Avertir le modérateur

06/12/2016

Electricité le montant de la facture

n

La photo est mauvaise il devrait être dans le réacteur avec la tête qui dépasse :D

Le programme de François Filllon comporte une partie intitulée "Environnement et transition énergétique". Il y développe deux axes pour la défense du climat : le…
FRANCETVINFO.FR
 

« Impossible de faire des tracts si on n’est pas capable de dire l'essentiel en moins de 10 lignes, je tente donc le défis : La solution au problème du gaspillage énergétique n'est pas de remplacer une énergie en voix d'épuisement par un énergie dangereuse.Non ne réglera pas le problème de la fuite en avant de la dépense énergétique en substituant une énergie par une autre au fur et à mesure que l'on épuise les différentes ressources de la planète.La solution des problèmes énergétiques passent par le tryptique "Sobriété, Efficacité, Energies renouvelables" à mettre en œuvre avec l'éco-construction et la rénovation écologique des bâtiments. » 

Un thématique développée dans l'émission de Terre à Terre consacrée à l'éco-construction disponible en ligne ici :http://terreaterre.ww7.be/batir-ecologique.html : Les Amis de l’EcoZAC de la place Rungis A mettre d'urgence dans votre podcast en cliquant icihttp://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emiss...

Est ce que l'ère du "Non au Nucléaire" a été remplacé par l'ère du "Oui au Nucléaire"... et l'uranium  surfe sur la tendance.Si vous pensiez que les Etats-Unis avaient un problème avec le pétrole importé, vous savez maintenant que le pays a également un problème avec l'uranium.  C'est un problème de sécurité nationale, et c’est dramatiqueDéclaration du président français Nicolas Sarkozy à Rome

« Si l'Europe veut respecter ses engagements à l'aune de 2020, elle doit développer massivement les énergies renouvelables et développer le nucléaire. »24/02/2009 par France 24

 

Electricité le montant de la facture - YouTube

 

 Il y a tout juste vingt ans, l'Europe décidait de libéraliser totalement le marché de l'énergie. A la clé, une promesse : celle d'une électricité moins chère grâce au jeu de la libre concurrence entre tous les opérateurs. Au final, une chimère que les Européens paient au prix fort. Le prix moyen de l'énergie a augmenté de 42 % en huit ans,...

EXCLUSIF - «La situation du nucléaire est très préoccupante», selon le président de l’Autorité de sûreté

Après la découverte, au printemps 2015, d’un défaut dans la cuve du futur réacteur EPR de Flamanville, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a déclenché une campagne de contrôle sans précédent. Elle est loin d’être terminée. Son président, Pierre-Franck Chevet, souligne que la situation est « très préoccupante ». 

A lire : Pierre-Franck Chevet: «Il faut repenser le contrôle du nucléaire»

EDF: Greenpeace alerte sur l'avenir du groupe

Fessenheim: enquête sur un réacteur

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour faire la lumière sur l'anomalie détectée sur le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), après une plainte de Greenpeace et d'autres associations, a appris l'AFP hier soir de source judiciaire.

L'enquête, confiée à la gendarmerie, a été ouverte des mêmes chefs que ceux mentionnés par la plainte de Greenpeace, qui visait Areva et EDF: mise en danger délibérée de la vie d'autrui, usage de faux, utilisation d'un équipement à risques ne satisfaisant pas aux exigences essentielles de sécurité et déclaration tardive d'un incident risquant d'avoir des conséquences notables sur la sécurité de l'installation. 

Areva avait annoncé fin avril que des anomalies documentaires avaient été détectées dans le suivi des processus de fabrication d'équipements au sein de son usine du Creusot. Parmi ses irrégularités, l'une d'entre elles concernait la virole basse d'un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de Fessenheim.

En juillet, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait annoncé que le réacteur n°2 de la doyenne des centrales françaises, stoppé le 13 juin, devait être maintenu à l'arrêt en raison de cette anomalie. Pour Greenpeace, EDF a tardé à déclarer l'anomalie à l'ASN, en la dissimulant pendant un mois entre mai et juin 2016.

"Areva comprend qu'une enquête préliminaire aurait été ouverte mais n'en a pas été informé à ce stade", a indiqué hier soir une porte-parole du groupe, affirmant que ce dernier "se tient bien sûr à la disposition de la Justice et communiquera en toute transparence tous les éléments à sa disposition".

LIRE AUSSI:

» L'intrusion dans une centrale nucléaire sera plus sévèrement punie

LIRE AUSSI: Fessenheim, un dossier politiquement radioactif

Des centrales électriques "probablement" surévaluées et des coûts de démantèlement et de gestion des déchets "drastiquement" sous-estimés: une étude du cabinet d'analyse financière AlphaValue, commandée par Greenpeace, éreinte la stratégie nucléaire d'EDF et sa situation financière. 

Selon cette étude, publiée ce jeudi, intitulée "EDF asphyxiée par le nucléaire", "la principale inquiétude" pour l'électricien concerne un "sous-provisionnement" des coûts du démantèlement des réacteurs et de la gestion des déchets."Entre 57,3 et 63,4 milliards d'euros en 2025"Ces comparaisons "doivent être analysées avec prudence car il y a des paramètres différents entre les pays qui expliquent les différences", a réagi auprès de l'AFP EDF, évoquant le périmètre considéré, ou l'effet de standardisation à attendre en France du fait d'un parc de 58 réacteurs plus important. Les fourchettes provisionnées par EDF "ont été confirmées par l'audit de la DGEC (instance du ministère de l'Energie) en 2014 et 2015", précise l'électricien.

Dépréciation d'actifs ?

Par ailleurs, AlphaValue estime qu'EDF devrait "envisager (...) une dépréciation de (ses) actifs nucléaires et thermiques" dans ses comptes, autrement dit revoir à la baisse la valeur de son parc de centrales nucléaires et de ses centrales conventionnelles fonctionnant au charbon, au gaz ou au fioul.

Investissements

Enfin, l'étude se penche sur les investissements à venir d'EDF (projet Hinkley Point, grande maintenance du parc nucléaire français, énergies renouvelables, rachat de la branche réacteurs d'Areva, etc) et conclut qu'ils s'élèvent à plus de 160 milliards d'euros d'ici 2025, soit plus de 15 milliards d'euros par an.

EDF a évalué ces besoins d'investissements entre 12,5 et 13,5 milliards d'euros par an au cours des trois prochaines années.

Hausse des prix de l'électricité

Seul élément positif, selon AlphaValue, la réduction de capacités nucléaires entraînera une hausse des prix de l'électricité qui "aura un effet positif à l'horizon 2025" sur les revenus d'EDF.

"Défauts de qualité de l’acier de pièces essentielles, falsification de dossiers de fabrication : les centrales nucléaires françaises n’ont jamais connu autant de problèmes. Douze réacteurs (sur cinquante-huit) sont à l’arrêt. Une situation très préoccupante..."

un lien.

La filière du nucléaire tout entière se retrouve dans l'œil du cyclone
«La situation du nucléaire est très préoccupante»

Jeudi 10 novembre 20:30 - 21:25
 
Documentaire

Réalisé en 2016 par  Cécile Allegra, Patrick Dedole

Classes moyennes, pauvres demain? -Créé le mardi 06 décembre 2016

24/06/2012

La révolution énergétique ?

 

 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales

 

On a beau accuser la spéculation, les paradis fiscaux, l’opacité et le manque de contrôle de l’industrie financière – en particulier des Hedges funds –, la menace de dépression, voire d’effondrement qui pèse sur l’économie mondiale n’est pas due au manque de contrôle ; elle est due à l’incapacité du capitalisme de se reproduire. Il ne se perpétue et ne fonctionne que sur des bases fictives de plus en plus précaires. Prétendre redistribuer par voie d’imposition les plus-values fictives des bulles précipiterait cela même que l’industrie financière cherche à Éviter : la dévalorisation de masses gigantesque d’actifs financiers et la faillite du système bancaire. Chaque jour ou presque voit l'eau monter d'un ou deux centimètres supplémentaires... sans que l'ordre d'évacuation soit donné. La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu’au niveau micro-économique..

 

 Ce sera en trois points :

 

1- Une manipulation des cours : Il sera question de l'asymétrie d'information ( , c'est-à-dire Désinformer signifie communiquer sciemment de l'information fausse destinée à tromper Synonyme : manipuler) des indices  boursier  

 

2- Les indices, thermomètre du système économique mondialisé : Mesurent les performances divers compartiments du marché (thermomètre). Il consistent en cela des éléments économiques " précieux" pour suivre et permettent aux investisseurs (spéculateurs), mais aussi de suivre les économies des états. Ils servent aussi de support a des produits dérivés.

 

3-  Crise économique et écologique généralisé 

 

1 et 2 tiré Succession de mauvaises nouvelles ? - blog Citoyenactif

de Une manipulation des cours : S’agit ils  d’une seconde tentative de manipulation éhontée des marchés en l’espace de 24 heures ?.S’il a fallu recourir à deux reprises à l’expédient de la désinformation pour faire grimper artificiellement les cours, il est facile d’imaginer  quelle est la pente naturelle des indices, thermomètre des économies néolibérales !

▪ Qui tire les ficelles de manière aussi grossière ?
▪ Les rumeurs sur le sort des banques espagnoles n’en finissent plus
▪ Espagne et créances douteuses et ruines saisies  (...) C’est bien là le problème : .

▪ Les indices américains font de l’équilibrisme, attention aux coups de vent
En Europe et  Aux Etats-Unis aussi, Enchaînement  les mauvais chiffres…!

 

.3 - Crise économique et écologique généralisé : La « restructuration écologique » ne peut qu’aggraver la crise du système. Il est impossible d’éviter une catastrophe climatique sans rompre radicalement avec les méthodes et la logique économique qui y mènent depuis cent cinquante ans. Si on prolonge la tendance actuelle, le PIB mondial sera multiplié par un facteur trois ou quatre d’ici à l’an 2050. Or selon le rapport du Conseil sur le climat de l’ONU, les émissions de CO2 devront diminuer de 85 % jusqu’à cette date pour limiter le réchauffement climatique à 2°C au maximum. Au-delà de 2°C ( …) Preuve numéro un : le Japon ! Le Japon a connu suite au Krach de la bulle immobilière et financière, une récession et déflation longue et douloureuse. puis la catastrophe nucléaire de Fukushima a fini de les achevés.,

La France va avoir besoin de charbon très rapidement.

C'est la conclusion à laquelle Christophe-Alexandre Paillard, directeur de recherche à l'Institut Choiseul, s'est rendu lors d'un colloque sur l'énergie organisé à Paris par l'IHEST (Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie).

Plusieurs départements sont en train de sonder leur potentiel, au premier rang desquels l'Allier, l'Aveyron, et peut-être la Nièvre. D'ailleurs, des minières sont déjà en train de repérer les futurs sites. Le point important, c'est que ce nouvel intérêt pour le charbon, à peine huit ans après la fermeture de la dernière mine française en Lorraine, révèle une tendance à long terme : « le monde recommence à s'intéresser au charbon ».

Toutefois, les raisons sont nombreuses et parfois confuses : âge d'or du gaz naturel, sortie de l'atome, baisse du fret, législation environnementale... pour vous aider à définir une stratégie d'investissement, voici quelques lignes d'explications.

« Le succès » du gaz américain...
C'est un drôle de chassé-croisé auquel nous assistons actuellement sur les autoroutes énergétiques du Pacifique. La révolution des gaz de schiste. Ce sont bien entendu les Etats-Unis qui ont été à l'origine de cette « percée » technologique. Fracturation hydraulique et forage horizontal représentent désormais ce que devaient figurer la pelle et la pioche au XIXe siècle dans le Klondike.

Le résultat, c'est que la multiplication du nombre de forage en Amérique du Nord — un tiers des forages réalisés dans le monde — ont fait chuter les prix du gaz. Dorénavant, le prix est passé en dessous des 3 $ le MBTU,

Pétrochimie, électricité et peut-être bientôt transport sont actuellement bousculés par cette irruption. Mais l'arrivée du gaz a bousculé un autre marché, celui du charbon.

Les plus grands groupes charbonniers, qui ont bâti les heures glorieuses de l'industrialisation des Etats-Unis, sont en chute libre. C'est pourquoi ils se sont tournés sur les marchés internationaux pour y revendre leurs productions.

Cette tendance a ainsi eu des conséquences importantes en Asie.

... crée des opportunités spéculatives pour le charbon en Asie.
A première vue, on pourrait croire que la Chine se détourne du charbon. Depuis quelques mois, les importateurs chinois n'arrêtent pas d'annuler ou de reporter leurs contrats. Alors que le mix énergétique chinois repose à 70% sur le charbon, ce mouvement a tôt fait d'inquiéter les investisseurs. Pékin est-il en train de sortir du charbon ?

La concomitance du ralentissement économique chinois et de la découverte de gaz de schiste en Chine a laissé penser que Pékin commençait effectivement à évoluer. Pourtant corrélation n'est pas causalité.

La raison essentielle de la baisse des importations n'est pas liée à une moindre consommation, mais simplement à un calcul économique : les prix du charbon cotés en Australie sont en chute libre depuis février. En mai, la tonne est même passée en dessous des 100 $. Or les acteurs chinois ont signés des contrats lorsque les prix étaient encore très hauts. Ainsi Pékin a décidé de renégocier ses contrats de manière unilatérale.

Les importations de charbon devraient naturellement reprendre dès que les prix se seront stabilisés. A plus long terme, on peut même avancer que « l’avenir du minerai noir est assuré ». La méfiance envers l'atome nourrit désormais le marché du charbon.

Après l'atome, et avant le gaz, le charbon triomphe
Alors que le charbon a eu tendance à augmenter sa part dans le mix énergétique mondial, passant de 25 à 30% en cinq ans, l'accident de Fukushima a définitivement placé le charbon au coeur de ce mix.

Le dramatique accident a amené le Japon et l'Allemagne à se passer de l'atome. Le charbon est devenu mécaniquement indispensable, alors que les infrastructures pour importer du gaz naturel ne sont pas encore prêtes.

« Comme le rappelle Charles Butcher, journaliste à Power Magazine, 50 GW devront être créés en centrale à charbon d'ici 2020 en Europe. Le chiffre prend toute son ampleur lorsque l'on sait que l'Europe n'en a installé que 10 entre 2003 et 201 » Au Japon, alors que les prix du MBTU, l'unité du gaz naturel, tournent autour de 17 $, Tokyo devrait encore longtemps compter sur le charbon pour se désintoxiquer de l'atome.

En conclusion :
Le charbon est donc une énergie devenu, “indispensable au maintien des équilibres énergétiques mondiaux”, L'Asie est ainsi devenue la terre promise du charbon. La Chine aura de plus en plus besoin dans les années à venir de charbon. La question environnementale, sociale ne peut être laissé dans des mains de dirigeants acquis a la doctrine néolibérale ( du «  laisser faire ») et des multinationales.

Seule une révolution sociale et citoyenne rejetant le rapport de force de l’exploitation a outrance pour aller vers un autre monde possible solidaire et respectueux de la nature

 

Modèle Japonais généralisé , Sauve qui peut ! , Est-ce la crise de la finance, de la dette ou du capitalisme ?- Citoyenactif, mur Facebook), cycle économique ! – Citizen Khane, Sauve qui peut ! - l'indigné, Sauve qui peut II ! - Indigné révolté, Ces immigrés européens qui fuient la misère en partant vers l’Afrique - Altermonde, Modèle Japonais généralisé ( forum planète vivante) , Modèle Japonais généralisé ( forum planète attitude) , Les vivants et les morts - Anarkia, cycle économique ! - Alterfinance, Quel Croissance?

Ces thèmes ont été déjà abordé dans Finance, Economie, société, gaz de schisme, géopolitiques, documentaires Economie, politique, société, La simplicité volontaire (ou sobriété heureuse

 

30/04/2012

Le néolibéralisme se paye

Face au chaos capitaliste organisons nous pour l'anarchie 1/5

 Marxisme économique - Wikipédia(..), Baisse tendancielle du taux de profit : . À terme donc, le capitalisme croule sous le poids de ses contradictions, c'est l'état de crise permanent, qui ne peut être évité que temporairement par l'expansion économique à des marchés vierges, ou par l'emballement de la croissance technologique. Cf  a voir K. Marx - Le Capital Livre I : Sommaire, Le Capital - Wikipédia :Le Capital. Critique de l'économie politique, l, (… ) dans l'ouvrage Les Théories de la plus-value »

énergie,capitalisme vert,spéculation sur le bien commun,spéculation,matière première,pénurie,zing palladium,l'onde de choc : le tungstène,Éditorial • de la guerre froide au grand jeu,l'enjeux du lithiumJ’en reviens toujours a la chute tendancielle du taux de profit C'est incroyable le nombre de bouleversements que le monde a connu ces dernières années. Je veux parler du krach de 2008... de l'éviction de Dominique Strauss-Kahn de la course aux présidentielles... des révolutions arabes... j'en oublierais encore et encore ! Pourtant, nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Un nouveau phénomène est sur le point de prendre toute son ampleur... et ça commence maintenant... tout de suite.Notre niveau de vie... nos habitudes... notre pouvoir d'achat... notre alimentation... nos déplacements...notre vision à moyen long terme... TOUT !

 Intéressons-nous donc rapidement à la logique néolibérale est plus spécifiquement la spéculation sur les matières premières, les rapport de forces en précenses. ( déjà évoqués dans des articles sur gaz de schisme, greenwashing, Finance,Economie, société, agriculture et envronnement )

La rareté se paye et entretenue (L’attrait spéculatif )

En résumé donc, sur ce segment de niche, à part peut-être l'Allemand Wincor Nixdorf, les places sont rares... et ce qui est rare se paye : c'est la règle.

« Prenons juste un exemple concret. Un appartement dans l'Ouest parisien en 2006. A l'époque tout le monde nous disait "vous payez le prix fort". Certes, c'est un fait. A plus de 6 000 euros du mètre carré, on ne peut pas dire le contraire. Aujourd'hui, et même durant la crise, le prix moyen du mètre carré des transactions dans mon secteur n'est jamais tombé sous ce niveau. Il a même tendance à tirer à la hausse et à frôler les 7 000 euros du mètre carré ces derniers mois. Quelle est la raison ? Il n'y a tout simplement aucun autre bien à vendre. Ma rue est située en plein centre ville, qui plus est dans un site classé historique. Si l'offre n'augmente pas, les prix n'ont aucune raison de baisse »r. Histoire des luttes pour le logement en France - Wikipédia

  Entrons dans le vif du sujet : nos ressources naturelles les plus nécessaires ne sont pas illimitées !

La crise dont je vous parle aujourd'hui touche les matières premières. Et le mur dans lequel nous fonçons les yeux bandés s'appelle tout simplement la pénurie. Sur le papier, l'épuisement exponentiel ressemble à ceci : image Epuisement des ressources. Actuellement, nous sommes juste à l'entrée du coude où commence la ligne de l'épuisement. Bientôt, cette demande va quasiment partir à la verticale, vers un point de non-retour. L'épuisement annoncé des ressources naturelles ( recherche Google 1 et Google 2)

énergie,capitalisme vert,spéculation sur le bien commun,spéculation,matière première,pénurie,zing palladium,l'onde de choc : le tungstène,Éditorial • de la guerre froide au grand jeu,l'enjeux du lithium,l'épuisement annoncé des ressources naturellesCe que j'ai essayé de faire jusque là, c'est vous faire ressentir à quel point le changement que nous allons subir sera rapide, fulgurant et les effets d’un système destructeurs qui avec l’aide de Think Thank financier essaye a travers des informations qu’eux seulent connaissent avant les autres de spéculer. Maintenant, il faut que vous compreniez de quelle nature sera ce changement.

Avec la raréfaction des matières premières essentielles à notre vie moderne, nous allons passer de l'illusion de l'abondance... à la pénurie -- et cela conduira à une hausse fulgurante des prix. : Vous pourrez l'observer sur les prix de l'électronique à écran tactile... des batteries pour les voitures hybrides... des pots catalytiques... mais aussi de nombreux biens de consommation courante, que l'on trouve en supermarché. Un exemple parmi tant d'autres ? Le cacao !

Barry Callebaut, numéro un mondial du chocolat, a annoncé dans Les Echos de janvier 2012 le risque de pénurie sur le cacao à un horizon de 10 ans. Toujours selon Les Echos, l'Organisation internationale du cacao (ICCO) affirme que si rien n'est fait, le prix du cacao sera multiplié par cinq ou six à horizon 2030. Pour le moment, ça ne semble pas trop dramatique... surtout quand toute notre attention est portée à la crise financière... aux élections présidentielles... aux faits divers qui ne manquent pas...

Mais comme je vais vous le démontrer, les enjeux et les changements change radicalement tout : la façon dont les gens vivent, travaillent, mangent, voyagent...

Et je vais vous révéler comment, a travers des lectures, le fonctionne et logique de ce système prédateurs. « Le potentiel est énorme pour qui saura se positionner sur les bonnes valeurs -- et les bénéfices d'une telle anticipation pourraient potentiellement tomber... rapidement. Ce n'est pas une exagération. Je vais prouver qu'une succession d'opportunités de profits historiques attend ceux qui savent se positionner. Et la bonne nouvelle, c'est que pour en profiter, vous n'aurez pratiquement rien à faire. Pas besoin d'éplucher les quelques sites internet dédiés aux matières premières... ni la presse financière spécialisée... encore moins attendre des grands médias qu'ils vous fournissent des solutions avant que la situation ne se complique pour de bon. En suivant mes conseils, vous bénéficierez d'une stratégie ultra-rigoureuse qui vous permettra de viser des plus-values à répétition sur toutes les opportunités que l'effet "5 dernières minutes" fera émerger, mois après mois. Si l'on prend un peu de hauteur, on se rend compte que cet effet "5 dernières minutes" n'est pas un cas isolé, qui ne concerne qu'une seule catégorie de matières premières. Malheureusement...

L'or, par exemple... l'argent, le sel, l'huile de baleine, l'ivoire, les épices, les diamants, le pétrole brut, le bois et même le bat guano (engrais naturel fait de fientes d'oiseaux marins et de chauve-souris !). Toutes ces choses, entre autres, sont de plus en plus chères parce que leur offre est de plus en plus limitée. Et le cycle est sur le point de recommencer, incessamment sous peu.

bataille pour l'énergie.pngSelon certaines estimations, on peut s'attendre à une pénurie de métaux  comme le palladium (en 2023), l'or (en 2025), le zinc (2025), l'indium (2025), l'étain (2028) -- et la liste continue. Mais les dates précises importent peu. Ce qu'il faut savoir, c'est que les prix augmenteront bien avant que la pénurie soit déclarée. D'ailleurs, les cours sont déjà ultra-tendus par la demande exponentielle des pays émergents. Et la spéculation fera le reste... Pourquoi ? Tout simplement parce que le monde a évolué, et que nos besoins sont différents aujourd'hui de ce qu'ils étaient hier. Pratiquement toutes les matières indispensables à la vie moderne seront bientôt extrêmement coûteuses.

Il faut comprendre comment certains investisseurs/spéculateurs ( étatiques, multinationales) essayent de se préparer à des profits considérables qui savent comment jouer cette opportunité. Je parle de chose comme : «  L'argent-métal et les terres rares nécessaires pour fabriquer des téléviseurs à écran plat, téléphones cellulaires, ordinateurs et autres écrans tactiles électroniques personnels...Le molybdène, le chrome, le manganèse, le zinc et le nickel sans oublier l'acier pour produire nos ponts, immeubles et matériels de forage...Les métaux industriels de base comme le cuivre et l'aluminium pour réaliser le câblage et les composants dont on a besoin pour fabriquer les avions et les blocs moteurs. La potasse et les phosphates dont dépendent les agriculteurs pour nourrir plus de sept milliards de personnes... à un rythme industriel post-moderne ! Rien qu'avec ce que vous avez sous les yeux, vous pourriez déjà imaginer faire de coquets profits, pour peu que vous sachiez à l'avance sur quelles valeurs investir. Pour la bonne et simple raison que toutes ces matières sont de plus en plus difficiles à extraire des sous-sols en quantité suffisante pour nos besoins actuels et futurs.

 Prendre conscience de cette crise des matières premières : c'est décisif ! «  Prenez le convertisseur catalytique de votre voiture, par exemple... Cela coute en moyenne plus de 500 euros pour fabriquer un pot d'échappement moins polluant en platine (ou palladium). Mais imaginez ce que d'un convertisseur catalytique coûtera dans huit ans – sachant que les déficits de l'offre de platine pourrait être 7,5 fois plus élevés qu'ils ne le sont actuellement. Alors ? Le cuivre est un autre excellent exemple. Il parait qu'on trouvait jadis des pépites de cuivre de 60 livres (27 kg) gisant sur le sol à proximité du site de Bingham Canyon, une mine de renom dans l'Utah. Mais pour extraire ce cuivre de la mine aujourd'hui, il faudrait retourner quatre tonnes et demi de roche -- à 4 000 mètres de profondeur ! Dans ces conditions, les coûts explosent. Autre exemple : jusqu'à récemment, sortir de l'argent en creusant dans les meilleures veines de la planète ne représentait pas une énorme difficulté. Désormais, les sociétés minières offrent des dizaines de millions de dollars de récompense pour les nouvelles technologies capables de détecter des traces d'argent à partir de silice. Mais le fait que les gisements concentrés en or, uranium, cuivre ou nombreux autres métaux vitaux se raréfient pousse certains mineurs à avoir recours à toutes sortes de produits chimiques comme le cyanure, l'acide sulfurique, etc. Ces méthodes sont aussi polluantes que dangereuses pour les mineurs qui les manipulent. Mais alors, comment faire lorsque la demande augmente et qu'on n'a pas d'autres solutions sous la main ? On se prépare au pire...

Les gouvernements des pays développés à travers le monde comprennent eux-aussi. C'est pourquoi ils déploient toute sorte de stratégies pour tenter de verrouiller des ressources.

"La Russie est décidée à se lancer à toute vapeur et sans complexe dans la bataille géopolitique pour le contrôle des formidables ressources énergétiques de la région du Grand Nord." -- Le Figaro du 14/10/2007.

Mis à part le pétrole, la région regorgerait d'or, de platine, de manganèse, de plomb, d'étain et bien plus encore.

La Chine entre en jeu également -- avec une démonstration de force sur le terrain des terres rares par exemple et de plus en plus contestée :

"Les Etats-Unis, l'Union européenne et le Japon ont porté plainte, mardi 13 mars [2012], contre la Chine auprès de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) pour ses pratiques "déloyales" sur les exportations de métaux appelés "terres rares"." -- Le Monde du 14/03/12.

 La Chine produit plus de 95% des terres rares de la planète -- et elle n'est pas le seul pays à faire preuve d'un certain nationalisme en ce qui concerne ses richesses naturelles. Pour ce faire, je vous propose de commencer par découvrir deux matière premières parmi d’autres ( Paladium !

 La pire crise de matières du XXIème siècle, dans un système de crise permanente ? Prenez comme exemple le palladium. Le palladium est un métal précieux, très cher à extraire. Il n'existe qu'une poignée de mines dans le monde capable d'en produire à moindre coût. ( image Production du paladium en 2011)

Bataille de l'énergie.gifVoici la répartition mondiale de la production de palladium dans le monde, pour vous donner une idée de ce qui va suivre. Retenez que les principaux producteurs sont la Russie et l'Afrique du Sud.

A l'heure actuelle, voici ce à quoi s'attendent les analystes pour 2012 et les années à venir :

1. Augmentation de la demande de palladium. Rohit Savant, analyste chez CPM Group, projette une demande de cinq millions d'onces pour les catalyseurs et 1,3 millions pour l'électronique. Pour HSBC, la demande du secteur automobile, propulsé par la relance économique, se montera à six millions d'onces. 

Je ne veux pas vous accabler de chiffres alors retenons l'essentiel pour ce qui est de la demande de palladium : elle a augmenté de 40% en deux ans -- et pourrait continuer sur ce chemin propulsée par la demande haussière des pays émergents.

2. Baisse de la production en Afrique du Sud. L'offre du second producteur mondial de palladium pourrait connaître une baisse importante du fait de lourds problèmes de sécurité dans ses mines les plus importantes. Impala Platinium, par exemple, a perdu l'équivalent de 100 000 onces à cause de grèves. Dans ces cas, la production est tout simplement stoppée.

3. Baisse de la production en Russie. Le plus gros producteur de palladium de la planète pourrait bien lui aussi annoncer une baisse conséquente de l'offre dès 2012. HSBC et Barclays anticipent un déficit. La première a annoncé que 500 000 onces avaient été vendues en 2011 à partir des stocks russes, mais que seuls 300 000 devraient être vendus cette année 2012.

Là encore, inutile d'aller trop en avant sur les chiffres. Retenez simplement que la taille réelle du stock de l'Etat russe a longtemps été un secret. Mais selon Barclays, l'offre des réserves russes pourrait chuter de 60% en 2012.

Pour dire les choses autrement, sachez que Norilsk Nickel, le plus gros producteur de nickel et de palladium du monde, prévoit que Moscou pourrait exporter pour l'année 2012 et 2013, 150 000 onces de palladium, contre 1,5 million exportés en 2007 : 10 fois moins !

Ce n'est pas seulement le cas pour le platine et le palladium.

Beaucoup des matières que je surveille actuellement sont sur le point d'opérer un virage à la verticale, comme dans le graphique je vous ai montré... ( Image :  L’Effet 5 dernière minutes sur l’épuisement des ressources)

L'or, l'argent, l'uranium, le rhodium, le cuivre, le rhénium, le plomb, l'yttrium, le nickel, le zinc, l'huile, la farine de maïs, le gaz, le sucre, la potasse, le phosphate, le ciment et plus encore...

SOYEZ CONSCIENT que je fais partie d'une poignée de personnes en France avec les contacts, les connaissances de l'industrie et les compétences analytiques pour : «  Vous aider à vous positionner sur un potentiel de flux d'argent monumental ["never-ending stream of moneymaking opportunities"] que pourrait générer l'effet " 5 dernières minutes". Slogan : « Investissez dès aujourd'hui dans le métal gris ! »

Le cas du zinc est très intéressant pour illustrer :

Depuis 2007, les stocks n'ont cessé d'augmenter. En 2011, ils ont encore augmenté de 25%. Autrement dit, il y a un large surplus de zinc dans le monde, par rapport à la demande. Rien qui pourrait a priori pousser le prix du zinc à la hausse --Oui mais voilà... si les stocks augmentaient sans arrêt depuis cinq ans, pourquoi est-ce le cours n'a pas chuté ? Qu'est-ce qui a soutenu les prix ces dernières années ?

La réponse se trouve dans les fondamentaux du zinc. L'augmentation des stocks de zinc cache un problème profond : la fermeture proche de mines de zinc parmi les plus importantes au monde.

A titre d'exemple, je prendrais l'annonce du président de Brunswick, au Canada, qui a annoncé fin mars 2012 que sa mine ne contenait tout simplement plus de minerai. Ils sont contraints de fermer, mettant 900 personnes sur le carreau.

Autre exemple : Teck Resources Ltd, quatrième plus gros producteur de zinc de la planète, a fait des annonces on ne peut plus claires en février 2012, déclarant que la demande excéderait l'offre à cause 1- de la fermeture de mines et 2- de la demande exponentielle provenant de Chine et d'Inde.

"Nous pensons maintenant que le déficit est visible, c'est en train d'arriver", a annoncé Don Lindsay, président de Teck. En effet, les quatre des plus importants gisements de zinc, qui représentent au total un million de tonnes, vont fermer.

Mais ce qui est difficile à réaliser, c'est le changement a marche forcée radical au sein même de la population... Un changement vers une plus grande consommation par habitant.

Selon les dernières données, la majeure partie de la population mondiale passera de "pauvre" à "classe moyenne" en seulement 18 ans. Jetez un oeil à ce graphique : ( Augmentation de la classe moyenne mondiale de 150% en 18 ans)

énergie,capitalisme vert,spéculation sur le bien commun,spéculation,matière première,pénurie,zing palladium,l'onde de choc : le tungstène,Éditorial • de la guerre froide au grand jeu,l'enjeux du lithium,l'épuisement annoncé des ressources naturellesLa quasi-totalité de cette croissance va se produire dans les 141 pays répertoriés par le FMI comme "en développement" ou "émergents" -- pas en France ou en Allemagne, évidemment.

Le taux de croissance du PIB de ces pays devrait doubler celui des pays développés dans les huit ans à venir... seulement.

en 2010, ces marchés ont consommé, dans le monde : 59,6% de cuivre ,64,7% de nickel , 73% du minerai de fer, 62% de charbon métallurgique . Et cette liste ne comprend même pas les pays "nouvellement industrialisés" -- des géants comme la Chine, le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud, la Malaisie, le Mexique et la Turquie !

Eh bien il se trouve que le "développement" est précisément la période où les nations consomment le plus de ressources. Prenez le cuivre comme exemple.

Pour répondre aux exigences de cette classe moyenne mondiale qui explose, il faudra plus de cuivre dans les 25 prochaines années... qu'il n'en a été extrait à ce jour dans l'histoire humaine !

Avouez que c'est une opportunité unique d'engranger une potentielle fortune... pour qui savent quels sont les "best-positioned copper-focused companies to trade".

La problématique du capitaliste néolibérale et productiviste c'est que pour « les entreprises qui extraient ces matières -- et finalement, pour les consommateurs -- c'est que la croûte terrestre n'est pas une entité abstraite Elle mesure des milliers de kilomètres d'épaisseur -- et chaque percée dans la roche est également tout à fait concrète et extrêmement coûteuse Chaque percée enfin, doit impérativement se révéler rentable et si possible, durablement».

Ceci dit, si après tout ce que je vous ai raconté dans ce message, vous aviez encore ne serait-ce que l'ombre d'un doute quant à l'urgence dans laquelle nous nous trouvons...... je vous invite à consulter le rapport spécial de la Commission européenne sur les matières premières critiques datant de juillet 2010.

Ce rapport met parfaitement en évidence qu'au niveau de l'Union européenne, quatorze matières sont à un niveau critique. Citons-en quelques-unes des plus connues : le magnésium, le cobalt, les platinoïdes, les terres rares, le graphite, le tungstène qui seraient particulièrement exposées.

Je peux vous assurer que le constat est le même aujourd'hui ! Le fait est que les réserves accessibles par nos technologies sont bientôt à sec. Pour moi, c'est clair.

La différence entre ceux qui subiront la pénurie et ceux qui en profiteront via des investissements bien ciblés se joue maintenant -- j'espère que j'ai été très clair sur ce point.

 Vous l'aurez compris, la situation est grave, mais pas désespérée... enfin pas pour tout le monde.

A en croire Nicolas Hulot, interviewé dans le 20h de France 2 début avril 2012 :

"... la crise économique a masqué un temps la crise écologique... mais la crise écologique, quand elle va se combiner à la crise économique et à la crise financière, va provoquer une crise systémique qui va mettre en péril tous les acquis sociaux et démocratiques que nous avons eu depuis 150 ans." Je pense que les faits sont là -- et personne ne peut sérieusement contredire ces propos, encore moins la Commission européenne ou les grandes compagnies minières dont j'ai parlé dans ce message.

Nous sommes confrontés à un sérieux problème.

J'ai passé déjà beaucoup de temps à vous en montrer des exemples précis -- et je réitère : la pénurie des matières premières les plus essentielles à notre vie.Maintenant, si vous préférez la méthode de l'autruche, c'est à vous de décider ! Je ne peux pas faire mieux que ce que j'ai tenté de faire dans ce message. Si par contre vous êtes au clair avec ce problème, il est grand temps que je vous propose une solution.

Ces extraits, -- qui, comme vous l'aurez compris, seront à la base de grands bouleversements dans les mois et les années à venir, proviennent d’un Think thank financier. «  Cette lettre s'adresse essentiellement à un public d'investisseurs particuliers. Tout simplement parce que face à l'effet "5 dernières minutes" le grand public sera le premier surpris !Les industriels et les initiés, eux, prennent déjà leurs dispositions. Gérer une telle lettre est un défi pour moi, parce qu'il n'existe que très peu d'équivalent pour l'investisseur individuel. Mes lecteurs sont donc des privilégiés « 

 

Japon : déni atomique, France-Rwanda : Complicité française dans le..., Hier soir place Syntagma - Athenes (a diffuser), Arkema et les vautours, L'an 01 en 2012?, Le défi des énergies... , L'Europe des lobbies

l'Onde de Choc : Le tungstène, ÉDITORIAL • De la guerre froide au Grand Jeu, L'enjeux du Lithium , Le gaz de schisme II , l'Onde de Choc : Le tungstène , Japon : déni atomique , Total et néolibéralisme, AREVA en Afrique

Un autre Israël est possible, L'eau, un enjeu du XXIe siècle, Transition Days, l'Onde de Choc : Le tungstène, Lois et lobby financiers, Grèce, Hongrie, même combat ?, Dernières lettres avant..., Le triomphe de la cupidité, Suicides : le document qui..., Le risque systémique ,

Crise alimentaire et pénurie de matières premières et de ressources , La PAC en quête de légitimité, Tag: sustainability | EurActiv

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu