Avertir le modérateur

06/01/2018

Poutine, la menace

n

POUTINE, LA MENACE 19 NOVEMBRE 2017

 
 
 
L’image contient peut-être : texte
 
 
 
Commentaires
Flores Magon
Flores Magon pour celles et ceux qui ne connaissen

Poutine, la menace

Ajoutée le 20 nov. 2016
 

Pas moins de 64 prétendants se présenteront à la fonction suprême au mois de mars, face à un Vladimir Poutine donné imbattable.

Le statut d'archi favori accordé à Vladimir Poutine pour les élections présidentielles du 18 mars 2018 ne semble pas dissuader la concurrence. Selon les derniers chiffres de la Commission électorale chargée de récolter les demandes, pas moins de 64 personnes ont déjà fait acte de candidature à la fonction suprême: un record!

En 2012, lors des dernières échéances électorales, seules dix-sept personnalités avaient effectué la démarche. «Je suis certaine que les hautes qualités citoyennes des Russes se refléteront lors de la campagne électorale», a

A lire 

Les maîtres ne sont pas à choisir, mais à destituer ! : citoyen actif

 

Faut-il craindre Vladimir Poutine? Faut-il craindre une troisième guerre mondiale lorsque le maître du Kremlin relance la course aux armes nucléaires avec des missiles susceptibles de vitrifier la France ou le Texas? Entre lui et nous, entre la Russie et l’Occident, les points de frictions sont nombreux: Syrie, Crimée, Ukraine. Au pouvoir depuis 17 ans, 3 fois élus, Vladimir Vladimirovich Poutine est-il ce nouveau tsar, prêt à tout pour restaurer grandeur de la Russie, quelque part entre Pierre le grand et Joseph Staline? Serait-il plutôt un chef d’État réaliste, conscient du déclin de son pays et inquiet de voir l’OTAN installer ses missiles sur les frontières de la Russie, à portée de Moscou et de Saint-Pétersbourg? Comment faut-il comprendre Vladimir Poutine, quelle est sa vision du monde? Pas celui du 20ème siècle, au temps de la guerre froide, mais le monde d’aujourd’hui, multipolaire, instable, imprévisible. L’invité : André Liebich, professeur honoraire à l’institut de hautes études internationales et du développement à Genève (IHEID) Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 20 novembre 2016.​ Le site de Géopolitis : http://rts.ch/emissions/geopolitis Retrouvez la Radio Télévision Suisse:
 
OPINION /VLADIMIR PUTIN Is Vladimir Putin tired?
by
 
 
Russia's President Vladimir Putin attends a meeting with Turkey's President Tayyip Erdogan in Sochi, Russia November 13, 2017. [Pavel Golovkin/Reuters]
Russia's President Vladimir Putin attends a meeting with Turkey's President Tayyip Erdogan in Sochi, Russia November 13, 2017. [Pavel Golovkin/Reuters]

Il y a soudainement trop d'entropie dans l'univers politique russe. Au moins certaines personnes agissent comme s'il n'y avait pas d'adultes dans la maison. Les campagnes politiques semblent commencer sans la bénédiction du Kremlin, les chaînes de télévision d'Etat se contredisent dans leur couverture d'histoires importantes, et les luttes intestines entre les factions du Kremlin se manifestent. Igor Sechin, le chef du géant pétrolier Rosneft, qui a contribué à l'arrestation du ministre de l'Economie, Alexey Ulyukayev, mais qui ignore actuellement la convocation du tribunal pour cette affaire, est un acteur majeur de cette querelle.

Tout cela pose une question: Où est Vladimir Putin?

 

Les élections de mars 2018

Bien sûr, le dirigeant russe est toujours là, son emploi du temps chargé se reflétant dans les nouvelles quotidiennes diffusées à la télévision d'Etat. Mais comme lwrites l'expert politique Gleb Pavlovsky:

"le président disparaît". Actuellement un critique du régime politique de Poutine, Pavlovsky était l'un de ses principaux architectes dans les années 2000 - certainement un homme dont l'opinion compte en de telles occasions. Dans l'article, il continue à décrire le leader russe comme un «gentleman pas si jeune, poursuivi par la fatigue du pouvoir et les faiblesses accumulées».

Poutine semble souvent épuisé lors des apparitions publiques. Des sources du Kremlin, quoted par Independent, sont allées jusqu'à prétendre qu'il était sur le point de démissionner en 2016 et n'ont changé d'avis qu'après l'élection surprise de Donald Trump aux Etats-Unis.

C'est une sagesse conventionnelle que Poutine se représentera pour ce qui sera son quatrième mandat présidentiel. Mais est-ce une présidence canard boiteux qu'il veut vraiment?
 

La prochaine élection présidentielle russe aura lieu en mars 2018, mais à seulement quatre mois de la fin, le Kremlin ne donne pas assez d'indices sur la manière dont il va mener la campagne et, en fait, n'a toujours pas confirmé que Poutine courrait . C'est une sagesse conventionnelle que Poutine se représentera pour ce qui sera son quatrième mandat présidentiel. Mais est-ce une présidence canard boiteux qu'il veut vraiment?

Il y a aussi la question de la légitimité perçue, qui n'a pas été soulevée pendant des années car Poutine n'avait pas de rivaux forts. Mais maintenant il est défié par Alexey Navalny, qui a révolutionné la politique russe en menant une campagne présidentielle efficace et en mobilisant les partisans de l'opposition non seulement à Moscou et à Saint-Pétersbourg, mais dans tout le pays. Aucun autre membre de l'opposition n'a jamais réussi à atteindre cet objectif à l'époque de Poutine.

Encore une fois, la sagesse populaire veut que les autorités interdisent Navalny de l'élection. Mais au fur et à mesure que le temps passe sans que le Kremlin fasse des déclarations cohérentes sur la question de savoir si Poutine va courir, Navalny gagne de la force. Plus il sera fort, plus la prétention de Poutine à la légitimité sera faible s'il choisit de se présenter à une élection non compétitive.

Si le Kremlin permet à Navalny de s'enregistrer comme candidat, Poutine est toujours très susceptible de gagner, mais pour lui, cela signifie entrer dans un territoire inconnu. Cela va-t-il permettre à un génie révolutionnaire de sortir de la bouteille, comme cela s'est produit avec les réformes limitées de Mikhaïl Gorbatchev menant à la libération colossale de l'énergie politique qui a détruit tout le système communiste? Sera-t-il interprété comme un signe de faiblesse par la partie intransigeante de l'établissement? Et cet homme soi-disant fatigué est-il prêt à lancer une véritable campagne contre un vrai rival? Peut-il se présenter à une élection qui n'utilise pas les leaders de l'opposition de substitution qui ont aidé le Kremlin à maintenir un semblant de pluralisme lors des trois dernières élections?

Une question primordiale est l'ordre du jour de la prochaine présidence. Les cycles politiques russes peuvent être comparés à des séries télévisées, où chaque saison est liée par un seul complot cohérent. La première saison a été marquée par la stabilité politique et la croissance économique, stimulées par les prix élevés du pétrole - oil prices. Ce thème s'est épuisé en 2012 lorsque l'économie a ralenti et que la classe moyenne a manifesté son mécontentement ouvert face à la corruption et à la nature antidémocratique du régime.

La deuxième saison a commencé avec la révolution chaotique en Ukraine, qui a permis aux dirigeants politiques, ou - comme beaucoup de Russes le disent - au «Poutine collectif», de rebaptiser le régime en adoptant un nationalisme irrédentiste et un conservatisme agressif, une version plagiée du fondamentalisme chrétien. la ceinture biblique américaine. Cette transformation a abouti à l'annexion de la Crimea, qui a fait grimper les taux d'approbation de Poutine à près de 90%.

Mais cette intrigue est sur le point de s'épuiser elle aussi. Quel que soit le nouvel agenda unificateur de l'élite dirigeante russe, il définira à la fois la direction que le pays prendra dans les six prochaines années et qui sera le visage de cette nouvelle marque politique. Poutine n'est pas une marque en soi - c'est l'ordre du jour qu'il incarne, ce qui compte.

La troisième saison avec un nouveau complot

Le Kremlin a déjà un intrigue en tête pour la troisième saison qui aidera à garder la majorité pro-Kremlin intacte et l'opposition dirigée par Navalny à distance. Il a déjà quelque chose dans sa manche. C'est la reconstruction massive et la modernisation de l'infrastructure urbaine à Moscou - un accomplissement que le gouvernement se prépare à reproduire au cours du prochain mandat présidentiel dans des dizaines d'autres grandes villes russes.

Un tel nouveau programme positiviste contrasterait nettement avec le négativisme conflictuel qui définit le mandat présidentiel actuel de Poutine. La modernisation des villes russes, qui conservent une grande partie de l'infrastructure désuète de l'ère soviétique, se fait attendre depuis longtemps. Non seulement cela améliorera la qualité de vie des Russes, mais cela servira également de contraste avec l'Ukraine appauvrie et déchirée par la guerre, que le Kremlin veut désespérément empêcher de devenir une Russie alternative - un lieu où vivront des millions de russophones. mieux et plus librement qu'en Russie proprement dite. En outre, un projet du secteur public d'une telle ampleur peut stimuler l'économie paresseuse.

Le visage actuel de ce programme est le maire de Moscou, Sergey Sobyanin, ancien chef d'état-major de Vladimir Poutine entre 2005 et 2008. Apparat habile dans la politique et l'économie, Sobyanin est également relativement âgé (59 ans) et non charismatique, ces deux dernières qualités, en fait, lui donnant un avantage dans le système anti-méritocratique que l'establishment russe est. Il a vaincu Navalny lors des élections locales de 2012 à Moscou, lorsque le chef de l'opposition a été libéré de façon surprenante et autorisé à briguer le poste de maire (Navally a remporté 27% des votes avec un accès restreint au temps d'antenne TV). .

Si Poutine confirme enfin qu'il court pour le quatrième mandat, Sobianine pourrait devenir un remplaçant quasi-idéal pour le Premier ministre Dmitri Medvedev, fournissant un sens (ou au moins une illusion) de changement au nombre croissant de Russes qui le cherchent.

Si - peut-être pas maintenant, mais quelque part au milieu de son mandat - Poutine décide de l'appeler un jour, le maire actuel de Moscou sera idéalement placé pour offrir un programme d'avant-garde populaire qui préserve la majorité pro-régime et fournit une transition vers une ère post-Poutine.

 The Power of Putin - Documentary 2018, BBC Documentary

The views expressed in this article are the author's own and do not necessarily reflect Al Jazeera's editorial policy. 


ABOUT THE AUTHOR

04/01/2018

“CHASING ICE”

nLE DOCUMENTAIRE “CHASING ICE”

n

THE DOCUMENTARY "CHASING ICE"Chasing Ice is a documentary that was released in November 2012 and was very noticed at the Sundance Independent Film Festival in the United States, which has just ended.

LE DOCUMENTAIRE “CHASING ICE” Chasing Ice est un documentaire qui est sorti en novembre 2012 et qui a été très remarqué au Festival du film indépendant de Sundance, aux Etats-Unis, qui vient de se terminer.

EL DOCUMENTAL "CHASING ICEChasing Ice es un documental que se lanzó en noviembre de 2012 y fue muy conocido en el Festival de Cine Independiente de Sundance en los Estados Unidos, que acaba de finalizar.

 De la servitude moderne

  « Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

Le film fait partie des tentatives d’aider à la compréhension de ce que subit notre planète. Son principe est simple : 25 caméras pointées sur 18 grands glaciers, en Alaska, dans le Montana, au Brésil, au Groenland, en Islande, dans l’Himalaya… ont filmé leur évolution pendant 356 jours, avec une image prise chaque demi-heure.

.

Avec une belle unanimité, les observateurs interrogés (géologues, analystes, pêcheurs, politiques) tirent la sonnette d'alarme. Et, in fine, préviennent : les calculs et les projections existants ne permettraient plus d'évaluer correctement les risques futurs, les dangers causés par une surexploitation sans contrôle. Seule certitude ? « On ne sait pas où l'on va. »Arctique, la conquête glacial indigné révolté,  Environnement Arctique, la conquête glaciale

D’ici 2100, 436 milliards de tonnes de carbone vont sans doute être libérées, soit le double de l’émission annuelle actuelle de dioxyde de carbone sur notre planète…

L’histoire de la toute jeune collectivité unique de Corse retiendra qu’en 2018 des incendies auront embrasé l’île dès le début de l’année. Ils sont une conséquence inattendue de la tempête Eleanor qui a balayé la France du nord au sud mercredi 3 janvier.

Frédéric Nathan, prévisionniste à Météo France, estime que les conséquences de cette dépression météorologique ont été aggravées par des températures particulièrement douces.

A la question : Le réchauffement climatique est-il responsable ?

On ne peut incriminer le réchauffement climatique dans ce que l’on vit ces derniers jours. Nous connaissons peut-être plus de périodes avec des températures plus douces, mais les tempêtes existent depuis toujours. La situation est différente d’avec les ouragans et les tempêtes tropicales, où l’on peut prévoir des épisodes plus violents, d’intensité 4 ou 5, mais pas forcément plus nombreux.Pour ce qui est des tempêtes que l’on connaît en Europe, les climatologues prévoient plus de pluie sur le nord du continent, et moins de précipitations sur le sud de l’Europe. La France est entre les deux : on ne sait pas, nous nous trouvons dans une zone d’incertitude. Dans la région méditerranéenne, on peut estimer qu’il y aurait moins d’événements précipitants mais que, dans les cas des épisodes cévenols par exemple, ils pourraient être plus intenses. 

Pour les incendies, c’est une autre histoire. Ce qui est exceptionnel c’est que l’on connaisse encore des feux importants en cette période, ce qui est dû à des sécheresses sévères, comme la Corse en a connu dernièrement

Pendant ce temps-là, les capitalistes se frottent les mains à l’idée de pouvoir profiter de 13 % des réserves mondiales de pétrole et de 30 % de celles de gaz, alors qu’il est déjà prévu que 20 % du trafic maritime international passera par l’arctique !

L’Etat norvégien a octroyé, en mai 2016, des concessions en mer de Barents à treize groupes pétroliers.C’est une affaire emblématique de la lutte contre le réchauffement climatique. La justice norvégienne a débouté, jeudi 4 janvier, Greenpeace et deux autres organisations non gouvernementales opposées à l’attribution par la Norvège de licences pétrolières dans l’Arctique.

COMPTE RENDU Licences pétrolières dans l’Arctique : la justice norvégienne déboute plusieurs ONG 13

 

 

L'administration Trump veut étendre les autorisations de forages offshore

Etats-Unis.

L'administration Trump a fait part de son intention d'ouvrir la quasi-totalité du littoral des Etats-Unis à l'exploitation du pétrole et du gaz offshore y compris au large de la Californie et de la Floride.

Cette mesure reviendrait notamment sur des dispositions de protection du littoral prises par Barack Obama, le prédécesseur de Donald Trump arrivé au pouvoir il y a un an. La décision annoncée jeudi, qui s'appliquerait à compter de 2019 avec un étalement sur cinq ans, concerne 90% des eaux littorales américaines.

 

 Coraux : les épisodes de blanchissement ont été multipliés par dix depuis les années 1980

Ces phénomènes spectaculaires, qui peuvent déboucher sur la mort des récifs, surviennent aujourd’hui tous les trois ans selon une étude publiée dans « Science ».

Partout dans le monde, la survie des coraux est menacée. Déjà fragilisés par la pollution, la pêche, l’agriculture ou l’aménagement côtier, ces écosystèmes vitaux des océans sont aujourd’hui irrémédiablement soumis à la pression extrême du changement climatique. La preuve en est dans la dramatique accélération des graves épisodes de blanchissement des récifs coraliens dans l’ensemble des tropiques. La fréquence de ces phénomènes spectaculaires – qui peuvent déboucher sur la mort des coraux – a ainsi été multipliée par dix en moins de quarante ans, passant d’un tous les vingt-cinq - trente ans au début des années 1980 à un tous les trois ans en 2017, selon une étude publiée dans Sciencevendredi 5 janvier.

« Avant les années 1980, le blanchissement de masse des coraux était du jamais-vu, mais aujourd’hui, ces épisodes régionaux, accompagnés d’une grande mortalité de ces animaux, sont devenus la nouvelle norme dans le monde à mesure que les températures continuent d’augmenter », prévient Terry Hughes, directeur du centre d’excellence pour les études sur les récifs coralliens de l’université James-Cook, dans le Queensland (Australie).

Conséquences majeures pour les écosystèmes

Les récifs peuvent s’en remettre et récupérer leurs algues si l’eau refroidit, mais ils finiront par mourir si le phénomène persiste plusieurs semaines. Près de la moitié des coraux de la Grande Barrière australienne ont ainsi disparu entre 2016 et 2017, un chiffre sans précédent.

Un tel phénomène, qui s’additionne à l’acidification des océans, a des conséquences majeures pour les écosystèmes

« Niveaux insoutenables »

Or, aujourd’hui, la « fréquence et l’intensité des épisodes de blanchissement des coraux atteint des niveaux insoutenables », préviennent les auteurs

Surtout, contrairement aux précédentes décennies, ces blanchissements n’interviennent plus seulement en présence du phénomène El Niño, ce cycle naturel de réchauffement du Pacifique qui, tous les trois à sept ans, tire les températures vers le haut. En raison du changement climatique d’origine anthropique, ils se produisennt maintenant durant chaque été chaud, y compris pendant le phénomène La Niña, qui refroidit pourtant la température du globe.

Une fréquence trop rapprochée, qui empêche les coraux de se régénérer naturellement. Car les espèces qui grandissent le plus rapidement mettent entre dix et quinze ans pour se rétablir totalement, les autres bien davantage.

Toutes les régions sont touchées

 « D’ici à 2040-2050, les épisodes de blanchissement massifs auront lieu tous les ans à l’échelle planétaire », estime de son côté Denis Allemand

COMPTE RENDU Coraux : les épisodes de blanchissement ont été multipliés par dix depuis les années 1980 par
Audrey Garri

Le dessous des cartes antartique 25 novembre 2017 Journey to the Arctic

 L'Arctique sans glace l'été en 2030 Par Enkolo dans Accueil le 12 Mai 2017

Arctique, la conquête glaciale Par Enkolo dans Accueil le 12 Mai 2017, Menace sur l'artique Créé le vendredi 27 juillet 2012, Arctique, la conquête glaciale  , 25 novembre 2017 Arctique, la conquête glaciale , ARCTIQUE, LA CONQUÊTE GLACIALE 30 NOVEMBRE 2017 

ARCTIQUE, LA CONQUÊTE GLACIALE 30 NOVEMBRE 2017

20 décembre 2017 Arctique, la conquête glaciale

03/01/2018

Donald Trump : fini de rire ?

 

n
 
 

Par Pégase à Bristol, Royaume-Uni. Sur Sau : www.streetartutopia.com/?p=16639

L’image contient peut-être : 1 personne
 
STREET ART UTOPIA avec Daniel Muñoz Martin· "Nobody should be allowed to burn the American flag. If they do, there must be consequences." http://aje.io/dkhc

By Pegasus in Bristol, UK.

Trump: le démagogue raciste triomphe au sein du parti républicain et semble assuré de remporter la désignation à la candidature. Cela représente déjà un encouragement pour l'extrême-droite et la droite radicale qui le soutiennent aux USA et partout dans le monde, comme Memorial 98 le montre ici

Isolationniste, anti-écologiste, ultra-conservateur, anti-immigration, programme flou, les américains vont quand même pas donner les clefs de la maison blanche à ce milliardaire populiste ????! #Sueursfroides

 Polémique après un tweet de Trump contre les brûleurs de drapeau 

 
 

Il faut battre le ...FIER pendant qu'il est SOT !

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 
 
 
 
d'Ormesson, Hallyday...
Sale temps pour la propagande de droite!!
bientôt Sardou et Mireille Mathieu!!

Au as où cela vous intéresse :

- Trump va reconnaitre Jérusalem comme capitale d'Israël, ce qui aura des conséquences folles sur le Proche Orient.

- Macron est en Algérie pour négocier du gaz pas cher, le parquage de migrants et des ventes d'armes

D'un ouragan à l'autre : les Haïtiens chassés d'Amérique. Depuis 2010, ils bénéficiaient d'un statut protecteur aux Etats-Unis, mais sa remise en cause par Trump a provoqué une ruée vers le Canada. Récit de l'exclusion brutale de 50 000 personnes ayant fui leur pays en raison de catastrophes parfois climatiques, par un pays largement responsable du réchauffement.

- l'OMS alerte sur la résistance de plus en plus fortes aux antimicrobiens des bactéries et virus

au cas où des infos autres que la mort de Halliday et en Football. Cristiano Ronaldo vient de se voir décerner le cinquième Ballon d'Or de sa carrière, ce qui lui permet d'égaler Lionel Messi vous seraient importantes. 

 
Herrmann, Suisse.
Après Johnny, Trump se charge d’allumer le feu

De Johnny Hallyday, mort le 6 décembre, il restera une foule de chansons bien connues du public francophone, au nombre desquelles le célèbre Allumer le feu. En fait d’embrasement, le dessinateur suisse Herrmann observe que le président américain Donald Trump s’est chargé, le jour même, de souffler sur les braises du Moyen-Orient, en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël.

Néophyte en politique internationale, le nouveau président de la première puissance mondiale pourrait favoriser une forme d'isolationnisme qui sème déjà l'inquiétude parmi ses alliés.

Un vent de panique s'est mis à souffler à l'Est, où les pays de l'ancien glacis soviétique, qui ont toujours compté sur la protection américaine, craignent d'être livrés aux pattes griffues de l'ours russe. Les petits pays Baltes surtout s'inquiètent: ils n'ont pas oublié que Donald Trump avait affirmé que les États-Unis ne se porteraient pas forcément à leur secours si Vladimir Poutine lançait une nouvelle aventure militaire à leurs frontières. Le malaise est aussi perceptible en Europe occidentale, qui depuis la Seconde Guerre mondiale fait reposer sa défense et sa sécurité sur la puissance militaire américaine. Alors qu’Hillary Clinton, forte de ses quatre années à la tête du département d’Etat, garantissait une forme de continuité diplomatique, l’inexpérience en politique étrangère du nouveau président et son penchant pour l’autoritarisme sont lourds d’incertitudes pour la région. « Les Etats-Unis ne peuvent plus se poser en champion de la morale », a tranché sur Facebook Sultan Sooud Al-Qassemi, un célèbre commentateur des Emirats arabes unis : Crainte et attentisme dans le Golfe, Première réaction prudente en Iran et Sentiments mêlés en Israël

Au Proche-Orient, Donald Trump attendu sur le dossier syrien

Selon le Monde Le républicain semble être plutôt favorable au régime de Bachar Al-Assad, tout en rejetant l’accord nucléaire iranien. Le Proche-Orient s’est réveillé mercredi 9 novembre sous le choc de la victoire de Donald Trump.

La provocation de Trump va islamiser encore plus la question palestinienne, que le monde gagnerait plus que jamais à poser en des termes nationaux.

La provocation de Trump ne fait pas qu’invalider la légitimité de son administration à œuvrer en faveur de la paix entre Israéliens et Palestiniens. Elle constitue une formidable aubaine pour les extrémistes de tous bords qui veulent travestir ce conflit entre deux nationalismes en inexpiable guerre de religion. Une islamisation tellement perverse n’est pas seulement un coup sévère porté aux nationalistes palestiniens, ainsi qu’à la Jordanie et à l’Egypte, signataires d’un traité de paix avec Israël. Elle frappe aussi de plein fouet le camp de la paix en Israël, déjà confronté à la surenchère multiforme des colons et de leurs relais. Elle sape également la position des Chrétiens d’Orient sur leur terre d’origine. Trump offre enfin un cadeau inespéré à Daech qui, en recul sur tant de fronts, pourra renouveler sa propagande et son recrutement au nom de la défense supposée d’un lieu saint de l’Islam.

Trump, Jérusalem et l’islam POST DE BLOG - À LIRE AUSSI Jérusalem capitale d’Israël : les réactions de la presse internationale ,  Envoyé spécial. Donald Trump fini de rire ? 5 octobre 2017 (France 2)

 

It's not only Pakistan that we pay billions of dollars to for nothing, but also many other countries, and others. As an example, we pay the Palestinians HUNDRED OF MILLIONS OF DOLLARS a year and get no appreciation or respect. They don’t even want to negotiate a long overdue... 17,46017,460 Replies -  29,51829,518 Retweets -  118,801118,801 likes - Twitter Ads info and privacy

 

International NGOs sharply condemned the funding cut.

Belgium pledges $23m to UNRWA after US aid cut

Belgium has pledged to donate 19m euro ($23m) to UNRWA, the UN's aid organisation for Palestinian refugees, after the US government announced it would slash its funding to the agency by half was published in Al Jazeera

"For a lot of Palestinian refugees the UNRWA is the last life buoy. With the help of UNRWA half a million of Palestine children are able to go to school. This prevents them from falling prey to radicalisation and extreme violence."

L’Europe craint un regain d’antisémitisme

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis a suscité des actes de violences en Allemagne et en Suède. les chefs des gouvernements allemand et suédois ont condamné les actes de violences antisémites perpétrés dans les deux pays après la décision du président américain, Donald Trump,

« Beaucoup de musulmans semblent faire l’amalgame entre Israël et les juifs suédois. On nous déclare responsable de ce qui se passe au Moyen-Orient et dès que le conflit entre Israël et la Palestine s’enflamme, il se propage jusqu’ici, sans doute parce que beaucoup de ceux qui sont arrivés en Suède ces dernières années ont des racines au Moyen-Orient et se sentent concernés », raconte Freddy Gellberg, le président de la communauté juive de Malmö.

Dans les deux pays, la situation, en effet, n’est pas nouvelle, même si Freddy Gellberg a observé « une accalmie ces dernières années », après une période difficile, au moment de l’opération « Plomb durci » lancée par l’armée israélienne contre la bande de Gaza, en décembre 2008

Le nouveau président élu des Etats-Unis Donald Trump a promis d'expulser jusqu'à 3 millions d'immigrés clandestins, dans l'extrait d'un entretien à la chaîne de télévision CBS publié dimanche mais réalisé vendredi.

"Ce que nous allons faire, c'est prendre les gens qui sont des criminels et qui ont des casiers judiciaires, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue (...), sans doute 2 millions, ça peut aussi être 3 millions (de personnes), nous allons les renvoyer du pays ou nous allons les mettre en prison. Mais nous allons les renvoyer de notre pays, ils sont ici illégalement", a-t-il déclaré dans l'émission "60 minutes" de CBS qui doit être diffusée dimanche soir.

COMPTE RENDU Le candidat Trump a réactivé la xénophobie des années 1900-1920


 Donald Trump : fini de rire ? - vidéo Dailymotion

  Trump accuse Bannon d'avoir «perdu la raison»

Le président américain Donald Trump a accusé mercredi son ancien conseiller Steve Bannon d'avoir "perdu la raison", dans un cinglant communiqué qui marque une rupture entre le président américain et celui qui était souvent considéré comme le stratège de la victoire électorale de 2016.

"Steve Bannon n'a rien à voir avec moi ou ma présidence. Quand il a été limogé, il n'a pas seulement perdu son travail, il a perdu la raison. (...) Steve ne représente pas ma base (électorale) - il ne cherche que son propre intérêt", a écrit Donald Trump dans un communiqué.

L'élection de Donald Trump à la Maison Blanche pose "un défi civique" et impose que "la démocratie se transforme et se dépasse", estime le président du MoDem François Bayrou dans un billet publié mercredi sur Facebook."L'élection de Donald Trump va marquer le monde pour une longue période", écrit François Bayrou, soutien d'Alain Juppé à la primaire de la droite pour 2017.

"Il y a d'abord une réalité: partout sur la planète les peuples refusent l'ordre établi d'où ils se sentent rejetés", analyse-t-il. "Mais le changement qu'ils cherchent, ils croient le trouver au travers des excès, des caricatures, des retours en arrière et des rejets. Et c'est là qu'est le danger"."Non, cette surenchère ne peut pas produire du bien", affirme-t-il. "Et non, nous ne voulons pas nous y livrer, nous voulons y résister"."Cela impose de penser un monde nouveau. Cela oblige à rompre avec l'endurcissement d'un univers dominé par la puissance exclusive de l'argent, de remettre en cause la montée qui paraît inexorable des inégalités et des exclusions", affirme-t-il. "Cela impose que la démocratie se transforme et se dépasse, qu'elle soit enfin honnête, que chacun y ait accès et s'y reconnaisse, que des leaders dignes de ce nom sortent du monde clos dans lequel ils sont enfermés"."Ce défi est un défi civique. Et nous sommes décidés à le relever", conclut-il.

C'est l'échec de la social démocratie, de l'usure du pouvoir et d'une américaine depuis longtemps divisé en deux blocs et dont la campagne a exacerbé les tensions , les rancœurs et les haines. Une campagne d'une bassesse infinie ou les seuls arguments des deux candidats ont été les insultes et les nom d'oiseau.

Plus que l’élection de Donald Trump, la philosophe  Seyla Benhabib : redoute de voir sa présidence débuter avec un Congrès qui lui sera acquis, puisque aux mains des républicains. Rien ne viendra faire contrepoids.ENTRETIEN Seyla Benhabib : « Plus de contre-pouvoir pour arrêter Trump »

  
 L'impact sur la situation au niveau national

Des manifestations ont éclaté mardi soir dans le secteur de la baie de San Francisco contre le candidat républicain Donald Trump, qui a remporté une victoire surprise à la présidentielle américaine.Une autre manifestation a eu lieu à l'Université de Californie, à Davis, non loin de la capitale de l'Etat, Sacramento, où des étudiants ont bloqué les rues et scandé des slogans hostiles à Donald Trump: "Vous n'êtes pas l'Amérique! Nous sommes l'Amérique!" EN IMAGES Les manifestations anti-Trump se multiplient aux Etats-Unis VIDÉO De New York à Oakland en passant par Los Angeles ou Seattle, des milliers de personnes sont descendues dans les rues après la victoire de Donald Trump.


Le grand flou du programme économique de Donald Trump 1Selon Le Monde 

Lire aussi :   Sur le plan économique, « la stratégie de Donald Trump sera centrée sur l’Amérique »Le gouvernement Trump

L'impact sur la politique étrangère américaine

Il est clair que la personnalité, le discours et les actes auront un impact important. Premièrement dans la relation avec le régime autoritaire Russe de Poutine vis a vis de la Syrie, de la politique au proche orient, de la politique contre le terrorisme et Daesch en particulier, alors que les braise du conflit alimentant l'organisation terrorisme ne sont pas éteint et la question des bouleverselement climatique et il y a urgence.

 

 

 

Donald Trump : fini de rire ? - vidéo Dailymotion  5 octobre 2017 (France 2)

 

 

 

Le général Jean Thiry appuie sur le bouton qui déclenche un essai nucléaire français, le 27 décembre 1960.
Le général Jean Thiry appuie sur le bouton qui déclenche un essai nucléaire français, le 27 décembre 1960. -/AFP

Hitler, Staline, Mao : la mémoire en question

Pendant ce temps...

 

 

The Dictator (2012) - Nuclear Nadal - [Full Scene]

 

 Pour la Corée du Nord, "la guerre est inévitable" face aux menaces américaines LATRIBUNE.FR

 

 

VIDÉO - Comment ces figures sont encore dans l'imaginaire collectif en Allemagne, en Russie et en Chine. Comment le pouvoir se construit avec ou en opposition à ces hommes.

Trois dictateurs qui ont ensanglanté le 20e siècle, et que les historiens jugent responsables, chacun, de millions de morts. Mais ce n'est pas tout: en Allemagne, en Chine, et en Russie, ils ont laissé des sociétés traumatisées, certains ont participé à l'horreur, d'autres en ont été victimes, et aujourd'hui, leur ombre plane encore dans la vie quotidienne, et dans le discours politique.

Sur place, les correspondants du Figaro à Berlin (Nicolas Barotte), à Moscou (Pierre Avril) et à Pékin (Cyrille Pluyette) nous racontent ce passé qui se mêle au présent.

Elève doué ! Niveau ancien BEPC me semble -t-il . :-D

L’image contient peut-être : texte
 
 

 

Mix – The Dictator part 1

Webdocumentaire. Fini de rire | Courrier international

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu