Avertir le modérateur

08/05/2017

Emmanuel Macron : les coulisses d'une victoire

n

 Emmanuel Macron a été élu dimanche 7 mai président de la République en battant largement la candidate d’extrême droite Marine Le Pen lors d’un second tour marqué par une forte abstention . Suivez notre direct de la soirée électorale.  la publication de Journal La Croix

Max Rieux Espérons que le peuple de France sera assez malin pour ne pas réaliser cette hypothèse ,sinon demain c'est les lendemains qui déchantent !
Car malgré une élection minoritaire d'adhésion à 18% de Macron et Cie ,vu le mode électoral injuste des législatives sans proportionnelle ,volonté de mettre à distance le pays réel et le pays représenté ,la firme Macron et Cie peut avoir une majorité d'apparence .Alors si vous voulez payer moins cher la Résistance ! Le plus malin c'est une non majorité de godillots "en marche" à l'Assemblée en Juin 2017 ! Bref de l'audace !
« En marche pour cinq ans de lutte » : la manifestation du 7 mai dispersée à coups de tonfas Compte-rendu de la manifestation organisée à Tours suite à l'annonce de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République.

L’image contient peut-être : 3 personnes

 L’abstention lors des consultations électorales est généralisée. Comme l’avoue un député : . L’abstention lors des consultations électorales est généralisée. Comme l’avoue un député : « Les gens ne se dérangent que pour les élections qui ont un sens »  la publication de Fanfan Bacqué.

 

nVotes blancs et nuls, abstention : les résultats du second tour s’ils étaient pris en compte 

Les quatre millions de bulletins blancs ou nuls et les 12 millions d’abstentionnistes de ce second tour dessinent des résultats très différents lorsqu’on les comptabilise.

LE MONDE |  Par Gary Dagorn

 

Avec plus de quatre millions de votes blancs et nuls et une abstention plus forte que d’habitude pour un second tour de l’élection présidentielle (un record depuis 1969 et le duel Georges Pompidou-Alain Poher), 2017 a été marqué par une défiance record envers les deux candidats qui s’y sont qualifiés, Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Ni l’un ni l’autre ne se sont prononcés officiellement sur la reconnaissance du vote blanc en tant que vote exprimé, pourtant proposée par six des onze candidats qualifiés pour le premier tour.

Rappelons que le vote blanc n’est pas compté aujourd’hui comme un vote exprimé. Seuls les bulletins aux noms des candidats sont considérés comme un suffrage exprimé. La reconnaissance du vote blanc consisterait donc à comptabiliser ceux-ci dans le total des exprimés, « comme si » le vote blanc était un candidat à part entière, faisant de facto baisser les scores des autres candidats. 

 
"En général, quand un homme politique arrive à ce niveau, on a déjà une grande biographie, des relations interpersonnelles depuis des années. Là, il est très jeune", Soazig Quéméner 00'09-05'23
 

MIRBEAU, Octave -- La Grève des électeurs - Partie 1

Livre audio gratuit publié le 17 janvier 2010 - Donneur de voix : Gérard Ferran - Durée : 23min La Grève des Electeurs - Octave Mirbeau - 1 YOUTUBE.COM Etienne De La Boetie - De la servitude volontaire partie 1partie 2

 

 
 
 
 Lendemain de 'plébiscite' ...
 
 
Aucun texte alternatif disponible.
 
 
 

regardons les faits la publication de Flores Magon.

Aucun texte alternatif disponible.
 
 
 

 https://www.facebook.com/PageGuillaumeMeurice/videos/1370...En marche à petits pas - Le moment Meurice  04:52 429 362 vues Guillaume Meurice

 

Dans Si tu écoutes, j'annule tout, je suis allé au Louvre pour fêter la victoire de Macron 1er. #MonarchieRépublicaine

 

La dictature de l'immédiateté : Dans un monde saturé de stimuli où la publicité, la consommation, la télévision, des technologies toujours plus nombreuses et invasives... nous invitent à vivre en mode "présent", comment penser l'avenir ? Comment cette urgence normalisée s'est imposée ? Quelle conséquence a-t-elle sur notre façon de vivre et d'être ensemble, sur notre environnement, sur notre planète ?

Présidentielle : qui est Emmanuel Macron ?FRANCETVINFO.FR : 
 Les Jours Sponsorisé ·

 

Vendu comme l’homme du « renouveau », Emmanuel Macron a profité de la peur du FN et de la faillite des partis traditionnels.
Replay. Vendu comme l’homme du « renouveau »

Replay. Vendu comme l’homme du « renouveau », Emmanuel Macron a profité de la peur du FN et de la faillite des partis traditionnels. En savoir plus LESJOURS.FR
 

Taux de participation 17h 65,30% #HistoriquementBas et finalement monté a 43%. 43% pour Macron C'est sur que l'on ai loin du plébicite des 82% pour jacques Chirac en 2002.un tiers des électeurs, soit 16 millions ont dit : NI MACRON NI LE PEN, c'est déjà pas mal....

« Après ce que j’ai vu en Espagne j’en suis venu à la conclusion qu’il est vain de vouloir être "antifasciste" tout en essayant de préserver le capitalisme. Le fascisme, après-tout, n’est qu’un développement du capitalisme, et la démocratie la plus libérale – comme on dit – est prête à tourner au fascisme à la première difficulté.


Si quelqu'un entend collaborer avec un gouvernement capitaliste impérialiste dans le cadre d'une lutte "contre le fascisme" (c'est à dire en fait contre un impérialisme rival) il ne ferait que permettre au fascisme de rentrer par la porte de derrière. »Un intéressant comparatif sur toutes les présidentielles de la Cinquième République 
Élection présidentielle 2012 2007 2002 1995 1988 1981 1974 1969 1965 Résultats des élections présidentielles en France FRANCE-POLITIQUE.FR

 Macron est mieux accueilli par la presse étrangère que française. Que faut-il en conclure ? Elle a fait campagne pour lui.

Emmanuel Macron : les coulisses d'une victoire - Lundi 08 ... - YouTube , "Emmanuel Macron", les coulisses d'une victoire (TF1) - Dailymotion

 

Ça ne vous surprendra pas mais pour moi ce soir au débat il n'y a pas photo. Emmanuel Macron à été très au dessus de l'exercice. Je ne m'attendais pas à cela mais je me suis régalé.

 

Mon amie, c'est la finance.

"Emmanuel Macron a précisé ce mercredi sur France Inter ses projets pour l'impôt sur la fortune (ISF). Le candidat à la présidentielle souhaite le supprimer pour les actionnaires d'entreprises, au nom du "financement de l'économie". Une recette économique à la saveur libérale, qui va faire le bonheur de Liliane Bettencourt, Vincent Bolloré et consorts..."Macron "l'anti-système" veut supprimer l'ISF pour les actionnaires MARIANNE.NET . Mais selon  Alain Minc : « L’affaire Fillon, c’est parce que les politiques ne sont pas assez payés » (sic) NDF.FR

  
Qui sera le Premier ministre de Macron ? - Le Moment Meurice

 

L’équipe d’En marche ! appelée à jouer les premiers rôles

 
La liste des soutiens du candidat d’En marche que nous proposons ci-dessous n’est pas exhaustive mais elle est la plus complète disponible à ce jour.Ben tiens ! La liste des soutiens du candidat d'En marche que nous proposons ci-dessous n'est pas exhaustive mais elle est la plus complète disponible à ce jour.. Les personnalités sont classées par catégorie (« Patrons et banquiers », « Responsables politiques », etc.), puis par ordre alphabétique. Les possédants, que leur capital soit prioritairement économique, politique ou culturel, sont, sans surprise, en bonne place...

Patrons et banquiers, Responsables politiques et hauts fonctionnaires , ntellectuels et journalistes
 
 
Le Monde ont partagé un lien.


 

Audiences: France 2 remporte la soirée d'hier

France 2 a réalisé dimanche soir la meilleure audience des soirées électorales, rassemblant en moyenne près de 5,8 millions de téléspectateurs, soit 24,5% du public entre 19h30 et 23h30, selon les chiffres de Médiamétrie.

TF1 était leader à l'annonce des résultats à 20h00, avec un pic à 9,5 millions de téléspectateurs, mais a attiré moins de téléspectateurs pendant la soirée.

France 3 a attiré dimanche entre 19h30 et 21h00, 1,8 million de téléspectateurs, soit 6,9% du public.

France 2 avait dejà été remporté le match de la soirée électorale du premier tour, mais s'était faite doubler pour le débat d'entre-deux-tours par TF1, qui avait attiré un million de téléspectateurs supplémentaires (8,1 millions contre 7 millions pour France 2).

Dimanche, M6 a aussi réalisé un bon score à partir de 21h00 en proposant une alternative à la soirée électorale: le quatrième opus de la saga Pirates des caraïbes, La fontaine de jouvence (2,7 millions de téléspectateurs, 11,6% de PdA).

Pour la TNT, BFMTV revendique la première place pour l'ensemble de la journée.

Le Président élu a offert un spectacle vulgaire aux milliers de personnes venues l'acclamer sur l'esplanade du Louvre.

 
POLITIS.FR
 
 
 
Ce n’est pas le travail parlementaire, proche du néant, que récompense Emmanuel Macron en nommant Edouard Philippe. C’est quoi, alors ? La grande braderie des droits des homos ? La rhétorique légitimant les inégalités et rendant respectable le discours de la Manif pour tous ?·Edouard Philippe – L’entourage homophobe et réac d’Emmanuel Macron (2) 15 MAI 2017 PAR MÉRÔME JARDIN BLOG : VENDEUR-SES DE HAINE

Few could have asked for a better start to a political career than France's new President Emmanuel Macron. The 39-year-old's first roles came under Francois Hollande as a member of his personal staff and later as a minister of economy, industry, and digital affairs under the government of Manuel Valls.

 

LIRE AUSSI :

» EN DIRECT - Emmanuel Macron élu président, toutes les réactions en direct
» Présidentielle : tous les résultats ville par ville, sur notre carte
» Macron terrasse Le Pen et s'ouvre les portes de l'Élysée

 

Extrait 

Le Grand Débat Le Pen vs Macron : Les coulisses d'un ... - YouTube

 

"Les stratégies de communication et de management sont mieux maîtrisés par EM ... Je les connais....

Pas difficile, vu que le débat était au ras des paquerettes.#LeDébat Je suis content de ce débat merdique, car il montre la mascarde et la futilité de cette élection et plus globalement des élections.https://www.youtube.com/watch?v=hz5xWgjSUlk Présidentielle : Ni pour la créature ni pour son créateur !"

"Emmanuel Macron, Les Coulisses d'une victoire" sur TF1: ce que ...

PRÉSIDENTIELLE - 24 heures seulement après sa victoire, le nouveau président français se dévoile dans un documentaire unique. Diffusé lundi 8 mai à 21 heures sur TF1, "Emmanuel Macron, Les Coulisses d'une victoire" est le résultat de 200 jours de tournage auprès du candidat d'En Marche!.

Emmanuel Macron: les coulisses d'une victoire FiLM ... - YouTube

Pendant huit mois, Emmanuel Macron a accepté de porter en permanence un micro-cravate et d'être suivi comme son ombre par le réalisateur Yann L'Hénoret. Le tournage, qui a duré jusqu'à ce dimanche minuit, dévoile les moments de tension ou de fou rire, la préparation des meetings, les réactions du candidat aux moments-clés de la campagne, les réunions avec ses équipes, ses déplacements, la présence de son épouse Brigitte...

 

REPLAY - "Macron : les coulisses d'une victoire" : le documentaire ...

"La condition était qu'il ne ferme jamais aucune porte" pour ce qui concernait la campagne. "Il a accepté. Et il a oublié la caméra. Il n'a jamais éteint son micro, sauf pour ses moments de vie privée", raconte Justine Planchon, une des dirigeantes de Troisième Œil Productions, qui coproduit le film avec Black Dynamite.

J'ai été frappé de découvrir à quel point cet homme avait intégré les codes de la communication et de l'image". Il n'a pas demandé à voir le documentaire terminé.

Pour mettre en valeur leurs 150 heures de rush, les producteurs imaginent déjà une version cinéma, ou encore une série documentaire, peut-être pour Netflix avec qui ils sont en discussion.

 Le PC déjà aout après avoir soutenu les casses sociales d'Hollande décide de persévéré avec Macron. Robert Hue Sponsorisé · Emmanuel #Macron, Président de la #République : Un coup de jeune pour la #France ! Emmanuel Macron Mouvement des Progressistes - mdp #MdPAFP News Agency Emmanuel Macron, Président de la République : Un coup de jeune pour la France ! | Mouvement des progressistes MD-PROGRESSISTES.FR

l’ultralibéralisme Macron à gagné ça on le savait avant même l'élection...La répression économique arrive à grand pas.Macron président, M Le Pen heureuse de voir son pourcentage augmenter, la droite et Mélenchon prêts et confiants pour les législatives, et les petits candidats ont pu montrer leur têtes, ils sont tous heureux bref c'est la grande fête des ORDURESla publication de Flores Magon.

Le Medef, grand gagnant des élections présidentielle. Il avait parié sur 3 candidats : François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. 

Laurence Parisot, l'ex patronne du MEDEF comme première ministre? Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, le nom de l'ex-patronne du Medef revient avec insistance pour le poste de Premier ministre.

 
MARIANNE.NET
 
Tout est là.
Au lendemain de son élection, Emmanuel Macron a eu le droit aux remontrances du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker qui lui a dit "Les Français dépensent trop", dit Juncker à Macron CHALLENGES.FR
 

Macron élu : les raisons d’être en colère, de se réjouir et de s’engager

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le Pen éliminée, c’est tant mieux. Le problème, c’est que la politique antisociale de Macron continuera à servir de marche-pied au FN. Heureusement, son gouvernement patchwork droite-gauche promet d’être fragile, donc vulnérable aux luttes sociales. A nous toutes et tous de lui faire barrage et de bâtir une alternative révolutionnaire.

Emmanuel Macron sera donc président ! Le candidat du patronat l’a emporté sur la fasciste relookée Marine Le Pen.

Pour les électrices et électeurs de gauche, c’est un maigre soulagement (Le Pen est éliminée), aussitôt supplanté par une franche frustration (Macron est élu).

Pour celles et ceux qui ne croient pas que la politique institutionnelle puisse changer quoi que ce soit, comme à Alternative libertaire, cette élection ne fait que reconfigurer les modalités de la lutte.

Les raisons d’être en colère

Rappelons quelques traits du programme d’En marche :

  • Baisse des impôts pour les riches : mutation de l’impôt sur la fortune pour en exonérer « des milliers de foyers aujourd’hui soumis à l’ISF ».
  • Casse des services publics : avec la suppression de 120 000 postes de travail dans les hôpitaux, les écoles et l’ensemble des services publics, et de 70 000 à 75 000 dans les collectivités territoriales. Autant dire que la promesse de classes à 12 élèves dans le primaire est mensongère.
  • Casse du Code du travail : dans la ligne de la loi El Khomri, avec priorité aux accords d’entreprise sur les accords de branche et sur le Code du travail.
  • Casse de la protection sociale : avec la baisse des cotisations sociales, donc des prestations de l’assurance-maladie, chômage et vieillesse. L’amélioration de la protection des travailleuses et travailleurs indépendants est de la poudre aux yeux.
  • Pénalisation des chômeuses et des chômeurs : en réduisant leur possibilité de dire non à un employeur.
  • Pénalisation des travailleuses et des travailleurs : en supprimant la norme de 35 heures hebdomadaires pour les jeunes salarié.es.
  • Renforcement de la répression : avec l’embauche de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires.

C’est contre toutes ces attaques annoncées qu’il va falloir résister.

Les raisons de se réjouir

Macron va poursuivre la politique néolibérale et de régression sociale de ses prédécesseurs. Mais contrairement, au bulldozer Sarkozy et à l’illusionniste Hollande, il cumule les handicaps :

  • sa base électorale est volatile, le candidat n’a fait que vendre une image jeuniste, du rêve et les formules creuses du « ni droite ni gauche ». Pour celles et ceux qui ont bu ses paroles avec des étoiles dans les yeux, le désenchantement va être brutal ;Etat du soit disant "bien élu" ? un bain d'eau froide !
    61 % des Français ne souhaitent pas que Macron ait une majorité à l'AN cad en fait la proportionnelle de la France réelle et non pas le Photoshop représenté au final !
    Macron président : le sondage Ipsos qui souligne les fragilités
    Selon l'institut Ipsos, 61 % des sondés ne souhaitent… LEPOINT.FR
     
  • sa base sociale est très réduite : mal vu dans les milieux de la bourgeoisie traditionnelle, méprisé dans les classes populaires, il n’aura pour lui que le Medef, les commerçants qui espèrent des baisses d’impôts, et la cohorte flashy des start-uppers, « créatifs » et autres assoiffés de business 2.0. C’est étroit, en réalité ;
  • il ne bénéficie pas de l’étiquette de gauche qui, trop souvent, intimide les mouvements sociaux et syndicaux. Dans les milieux militants, personne n’attend rien du promoteur des lois Macron et El Khomri. Il n’y aura donc pas d’état de grâce ;
  • il n’est pas sûr d’obtenir une majorité parlementaire aux législatives. Même s’il l’obtient, elle sera instable – constituée de transfuges et de néophytes peu fiables. Cela plombe sa prétention à « gouverner par ordonnances » puisqu’il faut, pour cela, l’assentiment du Parlement.

Ce pouvoir sera donc fragile, et c’est une bonne nouvelle pour le mouvement social, syndical et, plus globalement, pour la « gauche de la rue » : toutes celles et ceux qui n’attendent pas grand-chose des urnes et pensent que l’on obtient davantage par la lutte. Nous ferons barrage à la politique d’En marche dans la rue, dans les entreprises et dans les quartiers.


Tract en PDF

Les raisons de s’engager

Contre Macron, contre Le Pen, contre la droite, mais aussi contre la néosocial-démocratie que Mélenchon cherche à inventer, nous affirmons qu’on ne résoudra pas le chômage, la misère et la crise écologique sans remettre en cause le capitalisme, c’est-à-dire la propriété privée des moyens de production et d’échange qui nous interdit les vrais choix démocratiques.

Notre ennemi n’est pas « le système », terme qui ne veut plus rien dire puisque, de Dupont-Aignan à Macron en passant par Le Pen et Fillon, tous les politiciens s’en disent les opposants. Notre ennemi a un nom, bien plus clair mais que, bizarrement, les politiciens évitent soigneusement : c’est le capitalisme. Et ce, qu’il soit « mondialisé » ou « patriote ».

Nous lui opposons l’autogestion socialiste, le seul projet à même de changer la société et la vie.

PAS UNE MINUTE À PERDRE CONTRE MACRON. DÈS LE 8 MAI AGISSONS POUR NOS REVENDICATIONS
Communiqué d'Info'Com-CGT après le 2e tour de l'élection présidentielle
https://www.facebook.com/events/1707541932879952/ la photo de Info'Com-CGT.

Souvenir d’il y a 5 ans. Aujourd’hui dans les urnes, demain dans la rue, la lutte continue. Le retour de la gauche fait revenir les images de 1936, le Front populaire, les occupations, les accordéons, le peuple débordant ses élus... Et la bourgeoisie furieuse devant ces "salopards en casquette".
 
La racaille relève la tête 
Le mardi 8 mai 2012
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2455

Aujourd’hui dans les urnes, demain dans la rue, la lutte continue. Le retour de la gauche fait revenir les images de 1936, le Front populaire, les occupations, les accordéons, le peuple débordant ses élus... Et la bourgeoisie furieuse devant ces "salopards en casquette".

Nicolas Sarkozy, lui, son ennemi, c’était " la racaille" . Aujourd’hui dans les quartiers populaires , la "racaille" a viré le président des riches. Nous, nous retournons à Aulnay-sous-bois où les travailleurs de PSA sont en lutte. Un des premiers défi pour le nouveau gouvernement. Fin 2010, nous avions rencontré Ahmed, syndicaliste à PSA.

Du fil a retordre en perspective.

Reportage Pascale Pascariello.




--------------------------------------------------------------------------------

Programmation musicale :
 
 

::: Evènement Facebook
https://goo.gl/sffcn7

::: Télécharger l’affiche
https://goo.gl/s3EhBl

::: Partager l'affiche sur Twitter
https://goo.gl/EWjKop

::: Partager l'affiche sur Facebook
https://goo.gl/RwZQcc


 C’est une histoire souvent occultée que le mouvement de contestation contre « la loi travail et son monde » ressuscite peu à peu : celle de mai-juin 1936 
 

12:39 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

29/04/2017

Démocratie : histoire d'un malentendu

citation qui vaut dans toute les situations;
que ce soit l'entre 2tour, comme pour ceux qui sont fanatisé et obéissant devant un parti ou un chef( de l' extrême gauche à l’extrême droite)

L’image contient peut-être : texte et plein air
 
 
En ce moment je suis comme les politiciens.... sauf qu'au lieu de détourner de l'argent c'est l'argent qui se détourne de moi...
 

nous ne sommes pas dans une vrai démocratie mais dans une aristocratie élective"

je vous propose cette petite vidéo enrichissante et bien plus intéressante que tous les débats vides de sens où tout le monde s'emmerde qui on lieu actuellement

 
 
"Tous les principaux candidats, Macron, Fillon, Le Pen, ne sont là que pour perpétuer le règne de l'oligarchie qui confisque le pouvoir et vole les richesses au peuple. Ils n'ont aucune légitimité, il y a donc une crise de représentativité grave en France"
 
 

Le volet climat et énergie est censé faire partie du programme électoral des candidats au second tour : voici une petite comparaison Macron VS Le Pen.

L’image contient peut-être : 2 personnes
 
a publication de Sortir du capitalisme.

 Dans un ouvrage récent, Larry Portis note que l'époque actuelle est marquée par une résurgence des idées et des mouvements fascisants.
Larry Portis propose une définition simple : « le fascisme est un mode de contrôle politique autoritaire et totalitaire qui émerge dans les sociétés industrielles capitalistes en réponse à une crise économique ».
Il ajoute : le fascisme « existe comme idée et mouvement, et non seulement comme régime politique ».

Qu'est-ce que le fascisme ? 

Ce dimanche matin à Saint-Nazaire, cérémonie du souvenir de la déportation, l'occasion de revoir ce travail de lycéennes de #saintnazaire L’expérience des déportés nazairiens , la présence du Front national a été dénoncée par plusieurs participants de la cérémonie en hommage aux victimes et héros de la Déportation. Interpellés directement par une Résistante, les militants du parti d'extrême droite ont quitté la salle municipale.

« Je ne ferai pas de discours mais juste dire que la présence du Front national, ici, est une honte et une insulte à nos amis disparus. Je vous demande de sortir. »

 Mains brunes sur la villeSix mois déjà .... 

À l’heure où une Marine Le Pen drague les électeurs de Mélenchon par une mise en avant des idées communes aux populismes de gauche et d’extrême-droite, une analyse critique d’un porte-voix de ces idées communes, Étienne Chouard, soutien de François Asselineau (UPR) aux dernières présidentielles et de Trump au cours de sa campagne électorale. Une analyse notamment de son populisme transversal, de son confusionnisme, de son conspirationnisme, de son démocratisme-citoyenniste et de son « anti-impérialisme » ;)

 
Une émission radio de critique émancipatrice du capitalisme et son dépassement libertaire.
SORTIRDUCAPITALISME.FR
 
 

Tout le monde baisse son froc!!!! 1, 2, 3!!!  Les marchandages de voies se mettent e, place a l'image de Dupont aignant pour le second tour des présidentielles Laurianne Deniaud Dupont-Aignan trahit le gaullisme dont il se réclame en soutenant les héritiers politiques de la collaboration. Honte et danger." 

Alors qu'elle prononce un discours très offensif à l'endroit d'Emmanuel Macron devant quelque 20.000 personnes réunies à Villepinte (Seine-Saint-Denis), Marine Le Pen a parodié le discours fondateur prononcé par François Hollande au Bourget lorsqu'il était lui-même candidat, en 2012.Promettant qu'avec elle, "le monde de la finance ne s'emparera pas de l'Élysée", la candidate FN a ensuite lancé aux militants : "Le 7 mai, je vous appelle à faire barrage à la finance, à l'arrogance, à l'argent roi".

Le patron du syndicat patronal, Pierre Gattaz, a choisi d'inviter la candidate frontiste à présenter son projet, rompant avec une tradition anti-FN.

 
Pour Bernard Monot, l'un des deux créateurs du programme économique de Marine Le Pen, l'invitation sonne comme un début de consécration. «La position de Gattaz est pour une fois intelligente, elle est démocratique. Surtout que le FN est l'ami de toutes les entreprises, du petit commerçant, au géant français du CAC 40», explique l'eurodéputé, soucieux de voir les relations se normaliser avec le monde économique. «Je rappelle que nous sommes de vrais libéraux, partisans sans ambiguïtés de l'économie de marché et de la libre entreprise. J'espère que cette rencontre sera l'occasion de rassurer les chefs d'entreprise».
 
 
la vidéo de Ulyces.Petit rappel : non Hitler n' est pas arrivé au pouvoir parce qu'il était majoritaire dans les urnes, mais parce qu'il était soutenu par la bourgeoisie et le patronat.Comment Hitler est-il arrivé au pouvoir en 1933 ? http://buff.ly/2pg2I8s
 
 

Ni Lepen, Ni Macron
VIVE L'ABSTENTION CONSCIENTE !

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 
 
 Concernant Emmanuel Macron 
 

Tradez l'election présidentielle française avec FxPro.
Le Trading des CFDs implique un risque important de perte Comment vont réagir les marchés? En savoir plus FXPRO.FR

 

Le bond d'hier était en grande partie dû au soulagement des marchés qui craignaient la victoire de Marine Le Pen ou de Jean-Luc Mélenchon. Malgré le très bon score de la candidate du Front National (plus de 21%, soit plus de 7 millions de votes), ils sont parvenus à la conclusion qu'Emmanuel Macron était bien mieux placé pour remporter la présidentielle. Le "risque Le Pen" n'est pas complètement effacé mais il fait moins peur.

La position ouvertement pro-européenne du candidat d'En Marche !explique ce soulagement. La France est avec l'Allemagne un des grands piliers de l'Union européenne et de la zone euro, et c'est la raison pour laquelle cette élection est scrutée d'aussi près.

Mais au-delà de la question de l'euro et du projet européen, y a-t-il dans le programme de Macron de quoi nourrir une flambée des marchés ?

Avant de répondre à cette question, signalons deux obstacles. Premièrement, Macron n'est pas encore élu. Deuxièmement, nous ne savons pas encore avec qui il gouvernera et donc quel sera son véritable programme économique.

Mais son programme de campagne contient déjà un ou deux points susceptibles de brosser les marchés dans le sens du poil. Evidemment, les marchés vont se concentrer sur l'investissement et la fiscalité – et pas sur le pan culture ou éducation des candidats.

Premier point qui pourrait donc leur plaire, une baisse d'impôt sur les sociétés, ce que notait hier Simone Wapler dans La Chronique :

Si l'on en croit les promesses de campagne d'Emmanuel Macron :

"Nous baisserons l'impôt sur les sociétés de 33,3% à 25% pour rejoindre la moyenne européenne."

Du coup, l'écart de taux d'emprunt entre l'Allemagne et la France se tasse et l'indice du CAC 40 rattrape son retard, ouvrant en hausse. Ne boudez pas votre plaisir...

Autre point qui a pu retenir leur attention : la réforme de la CSG. Explications de la Tribune :

En revanche, tous les actifs sortiraient gagnants du basculement des cotisations d'assurance maladie et chômage (pour la part salariés) sur la CSG.

Voilà comment Emmanuel Macron vend se réforme, fort différente, souligne-t-il, de la suppression pure et simple de l'ISF, voulue par François Fillon.

 Sauf que... à entendre les meilleurs spécialistes de la fiscalité, la réforme Macron pourrait en fait s'apparenter à une suppression de l'ISF. Pourquoi ? Simplement en raison de la possibilité de transférer dans une société les actifs immobiliers. Dès lors, leur propriétaire serait détenteur non plus d'immeubles mais d'actions et donc exonéré. C'est ce que soulignent les meilleurs spécialistes de la fiscalité. Comme le relève Antoine Colonna d'Istria, avocat chez Norton Rose Fulbright « faire passer de l'immobilier sous le statut de société ne pose pas de problème ».

Au total, affirment les experts entourant le candidat d'En Marche, la réforme de la fiscalité du patrimoine aura lieu à coût nul pour les finances publiques. Mais cela ne dit pas qui serait gagnant ou perdant selon le niveau de revenus (...)Une facture en hausse, donc, pour les non fortunés.

Moins d'IS, au profit des actionnaires

 Enfin, la baisse de l'impôt sur les bénéfices des sociétés -ramené à 25%- est présentée comme une mesure de soutien à l'investissement. Mais in fine, assurent les économistes, il s'agit là d'une diminution de l'impôt sur la rémunération de l'actionnaire. Et donc, là aussi, d'un geste en faveur des ménages en haut de l'échelle des revenus.

Le candidat d'En Marche ! a aussi promis un grand programme d'investissement dans l'innovation française, le genre de promesse qui ne mange pas trop de pain et qui est mise en avant par absolument tous les candidats.

Certes, on est loin de l'énorme réforme fiscale promise par Donald Trump et des milliers de milliards de dollars dans les infrastructures américaines. Les marchés n'ont donc que quelques cacahouètes françaises à se mettre sous la dent alors que Trump leur promettait monts et merveilles.

Une possible élection de Macron à la présidence de la République ne déclenchera donc probablement pas une euphorie boursière de l'ampleur et de la durée du Trump Trade – mais, du point de vue des marchés, elle allègera les risques.

Lles marchés ont clairement pris position pour Emmanuel Macron et n'apprécieront pas la victoire de Marine Le Pen

En attendant, comme c'était prévisible, le CAC 40 a enregistré quelques prises de bénéfices avant de repasser dans le vert en fin de matinée. Pour l'instant, c'est l'effet "premier tour". A voir s'il se transforme en "Macron Trade".

Revenons au Trump Trade et ses promesses. Demain, le président américain doit dévoiler son projet de réforme de la fiscalité des entreprises. Une réforme extrêmement attendue par des marchés qui sont toujours à la recherche d'un second souffle. Une réforme qui ne doit donc pas décevoir – dans sa conception et dans son application.

Trump doit faire face à une opposition qui ne désarme pas (cf. par exemple l'échec de la réforme de l'Obamacare) et à la réalité économique américaine. Pour Jim, le Trump Trade est condamné et l'été pourrait porter le coup de grâce

 La coupable attraction de Jacques Sapir pour le Front national HUMANITE.FR

Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a réitéré ce lundi sur franceinfo son refus de donner une consigne de vote à ses adhérents. "Je ne veux pas culpabiliser les électeurs quels qu'ils soient, on n'est pas des directeurs de conscience", a-t-il dit.

A moins d'une semaine du second tour de la présidentielle, la traditionnelle journée internationale des travailleurs aurait pu souder, comme il y a 15 ans, l'ensemble des organisations salariales contre le Front national. En 2002, quand le second tour opposait Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen, elles avaient fait bloc.

Mais cette fois elles ont échoué à faire l'unité le temps d'un défilé. "La situation n'est pas la même", insiste Jean-Claude Mailly. "Le choc est moins fort", selon lui.

Alors que leurs centrales respectives ont appelé à "battre le FN", des organisations CGT, FSU et SUD appellent "à battre les deux candidats". Réunies au sein d'un collectif fraîchement créé ("Front social"), elles défileront place de la République à partir de 14h30, aux côtés des centrales nationales CGT, FO, Solidaires et FSU, mais avec un slogan distinct: "Peste ou choléra, on n'en veut pas".

LIRE AUSSI:

» Les syndicats n'arrivent pas à faire front commun contre le FN

 

C'est pas dans les salons, c'est bien dans la rue qu'on lutte et qu'on obtient satisfaction. J'appel a rejoindre les mouvements antifa, seul moyens de lutter efficacement contre le FN. C'est pas dans les salons, c'est bien dans la rue qu'on lutte et qu'on obtient satisfaction.

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1880699...

Aucun texte alternatif disponible.
 
Monsieur le Président, je vous écris une lettre que vous lirez surement, même si vous n'avez pas le temps.. et vu le peu de boulot que vous faites, vous en avez certainement !

" Monsieur le Président,
" Je vous adresse sous ce pli ma carte d'électeur déchirée,
" preuve selon vous que je suis un mauvais français, puisque
" pour vous autres politiciens, la citoyenneté se limite à nous
" faire voter pour vous aux fins de vous masturber sur notre
" pays, satisfaits de nous avoir fait "payer" vos erreurs à grand
" renfort de taxes et autres impôts à la con !
" Vous ne vous présentez pas, et pour cause ! Les poches bien
" bien remplies, un salaire "confortable" à vie.. et ce "titre" de
" Président qui sera inscrit de façon très peu académique par
" vos potes dans un dictionnaire qui se moquent de la
" grammaire élémentaire.
" C'est la dernière ligne droite... façon de parler puisque tout
" marche de travers dans notre Pays y compris celles et ceux
" qui s'en réclament et qui ne reconnaissent plus leur droite
" de leur gauche !
" Nous préférons nous abstenir de donner notre aval à des
" personnages de "B.D." plus proches d'Onc Picsou que
" d'Astérix, la gaule pour vous n'étant plus qu'une façon
" d'obtenir une érection - mot qui en changeant une lettre nous
" fait manquer d' "R" !
" J'en appelle à tous les "indécis", les "laissés pour compte", les " intellos - les "vrais". les femmes, les hommes, et même nos
" enfants qui sont déjà vos cibles pour le futur..
" à imiter mon geste et à détruire cette "carte" identique à celle
" que vous avez attribué à des "péripatéticiennes" afin de
" contrôler nos orgasmes, dernier rempart de Liberté
" individuelle !
" Je vous en supplie.. Monsieur le Président, intervenez,
" gueulez notre colère contre vos systèmes dignes des " " temps modernes" d'un Charlot emprisonné dans les" rouages d'une machine à remonter le temps ! ( faut être " cinéphile là, faut pas se contenter de regarder les ""bronzés"" ou la France en ""Camping"" montrant des ""Tuches" mot créé " pour mieux nous traiter de cons !
" Con, mot utilisé par Audiard à outrance pour nous refléter tels " que nous sommes ! mais pas nous prendre "pour des " conards sauvages"..attention à vous autres, ""le cave"" peut " se rebiffer !!
" Tu l'as compris Président.. et je te tutoie, marque d'une " indifférence alors que tu préfères " déférence"..
" Mais désolé je ne peux respecter que les gens qui me " respectent.. et y'en a pas un seul parmi celles et ceux qui " prétendent au "Trône" qui le fait !
" Je t'adresse cette carte et te demande de te la carrer " dans le véritable "fondement" de cette société que tes " amis politiques ont créé depuis 1789 !
" Tu n'as plus qu'à chanter la ""Marseillaise"" comme on le fait" seulement pour des matchs débiles où 22 cons se partagent" un ballon.. mais chante le deuxième couplet avec nos " monuments en airain.. qu'un coup d'aile d'oiseau ne peut " entamer sans se briser les ailes !
" Et contrairement à cette chanson censurée d'un véritable" auteur maudit par vos concepts de bienséance, je rectifie" le texte..
"Tu peux faire venir tes "gendarmes"..préviens les que ""je suis " en arme et que je sais tirer"" !
" Liberté ! Liberté chérie, je me battrais pour toi.. et toi " Président ou le futur "dictateur" de ma pensée..sache que " je continuerais à le faire et que j'encouragerai mon "sang"
" à le transmettre !
geka.. " pour faire valoir ce que de droit !

 
 

1er mai abstentionniste à Toulouse, pique-nique/discussion à Millau.

REFRACTAIREJOURNAL.NOBLOGS.ORG
 

400 pages de critique sociale, essai finalisé, après 7 ans d'écriture... version intégrale à paraître Actualités inactuelles - benoitbohybunel La Société du spectacle, Buchet-Chastel, 1967 ; Champ libre, 1971 ; Gallimard, 1992. http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Soci%C3%A9t%C3%A9_du_spec... BENOITBOHYBUNEL.OVER-BLOG.COM 

 

22/04/2017

Election présidentielle française

n

 
la publication de Flores Magon.

 
 
L’image contient peut-être : texte
 

On fait quoi si nous avons Le Pen/Fillon dimanche soir ?On descend dans la rue, rien a attendre des élections. C'est pas dans les salons, c'est bien dans la rue qu'on lutte et qu'on obtient satisfaction.

 

Pourquoi les scientifiques du monde entier descendent dans la rue VIDÉO - Pour la première fois, des chercheurs et défenseurs de la science manifestent samedi 22 avril à Washington, et dans plus de 500 villes à travers le monde, pour défendre la recherche scientifique, que certains jugent menacée par l'administration Trump. En France, des milliers de manifestants ont participé dans plus d'une vingtaine de villes.

C'est mal parti entre l'élection de trumps, le Brexit, la montée des populisme, de l'intolérance, de la xénophobie et ou religieuses, des petits dictateurs transformant des conflits régionaux en un bourbier international et un risque de confrontation en Asie avec le marchandage et les tractation de bas étages sur les réfugiés entre l(UE et la Turquie et bientot dans les pays du Maghreb

Ce que je vous propose aujourd'hui, c'est un point spécial sur les élections présidentielles. Si vous n'en pouvez déjà plus d'entendre parler de vote, de candidats, de conséquences économiques et financières,. Mais, rassurez-vous, le programme normal reprendra rapidement.

Donald Trump s'est exprimé hier devant le Congrès. Un discours extrêmement attendu non seulement car les premières semaines d'exercice du pouvoir ont été... compliquées... et source de polémiques, mais aussi parce que des clarifications sur son programme économique et social étaient nécessaires.

La presse souligne le changement de posture du nouveau président. Après sa conférence de presse de janvier et ses tweets enfiévrés, Donald Trump a décidé d'endosser le costume d'un président un peu plus consensuel, un peu plus rassembleur, et vraiment moins énervé.

Mais revenons à ce qui nous intéresse dans ces lignes : son programme économique.

Et tout d'abord, l'Obamacare. Sujet phare de la campagne de Trump qui avait promis de le réformer en profondeur, voire de le rayer de la carte. Le sort de ce régime de sécurité social étendu n'a pas été scellé. Trump a promis une réforme, et "une amélioration", sans vraiment en dire plus. Le secteur pharmaceutique peut, du moins pour le moment, souffler un peu.

Du côté de la Défense, Trump a confirmé souhaiter une augmentation du budget de la Défense, en insistant sur la défense du territoire américain. Les Etats-Unis devraient donc moins s'impliquer sur la scène internationale, à part pour éradiquer le terrorisme islamiste – ce qui laisse tout de même le champ libre à d'importantes interventions militaires. Le secteur de la Défense peut se réjouir.

Même réaction du côté des infrastructures et de la construction. Le président américain veut y consacrer 1 000 milliards de dollars d'investissements.Côté fiscalité, Trump est demeuré assez flou, renouvelant simplement ses promesses de phénoménales baisses d'impôts.

Et pour le reste ? Eh bien, c'est "America first" et "America great again". Ce qui signifie politique protectionniste, encouragements au retour des emplois sur le territoire américain et mise en avant du "made in America". Et au passage la création d'une agence chargée de traquer les crimes commis par les immigrés.

Pour résumer, un discours très favorable aux marchés actions et aux entreprises américaine.

L'effet sur les marchés ? Si on en juge par rapport à la réaction des marchés européens ( ils devraient apprécier.

 
Aucun texte alternatif disponible.

 

 

 

 
 

Le temps de l'incertitude
Cela faisait longtemps que le résultat d'une élection présidentielle française n'avait pas été aussi incertain. Le choix de candidats que personne n'attendait (Fillon, Hamon), l'émergence de nouveaux partis (La France Insoumise, En Marche), la montée d'une rhétorique nationale, anti-euro, voire nationaliste (les candidats se reconnaîtront), les multiples affaires (qui ne parviendront certainement pas à moraliser le monde politique) et les douloureuses interférences terroristes ont rendu la campagne hors-norme.

Ça y est, DAESH a commencé la campagne pour Le Pen ?

Le Front National porte en lui les germes du fascisme, dont l’État islamique est un exemple éloquent.FN et État islamique, les deux faces d'une même médaille LEBILAN.FR, Le Pen : candidate préférée de Daesh ? - La Riposte LARIPOSTE.ORG é la publication de LE BILAN.

 

Deux autres facteurs expliquent cette "anormalité».

Tout d'abord, le précédent du Brexit et de l'élection de Trump. Deux résultats des urnes que presque personne n'avait anticipé, et qui ont rendu commentateurs, journalistes et instituts de sondage un peu plus prudents. Se tromper une nouvelle fois et aussi complètement en aussi peu de temps, cela ferait désordre. Personne n'ose donc faire de pronostics. 

Récemment, mon collègue britannique John Stepek présentait à ses lecteurs du Money Morning les principaux candidats aux élections françaises.

Marine Le Pen y est décrite comme un Nigel Farage, mais en plus socialiste.
François Fillon comme une Margaret Thatcher... en plus socialiste.
Emmanuel Macron comme un nouveau Tony Blair... en plus socialiste.
Et Jean-Luc Mélenchon comme un Jeremy Corbyn... mais plus socialiste.

Bref... vous avez compris l'idée. 

A quelques jours du premier tour, plusieurs statisticiens accusent les sondeurs français de s’inspirer des résultats de leurs concurrents. Un phénomène appelé le « herding ». Qu’en est-il ?LE MONDE | | Par Maxime Ferrer, Laura Motet et Gary Dagorn Brexit, Trump, la surprise Le Pen en 2002 : trois chocs pour l’opinion publique, trois occasions où les résultats ont déjoué les pronostics et nourri la défiance à l’égard des sondeurs. A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, les sondeurs voient une nouvelle fois leurs estimations remises en cause. La critique arrive tout droit des Etats-Unis avec ce qu’ils appellent le « herding ». Une démonstration basée sur des hypothèses incertaines

Cette observation fait planer le doute sur l’analyse du chercheur du MIT. Ses conclusions basées sur des probabilités se fondent sur un test appelé le « Khi-deux ».

Antoine Rebecq, qui met en doute le herding dans un postpublié le 20 avril sur un blog collaboratif, précise : « Le test du Khi-deux est un test qui s’intéresse à la corrélation. Il est assez logique qu’il tombe sur une corrélation du fait de la méthode des quotas. » Concrètement, ce test suppose une indépendance entre les variables. Avec la méthode des quotas, il y a donc fort à parier que les sondages français ne soient pas indépendants car tous soumis aux mêmes caractéristiques, ce qui invaliderait de facto le test réalisé.

Avec la multiplication des sondages ces derniers mois, le chercheur dispose d’une « population » de sondages qu’il entend soumettre aux mêmes lois statistiques. Il propose donc de tester si les intentions de vote de chacun des quatre « gros » candidats (Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon) correspondent effectivement aux principes de la loi normale.

« Cette hypothèse me paraît valable, reconnaît Léopold Mebazaa. Mais il y a deux choses que je ne m’explique pas. La première est qu’à l’issue des scrutins, les erreurs observées ont souvent été supérieures aux erreurs théoriques qui étaient présentées dans les sondages. La seconde, c’est qu’on observe systématiquement un redressement très sévère soixante jours avant l’élection. »

Des pratiques qui peuvent parfois poser question

coup de pouce abstentionniste 3: face à un cireur de pompe du fdg:

"France insoumise" qu'ils appellent ça... En tout cas ça reste soumis au régime parlementaire( élections) et à cette vieille charogne de République.

Surtout un Merdenchon qui est un des plus riche, des plus bourgeois de la campagne. Rappelons qu'il fut ministre sous Jospin, et qu'il est un ami personnel de Dassault le marchand de mort.
Quand à son envie de mettre des amendes aux abstentionnistes, Prenons ça comme un compliment, le bourgeois c'est bien que la vrai subversion la VRAI INSOUMISSION passe par l'abstention

VIVE L'ABSTENTION

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Rencontre entre Fabrice NICOLINO et Corinne MOREL DARLEUX [VIDÉO : 41’01]ÉCOLO LIBERTAIRE CONTRE ÉCOLO INSOUMISE, le grand débat ! AbonnésVoir Émission du

Suite à notre émission « CE QUI COMPTE VRAIMENT », on a reçu un tas de messages très critiques envers Fabrice NICOLINO, qui était très critique envers le projet écolo de Jean-Luc MÉLENCHON.

 

Getch Tchern Mélenchon soutient des régimes totalitaires comme la Russie et la Chine mais il aurait "intégré la tradition antitotalitaire". On se croirait revenu dans les années 1960 où le secrétaire du PCF Georges Marchais déclarait "A Moscou, on respire la liberté"...

 

Autre point qui dépasse toujours un peu les Anglo-saxons : le fonctionnement de nos élections. Premier tour, deuxième tour, législatives. Scrutin uninominal majoritaire à deux tours... Alliances (ou pas) entre les différents partis. Il y a de quoi y perdre son latin 

Enfin, la France demeure un des moteurs de la zone euro et du projet européen. Après les risques de Grexit, après la crise de l'euro, après le Brexit, c'est au tour du Frexit de servir d'épouvantail.

Que va-t-il se passer dimanche (ou plutôt lundi) ?
Je ne vais pas vous faire une prédiction de résultat de premier tour. 

Ce qui importe aux marchés , c'est d'avoir quelques certitudes.Et cette élection nous en aura fourni trois.

Premièrement,  "voter utile". Le problème du vote utile, c'est que (1) il est difficilement cernable dans les sondages et que (2) on est toujours l'idiot utile de quelqu'un d'autre. à l'image de la large coalition au second tour – similaire à celle qui avait permis à Jacques Chirac de l'emporter face à Le Pen père en 2001

Deuxième certitude, les sondages font le pari de  : Marine Le Pen sera au deuxième tour. Absolument personne ne s'est risqué à émettre l'idée que la candidate du FN ne passerait pas le premier tour – ce qui semble une position raisonnable. Qu'est-ce qui les inquiète les marchés ? Ni la préférence nationale. Ni la suppression d'Hadopi.  mais bien l'incertitude sur son pan anti-euro . Là encore, rien ne dit qu'une majorité de Français voteraient pour un départ effectif de la zone euro 

Reste donc à deviner l'incertain de cette certitude : qui sera face à elle ? Et qui donc (3e certitude) sera le futur président.

Deux scénarios :
- l'adversaire de Marine Le Pen est un candidat qui ne donne pas de l'urticaire aux marchés, c'est-à-dire François Fillon ou Emmanuel MacronDans ce cas, les marchés vont reprendre tranquillement leur chemin. Le spread entre le rendement des obligations françaises et allemandes se resserrera, et ils pourront se concentrer sur les autres problèmes qui guettent les marchés (le faiblard Trump Trade, la montée des tensions internationales, l'Italie...).

- L'adversaire de Marine Le Pen est un candidat qui ne sied guère aux marchés. A savoir Jean-Luc Mélenchon (Benoît Hamon est passé aux oubliettes de l'Histoire).

Dans ce cas, oui, le décrochage pourrait être violent, tout particulièrement sur le marché obligataire. Mélenchon présente toutes les caractéristiques pour faire peur à des marchés anglo-saxons qui détectent du socialisme même chez Fillon.

Combien de temps pourrait durer la panique ? Plus longtemps pour Trump ou le Brexit ; les marchés vont en effet avoir du mal à faire tourner le programme du candidat de la France Insoumise ou du Front national à leur avantage. ... mais nous n'en sommes pas là.

A plus long terme ?
Partons du principe que le scénario le plus probable (une victoire de Fillon ou Macron) advienne. Que se passera-t-il ?

 

n

La Compagnie Jolie Môme - C'est dans la rue qu'ça s'passe

 

En apparence, par le vote, c’est le peuple qui gouverne. Mais il reste dominé par la classe bourgeoise : c’est l’illusion centrale de la démocratie qu’entend dénoncer l’anarchiste russe Mikhaïl Bakounine.

En vous rendant aux urnes, vous avez sans doute été gagné par le sentiment euphorisant d’appartenir à une communauté nationale qui accordait du prix à votre vote. En sortant de l’isoloir, à moins d’avoir voté blanc, vous avez même peut-être eu l’impression encore plus gratifiante d’appartenir à une communauté d’idées et de valeurs. En tout état de cause, vous avez nourri l’espoir que votre voix serait entendue.

Pourtant, nul besoin de souscrire aux thèses anarchistes du penseur russe Mikhaïl Bakounine pour être déstabilisé par le lourd soupçon qu’il fait peser sur le suffrage universel. Selon lui, « le suffrage universel, considéré à lui tout seul et agissant dans une société fondée sur l’inégalité économique et sociale, ne sera jamais pour le peuple qu’un leurre ; de la part des démocrates bourgeois, il ne sera jamais rien qu’un odieux mensonge, l’instrument le plus sûr pour consolider, avec une apparence de libéralisme et de justice, au détriment des intérêts et de la liberté populaires, l’éternelle domination des classes exploitantes et possédantes ».

Mikhaïl Bakounine en 6 dates

  • 1814 Naissance à Priamoukhino, en Russie.
  • 1842 Exil à Paris. Rencontre avec Marx, Engels et Proudhon.
  • 1861 Évasion d’un camp de déportation en Sibérie.
  • 1873 Publication de L’État et l’Anarchie.
  • 1876 Mort à Berne, en Suisse.
  • 1882 Publication posthume de Dieu et l’État.

 

Bakounine dénonce l’illusion selon laquelle chacun croit librement élire des représentants qui, précisément, le représenteront ; c’est la mystification par laquelle les gouvernants se prétendent dépositaires d’une hypothétique volonté populaire qu’ils ne font en réalité que confisquer à leur profit. Comment d’ailleurs espérer qu’il en soit autrement ? Les élus et les électeurs appartiennent à des mondes imperméables l’un à l’autre :« La classe des gouvernants (la bourgeoisie) est toute différente et complètement séparée de la masse des gouvernés. » Les aspirations du peuple sont par nature impénétrables à un bourgeois conditionné par son milieu.

Une fois passées les périodes électorales, qui fournissent l’occasion aux candidats de faire « la cour à Sa Majesté le peuple souverain » en déployant toutes les ressources de la séduction, chacun vaque ensuite à ses occupations : « Le peuple à son travail, et la bourgeoisie à ses affaires lucratives et à ses intrigues politiques. » Une fois le pouvoir conquis, l’heure n’est plus aux promesses mais au réalisme. L’exercice du pouvoir s’accompagne inévitablement de changements de perspective parfois radicaux. Ainsi, les candidats les plus révolutionnaires « deviennent des conservateurs excessivement modérés dès qu’ils sont montés au pouvoir ». Et le peuple ne manque pas d’accuser de traîtrise des hommes dont l’accès au pouvoir a simplement altéré la perception du réel.

La seule façon de rendre la démocratie vraiment représentative consisterait à donner les moyens au peuple d’exercer un contrôle effectif sur les élus. Ces derniers devraient être contraints d’agir ouvertement et publiquement, de se soumettre à la critique populaire et être révocables à tout moment. Mais Bakounine sou-ligne lui-même les difficultés liées à l’exercice d’un tel contrôle populaire : celui-ci exigerait que le peuple ait le temps et l’instruction nécessaires pour étudier les lois et les programmes qu’on lui propose : « Il devrait se transformer en immense parlement en plein champ. » Or, comme il n’en a ni le loisir ni la compétence, il s’en remet au savoir discrétionnaire de l’élu. Ainsi, le système représentatif « a besoin de la sottise du peuple et il fonde tous ses triomphes sur elle ». Voilà pourquoi la scène électorale est un lieu mensonger et condamné à le demeurer. Voilà aussi pourquoi, en sortant du bureau de vote, vous étiez peut-être, déjà, secrètement désenchanté

 
KROPOT.FREE.FR
 

e fonctionnement de notre vie quotidienne par exemple. Vous êtes anarchistes (le jeu) Et on va vous le prouver SITES.ARTE.TV

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu