Avertir le modérateur

26/06/2017

LES ORIGINES DU MOT PIQUE-NIQUE

 la photo de Sékou Diabate.
L’image contient peut-être : 5 personnes, foule et plein air
Sékou Diabate avec Sabine Cyrille Sourde et 40 autres personnes.

LES ORIGINES DU MOT PIQUE-NIQUE

Quoi de plus champêtre et familial que ce terme que le monde entier a adopté !

Ses origines n’en sont pas moins sinistres. "Picnic" est une contraction de "Pick a nigger" "ramasser un nègre". Et le ramasser non pour l’inviter à une agréable partie de campagne mais pour le lyncher.

Contrairement à une idée reçue selon laquelle les lynchages seraient indissociablement liés à la période de la guerre de Sécession et de la Reconstruction, ils se sont poursuivis à haute échelle jusque dans les années 1930, sans disparaître totalement des traditions américaines.

Mais si certains s’opéraient dans le secret absolu et sous la protection des cagoules du Ku Klux Klan, d’autres se déroulaient au grand jour, occasions de véritables réjouissances.

On saucissonne et on boit de la bière devant des cadavres en train de se consumer sur les brasiers, devant des corps qui se tordent au bout d’une corde ou sous des fils de fers barbelés qui les ceinturent, on frappe avec des cannes plombées, on élargit les blessures au couteau, au tournevis, avec des ouvre-boîtes ou l’embout métallique d’un parapluie, on coupe des doigts, des oreilles ou des sexes pour les offrir autour de soi, on mitraille les victimes- trois mille huit cent trente-trois entre 1881 et 1940, dont 98% de Noirs- et les clichés pris se transforment en milliers de cartes postales.

Le lynchage, c’est la distraction des petites villes du Sud, mais l’Ouest et les grandes plaines s’y adonnent volontiers. On s’y rend en famille, il arrive que les journaux l’annoncent par voie de presse. Il n’est pas rare qu’au premier rang du spectacle des policiers hilares rient de toutes leurs dents. Ces festivités ont reçu deux noms, le "picnic" et le "Friday Night Boot Burnings" "La grillade du vendredi soir".

Il y a trois ans, quatre journalistes et historiens noirs ont publié aux Etats-Unis un livre intitulé "Without Sanctuary", au sous-titre éloquent : Le Lynchage aux Etats-Unis en cent trente photographies. Un document effrayant, bouleversant et un témoignage exceptionnel.

Certains, tout en confessant leur horreur devant les scènes ainsi exposées sous leurs yeux, jouent les autruches en se félicitant que ces pratiques barbares appartiennent à un passé révolu et proclament à l’envi qu’"il n’y a pas eu de lynchage en Amérique depuis près de cinquante ans". Or, les lynchages n’ont pas disparu.

Simplement, on ne pend pas toujours les Nègres, les Juifs, les Indiens, les Jaunes ou les Hispaniques. On plastique leurs maisons, on les abat au fusil d’assaut, on les frappe jusqu’à ce que mort s’ensuive à la batte de base-ball.

Le Centre pour un renouveau démocratique, basé à Atlanta, recensait cent vingt et un meurtres imputables à l’ultra-droite entre 1980 et 1986, deux fois plus pour les années qui ont suivi. Encore ne s’agit-il là que d’agressions et attentats à l’issue fatale. Mais les bons vieux lynchages à l’américaine n’ont pas disparu en 1968.

On se contentera de recommander la lecture du magnifique Freedom, une histoire photographique de la lutte des Noirs américains, parue en 2003 aux éditions Phaidon.

On n’y trouvera pas la photo du Noir traîné derrière la voiture de trois membres du Klan jusqu’à ce que mort s’ensuive au Texas en 1999, en revanche on y verra celle du jeune Michael A.Donald, 19 ans, qui, parti le 21 Mars 1978 acheter des cigarettes, fut retrouvé pendu et torturé à un arbre le lendemain. La scène se déroule à Mobile, Alabama, où on compta, de novembre 1980 à mai 1981, pas moins de "douze morts motivées par la haine raciale"

EXTRAIT DU DOCUMENT L’EMPIRE DU MAL ? Dictionnaire iconoclaste des Etats-Unis Auteur : Roger Martin

Bonne soirée (À) tous !!! Et si vous sortez , pensez à toujours vs munir d'un bout de corde...Un membre du KKK suicidé est membre du KKK a demi pardonné

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air
 
 
Un chirurgien amA(c)ricain retrouve par hasard- A Paris - l'assassin de son pA]rea ]Un dA(c)tective gA(c)nial et anticonformiste enquAate pour Interpol sur sept cadavres sans tAate, dA(c)couverts en ... Google Books

23:34 Publié dans racisme | Lien permanent | Commentaires (0)

24/06/2017

DANGER: FASCISME OU NOUVEAU FASCISME?

n

Samedi matin, le philosophe Alain Finkielkraut qui anime l'émission Répliques sur France Culture recevait Renaud Camus, le théoricien du "grand remplacement" : concept controversé selon lequel les populations natives françaises seraient progressivement remplacées par des populations étrangères sur un plan culturel et ethnique. Il débattait avec le démographe Hervé Le Bras. 

"J'éprouve un profond dégout pour @franceculture qui permet à Finkielkraut et Renaud Camus de déverser leur haine sur le service public "

Quand Renaud Camus vomissait qu'il y avait trop de juifs à France Culture, il incluait Finkielkraut qui lui sert la soupe aujourd'hui ?

Très vite, plusieurs internautes ont manifesté leur mécontentement de voir invité "un fanatique d'extrême-droite" sur une station radio du service public. 

D'autres ont préféré rappeler qu'il avait été condamné pour provocation à la haine contre les musulmans. 

L'écrivain Renaud Camus condamné pour provocation à la haine contre les musulmans http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/10/l-ecrivain-renaud-camus-condamne-pour-provocation-a-la-haine-contre-les-musulmans_4399551_3224.html  invité de@franceculture

De l’insulte à l’arrivée de la répression, de la destruction de Liberté camouflé derrière des mots tel que Liberté ou encore Démocratie ; difficilement identifiable, le retour du fascisme semble utiliser un nouveau visage. Qu’il soit d’un parti extrémiste ou saupoudré de libéralisme et de citoyennisme l’éternel fléau  semble accélérer son retour.

Pour pouvoir le comprendre, il faut comprendre son mécanisme; nous verrons donc qu’il a plusieurs façons d’apparaître et qu’il peut endosser plusieurs formes.

Merci pour ce partage Bruno

 
Aucun texte alternatif disponible.
 

Du fascisme italien se prenant pour l’Empire romain, à l’ultra-catholique franquisme espagnol, en passant par les dictatures marxistes et les dictatures d’extrême droite d’Amérique du Sud, sans oublier les dictatures islamiques et le nazisme ; nous pouvons constater qu’il y a Des fascismes mais que ceux ci ont bien un berceau conceptuel commun ; appelons cela le Fascisme «primitif».

Si le fascisme naît bien en Italie sous la main de Mussolini tout en étant propre à ce pays , ce dernier peut donner le nom doctrinal à une longue liste de mouvements et gouvernements qui s’inspirent ou non du mussolinisme.

Pour comprendre ces mécanismes nous pouvons établir plusieurs points.

 

Voline dans sa brochure «le fascisme rouge» dans laquelle il démontre que la dictature du parti communiste est un fascisme, note 3 raisons fondamentales de son succès au 20ème siècle :

  • Raison économique:le Capitalisme basé sur la concurrence et sur les entreprise privées montre son incapacité à réagir au besoins économiques de tous, vient l’idée au bourgeois d’instaurer une dictature au dessus des intérêts économiques pour sauvegarder leurs richesses et leur pouvoirs
  • Raison sociale: La faillite du capitalisme privé, avec toutes ses conséquences effroyables, crée une situation nettement révolutionnaire. Les capitalistes veulent utiliser l’oppression pour mater les révoltes. Apparaît ici, écrit Voline l’idée du capitalisme d’Etat
  • Raison idéologique ( relevant de la psychologie de masse) :l’idée du grand chef -sauveur ou d’une élite dirigeante ;cette croyance en des individus qui seraient largement au dessus des autres, cette croyance que la masse doit être guidé à l’opposé d’un but émancipateur égalitaire et libertaire, est la raison de l’acceptation de la dictature par l’ensemble des personnes; une partie de la doctrine est donc déjà entretenu dans l’esprit du peuple. Sans cette croyance en un monde hiérarchique obligatoire, il serait impossible à une dictature de s’installer.

Nous avons là la genèse de tout fascismes de l’extrême gauche à l’extrême droite.(1)

Puisque nous voyons actuellement la montée du Fascisme par des mouvances d’extrême droite nous devons également relever ce que nous nommerons des « habitudes culturelles » communes. Et nous verrons que le néolibéralisme actuel endosse lui aussi beaucoup de ces « habitudes culturelles ».

  • Un culte d’une tradition :Généralement la Nation ( d’où le nationalisme) mais ce peut être également une Religion ou des Lois ( les lois du marchés et la Concurrence par exemple) ; ce qui compte pour un fascisme qui s’installe est de considérer hérétique et dangereux -au point de le punir- quiconque remet en cause les « fondamentaux » . Avec ou sans dieu les règles de la Tradition- de l’Ordre relève d’une forme divine dans les esprits l’acceptant.
  • Une conception philosophique mal délimité : Ce qui explique qu’ils vont avoir d’apparence des bases différentes alors que celles ci ne sont que des effets socio-historiques mais au fond rejoignent les même fondamentaux.Ces conceptions floues permettent à des paradoxes de faire partie de la théorie occasionnellement,tout en étant utile à sa propagande. La doctrine fasciste aime s’enrichir de brides volées par ci par là, mais jamais elle n’acceptera l’ensemble de ce qui vient d’être dépouillé, ni réfléchira sur le pourquoi de telle acception plutôt que telle autre puisqu’elle montrerait son inconsistance: elle devra faire preuve de rhétorique et de ruses pour se justifier. La réflexion profonde lui est ennemi.

    Ainsi nous pouvons voir certains fascistes français ( ou des idiots intellectuels de foire faisant le jeu du Fascisme en soutenant les même thèses) citer Bakounine, en enlevant les idées du contexte et de l’ensemble de ces théories; comme tout théoricien de la révolution sociale, Bakounine peut être discuté, amélioré, critiqué, analysé, regardé au regard des autres anarchistes qui le suivront, etc mais le fascisme fera un raccourci et le vieux Bakounine se transforme sous leur plume en «nazi», «antisémite» ; «sataniste», «massacreur», «monstre sanguinaire» ce qui vous en conviendrez n’est pas sérieux. Autre exemple incohérent: nous avons pu voir récemment des nationalistes faire l’apologie de Robespierre comme père de la Nation puis 1 mois après déclarer la Révolution française comme étant issu d’un complot judéo-maçonnique antichrétien. Paradoxe qui ne les dérangent visiblement pas.

    D’autres vont donner une lecture fasciste d’un penseur et au lieu de dire « tel ou tel chose s’incorporent à nos idées » préfèrent faire du penseur: un facho-l’un des leurs, ce qui est philosophiquement faible et malhonnête à la fois, mais dangereusement efficace pour leur propagande.

    Autre détail intéressant est le rapport entre fascisme et l’Art. L’Art est l’ennemi des totalitarismes tant qu’il a une portée de dénonciation de la situation présente, il est donc souvent victime soit de l’oppression soit d’une indifférence savamment orchestré. Lorsque celui ci commence à rentrer dans le moule il peut être incorporé ( les futuristes sous Mussolini ). Il ne faut donc pas se méprendre toute attaque contre la création artistique ne vise qu’a dire «tu es puni de ne pas nous rejoindre», donc si l’artiste accepte de trahir son «instinct» initial, de se vendre-pas forcément pour survivre, mais pour s’enrichir ou par rêves de gloire- tout peut être, par brides, incorporés. Ce qui va pour la Peinture convient pour les autres formes artistiques, la Musique en est un bon exemple. Il y a donc sous ce genre de régimes une tension terrible pour un artiste face à la survie et au compromis qui peut devenir une pente fatale. Lorsque nous voyons un nombre immense d’artistes en tout genre et que peu sont originaux, que souvent cela se ressemble tout, que très peu vis à vis du nombre sorte du lot, que les médias voient des « génies » et des « nouveaux talents » toutes les 5minutes, cela signifie que ce qui fut de l’Art est réduit a n’être que produit de consommation.

    Le danger actuel est donc que le Relativisme qui fleurie sur les médias et autres « outils de communication », qui nous laisse croire que toutes réflexions se valent, que le « paraître » est plus important que « l’être », qu’il faut aller s’informer très vite sans prendre le temps de réfléchir ou de s’instruire ; et totalement dans la définition sus-nommé et démontre que l’idéologie libérale actuelle est devenu fasciste sur ce point.

  • Le culte de l’Identité  : Afin de masquer les vrais rapports économiques et sociaux, la création d’un « Nous » qui se gonfle l’égo, admire la force ; la force brutale ou la force économique ou militaire qu’importe. A la différence d’une pensée émancipatrice qui suppose l’action dans un but égalitaire au delà des différences, le fascisme propose l’action pour l’action ; il y a toujours une guerre derrière une guerre. Ce « nous » ne réunit pas dans un but commun social mais réunit dans une raison quasi « mystique » dans un irrationalisme, ne défendant pas une union de fait mais d’une essence supérieur, d’où le racisme, le racialisme, le rejet de l’autre, la mise au pas de celles et ceux que l’Identité considèrent comme inférieurs, ou dangereux pour ladite identité.Alors qu’une pensée révolutionnaire libertaire en tant que mouvement collectif vise la disparition des inégalités ; s’il y a destruction du rapport de classes ( la classe étant un fait social-économique et non d’essence) il n’y a plus de classes, la destruction de la domination implique la fin de la classification entre dominants et dominés,. Une société anarchiste inclus un certains nombre de fonctionnements permettant les libertés individuelles et collectives ( comme le choix du mode de vie entre autre,qui peut être diversifié donc), mais n’inclus pas une Grande identité source de hiérarchie entre individus et groupes. En comparaison le racisme ( le propre de certains fascismes) vise une domination voir l’extermination d’un peuple, d’une type d’individus, de gens de tels critères, mais jamais il ne contient son auto-suppression.Que ce soit la Nation, la Religion, le Marché ( avec rappelons nous: les jeunes cadres dynamiques, ou le fameux manager « battant », ridicule certes, mais certain(e)s y croient réellement au point d’être très nuisibles), toutes ces identités réclament la soumission de ce qui est considéré comme différent.

Pour conclure,

Nous pouvons dire qu’il y a le Fascisme au sens de courant philosophique et politique qui incorpore différents mouvements passés et présents, il peut revêtir différents visages selon que l’accent est poussé sur tel ou tel aspect de son idéologie. Que ce dernier est une sous catégorie envisageable du capitalisme selon le cadre socio-économique et historique.

Actuellement différentes formations fascistes, certaines plus proches des fascismes historiques souhaitent un changement direct, rapide dans un régime totalitaire, ils grossissent leur rang grâce aux médias bourgeois.

L’ultra-libéralisme, le néo-libéralisme suivant le «devenir» logique de leur présupposés va lui aussi dans une direction de +en+ fasciste et dictatoriale; le fascisme de ces derniers est d’un nouveaux type, ne mettant pas l’accent sur les mêmes points que ceux du passé, le rendant plus difficilement identifiable au quotidien, il fonctionne étapes par étapes, s’installe doucement et sûrement. Il n’est pas le fruit de gens qui se réclameraient -même masqué- d’un fascisme mais de gens de la classe bourgeoise et leurs sbires qui suivent leur croyance et leur doctrine accomplissant par là ce nouveau fascisme, subtilement et sournoisement. Il n’est pas la peine de faire appel à un pseudo-complot mondialiste, la doctrine économique actuelle contient en soi les « gênes » du Fascisme puisque c’est cette même pensée économique qui représente le mieux le Capital, père du Fascisme. Quelque soit les individus et quelque soit leur motivations c’est la logique même de leur économisme qui est fasciste. Il n’y a pas un passage brutal, il est présent dès le départ et avance vicieusement pour atteindre son apogée.

Pour nous révolutionnaires, anarchistes mais aussi toutes personnes de bonnes volontés opposées au totalitarisme, nous devons toujours en tous points et tous lieux, identifier ce fléau et résister.

Que cela plaise ou non seule une révolution sociale et libertaire permettra de mettre fin au capitalisme et a tous ses dérivés.

 

Torcy

(1) l’anarchisme est parfois classé à tort à l’extrême gauche, en tant que mouvement révolutionnaire l’anarchisme n’est pas à l’extrême gauche du capital. Malgré certains confusionnistes, qui ont des miettes à gagner, l’anarchisme n’a rien à faire avec des mouvements visant des dictatures, quand bien même elles dragueraient avec des jolis mots souvent creux.

DANGER: FASCISME OU NOUVEAU FASCISME?

11/06/2017

L’homme qui murmure a l’oreille de Trump

n

Expérience zéro en politique, misogyne, islamophobe, mexicanophobe et climato-sceptique : Donald Trump avait tout pour se faire détester par tous, les démocrates, les républicains -son propre camp- ou la majeure partie de la communauté internationale. Pourtant, c'est bien lui qui devient le nouveau président américain. Déjouant tous les pronostics, il a remporté une victoire incontestable, porté apparement par une volonté de renouvellement de la classe politique. 

Donald Trump, la victoire de l'anti-establishment | ARTE Info

VIDEO. Donald Trump et l'extrême droite américaine, la "love story" ?

L’homme qui murmure a l’oreille de Trump

Enquête sur le fonctionnement – et les dysfonctionnements – du nouveau pouvoir qui s’est installé à Washington, au sein du premier cercle des conseillers de Donald Trump. Déclarations fracassantes, luttes d’influence, confrontations idéologiques… : en s’appuyant sur de multiples sources à l’intérieur de l’administration, le film tente de déchiffrer l’avenir du pays, qui se joue derrière des portes closes. Au centre de cette enquête se trouve Steve Bannon, magnat de la presse « alt-right » (d’extrême droite), devenu le principal conseiller politique à la Maison-Blanche. Début avril, Donald Trump a voulu montrer qu’il prenait ses distances avec celui qu’on présente comme son éminence grise, notamment en le démettant de ses fonctions au Conseil national de sécurité. Mais comment interpréter ce petit coup de théâtre ? On doit en tout cas à Steve Bannon le caractère offensif du discours présidentiel d’investiture, ainsi que le « décret antimusulmans » du 27 janvier, retoqué depuis. Afin de mieux comprendre ses positions idéologiques, le film explore son passé de conseiller militaire dans la Marine américaine, puis de banquier chez Goldman Sachs, et surtout son rôle à la tête du site Breitbart News Network, devenu l’un des principaux relais médiatiques de la droite extrême et des ultraconservateurs. Passant au crible son parcours ainsi que ceux de deux autres hommes clés de l’administration Trump, le jeune conseiller politique Stephen Miller et le ministre de la Justice Jeff Sessions, le documentariste Michael Kirk explicite la vision qui préside aujourd’hui aux destinées de l’Amérique – et du monde.

Des groupes d'extrême droite encouragés par la victoire de Trump ...

NEWSRACISM

US politician says 'kill them all' after London attack

Rights groups denounce comments after US congressman called for a war against 'Islamic horror' after deadly attack. A US congressman has called for a war against "Islamic horror" in response to the attacks in London over the weekend that claimed the lives of seven and wounded 48.

Congressman Higgins' comments on social media do nothing but fan the flames of anti-Muslim rhetoric, which have reached a fever pitch following the 2016 election," Heidi Beirich, director of Southern Poverty Law Center's Intelligence Project, which monitors hate groups in the US, told Al Jazeera via email.

 

"Words have consequences and, in a time where hate crimes against Muslims are up 67 percent, our elected officials need to be issuing statements of unity and not vilification," she said.

Al Jazeera contacted the Council on American-Islamic Relations (CAIR), a nationwide grassroots civil rights advocacy organisation for comment on Higgins' statement.

Higgins' office did not immediately respond to Al Jazeera's request for comment.

 

Source: Al Jazeera News United States, Racism ,Religion

A lire Qu'est-ce qu'un terroriste ? L

Donald Trump a accusé dimanche l'ex-chef du FBI James Comey de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, révélant que le président américain lui aurait demandé d'abandonner un pan de l'enquête sur l'affaire russe.

» L'ex-patron du FBI accuse publiquement Trump de «mensonges»

"Je pense que les fuites de James Comey vont avoir beaucoup plus d'importance que quiconque ne l'aurait jamais pensé. Complètement illégales? Très 'lâche'!", a écrit Donald Trump sur Twitter.

[Arte HD] Mon village, le ketchup et Donald Trump - YouTube*

Etats-Unis : les arrestations de clandestins s’accélèrent

L’administration Trump a donné toute latitude à la police de l’immigration pour multiplier les reconduites à la frontière. Les arrestations visent de plus en plus les clandestins sans passé criminel.LE MONDE |

 

« Les familles sont séparées en silence »

Cinq mois après le changement d’administration, le scénario est devenu banal. Pendant que le pays a les yeux rivés sur le « show Trump », la police de l’immigration (Immigration and Customs Enforcement, ICE) s’active, sous le radar. Sans effet d’annonce, sans coordination, en « raids » qui seraient largement couverts par les médias, mais au cas par cas. Un clandestin à la fois, et peu importe qu’il ait un emploi, une maison, une voiture, un emprunt, des assurances et qu’il paie des taxes pour une couverture santé dont il n’a pas le droit de bénéficier.

Selon le Washington Post, 22 000 immigrants ont été arrêtés entre janvier et mars, soit une augmentation de 33 % par rapport à 2016. « Les gens sont ramassés en silence. Les familles sont séparées en silence, se désole Crissy Gallardo, qui tremble elle-même pour ses parents

Des enfants se retrouvant livrés à eux-mêmes

Par un décret du 25 janvier, le président Donald Trump a donné toute latitude à l’ICE pour accélérer les expulsions. Les policiers savent qu’ils sont soutenus. Ils multiplient les arrestations, dans l’ensemble du pays

Donald Trump, la victoire de l'anti-establishment

 
 

"We are anxious to politically defeat them," he explained. "We don't believe there should be platforms for fascists because history teaches us we can't allow that."

Hoku Jeffrey, a national organiser with By Any Means Necessary (BAMN), a left-wing civil rights group, maintains that militant anti-fascism is necessary to prevent the growth of alt-right groups and others like them. 

BAMN has participated in the recent mass protests in Berkeley, California, among them the demonstration that resulted in the cancellation of a speech by far-right provocateur Milo Yiannopoulos in February when Antifa hurled objects at the building and set fires outside.

Far-right speaker Milo Yiannopoulos was evacuated from a speaking event in Berkeley in February [File: Noah Berger/EPA

 

"This not a question of abstract free speech; it is a question of the right of immigrants, Muslims, other oppressed minorities, and women to live and live safely, together with countless others who vehemently oppose these violent racist attacks," he told Al Jazeera by email.

Jeffrey argues that Trump supporters and the alt-right are acting "out of a desperate sense of embattlement" and that resistance to the Trump administration's policies will continue to grow.

"More people, especially growing numbers of immigrants and young people, are taking direct action to obstruct Trump's policies and confront his most dangerous racist and neo-fascist supporters."

Follow Patrick Strickland on Twitter: @P_Strickland_

The Rise of Trump - Fault Lines

 

US anti-fascists take on alt-right fight squads

Antifa groups and alt-right activists have increasingly clashed with one another in cities and towns across the US.

A group of black-clad anarchists surround a far-right activist, pushing him from their protest area and dousing him in silly string. The anti-fascist demonstrators had gathered in Portland in the United States to counter an alt-right rally.

"Nazis go home," they yell in videos of the incident on Sunday.

Other anti-fascists - or Antifa - set ablaze a blue, black and white version of the US flag that signifies support for the police in a gesture against police brutality.

Clashes erupt in Portland at far-right, anti-Trump rallies

 

Columns of police in riot gear, supported by officers from the Department of Homeland Security, stand between the alt-right rally-goers and the Antifa counter-protesters, and although there are only minor skirmishes between them, clashes between the police and Antifa result in the arrest of at least 14 people.

Sunday was just the latest occasion on which Antifa activists and alt-rightists have converged on cities across the US with the intention of fighting.

For Antifa, direct confrontation is a key strategy intended to shut down far-right demonstrations and block platforms for hate speech.

Over the past few months, the alt-right - a loosely knit coalition that includes white supremacists and neo-Nazis - has also focused on building a larger street presence to confront their opponents.

Although they have many disagreements with US President Donald Trump, they have generally supported his far-right policies.

A right-wing protester walks past a group of Antifa activists during an alt-right rally in Portland [Jim Urquhart/Reuters En France, les fans de Trump flirtent avec l'extrême droite - BFMTV

 

Since Trump's inauguration on January 20, the alt-right has sought to build broader alliances with neo-Nazi groups and more mainstream Trump supporters in order to fight Antifa, say analysts and activists. 

Patriot Prayer, a far-right Christian group headed by alt-right activist Joey Gibson, was behind the Portland rally. While Gibson says the protests he holds in Portland are for the promotion of free speech, white supremacists - such as Portland stabbing suspect Jeremy Christian - have attended the events.

 

READ MORE: Alt-right rally draws protests in Portland, Oregon

The fatal attack came just a week after Sean Christopher Urbanski, a 22-year-old studying at the University of Maryland, allegedly killed Richard Collins III, a 23-year-old African American student at a nearby university.

The assailant was a member of a Facebook group titled the "Alt-Reich", a play on words on the German Third Reich and the alt-right. Police are investigating the incident as a hate crime.

'There will be blood'

Speaking to Al Jazeera by telephone, Gibson denied any links to Christian and insisted that his group evicted the alleged killer from a recent protest. Christian was recently filmed making Nazi salutes and calling for the death of Jews, Muslims and "fake Christians" at one of Gibson's events before eventually being ejected.

"This is about promoting freedom and promoting spirituality," Gibson argued. "Conservatives and libertarians have to get off Facebook and get onto the streets because we've let the left have them for too long."

"Antifa has had no impact on me and my free speech, but they've had more of an impact on others' free speech because they try to make threats," he said.

Gibson decried local authorities for supposedly caving into left-wing pressure, citing the Portland municipality's decision to cancel the city's annual Rose Festival parade in April after anti-fascists promised to confront far-right participants there.

Joey Gibson speaks during a pro-Trump rally for free speech in Portland [David Ryder/Reuters

 

 

READ MORE: What is the alt-right and what does it stand for?

'Increased street fighting presence'

While many far-right and neo-Nazi groups have been active for decades, the alt-right was propelled to the spotlight for its vocal support of Trump during his electoral campaign. 

 

Although deeply divided by ideological differences, mainstream Trump supporters, nationalists, the alt-right and other white supremacists banded together to fight Antifa.

A pro-Trump supporter gives a Nazi salute in Berkeley during protests and skirmishes [File: Stephen Lam/Reuters En France, les fans de Trump flirtent avec l'extrême droite - BFMTV

 

During the street fighting, Nathan Damigo, a former Marine and leader of the white supremacist group Identity Evropa, was filmed sucker punching 20-year-old Antifa activist Louise Rosealma, also known as Emily Rose Marshall.

The effort to engage in more street confrontations is also partly motivated by a general disillusionment with Trump; many alt-rightists resent the president's reneging on electoral promises like halting US military intervention in other countries, said Lyons.

READ MORE: More Americans joining socialist groups under Trump

s.

'Anxious to defeat them'

On Saturday, a local branch of the Proud Boys - a far-right nationalist group headed by Vice cofounder and Rebel Media host Gavin McInnes - held a rally for free speech in Boulder, Colorado. They were greeted by hundreds of counter-protesters, including the Rocky Mountain Antifa. Local media reported several arrests.

Next weekend, anti-Muslim protesters will hold the National March Against Sharia, with events scheduled in more than 23 cities nationwide.

Hosted by ACT for America, one of the largest anti-Muslim groups in the US, the march will be the target of Antifa actions in many cities and towns, activists say.

n Berkeley, Antifa have rallied several times this year against far-right speakers [Stephen Lam/Reuters

"Our goal is to outnumber and out-shout them and drive them off the streets," he said.

READ MORE: US anti-fascists 'can make racists afraid again' Source: Al Jazeera News

Politics Human Rights Donald Trump United States
 
Anti-Trump protester: 'Is this my last free birthday?'More than 200 anti-Trump protesters are facing felony charges that could land some in prison for 70 to 80 years.
 
Fans de Poutine Les extrêmes droites d'Europe et la fascination du Kremlin 
Fans de Poutine : les extremes droites d'Europe et la fascination du Kremlin
 
Fans de Poutine : les extremes droites d'Europe et la fascination du Kremlin
Créé le dimanche 11 juin 2017
Fans de Poutine : les extremes droites d'Europe et la fascination du Kremlin
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu