Avertir le modérateur

16/07/2017

Dans le secret de la violence sociale

n

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d'hommes (et de femmes) dans ses rouages silencieux et bien huilés.
La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d'abolir la première.
La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d'étouffer la seconde en se faisant l'auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
Il n'y a pas de pire hypocrisie de n'appeler violence que la seconde, en feignant d'oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

 

 
 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus, chaussures et texte

 Violences policières : Un rapport publié mercredi recense les violences policières exercées contre les opposants à la loi travail depuis le début des manifestations.Violences policières : le rapport accablant de «Reporterre» LIBERATION.FR

À l'heure où le gouvernement cherche 9 à 10 milliards d'économies dans les services de l'Etat, je me permets de lui signaler qu'il en trouverait déjà la moitié en renonçant à recapitaliser AREVA !Il aurait pu aussi se refinancer sur google, mais a croire que le monde se divise en deux catégories . Google n'aura pas à payer 1,1 milliard d'euros d'impôts
Verdict.
Le tribunal administratif de Paris vient de donner raison au géant américain Google qui contestait un redressement fiscal de 1,115 milliard d'euros, estimant que sa filiale irlandaise, responsable de ses opérations européennes, n'était pas imposable en France. «La société irlandaise Google Ireland Limited (GIL) n'est pas imposable en France sur la période de 2005 à 2010», a résumé le tribunal.

 
 

 
Cécil Mévadat - "La Violence" (Jaurès, 1906) - YouTube


 Marlène Schiappa : «Les subventions en direction des associations sont maintenues» Ce week-end, le Journal du Dimanche a relayé les inquiétudes d'associations prenant en charge la prévention des violences sexuelles et sexistes et l'accompagnement des victimes, informées d'une probable baisse de 25% du budget qui leur est consacré.

 

En 2011, François Hollande en campagne électorale se rendait devant l'usine Goodyear d'Amiens avant sa fermeture et prenait des engagements rassurants, mais non suivis d'effet. A Goodyear comme en bien d'autres usines, la colère des salariés déçus qui voulaient préserver leur emploi a alors laissé place à des manifestations déterminées, quelquefois violentes. Le réalisateur s'est lancé dans une plongée dans le monde du travail, a rencontré des centaines de salariés, d'ouvriers. Ceux qui hier ont été confrontés à des occupations d'usines, à des séquestrations de patrons, à Sony, Molex, Caterpillar, Sodimatex, Continental.
 
Dans le secret de la violence sociale - YouTube

 

Luttesinvisibles

Plus de 300 000 suppressions d'emplois en cours ou envisagées (hors projets Macron...)

ET SI TOUTES LES VICTIMES DEJA PROGRAMMEES DES LICENCIEMENTS SE RETROUVAIENT LE 12 SEPTEMBRE
Liste non exhaustive de "plans sociaux", fermetures, liquidations, licenciements et suppressions de postes en cours, projetés ou dans l'air.
Au total plus de 300 000 suppressions d'emplois annoncés ou en prévision depuis 2016, courant 2017 et plus de 320 000 si on va un peu au delà de fin 2017 (les chiffres et les estimations citées sont données soit par la presse soit par les organisations syndicales). Et bien sûr, tout cela indépendamment des projets de suppressions de postes de fonctionnaires par Macron...
1. Périscolaire 20 à 30 000
2. Hôpitaux, 22 000

...

55. Nestlé ?
356. Chocolaterie Monbana ?
357. William Saurin ?
358. Filiaire dentaire, 30 000 ?

et tellement d'autres dont les collectivités territoriales soit 100 000 suppressions d'emplois selon l'estimation de la CGT puisque la moitié des collectivités territoriales envisagent des licenciements et d'autres encore dans de multiples associations sociales et culturelles qui liquident faute de subventions et que Bastamag estime à 30 000 suppressions d'emplois, ce qui est le cas chaque année depuis 3 ans. Et à tout cela, il faut rajouter les emplois induits...

Source  la photo de Luttesinvisibles.

 

 Les maîtres ne sont pas à choisir, mais à destituer ! Jadis, le roi était sacré, doté de pouvoirs magiques et oint d’une huile miraculeuse. Entrant dans les bonnes villes de France, honoré de bustes et de médailles, il régnait "sur ordre de Dieu". Mais Dieu est mort entre-temps, et une Révolution plus loin, il fallait trouver un moyen pour que l’Etat absolu que les rois avaient créé survive. Ce moyen, ce fut la souveraineté du peuple, vous savez : celui qu’on réduit en bouillie pendant les guerres, celui que l’on hypnotise au moyen de la télévision, celui à qui l’on vole le fruit de son travail en lui disant qu’il est moins intelligent que le patron qui le dirige 

 

28/03/2016

Le travail à tout prix ?

 

 

De Béa Ausardia 26 mars, 14:55 ·

 

Les salariés mis dans l'obligation de demander et d'attendre l'accord par mail de leur chef pour aller aux toilettes... mobilisés !

L. O. "Teleperformance : les c…, ça ose tout
A Blagnac, les patrons de Teleperformance, le leader mondial des centres d'appel, envisagent d'imposer aux salariés de faire une demande par email avant chaque pause-pipi. Ils ont réalisé l'an passé 3,5 milliards de chiffre d'affaires sur le dos des travailleurs, mais ils en veulent plus, en grappillant quelques minutes par-ci, par-là.
Le CHS-CT a dénoncé ce projet, et la direction hésiterait à mettre en application son idée. La pression des travailleurs, qui ont débrayé, devrait l'aider à ne plus hésiter et à retirer son projet pour de bon. Mais cela illustre la bêtise et la rapacité de certains patrons qui vont chercher leurs « idées » dans les WC."

 
 

Citation la publication de Le travail à tout prix ? : De l’école à l’hôpital en passant par l’Etat, le chercheur Thibault Le Texier montre dans son ouvrage «Le Maniement des hommes» que plus aucun territoire n’est imperméable aux méthodes managériales, au risque de ne plus juger l’individu qu’à l’aune de l’efficacité.

 
 
 
LIBERATION.FR
 

Une nouvelle idée de La Poste, qu'ils disaient. Monistrol-sur-Loire. Après avoir quitté, en larmes, son poste de travail à La Poste, une factrice s’est donnée la mort au domicile de ses parents. C’était le 15 février dernier, à Sainte-Sigolène. La jeune fille avait 21 ans.

 
AMSPACHER |
  • d'Optim'services, réunie autour Xavier Roche. 160.000 salariés SNCF recours services nouvelle entité.

    d'Optim'services, réunie autour de Xavier Roche. 160.000 salariés de la SNCF ont recours aux services de cette nouvelle entité. - Photo Samuel Croix

     


    Business case En rassemblant, sous une même ombrelle, nombre de services support de la SNCF, le directeur général de la nouvelle structure, Xavier Roche, vise des prestations optimisées en coût et en qualité.

La SNCF fait les choses en grand. Le 26 janvier, les 500 cadres de la direction des centres de services étaient conviés dans les lounges du Stade de France. Officiellement, il s'agissait de parler de décloisonnement et d'organisation.

Rassemblés depuis l'hiver dernier par la juxtaposition de plusieurs centres de services (paie, comptabilité, RH, SI, environnement du travail) et centres de services partagés issus des trois établissements publics (Epic) de la SNCF, ces 5.500 agents ne sont guère rodés à travailler ensemble. Ce séminaire parisien était donc l'occasion pour ces cheminots, venus de toute la France, de découvrir leur feuille de route, ainsi que la nouvelle identité de leur direction, Optim'services. A en juger par les visages ébahis, ce secret avait été bien gardé.

Compliments et mises en garde

En quelques formules bien choisies, Jacques Rapoport, président délégué du directoire de la SNCF et président de SNCF Réseau, a planté le décor :

- une baisse nette de la confiance des pouvoirs publics sur le sujet de la sécurité depuis les accidents de Brétigny et d'Eckwersheim,

la montée de la concurrence intermodale encouragée par la loi Macron - notamment celle des autocars low cost -,

enfin la stagnation des ressources publiques alors que la rénovation du réseau exige des recettes supplémentaires.

« A ce titre, l'organisation de fonctions transverses sous forme de CSP constitue un facteur de performance et d'économies d'échelle s'inscrivant dans le cadre des plans Excellence et Réseau 2020 », a-t-il éclairé. Alternant les compliments et les mises en garde, le président Rapoport a cherché à mettre les équipes sous tension. Evoquant la bascule des systèmes d'information des trois Epic de la SNCF sur le système HR Access, en juillet, il a parlé d'« une oeuvre titanesque qui a parfaitement réussi grâce à la mobilisation des métiers », mais il a toutefois pointé le retard des agents en matière de digital.

Tout au long de ce « séminaire des 500 », il fut abondamment question de numérique, la clef de la transformation, selon Xavier Roche, le directeur général d'Optim'services.

Maîtriser les coûts de fonctionnement

Après avoir annoncé l'équipement de tous les agents en smartphones qui leur permettront moult opérations en ligne, il a dévoilé son plan : délivrer une meilleure qualité de services aux 160.000 bénéficiaires tout en maîtrisant les coûts de fonctionnement. Pour y parvenir, la feuille de route est stricte et exigeante : simplifier les process pour optimiser la gestion administrative, industrialiser - en particulier la mise à jour des dossiers du personnel - puis réorganiser les offres. « La production de services est bonne, mais la satisfaction des clients internes est modérée, car l'offre est confuse. Joindre le bon interlocuteur n'est pas simple, quelle que soit la question (facture fournisseur, note de frais, procédure de recrutement, etc.). »

A moyen terme, l'ex-directeur financier de RFF espère également éradiquer le papier et constituer un portail unique d'accès à l'ensemble des services. A la manoeuvre, un cabinet interne d'excellence opérationnelle, dirigé par un ancien de McKinsey, devrait permettre d'atteindre les 2 % annuels de productivité visés. En priorité, « pour fluidifier, les équipes travailleront sur une organisation de bon sens », a annoncé l'ex-consultant Stéphane Boulanger. « Au moment de l'ouverture à la concurrence, l'entreprise se doit de se présenter le plus svelte possible. L'Etat ne pourra durablement financer une entreprise qui ne se situe pas aux standards du marché », a de son côté insisté Xavier Roche. S'il ne fut jamais question de « lean management », la thématique affleurait.

Présent au grand complet, le comité de direction d'Optim'services s'est toutefois voulu rassurant sur l'emploi. « En délivrant des services de qualité, les agents d'Optim'services permettent aux cheminots d'accomplir leur métier, faire rouler les trains », a rappelé Xavier Roche, avant de s'engager : aucune activité ne sera « off-shorisée », nulle menace de plan social ne plane. « Optim'services, en revanche, doit maigrir », a t-il reconnu. Afin de « prendre sa part » du plan de 1.400 suppressions d'emplois de SNCF en 2016, les départs en retraite ne seront pas remplacés et certains postes disparaîtront : « Déchargés de tâches sans valeur ajoutée, les agents pourront se concentrer sur les demandes les plus complexes. »

Les ateliers ont, par grappes, abordé les notions de digital, de productivité et de performance. Ils ont aussi présenté divers métiers d'avenir : analyste paie, contrôleur interne, chef de projet solutions SI, etc. A leur issue, les managers ont reçu un kit de communication incluant une vidéo sur le sens de la réforme. A eux désormais « d'embarquer » leurs équipes et de transformer cette direction en « centre de valeur ajoutée ».

La signification du mot « néolibéralisme » a beaucoup varié au cours du temps : le terme n'est pas du tout consensuel et son utilisation requiert une grande prudence, tant il a oscillé entre différentes significations :

Lorsqu’il apparaît, en 1844, le terme désigne -de manière assez générale- une forme de libéralisme qui admet une intervention limitée de l'État[2].

A la fin des années trente, des économistes français -comme notamment Auguste Detœuf ou Louis Marlio- utilisent ce terme pour désigner une forme de libéralisme qui n’est pas forcément synonyme de laissez-faire (on parle alors de libéralisme manchestérien)..
Dans cette lignée, (Depuis les années 50, jusque vers la fin des années 70 ), le mot a une signification proche de social-libéralisme. Dans ce sens Donald Moggridge présente John Maynard Keynes comme l'un des premiers néolibéraux à défaut de meilleur terme pour le qualifier[3]. Quoi qu'il en soit cette forme de libéralisme émerge à la même époque que l'ordolibéralisme allemand avec lequel il est intéressant de le comparer.

À partir des années soixante-dixMilton Friedman et de Friedrich Hayek le mot néo-libéralisme prend un autre sens. À partir de Michel Foucault, le néolibéralisme est alors présenté comme une technique de gouvernement, une politique économique et sociale étendant l'emprise des mécanismes du marché à l'ensemble de la vie. ,. Le contexte économique marqué par la fin du système de Bretton Woods relance les discussions entre écoles économiques et leur intensité a contribué à populariser ce terme.

Dans le débat contemporain, (il est vrai très controversé, sinon polémique depuis les années 70 ), le terme « néolibéral » est couramment utilisé par les courants critiques du libéralisme pour qualifier leurs adversaires.


A lire : « lean management »Le prix a payerLes Mulliez, une famille en or

13/07/2014

L'éloge de la "paresse contestataire"

n

utopie.jpg

UTOPIE

Henri Salvador - Le travail c'est la sante (1965) - YouTube : Donner libre cours à sa paresse. Il se couche pour un repos bien mérité qui durera - espère-t-il - plusieurs semaines...

 

L'an 01 - YouTube : On arrête tout et on réfléchit" "On nous dit: Le bonheur c'est le progrès faites un pas en avant. Et c'est le progrès... mais ce n'est jamais le bonheur. Alors si on faisait un pas de côté! Si on essayait autre chose! Si on faisait un pas de côté, on verrait ce qu'on ne voit jamais."

 

Tout n’était pas à jeter dans le désir de renouveau des révoltés de 68 : sans doute aurait-il fallu honorer la quête métaphysique qu’il recelait. Réguler les inclinations utopistes pour que l’utopie ne soit pas portée au pouvoir.

 

« Être capable d’inventer, plutôt que se résigner à reproduire, tel fut l’un des grands axes de cette quête spirituelle de Mai-68. "La barricade ferme la rue, mais elle ouvre la voie..." "Sous les pavés, la plage !" En Mai-68, le rêve semblait redevenir possible, chez cette génération de jeunes, pour qui le progrès technique et l’amélioration du train de vie ne constituaient plus des finalités pouvant donner sens à la vie. On peut aller jusqu’à parler de quête métaphysique. L’art semblait à portée de main pour tous. Il s’agissait de laisser libre cours à l’expression, d’apprendre à ne pas juger les oeuvres à partir de normes techniques, mais à partir de la seule inspiration. "N’allez pas en Grèce cet été, restez à la Sorbonne", voyait-on écrit sur les murs de l’université parisienne. Chacun était appelé à trouver sa place dans la prestigieuse Sorbonne. On a beaucoup rêvé en Mai-68 d’une société où chacun serait reconnu dans ses compétences et serait appelé à développer ses talents. Ces désirs, trop souvent tus ou annihilés par l’organisation sociétale, étaient appelés à prendre leur revanche. »

 

Il était une fois Franquin la gaffe | Le monument de la BD belge ... :

Franquin c'est le papa de Gaston Lagaffe, ce petit homme malicieux, gaffeur, politiquement et totalement incorrect. Le pape de la BD belge mort en 97 a écrit les plus belles pages de Spirou. Franquin s'expose en ce moment à Bruxelles. 

 


 

Sauf que cet inventeur gaffeur ne cesse, certes sans le vouloir de saboter la bonne marche de l'entreprise et des outils de production qui vont avec. Gaston est un fouteur de merde malgrés lui. Un grain de sable On ne nira pas jusqu'à poussé le bouchon et dire que Gaston ira garnir l'internationiste, organisation né comme lui en 1957. Néanmoins Gaston a parfaitement incarné le fameux graffiti de Guy Debors : " Ne travaillez jamais".  

 

Gaston, c'est juste une liberté incroyable Il a la liberté d'inventé. Il a la liberté de la donne. C'est peu être pour cela qu'il est révolutionnaire »   

 

gastonlagaffe

  

Gaston Lagaffe - YouTube : Gaston Lagaffe teaser  :

 

 

 

L'An 01 - part 1/9 - YouTube :

 

 Le Péril Jeune - YouTube 

 

 

 

Avant Alexandre le bienheureux ! - YouTube :  :01-Alexandre le bienheureux - YouTube :

Alexandre le Bienheureux / 1968 "Le ciel, la terre et l'eau" - YouTube : 

Télérama :Avec une verve heureuse, Yves Robert fait l'éloge de la paresse. Non, un homme qui refuse le travail ne se dégrade pas. Il retrouve sa liberté naturelle, le goût de flâner, d'admirer la nature, de pêcher à la ligne. Il y a dans la campagne buissonnière d'Alexandre quelque chose des contes ironiques et poétiques de Marcel Aymé. 

 

 

 

Il s’agit d’ Alexandre le bienheureux !
Allez, pour mon plaisir et j’espère également le vôtre, cet hymne
ultime à la nature, au fait de prendre son temps de vivre et
d’apprécier les choses, commence tout de suite dans la bande
annonce que je vous incite à découvrir ci-dessous… on n’en fait plus
des comme celle-là !!

 

 Alexandre le Bienheureux - Vidéo Dailymotion : Alexandre le Bienheureux 

Yves Robert a peint, avec de continuelles trouvailles comiques, une communauté paysanne pour laquelle il éprouve visiblement une vraie tendresse. Philippe Noiret incarne superbement cet Alexandre sympathique qui pourrait être un cousin de monsieur Hulot. Un véritable film de fête.

 

 

 

 Jour de fête  © Les Films de Mon Oncle.

Jour de fête © Les Films de Mon Oncle. 

Жак ТАТИ " Les vacances de monsieur Hulot" on Vimeo

 

Les Vacances de Monsieur Hulot © Les Films de Mon Oncle.

Les Vacances de Monsieur Hulot © Les Films de Mon Oncle.

 Mon oncle © Les Films de Mon Oncle.

 

Mon oncle © Les Films de Mon Oncle

 

PlayTime © Les Films de Mon Oncle.

 

 PlayTime © Les Films de Mon Oncle

 

Trafic © Les Films de Mon Oncle.

 

Trafic © Les Films de Mon Oncle.

Bande annonce


 

Archives cinématographiques indispensables, 16 documentaires éclairant les dimensions ouvrière et paysanne de Mai 68.

Ce coffret de films documentaires, auquel Le Monde diplomatique a voulu s’associer, évoque un temps où le fond de l’air était rouge, à Paris comme à Berlin, à Mexico comme à Los Angeles, à Varsovie, à Prague…

Quarante ans après mai 1968, les commémorations médiatiques en ont surtout retenu le mouvement étudiant. Mais ce fut aussi le plus grand mouvement social de l’histoire de France, annoncé par d’âpres conflits ponctuels dans certaines usines, et suivi d’une vague durable de grèves.

Ainsi, entre 1971 et 1975, on dénombre en France quatre millions de journées de grèves annuelles : huit fois plus qu’entre 1990 et 1995. De l’usine Rhodiaceta à Besançon (1967) au Joint français à Saint-Brieuc (1972), un arc de contestations réveille le pays. Dans la chaleur des occupations, ouvriers et ouvrières forgent des utopies et pensent l’impensable.

Ces mobilisations payent : tour à tour sont arrachées des augmentations significatives de salaires, la réduction du temps de travail et la reconnaissance de la section syndicale d’entreprise (1968), la quatrième semaine de congés payés (1969), la participation des immigrés aux élections professionnelles (1972). Le compromis établi après-guerre entre capital et travail paraît basculer en faveur du salariat. Plus tard viendront la crise, le chômage, l’essoufflement d’un élan…

De cette histoire sociale et politique souvent gommée des livres et que les choix actuels des gouvernements occidentaux voudraient anéantir, il reste des images. Le Monde diplomatique apporte son concours aux Éditions Montparnasse pour vous les rendre à nouveau accessibles. Avec l’espoir que cette mémoire fertilise les combats sociaux de demain.

Chapitre 1 : 1967-1968. Le vent se lève

« Le Premier Mai à Saint-Nazaire » / « Berlin 68-Rudi Dutschke » / « La Glu »

Chapitre 2 : Premières grèves dans l'industrie

« Cléon » / « Nantes Sud-Aviation »

Chapitre 3 : Mai 68 à Paris. L'explosion

« Ce n'est qu'un début » / « Le Joli Mois de mai »

« CA13, Comité d'action du 13e » / « Mikono » / « Le Droit à la parole »

« Avec les cheminots du dépôt SNCF de Paris Sud-Ouest »

Chapitre 4 : Les grèves d'occupation (du côté des ouvriers)

« Oser lutter, oser vaincre » / « Citroën-Nanterre »

« La Reprise du travail aux usines Wonder »

Chapitre 5 : Du côté des paysans

« Écoute Joseph, nous sommes tous solidaires »

Chapitre 6 : Juin 68 ou le retour à l'ordre

« Les Deux Marseillaises »
Fiche technique :

de témoignages d’époque très poignants et très révélateurs sur les violences policières en mai 68. Ces témoignages sont entrecoupés de scènes de guérilla urbaines. Il s’agit d’un montage réalisé à partir d’extraits de l’excellent film de Jean-Luc Magneron « Mai 68, la belle ouvrage » qui est passé sur LCP le dimanche 18 mai 2008. Pour voir le film en entier, en meilleure qualité et selon le montage opéré par l’auteur, ou pour le remercier pour son excellent film, vous pouvez l’acheter par exemple ici : Mai 68 images rares (part1) - YouTube  Pour comprendre les origines du mouvement de mai 68, découvrez les actualités d' Eclair, inédites et non censurées, diffusées dans les salles de cinéma de l'époque, en 16mm.

  

La Bande dessinée (Documentaire 1974) - YouTube :  

Ciné-club : Mai 68 au cinéma - Ciné-club de Caen :

 

Le cinéma de Mai 68 - La boutique du Monde diplomatique :

 

mai 68 - Témoignages sur les violences policières (vidéo d'époque ... : Cette vidéo est un ensemble

Petit abécédaire des 40 ans de Mai-68 - AgoraVox le média citoyen :

L an 01 Jacques Doillon, Gébé, Alain Resnais et Jean ... - YouTube : , L'an 01 (Year 01) - 1973 - English Subtitles (Sous-titres français en cours) : 

Images correspondant à documentaire gaston lagaffe

 

 

 Le cinéma de Mai 68 - La boutique du Monde diplomatique :

 

Le péril jeune Comédie dramatique réalisé en 1994 par Cédric Klapisch  
Avec Romain Duris , Elodie Bouchez , Vincent Elbaz ...  

Gaston Lagaffe

Date: juin 7, 2013Auteur: Frédéric Baylot Catégorie: Humoristique Tags : André Franquin

Navigation des articles

L'éloge de la "paresse contestataire" - L'indigné Révolté

 

Thème(s) : Arts & Spectacles| Cinéma

 

← La Flûte enchantée

Pacôme Sweet Homme →

Accueil , Cinéma , Comédie ,

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu