 
"The battle for Mosul may be in its final stages, but so long as there is a market for extremist groups to offer protection and livelihoods to vulnerable populations, the shape-shifting war goes on"
 
« Mossoul tombera, la question c’est en combien de temps et avec combien de pertes »

’EI s’était emparé de Mossoul en juin 2014 à la faveur d’une offensive éclair qui lui avait permis d’occuper de vastes territoires au nord et à l’ouest de Bagdad dont il a, depuis, perdu l’essentiel..Cliquez ici pour agrandir l'infographie  Décryptage de cette nouvelle offensive avec Hélène Sallon, du service International du Monde..Hélène Sallon (Mossoul (Irak), envoyée spéciale)  Toutes les forces de sécurité – forces antiterroristes, armée et police fédérale – ont été mobilisées. There are more than 5,100 US forces in Iraq, and up to about 500 in Syria.  contre 2000 combattants de Daesch  Source: News agencies - la bataille de Mossoul, et après? 

L’Etat islamique  a t'il fait exploser la mosquée Al-Nouri, emblème historique de MossoulGuerre de communiqués Lire aussi :   Les forces irakiennes ont lancé l’assaut sur la vieille ville de Mossoul

 
 
 

Le 23 juin

« Un membre de Daech a 75 % de chances de passer entre les mailles du filet, parmi le flot de réfugiés, soit parce que les listes antiterroristes ne sont pas à jour, soit parce qu’ils étaient adolescents quand ils ont rejoint Daech », dit, sans illusion, le colonel Arkan Fadhel, des forces antiterroristes.

 
L’émergence de l’EI est due à la marginalisation des sunnites d’Irak depuis 2003. Si, une fois reprise, Mossoul n’est pas confiée, d’une manière ou d’une autre, à une administration à dominante arabe sunnite, le terreau sur lequel a fleuri le djihadisme sera inchangé : l’EI aura été démantelé, mais le radicalisme islamiste renaîtra sous une autre appellation, au prétexte de la défense des sunnites. Entre les différentes forces qui progressent vers la « capitale » de l’EI en Irak, il y a un plan de bataille commun, mais, hélas, pas d’accord politique pour le jour d’après la victoire militaire. Cent ans après les accords Sykes-Picot qui ont tracé ses frontières, la région est en proie au chaos. Un « grand jeu » dont l’Iran est le gagnant.Analyse. La conquête des quartiers rebelles de la ville par les troupes de Bachar Al-Assad ébranle le système des Nations unies, paralysé comme aux pires moments de la guerre froide par les vetos russe et chinois.
 
Alep, Mossoul. Deux batailles distinctes, avec des coalitions différentes, voire antagonistes, dans deux pays ­séparés. Et pourtant nul ne peut s’empêcher de dresser des parallèles, de chercher des similitudes ( cf Proche-Orient : le grand bouleversement) La Syrie et l’Irak sont les deux pays qui englobent les mosaïques communautaires les plus complexes (à l’exception du Liban) de cette région. Tous deux ont été dirigés par des juntes baasistes et confessionnelles. L’une, sunnite, de Saddam Hussein en Irak (jusqu’en 2003), et l’autre, alaouite, des ­Assad, qui s’accroche encore au pouvoir en Syrie, ont volé en éclats.

 

 Inside Story - Is ISIL embracing a new approach?

 

 

COMPTE RENDU L’Etat islamique accroît sa pression sur l’armée syrienne à Deir ez-Zor 14 Benjamin Barthe (Gaziantep, envoyé spécial) COMPTE RENDUL’EI lance une offensive majeure à Deir ez-Zor en Syrie 9 Madjid ZerroukyEn difficulté en Irak, l'Etat islamique progresse en Syrie - Le Monde

Source: News agencies

 

Le référendum, loin de faire avancer la cause kurde, s’avère n’être qu’une manoeuvre politicienne du président Barzani pour consolider un pouvoir sans partage. D’un séjour au Kurdistan d’Irak en avril dernier,il avais retiré la conviction, exprimée sur ce blog, d’une « question kurde dans l’impasse« . où il est en affrontement direct avec le PKK . Les Chrétiens des plaines de Ninive . Téhéran, tout aussi résolument engagé qu’Ankara contre le principe même du référendum kurde, pourrait encourager des milices kurdes à s’opposer au pouvoir de Barzani.

 ÉDITORIAL • De la guerre froide au Grand Jeu

 Veto russe et chinois sur la Syrie, menace israélienne de frappes en Iran, tergiversations occidentales, succession périlleuse en Corée du Nord...
 
  Proche-Orient : le grand bouleversement  Has the rule of engagement changed in Iraq? - Inside Story .Source: Al Jazeera News
 
 
 
 
 Bras de fer entre les Etats-Unis, Bachar el Assad et l’Iran dans le désert syrien

Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris). , les incidents se multiplient autour de la bourgade syrienne d’Al-Tanf, contrôlée par les Etats-Unis à la jonction des trois frontières entre la Syrie, la Jordanie et l’Irak.

A lire ISIS The rise and fall of ISIL explained

Si la population ne faisait pas suffisamment les frais de la guerre contre Daesch, ISIL continue d'imprimer son empreinte sur la région. cette fois si, cela est lié aux incendies intentionnels de Daesch ' (massive oil fires ) pour que dans leurs fuite, ils puissent freiner l'avancer des forces de la coalitions, des milices chiites et de l'armée Syrien. Bref, pratiqué la terre brûle. ... Cela a de grave répercutions / retombée environnementale et sanitaire  à  Qayyara. source of incomeIN PICTURES: ISIL's blazing trail of destruction in Qayyara 

Escalade sérieuse

Ce carrefour stratégique, à mi-chemin entre Damas et Bagdad, se trouve au croisement des frontières irakienne, syrienne et jordanienne. 

Des torchères de gaz à Kirkouk, en Irak, le 18 octobre 2018.

Lire aussi :   La discrète bataille pour la frontière irako-syrienne

Toutefois, l’objectif du régime ne semble pas être Rakka, mais plutôt d’empêcher les forces soutenues par les Occidentaux de s’emparer de la province de Deir ez-Zor, riche en pétrole. L’armée syrienne a chassé l’EI de plusieurs zones dans la Badiya, le grand désert syrien oriental, et a atteint, le 9 juin, la frontière irakienne, où des rebelles soutenus par Washington ont établi une base au niveau du poste-frontière d’Al-Tanf.

 Le contrôle des puits pétroliers et le rapport de force entre Moscou et Washington sont en toile de fond de la reconquête de la dernière province aux mains de l’EI en Syrie. La chute des possessions de l’EI dans cette région marquerait l’écrasement définitif du « califat » en Syrie

COMPTE RENDUA Deir ez-Zor, le face-à-face ambigu entre forces kurdes et prorégime syrien Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant)

Les milices chiites et les pechmergas se disputent aussi le pays yazidi n

 Le 3 août 2014, au Sinjar, les djihadistes de l'État islamique ont perpétré une tentative de génocide. Libérée en novembre 2015, la ville est toujours en reconstruction. Mais malgré l'insouciance apparente, tous les chefs militaires de la région s'accordent à penser que Sinjar est avant tout une zone disputée.

«Nous contrôlerons l'ensemble de la montagne dans les six mois à venir», lance Khal Ali, commandant du bataillon Lalish, milice yazidie affiliée à l'organisation paramilitaire chiite soutenue par l'Iran. Il poursuit avec une autorité naturelle: «Sinjar, ce n'est pas la Syrie, ce n'est pas le Kurdistan, c'est l'Irak.»

 

Riche en pétrole et auréolée d’un passé illustre, la grande cité du nord de l’Irak reste un objet de convoitises. Les multiples communautés qui y vivent ont été tour à tour victimes et bourreaux des forces qui cherchent à s’en emparer. 

Près de quatre-vingt-dix ans après leur découverte, les ressources pétrolières de Kirkouk sont toujours au cœur des tensions politiques autour de la ville. L’enjeu est de taille, le volume de brut récupérable des champs pétroliers géants de Kirkouk étant estimé à 40 % de l’ensemble des réserves de brut de l’Irak, deuxième pays producteur, derrière l’Arabie saoudite, de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

RÉCITIrak : Kirkouk, la guerre d’après par  Allan Kaval (Kirkouk (Irak), envoyé spécial

 Ces richesses considérables et convoitées se trouvent cependant dans une zone grise, disputée depuis 2003 et la chute de Saddam Hussein entre le gouvernement de Bagdad et les factions kurdes qui jouissent d’une large autonomie dans le nord du pays. Cette zone est aujourd’hui plus troublée encore par la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI).

 Les revenus des champs de pétrole de Kirkouk sont répartis à égalité entre l’Etat irakien et le gouvernement de la région autonome kurde (GRK).

RÉCIT Irak : le pétrole, manne considérable et convoitée Allan Kaval (Kirkouk, Irak, envoyé spécial)

Le gouvernement du Kurdistan irakien (KRG) a affirmé aujourd'hui que les forces irakiennes s'apprêtaient à reprendre militairement les champs de pétrole de la région de Kirkouk, que se disputent Bagdad et Erbil. Le premier ministre irakien Haider al-Abadi avait démenti hier des préparatifs en vue d'une attaque contre des positions kurdes, information qui avait poussé les forces kurdes à couper préventivement des routes.

Un an jour pour jour après le déclenchement de la bataille pour la libération de Mossoul et de Ninive, les deux alliés de la guerre contre l'État islamique s'entre-déchirent. La fragile alliance, sorte de mariage entre la carpe et le lapin encadré par les puissances occidentales, a volé en éclats peu après la perte par Daech de Hawija, la dernière poche de résistance des djihadistes dans la région. Les hostilités entre les forces irakiennes et les pechmergas kurdes ont débuté lundi au lendemain de la fin de l'ultimatum lancé par Bagdad, après la tenue le 25 septembre du référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien.

 

 

SOURCE: AL JAZEERA AND NEWS AGENCIES

ISIL capitalises on Peshmerga retreat in northern Iraq : Le groupe Etat islamique en Irak et au Levant  (ISIL, also known as ISIS) a saisi deux villages a l'est de Kirkuk profitant du retrait des combattants Peshmerga de la zone

Alors que l’armée irakienne a délogé les Kurdes de Kirkouk, ville disputée entre le gouvernement régional kurde et l’autorité de Bagdad, Washington fait profil bas pour plaire à l’Irak et à la Turquie, déplore la presse d’Erbil

.À LIRE AUSSI Kurdistan irakien. Référendum : les “zones” disputées au cœur du conflit arabo-kurde

Cette thématique sera au cœur du conflit arabo-kurde non seulement en Irak mais également dans les autres pays de la région où vivent des Kurdes depuis le partage de leur territoire qu’ils convoitent / ils se convoitent chiites et sunnites.

A lire aussi Les Kurdes accusent Bagdad de vouloir reprendre le pétrole de KirkoukMIDDLE EAST Kurds on high alert as Iraqi forces mass near Kirkuk

L’armée irakienne a repris en quarante-huit heures presque toutes les zones gagnées par les combattants kurdes, dont la région pétrolière prise en 2014.

Poursuite de la restauration de l’autorité du pouvoir fédéral

De son côté, le chef du service de presse du premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, commandant en chef des forces armées, a confirmé l’opération dans la ville d’Altun Kupri. « Nous allons poursuivre la restauration de l’autorité du pouvoir fédéral » dans les zones encore tenues par les peshmergas, à travers le pays, a-t-il exposé.

A Altun Kupri, les peshmergas ont provoqué des explosions qui ont endommagé un pont enjambant le fleuve Zab et reliant la ville de Kirkouk à celle d’Erbil, a déclaré un responsable de la sécurité. La zone rurale et agricole d’Altun Kupri, « le pont doré » en turc, est habitée par des populations kurdes et turkmènes et s’étend sur 520 kilomètres carrés.

ISIL

 Depuis dimanche, les troupes fédérales irakiennes et des unités paramilitaires alliées ont évincé les forces kurdes de la riche province pétrolière. L’opération vise à rétablir l’autorité après le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien.Irak : le dernier secteur aux mains des peshmergas repris dans la province de Kirkouk n

 COMPTE RENDU Kirkouk : le Conseil de sécurité de l’ONU appelle à la désescalade - Kirkouk: combats entre forces irakiennes et kurdesCOMPTE RENDU

 

Kurdistan irakien : « Les conditions pour une guerre civile sont réunies »

Adel Bakawan, sociologue franco-irakien, analyse la crise qui oppose l’Irak à sa région autonome, après la large victoire du oui lors du référendum interdit sur l’indépendance. Propos recueillis par Romain Geoffroy

Les conditions pour une guerre civile sont réunies. Il y a clairement un risque. Il suffit d’un événement tout banal, un meurtre ou une explosion entre deux brigades de l’armée irakienne ou des peshmergas [les combattants kurdes] et ça peut dégénérer.

Tout va dans le sens d’une guerre civile entre deux peuples, et non pas entre deux gouvernements. Le problème étant qu’une guerre entre deux peuples est beaucoup plus dangereuse qu’entre deux gouvernements, car beaucoup plus difficile à résoudre.

 Les forces irakiennes se sont emparées le 16 octobre de la ville de Kirkouk, jusqu’ici tenue par les Kurdes. Une opération surprise menée pratiquement sans combat.  La rivalité – alimentée par les Iraniens – entre le PDK et l’UPK, et les divisions au sein de l’UPK semblent avoir été des éléments décisifs dans la conquête éclair de Bagdad, alors que les peshmergas se disaient “prêts à mourir” pour défendre la ville quelques heures plus tôt.Les deux protagonistes sont armés, financés, et même entraînés par les Américains, Washington a décidé de ne pas prendre parti dans le conflit. 

 
Si les Iraniens ont contribué à allumer la mèche, les divisions interirakiennes suffisent en elles-mêmes à faire éclater de nouveaux conflits post-État islamique, alors même que l’EI n’est pas encore complètement éliminé en Irak. La coopération entre les différentes composantes – armée, milices chiites, peshmergas, tribus sunnites – au sein d’une vaste coalition visant à défaire l’EI pouvait difficilement survivre face aux intérêts divergents, sinon contraires, de ces différents protagonistes. Autrement dit, si Kirkouk est la première (non-) bataille de l’après EIen Irak, il serait bien optimiste de considérer que cela puisse également être la dernière.
 
Posez vos questions sur l’affrontement entre les combattants kurdes et le pouvoir irakien LIVE

Le référendum d’indépendance organisé au Kurdistan irakien fin septembre a occasionné une vive réponse de Bagdad sur le terrain.

 n Autre point d'échauffement de l'après Daesch : la frontière entre la Syrie et l’Israël

Au cours du week-end, la violence transfrontalière entre Israel et la Syria a déclenché un échange de menaces entre les deux pays.

Samedi, les voisins ont blâmé Israël quand il a attaqué des canons d'artillerie syriens, affirmant qu'il répondait à ce qui aurait pu être un tir de roquette errant qui a atterri dans les Hauteurs du Golan syrien ( Golan Heights ) occupées par Israël.

Cependant, ni la violence transfrontalière ni les menaces ne sont nouvelles. Il y a eu presque tous les attentats à la sauvette sous la forme de tirs de roquettes, d'assassinats et de raids aériens qui se sont intensifiés depuis le début de la guerre en Syrie en 2011.

A lire Why does Israel keep attacking Syria? by

La violence de la guerre en Syrie, qui a débuté en 2011, a débordé la frontière entre les deux pays.

Les attaques d'Israël contre l'armée syrienne se produisent sporadiquement et sont supposées se produire lorsque des tirs isolés - que ce soit par l'armée syrienne ou des rebelles - tombent sur les hauteurs du Golan occupées par Israël, lorsque des convois d'armes passent près de la frontière ou lorsque des combattants iraniens lancer des tirs de roquettes.

 

Les guerres cachées contre DaechLe bourbier: l'impossible coalition contre Daech 2016 FRENCH HD

-
 
 

n Iran: la fin de la sanctuarisation du pays Par Georges Malbrunot DÉCRYPTAGE - Daech a revendiqué les attaques coordonnées qui ont ensanglanté Téhéran. L'Iran n'est plus à l'abri d'attentats commis par son ennemi juré.«Conquérir l'Iran et le rendre à la nation musulmane sunnite» comme le confie au Figaro, le patron du Conseil national de sécurité, le général Ali Shamkhani - ont à leur disposition de nombreux relais

OMPTE RENDULa discrète bataille pour la frontière irako-syrienne Hélène Sallon, n FOCUS « Pourquoi l’intervention militaire russe en Syrie est un succès » 63 s.La stratégie du « piéton imprudent » des Russes  10/02/2017,

  « Les Kurdes pris au piège du référendum », par Jean-Pierre Filiu POST DE BLOG , TURQUIE : CHRONIQUE D'UNE RÉVOLTE - l'indigné révolté Merci à P24, pour votre super travail. Rojava : Un processus démocratique en cours n REPORTAGE En Iran, les menaces régionales consolident le pouvoir  Ghazal Golshiri (Téhéran, correspondance) « révolte de grande ampleur » Par Enkolo dans Accueil le 23 Décembre 2016

 

Source: Al Jazeera and news agencies , How bad is the humanitarian crisis in Mosul? – Inside Story n la bataille de Mossoul, et après?Créé le jeudi 27 octobre 2016, Al Jazeera English HD Live Stream.FRANCE 24 Live – International Breaking News & Top stories - 24/7 stream

 Vision trop courte pour l’antiterrorisme : A lire : Vision trop courte pour l’antiterrorismeAux origines du chaos proche-oriental , COMPTE RENDU Proche-Orient : le grand bouleversement 43Christophe Ayad,  L'ART DE LA GUERRE IMBÉCILESyrie: la nouvelle alliance djihadiste jure de chasser Assad

Géopolitique Les guerres cachées contre DaechLes guerres cachées contre Daech » Lire aussi - La Turquie et la Russie s'accordent sur un cessez-le-feu en Syrie , Les guerres cachées contre Daech , ARTE+7 | Les guerres cachées contre Daech n Bachar el-Assad reçoit le chef de l'armée iranienne Les guerres cachées contre Daech 

  
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu