Avertir le modérateur

12/12/2017

"Les gangsters de la finance"

n

Dans les pays démocratiques et développés, l’argent est devenu la seule balise. Après avoir été méprisés ou honnis jusqu’à la fin des années 1970 – une Rolls était alors le sommet de la ringardise –, le « fric » et ses attributs clinquants se sont imposés en force depuis les années 1990. Une caste étroite a vu son patrimoine et ses revenus grimper à des sommets inédits, pendant que se développait simultanément une grande classe pauvre de chômeurs, d’immigrants, d’employés saisonniers ou temporaires.

 

Comme l’avait remarqué Adam Smith, au-delà d’un toit et d’une nourriture suffisante, l’argent n’a plus d’utilité en soi. 

Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi - citoyen actif - 20minutes-blogs

 

Oxfam a publié la semaine dernière sa propre liste noire de 35 pays répondant aux critères européens de paradis fiscaux, dont des pays de l’UE. Passage en revue de leurs pratiques fiscales un peu trop avantageuses.

ANALYSE Paradis fiscaux, les Vingt-Huit ferment les yeux sur cinq Etats membres

 

 

HSBC : enquête à charge sur un empire au dessus des lois - Capture d'écrans

 

HSBC : enquête à charge sur un empire au dessus des lois

CAPTURE D'ÉCRANS

mardi 12 décembre 2017

 HSBC : enquête à charge sur un empire au dessus des lois

2 minutes
 

Aucun porte-parole de la banque n'a accepté de répondre à leurs demandes d'interview mais leur enquête sur HSBC est tout de même passionnante. "Les gangsters de la finance", à voir ce soir sur Arte, par Jérôme Fritel et Marc Roche.

Jérôme Fritel et Marc Roche, qui avaient enquêté, il y a cinq ans, sur Goldman Sachs s'attaquent cette fois à HSBC, un empire au dessus des lois © AFP / Gerard Bottino / Citizenside

Nous sommes le 12/12 aujourd’hui, date porte-bonheur. Vous allez donc jouer au Loto, devenir multimilliardaire et chercher un bon plan pour ne pas payer trop d'impôts. Je vous recommande une bonne vieille société écran. Et pour ça, autant faire appel à des spécialistes : HSBC. 

Ce documentaire est signé Jérôme Fritel et Marc Roche, qui avaient enquêté, il y a cinq ans, sur Goldman Sachs. Ils s'attaquent cette fois à un établissement financier britannique, un empire colossal : la banque HSBC, impliquée notamment dans les scandales Swissleaks et Panama Papers. C'est une enquête très approfondie, accessible aux néophytes, qui donne la parole à de nombreux interlocuteurs, mais il manque... HSBC. Aucun porte-parole de la banque n'a accepté de répondre aux demandes d'interview, c’est donc une enquête à charge. Il faut le garder en tête mais c’est passionnant tout de même. 

Au-dessus des lois?

Évasion fiscale, blanchiment de l'argent de la drogue et manipulation du cours des monnaies : cette banque, à en croire le documentaire, a violé toutes les règles possibles. De Genève à Hong-Kong, de New-York à Paris, on comprend comment elle a su tisser un réseau unique pour faire tourner l'argent sale autour de la planète. « C'est la meilleure blanchisseuse au monde », explique l'une des intervenantes. 

En 2012, HSBC est mise en cause aux États-Unis pour blanchiment, mais échappe finalement au procès et s’en sort avec une amende de deux milliards de dollars : l’équivalent d’un mois de profit, précise le documentaire. Les représentants du ministère des finances américain sont ensuite convoqués devant le Sénat. Et là, c’est l’une des séquences les plus fortes du film, une sénatrice démocrate pose la question : 

Combien de milliards de dollars des barons de la drogue faut-il blanchir et combien de sanctions économiques faut-il violer avant que quelqu’un ne décide à fermer une banque comme celle-ci ?

Les représentants du Trésor pâlissent un peu… et bredouillent : « Nous avons imposé à HSBC la plus grosse amende jamais imposée à une institution financière ». Mais ça ne répond pas à la question, alors la sénatrice la pose à nouveau. Pas plus de réponse. Illustration magistrale du principe du « too big to jail » : la banque est trop grosse pour aller en prison. Elle emploie 235.000 salariés sur cinq continents. 

Hong Kong, un Far West financier

L'histoire de la banque est indissociable de celle de Hong Kong. HSBC signifie Hong Kong and Shangaï Banking Corporation. La banque est née en même temps que la ville. En 1997, c’est la rétrocession à la Chine : Hong Kong n'est plus britannique. Et la stratégie d'HSBC fut de ne surtout pas choisir entre partir dans les valises de la couronne ou rester sous autorité chinoise. La banque a déménagé son siège à Londres, mais le cœur de ses affaires est resté à Hong Kong. Elle est devenue la plus chinoise des banques occidentales ou la plus européenne des banques chinoises : une position unique et un très bon calcul. Surtout qu’en matière financière, Hong Kong s’apparente à un Far West : rien de plus facile que d’apporter à la banque des semi-remorques d’argent liquide. Personne n'aura l'idée saugrenue de vous demander d'où viennent ces billets. 

Ce film, illustré avec de magnifiques images de Hong Kong, montre que dix ans après la crise, la stabilité financière mondiale est une illusion.  

► « Les gangsters de la finance ». Ce soir sur Arte à 20h50. 

CAPTURE D'ÉCRANS

mardi 12 décembre 2017

 HSBC : enquête à charge sur un empire au dessus des lois

 
Argent sale.

La Banque Postale est visée par une enquête préliminaire pour des soupçons de manquements dans la lutte contre le blanchiment d'argent, au risque de financer le terrorisme, a indiqué ce lundi une source judiciaire, confirmant une information du site Les Jours.

SUR LE MÊME THÈME

À la découverte du Cercle Polaire / Arte Décembre 2015

 
Les affaires de “leaks” - Indigné révolté

02/12/2017

Envoyé Spécial et Complément d’enquête menacés

n

Le travail d’investigation marqué par  Jean-Christophe Victor ou Lise Lucet, nous permettant de comprendre le monde géopolitique et des affaires, sont menacés par les intérêts de la réalpolitique ou des affaires qui refuse de voir leurs petits secrets dévoilés 

Le géographe, créateur de l'émission «le Dessous des cartes», fils de l'explorateur Paul-Emile Victor et de la journaliste Eliane Victor, est mort à 69 ans.

DISPARITION Jean-Christophe Victor, voyage sans retour
Par Laurence Defranoux — 29 décembre 2016 à 10:06
 
 
 

Envoyé Spécial et Complément d’enquête menacés: la tension monte à France Télévisions

Par  Sarah Lecoeuvre Mis à jour le Publié le
Delphine Ernotte (présidente de France Télévisions) et Élise Lucet (présentatrice d’Envoyé Spécial).

Des dizaines de postes de journalistes de ces magazines d’information devraient être supprimés d’ici septembre 2018. Alors que Delphine Ernotte est visée par le vote d’une motion de défiance, une nouvelle assemblée générale décisive est prévue ce mardi après-midi.

Branle-bas de combat à France Télévisions. Mardi après-midi, après le rendez-vous de Delphine Ernotteavec dix représentants de la SDJ de France 2, les journalistes d’Envoyé spécial et Complément d’enquête, menacés par les coupes budgétaires, ont décidé de se réunir lors d’une assemblée générale. Une motion de défiance contre Delphine Ernotte risque d’être votée.


 

Cash investigation - "Panama Papers" Paradis fiscaux: le casse du siècle / intégrale

La suite ; Parce que les journalistes de Cash ne lâchent jamais l'affaire, dans Cash Impact, ils poursuivent leur travail d'investigation et retournent sur le terrain. Leur but : aller plus loin et donner une suite aux grandes enquêtes de Cash Investigation. Le premier numéro de Cash Impact est consacré aux Panama Papers. Au mois d'avril dernier, vous avez été près de 4 millions à suivre notre enquête sur les paradis fiscaux. Cash Investigation a-t-il réussi à faire bouger les lignes ? La rédaction de Cash revient sur l'impact de la plus grande fuite de documents de l'histoire avec de nouvelles révélations et vous livre les derniers secrets des Panama Papers.

Cash Investigation – Les nouvelles révélations des Panama Papers / Cash Impact (Intégrale)


 


Coton : l'envers de nos tee-shirts - Cash investigation (Extrait 1), Coton : l'envers de nos tee-shirts - Cash investigation (intégrale)

 Rappel Accident industriel au Bangladesh : le contre effet Rana Plaza
Une usine d'emballage plastique a pris feu dans le nord de Dacca. 29 morts, selon un bilan encore provisoire. C'est l'accident industriel le plus meurtrier au Bangladesh depuis l'effondrement du Rana Plaza en 2013, mais il n'aura pas le même écho à l'international. Pourquoi?

Au Mexique, premier producteur mondial d'avocats, l'explosion de la demande vire au cauchemar. Racket des narcotrafiquants, déforestation, maladies dues aux pesticides... "l'or vert" coûte cher à la population. Un reportage d'"Envoyé spécial".

 

Envoyé spécial. Les avocats du diable - 21 sept. 2017 (France 2)

Les journalistes sont de plus en plus inquiets pour l’avenir de leur rédaction. Surtout depuis lundi après-midi et la mise au point de Yannick Letranchant. Le directeur de l’information de France 2, avec son directeur délégué Pascal Doucet-Bon, a convoqué les rédacteurs en chef d’Envoyé spécial et Complément d’enquête pour leur annoncer que la réforme des magazines «devait aller vite». Dès janvier, il envisagerait de basculer quatre journalistes en CDI d’Envoyé spécial à la rédaction des JT de la chaîne. À compter de cette période, seulement dix journalistes travailleraient pour l’émission. Quant aux CDD (en contrat jusqu’au mois de juin), ils ne seront pas renouvelés à la fin de la saison. Ainsi, au mois de septembre, le contenu d’Envoyé spécial ne reposerait plus que sur le travail de quatre journalistes titulaires. Contre 14 aujourd’hui. «Autant dire qu’il n’y a plus d’investigation, plus d’émission. Le service public est détruit», déplore-t-on. Même scénario pour Complément d’enquête qui perdrait 10 reporters en un an (2 postes en septembre contre 12 aujourd’hui).

Découragés, les journalistes annulent leur tournage

L’année prochaine, le groupe du service public entend externaliser ses activités en achetant des reportages à des sociétés de production. Une «aberration» pour les reporters des magazines. Selon eux, avec ces nouvelles méthodes, la chaîne peut dire adieu à de nouveaux scoops à la «Bygmalion». «Dans une boîte de production où les moyens sont moins importants, je n’aurais jamais pu faire une enquête que j’ai réalisée il y a quelques mois à l’étranger», témoigne une journaliste.

«Le pire c’est qu’ils nous demandent de travailler plus entre janvier et juin pour faire du stock pour l’année prochaine. Comment comptent-ils motiver le peu de journalistes qui restent avec un tel discours?», se demande-t-on au sein des rédactions des magazines.

Stupeur, colère, tristesse. Voici comment les reporters de ces programmes phares décrivent leurs sentiments. Découragés par cette situation, certains ont même décidé d’annuler des tournages prévus cette semaine. Vers un mouvement de grève? «Toutes les hypothèses sont envisageables», nous indique-t-on.

» LIRE AUSSI - Anne Sinclair, Hugo Clément et Robert Badinter se mobilisent pour Envoyé spécial etComplément d’enquête

Pour rappel, c’est dans le cadre d’un plan d’économies de 50 millions d’euros en 2018 que la direction de France Télévisions réfléchit à réduire le nombre de numéros d’Envoyé spécial et Complément d’enquête.

Jeudi, au terme d’une assemblée générale organisée par la Société des journalistes (SDJ) de France 2, le principe du vote d’une motion de défiance contre Delphine Ernotte a déjà été adopté par une grande majorité des 150 à 200 journalistes présents. Interpellée par cette menace, la présidente du groupe a finalement décidé de recevoir dix membres de la SDJ de France 2 qui représentent la rédaction des JT et des magazines. C’est cette semaine que la patronne doit trancher sur l’avenir des magazines d’information. La suppression de 19h le dimanche et 13h15 est également envisagée.

A revoir ce très bon hommage a Jean-Christophe Victor

 

Le dessous des cartes - Hommage à Jean Christophe Victor - 7 janvier 2017

25/11/2017

The Rollback: Trump's Toxic War

n

 
n
 
Arctique, la conquête glacial

Le Nebraska donne son feu vert à la construction de l'oléoduc Keystone XL

Pétrole.

C'était une promesse de campagne de Donald Trump. Après plusieurs années de débat acharné et de controverses autour du projet, l'Etat du Nebraska a voté en faveur de la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, rapporte le New York Times. Ce pipeline géant, construit par TransCanada, pourrait, à pleine capacité, acheminer chaque jour plus de 800 000 barils de pétrole des gisements de l'Alberta vers les raffineries américaines. Soit le double du débit existant. Au printemps, Donald Tump avait donné son feu vert à la construction de cet oléoduc controversé, auquel son prédécesseur Barack Obama avait mis son veto lors de la COP 21. Les opposants au projet estiment qu'il doperait l'extraction du pétrole des sables bitumineux, un processus qui rejette 17% de gaz à effet de serre de plus que l'extraction traditionnelle. Les défenseurs de l'environnement pointent également le risque de fuites, expliquait Libération il y a quelques jours.

 

The Rollback: Trump's Toxic War

A look at the Trump administration's regulations cull and the consequences for health, safety and the environment.

22 Nov 2017 12:04 GMT EnvironmentUnited StatesDonald TrumpClimate SOS

 

 

 Depuis que le président américain Donald Trump  est entré à la Maison Blanche, il y a une réussite qu'il ne peut pas nier.

Il a tenu sa promesse électorale d'abroger des centaines de règles fédérales «destructrices d'emplois», souvent en suivant les recommandations de puissantes industries.

"Mon gouvernement met fin à la guerre contre le charbon ... et du charbon propre, du charbon vraiment propre.Avec l'action exécutive d'aujourd'hui, je prends des mesures historiques pour lever les restrictions sur l'énergie américaine, pour renverser l'intrusion gouvernementale et pour annuler l'emploi règlements », a déclaré Trump.

Intitulée «Une nouvelle fondation pour la grandeur américaine», les changements les plus notables dans le premier budget sous l'administration Trump ont été des réductions sévères et des reculs réglementaires à l'Environmental Protection Agency (EPA), un organisme gouvernemental créé pour protéger la santé et l'environnement.

Les ravages qui ont été causés à la protection de l'environnement vont prendre une décennie ou plus à défaire.

Betsy Southerland, ancien employé de l'EPA

Le nouveau chef de l'EPA est Scott Pruitt, politicien de l'Oklahoma, qui refuse le climat et qui, sous l'administration Obama, a intenté 14 poursuites contre l'EPA au nom de nombreuses industries polluantes qu'il est censé réglementer.

Depuis sous le patronage de Pruitt, l'EPA a renversé une proposition d'interdiction d'un pesticide lié à l'autisme et retard de développement chez les enfants, reconsidéré les règles sur l'élimination des cendres de charbon et abrogé le plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les États-Unis se sont également retirés de l'Accord de Paris sur le climat - Paris Climate Agreement, violant essentiellement la promesse de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues au réchauffement de la planète.

Betsy Southerland était un haut fonctionnaire au bureau de l'eau de l'EPA pendant 30 années. Lorsque l'administration Trump a décidé d'annuler la réglementation sur la pollution par les déchets de charbon produite par les compagnies d'énergie, Southerland a quitté l'agence.

Dans les semaines qui ont suivi son départ, Scott Pruitt a annoncé qu'il envisagerait d'abroger une règle imposée par l'équipe de Southerland concernant les rejets d'eaux usées des centrales électriques.

Pruitt a attribué l'abrogation à la perte d'emploi et à l'impact économique.

"Je ne sais pas pourquoi il a dit ça, parce qu'à ce moment-là ... nous ne l'avions jamais briefé une fois sur la règle, nous aurions pu lui montrer clairement en détail qu'il n'y aurait pas de grosse perte d'emploi ou grand impact économique », explique Southerland. "[C'est] déchirant parce que nous savons que cette règle était si nécessaire pour protéger la santé publique."

Dans cet épisode de Fault Lines, nous regardons au-delà de la fumée et des scandales, et nous nous rendons en Caroline du Nord et dans la vallée centrale de la Californie, où les communautés ont des histoires édifiantes sur ce que ce démantèlement pourrait coûter.

 

 

Source: Al Jazeera

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu