Avertir le modérateur

03/10/2012

Nouvelles d'un anarchiste syrien

 
Traduit du site depuis Solidarity Federation par l'UCL (camarades québécois d'Anarkismo)

Je m’appelle Mazen ******, un anarchiste syrien. Je veux vous informer de la situation humanitaire dans mon pays, la Syrie; en raison de l’oppression brutale du régime actuel contre les masses en révolte. Un groupe de jeunes anarchistes syrien-ne-s et d’antiautoritaires d’Alep, en Syrie, m’a contacté puisqu’il avait un urgent besoin d’aide. Leur communauté a un besoin urgent pour à peu près tout : médicaments, tentes, lait pour enfant, etc. ; presque tout. Nous espérons que vous pourrez les aider à alléger leurs souffrances en ces temps difficiles.

 

À propos de la situation actuelle en Syrie, ça se détériore rapidement. Après les meurtres de quelques généraux haut placés dans le régime (ministre de la défense et son député, également le beau-frère du président lui-même) par une force inconnue, même si l’armée libre syrienne s’est déclarée responsable des attaques; les groupes armés de l’opposition ont attaqué les deux villes principales qui étaient réticentes à joindre la révolution auparavant : Damas et Alep. Une bataille sans merci a dès lors commencé, après les gains de l’opposition tôt dans le conflit, l’armée d’Assad a réuni ses forces restantes et a contre-attaqué à sa manière conventionnelle, incluant des jets de combat, sans oublier les canons et les tanks qu’elle utilisait déjà depuis des mois. Plusieurs civil-e-s ont dû fuir dans des conditions difficiles, des centaines ont été massacré-e-s.

En fait, maintenant la révolution syrienne est un combat ouvert. Les manifestations pacifiques ont perdu leur signification maintenant, et personne ne porte d’importance à les mentionner ou pense qu’elles peuvent avoir un impact réel sur l’issue du conflit. Ce qui a commencé par une révolution de masse est devenu un conflit armé entre l’armée du régime et leurs opposant-e-s. Ceci est arrivé principalement en raison de l’oppression brutale du régime actuel, utilisant son armée, ses tanks et ses fusils contre le voisinage civil, mais également en raison de l’intervention de certains tyrans comme la monarchie Qatarienne et Saoudienne.

En raison du positionnement stratégique de la Syrie, la révolution a été prise dans la rivalité Iranienne-Saoudienne pour la domination de la région, et même entre la Russie et les États-Unis, chacun supportant son parti dans la rivalité pour leurs propres intérêts; nous ne pouvons pas croire que la monarchie saoudienne ait à cœur la liberté des syriens et syriennes, ils ne veulent qu’affaiblir davantage leur adversaire : le régime oppressif islamiste iranien. L’Arabie Saoudite et le Qatar ont tout fait pour détourner la révolution syrienne vers le conflit entre les sectes chiites et sunnites de l’islam; et cyniquement, le régime syrien a fait de même.

Récemment, un journaliste saoudien influent a décrit le printemps arabe (terme utilisé pour décrire la succession de révolutions arabes) comme un groupe sunnite menaçant l’Iran chiite. Les autres camps de l’opposition aux régimes oppressants ont également utilisé les termes « sectaires ». Le régime syrien tente de faire la même chose en se proclamant le « protecteur des minorités religieuses » en Syrie.

Nous l’avons vu de façon très différente, nous avons vu comment cela a commencé, une révolution de masse spontanée contre la dictature et ses politiques néolibérales et ses « réformes » et dans ce moment difficile pour les masses, nous comptons sur les masses, sur les oppressé-e-s, de peu importe la religion, la secte ou l’ethnie, de s’unir avec nous contre leurs oppresseurs, peu importe leur religion. Nous comptons sur des organisations comme celles de nos camarades d’Alep et d’autres initiatives faites par des jeunes étudiants et étudiantes ou des travailleurs et travailleuses. C’est un conflit difficile qui pourrait devenir une guerre civile sectaire, il n’y a aucune garantie sauf celle de la détermination des masses de continuer le conflit jusqu’à l’obtention de la vraie liberté, de la justice et de autogestion des opprimé-e-s.

En fait, il y a toujours de très grandes divisions entre la gauche syrienne et arabe : les staliniens conservent des liens avec le régime actuel en tant qu’anti-impérialistes; comme à l’habitude, ils négligent la nature oppressive du régime, c’est tellement naturel pour eux. Il y a trois partis communistes syriens supportant le régime actuel sans remords. D’autres partis staliniens d’Arabie supportent le régime également. De l’autre côté, les trotskystes se tiennent contre ces régimes, mais ils voient les islamistes comme des possibles alliés, ce qui crée un autre conflit, car ils oublient la nature réactionnaire, autoritariste et capitaliste, voir même néolibérale du projet islamiste. On se rappelle de l’Égypte où les trotskystes avaient une très forte organisation : les socialistes révolutionnaires.

Une autre chose, chers frères et sœurs, je retourne en Syrie au mois d’août, pour joindre le conflit de nos camarades. Certain-e-s activistes syrien-ne-s ont organisé une campagne appelée « WE ARE COMING BACK ». On entrera en Syrie en août de *******. Nous prévoyons que le régime nous arrête, il pourrait torturer quelques-un-e-s d’entre nous et même en tuer. J’ai besoin de votre solidarité. Certain-e-s camarades vous feront parvenir des mises à jour à mesure que ces évènements arriveront. Pour l’instant, je suis toujours à *****, Égypte. Si vous pouvez arranger n’importe quel type de support pour nos camarades en Syrie vous pouvez me contacter jusqu’à ce moment, et avant de quitter pour la Syrie; je peux vous donner des contacts de certains camarades en Syrie ou en Égypte ici pour donner vos contributions. Merci à tous et toutes pour votre solidarité.
 


Pour la révolution, la liberté, pour l’anarchie !!

 

*******
Certains détails ont été masqués pour ne pas mettre en péril la sécurité du camarade concerné.
 
A las barricadas - Wikipédia :  las barricadas est un chant anarchiste de la CNT-AIT pendant la Guerre civile espagnole. Il se chante sur l'air de La Varsovienne. Les paroles ont été écrites par Valeriano Orobón Fernández, et publié pour la première fois en novembre 1933 dans un supplément de la revue Tierra y Libertad de Barcelone
 
Paroles
Negras tormentas agitan los aires
Nubes oscuras nos impiden ver.
Aunque nos espere el dolor y la muerte
Contra el enemigo nos llama el deber.
El bien más preciado es la libertad
Hay que defenderla con fe y valor.
Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos
Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos
En pie el pueblo obrero, a la batalla
Hay que derrocar a la reacción.
¡ A las barricadas ! ¡ A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.
¡ A las barricadas ! ¡ A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.

Traduction française

Des tempêtes noires agitent les airs
Des nuages sombres nous empêchent de voir.
Même si la mort et la douleur nous attendent
Le devoir nous appelle contre l'ennemi.
Le bien le plus précieux est la liberté.
Il faut la défendre avec foi et courage.
Lève le drapeau révolutionnaire
Qui sans arrêt nous mène vers le triomphe
Debout peuple ouvrier au combat
Il faut vaincre la réaction :
Aux barricades ! Aux barricades !
Pour le triomphe de la Confédération !
Aux barricades ! Aux barricades !
Pour le triomphe de la Confédération !

11/01/2012

Texte complet de la lettre « secrète » de Trichet à l’Italie

·                              

            

 

            Thème de cet article : Crise de la zone euro : sortir de l’ambiguïté
Texte complet de la lettre « secrète » de Trichet à l’Italie : privatisez et réduisez vos salaires pour sauver l’euro ( Facebook) : " 29 septembre 2011  – Le quotidien italien Corriere della Sera dévoile aujourd’hui le texte complet de la fameuse « lettre secrète » envoyée à Berlusconi le 5 août par le président sortant de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet et son successeur Mario Draghi, ancien cadre de la banque Goldman Sachsactuchomage, Youtube 1, dailymotion, cf Le nouveau rapport de force.., "L'Italie gouvernée par.... , Face aux délitements des pays Européen : Une lettre des indignés grec.

)à Londresce ne sont pas nos élus qui mettent les banques sous tutelle, mais l’inverse. ""

·                                 Pourtant, lors de sa dernière conférence de presse, Jean-Claude Trichet, interpellé par notre correspondant Claudio Celani (intervention vidéo ICI), a juré qu’il ne s’agissait que d’un simple message et non d’un diktat. Evidemement, vous n’êtes pas obligés de le croire.


« Cher Premier ministre,


Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a discuté le 4 août de la situation de l’Italie sur les marchés obligataires. Le conseil considère qu’une démarche rapide de la part des autorités italiennes est essentielle pour restaurer la confiance des investisseurs.


Le sommet des chefs d’Etat et de gouvernements du 21 juillet 2011 a conclu que « les pays de la zone euro réaffirment solennellement leur détermination inflexible à honorer pleinement leur propre signature souveraine et tout leur engagement à des conditions fiscales soutenables et des réformes structurelles ». Le Conseil considère que l’Italie doit d’urgence rétablir sa signature souveraine et son engagement à une condition fiscale soutenable et des réformes structurelles. Le gouvernement italien a décidé d’établir un budget pour 2014 et, à cet effet, a récemment introduit une réforme fiscale. Ce sont des pas importants, mais ils ne sont pas suffisantes.


A l’heure actuelle, nous considérons les mesures suivantes comme essentielles :


1) Nous constatons un besoin de mesures significatives pour stimuler la croissance potentielle. Certaines décisions récentes prises par le gouvernement vont dans ce sens ; d’autres sont en discussion avec les partenaires sociaux. Cependant, plus doit être fait et il est essentiel d’avancer d’une façon décisive. Les défis clés consistent à augmenter en particulier la concurrence, en particulier dans les services, afin d’améliorer la qualité des services publics et d’élaborer des systèmes régulateurs et fiscaux plus appropriés pour soutenir la compétitivité des entreprises et l’efficacité du marché du travail.



a) Une stratégie de réforme profonde et crédible, comprenant la libéralisation des services publics locaux et des services professionnels est requise. Cela devra s’appliquer en particulier pour l’offre des services locaux grâce à des privatisations à grande échelle ;


b) Il existe également le besoin d’une réforme supplémentaire du système de conventions collectives permettant des accords salariaux par entreprise afin d’adapter les salaires et les conditions de travail aux besoins spécifiques et d’augmenter leur pertinence par rapport à d’autres niveau de négociations. L’accord du 28 juin entre les organisations syndicales principales et les associations patronales vont dans cette direction ;


c) Un passage en revue en profondeur des règles concernant l’embauche et les licenciements devrait se faire en conjonction avec la création d’un système d’assurance chômage et un ensemble actif de politiques de travail capables de faciliter l’allocation des ressources vers des sociétés et des secteurs plus compétitifs.


2) Le gouvernement doit prendre des mesures immédiates et courageuses pour garantir la solidité des finances publiques.



Des mesures fiscales correctives supplémentaires sont nécessaires. Nous considérons comme essentiel pour les autorités italiennes d’avancer la date d’adoption des mesures décidé en juillet 2011 d’au moins d’un an. Le but devrait être d’obtenir un meilleur déficit que celui planifié pour 2011, un endettement net pour 2012 de 1% et un budget équilibré en 2012, pour l’essentiel par une réduction des dépenses. Il est possible d’intervenir encore plus sur le système des retraites, en durcissant les conditions d’éligibilité pour les retraites seniors et en alignant rapidement l’âge de la retraite pour femmes du secteur privé à celui établi pour les employés du secteur public permettant ainsi des économies dès 2012. En plus, le gouvernement devrait sérieusement envisager la réductions des coûts des employés du secteur public en renforçant les règles de remplacement et si nécessaire, en réduisant les salaires.



Une clause plafonnant automatiquement le déficit devrait être introduite, affirmant que tout dérapage s’éloignant des objectifs en matière de déficit sera automatiquement compensé par des coupes horizontales dans les dépenses discrétionnaires.



L’emprunt, y compris la dette commerciale et les dépenses des collectivités régionales et locales devra être soumis à un contrôle strict, conforme avec les principes de la réforme en cours des relations fiscales intergouvernementales. Étant donné la gravité de la situation actuelle des marchés, nous considérons comme essentiel que toutes les actions mentionnées dans la première et la deuxième section ci-dessus soient adoptées au plus vite par décrets-lois, suivi d’une ratification parlementaire fin septembre 2011. Une réforme constitutionnelle durcissant la législation fiscale serait également approprié.



3. Nous encourageons le gouvernement à prendre immédiatement des mesures afin de garantir une réforme majeurs de l’administration publique afin d’améliorer l’efficacité administrative et un esprit plus amical envers les entreprises [business friendliness]. Dans les entités publiques, l’utilisation d’indicateurs de performance devrait être systématique (en particulier dans la santé, l’éducation et le système judiciaire). Il existe un grand besoin d’un engagement fort pour abolir ou consolider des niveaux administratifs intermédiaires (notamment les provinces). Des actions destinées à réaliser des économies d’échelle dans les services publics devraient être renforcées. »



Nous faisons confiance au gouvernement pour prendre toutes les actions appropriées.



Mario Draghi, Jean-Claude Trichet »

A voir QUI SOMMES NOUS ? | Tant qu'il y aura de l'argent ... , Voir La fabrique de l'homme endetté, essai sur la condition néolibérale , La route des indignés d'Europe

28/06/2011

Faites pression sur les élus pour qu'aucun ne s'abaisse à cette indignité de ne pas respecter la loi." la Fondation Abbé Pierre

 

" Faites pression sur les élus pour qu'aucun ne s'abaisse à cette indignité de ne pas respecter la loi..." ( Photo), Abbe Pierre, Défense de la loi SRU, Assemblée Nationale, 24 janvier 2006

abbe pierre.jpgTrois ans après la publication de son 1er palmarès en février 2008, la Fondation a souhaité refaire le point sur l’application de l’article 55 de la loi Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU La loi SRU, wikipédia ) qui impose aux communes de disposer d’au moins 20% de logements sociaux sur leur territoire

343 des 682 communes étudiées n’ont pas respecté leur objectif de rattrapage (soit 50,3%). Parmi elles, 175 ont réalisé moins de la moitié de leur objectif de production et 9 n’ont financé aucun logement social sur l’ensemble de la période, ce qui est considérable. Cette phrase de l'Abbé Pierre n'a malheuresement d'actualité que se soit le logement ( loi SRU, DALO), mais aussi concernant toute les dérives du système oligarchique et capitaliste.  Un élu de la République doit respecter ces lois qui relèvent du civisme et de la solidarité. cf  Quel est le bilan de Nicolas Sarkozy ?Comment Sarkozy a rendu possible la dérive raciste à droite,  La dictature de l'immédiateté

La Fondation lance un appel à don pour un lieu de mémoire en hommage à l’abbé Pierre

La Halte”, cette maison d’Esteville où l’abbé Pierre aimait se recueillir, va être réhabilitée et rénovée pour devenir à la fois un lieu de mémoire et un lieu de vie

Un projet unique et exceptionnel

Ni musée, ni centre d’archives, cet espace sera Lieu de Mémoire et de Vie où les visiteurs - 3000 par an - trouveront un endroit propice au souvenir et à l’information

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu