Avertir le modérateur

27/08/2017

Messieurs les censeurs, bonsoir

n

Société Messieurs les censeurs, bonsoir Genre : Société A voir ce soir sur LCP http://www.ina.fr/video/I00019053 : Des nouveaux inquisiteurs, aux islamistes, en passant par la question des oeuvres interdites par l'Etat, rien n'est censuré dans ce documentaire.

Messieurs les censeurs, bonsoir

 

En janvier 2015, la rédaction de Charlie-Hebdo est décimée par des terroristes islamistes. La France bouleversée qui se croyait libre de tout dire comprend qu'il n'en est rien. La censure, loin d'avoir disparu, existe toujours en France, sous une forme nouvelle, désormais aux mains de la société civile, invisible, protéiforme, arbitraire. «Messieurs les censeurs, bonsoir» explore les formes actuelles de la censure en France, dans les domaines de l'art et de l'information, du «Piss Christ» d'Andres Serrano à «La Religieuse» de Jacques Rivette en passant par les caricatures de Mahomet ou «Le Mur» de Dieudonné.Maurice Clavel: "messieurs les censeurs bonsoir!"

 

 n Messieurs les censeurs, bonsoir - TV Replay

Par Yohav Oremiatzki

Destruction de la photographie d'Andres Serrano Immersion (Piss Christ) par des ­ultra-catholiques, en 2011 ; violents débordements dans des théâtres parisiens organisés par Civitas (1) autour de la pièce de Romeo Castelucci Sur le concept du visage du fils de Dieula même année ; tentatives de l'association proche de l'extrême droite Promouvoir de faire annuler le visa d'exploitation de films comme La Vie d'Adèle ; Charlie Hebdo poursuivi en justice par l'Union des organisations islamiques de France et la Grande Mosquée de Paris en 2007, pour avoir publié des caricatures de Mahomet l'année précédente...

« En faisant le pari de la tolérance, la France a quasiment renoncé à la censure d'Etat pour l'abandonner à la société », explique Valérie Manns en introduction de ce film particulièrement dense (trop ?), passionnant et équilibré. Trouvant la bonne distance, la réalisatrice recense et analyse à froid les formes actuelles de la censure en s'appuyant sur des exemples historiques pour mieux mesurer leur impact sur l'art et l'information. Pour ce faire, elle donne la parole à « sept acteurs de la censure, représentants d'un Etat défendant nos libertés ou minorités furieuses souhaitant nous les soustraire ». Rien n'est donc censuré dans ce documentaire qui s'interroge sur les limites de la tolérance et expose les dangers de la bigoterie. Questionner le droit à la liberté d'expression dans un contexte d'état d'urgence prolongé donne d'autant plus de force au film. — Yohav Oremiatzki

 

(1) Association catholique intégriste et d'extrême droite, transformée en parti politique en 2016, Civitas se définit elle-même comme lobby catholique traditionaliste.

n

18/12/2016

Game2: Winter

 

Logo de l'émission. Capture d'écran.

 « La démocratie libérale est un mythe en cela que l’organisation dominante du monde n’a rien de démocratique ni même rien de libérale. Il est donc urgent de substituer au mythe de la démocratie libérale sa ré- alité concrète de système totalitaire marchand et de répandre cette nouvelle expression comme une trainée de poudre prête à incendier les esprits en révélant la nature profonde de la domination présente. » 

 

Battle Royale Trailer

FILM Battle royal Partie 1.( voir la suite partie 2)FR

 William Shakespeare La servitude moderne est une servitude volontaire, consentie par la foule des esclaves qui rampent à la surface de la Terre. Ils achètent eux-mêmes toutes les marchandises qui les asservissent toujours un peu plus. Ils courent eux-mêmes derrière un travail toujours plus aliénant, que l'on consent généreusement à leur donner, s'ils sont suffisamment sages. Ils choisissent eux-mêmes les maitres qu'ils devront servir. Pour que cette tragédie mêlée d'absurdité ait pu se mettre en place, il a fallu tout d'abord ôter aux membres de cette classe toute conscience de son exploitation et de son aliénation.
 
Voila bien l'étrange modernité de notre époque. Contrairement aux esclaves de l'Antiquité, aux serfs du Moyen-âge ou aux ouvriers des premières révolutions industrielles, nous sommes aujourd'hui devant une classe totalement asservie mais qui ne le sait pas ou plutôt qui ne veut pas le savoir. Ils ignorent par conséquent la révolte qui devrait être la seule réaction légitime des exploités. Ils acceptent sans discuter la vie pitoyable que l'on a construite pour eux. Le renoncement et la résignation sont la source de leur malheur. Voilà le mauvais rêve des esclaves modernes qui n'aspirent finalement qu'à se laisser aller dans la danse macabre du système de l'aliénation. L'oppression se modernise en étendant partout les formes de mystification qui permettent d'occulter notre condition d'esclave.
 
Montrer la réalité telle qu'elle est vraiment et non telle qu'elle est présentée par le pouvoir constitue la subversion la plus authentique. Seule la vérité est révolutionnaire.» La Société du Spectacle, Guy Debor , Les nouveaux chiens de gardes

 

L'émission Game2: Winter sera diffusée en 2017 en Russie. Filmés 24 heures sur 24, les candidats devront survivre dans le froid sibérien, au milieu des ours et des loups. Et pour y parvenir, tout est permis.

 

MURDER RAPE OK ON NEW Reality TV series! REAL LIFE RUNNING MAN / HUNGER GAMES


 

 

La téléréalité va-t-elle dépasser toutes les limites? Une émission russe, à cheval entre le film Hunger Games et Koh-Lanta, et qui ne sera diffusée qu'en 2017, crée déjà la polémique, rapporte notamment The Guardian. Intitulé Game2: Winter, ce programme, né dans l'esprit du milliardaire russe Yevgeny Pyatkovsky, consiste à proposer à 30 candidats de survivre en milieu sauvage dans des conditions extrêmes. La règle du jeu est simple: il n'y a aucune règle... ou presque. Pour survivre, et espérer gagner ce «jeu», les participants sont autorisés à tout, et devront même signer des formulaires en cas de décès avant de s'engager.

» LIRE AUSSI: Ces téléréalités «trash» qui pourraient bien arriver en France

Alors que le casting de l'émission a débuté, les avertissements de la production sont clairs: «Chaque participant donne son consentement, disant qu'il accepte le risque d'être mutilé, voire tué. 2000 caméras, 900 hectares et 30 vies. Tout est permis. Combats, alcool, meurtre, viol, tabagisme, tout.» Chaque candidat aura à sa disposition une Go Pro pour s'enregistrer et filmer ce qu'il subit. L'émission sera diffusée en ligne 24 heures sur 24.

Au-delà des risques d'affrontements entre participants, la rudesse du climat sibérien mettra à rude épreuve les candidats. Car l'émission sera tournée en hiver. Une saison où la température descend régulièrement en dessous des -40°C. De plus, ils devront survivre dans l'habitat naturel des ours et des loups. Le gagnant se verra remettre un prix de 1,6 million de dollars.

La police pourra intervenir... en 30 minutes

D'après le Siberian Times, les couteaux seront autorisés, mais les armes à feu interdites. La police pourra également intervenir si l'un des candidats commet un crime pendant l'émission. «Vous devez comprendre que la police viendra vous chercher, est-il écrit sur le règlement. Nous sommes sur le territoire de la Russie, et nous obéissons aux lois de la Fédération de Russie». Mais compte tenu du terrain de l'émission, les forces de l'ordre mettront près d'une demi-heure pour arriver sur place. Dans le quotidien russe, le milliardaire à l'origine de ce projet explique toutefois qu'il «refusera toute réclamation des participants, même s'ils devaient être tués ou violés».

Les participants devront être âgés d'au moins 18 ans et «mentalement sains», selon le règlement. «Le spectacle promet d'être international», a encore déclaré Yevgeny Pyatkovsky. «Cinq pays ont exprimé le souhait de le diffuser à leur public.» Selon lui, 60 personnes ont déjà présenté une demande pour participer, dont un Américain.

A voir  LE JEU DE LA MORT (2009) - documentaire complet

 

D'autres émissions de téléréalité avaient déjà fait parler d'elles dans le passé pour leur caractère extrême. Aux États-Unis, Born in the Wild (Né en pleine nature) proposait de suivre le quotidien de femmes sur le point d'accoucher en pleine nature, seules et sans assistance médicale. Sur la chaîne australienne SBS, l'émission Go Back Where You Come From (Retourne d'où tu viens) permet à ses participants de vivre dans des camps de réfugiés en Syrie, en Irak ou en Birmanie. Dans un épisode, les candidats ont subi une attaque de l'État islamique dans un camp syrien. Enfin, la Serbie propose actuellement une téléréalité sans aucune limite, mêlant bagarres, sexe, alcool et conflits en tout genre.

Running Man , Game2: Winter Créé le dimanche 18 décembre 2016,  Akira 

L'incroyable histoire de la téléréalité, société : l'essentiel - Télérama.frL'oeil de Moscou -Relents de guerre froideSyrie, dans l'enfer d'AlepLe gouvernement TrumpLa cyber-sécurité-guerrePoutine, le nouvel empireGame2: Winter

Game2: Winter Par Enkolo dans Accueil le  Par Enkolo dans Accueil le

Discours de la servitude volontaire État d'urgence : l'État policier pour éluder tout bilan critique Quelque Chose Se Prépare 

Viols, meurtres... la Russie propose une téléréalité sans aucune limite

  • Par Yohan Blavignat
  • Mis à jour
  • Publié

01/11/2016

Les nouveaux chiens de gardes

 n

La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage..."

 

 

 

Les nouveaux chiens de garde.jpg

actuellement au cinéma

 
 

A lire Nouveau Parti d'Emmanuel... C'est pas nous, c'est eux... Ne nous en prenons pas aux effets, attaquons toujours les causes! Bakounine  Toujours se méfier des médias bourgeois qui hésiterons a tous nous faire passer pour des casseurs  n Le Peuple de l'Herbe - Parler le fracas - Official Video 

"La social-démocratie, c'est le projet d'un capitalisme régulé dans l'équilibre des intérêts entre salariés et patrons. C'est cette idée que producteurs et entrepreneurs jouent un rôle complémentaire, et que la lutte de classe ne doit jamais franchir la ligne jaune de « l'intérêt général ». Un intérêt général qui se révèle systématiquement être l'intérêt du capital.
Selon cette acception, le Parti socialiste (PS), le Parti communiste français (PCF) et les Verts sont les trois principaux p artis sociaux-démocrates en France. Avec des nuances dans la radicalité et dans le degré d'intégration au système mais avec, in fine, une vision et un objectif commun."
 

 

LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat - Trailer (2011)


« La pensée bourgeoise dit toujours au Peuple : " Croyez-moi sur parole ; ce que je vous annonce est vrai. Tous les penseurs que je nourris ont travaillé pour vous. Vous n'êtes pas en état de repenser toutes leurs difficultés, de repasser par leurs chemins, mais vous pouvez croire les résultats de ces hommes désintéressés et purs. De ces hommes marqués d'un grand signe, ces hommes qui détiennent à l'écart des hommes du commun pour qui ils travaillent, les secrets de la vérité et de la justice. " »Croyez-moi sur parole... ZEC plus Ultra dimanche, 23 mars 2014

 

 

Paul Nizan - Les Chiens de garde

 

Piqué un ami!
Il manque tout de même le dernier en date et pas dès moindre le MacRond

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte
 
 
Une dénonciation engagée de la manière dont les journalistes, les éditorialistes et les experts médiatiques sont devenus les nouveaux garants de l'ordre social, des «Chiens de garde» selon les termes employés par Paul Nizan en 1932 - il condamnait alors les philosophes et écrivains de son époque, ainsi que leur pseudo-neutralité intellectuelle. Les réalisateurs de ce film documentaire montrent notamment que les médias sont presque tous la propriété de groupes industriels ou financiers du CAC 40 liés au pouvoir...

 

1932. Paul Nizan publie Les Chiens de garde, brillante charge contre les intellectuels de l'époque, du moins ceux qui soutiennent l'ordre établi. En 1997, Serge Halimi publie Les Nouveaux Chiens de garde, qui dénonce l'hégémonie d'un certain nombre de journalistes, éditorialistes et autres experts autoproclamés. Sous couvert de pluralisme et d'objectivité, ils seraient les porte-parole de la pensée unique au service de la classe dominante. Collusion avec le monde politico-financier, proximité avec le pouvoir... Depuis Guy Debord et Pierre Bourdieu, la critique des médias est un exercice presque banal, mais ce film lui redonne un sacré coup de fouet. Le montage, rythmé, alterne analyses corsées d'économistes (Jean Gadrey, Frédéric Lordon...) et archives savoureuses : mention spéciale à Alain Minc, vantant, en 2008, la capacité naturelle des marchés financiers à s'autoréguler... A ce jeu de massacre salutaire, on aurait souhaité que les jeunes générations soient autant visées que les vieux de la vieille (Elkabbach, Ockrent, J­offrin). Les deux réalisateurs, marqués à gauche, insistent — un peu lourdement — sur le mépris de classe de ces princes du PAF. Mais leur décryptage soulève une vraie question : l'oligarchie médiatique est-elle soluble dans la démocratie ? — Mathilde Blottière