Avertir le modérateur

18/02/2017

Marine Le pen Gate

 
 
 
 
 
 
L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 

Je ne voterais pas, je ne soutiens pas Poutou ni le NPA ni aucun parti.
Reste que je l'ai trouvé bon, sachant garder son calme face à ce mépris bien visible, exprimé.

C’est en tout cas la question que l’on pourrait retourner à ces gens de télé qui se marrent tout le temps et sur commande.

Une question qui pourrait être opposée en réponse à celle posée par Vanessa Burggraf, chroniqueuse dans l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché  », qui demandait à Philippe Poutou comment il entendrait interdire les licenciements.

Plusieurs minutes témoignage de la fin d’un monde, le leur.

 En bonus et pour fêter les onze millions de vues ainsi que le million de visiteurs uniques sur notre site lesenrages.antifa-net.fr, un extrait de notre prochain grand dossier à venir, ne le ratez pas, on compte vraiment sur vous pour le faire tourner comme pour les autres.

Rira bien qui rira le dernier.

Comment comptez-vous interdire le mépris de classe à la télé? LESENRAGES.ANTIFA-NET.FR, Philippe Poutou revient sur son passage dans ONPC : "Ils sont tellement prétentieux..." Philippe Poutou est revenu, pour Télé-Loisirs, 

50

 

L'assistante fantôme de Marine Le Pen : "Je rentrais par le parking", Oui, le FN est un parti mouillé jusqu'au cou

Dans le fracas des révélations actuelles sur François Fillon (beaucoup) et Marine Le Pen (un peu), une autre polémique liée à un candidat à l'élection présidentielle est passée inaperçue.


Marine Le Pen s'exprime au sujet de François Fillon dans le journal de 13h de TF1 - 28/01/2017
 
 

La candidate FN à la présidentielle a employé fictivement son garde du corps, Thierry Légier, comme assistant parlementaire. Elle aurait également produit un faux contrat de travail au nom de Catherine Griset, amie et collaboratrice de longue date.
é la publication de Pierre Erwan.

"Depuis le 7 janvier, une enquête préliminaire du parquet national financier vise Marine Le Pen, soupçonnée d’avoir sous-évalué son patrimoine en 2014 dans sa déclaration de députée européenne déposée auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Selon nos informations, Marine Le Pen et son père ont sous-évalué leurs propriétés de plus de deux tiers de leur valeur.

Dans son édition du 26 janvier, Le Canard enchaîné s’est penché sur la question, et révèle que Marine Le Pen est copropriétaire de « quatre belles maisons » manifestement très sous-évaluées.

Lire aussi Les déclarations de patrimoine de Marine et Jean-Marie Le Pen transmises à la justice
De 1,8 à 3,5 millions d’euros

Des Hauts-de-Seine aux Pyrénées-Orientales en passant par Rueil-Malmaison et La Trinité-sur-Mer, l’hebdomadaire a fait le tour du propriétaire. Il explique ainsi que par l’intermédiaire d’une société civile immobilière, la présidente du Front national est propriétaire de 12,5 % de la propriété familiale de Montretout, à Saint-Cloud, son père, Jean-Marie Le Pen, détenant les 75 % restants. Dans leurs déclarations respectives, les Le Pen ont estimé la valeur de la propriété à 1,8 million d’euros, les parts de Marine Le Pen représentant donc un patrimoine de 225 000 euros. « Un gag », note Le Canard, qui relève que selon la HATVP, « le manoir vaut plutôt 3,5 millions d’euros ».

Idem à Rueil-Malmaison, où la demeure familiale, ravagée par un incendie il y a un an, couvrait 200 m² au sol, accompagnée d’un jardin de 1 200 m². Un bien évalué 350 000 euros dans la déclaration des Le Pen... alors qu’après enquête il vaudrait dix fois plus.

Le code pénal punit d’une peine de trois ans de prison, de 45 000 euros d’amende et de dix ans d’inéligibilité le fait d’omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou de fournir une évaluation mensongère."

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/…/l-opulence-immobiliere-de-marine-...

ttps://www.facebook.com/max.wattre/posts/10211638737145224

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et texte
Max Wattre

 
 
 Cinq autres députés FN sont visés par des mesures de recouvrement de la part du Parlement européen. Outre Marine Le Pen, sont concernés : Jean-Marie Le Pen, Bruno Gollnisch, Mylène Troszczynski, Sophie Montel et Dominique Bilde. Selon nos informations, le Front national doit rendre au total 1,1 million d’euros. Et ce n’est qu’un début. L’Olaf poursuit son enquête sur une vingtaine de contrats d’assistants supposés litigieux. Le 15 décembre 2016, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour "abus de confiance", "escroquerie en bande organisée", "faux" et "travail dissimulé."
 

Marine Le Pen a été convoquée par les juges en vue d'une possible mise en examen dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des assistants parlementaires, selon des sources proches du dossier.

Selon l'une des sources, la candidate du Front national à la présidentielle a affirmé dans un courrier envoyé aux juges qu'elle ne répondrait pas à cette convocation avant la fin de la campagne, une information confirmée par son avocat Rodolphe Bosselut.

LIRE AUSSI:

» Les affaires judiciaires qui gênent le Front national

» Le front des affaires s'épaissit, Marine Le Pen menace

FN: un proche de Marine Le Pen mis en examen

Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen et pilier de la communication du Front national à travers sa société Riwal, a été mis en examen dans l'enquête sur le financement des campagnes électorales du parti frontiste en 2014 et 2015.

» Frédéric Chatillon, l'indispensable homme de l'ombre de Marine Le Pen

L'ex-dirigeant du GUD, syndicat étudiant d'extrême droite, a été mis en examen, le 15 février, pour "abus de biens sociaux" dans le cadre d'une information judiciaire ouverte fin octobre sur les élections municipales et européennes de 2014 et départementales de 2015, a précisé une source judiciaire, confirmant une information du Monde. Il a été renvoyé en octobre en procès, avec notamment le FN et deux de ses dirigeants, pour répondre du financement de la campagne des législatives de 2012.

 

Salut nazi, «extermination» des Arabes: à Lyon, identitaires et frontistes font la fête ensemble

Axel Loustau, Damien Rieu, Frédéric Chatillon. Tous étaient présents à la «soirée des patriotes» du bar identitaire lyonnais La Traboule, en parallèle des Assises du FN.

C’est aux alentours de minuit que débarquent Frédéric Chatillon et Axel Loustau, tous deux membres de la garde rapprochée de Marine Le Pen mis en examen dans le cadre du financement de la campagne FN de 2012. Ils sont accompagnés de Nicolas Crochet, proche de Chatillon et mis en cause dans le scandale des Panama Papers via la société Riwal, fournisseuse de matériel électoral pour le FN. Ils serrent des mains, discutent, rigolent et boivent des coups. «Ah, ils sont venus!» lance une jeune militante, bière à la main. Ils sont rejoints un peu plus tard par Damien Rieu, ancien leader de GI et aujourd’hui membre de l’équipe de Marion Maréchal-Le Pen. Il sont ici chez eux, à en juger par les poignées de main qui s’enchaînent.

Depuis l'affaire Cahuzac, les sanctions ont été renforcées à l'encontre des élus fraudeurs. Or, Marine et Jean-Marie Le Pen ont sous-estimé leur patrimoine, selon l'autorité de contrôle.

Leur patrimoine aurait été sous-estimé de 60% environ, a précisé à "l'Obs" une source proche du dossier. Et selon l'AFP, la fraude atteint plus d'1 million d'euros pour Jean-Marie Le Pen et plusieurs centaines de milliers d'euros pour Marine Le Pen.

Il est d'ailleurs frappant de constater que les déclarations de patrimoine des deux eurodéputés Front national sont quasiment vides.

Marine Le Pen écrit ainsi : Activités professionnelles à la date de l'élection : néant. Activités professionnelles exercées au cours des cinq dernières années : néant. Participations financières directes dans le capital d'une société à la date de l'élection : néant. Activités professionnelles exercées par le conjoint, en l'occurrence son concubin Louis Aliot, lui aussi eurodéputé et conseiller régional FN : néant…

Jean-Marie Le Pen, lui, prend soin de préciser qu'il dirige Cotelec, un organisme de prêt aux candidats du FN, par ailleurs bien connu de la justice. C'est Cotelec qui a perçu en 2014 un crédit de 2 millions d'euros d'une société chypriote, alimentée par des fonds russes, selon Mediapart.

Depuis l'affaire Cahuzac, l'infraction est passible de45.000 euros d'amende, trois ans de prison et dix ans d'inéligibilité au titre de la loi pour la transparence de la vie publique.

Déclaration de patrimoine : Marine Le Pen risque 10 ans d'inéligibilitéTEMPSREEL.NOUVELOBS.COM|PAR BAPTISTE LEGRAND

 
L’image contient peut-être : 6 personnes, texte
 
 
 Une collaboratrice de Le Pen aurait été rémunérée comme assistante parlementaire, alors qu’elle était en réalité au service du parti. Et ce n’est pas tout ! 20 autres membres du Front National auraient reçu de l’argent public pour un total de 7 millions: c’est inacceptable!
 
Partager LIBERATION.FR, 
 

Le parquet général de Papeete a requis hier en appel une peine d'un an de prison contre l'ancien président de la Polynésie Gaston Flosse et sa compagne Pascale Haiti poursuivis pour détournement de fonds publics.

» Lire aussi - Gaston Flosse : la fin d'une ère ?

En quittant le pouvoir, à la suite d'une décision d'inéligibilité prononcée dans une affaire d'emplois fictifs, Gaston Flosse et sa compagne étaient partis fin 2014 en emmenant dans leurs bagages un service complet de luxueuse vaisselle marquée des signes de la Polynésie française, pour un valeur de 50 000 euros environ.

Outre la peine de prison ferme, le parquet a réclamé une peine d'inéligibilité de cinq ans.

En première instance, Gaston Flosse n'avait écopé que de 16 670 euros d'amende et sa compagne de 8 380 euros d'amende.

Un rassemblement contre la "corruption des élus" est organisé ce dimanche depuis 15h.

Sur fond d'affaire Fillon, le rassemblement se veut pacifique et non partisan.

Sur Facebook, plus de 11.000 personnes avaient indiqué vouloir y participer, et 47.000 autres se sont dites intéressées.

 

Anonymous fait passer des tracts pour un prochain événement.

Voir l'image sur Twitter

02/01/2013

Comment le FN profite de la "crise"

 

racisme 2.jpgAnarchiste Bordelais Squelette"Si leur seul point d'accord c'est le refus de défendre les sans-papiers qui travaillent à côté d'eux, c'est un peu juste comme ambition syndicale et c'est surtout très inquiétant."
 
Il y a aussi un truc assez surprenant pourquoi il y a autant de pauvres qui votent à droite ou à l’extrême ? un sentiment d'abandon par les classes politiques au pouvoir ? un manque de justice sociale ?
 


Le Front National qui défend un salarié contre son patron, ça je ne l'ai jamais vu !

 

Voilà que le Front National s'interesse aux salariés  et que même il veut lancer ses militants à l'assaut des confédérations syndicales. Quand on sait ce que ce courant politique a fait par le passé contre toute espèce de mouvement revendicatif des salariés, on peut se demander ce que ça va donner aujourd'hui !

La CSL personne ne s'en souvient : Confédération des Syndicats Libres animés par des gens d'extrême droite, pendant la grève de 68 défendaient la liberté du travail avec des arguments frappants, ils faisaient le coup de poing contre les piquets de grève, J.M Le Pen ne démentira pas lui l'antisyndicaliste chevronné.

Voilà qu'aujourd'hui Marine Le Pen fait mine de s'intéresser aux conditions de travail des prolétaires, elle qui en est si éloignée et qui a très peu fréquenté le monde syndical elle veut instiller son venin raciste dans les organisations syndicales.

Quand les gens qui votent FN se reconnaissent dans les syndicats par les petites vannes qu'ils balancent à la cantonnade comme il est dit dans l'article du Parisien du 26 décembre, c'est un peu nul. Si leur seul point d'accord c'est le refus de défendre les sans-papiers qui  travaillent à côté d'eux, c'est un peu juste comme ambition syndicale et c'est surtout très inquiétant.

La base même du syndicalisme est de défendre TOUS les travailleurs car ce qui est en cause c'est la place des individus dans la production. Que ça plaise ou pas à Mme Lepen un travailleur sans-papiers est d'abord un travailleur que le patron a embauché pour participer à la production au même titre que ces collègues munis de papiers. Pour le FN c'est un prétexte pour dire les immigrés dehors. Par contre on ne s'en prend pas au patron de PME qui les a embauché et que le FN raccole aussi pour voter pour lui. Ce patron  on le laisse tranquille, on ne lui demande pas pourquoi il embauche les immigrés, on lui réclame  une petite préférence nationale et on ne vas pas l'embêter avec des grèves car la grève au FN ça ne se fait pas, ça se combat par tous les moyens. C'est bien le FN qui est contre les 35 heures, qui n'a jamais levé le petit doigt contre les licenciements, c'est bien l'extrême droite qui s'est indigné sur la moindre loi sociale de 1936 à aujourd'hui.

Dans la pratique militante on verra assez vite qui défend quoi et avec quels arguments, pour l'instant c'est surtout de la mousse autour de quelques cas médiatisés mais les organisations syndicales ont intérêt à dire les choses clairement et à mettre clairement leurs valeurs en avant.     

 

Nicolas HernandezLes idées de l'extrême droite influence plus de 30 ans les élections et la politique française ( cf droite et extrême droite décomplexée et la galaxie des imposteurs). Ensuite, dans certains pays, l'extrême droite est déjà au gouvernement ( soit par des membres aux sein de coalition, soit directement au pouvoir : Hongrie....). Enfin, l'histoire a tendance a se répéter avec la résurgence des mouvements nationalistes, communautarisme, nationalisme et/ ou raciste

source : Europe : comment l'extrême droite profite de la criseIls rejettent les partis établis et l'Europe, désignent l'immigration et l'islam comme source de tous les malheurs. A droite de la droite, sans toujours chercher à exercer le pouvoir, les populistes s'enracinent dans les classes populaires. Et empruntent de plus en plus des thématiques de gauche, comme la défense de l'Etat-providence.
  • ( source alternative économique) - Europe : comment l'extrême droite profite de la crise (introduction au dossier)
    - Les Vrais Finlandais sont ouvriers
    - Suède : "Prendre en charge les nôtres avant de se soucier des autres"
    - Suisse : tant pis pour les patrons !
    - Italie : la tentation d'un apartheid
    - Grèce : à la conquête des indignés
    - Pays-Bas : en croisade contre l'islam
    - Espagne : mondialisation, immigration, même combat
    - Danemark : le Parti du peuple dicte la loi
    - Hongrie : à défaut d'immigrés, on vise les Roms
    - "Le FN n'est pas dans une logique d'alliance"

    L'antifascisme peut désigner dans une acception plus large une idéologie tendant à s'opposer également à la droite dite « dure ». Car il ne suffit pas, il faut lutter contre le système capitaliste néolibérale qui allimente division, précarisation et soumission.
     
  • Conclusion :
 
A la question posée par
Anarchiste Bordelais SqueletteIl y a aussi un truc assez surprenant pourquoi il y a autant de pauvres qui votent à droite ou à l’extrême ? un sentiment d'abandon par les classes politiques au pouvoir ? un manque de justice sociale ?
 
Réponse de ma part : Je dirais peut être surprenant, mais pas étonnant. Les pauvres ne sont pas toujours organisaient, conscient de leur force. Ils sont plus nombreux que les nantis, mais non nis la force/ pouvoir des médias, ni de l'état, ni des forces du capital ( armée, police...). Enfin, je vois surtout par un effet psychologique, c'est que l'on aime avoir quelqu'un plus faible que soit et qu'au lieu de tapper sur les dominants, on frappe les plus faibles. Un exemple, est la politique des néoconservateurs pour diboliser la politique de sécurité sociale, taxée comme " communiste" en convainquant ainsi les plus pauvres ( pourtant les premiers concernés) à ne pas voter pour.
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu