Avertir le modérateur

06/01/2013

Depardieu citoyen russe

Le président Vladimir Poutine vient de signer un décret accordant la nationalité russe à Gérard Xavier Depardieu. L'acteur français, véritable star en Russie, avait annoncé mi-décembre son intention de quitter la France pour s'installer en Belgique, après les hausses d'impôts décidées par le gouvernement français. Mais ce déménagement outre-Quiévrain pourrait se trouver compromis si Depardieu accepte le cadeau de Poutine. Le président de la Commission belge des naturalisations vient en effet d'expliquer que, dans ce cas, la demande de nationalité belge de l'acteur serait examinée "différemment", estimant que "les nationalités ne se collectionnent pas".
Fiches
pays
 
Gérard Depardieu et Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, le 11 décembre 2010.
Gérard Depardieu et Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, le 11 décembre 2010.
REUTERS/Alexei Nikolsky/RIA Novosti
Par Régis Genté

L’initiative du maître du Kremlin fait suite à la polémique qui a éclaté en décembre entre l’acteur et le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, qui avait jugé «minable» sa décision de s’exiler en Belgique pour raisons fiscales. Les liens entre messieurs Poutine et Depardieu ne datent pas d’hier, de quelle nature sont-ils ? Eclairages de Régis Genté, correspondant de RFI dans le Caucase et en Asie centrale.

Gérard Depardieu déclare sa flamme à la Russie ,
Gérard Depardieu séduit à son tour par le charme bucolique de la Belgique et de sa fiscalité ,
 
La lettre de Gérard Depardieu remerciant Vladimir Poutine de lui avoir accordé la citoyenneté russe et faisant l'éloge de la démocratie en Russie a provoqué un concert de critiques et sarcasmes envers l'acteur français sur les réseaux sociaux russes vendredi.
 
La lettre de Depardieu à Poutine provoque critiques et sarcasmes en Russie_1

La lettre de Depardieu remerciant Poutin, à l'écran du site internet de la chaîne de télévision russe Pervyi kanal le 4 janvier 2013 à Moscou

 "Gérard, viens le 31 janvier sur la place Trioumfalnia (à Moscou), avec ton nouveau passeport russe en poche. Tous les 31, à 18 heures, sur cette place, des citoyens russes exigent le droit de se réunir paisiblement, comme prévu par l'article 31 de la Constitution. On t'attend Gérard !", a lancé l'écrivain Edouard Limonov,
 

Une caricature sur Facebook représente Depardieu allongé, une balalaïka à la main et chaussé de lapti, de grossières chaussures en osier tressé comme en portaient les paysans russes autrefois.

Vladimir Poutine a accordé jeudi la citoyenneté russe à Gérard Depardieu, qui a confirmé dans une lettre dithyrambique envers le régime russe en avoir fait la demande, un coup d'éclat en pleine polémique en France concernant son exil fiscal.

Depardieu, qui se trouvait vendredi en Ukraine pour des affaires privées, n'a pas fait savoir s'il envisageait de se rendre bientôt en Russie, par exemple pour les fêtes de Noël orthodoxe, le 7 janvier.

Acteur très célèbre en Russie, Depardieu s'est également fait remarquer pour son implication dans des projets et événements controversés dans l'ex-URSS.

En octobre dernier, il a participé à des célébrations officielles à Grozny, en Tchétchénie, au cours desquelles il avait lancé: "Gloire à Kadyrov", en s'affichant aux côtés de Ramzan Kadyrov, numéro un de cette république, accusé de multiples exactions par les ONG de défense des droits de l'homme.

Le point 1789 - Zebre en cavale, Poutine et Depardieu : la mauvaise farce - Controverses - blog

 

Catherine Deneuve répondait il y a peu à " Monsieur Torreton " et à son pamphlet anti-Depardieu en s’exclamant :

"Ce n'est pas tant Gérard Depardieu que je viens défendre, mais plutôt vous que je voudrais interroger :Vous en prendre à son physique ! A son talent ! Ce gâchis dont vous parlez... De quel droit, de quel souci démocratique semblez-vous animer votre vindicte salissante ?" "L'homme est sombre, mais l'acteur est immense et vous n'exprimez finalement que votre rancoeur", poursuit l'actrice : "Qu'auriez vous fait en 1789, mon corps en tremble encore !".

Ah, 1789 ! De son côté Laurence Parisot, patronne du Medef qui représente les grands groupes du CAC,  pour ne pas être en reste, lançait sur France info :

"En ce moment, on est en train de dire : "vous, M. Gérard Depardieu, vous êtes indigne d'être Français, vous M. le cadre dirigeant vous l'êtes également. Qu'est-ce que cela veut dire ? Ça veut dire qu'on est en train de recréer un climat de guerre civile ?"

"Est ce qu'on est bien conscients du fait qu'aujourd'hui nous passons notre temps, dans les médias, dans les commentaires, à désigner des boucs émissaires, et au fond à faire exactement le contraire de ce que François Hollande avait dit qu'il ferait ? Il a toujours dit dans sa campagne électorale et dès son élection (...) qu'il fallait pacifier le pays, qu'il fallait réduire les antagonismes" (...)

"Je dis comme ce que dit Catherine Deneuve ce matin dans 'Libération', nous avons le sentiment aujourd'hui qu'on cherche à recréer quelque chose qui s'apparente à 1789, il faut bien mesurer à quel point c'est insupportable pour beaucoup de gens talentueux et c'est pour ça qu'ils sont amenés à partir, n'inversons pas l'ordre des choses."

ajouté une photo.

Photo
 
Jacques Ricau et Cécile Gonçalves ont partagé un lien.

Gérard Depardieu: "Je vais jouer Dominique Strauss-Kahn parce que je ne l'aime pas" Par chance le film qu’Abel Ferrara voulait réaliser sur l’affaire DSK est « au point mort » puisque personne, ne semble presser de le financer

 

 

Les Moscovites qui sont prompts à douter dés qu’il s’agit de Vladimir Poutine, ne me paraissent pas être très nombreux à se réjouir d’avoir un nouveau compatriote. Ils connaissent un peu ses films récents, l’acteur français jouit d’une honnête popularité dans ses plus mauvais rôles, mais ici le sentiment qui domine quand on interroge l’homme de la rue est qu’il ne s’agit que d’une histoire d’impôts et d’un coup de main « donné à un riche de plus ». Donc méfiance populaire. Par contre, dans les clubs branchés, dans les restaurants fréquentés par le monde des jeunes riches et des hommes d’affaires qui vivent de leur proximité avec le Kremlin et ses cercles économiques, s’élève un concert de louanges envers « le geste humanitaire du Président  ». Dans ces milieux nombreux sont ceux, qui se réjouissent de « l’exemple de démocratie et d’humanisme donné à un pays qui nous donne toujours des leçons sur les Droits de l’Homme ». Quelques parlementaires de la Douma qui a voté avec enthousiasme à la fin du mois de décembre plusieurs textes limitant la liberté d’expression des associations et des opposants se retrouvent sur cette longueur d’onde : « Le président vient de prouver que la Russie est attachée aux libertés individuelles ».

Car il n’est pas question, si l’on veut continuer à faire carrière dans les affaires, dans le cinéma ou dans la politique, de critiquer une amitié de dix ans entre le Président russe et Gérard Depardieu ; ni surtout son épilogue, préparée depuis des mois quoi qu’en disent les deux protagonistes. La « fuite en Belgique » n’a été qu’un écran de fumée et l’appréciation du Premier Ministre qualifiant cette attitude de « minable » un prétexte pour que se déroule le scénario de la russification. Les services de renseignements français auraient du savoir depuis le mois de mai que cette manipulation russe se préparait. Peut-être, d’ailleurs, le savaient-ils comme on le murmure à Moscou.

Car cela fait longtemps que Poutine et Depardieu se fréquentent et font la fête ou partent à la chasse ensemble : il(...) . Gérard Depardieu, qui y joue le rôle principal, avait en plus obtenu du président russe le droit exceptionnel de tourner ce téléfilm dans les grands palais tsaristes de Saint-Pétersbourg. Souvent, moyennant finances, l’acteur sert de facilitateur entre des entreprises françaises et les milieux d’affaires russes...

Avec son courrier lu jeudi à la télévision russe, courrier dans lequel il vante la qualité de la démocratie locale, Depardieu a (, Ramzan Kadyrov, le 5 octobre 2012. : , il ne fut pas le seul puisque des gens comme les footballeurs Barthez, Jean-Pierre Papin ou des acteurs comme Jean-Claude Van Damme sont venus en d’autres occasions honorer le dictateur mis en place par Vladimir Poutine.

Nadejda Atayeva, Présidente de l’association Droits de l’Homme en Asie Centrale témoigne :


Nadejda Atayeva, défenseure ouzbèke des droits... par fidhdailymotion

Son inclination pour les dictatures conduit souvent Depardieu dans l’Ouzbékistan de l’indéboulonnable Islom Karimov, « élu » président depuis 1990 ; ( Gulnara Karimova, sa fille, et par un des autres dictateurs de la région, l’inamovible Noursoultan Nazerbaëv qui se proclame volontiers descendant d’Attila. (...) . Il n’est pas le seul à fréquenter ce pays dictature car il y a croisé à plusieurs reprises Patricia Kaas et aussi Régine qui a ouvert une boite de nuit à Astana, la nouvelle capitale de ce pays qui emprisonne tous les opposants.

Pour oublier tout cela, Depardieu pourra toujours contribuer à la vente de vodka. Mais il devra se méfier car l’alcool national entraîne la mort de 150 000 russes par an...

la photo de Christine Bécavin Vitteaux.

Offrons la nationalité française aux Pussy Riot !
 
 
 Le Système Poutine :  1/5 : partie 2/5, partie 3/5, Partie 4/5, partie 5/5 ,
 

gérard depardieu,citoyen,russe,exilé fiscal,exilés fiscaux,socialisation des pertes,privatisation des profits,vladimir poutineHabituellement les gens affiliés à cette caste se donnaient, à peu de frais, la chair de poule dans les dîners mondains en évoquant 1793, ses terribles Montagnards, sa Terreur et sa guillotine - ou encore le défilé de chars russes le couteau entre les dents sur les Champs-Elysées loàrs de la victoire de la gauche en 1936, en1981...  Aujourd'hui, crise aidant, c'est 1789 qui a le vent en poupe, cette année  où s'effondrait comme un fruit pourri la royauté déliquescente. Un temps où l'on n'eut pas toujours l’extrême courtoisie de dire à un futur émigré : " tu fais ce que tu veux d’ailleurs, mais ferme-la, prends ton oseille et tire-toi, ne demande pas le respect, pas toi !"

"Si ce retour sur l’histoire de France a un sens, ce ne peut être que celui de l’épouvante devant la sainte égalité civile et fiscale qu’initièrent les États Généraux, avant que l’Assemblée Nationale, quelque peu aidée par l’écho des fourches frappant aux portes des châteaux, ne décrète la suppression des privilèges de tous ordres.

Ce ne sont donc pas les « terribles Montagnards » de 1793-1794 que l’on rencontre en premier dans le collimateur de nos Cassandres, mais bien la grande secousse populaire interclassiste de 1789, qui abattit un régime de castes vermoulu, mais persuadé de son éternité."  René Merle

f1.highres

Les Aristocrates a Lanternopolis :
La Peste soit des Lanternes elles feront notre perte


 A lire aussi : Depardieu citoyen russe , Socialisation des pertes et privatisation des profits - indigné révolté, Antalya , la 'destruction créatrice' 2  - citoyenactif, Les piliers de la foi - Zebre en cavale

11/03/2011

réseau « Atelier des médias »

Bonjour à tous,

Pour commencer, on voulait vous prévenir que les membres du réseau « Atelier des médias » vont passé  le cap des 9000 membres très prochainement.

Nous attendons vos questions sur le reportage Médias du Monde de cette semaine consacré à Radio Surobi.

En arrivant dans la région de Surobi (70 km à l'est de Kaboul) en juillet 2009, le Colonel Benoît Durieux, qui commande le 2ème Régiment Étranger d'Infanterie, a compris rapidement qu'un des meilleurs moyens de remplir sa mission était de contribuer à la circulation de l'information. C'est ainsi qu'est née l'idée de Radio Surobi, un média local imaginé, créé et financé par l'armée française dans le cadre de sa présence en Afghanistan. Une aventure improbable que le Colonel Durieux et Raphael Krafft, qui a formé les journalistes locaux, ont accepté de nous raconter dans Médias du Monde. Vous pouvez écouter le reportage et poser vos questions dans les commentaires du billet en lien ci-dessous.

http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/vos-questions-sur-la...

 , l'Atelier s'est aussi  plongé dans l'histoire...

Avec d'abord un retour sur le passé et les événements du 17 octobre 1961, qui ont fait l'objet d'un appel sur Médiapart et ont inspiré deux web-documentaires: La Nuit Oubliée et 17.10.61Mais l'histoire se conjugue aussi au présent avec les Observateurs de F24, délocalisés à Tunis pour une opération spéciale sur les élections de ce dimanche qui désigneront les élus chargés de réécrire la constitution. A cette occasion, nous avons reçu un blogueur tunisien qui a la particularité d'avoir fait campagne en tant que candidat indépendant. Adib Samoud nous raconte comment il a eu recours au net pour gagner en visibilité, malgré les risques d'intox et de mauvais buzz.

Enfin L'équipe de l'Atelier des médias, Mondoblog et Libyablog vous présente ses meilleurs voeux pour 2013.Afin de bien commencer l'année, nous invitons quatre spécialistes des médias pour répondre à vos questions. Merci de les adresser avant ce jeudi à 12h00 dans les commentaires de ce billet.Quel bilan dresser de l'année 2012 dans les médias? Quels sont les grands enjeux de 2013? De nouveaux outils sont-ils entrain d’émerger? Certains services sont-ils en perte de vitesse? Nos invités sont Alice Antheaume, Erwann Gaucher, Marc Mentré et Gilles Bruno.
Chacun d’entre eux tient un blog consacré à l'actualité média en France et dans le Monde :

Alice Antheaume est journaliste, directrice adjointe en charge des nouveaux médias et du développement international de l'école de journalisme de Sciences Po. Elle tient le blog Work in Progress sur Slate.fr. 

Marc Mentré est journaliste, chef du département de formation au journalisme à l’EMI CFD et blogue actualité media sur Mediatrend

Erwann Gaucher est journaliste, il travaille pour France Télévisions, il est également formateur et pdg de Cross Media Consulting qui est aussi le nom de son blog

Gilles Bruno est rédacteur en chef de l’observatoire des medias, consultant, il enseigne au Celsa, à l’IPJ et au CFPJ.

Pour en savoir plus et poser vos questions

'équipe de l'Atelier est heureuse de vous annoncer que le menu de la semaine est disponible en versions longues et bonus sur notre site. Ne manquez pas les chroniques de Marie-Catherine Beuth, Francis Pisani et Julien Pain ainsi que notre grand sujet : le Cahier de Tendances d'Eric Scherer. Le directeur de la prospective de France Télévisions pose dans cette publication semestrielle accessible gratuitement en ligne une question essentielle : Allons nous vers un modèle low cost à l'échelle industrielle pour les médias?

Le Cahier de Tendances médias d'Eric Scherer

 

Observateur attentif de l’évolution des médias, Eric Scherer vient de publier son dernier Cahier de Tendances [pdf] qui décrypte les nouveaux usages de consommation et production de l’information. Cette publication semestrielle est un des grands rendez-vous de la prospection média. Elle est toujours très attendue de tous les spécialistes et tous les passionnés de la révolution numérique. Cette semaine, L’Atelier des Médias reçoit Eric Scherer, le grand spécialiste des nouvelles technologies. Voir la suite  Nous devons changer la manière dont nous concevons l'innovation Aujourd'hui, je me penche sur la question de l'innovation avec ce constat : nous devons changer la manière dont nous concevons le progrès. Une remarque qui vaut avant tout pour les grosses sociétés et entreprises françaises. Voir la suite



Facebook va lancer son propre moteur de recherche

 

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé de Facebook. Le réseau social a tenu mardi 15 janvier une conférence de presse dans la Silicon Valley, qui a attiré énormément d’attention. Tout le monde se demandait ce que Mark Zuckerberg, le jeune patron de Facebook, allait bien pouvoir présenter lors de ce rendez-vous. Voir la suite

A écouter également :

Marie-Catherine Beuth qui s'est émue de voir les superhéros victimes de la guerre numérique aux Etats-Unis  

Francis Pisani qui a enquêté au Kenya sur MPesa, un innovant système de transfert d'argent par téléphone portable, dans le cadre de son voyage Winch5

Vous pourrez aussi retrouver le membre de la semaine Alexandre Gubert Lette.

Simon et Catherine

 

PS: Ziad a priori se porte bien: même loin de la Maison de la Radio, on a constaté qu'il n'avait pas résisté cette semaine à se connecter sur le site de l'Atelier des Médias :-)

 

C'est une grande satisfaction pour nous et nous savons que nous le devons à vous particulièrement.

Au programme de cette semaine

Franck Nlemba, membre de la semaine, est co-fondateur des événements kongossa.

Ils sont allés à Radio Kalima, une radio censurée par le régime Ben Ali en Tunisie.

Cet homme s'appelle Hassan Al-Djahmi, il vit en Libye et est un des observateurs de France 24 de cette semaine

Marie-Catherine Beuth défriche et nous parle d'un quotidien de Cincinnati qui lance un service inspiré de Foursquare qui mélange jeux et information

Francis Pisani revient tout juste de voyage et nous raconte la suite de ses impressions sur l'innovation au Brésil

Voila on vous souhaite un bon week end à tous et à bientôt

Visiter Atelier des médias au : http://atelier.rfi.fr/?xg_source=msg_mes_network

 

23/01/2010

La vie meilleure, mode d'emploi


"Préserver la planète pour les générations suivantes, partager les ressources, choisir au quotidien de n’être “ni maître ni esclave”, comme le suggérait le poète Khalil Gibran, c’est possible. C’est ce dont témoignent une multitude d’initiatives individuelles et collectives menées aux quatre coins du monde, dont la presse internationale se fait l’écho. Partout des femmes et des hommes réinventent leur vie, transforment leur quartier, renoncent à la voiture ou en restreignent l’usage, consomment autrement, travaillent moins et différemment. Et pas seulement parce qu’ils y sont contraints par la récession. Cette “crise de plus” s’accompagne d’une prise de conscience. La parole, les idées, semblent libérées, comme le montrent des intellectuels tels que l’Américain Amitai Etzioni ou le Philippin Walden Bello. Et la solidarité, la gentillesse et la lenteur retrouvent toute leur place après avoir été reléguées au rang de niaiseries par des décennies d’individualisme forcené. Cet élan est-il voué à rester marginal ou annonce-t-il un changement en profondeur ? Espérons que les politiques sauront le prendre en compte et s’attaquer aux énormes défis économiques, alimentaires et climatiques." Courrier International Hors-Série octobre-novembre-décembre 2009

Le texte ci-dessus présente le Hors-Série de Courrier International que je vous recommande vivement.
Sous les 4 thèmes (Arrêter, Réfléchir, Bouger, Inventer) cette revue nous fait part des très nombreuses expériences dans le monde entier témoignant du changement de modèle face à la crise.

Ci-joint le sommaire de cette revue :
sommaire-HS-crise-2009-03.pdf

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu