Avertir le modérateur

22/04/2014

André Gorz

 Photo 058.jpg

 Le ralentissement se confirme pour l'économie mondiale
Depuis la semaine dernière, le flux de nouvelles ne fait que confirmer ce que nous pressentions depuis longtemps : l'économie mondiale ne parvient pas à redémarrer. Après la Chine et un PIB au plus bas à 7,6%, le Brésil pourrait connaître une croissance de 2% (contre plus de 4% de prévus encore l'année dernière par la banque centrale), soit la plus faible depuis 2003 !L'agence de notation a abaissé de «stable» à «négative» la perspective sur la dette publique de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg. Mais Berlin estime que les risques mentionnés «ne sont pas nouveau».
» Le «triple A» de l'Allemagne menacé par Moody's
» INFOGRAPHIE - Le monde vu par les agences de notation

economie,poitique,société,géopolitique

 

Samir Bouzid : « Cette crise planétaire est encore plus dévastatrice que la Grande Dépression des années 1930. Elle a de lourdes conséquences géopolitiques; le démembrement économique donne lieu à des guerres régionales, à la fracture des sociétés nationales et, dans certains cas, à l'anéantissement de pays. Elle constitue de loin la plus grave crise économique des temps modernes »

 

 La crise que nous traversons est globale. Si seules les dimensions financières et économiques sont le plus souvent mises en avant, il s’agit avant tout d’une crise de civilisation, d’une crise de modèle. La réponse est donc nécessairement complexe tant elle touche aux fondamentaux de nos sociétés.

 

 

Comprendre comment le système a pu générer une telle crise économique est devenu un enjeu d’un débat stratégique entre militants anticapitalismes  a gauche, mais aussi chez les écologistes, scientifiques… Chris Harman ( Chris Harman - Wikipédia), dans ce texte «  La crise dans  les années  30 et aujourd’hui », apporte une explication marxiste de la crise actuelle tout en redistribuant les analyses académiques  les  plus courantes de 1929.Titre original : The Slump of the 1930s and the crisis today (financiers, la fameuse bulle financière, et leurs impacts sur nos vies est expliqué de manière claire et simple dans cet excellent reportage qui contient, entre autres, une interview de Serge Halimi. Durée de la vidéo : 30 minutes et sur google,   

 

A chaque fois, les autorités sont intervenues... et ont « évité le désastre ». Mais à chaque fois, les mesures prises étaient un peu moins efficaces que la fois précédente. Le modèle capitaliste est en fin de vie et le capitalisme croule sous le poids de ses contradictions, il est menacée par son fonctionnement même.

 

Le Sud de l'Europe coule et les capitaux fuient comme des rats - Alternative libertaire : Un article de la presse bourgeoise sur les fuites de capitaux d'Europe du Sud. Cela tend à montrer que la crise est probablement, encore plus grave que nous ne les pensons...

Sortie de la Grèce de la Zone euro... aggravation de la situation en Italie... crise bancaire façon Dexia... Si un seul de ces phénomènes se produisait, cela suffirait à faire basculer la situation

Aux Etats-Unis, ce sont les ventes de détails qui ont confirmé la situation inquiétante outre-Atlantique. Avec une nouvelle baisse, la consommation est à la peine et menace l'équilibre du système tout entier, traduisant l'inquiétude populaire.

Courtisé par l'UMP et par les écologistes LE MONDE | 12.02.10 | 16h30 suivre le débat en direct sur le Monde et sur Lekairos.fr ( doc PDF)   le livre noir du libéralisme), et le philosophe Edgar Morin. M. Stiglitz "n'avait que cette date disponible avant octobre", insiste Mme Joly, qui assure ne pas avoir organisé ce débat pour "gagner des voix".

 

Société de consommation ( source Ekopia)

Le bouleversement apporté par le XXe siècle, amorcé dès la fin du XIXe avec la révolution industrielle, a été d'inverser les proportions en donnant de plus en plus d'importance au superflu et de moins en moins d'importance à la transcendance.

  

La sortie du capitalisme a déjà commencé

Version en ligne sur le site d’ÉcoRev

et publiée dans Écologica (Galilée, 2008)

 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales : le travail, la valeur, le capital.

 

La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu’au niveau micro-économique. Elle s’explique principalement par un bouleversement technoscientifique qui introduit une rupture dans le développement du capitalisme et ruine, par ses répercussions, la base de son pouvoir et sa capacité de se reproduire. J’essaierai d’analyser cette crise d’abord sous l’angle macro-économique [1], ensuite dans ses effets sur le fonctionnement et la gestion des entreprises [2].

 

  1. L’informatisation et la robotisation ont permis de produire des quantités croissantes de marchandises avec des quantités décroissantes de travail. Le coût du travail par unité de produit ne cesse de diminuer et le prix des produits tend à baisser. Or plus la quantité de travail pour une production donnée diminue, plus le valeur produite par travailleur – sa productivité – doit augmenter pour que la masse de profit réalisable ne diminue pas.
  2. On a donc cet apparent paradoxe que plus la productivité augmente, plus il faut qu’elle augmente encore pour éviter que le volume de profit ne diminue. La course à la productivité tend ainsi à s’accélérer, les effectifs employés à être réduits, la pression sur les personnels à se durcir, le niveau et la masse des salaires à diminuer. Le système évolue vers une limite interne où la production et l’investissement dans la production cessent d’être assez rentables.

 

En Chine, aux Philippines ou au Soudan, les chiffres attestent que cette limite est atteinte. L’accumulation productive du capital productif ne cesse de régresser. Aux États-Unis, les cinq cents firmes de l’indice Standard & Poor’s disposent de 631 milliards de réserves liquides ; la moitié des bénéfices des entreprises américaines provient d’opérations sur les marchés financiers. En France, l’investissement productif des entreprises du CAC 40 n’augmente pas même quand leurs bénéfices explosent.

 

Pour Marx, le capitalisme conduit à des contradictions ("exploitation de l'homme par l'homme"):

  • concentration des richesses sur une classe de la société et misère pour l'autre ;
  • accroissement continu de la rentabilité par le progrès technique ,
  • surpopulation de travailleurs, engendrant le chômage ;
  • augmentation de la production sans augmentation de la consommation provoquant des crises cycliques de surproduction.

Les 10 multinationales les plus importantes dans le monde

  1. Wal-Mart Stores
  2. Exxon Mobil
  3. Royal Dutch Shell
  4. BP
  5. General Motors
  6. Toyota Motor
  7. Chevron

ex 8. DaimlerChrysler         

  1. ConocoPhillips
  2. Total
  3. General Electric

 

Fortune Global 500 est le classement des 500 entreprises mondiales qui réalisent le plus important chiffre d'affaires. Le Fortune Global 500 est publié chaque année par le magazine Fortune.

 

Les multinationales pétrochimiques viennent de passer dans le top des trois premiers en dépassant la multinationales Wall-mart , 

Crise du capitalisme : Karl Marx avait raison! : Et si Karl Marx avait raison ? : citoyen actifLes contradictions de la mondialisation: et si Marx avait raison (1) 

 

La Baisse tendancielle du taux de profit des sociétés anonymes non financières et la crise (1980-2010).

« Dans un papier récent, nous avons examiné la valorisation du capital en prenant pour base la double accumulation du capital. Cette valorisation prenait pour base la valeur additionnelle créée dans la sphère productive d’une année sur l’autre et la différence de valeur des actifs accumulés dans la sphère financière. Nous sommes arrivés à la conclusion que les deux valorisations tendaient à disposer d’une rentabilité de plus en plus faible et qu’à terme,  la capacité d’accumulation  dans la sphère productive tendait à être lentement réduite par l’accumulation financière. Nous avons souligné que la vampirisation de l’accumulation productive par la formation du patrimoine financier – toujours croissant - des entreprises tendait asymptotiquement vers la disparition de l’investissement productif au profit du seul capital financier. Nous n’insisterons pas à nouveau sur l’absurdité d’un tel processus que la crise vient nécessairement  interrompre. En somme, la suraccumulation financière conduit à la sous-accumulation productive  avec une perte de rentabilité générale  des deux accumulations du capital car c’est le capital productif qui crée la valeur dont est soustrait le paiement des intérêts et dividendes pris sur la valeur ajouté »e.

Les vagues de privatisations d’entreprises suite en exemple avec les Small Caps....  Les IPO, OPA, OPRA se poursuivent

« Je ne vais pas revenir sur la folle séance de vendredi qui a permis aux marchés actions de s'envoler, ni sur les causes de cette envolée car vous avez pu lire et relire le résumé du sommet de Bruxelles.  la période actuelle semble propice aux OPA. (..). , la mode est également aux OPRA – c ou encore ITESOFT ont préféré rendre de l'argent à leurs actionnaires.extrait de Small caps : un semestre en demi-teinte - La Bourse au QuotidienSmall caps : un semestre en demi-teinte | La Chronique Agora entre le 2 et 5 juil. 2012 Première parution dans Small Caps Confidentiel le 02/07/2012.

 

 

La production n’étant plus capable de valoriser l’ensemble des capitaux accumulés, une partie croissante de ceux-ci conserve la forme de capital financier. Une industrie financière se constitue qui ne cesse d’affiner l’art de faire de l’argent en n’achetant et ne vendant rien d’autre que diverses formes d’argent. L’argent lui-même est la seule marchandise que l’industrie financière produit par des opérations de plus en plus hasardeuses et de moins en moins maîtrisables sur les marchés financiers. La masse de capital que l’industrie financière draine et gère dépasse de loin la masse de capital que valorise l’économie réelle (le total des actifs financiers représente 160 000 milliards de dollars, soit trois à quatre fois le PIB mondial). La « valeur » de ce capital est purement fictive : elle repose en grande partie sur l’endettement et le good will, c’est-à-dire sur des anticipations : la Bourse capitalise la croissance future, les profits futurs des entreprises, la hausse future des prix de l’immobilier, les gains que pourront dégager les restructurations, fusions, concentrations, etc. Les cours de Bourse se gonflent de capitaux et de leurs plus-values futures et les ménages se trouvent incités par les banques à acheter (entre autres) des actions et des certificats d’investissement immobilier, à accélérer ainsi la hausse des cours, à emprunter à leur banque des sommes croissantes à mesure qu’augmente leur capital fictif boursier.

 

 

Les agents économiques ne produisent plus, eux mêmes, ce dont ils ont besoin ; ils acquierent des biens et des services sur des services et des marchés.Aujourd'hui, il y a une économie d'échanges fondée sur la division du travail, au plan mondial. Cela a provoqué une forte spécialisation des économies nationales en fonction de leurs avantages respectifs ( cf voir les Théorie explicative du commerce mondial : la théorie de l'avantage absolu d'Adams Smith, l'avantage relative de David RicardoUne société fonctionnement sur l'endettement, le crédit, la consommation et la course aux profits : 

  1. L’endettement de l’Etat : Partis du modèle du capitalisme pur des livres I et II, nous sommes montés dans l’échelle des fictions pour arriver enfin à la dernière d’entre elles, celle qui garantit toutes les autres : l’endettement de l’Etat. L’endettement de l’Etat est « purement fictif » (Capital, vol. III, p. 465). C’est son existence qui donne au capital la dimension d’un rapport social et politique. Comme il n’existe pas de capitalisme sans crédit, pas de crédit sans banque centrale, pas de banque centrale sans Etat et sans endettement de l’Etat, celui-ci est le l’axe autour duquel s’organise tout le système. cf voir l’article cfLien entre capitalisme et l’endettement- Antalya la finance folle Cash investigation Le système est vulnérable,! Scandale financier à la CGC, le syndicat des cadres ,

En cas de déflation, les prix s'effondrent de manière généralisée dans tous les secteurs, mais, du moins jusqu'à présent, on n'a toujours pas constaté un tel phénomène ;.

Cependant, à long terme, on ne peut pas exclure ce risque. Depuis des décennies, la croissance économique s'appuie principalement sur un financement par le crédit ("leveraging" ou effet de levier). Mais si les ménages surendettés ne peuvent plus payer les intérêts, ils seront contraints de rembourser leurs dettes (de-leveraging). L'effet de levier se retourne, et cela peut mettre en route une spirale infernale à la baisse.

Le ralentissement se confirme pour l'économie mondiale
Depuis la semaine dernière, le flux de nouvelles ne fait que confirmer ce que nous pressentions depuis longtemps : l'économie mondiale ne parvient pas à redémarrer. 

A lire ACDEFI - Aux Commandes De l'Economie et de la Finance

L'ensemble de la dette des 18 pays représentés sur le graphe ci-dessus a augmenté de 33 000 milliards de dollars (pour un PIB mondial estimé à 70 000 milliards de dollars) soit, en moyenne, environ 20% de leur PIB – ce que la BRI a qualifié d'" insoutenable".Après une crise financière, le surendettement est l'un des principaux obstacles à la croissance et l'émission permanente de nouvelle dette aggrave la situation.

Dans son rapport annuel (83e rapport annuel, page 45), la BRI fait état de plusieurs études scientifiques qui analysent l'impact du déficit budgétaire (Deficit Spending) sur la croissance économique. Elles arrivent toutes à la même conclusion, à savoir qu'à partir d'un certain seuil de dettes publiques, tout nouvel endettement devient contre-productif, car le montant des intérêts payés empêche tout nouvel investissement.

Les exorbitants déficits budgétaires dans presque tous les pays industrialisés ne peuvent être financés que par l'impression monétaire et des achats d'obligations par les banques centrales (QE). Mais une telle politique comporte aussi un risque élevé pour tout le système financier (formation de bulles en cours) ainsi que des dangers latents d'inflation. Les investisseurs sur les marchés obligataires doivent maintenant en tirer toutes les conséquences.  Les prêts ne se dirigent plus vers les investissements productifs et d'avenir mais vers des investissements plus risqués, ce qui peut alimenter de nouvelles crises. Nous sommes parti dans une déflation qui risque de durer longtemps . cf voir le cas du japon

C’est ce cercle vicieux qui est enclenché : La zone euro est-elle proche de la déflation ?PDF]La zone euro est-elle proche de la déflation - CIC ( Google Entretien avec Serge Halimi autour de son livre "Le Grand Bond en arrière"  Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière [HD]Blog / "Le Grand Bond en arrière"Le prix du reniement" : "Flamme bourgeoise, cendre prolétarienne" : La crise dans les années 30...,  de celle ayant touché l'Argentine CADTM - Eric Toussaint : « Europe soumise à une thérapie de choc comme l'Amérique latine dans les an  et de "la crise" japonaise et 30 ans de déflation qui n'est pas fini Japon: consommation en baisse et déflation persistante, freins à la reprise

Espagne : après la peur, la colère  : ( ....)

Concernant ton devoir que tu m'as présenté ce soir sur le socle commun, l'uniformisation de l'éducation et l'égalité des connaissances dans la vie La dette étudiante, une bombe à retardement, par Christopher ... : le monde diplomatique  L’accroissement spectaculaire de leur dette relève d’une combinaison de plusieurs facteurs

 

Les USA et le Japon sont moins dépendants que l'Union Européenne. Plus un pays dépend de ses exportations, plus ils est fragile.cf La France : Les inactifs et le ratio de dépendance : "L’augmentation du nombre des inactifs accroît chaque jour le fardeau pesant sur les travailleurs français. Conséquences : la croissance est molle, le pouvoir d’achat stagne, les retraites sont incertaines… Pourtant, la solution est limpide et irréfutable : il suffit de s'assurer que suffisamment de personnes travaillent, et travaillent suffisamment longtemps" de Pierre Chaigneau : " Economiste français, Pierre Chaigneau est diplômé de HEC Paris, de l'EHESS, et a obtenu son doctorat à la London School of Economics. Il est actuellement Président d'Eclairages Economiques, et Professeur Adjoint à HEC Montréal." Une vision très libéral de l'économie.émissions liées : Ça vous dérange : Faut-il plafonner les salaires? par Thomas Chauvineau | le 11/07/2011publications : Le pouvoir des petits actionnaires : Les dysfonctionnements financiers ( extrait doc PDF- de Pierre Chaigneau label : Editions broché parution : 2003

Après l'optimisme du début d'année, l'opinion des marchés financiers sur les perspectives de l'économie mondiale est devenue plus méfiante -- cela malgré les prévisions extrêmement bonnes de nombreux experts. Aux Etats-Unis, la croissance de l'emploi est largement surestimée. En Chine, les problèmes de surendettement . Dans la Zone euro, le danger de la déflation menace toujours. Au Japon, l'indice Nikkei a déjà perdu 14% depuis le début de l'année. Et dans les pays émergents qui, ces dernières années, ont été parmi les moteurs de l'économie mondiale, la crise actuelle de la monnaie est accentuée par les problèmes intérieurs.

Voyons cela plus en profondeur...

Argentine
La présidente Cristina Fernández de Kirchner et ses ministres blâment les "vautours étrangers" qui seraient à l'origine de troubles économiques comme ces coupures d'électricité à Buenos Aires et de la disparition des marchandises sur les étagères des supermarchés (source : ).
Au Rio de la Plata, le dollar US est passé, en six mois, de cinq pesos à huit actuellement, et sur le marché noir on a même atteint 13 pesos pour un dollar.

Brésil
Depuis le début de l'année, les investisseurs étrangers ont retiré d'énormes capitaux de la bourse de São Paulo. Les manifestations contre la Coupe du monde de football et les gigantesques dépenses qu'elle entraîne ne se calment pas. Les taux d'intérêt ont été augmentés à sept reprises pour atteindre actuellement 10,5%.

Afrique du Sud
Elle connaît les mêmes problèmes. Le rand est déjà sous pression depuis un an, mais plus particulièrement depuis début 2014. Les grèves paralysent l'économie, comme actuellement celle dans les mines de platine où les ouvriers demandent le triplement de leur salaire. Les pannes de courant continuelles freinent la croissance.

Turquie
La banque centrale a relevé ses taux d'intérêt de 4,5% à 10% et tente d'arrêter la dévaluation de la livre turque. De grandes manifestations se répètent à un rythme pratiquement journalier. Le drame syrien pèse lourdement sur l'économie du pays.

Inde
Le pays prévoit des élections en mai qui amèneront probablement un changement de gouvernement. Il faut 62 roupies pour acheter un dollar -- contre 54 il y a un an. Les prix à la consommation ont augmenté de 10% par rapport à l'année précédente.Pour réduire le déficit du compte courant, le gouvernement avait décidé une augmentation importante des taxes à l'importation sur l'or, mais cette mesure n'a réussi qu'à générer une augmentation spectaculaire de la contrebande.

Thaïlande
Le dollar US est devenu plus cher, passant de 29 à 33 bahts. La crise politique dure depuis trois mois avec des manifestations continuelles des opposants au gouvernement. Depuis le début des manifestations fin octobre 2013, les investisseurs étrangers ont retiré plus de trois milliards de dollars (source : Farang), ce qui a mis à mal les marchés financiers de Bangkok.

La conséquence de ces importantes manifestations sera un ralentissement de la croissance de l'économie thaïlandaise. Le ministère des Finances prévoit une augmentation de seulement 3,1% en 2014, contre 5,4% pour l'Indonésie, 5% pour la Malaisie et 6,4% pour les Philippines.

 

 

Partie 1 :

 

 

En réalité une foule d’indices convergents suggèrent que ce dépassement est déjà amorcé et que les chances d’une sortie civilisée du capitalisme dépendent avant tout de notre capacité à distinguer les tendances et les pratiques qui en annoncent la possibilité.

 

2. Le capitalisme doit son expansion et sa domination au pouvoir qu’il a pris en l’espace d’un siècle sur la production et la consommation à la fois. En dépossédant d’abord les ouvriers de leurs moyens de travail et de leurs produits, il s’est assuré progressivement le monopole des moyens de production et la possibilité de subsumer le travail. En spécialisant, divisant et mécanisant le travail dans de grandes installations, il a fait des travailleurs les appendices des mégamachines du capital. Toute appropriation des moyens de production par les producteurs en devenait impossible. En éliminant le pouvoir de ceux-ci sur la nature et la destination des produits, il a assuré au capital le quasi-monopole de l’offre, donc le pouvoir de privilégier dans tous les domaines les productions et les consommations les plus rentables, ainsi que le pouvoir de façonner les goûts et désirs des consommateurs, la manière dont ils allaient satisfaire leurs besoins. C’est ce pouvoir que la révolution informationnelle commence de fissurer.cf Andre Gorz, restructuration du capitalisme 

 

 

 

Pour éviter que cette réduction des coûts entraîne une baisse correspondante du prix des marchandises, il fallait, dans toute la mesure du possible, soustraire celles-ci aux lois du marché. Jeux vidéo : les nouveaux...

 

 

Il y a de grandes chances que non... Parce qu'à cette époque, vous aviez un "modem 56k". Derrière ce terme se cachait en fait la capacité de bande passante offerte par votre FAI, votre fournisseur d'accès à internet. A savoir 56Kbits/s.

 

Cette soustraction consiste à conférer aux marchandises des qualités incomparables grâce auxquelles

elles paraissent sans équivalent et cessent par conséquent d’apparaître comme de simples marchandises.

La valeur commerciale (le prix) des produits devait donc dépendre davantage de leurs qualités immatérielles non mesurables que de leur utilité (valeur d’usage) substantielle. Ces qualités immatérielles – le style, la nouveauté le prestige de la marque, le rareté ou « exclusivité » – devaient conférer aux produits un statut comparable à celui des oeuvres d’art : celles-ci ont une valeur intrinsèque, il n’existe aucun étalon permettant d’établir entre elles un rapport d’équivalence ou « juste prix ». Ce ne sont donc pas de vraies marchandises. Leur prix dépend

de leur rareté, de la réputation du créateur, du désir de l’acheteur éventuel.

 

 Les qualités immaté - rielles incomparables procurent à la firme productrice l’équivalent d’un monopole et la possibilité de s’assurer une rente de nouveauté, de rareté, d’exclusivité. Cette rente masque, compense et souvent surcompense la diminution de la valeur au sens économique que la baisse des coûts de production entraîne pour les produits en tant que marchandises par essence échangeable entre elles selon leur rapport d’équivalence. Du point de vue économique, l’innovation ne crée donc pas de valeur ; elle est le moyen de créer de la rareté, source de rente, et d’obtenir un surprix au détriment des produits concurrents. La part de la rente dans le prix d’une marchandise peut être dix, vingt ou cinquante fois plus grand que son coût de revient, et cela ne vaut pas seulement pour les articles de luxe ; cela vaut aussi bien pour des articles d’usage courant comme les baskets, T-shirts, portables, disques, jeans, etc.

 

Or la rente n’est pas de même nature que le profit : elle ne correspond pas à la création d’un surcroît de valeur, d’une plus-value. Elle redistribue la masse totale de le valeur au profit des entreprises rentières et aux dépends des autres ; elle n’augmente pas cette masse 1.

 

Lorsque l’accroissement de la rente devient le but déterminant de la politique des firmes – plus important que le profit qui, lui, se heurte à la limite interne indiquée plus haut – la concurrence entre les firmes porte avant tout sur leur capacité et rapidité d’innovation. C’est d’elle que dépend avant tout la grandeur de leur rente. Elles cherchent donc a se surpasser dans le lancement de nouveaux produits ou modèles ou styles, par l’originalité du design, par l’inventivité de leurs campagnes de marketing, par la « personnalisation » des produits.

 

L’accélération de l’obsolescence, qui va de pair avec la diminution de la durabilité des produits et de la possibilité de les réparer, devient le moyen décisif d’augmenter le volume des ventes. Elle oblige les

firmes à inventer continuellement des besoins et des désirs nouveaux, à conférer aux marchandises une valeur symbolique, sociale, érotique, à diffuser une « culture de la consommation » qui mise sur l’individualisation, la singularisation, la rivalité, la jalousie, bref sur ce que j’ai appelé ailleurs la « socialisation antisociale ».

 

Tout s’oppose dans ce système à l’autonomie des individus ; à leur capacité de réfléchir ensemble à leurs fins communes et à leurs besoins communs ; de se concerter sur la meilleure manière d’éliminer les gaspillages, d’économiser les ressources, d’élaborer ensemble, en tant que producteurs et consommateurs, une norme commune du suffisant – de ce que Jacques Delors appelait une « abondance frugale ». De toute évidence, la rupture avec la

 

1 La valeur travail est une idée d’Adam Smith qui voyait dans le travail la substance commune de toutes les marchandises et pensait que celles-ci s’échangeaient en proportion de la quantité de travail qu’elles contenaient. La valeur travail n’a rien à voir avec ce qu’on entend par là aujourd’hui et qui (chez Dominique Méda entre autres) devrait être désigné comme travail valeur (valeur morale, sociale, idéologique etc.).

 

Partie 2 :

Marx a affiné et retravaillé la théorie d’Adam Smith. En simplifiant à l’extrême, on peut résumer la notion économique de valeur en disant : une entreprise crée de la valeur dans la mesure où elle produit une marchandise vendable avec du travail pour la rémunération duquel elle met en circulation (crée, distribue,) du pouvoir d’achat. Si son activité n’augmente pas la quantité d’argent en circulation elle ne crée pas de valeur. Si son activité détruit de l’emploi elle détruit de la valeur. La rente de monopole consomme de la valeur créée par ailleurs et se l’approprie. Les services à la personne ne créent pas de valeur mais en redistribuent. tendance au « produire plus, consommer plus » et la redéfinition autonome d’un modèle de vie visant à faire plus et mieux avec moins, suppose la rupture avec une civilisation où on ne produit rien de ce qu’on consomme et ne consomme rien de ce qu’on produit ; où producteurs et consommateurs sont séparés et où chacun s’oppose à lui-même en tant qu’il est toujours l’un et l’autre à la fois ; où tous les besoins et tous les désirs sont rabattus sur le besoin de gagner de l’argent et le désir de gagner plus ; où la possibilité de l’autoproduction pour l’autoconsommation semble hors de portée et ridiculement archaïque – à tort.

 

Et pourtant, la « dictature sur les besoins » perd de sa force. L’emprise que les firmes exercent sur les consommateurs devient plus fragile en dépit de l’explosion des dépenses pour le marketing et la publicité. La tendance à l’autoproduction regagne du terrain en raison du poids croissant qu’ont les contenus immatériels dans la nature des marchandises. Le monopole de l’offre échappe petit à petit au capital.

 

Il n’est pas difficile de privatiser et de monopoliser des contenus immatériels aussi longtemps que connaissances, idées, concepts mis en oeuvre dans la production et dans la conception des marchandises étaient définis en fonction de machines et d’articles dans lesquels ils étaient incorporés en vue d’un usage précis. Machines et articles pouvaient être brevetés et la position de monopole protégée. La propriété privée de connaissances et de concepts était rendue possible par le fait qu’ils étaient inséparables des objets qui les matérialisaient. Ils étaient une composante du capital fixe.

 

Mais tout change quand les contenus immatériels ne sont plus inséparables des produits qui les contiennent ni même des personnes qui les détiennent ; quand ils accèdent a une existence indépendante de toute utilisation particulière et qu’ils sont susceptibles, traduits en logiciels, d’être reproduits en quantités illimitées pour un coût infime. Ils peuvent alors devenir un bien abondant qui, par sa disponibilité illimitée, perd toute valeur d’échange et tombe dans le domaine public comme bien commun gratuit – à moins qu’on ne réussisse à l’en empêcher en en interdisant l’accès et l’usage illimités auxquels il se prête.

 

Le problème auquel se heurte « l’économie de la connaissance » provient du fait que la dimension immatérielle dont dépend le rentabilité des marchandises n’est pas, à l’âge de l’informatique, de la même nature que ces dernières : elle n’est la propriété privée ni des entreprises ni des collaborateurs de celles-ci ; elle n’est pas, de par sa nature privatisable, et ne peut, par conséquent, devenir une vraie marchandise. Elle peut seulement être déguisée en propriété privée et marchandise en réservant son usage exclusif par des artifices juridiques ou techniques (codes d’accès secrets). Ce déguisement ne change cependant rien à la réalité de bien commun du bien ainsi déguisé : il reste une non-marchandise non vendable dont l’accès et l’usage libres sont interdits parce qu’ils demeurent toujours possibles, parce que le guettent les « copies illicites », les « imitations », les usages interdits. Le soi-disant propriétaire lui-même ne peut les vendre c’est-à-dire en transférer la propriété privée à un autre, comme il le ferait pour une vraie marchandise ; il ne peut vendre qu’un droit d’accès ou d’usage « sous licence ».

 

 La décroissance : consommer moins, consommer mieux, consommer intelligent
La simplicité volontaire est le premier pas vers la décroissance : vous ne consommez que ce dont vous avez besoin. Ça a du bon : quand on consomme moins, on fait des économies et on peut dès lors envisager d'investir son argent de façon utile.

L’économie de la connaissance se donne ainsi pour base une richesse ayant vocation d’être un bien commun, et les brevets et copyrights censés le privatiser n’y changent rien ; l’aire de la gratuité s’étend irrésistiblement. L’informatique et internet minent le règne de la marchandise à sa base. Tout ce qui est traduisible en langage numérique et reproductible, communicable sans frais, tend irrésistiblement à devenir un bien commun, voire un bien commun universel quand il est accessible à tous et utilisable par tous. N’importe qui peut reproduire avec son ordinateur des contenus immatériels comme le design, les plans de construction ou de montage, les formules et équations chimiques ; inventer ses propres styles et formes ; imprimer des textes, graver des disques, reproduire des tableaux. Plus de deux cents millions de références sont actuellement accessibles sous licence « créative commons ». Au Brésil, où l’industrie du disque commercialise quinze nouveaux CD par an, les jeunes des favelas en gravent quatre-vingt par semaine et les diffusent dans la rue. Les trois quarts des ordinateurs produits en 2004 étaient autoproduits dans les favelas avec les composants de matériels mis au rebut. Le gouvernement soutient les coopératives et groupements informels d’autoproduction pour l’autoapprovisionnement.

 

Claudio Prado, qui dirige le département de la culture numérique au ministère de la Culture du Brésil, disait récemment : « L’emploi est une espèce en voie d’extinction… Nous comptons sauter cette phase merdique du XXe siècle pour passer directement du XIXe au XXIe. » L’autoproduction des ordinateurs par exemple a été officiellement soutenue : il s’agit de favoriser « l’appropriation des technologies par les usagers dans un but de transformation sociale ». La prochaine étape sera logiquement l’autoproduction de moyens de production.

 

J’y reviendrai encore.

Ce qui importe pour le moment, c’est que la principale force productive et la principale source de rentes tombent progressivement dans le domaine public et tendent vers la gratuité ; que la propriété privée des moyens de production et donc le monopole de l’offre deviennent progressivement impossibles ; que par conséquent l’emprise du capital sur la consommation se relâche et que celle-ci peut tendre à s’émanciper de l’offre marchande. Il s’agit là d’une rupture qui mine le capitalisme à sa base. La lutte engagée entre les « logiciels

propriétaires » et les « logiciels libres » (libre, « free » est aussi l’équivalent anglais de « gratuit ») a été le coup d’envoi du conflit central de l’époque. Il s’étend et se prolonge dans la lutte contre la marchandisation de richesses premières – la terre, les semences, le génome, les biens culturels, les savoirs et compétences communs, constitutifs de la culture du quotidien et qui sont les préalables de l’existence d’une société. De la tournure que prendra cette lutte dépend la forme civilisée ou barbare que prendra la sortie du capitalisme.

 

 

 

 

Cette sortie implique nécessairement que nous nous émancipions de l’emprise qu’exerce le capital sur la consommation et de son monopole des moyens de production. Elle signifie l’unité rétablie du sujet de la production et du sujet de la consommation et donc l’autonomie retrouvée dans la définition de nos besoins et de leur mode de satisfaction.

 

L’obstacle insurmontable que le capitalisme avait dressé sur cette voie était la nature même des moyens de production qu’il avait mis en place : ils constituait une mégamachine dont tous étaient les serviteurs et qui nous dictait les fins à poursuivre et la vie a mener. Cette période tire à sa fin. Les moyens d’autoproduction high-tech rendent la mégamachine industrielle virtuellement obsolète. Claudio Prado invoque « l’appropriation des technologies » parce que la clé commune de toutes, l’informatique, est appropriable par tous. Parce que, comme le demandait Ivan Illich, « chacun peut l’utiliser sans difficulté aussi souvent ou aussi rarement qu’il le désire […] sans que l’usage qu’il en fait empiète sur le liberté d’autrui d’en faire autant » ; et parce que cet usage (il s’agit de la définition illichienne des outils conviviaux) « stimule l’accomplissement personnel » et élargit l’autonomie de tous. La définition que Pekka Himanen donne de l’Éthique hacker 1 est très voisine : un mode de vie qui met au premier rang « les joies de l’amitié, de l’amour, de la libre coopération et de la créativité personnelle ».

 

Les outils high-tech existants ou en cours de développement, généralement comparables à des périphériques d’ordinateur, pointent vers un avenir où pratiquement tout le nécessaire et le désirable pourra être produit dans des ateliers coopératifs ou communaux ; où les activités de production pourront être combinées avec l’apprentissage et l’enseignement, avec l’expérimentation et la recherche, avec la création de nouveaux goûts, parfums et matériaux, avec l’invention de nouvelles formes et techniques d’agriculture, de construction, de médecine, etc. Les ateliers communaux d’autoproduction seront interconnectés à l’échelle du globe, pourront échanger ou mettre en commun leurs expériences, inventions, idées, découvertes. Le travail sera producteur de culture, l’autoproduction un mode d’épanouissement.Deux circonstances plaident en faveur de ce type de développement. La première est qu’il existe beaucoup plus de compétences, de talents et de créativité que l’économie capitaliste n’en peut utiliser. Cet excédent de ressources humaines ne peut devenir productif que dans une économie où la création de richesses n’est pas soumise aux critères de rentabilité. La seconde est que « l’emploi est une espèce en voie d’extinction ».

 

Je ne dis pas que ces transformations radicales se réaliseront. Je dis seulement que, pour la première fois, nous pouvons vouloir qu’elles se réalisent. Les moyens en existent ainsi que les gens qui s’y emploient méthodiquement. Il est probable que ce seront des Sud- Américains ou des Sud-Africains qui, les premiers, recréeront dans les banlieues déshéritées des villes européennes les ateliers d’autoproduction de leur favela ou de leur township d’origine.

André Gorz

 

NDLR : Ce texte qu’André Gorz a terminé d’écrire le 17/09/2007 est une version revue et approfondie de celui écritpour le manifeste d’Utopia. Rebaptisé pour notre dossier Le travail dans la sortie du capitalisme il a depuis été publié dans son livre posthume Écologica sous le titre La sortie du capitalisme a déjà commencé.

1 Pekka Himanen, L’Éthique hacker et l’esprit de l’ère de l’information, tr. fr. C. Leblanc, Paris, Exils, 2001.

 

Ou encore très intéressant :

 

 

« La capitalisation des anticipations de profit et de croissance entretien l’endettement croissant, alimente l’économie en liquidités dues au recyclage bancaire de plus-value fictives, et permet aux États-Unis une « croissance économique » qui, fondée sur l’endettement intérieur et extérieur, est de loin le moteur principal de la croissance mondiale (y compris de la croissance chinoise). L’économie réelle devient un appendice des bulles spéculatives entretenues par l’industrie financière. Jusqu’au moment, inévitable, où les bulles éclatent, entraînent les banques dans des faillites en chaîne, menaçant le système mondial de crédit d’effondrement, l’économie

réelle d’une dépression sévère et prolongée (la dépression japonaise dure depuis bientôt quinze

ans).

 la sphère  d'influence d'un pays  ( cf voir sur google) : Le pays lui même et les pays " amis" qui le suivent dans son sillage. Cf voir/ lire : contre chavez :article du journal libertario par Flores Magon, mardi 21 août 2012, mis sur mon blog intitulé " Chavisme et anarchisme aujourd’hui ". , Un oeil sur la planète - Venezuela : Chavez viva la ... - YouTube

 L’énième sommet européen vient de se terminer révélant d’avantage : L'industrie de la finance n'est plus une perversion du système, elle est le système, Comprendre le capitalisme japonais -La situation est désespérée ! - Saltabank, Est ce la crise de la finance, de la dette ou du capitalisme? - Altermonde, L’interview de Mario Draghi - Alterfinance, L’interview de Mario Draghi - l'indigné, Crise du capitalisme : Karl Marx avait raison! : Et si Karl Marx avait raison ? : citoyen actif, 17 régions autonomes d' Espagne en dangers : citizen khane

19/08/2013

Chine. Le nouvel empire.

n
Ne nous en prenons pas aux effets, attaquons toujours les causes !
Bakounine

sans la révolte de l'individu, s'associant à d'autres individus révoltés pour résister au milieu et chercher à le transformer, ce milieu ne changerait jamais.
malatesta
 
C'est à ces requins qui abrutissent et soumettent le monde actuel, qu'ils soient gouvernants de droite ou de gauche, bourgeois ou socialistes étatistes, que la grande idée d'anarchisme ne plaît en aucune sorte.
Nestor Makhno
le 33 rue des vignoles,chronqiue,daniel mermet,foi d’anar,maurice joyeux,mikhail bakunin,documentaires,cnt ait,fai,ifa–

«  Les idées de la classes dominantes sont aussi à toutes les époques les idées dominantes ; autrement dit la classes qui a la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle.  La classe qui dispose des moyens moyens matérielle dispose du même coup des moyens de productions intellectuelle, si bien que , l’un dans l’autre, les pensées de ceux à qui sont refusés qui refusés les moyens de production intellectuelle sont soumises du même coup  à cette classe dominante. Les idées dminantes ne sont pas autre chose que l’expression idéale des rapports matériels dominants, elles sont les rapports matériels dominants saisis sous la forme d’idées, donc d’expression des rapports qui font d’une classe la classe dominante ; autrement dit, ce sont les idées de la révolution ». A voir ce soir : ( mis sur Facebook)

 

 n États-unis / chine : puissances comparées - Le dessous des Cartes - 02.05.15 (Arte)

La passation de pouvoir entre l’occident (représenté par les Etats-Unis) à l’Asie principalement (représenté par la Chine) et un peu l’Amérique latine), ne change pas le problème de fonds que sont les systèmes capitalistes, les systèmes impérialistes et les soumissions des travailleurs, des peuples et de l’environnement a travers les ressources fossiles.

L'OCDE se risque à des prévisions long terme pour l'économie mondiale

- L'OCDE, dans ses prévisions à très long terme, retient un taux de croissance de l'économie mondiale de 3% en moyenne.

Mais il y aura des changements majeurs dans la composition du PIB global, notamment concernant la répartition entre les 34 pays de l'OCDE et des huit pays du G20 non-membres de l'OCDE. La Chine et l'Inde verront leur contribution fortement augmenter tandis que celles des Etats-Unis, du Japon et de la Zone euro vont diminuer.

Prévisions de la croissance mondiale selon l'OCDE

 

a Chine connaît une révolutions industrielle accéléré et il faut s’attendre aux conséquences douloureuses

 

 

Le méga »cycle chinois !

La Chine n'avance plus, son cycle est en bout de course.Depuis un mois, les marchés bruissent de rumeurs autour de la fin d'un supposé "mégacycle" des métaux. C'est un dirigeant de Citigroup qui a jeté un pavé dans la marre. La Chine arrive effectivement à la fin d'un cycle économique. Toutefois, il n’existe pas loin d'une cinquantaine de métaux dans le monde, et ils sont rarement utilisés avec la même intensité selon les cycles économiques.

Le dessous des cartes - La Chine change - 27 avril 2013 - YouTube

Le défi aujourd'hui, c'est de comprendre vers quel stade de développement avance la Chine. !

Prêtons-nous ainsi à l'exercice de la prospective en répondant à :

  1. Où va la Chine ?
  2. Qui seront ses dirigeants ?
  3. Quels marchés seront privilégiés ?

 

Nous assistons à un ennième tournant du capitalisme ( néolibérale depuis les années 8O) pour survivre :Afin de palier " la crise du capitalisme " dans les vieux pays industrialisés, ils se tournent vers l'Asie. Mais déjà La Chine, longtemps sous traitant de l'Europe devient trop chère poussant des entreprises ( françaises et étrangères) soit a relocaliser soit à délocaliser dans les pays à plus faible main d'oeuvre.

 

Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-Michel Carré

source  [Chroniques Rebelles] Auteur : CP : , a visionner ici

Samedi 13 avril 2013

dimanche 14 avril 2013

 

 

 

 

Chine. Le nouvel empire

Film documentaire de Jean-Michel Carré

Diffusé le 30 avril à 20h50 sur ARTE

 

Le vent de la mondialisation a tourné et la Chine en profite. Pendant longtemps, elle a joué un rôle de sous-traitant pour les entreprises européennes, mais, d'année en année, elle s'est implantée en Europe et se pose aujourd'hui en recours face aux bouleversements causés par la crise financière. Elle délocalise, reprend des entreprises en faillite, remporte des marchés publics et crée des emplois : en Suède, en France, en Pologne ou en Grèce. Si les entreprises chinoises s'approprient des techniques et des équipements européens, elles apportent aussi leur savoir-faire et leurs méthodes, parfois au détriment du code du travail. A travers des exemples emblématiques, Magali Serre enquête sur ce phénomène.

 

 

 

On vante souvent la réussite économique chinoise et la formation d’une classe moyenne de millions de personnes, mais le tableau n’est en réalité guère réjouissant, c’est celui d’une Chine « devenue un des piliers du capitalisme mondial [qui] suscite la convoitise des dirigeants du monde entier. Sa puissance ainsi que la fragilité de son modèle social sont [autant de] sources d’inquiétudes. » Il en va de même pour le « développement forcené de l’industrie au mépris des règles élémentaires d’hygiène et de respect de l’environnement », qui fait de la Chine le pays le plus pollueur de la planète avec les Etats-Unis.

Ce que dénonçait le livre de Hsi Hsuan-Wou et Charles Reeve, China Blues. Voyage au pays de l’harmonie précaire, le film documentaire de Jean-Michel Carré, qui sera diffusée le 30 avril sur ARTE, en fait la démonstration cinématographique.

LA CHINE, Jean Michel CARRE

 

Revenant sur plus d’un siècle et demi de l’histoire de la Chine, avec pour support des archives rares, Jean-Michel Carré tente de cerner une histoire complexe et contradictoire avec des interlocuteur-es de l’intérieur et de milieux différents qui ont accepté de témoigner à visage découvert. Sont ainsi évoqués entre autres tabous de l’histoire chinoise, « la grande famine qui a résulté de la collectivisation forcée, les massacres de la Révolution culturelle, l’oppression des minorités, la répression des manifestations de Tien An men ». Ce qui prouve que ni la censure, ni le contrôle extrême d’un État policier et totalitaire n’ont réussi à faire taire l’analyse critique. Les entretiens croisés sur l’histoire, le contexte social et politique et la profonde mutation opérée dans un pays qui brigue la place de première puissance économique, laisse entrevoir l’intérêt d’un pays qui pose «  la question sociale à l’échelle de l’humanité toute entière. »

 

 

Avec l’ouverture sur le capitalisme que les autorités chinoises ont entrepris depuis maintenant presque une décennie, il n’est pas étonnant que le Grand Dragon chinois ait connu un boom économique sans précédent qui a fait véritablement décoller sa balance commerciale et forcément le taux de croissance du pays vers des sommets vertigineux qui attisent désormais l’appétit des plus grands acteurs de l’échiquier financier international. En effet, désireux de récolter une part du gâteau, nombre d’investisseurs étrangers, dont beaucoup de français, ont réussi à s’implanter directement en Chine grâce à la politique d’ouverture incitative pratiquée par le gouvernement de ce pays pour attirer les investisseurs étrangers. Des opportunités qui font rêver également des petits patrons de PME ou d’entreprises unipersonnelles qui espèrent trouver en Chine le nouvel eldorado des affaires.

 

Le dessous des cartes - La Chine change - 27 avril 2013 - YouTube

 

 

Le dessous des cartes - Chine, lendemains de croissance - 27 décembre 2008

L'Asie est la seule région où des pays ont réussi sur les 50 dernières années à se hisser aux niveaux de richesse des pays développés. Cette croissance a été construite sur un facteur en particulier : le coût du travail.

Zhao Ziyang. Cet homme politique a été Premier ministre pendant les années 1980, période où s'est construite la croissance chinoise. Economiquement (et politiquement) libéral, il avait la confiance du père du modèle chinois actuel, Deng Xiaoping.

Un chapitre entier est consacré aux premières années de son gouvernement. L'ancien Premier ministre explique qu'historiquement, les pays développés ont été amenés à déplacer leurs industries vers les régions où le coût du travail était faible. Voici ce qu'il écrit : "du point de vue asiatique, ce sont d'abord les Etats-Unis qui ont délocalisé leurs industries à main-d'oeuvre vers le Japon [...] Puis les Etats-Unis et le Japon ont délocalisé une partie de leurs industries de fabrication vers les "quatre petits dragons" (Taiwan, la Corée, Hong Kong et Singapour), qui se sont développés à leur tour. Le mouvement s'est ensuite déplacé vers les pays de l'ASEAN" (Malaise, Indonésie, Philippines, Singapour, et Thaïlande).

Et le Premier ministre chinois continue en expliquant que ce mouvement "n'allait pas s'arrêter, et qu'il représentait une occasion à saisir". La Chine l'a saisi, et a vu son PIB être multiplié par 18 entre 1980 et 2010.

 

Le dragon à mille têtes - ARTE Documentaire 2016 HD - YouTube

Les trois chapitres du documentaire de Jean-Michel Carré, la Chine s’éveille, la Chine s’affirme et la Chine domine, dépeignent parfaitement la société chinoise qui, partant du socialisme, en arrive à imposer une société ultra libérale où la grande majorité de la population subit l’exploitation, la corruption et la violence. Chine. Le nouvel empire place le public devant une réalité tangible, vécue, grâce aux commentaires des intervenants et intervenantes qui nous renvoient immanquablement à la propagande actuelle sur la mondialisation, le profit et la croissance.

 

La Chine... 30 ans d'industrialisation forcenée et une croissance à plus de 8% en moyenne ont hissé ce pays émergent au rang de 3ème puissance économique mondiale. Du jamais vu…. Le revers de la médaille, c'est que cet "atelier du monde" est devenu le premier pollueur de la planète. Dans l'air ou dans les sols, la pollution décime tout sur son passage : terres agricoles... écosystème... et pire : l'OMS fait état de 300 000 morts par an en Chine ( Changement climatique et santé ( rapports OMS)), sans parler des maladies graves et malformations.rapport OMS, Refugies climatiques )Face à ce constat macabre, le gouvernement a pris des mesures : en 2008, la Chine a alloué 35 milliards d'euros à l'environnement, dans le cadre des plans de relance.En voulant assainir son industrie, la Chine est devenue le premier investisseur du secteur de l'environnement dans le monde -- opérant ainsi sa Première révolution verte.Mais cette victoire est insuffisante... Début 2010, après deux ans d'études, 6 millions de tests et 570 000 travailleurs sollicités, la Chine a découvert son véritable talon d'Achille...La principale source de pollution en Chine est le secteur agricole et ses engrais chimiques -- dont elle est le premier producteur et consommateur mondial.Cette nouvelle va avoir des conséquences à quelques mois de l'élaboration du 12ème plan quinquennal chinois (2011-2016) : la Deuxième Révolution verte chinoise est déjà en marche.. Voir Keny Arkana > Autre Monde Possible, Tous au ciné avec Coline Serreau, CONSTRUIRE UN AVENIR COMMUN

Attendez une minute… Les Etats-Unis sont la plus grande puissance mondiale, ils doivent bien être numéro un dans un domaine. 

Éric Raufaste, spécialiste des systèmes automatisés de raisonnement, tente ici l’examen prospectif d’une société susceptible de connaître des bouleversements technologiques et donc sociaux d’une ampleur et d’une intensité totalement inédits dans l’histoire de l’humanité. Il esquisse aussi les termes d’un modèle possible de vie post-révolution libertaire, plutôt à contre-courant des idées de sobriété. Un élément de plus pour notre réflexion A lire  classes moyenne + soutien au capitalisme ( google) La destruction de la classe moyenne - Le Monde libertaire : 

Le documentaire Aujourd'hui à 20h50Après l’Afrique, l’Europe est-elle devenue le nouvel Eldorado de la Chine ?

la défense. La Chine ne les rattrapera pas, en termes de défense, avant 2025, estime The Economist. Et ensuite ? Que se passera-t-il lorsque la Chine dépensera plus pour son armée que les Etats-Unis ? Hmmm…L'Afrique est une "mine d'or" pour les investissements, selon Pékin : - altermonde Le potentiel de l'Afrique attise toutes les convoitises - citoyenactif, Quand la Chine délocalise en Europe - anarkia

Les filles-dragons - ARTE Documentaire 2016 HD - YouTube

 

 La nouvelle génération des « princes rouges » — rejetons des membres du Parti —, cinquième génération de dirigeants qui suit la même voie que ceux qui les ont précédé, c’est-à-dire celle du développement de l’économie et du contrôle de la politique, devra sans doute lâcher du lest sur le plan social. Car l’absence de récession, l’augmentation du PIB, les grandes parades nationalistes ne suffiront pas à faire oublier à la population le manque de liberté d’expression, la permanence d’un État de non droit qui a certes pour devise prospérité et croissance, mais pour qui ? Le leurre capitaliste a remplacé le leurre socialiste, alors jusqu’à quand ?

 
Chine, le nouvel Empire (Part (1/3 ,  part 2/3 , part 3/3 ) : La Chine s'affirme - YouTube

  : Première partie du documentaire d'arte à propos de la Chine, traitant de Mao et de son ascension. (visionnable avec Youtube Country : French).

Passé l’extraordinaire succès international des jeux Olympiques Pékinois, les affres du capitalisme à outrance développé par la Chine et son économie socialiste de marché refont surface. Du lait contaminé à la mélanine en passant par les suites du tremblement de terre du Sichuan, le gouvernement est critiqué sur tous les fronts ; celui de l’énergie comme les autres avec la publication d’un rapport « le vrai prix du charbon en Chine » (« The true cost of coal in China »).

Ce rapport est née de la volonté des organisations non-gouvernementales Greenpeace, et WWF, associées à la Fondation de l’énergie (« the Energy Fondation ») de financer en 2007 une étude sur les conséquences directes et indirectes de la surexploitation du charbon en République Populaire de Chine.

Le balancier est en train de s'inverser entre l'est et l'ouest. Alors que les régions du Guangdong, le Jiangsu et le Zhejiang, toutes à l'est, ont connu une croissance de 10% en 2011, une ville comme Chong Qing, au centre, a connu 16,4% de croissance.
 

 Le dessous des cartes - Chine, lendemains de croissance - 27 décembre 2008 n 

30 ans après, le centre est ainsi en train de reproduire le modèle de croissance des régions côtières. C'est vers ces régions que convergent actuellement les industries textiles ou de la petite électronique, industries grosses consommatrices de travail.

Comme il y a 30 ans à l'est, les besoins en matières premières, infrastructures, transports sont encore énormes. Et ceux-ci restent encore largement ignorés. Danny Quah, professeur d'économie à la London School of Economics, soulignait en mars dernier que "beaucoup d'étrangers qui admirent les hauts gratte-ciels des villes de l'est ne savent pas que certains villages éloignés dans l'ouest de la Chine n'ont pas de connexion avec le réseau routier ou au réseau d'électricité".

"Vampire du milieu" pour certains, la Chine n'est en pas moins bien dotée en ressources naturelles. Le problème, c'est que ces ressources sont difficiles d'accès. Les régions minières sont pour la plupart situées à l'ouest, dans des espaces montagneux ou désertiques.

The Economist :

“Le pays qui a inventé la boussole, la poudre et l’imprimerie marche également sur les plates-bandes des Etats-Unis en termes d’innovation. Nous estimons qu’en 2011, plus de brevets ont été accordés à des résidents de Chine qu’aux Etats-Unis. La qualité de certains brevets chinois est peut-être douteuse, mais ils vont certainement s’améliorer. Le ‘Rapport sur la compétitivité mondiale’ du Forum économique mondial place la Chine au 31e rang, sur 142 pays, concernant la qualité de son éducation dans les domaines des mathématiques et des sciences, bien au-dessus de la 51e place des Etats-Unis. En ce qui concerne la puissance financière externe aussi, la Chine bat les Etats-Unis à plate couture. Elle a des actifs étrangers nets de 2 000 milliards de dollars ; les Etats-Unis ont une dette nette de 2 500 milliards de dollars”.

La croissance à 10% de la Chine ne correspond pas à un idéal que nous, pauvres Occidentaux chétifs grevés de dettes, échouons à atteindre chaque année.

Cette forte croissance correspond à un cycle. Et à chaque cycle, correspond une utilisation intensive d'un métal. L'analyse des précédentes expériences de développement économique a permis d'identifier plusieurs phases, à laquelle certains métaux sont identifiés.

Le premier cycle se caractérise par des investissements en infrastructures de développement, où ciment et matériaux de construction sont abondement utilisés.

Le deuxième par des infrastructures plus légères, utilisant davantage de cuivre.

Le troisième par de l'industrie lourde, où aluminium et fer sont la matière première essentielle.

Enfin les biens de consommation caractérisent le dernier cycle, et consomment avant tout de l'aluminium, du cuivre, de l'énergie et des aciers spécialisés.

Actuellement, la Chine devrait être en train de passer du troisième au quatrième cycle.

Comme le nuance la fin de la citation, l'avenir de la Chine reste encore très incertain.. J'en veux pour preuve les difficultés que traversent actuellement l'économie chinoise. Le ralentissement chinois a conduit certains importateurs chinois à retarder, voire à annuler, leurs importations de matières comme le fer et le charbon. Encore plus inquiétant, la consommation d'électricité, "locomotive" de l'économie, a été de 0% au mois d'avril !

« Au ralentissement économique, le pays peut être tenté d'appliquer les même méthodes que celles qui ont relevé le pays à partir de 2009, à savoir... l'investissement à outrance » !

Ainsi le Premier ministre Wen Jiabao serait sur le point, comme l'a annoncé le journal officiel China Security Journal, de lancer un plan d'investissement dans les infrastructures pour soutenir la croissance.

Est-ce que le système peut encore espérer regarder ( se reposer)  du côté des secteurs qui seront à l'origine d'un nouveau cycle de croissance, comme par le passé

Un nouveau cycle politique s'enclenche il ?
Comment les leaders chinois vont agir pour faire prendre ce virage au pays. Car en parallèle de la gestion d'un nouveau cycle économique, le pays va devoir gérer un nouveau cycle politique cette année.

Lors du 18e congrès du Parti Communiste Chinois, qui doit se tenir en octobre prochain, l'équipe dirigeante laissera la place à un nouveau duo. Si les nouveaux venus sont connus, Xi Jinping deviendra président et Li Keqiang Premier ministre, l'orientation qu'ils donneront à l'économie reste largement floue.

Des pistes commencent toutefois à être identifiées.

Les libéraux regardent-ils vers Pékin ?
Depuis l'épisode de Bo Xilai, sur lequel nous sommes souvent revenus dans l'Edito, l'équilibre politique à la tête de l'Etat a déjà profondément changé.

« Ainsi le gouvernement a lancé une campagne dans Le Quotidien du Peuple en ligne (Magazine en ligne, organe du Parti communiste chinois) pour promouvoir la réforme politique. Comme l'explique Eric Meyer, journaliste installé en Chine, il semble que l'aile libérale soit en train de progresser au sein du parti. La chute de Bo Xilai, entraînant celle de ses alliés, a ouvert la voie aux libéraux représentés par exemple par le leader de Canton Wang Yang. Sans rentrer dans les détails, on peut imaginer que cette tendance pourrait amener à davantage de libertés données à la société chinoise, au moins économique 

C'est d'ailleurs ce qui déjà est en train de se passer. Le Premier ministre Wen Jiabao a mis l'accent dans la presse sur la "qualité" économique de la croissance, en s'engageant à soutenir la consommation des foyers. En parallèle, le gouvernement a ouvert certains secteurs aux investissements étrangers, comme celui du rail, et facilité les investissements étrangers avec le QFII (Qualified Foreign Institutional Investor)».

Reste à savoir comment se comportera la nouvelle équipe au pouvoir.

A court terme, les séries de mesures de relance de l'économie vont soutenir les piliers traditionnels du troisième cycle, comme le producteur de ciment Anhui Conch Cement.

A plus long terme, l'amélioration des services, comme l'eau et l'électricité, va profiter davantage aux métaux liés aux services, comme le cuivre. Ainsi les minières spécialistes des métaux comme le cuivre (réseau électrique et énergie renouvelables) ou le zinc (acier galvanisé) devraient particulièrement profiter de la croissance chinoise dans les années à venir.

De 2011 à 2060, l'Inde et la Chine verront leur PIB réel croître, en moyenne annuelle, de respectivement 4,9% et 3,9% -- des taux supérieurs à celui de croissance mondiale.

Dans le bas du tableau figurent l'Allemagne (1,1%), le Japon (1,3%), la France (1,6%), le Royaume-Uni (2,0%) et les Etats-Unis (2,1%). L'OCDE attribue le déclin de l'apport des pays industrialisés, prépondérant jusqu'à ce jour, au vieillissement de la population qui n'est pas compensé par l'immigration ainsi que par la montée en puissance des pays émergents.

La participation de la Chine dans le PIB global dépassera celle de la Zone euro l'année prochaine, voire dès cette année. L'Inde devrait dépasser la Zone euro dans les 20 prochaines années. Les Etats-Unis seront dépassés par la Chine dans quelques années. La Chine et l'Inde ensemble représentent aujourd'hui 24% du PIB global, et 46% dans 50 ans.

 

Cependant, et ce malgré leurs fortes croissances, les plus grandes économies émergentes ou en voie de développement n'auront toujours pas atteint d'ici 50 ans le PIB par tête des principaux pays industrialisés. Il restera toujours un écart significatif entre les niveaux de vie atteint dans les économies avancées et émergentes.

L'OCDE souligne que ses prévisions à très long terme sont associées à de grandes incertitudes. La comparaison suppose une parité du pouvoir d'achat constante par rapport au dollar américain. Les éventuelles fluctuations du cours des devises ne sont pas prises en compte. En cas de baisse du TWEX (poids du dollar dans le commerce par rapport aux principales autres devises) la pondération prévue entre les grandes régions économiques pourraient être différentes.

Un oeil sur la planète - Chine : Quand la Chine se réveillera, doit-on trembler ? , Afrique, l'ambition chinoise

source : L'OCDE fait des prévisions à 50 ans,

Aujourd’hui, le Grand Jeu se joue principalement entre les Etats-Unis et la Chine, avec la Russie comme appoint. Il ne s’agit plus de coloniser des territoires, ni de richesses minières, mais de zones d’influence, de guerre économique ey politique a travers l''espionage industriel et de pétrole . Les régions en jeu sont presque les mêmes qu’autrefois : l’Iran et le Moyen-Orient, et dans une moindre mesure l’Asie centrale. Mais d’autres zones peuvent intéresser les puissances, l’Afrique (Afrique : un attrait pour...) notamment et toujours l’Extrême-Orient.L'espionnage britannique met en garde contre une Russie "agressive"Le chef du service de renseignement britannique MI5, Andrew Parker, met en garde, dans une interview au Guardian contre les méthodes "de plus en plus agressives" de la Russie et son recours aux cyber-technologies pour s'opposer à l'Occident. 

 
Quand la Chine delocalise en Europe Documentaire Arte 14.11.2014


Quand La Chine Delocalise En Europe - YouTube / 

États-unis / chine : puissances comparées - Le dessous des Cartes - 02.05.15 (Arte)

Plus largement, dans son entretien, Andrew Parker a estimé que la Russie adopte de plus en plus une posture anti-occidentale et a recours à des méthodes non traditionnelles pour y parvenir. "C'est ce que l'on observe dans ses agissements en Ukraine et en Syrie", a-t-il noté. "Mais la cyber-menace rend invisible une bonne partie de ces activités. Cela fait plusieurs décennies que la Russie représente une menace déguisée. La différence, c'est qu'aujourd'hui les méthodes à sa disposition sont de plus en plus nombreuses"', a encore expliqué Andrew Parker.


 La Chine investit doucement mais sûrement en Europe Depuis 2010, les investissements chinois se sont accélérés. Si la Chine n’est pas encore le principal investisseur sur le Vieux Continent, elle avance ses pions d’année en année. Quand la Chine délocalise en Europe :Economie par Magali SerreMardi 18 septembre de 20:50 à 22:00 sur Arte 

Les Etats-Unis et l'Europe ont bel et bien les poches vides – alors que la Chine se permet de racheter nos commerces, nos entreprises, notre technologie, notre patrimoine...

Comment le géant chinois s'y était pris pour ne pas suivre les autres pays dans la crise financière.
les Chinois se sont tout simplement détournés de nos économies en crise... pour se recentrer sur les marchés asiatiques ultra-dynamiques. La preuve : selon les douanes chinoises, la croissance du commerce extérieur est passée de 22,5% en 2011 à 6,2% en 2012. Ce qui n'a pas empêché le PIB chinois de progresser de 7,8%.

Autrement dit, pendant que l'Occident s'embourbe dans la crise, les Asiatiques se remplissent les poches.:

Petite révolution en Bourgogne : un milliardaire chinois propriétaire d’un casino à Macao a racheté le domaine de Gevrey-Chambertin pour 8 millions d’euros. . Si pour le moment les investisseurs se concentrent sur des domaines de taille moyenne, entre 2 et 7 millions d’euros, l’achat de plus grands vignobles pourrait se faire dans les années à venir, explique un professionnel du foncier viticole bordelais.

Luxe, élégance et qualité. La Chine veut se départir de son image de produits “made in China” de qualité moindre. (...).
 

Cerium, terbium, samarium, gadolinium, ces métaux demeurent méconnus du grand public. Pourtant, ils sont présents dans les écrans, les téléphones et jusque dans les billets de banque. Communément appelés «terres rares», ces métaux sont l'objet de luttes économiques âpres. De plus, leur extraction a des conséquences dévastatrices pour l'environnement. Les dernières mines des Etats-Unis ont fermé, laissant la Chine en situation de monopole. Face à la demande croissante, on estime que dans cinq ans, la Chine ne pourra plus répondre à ses propres besoins en terres rares. Maintes opérations de prospection ont lieu : il y aurait des gisements en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, sur la Lune et au fond des mers.

Source : Le potentiel de l'Afrique attise toutes les convoitises, Le système néolibérale : la ‘destruction créatrice, Chroniques émergentes : la Chine a faim de terres,  ‘Destruction créatrice’ et inondation de liquidités, bulles et crises

La Chine n'a pas l'intention "d'acheter l'Europe" en crise - AFP: 
La Chine s'est voulue rassurante vendredi, expliquant ne pas avoir l'intention "d'acheter l'Europe" en crise, au deuxième jour d'une visite de la chancelière allemande Angela Merkel, que les autorités ont par ailleurs empêchée de rencontrer des journalistes et un avocat connu


, le Daily China titrait

"Le Premier ministre s'engage pour stabiliser la croissance".

.Pourtant Fred n'est pas un apparatchik du parti. Il est, comme il me l'avait rappelé lors de notre première rencontre, un "American born chinese", un Américain d'origine chinoise. .

La Chine semble tout faire en grand. Elle possède la plus grande centrale électrique et la plus longue ligne TGV au monde. Elle possède également les plus grandes toilettes publiques (pouvant accueillir plus de 1 000 personnes) et la plus grande pyramide de la planète.

 Humour 124.gif

Pour vous donner une idée de l'étonnement, imaginez que Libération fasse une une pour les carrés Hermès.

Cette publicité a fait du bruit. D'une part du fait de l'affichage d'un luxe ostentatoire dans un quotidien grand public, d'autre part parce qu'il s'agit du plus grand magasin Louis Vuitton en Chine. Cette passion pour le luxe a même fait titrer récemment du Quotidien du Peuple (), "Pourquoi les Chinois aiment-ils tellement Louis Vuitton ?"

Uune véritable frénésie pour le luxe ici pour la classe bourgeoise citadine qui profite des retombées de la croissance donnée par le régime chinois..

Un marché qui croît de 25% par an
L'année dernière, une étude du groupe financier CLSA centré sur la région Pacifique était venue renforcer l'idée que le luxe en Chine était bien un eldorado, qui plus est durable. Alors que le marché de la consommation ordinaire devait croître de 11% par an, le luxe est attendu en hausse de 25% par an sur les cinq prochaines années.

En regardant les fondamentaux du marché, on ne doute pourtant pas que le marché chinois est promis à un grand avenir.

La Chine reste une terre promise du luxe
Plusieurs raisons vont se conjuguer dans les années à venir pour soutenir la croissance à deux chiffres du marché :

  • Les marchés asiatiques devraient rebondir plus rapidement après le ralentissement mondial
  • La Chine est en train d'abaisser les taxes à l'importation de produits de luxe
  • La transition vers une économie de la consommation assurera au marché une forte progression

Par contre, cette transition va transformer le marché. Seuls les groupes les plus réactifs sauront en profiter.

Le luxe chinois, du "guanxi" au marché de masse
La croissance du luxe en Chine est effectivement assurée, alors que le protectionnisme chinois vis-à-vis de ce secteur commence à se réduire.

En mars dernier, l'ancien ministre du Commerce Wei Jianguo annonçait qu'"il y aura au moins deux rounds de réduction [des taxes à l'importation] cette année sur un grand nombre de produits". Le luxe est un des grands secteurs visés par cette mesure.

Mais si cette baisse des taxes et une probable reprise économique vont soutenir le marché, la montée en puissance d'une consommation de masse va transformer en profondeur ce secteur d'activité. Selon la revue ParisTech, le marché du luxe en Chine a été porté jusqu'ici par des groupes sociaux très différents :

  • La tradition du "guanxi"

Il s'agit du groupe social qui "cultive" ses relations en offrant des cadeaux luxueux.

  • Les femmes

Après le groupe des "deuxièmes femmes", c'est-à-dire les maîtresses couvertes de cadeaux par des personnes haut placées, le secteur est porté de plus en plus par le groupe plus vaste des femmes, qui acquièrent de plus en plus une autonomie financière.

  • Les touristes

Ici même, j'ai rencontré un touriste français d'origine asiatique, conducteur de taxi à Paris, qui demandait au responsable de l'hôtel où se trouvait le magasin Louis Vuitton le plus proche pour rapporter des cadeaux en France.

  • Les cols blancs

C'est cette catégorie qui va faire le bonheur des groupes les mieux installés en Chine. Il s'agit d'une part de la catégorie la plus nombreuse, et qui consommera majoritairement en Chine.

Humour 123.gif 

Quartier des magasins de luxe de Sanlitun, Pékin

Selon Goldman Sachs, c'est l'émergence de la classe moyenne chinoise qui devrait faire passer la part de la Chine dans le marché du luxe de 12% actuellement, à 30% en 2015. Les histoires sur les faux-pas des groupes occidentaux en Chine sont légion. Le cas de Giorgio Armani ,Bulgar

D'autres groupes essaient de cibler de nouvelles clientèles. Ainsi Gucci essaie depuis quelques temps de viser la clientèle homme ou enfant.

Les groupes français sont bien positionnés sur le marché chinois. : Une anecdote est ici très révélatrice. Le Comité Colbert, qui réunit 75 entreprises françaises du luxe, a trois attachés de presse. La première est française et basée à Paris. Le second est japonais et basé à Tokyo. Le troisième est chinois, et basé à Pékin. Ce quadrillage du marché a permis aux groupes français de s'adapter rapidement comme si le président de PPR, François Pinault

Pour les plus aventureux, une marque peut être encore plus profitable. Il s'agit du joaillier Chow Tai Fook. A la peine sur le marché de Hong Kong actuellement, le joaillier possède toutefois un réseau immense de points de ventes répartis dans 320 villes. Ce titre vous offrira une meilleure exposition au luxe en Asie.

 

Avec l’ouverture sur le capitalisme que les autorités chinoises ont entrepris depuis maintenant presque une décennie, il n’est pas étonnant que le Grand Dragon chinois ait connu un boom économique sans précédent qui a fait véritablement décoller sa balance commerciale et forcément le taux de croissance du pays vers des sommets vertigineux qui attisent désormais l’appétit des plus grands acteurs de l’échiquier financier international. En effet, désireux de récolter une part du gâteau, nombre d’investisseurs étrangers, dont beaucoup de français, ont réussi à s’implanter directement en Chine grâce à la politique d’ouverture incitative pratiquée par le gouvernement de ce pays pour attirer les investisseurs étrangers. Des opportunités qui font rêver également des petits patrons de PME ou d’entreprises unipersonnelles qui espèrent trouver en Chine le nouvel eldorado des affaires. NB voir : La Chine, nouvel eldorado...

 

l
 
 
Photo 117.jpg

La grande force des économies asiatiques, c'est d'avoir su être réactives au lendemain de la faillite de Lehman Brother aux Etats-Unis.

Selon Hervé Liévore, stratégiste chez AXA Investment Managers, dès 2009 :

"La Chine s'est démarquée du reste du monde dans la mise en place de son plan de relance, par sa rapidité et par l'ampleur de l'investissement public."

Face à la défaillance de la demande extérieure occidentale, le gouvernement central chinois a fait le pari audacieux de recentrer ses efforts sur la demande intérieure.

Répartition dépenses plan de relance 2009

Source : La Figaro.fr

 

Cette politique économique qui a donné la part belle aux investissements publics a massivement profité à une partie de la population, dont les salaires avaient jusque là peu évolué...

Le boom des revenus en Chine

Source : China Market Research Group

Une classe moyenne en pleine explosion...

Voici quelques chiffres pour vous faire réaliser de quoi l'on parle lorsqu'on dit que la classe moyenne en Asie est en pleine explosion.Le cabinet Ernest & Young prévoit qu'à l'horizon 2020, le nombre de personnes gagnant plus de 30 000 $ par an dans les pays émergents sera plus élevé qu'aux Etats-Unis. Selon l'OCDE, la classe moyenne asiatique devrait représenter 66% de l'ensemble de la classe moyenne mondiale d'ici 2030 alors qu'elle n'en représentait que le quart en 2009.

quels sont les besoins de cette classe moyenne ?

Chine : Dépense de la classe moyenne

Source : fashionnetasia.com

Selon le site fashionnetasia.com, elle va essentiellement dépenser son argent dans la nourriture et l'alcool, les transports et la communication, la santé, le divertissement et l'éducation.

- D'une part parce qu'elle va consommer plus que n'importe quelle autre classe moyenne dans le monde – les entreprises vont donc s'adapter à ses besoins spécifiques.

- D'autre part parce qu'avec l'explosion de cette classe, les exigences sociales et politiques vont donner un nouvel élan à la Chine et aux pays asiatiques.

Alors... un pays émergent, la Chine ? C'est une idée dépassée. Aujourd'hui, la Chine met en avant ses travailleurs éduqués, un savoir-faire éprouvé, des produits haut-de-gamme.

Bref, la Chine redore son blason. Si vite qu'il nous est encore difficile d'y croire.

Et l'enrichissement de la classe moyenne en Chine n'est pas un cas isolé – ce phénomène se répercute dans toute la zone Asie. Si bien que c'est toute une région du monde qui connaît une consommation effrénée...

... pendant que tout une autre (la nôtre !) fait le dos rond "en attendant des jours meilleurs".

Graphique de l'évolution de la consommation asiatique

Source : cam.franklintempleton.com

 

Une ouverture sans précédent sur le marché asiatique !

Si l'on compte large, l'Asie et ses 49 pays pèsent plus de 50% du PIB mondial et représentent 60% des échanges internationaux – du lourd. Et parmi ces pays, les accords commerciaux se multiplient .Il s'agit de l'Association des nations de l'Asie du Sud-est, regroupant l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande, Brunei, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et le Cambodge.

Selon le vice-président de l'organisation du Commerce, Zhang Wei, au China Daily :

"Grâce à la suppression des droits de douane, les politiques commerciales préférentielles et les avantages géographiques, l'augmentation du rythme et de l'ampleur des échanges sera au premier plan mondial et l'ASEAN va devenir le partenaire nº1 de la Chine d'ici 2015".

Le voilà le secret de la résilience chinoise face à la crise : une exposition moindre aux économies occidentales moribondes – et une ouverture de son marché vers les économies en plein boom.

Puisque l'ASEAN et la Chine sont voisins, autant y aller franchement : le commerce entre la Chine et la zone commerciale devrait dépasser les 500 milliards de dollars en 2015 !Et comme si cela ne suffisait pas, la Chine, le Japon et la Corée ont décidé d'ouvrir un second marché commun – dont le PIB représenterait, tenez-vous bien : 14 000 milliards de dollars.C'est 20% de plus que la Zone euro. 

 e niveau d'endettement de la Chine. Il s'est plongé dans les propres documents du gouvernement chinois. , "tous les gouvernements mentent mais ils se mentent rarement à eux-mêmes"). Je n'entrerai pas dans les chiffres mais irai directement à la conclusion : "L'économie chinoise est devenue de plus en plus dépendante de la dette au cours de la seconde moitié des années 2000. En outre, il y a encore plus de financements de dettes hors emprunts, ce qui rend difficile de mesurer avec précision l'augmentation de la dette nécessaire pour soutenir la croissance"... prêts obscurs, effectués hors du système bancaire, e, le résultat est un niveau élevé de la dette totale :"Les niveaux d'endettement au total de la Chine sont encore beaucoup plus élevés que beaucoup d'autres pays d'Asie même s'ils sont inférieurs à ceux de Corée et des Etats-Unis. Toutefois, le niveau de dettes commerciales est le plus élevé au monde, même par rapport aux Etats-Unis".

 Source La Chine fait tout en grand... y compris les dettes

Chine: la dette des ménages s'envole L'endettement des ménages chinois s'envole à un rythme alarmant, dopé par la fièvre des prix des appartements: un phénomène qui illustre les fragilités du système financier et les risques d'un retournement du secteur immobilier au sein de la deuxième économi emondiale.


C'est important parce que si la croissance de la Chine est principalement due aux effets temporaires des mesures de stimulation des dépenses, alors cela jette le doute sur la capacité de l'économie à maintenir ce rythme. Cela signifie qu'à l'avenir, la croissance ralentira.

Le PIB chinois attendu sous les 8% au 2e trimestre, le pire à venir - Source : Reuters

La croissance économique chinoise devrait passer sous la barre des 8% au deuxième trimestre et la faiblesse de la conjoncture pourrait persister, a dit lundi un économiste travaillant pour le gouvernement. ".

Il y a dix jours, le State Information Center  ( Recherchez des résultats uniquement en français.) , un institut de réflexion affilé au gouvernement, a dit voir un produit intérieur brut (PIB) revenir à 7,5% sur un an , en raison essentiellement de freins pesant sur le secteur immobilier et d'une demande extérieure moins soutenue. .

L'économie chinoise a pâtit d'une demande faible et de surcapacités, ce qui veut dire que les entreprises sont moins promptes à investir et à contracter de nouveaux prêts auprès de banques. "Des mesures de soutien ne doperont pas la demande, même s'il y a de nouvelles baisses du ratio de réserves obligatoires", a-t-il dit.

Le gouvernement ne devrait pas lancer un plan de relance de grande ampleur, contrairement à ce qu'il avait fait dans la foulée de la crise de 2008-2009, a poursuivi Wang Jian.

Les autorités seront d'autant plus prudentes dans leur décision en la matière dans la mesure où il y a une transition au sommet de l'Etat, le président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao devant céder les rênes du pouvoir aux actuels vice-président et vice-Premier ministre Xi Jinping et Li Keqiang au début de 2013. 

 « les excès de la croissance de ces 30 dernières » années sont de plus en plus dénoncés, avec le soutien d'une partie du gouvernement.

L'avertissement de Wukan
C'est le message que le Premier ministre Wen Jiabao veut faire passer actuellement. La croissance a créé trop d'inégalités et a ouvert la porte à la corruption. Cette prise de conscience n'arrive pas toute seule.

« Les événements récents de Wukan, dans le Guangdong, dans le Sichuan, dans le Liaoning, à Dalian, et plus récemment à Shifang, ne laissent pas de doutes sur une montée des tensions. C'est chaque fois le même scénario : la population se mobilise contre un projet des autorités, en dénonçant la corruption, les atteintes à l'environnement, ou les abus d'autorité. Parfois, l'exécutif tombe, comme à Wukan ».

La pression semble si forte que Pékin entrouvait même la porte à la critique. Si les quelques personnes que j'ai rencontrées ne connaissent pas la réalité du "bond en avant" de Mao, ni le sort de contestataires chinois comme Liu Xiaobo et Ai Weiwei, elles sont intarissables sur les inégalités en Chine et la corruption des hommes politiques.

Le gouvernement reste sur le fil du rasoir
Sentant le vent du boulet, les autorités de Pékin voudraient réorienter la croissance. Encore une fois, cela passe par une lente ''pédagogie'' médiatique. Récemment, la sortie d'une biographie de Deng Xiaoping, le père de la croissance chinoise, a donné prétexte à un journaliste du China Daily de faire ce commentaire "cela fait 30 ans que Deng a lancé ses réformes, et de nouveaux problèmes se posent actuellement [...] les autorités ont réalisé que la croissance à deux chiffres du PIB qui a été maintenu pendant 20 ans [...] va affecter la vitalité de l'économie si elle continue".

Le problème, c'est qu'une réorientation de la croissance signifie une baisse de la croissance. La contestation actuelle, provoquée par les inégalités sociales, pourrait se voir paradoxalement exacerbée par une baisse du taux de croissance sous les 7,5%. Les économistes affirment qu'un passage en dessous de ce seuil signifierait le début d'une destruction d'emplois. Or c'est précisément les prévisions de croissance du gouvernement pour cette année.

Pour éviter de tomber plus bas, le gouvernement vient de lancer plusieurs plans de relance dans l'urgence. Le modèle de « l'investissement à outrance » va ainsi perdurer quelques trimestres de plus, charriant son cortège d'inégalités avec lui.

Les mesures du garde fous du système sont dans un chemin est étroit selon Ainsi, le centre d'analyse Gavekal : cf Les limites du système

 

 

Chine: le président dénonce les "complots" au PCC

Le président chinois Xi Jinping a dénoncé des "complots" au sein du Parti communiste au pouvoir, fustigeant corruption et fraudes électorales ébranlant le pouvoir, et a appelé à un contrôle idéologique resserré sur ses membres. La position ferme du N°1 chinois fait suite à une réunion la semaine dernière de plusieurs centaines de hauts dirigeants communistes, qui ont conféré à Xi un "rôle central" dans la direction chinoise et appelé à réformer "les normes de la vie politique".

 

Chine : le déclin de Wenzhou
Rien ne va plus dans le berceau du capitalisme privé chinois. Frappée de plein fouet par la crise, la ville côtière de Wenzhou, célèbre pour ses entreprises prospères, est en pleine débâcle.


Laogai, le goulag chinois

 n

 

Chine Les Nouveaux Dissidents Des Artistes :

 

Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-Michel Carré - L'indigné Révolté

 

anarchie 12.jpg

 

La liquidation finale et totale de l'État ne pourra avoir lieux que lorsque l'orientation de la lutte sera la plus libertaire possible, lorsqu'ils élaboreront eux-même leurs structures d'action sociale. Ces structures doivent prendre la forme d'organes d'autodirection sociale et économique, celle des conseils libres (anti-autoritaires)
Nestor Makhno



 Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-Michel Carré

 

L'entreprise suédoise Volvo rachetée par le constructeur automobile chinois Geely

Espionnage: la justice américaine inculpe 5 officiers chinois - YouTube

Rendez-vous avec X - Les maîtres espions chinois : de Kang Sheng à Zhou Yongkang

Les "grandes oreilles" de Pékin en France : comment la Chine nous ... 

Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-

voir  Rapport Chine afrique, COOPERATION BILATERALE : Quel rapport entre la Chine et l'Afrique, La Chine en Afrique : une réalité à nuancer - Chine, Julien Bokilo » Blog Archive » Genèse de la coopération Chine ..., [PDF]  L'Afrique en Chine, l'autre face des relations sino-africaines, La Chine en Afrique une nouvelle partenaire au développement ( rapport PDF) , rapport de la chine + afrique (report of the China + Africa)

source : Profitez dès maintenant du prochain krach made in China (2) | La ..., , Trois seuils importants | La Chronique Agora, Bulle Immobilière | La Chronique Agora

A voir : Ils sont fous ces Chinois - Vidéo Dailymotion, La Chine s'installe en Afrique ( REPORTAGE COMPLET ) - YouTube, TagTélé - La Chine s'éveille partie 1/3, Un oeil sur la planète - Chine : L'appetit du dragon - YouTube, Pékin Underground (le documentaire) - Vidéo Dailymotion, Documentaire Chine - La Révolution Verte. - Vidéo Dailymotion, Art & Culture :: Documentaire - Globe Painter - La chine , Art & Culture :: Documentaire - Globe Painter - La chine, DOCUMENTAIRE CHINE PRECARITE VILLES 2008 c - Vidéo Dailymotion, Tibet, le mensonge chinois (documentaire) + débat_LCP.2010-03-07 , Attention Danger Travail ,

Mon blog : Le bout de la logique 1 , devise du capitalisme "Tout... ,

A lire aussi : On ne se serrera pas la ceinture pour enrichir les capitalistes ! , Enjeux militaire en mer du japon , le Japon , An Anarchist FAQ - A.4 Who are the major anarchist thinkers? | Infoshop.org , Face à la crise du capitalisme, quelle réaction: nationalisme ou internationalisme? , Les Tribulations d'un Chinois en Chine , Pôle emploi, « infiltré » par France 2 - l'indigné révolté,  Fiche_de_lecture_Lamand-Jarfas.doc, Les 3% impossible a tenir - citizen khane,  » CRISE » DU CAPITALISME : - Antalya, Le chemin qui ne mène nulle... - altermonde


La sortie du "Pont des espions" nous permet également de revenir sur la prestigieuse carrière de Steven Spielberg en 5 minutes chrono. n Spy Game - bande annonce Un vieux routier de la CIA met l'agence a ébullition pour sauver son protéger. Tony Scott qui confond souvent caméra et stroboscope, ressuscite avec brio le triller politique. Watch The Constant Gardener Full Movie HD HBO á - Dailymotion 50 Years of James Bond: The Movie - YouTube Top 10 James Bond Moments - YouTube  
The Avengers 1961 
a musique, l'humour et les jeux de mots font tout le sels de cette série. The.Avengers.1965.S04E09.The.Hour.That.Never.Was. - DailymotionVidéos populaires – Chapeau melon et bottes de cuir The Man From U.N.C.L.E. - 'The Vulcan Affair' - FIRSTand FULL Episode (Aired September 22, 1964)  Espion(s) - YouTube

 NB :    France : maudit patron  Après  Comment cette affaire esr annalisé a l'étranger.  livre dénis français.

patrons français, c'est mal aimé : Un esprit révolutionnaire sans doute, mais la crise emplifie les tensions. Reste que les bonus de 30%, les larges privilèges ne sont pas pour les calmer

 france / allemagne : madame l'embassadrice : Le role de l'embassadeur a évolué. Par le passer, il devait informer, mais cela a diminuer.

 Introduction à l'analyse économique
Marx et Keynes - AgoraVox le média citoyen

Chine - Alertes - IFEXEspions aux cinéma et TV Créé le jeudi 15 septembre 2016

voir  Rapport Chine afrique, COOPERATION BILATERALE : Quel rapport entre la Chine et l'Afrique, La Chine en Afrique : une réalité à nuancer - Chine, Julien Bokilo » Blog Archive » Genèse de la coopération Chine ..., [PDF]  L'Afrique en Chine, l'autre face des relations sino-africaines, La Chine en Afrique une nouvelle partenaire au développement ( rapport PDF) , rapport de la chine + afrique (report of the China + Africa)

Géopolitique par Serge Turquier, Guillaume Pitron Mardi 18 septembre de 21:40 à 22:35 sur France 5 

 Xi Jinping assoit le statut de leader Par Enkolo dans Accueil le

 LA GUERRE DES GRAINES EST DECLAREE Quand la Chine délocalise en Europe - arte TV + 7 (  a voir pendant 7 jours) , La sale guerre des terres rares - pluzz tv ( revoir pendant 7 jours) du mardi 18 septembre 2012 à 21h45, La sale guerre des terres rares

A voir ce soir : ( mis sur Facebook), source : hensozu, anarkia : citizen khane  1, Citizen khane : Tous égaux !hensozu, anarkia :anarkia , l’indigné révolté , citoyenactif, Capitalisme et crise… – citizen Khane, hensozu, anarkia : mis sur Facebook :

Krach en Chine : le danger caché | La Chronique Agorabulle immobilière | La Chronique AgoraLa Chine est-elle en faillite ? [PDF]Les investissements français en Chine - Jurispolis , Quand la Chine délocalise en Europe

 

Quand la Chine délocalise en Europe :Economie par Magali Serre Mardi 18 septembre de 20:50 à 22:00 sur Arte CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR OUVRIR LA CARTE INTERACTIVEQuand la Chine délocalise en Europe - VOD - videos.arte.tv, Quand la Chine délocalise en Europe... - RTBF Vidéo 53 min, Quand la Chine délocalise en Europe - VOD - videos ... Quand la Chine délocalise en Europe | Comprendre le monde | fr ... , Extrait - Quand la Chine délocalise en Europe - ARTE VOD,Délocalisations en Europe : revue de presse  

ARTE Reportage

Articles liés :

23/05/2012

Andre Gorz

Andre Gorz :

Documentaire réalisé  en 1990 par Marian Handwerker

Entretien avec ce philosophe, spécialisé sur les questions du travail  Un film documentaire de Marian Handewerkel é1990 - Belgique - 28 minutes - production :

Philosophe, autodictacte, d'origine autrichienne, né a Vienne en 1923, proche de Jean-Paul Sartre, André Gorz est un des grands penseurs de la critique de la critique sociale du XX siècle. André Gorz a choisi de nous quittez en 2007, en compagnie de sa femme Dorine, juste avant que n'explose la " crise économique". " Crise" qu'il avait décrite de façon prémonitoire dans un de ses derniers textes " La sortie du capitalisme a commencé"( PDF]  André Gorz – La sortie du capitalisme a déjà commencé. Il est l'un des principaux penseurs de l'écologie politique. Souvent perçu par les écologistes comme un marxiste et comme un écologiste par les marxistes, sa pensée radicale nous pousse a nous interroger sur notre société productiviste.

 

Andre Gorz" film by Marian Handwerker. part 1

Andre Gorz

livre 8.jpgMétamorphoses du travail : Critique de la raison économique [Poche] ,

livre 9.jpgLe traître suivi de Le vieillissement [Poche]

Karl Marx, Semer des dragons !

 

Alerte, surchauffe ! « Si vous placez une grenouille dans l'eau bouillante (s'il-vous-plaît, ne le faites pas…), elle cherchera immédiatement à s'en échapper ; mais si vous la mettez dans une eau froide que vous chauffez progressivement, le batracien ne bougera pas jusqu à finir ébouillanté...

vidéo explicative ( citation adaptables a toute les problématiques de notre temps :

Ce comportement est comparable à la façon dont l'homme réagit face au réchauffement climatique, la crise néolibérale,( la question de la dette souveraine et de l'oligarchie, résidus de ce système) à ceci près qu'il n'a pas d'excuse : "on ne pourra pas dire qu'on ne le savait pas"« Trop étendue, j'étais un tyran. Pour vous, je me suis stabilisée. Sans moi vous êtes perdus

 

 

Quand l'eau influence la géopolitique

Souvenez vous : les émeutes de la faim ( Emeutes de la faim (Le Monde diplomatique), Le retour des émeutes de la faim - René-Eric Dagorn, article ... – science humaine...) , : le Printemps arabe, c'était il y a un peu plus d'un an seulement. Ce qui allait ébranler toute une région démarrait avec le geste désespéré d'un simple vendeur de primeurs, la hausse des prix l'ayant conduit à tenter de vendre ses produits à la sauvette,  ce qui provoqua les foudres de la police locale. cf voir aussi une baisse tendancielle du taux de profit - Alterfinance

Pourquoi donc cette hausse des prix ? Comme toujours, il y a plusieurs causes à un événement. Mais l'on peut déterminer que le manque d'eau, la sécheresse ont ruiné bien des acteurs de la chaîne agro-alimentaire et pas seulement en Tunisie – également en Syrie ou au Yémen. Et nous n'avons encore rien vu, à tel point que certains se demandent si l'eau n'est pas devenu un investissement spéculatif au même titre que le pétrole, pour "le long terme".

L'heure et grave et l'anticipation d'André Gorz ( et d'autres) devrait nous faire bouger, et non les spéculateurs ou les grands groupes ou intérêts  : En effet, car la prise de conscience et les changements à la fois psychologique, politique et économique sont lents malgré l'urgence. En attendant, la consommation d'eau augmente et les chiffres sont terrifiants : par exemple, il faut 1 000 litres pour obtenir un kilo d'oranges, 5  000 litres pour produire un kilo de riz, un bovin consomme environ 400 000 litres d'eau dans sa vie entière ! cf L’oligarchie des incapables : incompétence et lâcheté - Anarkia, L'oligarchie des incapables : incompétence et lâcheté _ : Vidéo dénichée sur le blog de L'Indigné http://l-indigne.skyrock.com/ Sophie Coignard, auteure avec avec Robin Gubert : " l’oligarchie des incapables " répondait aux questions de France Info le 5 janvier 2012

Eau polluée = eau disponible en moins
Une grande partie de l'eau utilisée n'est pas "consommée ", ce qui veut dire qu'elle retourne sous terre d'une manière ou d'une autre (le cycle de l'eau est un système fermé). Mais cette eau est contaminée, qu'elle ait été utilisée par l'agriculture, l'industrie ou les usages domestiques. L'OMS estime que plus de cinq millions de personnes meurent chaque année pour avoir absorbé une eau non potable.

Il faut donc dépolluer et décontaminer l'eau pour préserver la quantité disponible de la ressource. Et ce n'est pas une mince affaire, croyez-moi, 80% des grands fleuves chinois sont tellement pollués que les poissons n'y vivent plus. Le Yang Tse est quotidiennement pollué par les sorties d'égouts et 40 tonnes de déchets industriels ; le fleuve Jaune est dans un tel état qu'il n'est même plus utilisé pour l'irrigation !

La pollution de l'eau peut être de nature industrielle bien sûr ; les pollutions domestiques sont plus visibles au quotidien, mais il y a aussi les pollutions naturelles comme les sédiments, les substances nutritives de la végétation ; la chaleur même (et le réchauffement climatique est un paramètre inquiétant) est un polluant.

Quant on parle de l'eau, vous voyez qu'il faut envisager tout de suite comment préserver sa qualité et que, de fil en aiguille, on arrive très vite à un thème majeur pour la survie de l'espèce humaine : la protection de l’environnement, la sortie de la doctrine capitaliste plutôt que  le « développement durable » (terme entre parenthèse, souvent assimilé a du greenwashing) . Et les deux passent par le traitement préventif de la pollution, au sens le plus large, à travers la gestion des déchets de notre société de consommation.

La consommation, une menace pour l'environnement ?
L'économie mondiale est en crise depuis maintenant quatre ans, malgré quelques rebonds transitoires. Au-delà de la folie financière qu'a révélée la crise, les économistes scrutent la tenue de la consommation car c'est elle qui tire la croissance mondiale. A tel point que les gouvernements redoutent comme la peste une baisse de la consommation, et encouragent des taux d'intérêt aussi bas que possible pour que leurs citoyens consomment, même au prix de l'endettement.

Or aujourd'hui, avec la forte croissance des émergents, c'est le monde entier qui a augmenté sa consommation. Et le monde entier consomme... de tout. Tous les jours, de nouveaux produits de consommation sont inventés et échangés entre les pays. C'est comme cela que marche la croissance de l'économie mondiale...

Seulement la médaille a ses revers, et c'est de celui-ci dont je veux vous parler, parce que paradoxalement, il peut se transformer pour certains en une source de profits récurrents, et pour très longtemps !

Nous produisons, nous consommons... et nous rejetons
Pour des tas de raisons : parce que c'est usé, parce que c'est obsolète, parce qu'un nouveau produit prend la place de l'ancien, parce que tout n'est pas absorbable, parce qu'il y a des effets de bord dans la consommation qui génèrent des sous-produits non consommables, la mise en place de l’obsolescence programmé etc. Partout dans le monde, nous consommons et nous jetons.

D'une manière générale, nous consommons des produits et utilisons des services dont la création génère des déchets. La consommation de ces produits et de ces services mêmes entraînent également des déchets : ainsi, à toutes les étapes, nos activités produisent des déchets.

C'est à l'heure actuelle un défi permanent, aux conséquences parfois surprenantes.un "continent" de 3,43 millions de km2 constitué de nos déchets flottants s'était formé dans le Pacifique nord sous l'effet des courants. Baptisé Great Pacific Garbage Patch, il est toujours là, et il en existe même un petit dans l'Atlantique Nord.

L'environnement une préoccupation devenue prioritaire ?
Rendu nécessaire pour notre vie quotidienne – et obligatoire peu à peu par les directives et les lois, notamment la Convention de Bâle de 1986 – le traitement des déchets s'apparente à la fois à la gestion de l'environnement et aux problématiques de développement durable.

Car le volume des déchets est directement lié à la croissance mondiale, et notamment à la croissance de la population mondiale. D'origine antérieure à la mondialisation, cette dernière n'a fait qu'accélérer l'urgence et augmenter le côté titanesque de l'effort nécessaire pour maîtriser ce problème.

La protection de l'environnement aux USA est régie par un certain nombre de règlements, dont le principal, pour les produits toxiques, est le RCRA (Resource Conservation and Recovery Act) datant de la fin des années 70. C'est l'époque où les mouvements écologistes commencent à faire entendre fortement leur voix et où la préoccupation pour l'environnement se traduit dans les lois pour la première fois. C'est ce qui donnera l'idée à Alan McKim, si ce n'est de fonder sa société, en tout cas de lui donner l'orientation qu'elle a pris. Le RCRA décrit ce que doit être la vie d'une large gamme de produits dangereux ou de futurs déchets solides "du berceau au tombeau".

Il y a donc des lois, des règlements, un peu partout dans le monde. Les pays avancés ont commencé à prendre des dispositions concrètes depuis quelques décennies, tandis que les pays émergents en sont encore à la prise de conscience, ce qui n'est pas si mal après tout, même si cela reste choquant : j'ai le souvenir du train touristique descendant de l'Altiplano vers Cuzco au Pérou et se frayant un chemin parmi les détritus abandonnés. Ou pire, en Inde, avec des malheureux vivants au milieu des immondices.

Est-ce nécessaire ? Quoi qu'il en soit, c'est bien beau d'avoir un arsenal juridique et réglementaire, encore faut-il le faire respecter et avoir des professionnels pour les appliquer et les mettre en oeuvre.

Globalia de Jean Christophe Ruffin, de Globalia de Jean Christophe Ruffin , Rencontre avec Jean-Christophe Rufin, à l'occasion de la parution de Globalia , Libre accès à l'information et société d'abondance, La Grèce et néolibéralisme , QUEBEC - Déclaration de Guerre , Laboratoire et cobayes , La dette ou la vie ! , " Modèle Allemand" , Capitalism is Dead? , un paradis fiscal artistique, Marketing vert : le grand... , Le néolibéralisme se paye , Les "marchands de doute" ? ... Déjà évoqué dans Finance,Economie, société, erosion, greenwashing, La simplicité volontaire (ou sobriété heureuse, Economie, poitique, sciété, santé, maladie, hygiene

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu