Avertir le modérateur

12/07/2013

coluche, quand je serais grand

n
 

C'est pas nous, c'est eux... Ne nous en prenons pas aux effets, attaquons toujours les causes !
Bakounine

 

 

 

Je suis né en France
La graine de crétin pousse en abondance
...
Quand je s´rai grand j´veux être con
Comme ceux qui votent en silence
En attendant le chang´ment
Il faudrait qu´ça soit eux qui changent"

je voulais dédicacer cette chanson a des imbéciles de ma connaissance mais la liste aurait été trop longue... simplifions en la dédicaçant a ceux qui vont crier "vive la patrie" ou qui vont faire les faux-bourgeois dans des boites ou des bars "chics" merdiques . ( rajouter a votre guise)

coluche, quand je serais grand http://www.youtube.com/watch?v=x1UoeCJcu8c

 

un lien via Black Fab.

Alors que le nombre de chômeurs/euses n’a jamais été aussi élevé et que la loi des patrons s’impose violemment aux travailleurs/euses. Alors que le camp réactionnaire et ses satellites fachos paradent fièrement dans la rue.


Alors que les m.agouilles financières et politiques, du FN au PS, apparaissent au grand jour. Alors que le FN, en embuscade, brandit le drapeau du nationalisme et de la xénophobie… Il n’y a plus 36 solutions et l’heure n’est pas à rêver à un sursaut républicain : c’est toute la société et toute l’économie qu’il faut transformer.

Si Hollande se plie aux volontés des capitalistes, c’est parce que ce sont eux qui concentrent l’essentiel du pouvoir dans la société actuelle.

Le pouvoir de nous embaucher ou pas, de choisir notre salaire, notre temps de travail etc… La « démocratie » qu’ils nous accordent c’est uniquement les miettes de ce qu’ils veulent bien nous laisser gérer ! Communistes libertaires, nous pensons que la démocratie directe doit s’accompagner de la mise en commun des moyens de production.


C’est aux travailleur-se-s de décider de l’organisation du travail, aux citoyen-ne-s de décider de la finalité et de la répartition de ce qui est produit, d’évaluer les besoins de la société. La première étape démocratique c’est donc l’expropriation des patrons. Le reste n’est que vaine agitation.

 

 

 

Joseph P. Kennedy : père de JFK, escroc et régulateur de Wall Street
Par Fabien Hassan
En 1934, le choix par Roosevelt de Joseph Kennedy pour diriger la SEC déclencha un scandale qui donna au président l'occasion de justifier le choix d'un escroc pour réguler la finance : "Takes one to catch one" (il en faut un pour en attraper un).> Lire la suite.

 


 
coluche, quand je serais grand
 
« Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n'ont jamais avancé d'un seul pas.. »

Mikhaïl Bakounine

Je suis un révolutionnaire et le resterai jusqu'à mon dernier soupir.
Je veux être toujours aux côtés de mes frères, les pauvres et non du côté des riches ni des politiciens, qui sont les exploitants des pauvres.
Si le peuple avait un jour la très mauvaise idée de me demander d'être son gouverneur, je lui dirai: «Je ne suis pas né pour être bourreau. Cherchez-en un autre !»

ricardo flores magon
 

10/10/2012

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

 

Globalia de Jean Christophe...« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) .. » ( mis sur facebook )

 

Hollande, les banques françaises et la dette grecque

  " S’il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c’est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste."

Jérôme E. Roos
militant et économiste politique

 

Hollande et le changement!: Les espoirs  de voir les promesses  de François Hollande s'éloigne de jour en jour cf "Coup de pouce" de la gauche molle , Hollande et le changement!- Citizen Khane, Programmes électorales. Jean-Marc Ayrault peaufine son "grand oral" de la rigueur : Ajoutez le vôtre ! La BCE : polique monétaire  : les promesses de hollande ( Google)  

 

 

».hollande et le changement,françois hollande,economie,poitique,société

 

 

 Modèle Japonais généralisé :   " Modèle Allemand" :  Globalia de Jean Christophe Ruffin

 Faute de consommateurs, misons sur l'entrepreneur...
Une monnaie forte, une précarité assumé et généralisé avant tout
L'entreprise allemande doit partager une maigre partie des fruits de sa réussite avec sa communauté

 

 

Le gouvernement socialiste éventuellement élu se mette au travail et prenne ses premières mesures, qui resteront dans la continuité de la vision social démocrate et mitérrandienne cf Hollande et le patronat 

C'est le jour du vote du TSCG à l'Assemblée, des députés UMP et PS néolibéraux ont choisi de voter l'austérité, la récession et les politiques de suppression des acquis sociaux et de solidarité qui plongent les peuples dans la misère et la mort.

 

Voici la liste intégrale, toute chaude des députés qui ont voté pour,contre ou se sont abstenus  : La liste intégrale des 477 députés pour et 70 contre le traité européen - Lelab Europe1 : députés PS qui ont voté contre le TSCG : M. Pouria Amirshahi, Mme Marie-Françoise Bechtel, M. Jean-Pierre Blazy, Mmes Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Chabanne, MM. Pascal Cherki, Henri Emmanuelli, Mme Linda Gourjade, MM. Jérôme Guedj, Razzy Hammadi, Mat...Voir plus  Traîtres ! » Plume de presse

 

Le bout de la logique :

 
Retour à l’âge du fer ? Quand le monde manquera de métaux


" Ce n'est pas possible, cela ne peut plus durer
Ces marges sont trop ridicule
Et tout ces couts... impots.... salaires
Il faut réduire tout cela

Mais..heu Mister président... les salaires

Quoi les salaires
Supprimer les salaires et virer tout le monde
Monsieur, c'est un désastres... Certes la concurrence a été tuée
Mais tout le monde est mort, il ne reste plus un gugusse pour faire tourner les machines
Du coup elles sont mortes, plus de ressources naturelles... Me^me plus d'animaux
Et plus grave, notre chiffre d'affaire s'est effondré : il faut faire quelque chose

Mais nous sommes seuls Monsieur le Président, nous sommes les derniers

M'en fout, trouvez une solution
Z avez qu'a lancer dans le marketing interstellaire
Et vous richard, faites renforcer la sécurité, on n'est jamais trop prudent"

Cf réf : La bande a Bauer et l'idéologie sécuritaire
La révolutions technologique pour pousser le bout de la logique
Et dernièrement la déflation, staflation et précarisation lié a la baisse des profits aux niveaux mondiales

Les 30 patrons trop bien payés
Source : Capital
08/08/2012 à 16:43 / Mis à jour le 08/08/2012 à 16:53
Accueil du dossier
• Les salaires des dirigeants
• Les dividendes des gros actionnaires

  !

Délits d'initiés , évasion fiscale et capitalisme

 

 
Mardi 9 octobre, une journée particulière...
Le mercredi 10 octobre 2012
 
 
 
Le matin, donc. Devant les grilles du Salon de l'auto, plus d'un millier d'ouvriers de l'industrie automobile - les "PSA" d'Aulnay, les "Ford" de Blanquefort, les "Renault" de Flins, les "General Motors" en Alsace, mais aussi les "Volkswagen" - font entendre leur voix et veulent entrer dans le Salon. En face d'eux, 200 à 300 CRS qui les neutralisent à coup de gaz lacrymo. En guise de réponse, les jets de pierre fusent. Le climat est plus que tendu. Inédit.


 
Pour mémoire, des salariés en colère s'étaient déjà massés devant les grilles du Salon de l'auto en 2008 sous le mot d'ordre "Tous au Mondial de l'Auto" puis en 2010 sous la bannière "Mondial de l'automobile : épisode II". Ils avaient pu y entrer, ce qui n'a pas été le cas cette fois-ci...; la solidarité et les convergences des luttes avec les salariés grecs, portugais, espagnols...


 
Un reportage d'Anaëlle Verzaux, de Sarah Lefèvre, Gaylord Van Wymeersch et d'Antoine Chao.
 
 
Programmation musicale :
  La Molex, par Les Grandes bouches 
 
 
3 e tour social I : Sur ce, je vous souhaite une très bonne semaine, que les déçus du front de Gauche, du NPA, et d’EELV ayant remplis leur devoir de «  vote » et déçu par celui-ci rejoignent le troisième tour social. AL d'avril est en vente (mais pas en kiosque)  Fronts anticapitalistes : Rompre avec le capitalisme plutôt que de lui résister

 

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

Cette année dans les secteurs industriels et tertiaires (PSA supprime 8000 emplois, air France veut supprimer 5122 emplois, carrefour pourrait supprimer 600 a 1000 emplois administratifs…) une centaine de milliers de CDI non renouvelé. Et nous oublions souvent les emplois qui disparaissent des PME et TPME.

 

La fermeture de PSA nous pend au nez

 

Dans le cadre du site d’Aulnay-Sous-Bois, l’usine une fois fermée génèrera un «  manque a gagner » qui touchera durement l’économie locale et pas seulement les entreprises de sous-traitantes de l’usine, mais les commerces, les services, etc….

 

Tout cela pour les sales gueules des capitalistes (propriétaires d’usines, d’entreprises, de terrains, de logements, etc.), qui pour maintenir leur profits, sont prêtes aujourd’hui a jeter qui gens d’hier se sont crevés au travail pour eux. Pour la survie du système qu’ils savent qu’ils ne sauveront pas, comme le prouve l’arrêt des subventions sur les usines métallurgiques, la sidérurgie et mine d’extraction de fer (grève de plus de plus de 8000 mineurs de plus de 40 mines de charbon dans le nord de l’Espagne, suite à la réduction de 64% des subventions, d’arcelor Mittal à annoncé, au cours d’un comité centrale d’entreprise, la fermeture définitive des deux hauts Fourneaux de Florange, etc….).

 

Biotech : c'est l'explosion en Europe et aux Etats-Unis !
Alors que le troisième trimestre vient de clôturer, les performances de certaines biotech ont de quoi laisser les investisseurs rêveurs. On trouve même des sociétés qui ont vu leurs cours multiplié par plus de 10 en moins de trois mois. Certes, le risque est présent dans ce secteur. Mais c'est aussi un excellent moyen pour dynamiser son portefeuille puisque dans son ensemble, le secteur procure des performances supérieures à +50% en Europe et aux Etats-Unis. C'est quatre à cinq fois mieux que pour les indices de références. Aussi, certaines biotech françaises disposant d'une faible valorisation et d'un newsflow favorable pourraient bien tirer leur épingle du jeu pour le quatrième trimestre.
Cf 
World Compagny : la fin de la crise?

 

 

PSA : c’est l’arbre qui cache la forêt

 

Que font les centrales syndicales ? Elles proposent une négociation avec le gouvernement sur le contrat de travail afin de sécuriser les situations personnelles des salarié-e-s. Elles ne s’opposent pas aux licenciements de masse, mais souhaitent les aménager. Elles organisent des grèves de secteurs et des journées d’action isolées alors que nous sommes tous concerné-e-s par les conséquences de la crise du capitalisme. Elles soutiennent «  l’industrie » et « les emplois » mais sans remettre en question les cadences, les risques pour la santé, les conditions de travail et de vie que nous sommes contraint-e-s d’accepter, parce que « l’industrie » vaut beaucoup plus que nous, que notre temps libre, que nos vie.

 

L’autogestion, ca fait mal ?

 

Personne ne nous parle du fait qu’une usine peut tourner sans patron-ne, que les ouvriers peuvent très bien organiser le travail et la production en fonction des besoins et non de l’offre et de la demande, en prenant des décisions collectivement.

 

C’est ce que font les ouvrier-es de Zenon en argentine en 2001, leur patron s’était barré de l’usine de céramique  parce que la revente lui rapportait plus que son activité. Alors évidemment, ils et elles dépendent toujours des matières premières achetées et de la vente de leurs produits et services aux prix du marché, mais c’est un premier pas vers la réappropriation de leur mode de subsistance.

 

Ce n’est que par l’action directe, l’autogestion,

L’entraide et la solidarité de classe

Que les exploité-es de tous les

Secteurs pourront s’extraire

Du système capitaliste

Et de l’état, son

Principale protecteur

 

Autogestion - Wikipédia :

Dans sa définition classique, l’autogestion (du grec autos « soi-même » et du latin gestĭo, « gérer ») est le fait, pour un groupe d’individus ou une structure considérée, de prendre les décisions concernant ce groupe ou cette structure par l’ensemble des personnes membres du groupe ou de la structure considérée.
Cette définition peut s'appliquer, par exemple, en
France à un grand nombre d'associations.

Il existe cependant une autre définition, plus politique ; y sont intégrés d'autres paramètres avec une certaine variabilité. Ses postulats sont :

·         la suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés,

·         la transparence et la légitimité des décisions,

·         la non appropriation par certains des richesses produites par lacollectivité,

·         l'affirmation de l'aptitude des humains à s'organiser sans dirigeant.

Cette conception se construit en général explicitement contre des pratiques qualifiées de hiérarchiques, autoritaires, verticales, contre des formes de dépossession que constitueraient certains modes d'organisation. En d'autres termes, ce type d'autogestion permettrait une réappropriation d'une forme d'organisation collective.
Par ailleurs, cette définition permet des pratiques d'autogestion qui ne se limitent pas au seul champ économique

 

Ils en parlent :

 

Reportage sur l'autogestion ( google)

Histoires de guerrillas au mexique - Vidéo Dailymotion

UtopLib - Utopies libertaires: LIP : reportage TV de 1973 : 1973. Fabrique horlogèreLIP(Palente, Franche-Comté). Annonce de la liquidation de l'entreprise. Les ouvrier(e)s reprennent la production à leur compte. Expérience d'autogestion. La télévision française est allée enquêter et a donné la parole aux intéressés. Vingt minutes d'histoire

TagTélé - Aprés la crise ; l'autogestion (vostfr)

Source Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue ! – anarkia : « Bienvenue dans Anarkia. Mon blog a pour but d’expliquer la crise permanente » du capitalisme, ces dérives, les enjeux d’hier et de demain »

 

Grèce : Plusieurs milliers de manifestants se sont a nouveau regroupé devant le parlement
Αthens, right now
 
une photo de Actualutte - l'information insoumise et révoltée.
Grèce : Plusieurs milliers de manifestants dans les rues alors que l'avion d'Angela Merkel vient d'atterrir à l'aéroport.
‎#GRECE : 13h15. Live sur http://actualutte.com/live-le-merkel-day-9ogr/
#greece #greekrevolution #globalrevolution  

 

22/09/2012

Roms : la commune humanité bafouée

 

Roms : la commune humanité bafouée
 
 
roms,la commune humanité bafouée,pétition,la borne passante, Ces anciens fachos qui nous... gouvernent.surveillance, société privé, privatisation de la sécurité, alain bauer, le consortium de la peur, la bande à bauer, l’idéologie sécuritaire ,

Le nouveau gouvernement a choisi la continuité avec l’ancien : la politique d’expulsion des camps de « Roms » étrangers continue de plus belle. Aux mêmes motifs. Avec à peu près les mêmes mots, les mêmes images. Avec les mêmes présupposés et les mêmes conséquences. À commencer par l’ethnicisation de familles issues de lieux et d’histoires multiples, qui ne se reconnaissent pas nécessairement de destin commun, sauf celui auquel on les assigne : le cercle vicieux de la misère et de l’exclusion.

Cela, nous ne voulons, nous ne pouvons pas l’accepter. Il y a deux ans, il importait déjà de se dresser en opposition à la politique de stigmatisation et de persécution menée sous la houlette de Nicolas Sarkozy, dans l’esprit du discours de Grenoble, contre les Roms et les gens du voyage. C’est avec la même détermination que nous nous élevons aujourd’hui contre la politique menée aux dépens des Roms sous la responsabilité du président de la République et de son premier ministre par leur ministre de l’Intérieur.

Manuel Valls renoue en effet avec une rhétorique qui avait mené un de ses prédécesseurs à la présidence de la République, et la République au bord de l’abîme. Or combien sont-ils, ceux qu’on veut expulser? 12 000 ? 15 000 tout au plus ? Sont-ils à ce point une menace pour l’ordre public qu’il faille impitoyablement les déloger sans solution de rechange ?

Si les nouveaux responsables invoquent autant la sécurité que les anciens, ils revendiquent (à l’instar de François Hollande pendant la campagne) un juste milieu entre « fermeté » et « humanité ». Mais qui peut croire que c’est pour leur bien qu’on détruit le lieu de vie de ces migrants ? En tout cas, pas les premiers intéressés. Car ils l’ont vite compris : si l’on se souciait tant de leur bien être, on ne les abandonnerait pas ensuite à leur sort, en oubliant de les reloger. Ils ne font qu’aller un peu plus loin. S’ils parviennent à se cacher, c’est au risque d’être encore plus abandonnés à eux-mêmes et privés des droits sociaux les plus élémentaires. Déplacer ainsi les gens, c’est bien sûr redoubler leur précarité, et faire obstacle à la scolarisation de leurs enfants.

Certes, Jean-Marc Ayrault préconise la concertation. Mais sur le terrain (faut-il s’en étonner ?), ces engagements ne sont pas respectés. Des centaines de familles se retrouvent dans des situations inextricables. À Lyon comme à Lille ou à Marseille ou en région parisienne, le travail des associations de bénévoles a été ruiné en quelques heures. En Essonne, plusieurs expulsions de bidonvilles ont eu lieu sur arrêtés municipaux, sans solution de relogement réel. Dans de nombreux départements, trop de communes tentent de ne pas scolariser les enfants Roms.

La majorité gouvernementale croit-elle donc qu’en agitant les peurs sécuritaires, elle échappera au reproche de « laxisme » ? C’est tout le contraire : dans ce domaine, elle n’ira jamais assez loin. La droite, en attendant peut-être l’extrême-droite, fera toujours mieux, c’est-à-dire pire. La gauche gouvernementale le paiera donc cher, y compris dans les urnes. En tout cas, les sondages suggèrent déjà qu’elle n’y gagne rien – pas plus qu’hier la droite au pouvoir. Seul le Front national pourra récolter les fruits de cette politique.

En outre, les concessions au populisme identitaire et sécuritaire ne feront pas avancer le pays dans sa mobilisation citoyenne face à la dictature des marchés et aux destructions d’emploi, bien au contraire. S’en prendre aux Roms ne suffira donc nullement à gagner les suffrages populaires. Cela ne peut que diviser, affaiblir là où il faut rassembler, agir. Singer la droite ? C’est décidément un mauvais calcul.

Il ne suffira pas davantage de renvoyer cette réalité migratoire à son origine – en l’occurrence la Roumanie, ainsi que la Bulgarie. Comme dans de nombreux pays de l’Europe de l’Est, la violence ordinaire vis-à-vis des « Tsiganes » se poursuit et risque de s’intensifier à mesure que la situation économique se dégrade. En même temps, la légitimation par l’État français de leur caractère indésirable ne peut que renforcer ce racisme.

Surtout, plutôt que de faire peser cette migration sur les gouvernements nationaux d’origine, comme l’a fait le ministre de l’Intérieur, il faut faire valoir une responsabilité de l’Union au lieu de mettre en péril l’idéal européen en la réduisant aux politiques néolibérales sans même la caution des droits de l’homme. Bref, il faut que Viviane Reding, commissaire européenne aux Droits fondamentaux, parle haut et fort comme en 2010, et non qu’elle soit réduite au silence face à l’État français.

Nous ne ressentons pas moins d’indignation qu’alors ; en revanche, notre colère est plus grande. Pourquoi changer de Président, sinon pour changer de politique ? Or plus ça change, plus c’est la même chose : les Roms sont encore et toujours pris pour boucs émissaires. Au lieu de jouer à son tour sur les peurs et les ressentiments, ce gouvernement aurait pu faire le pari des valeurs démocratiques : la liberté et l’égalité, pour les Roms aussi. Nous en sommes loin. Après l’éviction de la droite éhontée, on assiste à l’avènement d’une gauche honteuse.

Aujourd’hui, nous voulons donc interpeller la majorité gouvernementale : Rien ne vous oblige à ce choix. Il est contraire aux principes que vous revendiquez ; pour autant, il n’est pas davantage dans vos intérêts. Votre responsabilité n’en est que plus grande. Nous vous tenons donc comptables aujourd’hui, comme l’histoire vous tiendra comptables demain, de cette banalisation de la xénophobie et du racisme par l’État français, au mépris des leçons du passé et des menaces qui pèsent sur l’avenir.

 

 

Les premiers signataires :

Karim Abboub, psychanalyste
 Benjamin Abtan, Président du Mouvement Antiraciste Européen EGAM 
Michel Agier, directeur d'études EHESS
 Eric Alliez, Philosophe, Université Paris 8 / Kingston University 
Jean-Loup Amselle, anthropologue Etienne Balibar, philosophe 
Fethi Benslama, Professeur de Psychopathologie
 Anne Emmanuelle Berger, professeure de littérature et d'études de genre, Paris 8 
Jacques Bidet, professeur émérite à l'Université de PARIS OUEST 
Bertrand Binoche, professeur à Paris-I 
Luc Boltanski, directeur d'études à l'EHESS 
Matthieu Bonduelle, président du Syndicat de la magistrature
 Frank Burbage, Professeur de philosophie 
Alain Brossat, Professeur de philosophie (émérite), Université Paris 8 
Cécile Canut, linguiste, Paris Descartes 
Alice Cherki, psychiatre, psychanalyste, essayiste
 Ariane Chottin, psychologue Nathalie Chouchan, Professeur de philosophie 
Hélène Cixous, Ecrivain Olivier Clochard, président de Migreurop 
Michèle Cohen-Halimi, maître de conférences en philosophie à l'Université de Paris Ouest Nanterre
 Patrice Cohen-Séat, Président d'Espaces-Marx Catherine Coquio, professeure de littérature à Paris-Diderot (Paris 7)
 Philippe Corcuff, maître de conférences à l'IEP de Lyon et membre du conseil scientifique d'Attac 
Claude Corman, cardiologue Marie Cuillerai, département de philosophie de Paris 8 
Jean-Pierre Dacheux, docteur en philosophie 
Françoise Dastur, Professeur honoraire des universités, Archives Husserl de Paris 
Marianne Denicourt, comédienne Ivaylo Ditchev, Professor of cultural anthropology
 Suzanne Doppelt, auteur Stéphane Douailler, Professeur de philosophie, Université Paris 8
 Espaces Marx Eric Fassin, sociologue, Paris 8 
Michel Feher, philosophe, président de l'association cette France-là 
Goran Fejic, analyste politique, ancien fonctionnaire international Franck Fischbach, Philosophe, Univ. Nice 
Sophia-Antipolis Geneviève Fraisse, philosophe, directrice de recherches CNRS 
Frédéric François, linguiste Marie Gaille, philosophe, chargée de recherche au CNRS
 Patrick Gonin, Enseignant chercheur Université de Poitiers 
Elisabeth Gauthier François Gèze, éditeur Lisa Ginzburg, journaliste
 Alfredo Gomez-Muller, Professeur Université de Tours
 Robert Guédiguian, cinéaste 
Serge Guichard, Association de Solidarité en Essonne aux Familles Roms 
Hugo Haas, architecte, La Cigüe 
Jean-Frédéric de Hasque, réalisateur – anthropologue 
Chantal Jaquet, Philosophe, professeur à l'université Paris1-Panthéon-Sorbonne
 Alain Joxe, ancien directeur d'études à l'EHESS, directeur du CIRPES
 Alain Keler, Photographe 
Françoise Kerleroux, linguiste, professeur à la retraite, Paris 10 Nanterre 
Cécile Kovacshazy, maître de conférences en littérature comparée 
Denis Lachaud, écrivain 
Thomas Lacoste, cinéaste et éditeur, La Bande Passante
 Catherine Larrère, Université Paris 1 Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire
 Jean-Pierre Lefebvre, Ecole Normale Supérieure 
Olivier Legros, MCF Université de Tours et membre Urba-Rom 
Catherine Lévy, sociologue 
Jean-Marc Lévy-Leblond, Professeur émérite de l'université de Nice 
Jean-Pierre Liégeois, sociologue 
Daniele Lochak, universitaire, présidente honoraire du Gisti
 Isabelle Lorand, chirurgienne, responsable Droits et liberté PCF 
Michael Löwy, directeur de recherches émérite au CNRS, Paris 
Seloua Luste Boulbina, Directrice de programme, Collège International de Philosophie 
Charles Malamoud, Indianiste, directeur d'études honoraire, Ecole pratique des hautes Études 
Philippe Mangeot, enseignant 
Nicolas Martin-Granel, chercheur associé à l'ITEM (CNRS/ENS) 
Stéphane Maugendre, président du Gisti Jacques Message, 
Chaire supérieure de philosophie (Amiens) 
Renée Le Mignot co-présidente du MRAP 
Christophe Mileschi, écrivain, italianiste 
Ariane Mnouchkine, metteuse en scène 
Richard Moyon, Réseau Education sans frontières, RESF 
Laurent Mucchielli, sociologue Jean-Luc Nancy, philosophe 
Pap Ndiaye, historien EHESS 
Catherine Neveu, Directrice de recherche au CNRS
 Gérard Noiriel, EHESS, Paris 
Bertrand Ogilvie, professeur de philosophie, psychanalyste, université Paris 8-Saint
 Denis Salvatore Palidda, DISFOR-UNIGE, Universita' degli Studi di Genova 
Claude Pennetier, Directeur du Maitron, chercheur CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle Germinal Pinalie, Revue Classes Mathieu Potte-Bonneville, Collège International de Philosophie / ENS de Lyon Jean-Luc Poueyto, anthropologue, Université de Pau et des Pays de l'Adour Vincent Rafis Isabelle Rèbre, cinéaste Marie-Joëlle Redor, Enseignant chercheur à l'Université de Caen Basse-Normandie Judith Revel, philosophe, maître de conférences, univ. paris 1 panthéon-sorbonne Revue Vacarme Claire Rodier, vice-présidente de Migreurop Diogo Sardinha, Directeur de programme au Collège international de philosophie Pierre Sauvêtre, Doctorant en science politique, chargé de cours à Sciences-Po Paris Guillaume Sibertin-Blanc, Philosophe James T. Siegel, anthropologue émérite, Cornell University Andrée Tabouret-Keller, linguiste Sébastien Thiéry, politologue Louis-Georges Tin, président du CRAN Michel Tort, psychanalyste Transform! Eleni Varikas, Professeur émérite, Université Paris 8 Patrick Vauday, Professeur à l'Université Paris 8 Patrice Vermeren, Directeur du département de philosophie, Paris 8 Sophie Wahnich, historienne, directrice de recherche au CNRS 

 

 

N'hésitez pas à diffuser largement cet appel.

 

 

roms,la commune humanité bafouée,pétition,la borne passante,ces anciens fachos qui nous... gouvernent.surveillance,société privé,privatisation de la sécurité,alain bauer,le consortium de la peur,la bande à bauer,l’idéologie sécuritaire


 

 

 

roms,la commune humanité bafouée,pétition,la borne passante, Ces anciens fachos qui nous... gouvernent.surveillance, société privé, privatisation de la sécurité, alain bauer, le consortium de la peur, la bande à bauer, l’idéologie sécuritaire ,La Bande Passante

Le Passant Ordinaire

Editions du Passant

L'Autre Campagne

L'Autre Association

 

Acquérir ou diffuser les films LBP
Soutenir LBP

 

  

 roms,la commune humanité bafouée,pétition,la borne passante,ces anciens fachos qui nous... gouvernent.surveillance,société privé,privatisation de la sécurité,alain bauer,le consortium de la peur,la bande à bauer,l’idéologie sécuritaire

Sans consigne de vote, notez que La voix des Rroms ne signe, ni ne relaie, cette pétition. Explication ici: Le déni d’identité ne rétablit pas la commune humanité! | La voix des Rroms
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu