Avertir le modérateur

19/11/2017

When algorithms discriminate

n

Capitalisme, industrie, modernité... Ce court-métrage est tout simplement mortel (et ce n'est rien de le dire).


"Embarquez pour un voyage visionnaire à travers l’inconscient fragmenté de l’Occident et, avec courage, affrontez l’Ombre. De l’ombre à la lumière."

 

IN-SHADOW: A Modern Odyssey est un impressionnant court métrage, qui dresse un portrait sombre et satirique de notre société moderne. Durant de 13 minutes,
 
 

IN-SHADOW: A Modern Odyssey est un impressionnant court métrage, qui dresse un portrait sombre et satirique de notre société moderne. Durant de 13 minutes, ce court métrage réalisé par Lubomir Arsov enchaîne les symboles et les métaphores, attaquant avec une rare puissance les dérives du capitalisme, de l’industrie de la mode aux réseaux sociaux en passant par le monde de la finance et de la politique. Embarquez pour un voyage visionnaire à travers l’inconscient fragmenté de l’Occident et, avec courage, affrontez l’Ombre. De l’ombre à la lumière. Simplement magnifique.

 

« Au XVIIe siècle, on parlait du livre comme on parle de l’intelligence artificielle aujourd’hui »

 

L’écrivaine américaine Louisa Hall signe un roman, « Rêves de machines », qui évoque l’éclosion des consciences mécaniques et ses conséquences pour les humains.LE MONDE DES LIVRES | 08.04.2017 Dans Rêves de machines, son premier roman traduit en France, elle entrelace cinq voix retraçant l’histoire de l’intelligence artificielle, du XVIIe siècle à un avenir – proche ? – où les robots seront non seulement plus brillants, mais aussi plus sensibles que leurs inventeurs, en passant par le Britannique Alan Turing (1912-1954) et les pionniers de l’informatique.

 

When algorithms discriminate: Robotics, AI and ethics

Stephen Roberts discusses the threats and promises of artificial intelligence and machine learning.

Science & Technology, United Kingdom, Cyber Security

 

 

Nous vivons à une époque de progrès technologiques rapides où l'intelligence artificielle (AI) est une réalité, pas un fantasme de science-fiction.

Chaque jour, nous utilisons des algorithmes pour communiquer, faire nos opérations bancaires en ligne, réserver des vacances - même nous présenter à des partenaires potentiels.

Les voitures et les robots sans conducteur peuvent être les faiseurs de la manchette, mais l'IA est utilisée pour tout de diagnostiquer des maladies à aider la police à prédire les points chauds de crime.

Au fur et à mesure que les machines deviennent plus avancées, comment la société se comporte-t-elle au moment de décider de l'éthique et de la réglementation de la technologie?

Al Jazeera s'entretient avec Stephen Roberts, professeur de Machine Learning à l'Université d'Oxford au United Kingdom, sur le rôle que joue l'apprentissage automatique dans nos vies d'aujourd'hui et de demain.

"Nous sommes certainement loin de ce point particulier où il y aura des essaims d'armées de robots qui envahissent le monde", dit-il.«Nous devons nous rappeler que l'automatisation et l'autonomie sont déjà très profondément ancrées dans notre monde, que ce soit des algorithmes qui se négocient sur les marchés financiers mondiaux ou des algorithmes intelligents qui balaient nos courriels ... texte prédictif sur nos téléphones mobiles C'est un autre algorithme intelligent, donc je pense que ce genre de choses nous sont très familiers mais nous n'avons pas peur de ça. "

Une question qui est soulevée par l'augmentation des applications de l'apprentissage automatique est à qui blâmer quand un algorithme échoue.

"Cela devient un commentaire philosophique presque bizarre mais en tant que société, nous devons aborder ces questions de front ... Que se passe-t-il si un chirurgien robot se trompe? Qui est à blâmer? L'hôpital? Les concepteurs du robot? a créé l'algorithme? ... Je pense qu'en tant que société, cela nous emmène dans un tout nouveau territoire », explique le professeur Roberts.

Et il y a des risques plus nuancés à notre dépendance accrue à l'apprentissage automatique. Par exemple, en perpétuant et en amplifiant les préjugés déjà présents dans notre société.

"Je pense qu'une grande partie du biais est liée aux données dont les algorithmes sont souvent nourris ... Si nous prenons le mot scientifique ... la plupart des images que nous voyons seront des hommes blancs morts. les hommes et pourtant un algorithme n'a pas nécessairement la sensibilité de comprendre qu'il s'agit d'une collection d'images très biaisée », explique le professeur Roberts.

"Nous allons évidemment devoir travailler très dur pour essayer de produire des algorithmes impartiaux qui tiennent compte de ces sensibilités."


Minority Report 2002 1080p BluRay x264 YIFY

 

« Quantified planet » : quand l’état du monde est surveillé en temps réeln

Source: Al Jazeera

nL’intelligence artificielle au service de la répression

Globalia. JC Ruffin , 24/04/2015« La sécurité est la première des libertés. " , Un héros ordinaireArticles de l-indigne taggés "globalia" - l'indigné révolté- Skyrock.comL'1consolable - 49.3

Akira - l'indigné révolté , ADOLESCENCE : Vive la crise ! Par Enkolo dans Accueil le

real humans : citoyen actif

La Fontaine de Jouvence 

UFUNK.NET
 29/01/2017 Story of Stuff
 

18/11/2017

Minuscule - La vallee des fourmis perdues 2013

Petit mais costaud

 Sur l'échéquier de la vie, les petits sont parfois grands.


 

n Minuscule - Season 1 (20 minutes Compilation) #1

 César du meilleur film d'animation.

Durée 89 mn

Nationalité : France

 

Avec Hélène GiraudThomas Szabo ... Voir la distribution

 

MINUSCULE Bande annonce

 

Dans une paisible vallée verdoyante, les insectes vivent en parfaite harmonie. Mais les restes délectables d'un pique-nique à l'abandon après un orage déclenchent bientôt la convoitise. Au milieu du festin, une fourmi noire pénètre dans une boîte à sucres et rencontre une jeune coccinelle avec laquelle elle se lie d'amitié. Tandis que le précieux butin est embarqué sur un chemin semé d'obstacles, les fourmis noires doivent affronter les terribles fourmis rouges, décidées à faire main basse sur le fabuleux trésor. Une guerre sans merci éclate entre les deux bandes rivales. Dans cette bataille, la courageuse coccinelle va aider son amie la fourmi noire à sauver son peuple...
Par Cécile Mury

| Genre : petit mais costaud.

Pour les fourmis noires du film, une boîte à sucre abandonnée, c’est le jackpot : assez de petits cubes pour nourrir tout le monde pendant une éternité. En la transportant, l’escouade d’ouvrières affronte une bande rivale (l’infâme équipe des rouges), adopte au passage une petite ­coccinelle perdue et vit un tas d’autres épreuves, comiques, tendres ou trépidantes. Ici, tout est affaire d’échelle. Plus c’est petit, plus c’est grand. A hauteur d’insecte, les cailloux sont des falaises, les lézards sont des tyrannosaures.

Adapté d’une série télé du même nom, le film en reprend le principe : décors naturels filmés en prises de vues réelles, personnages animés en 3D. Après tant d’anthropomorphisme forcé au pays de l’animation, c’est rafraîchissant : ces héros-là bougent comme de « vrais » insectes, ne marchent pas sur deux pattes et ne causent pas (du tout).

Un long métrage sans dialogues, il fallait oser. Mais le film est tout sauf muet. Ça vrombit et ça bourdonne sans cesse, dans une bande-son hilarante et expressive. ­Ainsi une fourmi appelle-t-elle sa « base » en faisant vibrer ses antennes. Sauf que l’aimable stridulation qu’elle produit alors n’est pas réaliste. Parce que Minuscule est d’abord un conte, enchanteur et rigolo. Cet univers insolite n’interdit rien, pas même une incursion du côté de l’épopée. Lorsque, entre fourmis rouges et noires, la guerre éclate pour de bon, on se croirait dans Le Seigneur des anneaux : ambiance héroïque et grand spectacle garantis.

 Minuscule - La vallee des fourmis perdues 2013, Watch Minuscule Valley of the Lost Ants Online Watch Movies Online Free

 

La Cité Des Fourmis - Documentaire

 

Minuscule - La vallee des fourmis perdues : blog enkolo, biblio-libécitizenkhane révolté indigné

22:44 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

la chute de Mugabe

n

Mugabe at the 72nd UN General Assembly said 'President of the United States, Mr Trump; please blow your trumpet' [Jason Szenes/EPA]
[EPA]

n Mugabe at the 72nd UN General Assembly said 'President of the United States, Mr Trump; please blow your trumpet' [Jason Szenes/EPA] [EPA]

Les militaires qui ont pris le pouvoir en faisant bien attention de ne pas l’admettre trop franchement, mercredi 15 novembre, espéraient une démission de Robert Mugabe le jour même. Mais le vieux combattant de 93 ans refuse toujours de plier.

Retour sur cette crise politique avec l’historien Amzat Boukari-Yabara, qui répond à toutes vos questions dans ce Facebook Live.


En savoir plus sur LE MONDE http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/17/zimbabwe-le-point-sur-la-crise_5216456_3212.html#bp1jbFfFfbwYuMJl.99
 

 Robert Mugabe's most famous quotes

 

Au cours de ses 37 ans de règne au Zimbabwe, Robert Mugabe a accumulé une quantité impressionnante de controverses, principalement en utilisant un langage coloré et souvent haineux.Le leader de 93 ans - le plus ancien chef d'Etat du monde - a été enclin à se prononcer sur un large éventail de sujets; de l'homosexualité et de la Grande-Bretagne, à Barack Obama et Donald Trump.

Avec beaucoup de gens au Zimbabwe et dans le monde entier se demandant maintenant si Mugabe restera au pouvoir après la takeover by the army mercredi, nous listons ses citations les plus célèbres.

  Sur l'impérialisme, Sur l'homosexualité, Sur la Grande-Bretagne, Sur Hitler, Sur l'économie, Sur Jésus-Christ, Sur le cricket, Sur les présidents américains, Sur le toilettage d'un successeur: dans NEWS/ZIMBABWE

Zimbabwe : l'armée intervient contre des «criminels» proches de Mugabe

Des officiers de l'armée du Zimbabwe ont annoncé être intervenus dans la nuit de mardi à mercredi pour éliminer des "criminels" proches du président Robert Mugabe mais ont démenti toute tentative de coup d'Etat contre le maître absolu du pays depuis 1980.

L'entrée en scène de l'armée intervient en pleine crise ouverte entre Mugabe et le chef de l'armée après le limogeage la semaine dernière du vice-président du pays Emmerson Mnangagwa, longtemps présenté comme son dauphin.

» LIRE AUSSI - Zimbabwe : la mise en garde des militaires à Mugabe

Dans un message lu dans la nuit à la télévision nationale, le général Sibusiso Moyo a affirmé que l'armée n'avait pas mené de "coup d'Etat contre le gouvernement". "Nous ne faisons que viser les criminels qui l'entourent", a-t-il poursuivi, "dès que notre mission sera accomplie, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale". "Nous assurons à la Nation que son Excellence le président (...) et sa famille sont sains et saufs et que leur sécurité est garantie", a-t-il également ajouté.

Des échanges de tirs nourris ont été entendus dans la nuit de mardi à mercredi près de la résidence privée de Robert Mugabe dans la capitale Harare, explique un témoin.

Mardi, un convoi de blindés avait été observé en mouvement près de la capitale, nourrissant les rumeurs d'un coup d'Etat militaire en préparation. Des officiers ont affirmé à la télévision d’Etat que le président Mugabe était sain et sauf. Ils ont en revanche déclaré viser des personnes de l’entourage du chef de l’Etat.

"L'armée n'hésitera pas à intervenir"

La déclaration de Chipanga est survenue un jour après que le commandant de l'armée, Constantino Chiwenga, ait déclaré dans une déclaration rare que le ciblage des hauts responsables de la ZANU-PF avec un "historique de la libération doit cesser immédiatement".

Le vice-président Emmerson Mnangagwa, un allié du chef de l'armée et un vétéran de la lutte pour l'indépendance du pays, a été limogé la semaine dernière par Mugabe, 93 ans, pour avoir montré des "traits de déloyauté".

READ MORE

Is Zimbabwe set for a Mugabe dynasty with Grace as VP?

 Zimbabwe : la chute de Mugabe, héros de l'indépendance devenu vieux despote 

Robert Mugabe (93 ans) a perdu son dernier combat politique en écartant Emmerson Mnangagwa.

Une chose semblait certaine. Robert Mugabe, inusable président du Zimbabwe depuis trente-sept ans, allait mourir sur scène. À 93 ans, les jours du despote semblaient certes comptés. Le chef de l'État, sénile et fatigué, ne ressemblait plus au «Camarade Bob», le héros de la guerre d'indépendance. La seule question pour tous était finalement celle de sa succession, quand Dieu se serait décidé à agir. Les vieux amis, lassés de ses frasques, n'auront finalement pas attendu la volonté divine, en chassant de son trône le dictateur décrépit. Derrière cette révolution de palais, se dresse Emmerson Mnangagwa, vice-président déchu il y a une semaine, fidèle des années de lutte armée et homme des basses œuvres des décennies de pouvoir.

«Les présidents qui s'accrochent font tous les mêmes fautes. Ils veulent survivre à la mort, ils se croient rois et veulent s'imposer pour toujours, via un héritier, et écoutent les mauvais génies»

Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre des Affaires étrangères mauritanien

'Leadership contest' 

"L'armée fléchit ses muscles", a-t-il déclaré à Al Jazeera.

"Ils disent au gouvernement civil que l'armée est le véritable pouvoir dans le pays", a ajouté Guma."Mais je ne pense pas qu'il y ait un appétit pour le coup d'Etat, la région n'acceptera pas cela".

La ZANU-PF a dirigé le pays depuis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1980, et les analystes ont affirmé que cela n'était pas près de changer.

"La domination de la ZANU-PF sur le paysage politique au Zimbabwe n'est pas remise en question", a déclaré à l'AFP un analyste politique, George Shire, à Al Jazeera."Ce que vous voyez est vraiment un concours de leadership qui se déroule - style zimbabwéen", a ajouté Shire.

L'écrasante majorité des sections de la Zanu-PF, le parti au pouvoir au Zimbabwe, a demandé samedi 17 novemebre au président Robert Mugabe de démissionner, a rapporté la télévision d'Etat ZBC.

Le porte-parole de la Zanu-PF dans la région des Midlands, Cornelius Mupereri, a indiqué à la ZBC que la section de cette province s'était prononcée «unanimement» pour une démission de Mugabe, comme l'ont exigé au total huit des dix sections régionales de la Zanu-PF.

» LIRE AUSSI - Zimbabwe : menacé d'éviction, le président Robert Mugabe apparaît en public

Cet appel à quitter le pouvoir accentue la pression sur Mugabe après celui des anciens combattants de la guerre d'indépendance, jusqu'alors proches du chef de l'Etat, mais qui n'acceptent pas que son épouse Grace Mugabe veuille s'imposer pour lui succéder. Ils ont appelé à un grand rassemblement demain à Harare pour exiger son départ.

Mais le président s'accorche au pouvoir et des négociations étaient en cours à Harare pour le pousser vers la sortie dans des conditions acceptables pour lui.

 

Zimbabwe : « Le limogeage de son vice-président par Mugabe a été le coup de trop »

Alors que le président Robert Mugabe affirme être détenu à son domicile, dans une capitale en partie contrôlée par l’armée, la fronde des militaires zimbabwéens révèle les fractures entre les vétérans de la guerre de libération et l’ambitieuse Grace Mugabe.

Lance Guma, a political analyst and broadcaster based in Britain, said the threat from the military is the biggest challenge Mugabe has faced during his nearly four decades in power.

Coup d’État ou pas, c’est une question technique. On assiste aujourd’hui à l’aboutissement d’une logique d’affrontements entre factions. Ce sont des luttes très anciennes que, jusque-là, Robert Mugabe avait toujours su arbitrer, dressant les rivaux les uns contre les autres.

Mais lorsqu’il a renvoyé le vice-président Emmerson Mnangagwa, le 6 novembre, la machine s’est déréglée. La réaction de la haute caste militaire, dirigée par le chef d’état-major Constantino Chiwenga, est une riposte destinée à empêcher que la purge se poursuive, tout en bloquant l’irrésistible ascension vers le pouvoir de la première dame, Grace Mugabe. Ce limogeage était le coup de trop.

Alors que le président Robert Mugabe affirme être détenu à son domicile, dans une capitale en partie contrôlée par l’armée, la fronde des militaires zimbabwéens révèle les fractures entre les vétérans de la guerre de libération et l’ambitieuse Grace Mugabe.

Spécialiste du Zimbabwe au Centre d’étude d’Afrique noire (CEAN), Daniel Compagnon analyse les deniers événements survenus dans le pays, 24 heures après que l’armée a pris position dans la capitale.

 

Pour le compte de qui l’armée agit-elle ?

Aujourd’hui, celui qui incarne le mieux les intérêts de la faction représentée par Chiwenga, c’est Mnangagwa

On peut s’étonner que Constantino Chiwenga se soit retrouvé à la tête de cette opération car il se montrait jusque-là très discipliné et il a toujours appuyé Mugabe. Lors des élections de 2008, c’est lui qui avait dit que s’il venait à remporter les élections, Morgan Tsvangirai ne serait pas soutenu par l’armée. N’ayant pas participé à la guerre de libération, ce dernier, à ses yeux, n’avait pas la légitimité requise.

Depuis l’indépendance, l’armée est toujours demeurée fidèle à Robert Mugabe, notamment parce qu’elle a toujours été organisée selon un système de clientèle où les promotions étaient liées à la loyauté politique plutôt qu’à la compétence. Mais aujourd’hui, alors que tous pensent à la succession, celui qui incarne le mieux les intérêts de la faction représentée par Chiwenga, c’est Mnangagwa.

Le vice-président déchu est un des leaders emblématiques de la caste au pouvoir. Celle-ci tient à ses privilèges et voyait avec beaucoup d’inquiétude la montée de la faction organisée autour de Grace Mugabe. La première dame s’appuyait en effet sur des politiques et des membres de sa famille plus jeunes, qui n’avaient pas fait la guerre de libération.

Selon vous, Emmerson Mnangagwa serait donc derrière ce coup d’État ?

Je ne pense pas que Chiwenga, le chef d’état-major, aurait pris ce genre d’initiative sans s’être concerté étroitement avec Mnangagwa.  A mon avis, il n’a pas l’intention d’exercer le pouvoir lui-même. Il sait qu’il n’en a pas les capacités et serait bien plus à l’aise dans un rôle de second plan – pourquoi pas comme vice-président ou ministre de la Défense.

 

Zimbabwe: ZANU-PF youth wing 'ready to die' for Mugabe 

L'aile jeunesse du parti au pouvoir au Zimbabwe a déclaré qu'il était "prêt à mourir" pour le président Robert Mugabe, à la suite d'une menace de l'armée d'intervenir si une purge - épuration des anciens combattants se poursuivait.

Kudzai Chipanga, chef de la Ligue de la jeunesse du parti ZANU-PF, a déclaré mardi qu'il ne permettrait pas à l'armée de choisir les dirigeants du pays en raison des tensions croissantes à la suite du limogeage de son vice-président par Mugabe.


"Nous ne plierons pas les mains pour permettre à une créature de la constitution de renverser la constitution même qui l'établit", a déclaré Chipanga lors d'une conférence de presse dans la capitale, Harare."Défendre la révolution et notre leader et président est un idéal pour lequel nous vivons et si c'est nécessaire, c'est un principe pour lequel nous sommes prêts à mourir", a-t-il ajouté.

Mnangagwa était considéré comme un successeur probable du président en difficulté, et son éviction semble maintenant ouvrir la voie à la Première Dame Grace Mugabe - qui est soutenue par la Ligue de la Jeunesse du ZANU-PF - pour succéder à son mari.

"Nous devons rappeler à ceux qui sont derrière les manigances perfides actuelles que lorsqu'il s'agit de protéger notre révolution, les militaires n'hésiteront pas à intervenir", a prévenu Chipanga dans sa déclaration lundi.

 
Soldiers on Tuesday stand beside military vehicles just outside Harare, [Philimon Bulawayo/Reuters]

 

Les forces armées du Zimbabwe ont toujours soutenu qu'elles ne soutiendront que les candidats pour succéder à Mugabe qui a combattu dans la guerre d'indépendance du pays. Grace Mugabe, 52 ans, n'est pas un vétéran de la guerre.Le ZANU-PF devrait tenir une conférence en décembre.

SOURCE: AL JAZEERA NEWS 

 

The ongoing purges of scores of Mnangagwa allies have widened the rift between the Mugabes and various groups of war veteran leaders.

SOURCE: AL JAZEERA NEWS

AfricaRobert MugabeZimbabwe

Au Zimbabwe, la confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat 7

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu