Avertir le modérateur

26/04/2016

La peur d’être atomisé

n

nucleaire 5.jpg

 

D’après un sondage Yougov pour «  20 minutes », sept français sur 10 estiment «  possible » qu’un accident nucléaire similaire a Tchernobyl, survenu en avril 1986, se produisent dans l’hexagone. lIl y a 30 ans, Tchernobyl subissait la pire catastrophe de l'histoire du nucléaire

La centrale de Tchernobyl quelques jours après l'explosion du réacteur.

INFOGRAPHIE- Le 26 avril 1986 à 1h23 du matin, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire soviétique explose. L'accident provoque la contamination des terres et des hommes vivant aux alentours de la centrale et la dispersion de matières radioactives au dessus de l'hémisphère nord. Retour sur 5 étapes VIDÉO - La carte animée du déplacement du nuage de Tchernobyl

L'Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publie cette simulation de l'évolution, heure après heure, du nuage radioactif produit par la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

 

Nucléaire.Afin de réduire la part de l'atome dans la production d'énergie, le ministre de la Transition écologique a donné ce lundi un objectif chiffré des fermetures de réacteurs nucléaires souhaitées d'ici 2025, «peut-être jusqu'à 17». Mais à quoi correspond ce chiffre ? Explications. (photo AFP) A lire sur Libération.fr

A voir : Sinon, je te conseil ce soir de voir Mardi 26 avril de 20h55 à 22h25 sur ArteSociété :  Tchernobyl, Fukushima : vivre avec " Thèmes de l'émission : Réalisateur : Olivier Julien ...Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, cinq ans après celle de Fukushima, quel risque présentent les territoires dits «faiblement» Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, cinq ans après celle de Fukushima, quel risque présentent les territoires dits «faiblement» contaminés, dont les habitants sont restés sur place ? En Europe, dans ces «zones grises» dites vivables, près de sept millions de personnes, réparties entre la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie et la Norvège, ont basculé dans l'inconnu, devenant les cobayes d'une cohabitation permanente avec la radioactivité. Dans les territoires les plus proches de Tchernobyl, le mois suivant l'accident, s'est déclarée une épidémie de cancers infantiles de la thyroïde. Mais que sait-on des conséquences à court, moyen et long termes d'une contamination qui continue d'affecter l'environnement et la chaîne alimentaire ? Olivier Julien a enquêté auprès des habitants de trois zones contaminées, en Biélorussie, auprès des Samis de Norvège et au Japon

TCHERNOBYL FUKUSHIMA, VIVRE AVEC / CHERNOBYL, FUKUSHIMA, VIVER COM O LEGADO (2016) ( lien avec le documentaire en entier)

 

Fukushima ravive l’inquiétude :

 Si Tchernobyl laisse des souvenirs, c’est surtout la catastrophe récente japonaise de Fukushima qui a ravivé les inquiétudes des français. Les risques nucléaires avaient en 2011 percée spectaculaire  dans la liste des préoccupations, comme le baromètre de l’institut de radioprotection et de dureté nucléaire (IRSN). «  Les français n’ont jamais été aussi nombreux ( 55% en septembre 2011) à juger élevé le risque des centrales nucléaires » notait l’IRSN

La catastrophe serait un coup porté à la crédibilité des centrales

Lundi, le journal relayait la version bien plus pessimiste d’un scientifique suédois. Le diagnostic de Frigis Reich, chercheur à l’école royale supérieure et technique, 27 ans de service à l’inspection d’état de l’énergie nucléaire suédois, est sombre : «L’ampleur de la catastrophe est sous-estimée au Japon. Si nous utilisons l’échelle traditionnelle de 7 points, qui évalue le danger atomique, nous nous trouvons déjà à 7.» selon 20 minutes

*Enquête réalisée sur 1004 personnes représentatives de la population nationale française agée de 18 ans ou plus. Sondage effectué en ligne du 12 au 13 avril 2016 selon les quotas.

 
Les Inconnus - Centrale nucléaire


 

 

« Aucune conclusion n’a été titrée »

 La catastrophe serait un coup porté à la crédibilité des centrales

Lundi, le journal relayait la version bien plus pessimiste d’un scientifique suédois. Le diagnostic de Frigis Reich, chercheur à l’école royale supérieure et technique, 27 ans de service à l’inspection d’état de l’énergie nucléaire suédois, est sombre : «L’ampleur de la catastrophe est sous-estimée au Japon. Si nous utilisons l’échelle traditionnelle de 7 points, qui évalue le danger atomique, nous nous trouvons déjà à 7.» selon 20 minutes

N La peur d'être atomisé - blogL'indigné révolté é le mardi 26 avril 2016

Le spectre de Tchernobyl plane à nouveau

09:00 Publié dans nucléaire | Lien permanent | Commentaires (0)

06/08/2015

Hiroshima, la véritable histoire – ARTE

n

 

 

Flores Magon « j'ai trouvé cette citation dans un bouquin que je vais commencer à lire qui à l'air pas mal du tout "LA MAL-MESURE DE L’HOMME" du biologiste et historien S.Jay Gould. il semble que dans ce livre l'auteur flingue. grâce à l'histoire et la théorie de l'évolution le racisme et l'idée que l'intelligence soit une qualité biologique innée, héréditaire et quantifiable..  à acheter ou faites comme moi télécharger lire sur l'ordi ou imprimer: http://www.vosbooks.net/906.../la-mal-mesure-de-l-homme.html » 

 

Jeudi 6 août
7h50
à 9h00 : cérémonie de commémoration des 70 ans du bombardement de Hiroshima :musique de Yuko Hirota avec son Koto japonais, lecture de textes ; place de la République
8h15 : allumage de la Flamme de l'Abolition et minute de silence à l'heure de l'explosion de la bombe sur Hiroshima ; message en japonais de Midori Amo ; place de la République

Ce soir un très bon documentaire « Hiroshima, la véritable histoire – ARTE »

 

Hiroshima 54 jours d'enfer
Interdit de publication jusqu'en 1955, le journal du Docteur Michihiko Hachiya.

 

 

(1) Pika peut approximativement se traduire par éclair et don par « boum ». Il est à remarquer que les survivants d'Hiroshima appelaient l'explosion pikadon ou pika selon qu'ils se trouvaient loin ou près du point de chute. (2) Les ruines de...
DISSIDENT-MEDIA.ORG

 

Soixante-dix ans après la déflagration d'Hiroshima, une enquête de grande ampleur replace la vérité historique aux avant-postes et révèle d’étonnants témoignages. Un regard neuf sur un événement qui a provoqué tant d’aveuglement.

Les noms sont entrés dans la mémoire collective, et ils résonnent encore de manière macabre. Le projet atomique américain s’appelait "Manhattan Project", la bombe "Little Boy", et l’avion qui a ouvert sa soute "Enola Gay". Le 6 août 1945, sur ordre du président Truman, un bombardier B-29 largue sur Hiroshima la première arme nucléaire jamais utilisée lors d’une guerre. "Il y eut un anneau de feu rouge et aveuglant. Je ne devrais pas le dire, mais c’était magnifique", dit aujourd’hui un des survivants. "L’aube d’une ère nouvelle", assurent certains scientifiques. 80 000 Japonais paient sur le champ ce basculement de l’histoire de l’humanité. Si, bien entendu, les suites immédiates et dantesques de l’explosion sont l’épicentre du documentaire, elles n’en constituent pas l’unique objet. Grâce à la révélation d’étonnants secrets, Hiroshima, la véritable histoire dissipe les écrans de fumée qui ont détourné le monde de la réalité des faits.

Test grandeur nature
Cette investigation ambitieuse éclaire aussi bien les motivations réelles des Américains que les conséquences sociales, sanitaires et environnementales du désastre. Little Boy était-elle un "mal nécessaire" pour forcer les Japonais à capituler ? Hiroshima démontre que le pays de l’empereur Hirohito avait de toute façon déjà perdu la guerre et s’apprêtait à négocier. Les objectifs de Truman étaient autres : tester in vivo l’efficacité de la bombe et devancer les Russes dans la course à l’armement. Même duplicité après la seconde explosion atomique (Nagasaki, le 9 août) : les Américains font des études scientifiques mais ne soignent personne. Le quotidien des irradiés est occulté : considérés comme des pestiférés, ils doivent subir l’emprise rapace des mafias japonaises et la désagrégation des rapports humains. Dans le même temps, aux États-Unis, une propagande gouvernementale massive tente de rendre populaire le recours au nucléaire. Bénéficiant d’images d’archives inédites et de documents confidentiels, le film de Lucy van Beek met en avant de nombreux  témoignages, notamment  japonais (experts, agents secrets, survivants). Les souvenirs et les histoires individuelles qu’ils esquissent aboutissent tous au même constat : les ondes de choc d’Hiroshima n’ont pas encore disparu.

(Royaume-Uni, 2014, 94mn) ARTE F

 
Il y a 70 ans aujourd’hui, la bombe atomique a été lancée à Hiroshima. Je me souviens de mon ex fiancé d’il y a 20 ans et de sa famille qui sont de Hiroshim...
NOSVOISINS311.WIX.COM

 

n

 

Le récit par six "témoins", Hiroshima, auteur John Hersey, newyorker.com, 1946...

How six survivors experienced the atomic bomb and its aftermath.
NEWYORKER.COM|PAR JOHN HERSEY

 

 n

Je publie ce mois-ci un dossier que j'ai réalisé sur l'explosion du réacteur 3 de Fukushima Daiichi. Comme c'est long, je l'édite en 7 parties tout au long du mois d'août. Les deux premières parties sont déjà en ligne, les suivantes ça sera les 9, 13, 17, 21 et 25 août. 

Le 14 mars 2011, à 11 h 01 exactement, une explosion d’une rare intensité s’est produite dans le bâtiment du réacteur n° 3 (BR3) de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Selon la seule vidéo connue, l’explosion s’est manifestée...
FUKUSHIMA-BLOG.COM|PAR PIERRE FETET

 

n

Selon le parisien en date du mardi 4 aout 2015 « Fukushima : décès soudain d'un ouvrier de la centrale après 3 heures de travail » vient nous rappeler que rien a changer aux Japon et que l’épée de Damoclès pèse toujours sur nos têtes

Message d’une amie Yuko Hirota, qui tiens une association d’aide aux enfants de Fukushima pour améliorer leurs ordinaires :

 

« Bonjour,

 

Comment allez-vous ?

Je pense à vous, vous êtes où ?

Vous ne souhaitiez pas venir dans les Cévennes ?

Oui, je serai entre le 7 et 12 août.

 

Les enfants de Fukushima sont arrivés en France et ils sont en route de " Caravane d'été" .

Encore deux enfants vont venir bientôt et le 8 août, avec Aksana, la fille de Biélorusse, Piano-no-ki organise un concert pour l'échange d'amitié autour du piano dans les Cévennes.

 

Pour aider l'association "GANBALO" qui organise cet événement, "Caravane d'été", notre association, Piano-no-ki, finance une partie pour séjours dans les Cévennes mais ils ont besoin vraiment de l'aide pour continuer cet événement. Pour cela ils ont monter "kisskissbankbank.com/soutien-aux-enfants-de-fukushima

qui nous permet àtransmettre au monde pour demander la donation. Je vous sollicite aussi vos compréhension et vos générosités pour que je puisse continuer avec eux, la solidarité et le partage de la joie.

 

Alors regarder et réagir, S.V.P. selon votre possibilité :

 

http://www.kisskissbankbank.com/soutien-aux-enfants-de-fu...

 

GRAND MERCI !

 

Amitiés

Yuko »

Hiroshima, la véritable histoire - CitizenKhane

SOS Japon sinistré

15/04/2014

Aux enfants de la bombe

Bonjour,


Je viens de mettre ma première réalisation d'un film :
RENCONTRE des enfants de Fukushima et d'une fille de Biélorussie :


Il s'agit du concert que j'ai participé et le voyage de 5 enfants de Fukushima l'été dernier.
Regarder et si vous avez des conseils à me donner ....

En attendant de vos réponse pour la nouvelle liste, je vous envoie par wanadoo  où je ne peux pas recevoir vos mail........ne me répondez pas par
et répondez S.V.P.   à  
yukohirota14@gmail.com

 

 Aux enfants de la bombe

Sciences et technique par Jean-Philippe Desbordes , Christine Bonnet

 

En 1960, Bernard Ista était ingénieur et entrait au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA). De 1960 à 1995, il a filmé tous les essais nucléaires et écrit au quotidien la chronique de ces 35 années, contrechamp des archives officielles, avant de mourir des suites d'un cancer en 1998. Son témoignage retrace l'aventure de la bombe atomique française et rend hommage aux 150 000 militaires et civils qui en furent les acteurs. Près de 30% d'entre eux souffrent aujourd'hui de pathologies graves. Danielle Ista, sa femme, ainsi que ses amis et collègues lèvent le voile sur le coût humain de la bombe atomique française.

 

La critique TV de télérama du 12/04/2014 

Il fut de toutes les scènes d'essais nucléaires français, sans savoir que l'état-major considérait que 7 % des hommes engagés dans les expérimentations pourraient être irradiés, et qu'il en ferait partie. Ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) depuis 1955, Bernard Ista est aussi cinéaste amateur. Bravant les interdictions, il filme, engrangeant, du Sahara à la Polynésie, les bobines de super-8.

 

Adossé aux extraits de ses films, ce documentaire, enfin diffusé dans sa version intégrale, est le carnet de route effarant de l'épopée nucléaire française, ­témoignage implacable d'un monstrueux mensonge d'Etat. Tandis que les gradés assistent aux tirs, claquemurés dans des abris de béton, bidasses et civils vaquent sans protection. Persuadés, comme on le leur a assuré, que les radiations sont négligeables et inoffensives. Déclassifié depuis, un rapport du ministère de la Défense donne la mesure du cynisme : les hommes sont volontairement exposés, « pour étudier les effets physiologiques et psychologiques afin d'obtenir les éléments nécessaires à la préparation du combattant moderne ». Qu'importent alors les sites irradiés, la contamination de l'eau et des aliments, les pathologies graves, les malformations génétiques à venir. Rien n'entamera le silence des politiques et de la hiérarchie militaire.

 

Tissage maîtrisé d'images empruntées aux films de Bernard Ista, aux archi­ves d'actualités, aux spots de propagande du CEA et de témoignages, le film joue de l'effet de contraste. Aux saynètes ensoleillées gorgées de vitalité et d'insouciance du jeune atomiste répondent les conséquences dramatiques du mensonge d'Etat. En dépit de la loi votée en 2010, les victimes sont toujours aussi mal reconnues... et indemnisées. 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu