Avertir le modérateur

01/04/2017

Bye Bye L'Euro

n

 
 
 

 

mécanisme européen de stabilité,mes,dettes,l'europe,spéculateurs,hedges funds,agences de notations,chypre,italie,crise obligataire,fesf,bad bank,l'irish bank resolution corporation,ibrc,le fonds monétaire international,fmi,la bce,la troika,chomage,taux de chômage,polique monétaire

Toutes ces informations ont permis a une élites, a des avertis et initiés  de la finance ( spéculateurs, , hedges funds , , agences de notations , : Spéculation sur le taux LIBOR, La BCE : polique monétaire , Le nouveau capitlisme : " cf La vitesse n'est que..., l'Etat et la noir finance : NOIRE FINANCE - La grande pompe à phynances - Arte EP01.flvA voir DE LA SERVITUDE MODERNEla servitude moderne

 

Voici un petit scénario qui explique très bien comment tout cela fonctionne, qui paye, qui reçoit ( source : Thème de cet article : Faut-il sauver l'Euro à tout prix ?

 

 

CNT AIT 71 a ajouté une photo.

france en faillite,élection 2012,crise financière de 2008,la dette françaiseAu fur et à mesure que la contamination se ferait, le processus de défauts en cascade irait en s'accélérant. Après la Grèce, l'Irlande, le Portugal, il y aurait de moins en moins de volontaires pour des plans de sauvetage douteux. Acheter du temps coûtera de plus en plus cher.

Le 25 septembre 2011, le Sunday Telegraph rapportait des "bruits de couloir" du FMI concernant un plan en trois étapes :
- Recapitalisation des banques allemandes et françaises en danger
- Puis grossir le fonds de sauvetage européen FESF
- Puis laisser la Grèce faire défaut

Mais ce n'est pas le capitaliste qui est en crise, c'est l'organisme. Il ne viendra pas a dire que le virus de la grippe A lors de la pandémie va mal, c'est l'organisme qui va mal. ( cf Le cercle vicieux, Notre dépendance absolue...)

Fin 2009, l'économie française semblait sur la voie d'une reprise assez vigoureuse. Les premiers éléments concernant le début 2010 ont douché ces espoirs. On s'attendait certes à un ralentissement du fait de l'arrêt de différentes mesures de soutien à l'activité, notamment de la diminution de la prime à la casse automobile , mais son ampleur a surpris . Pour en savoir plus : « Les comptes trimestriels de l'Insee », accessible sur www.insee.fr. La réponse de la France : mobilisera 111 milliards d'euros. Les députés ont validé, lundi 31 mai, la participation de la France au mécanisme européen de stabilisation, arrêté le 9 mai par les dirigeants européens. La question est de savoir si le système capitaliste puisse disparaitre, comme l'a été le communisme. Pour certain, ce n'est pas le cas : Le capitaliste a toujours eu des garde fou  Cliquez ICI   capitalisme social : alternative a la révolution  et DOC PDF)  

La crise politique en Europe est la preuve de problèmes structurels profonds au sein de l'Union européenne, des problèmes qui ne peuvent être résolus par un surplus de liquidité de la banque centrale. L'Europe a mis en avant l'union monétaire devant l'union politique, quand elle s'est engagée dans ce chemin il y a plusieurs années.

La monnaie commune a permis aux gouvernements européens d'emprunter à des taux d'intérêt bas et de fortement s'endetter.

« Une option est que l'Europe suivra le chemin du Japon. C'est là le meilleur scénario possible. Dans ce scénario, les autorités empêchent la crise de la dette d'atteindre son apogée en l'étalant dans le temps. Nous disons "meilleur" scénario dans le sens où une crise longue, qui se prolonge, qui transforme le marché financier en zombie peut être préférable à une crise politique et sociale. Ainsi donc, une crise politique et sociale semble inévitable à ce stade ».

La zone euro ont ignoré l'hétérogénéité de l'Europe afin d'imposer une fausse homogénéité ( Les fractures européennes )  -- une structure dans laquelle, comme Seymour Skinner dans les Simpsons l'observe : "personne n'est meilleur qu'un autre et tout le monde est le meilleur".

« Pendant un certain temps, cette similitude fictionnelle a fonctionné... ou a semblé fonctionner. Mais en vérité, cela n'a jamais vraiment marché... comme le prouve très clairement l'expansion de la crise. Même si la structure de l'Eurozone a permis aux Grecs d'emprunter de l'argent comme s'ils étaient des Allemands, cela ne les a pas empêchés de rembourser leurs dettes comme des Grecs ».

Or, l'Euro a vocation a baisser par des mécanismes de marché évidents. Bien sur je ne souhaite pas un écroulement des pays de la zone euro ( voir ICI) ,  
 

 Et même si le risque de contagion semble écarté pour l'instant -- en appliquant le remède habituel : un "fonds de stabilisation" à 850 milliards d'euros (c'est-à-dire plus de dette pour soigner la dette, )... je pense qu'un tournant a été franchi dans l'histoire des devises fiduciaires. Un  krach obligataire est fortement possible » - 

entretien avec Jean-Claude Triche "Monde" : "Nous avons besoin d'une fédération budgétaire Le président de la Banque centrale européenne se prononce en faveur de la création de «l’équivalent d’une fédération budgétaire en termes de contrôle et de surveillance de l’application des politiques en matière de finance publique».  Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, livre sa version de la crise. Il estime que l’euro reste "une monnaie très crédible" .

Lundi  28 novembre 2011 : 1- - Première étape : on apprenait que le FMI pouvait prêter 300 milliards d'euros maximum.  « La capacité de prêt totale du FMI est actuellement de l’ordre de 400 milliards de dollars, soit environ 300 milliards d’euros ». Deuxième étape : on apprenait que le FMI allait prêter ... 600 milliards d'euros à l'Italie. Troisième étape : les investisseurs internationaux ont été rassurés par cette rumeur. Quatrième étape : demain mardi, les investisseurs internationaux vont se rendre compte que cette rumeur était en réalité ... une rumeur ! Cinquième étape : le FMI a démenti : il n'a jamais été question de prêter 600 milliards d'euros à l'Italie  Sixième étape : le naufrage de l'Italie continue

 Notez déjà une chose très importante : ce beau plan ne peut voir le jour que si la France conserve son triple A. Car les capacités d'emprunt du FESF ne tiennent qu'à la note de la France et celle de l'Allemagne. Or, en ce qui concerne la France, rien n'est moins sûr.

 

Et si l'on en juge par la manière dont les choses se sont passées dans d'autres pays, vous pouvez probablement vous attendre à de nouvelles mesures d'austérité... voire un passage sous la tutelle du FMI et  Goldman Sachs et des agences de notations ( agences de notation sont les dictateurs de l'Occident). Et tout cela pourrait naturellement s'accompagner de manifestations et de soulèvement populaire comme on en a constaté à Athènes, en Italie ou à Londres.

 

Je suis assez d'accord avec Pierre Laurent Pierre Laurent : "Une sortie de la zone euro n'empêche pas la pression des marchés" 

 

  « C’est un débat qui existe dans la gauche européenne et dans la gauche française, c’est évident. Je crois que la leçon qu’il faut tirer de ce qui s’est passé, c’est qu’il n’y a pas de solution à la crise avec le maintien des politiques européennes actuelles. Et une sortie de la zone euro laisserait n’importe quel pays qui la pratiquerait devant la même pression des marchés financiers, voire une pression décuplée et une dévaluation nationale plus grave encore. Une sortie de la zone euro, sans changement des politiques européennes de manière générale, risquerait aujourd’hui de déboucher pour un peuple, à la fois sur la sortie et à la fois sur des politiques d’austérité »

« Puisque les solutions apportées par Tsipras étaient totalement viables et elles restent praticables dans la zone euro. Ce n’est pas la zone euro qui les empêche mais la décision politique prise par les dirigeants allemands et un certain nombre d’autres dirigeants européens de rendre impossible l’expérience politique de Syriza. Aujourd’hui, ils en ont même rajouté dans la punition financière, économique et politique, pour continuer à faire cette démonstration. Une des grandes leçons de ce qui s’est passé est que la France, lorsqu’elle a mis tout son poids dans la balance pour empêcher le Grexit qui était ouvertement réclamé par les Allemands, a réussi son entreprise. Le problème est que le président de la République n’a pas utilisé cette capacité de faire bouger les lignes pour impulser une véritable alternative »


Économiste et professeur à Sciences-Po, Jacques Généreux était vendredi l'invité de Parlons net , l'émission de France Info en partenariat avec lepoint.fr et d'autres grands sites d'information. Pour celui qui a quitté le PS et rejoint le Parti de gauche, le plan européen pour sauver l'euro e

ÉCOUTEZ - Jacques Généreux à propos du plan de secours européen ( durée 1'04''35"') L’économiste montre que dans des situation comme celle-ci, on aimerait bien que cela se traduise par un report des votes a gauche, malheureusement cela se traduit par une montée du fasciste ( voir Politiquement incorrects : la nouvelle droite radicale en Europe) . 

Exploitation des rumeurs  Scénario de baisse de l'Euro : 

La crise des uns, fait le bonheur des autres. Une des chances de sortir de la crise, provoquer par « les agents financiers spéculateur » et d’éviter a tout pris de casser les plans de relance.

 

 « Vous avez sûrement déjà remarqué que lorsqu'une économie subit une récession, un krach ou un désastre financier, il y a toujours un petit groupe de privilégiés à qui cela profite... »


Spéculation sur la dette souveraine avec des armes comme les CDS. Il contribuent a
l'incertitude continue de régner
sur les marchés : Les nouveaux rois des marchés...

On parle des scandales de Goldman Sach, mais c’est l’arbre qui cache la forêt (Le Financial Times

«Première leçon : les marchés nous montrent du doigt quelque chose, là-haut dans le ciel. Comme toujours, les idiots regardent le doigt et ne voient pas la lune. Le doigt, c’est la Grèce, Goldman Sach) .

Comme dans toutes crise, les marchés financiers ont des armes suffisamment fortes pour sortir victorieux de la crise. Ce sont une minorité ayant les connaissances, compétences de pouvoir gagner énormément d'argent,parfois même plus vite qu'au cours de toute une vie : En pariant sur l'effondrement des prêts immobiliers (fonds Paulson), les financiers du fonds commun de Hayman Capital et de Corrientes Advisors, Lahde Capital.

Leurs armes : Les Turbos sont une catégorie de titres boursiers rapides, puissants et efficaces qui vous permettent de parier sur l'évolution d'une valeur. Pour vous situer un peu les choses, un certificat Turbo, c'est comme un warrant à qui on aurait donné un coup d'accélérateur.

 

 Un marché boursier, déconnecté de la réalité ou plus exactement gagnant sur tout le tableau : "Tout s'écroule, je gagne donc de l'argent. Mais si tout s'envolait, j'en gagnerais aussi".Peu importe le sens des marchés et les anticipations de tendance. Les spéculateurs ou investisseur cherchent a "coller aux marchés", de parier . Et cela leur est très profitable, se positionnent massivement sur le Forex pour augmenter leurs revenus

Ainsi l’article du Figaro : « Ces «hedge funds» qui s'enrichissent dans la crise

«D'une manière générale, les hedge funds profitent des situations où les marchés vont dans un seul sens de manière rapide. Et le moins que l'on puisse dire c'est que, depuis mi-juillet, le sens est clairement baissier», explique Frédéric Bonnevay, associé chez Anthera Partners. Autrement dit, les fonds ayant fait le pari d'une dégradation de la situation macroéconomique sont les grands gagnants. Leur imagination est sans limite. «Certains gérants achètent du dollar canadien, du yen ou du franc suisse, car ils ont réalisé que ces deux devises évoluent à la hausse, lorsque le dollar américain et l'euro grimpaient, tout en se protégeant lorsque ces deux devises baissent

 

 

En savoir plus : L'euro sur le tapis vert des spéculateurs ( courrier international), réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat   , Naomi Klein - la stratégie du choc , Les maîtres du monde (dailymotion), Le rôle des marchés financiers, Libéralisation financière, spéculation et crises bancaires, 50 articles pour comprendre les crises financières (26/50) : la ...

 

Le journal Les Echos reste confiant et, sur les marchés, tout va pour le mieux.  Les Echos évoque une hausse du taux directeur de la Fed dès septembre et estime qu'il s'agirait "d'un facteur de tension".

 
Pour tout les populistes, les souverainistes de droite ou de gauche qui s'imagine que des politiques souverainistes comme la sortir de la zone euro permettrait de régler les problématiques liés aux systeme capitalistes est contredit dans ce très bon docu-fiction.
 
 

 
Bye Bye L'Euro Documentaire 2016
Un scenario dans lequel la France sortirait de la zone euro est-il possible ? Est-il souhaitable ? Que se passerait-il si le franc circulait à nouveau dans l'Hexagone, comme le veulent certains économistes et certains hommes politiques ? Ce documentaire met en scène une situation fictive : l'abandon par l'Italie, puis par la France, de la monnaie que l'Europe a mis plus de 20 ans à construire. Des intervenants, personnalités de premier plan ou anonymes, se sont prêtés au jeu et ont tenté de répondre aux interrogations que susciterait un tel changement. Quelles conséquences sur la vie quotidiennes et sur l'économie ? Les participants tentent d'imaginer quelle serait leur réaction.
 

Voir la vidéo Ils font autrement (2): vivre sans l'euro - no Dailymotion  LIRE AUSSI : » BLOG - Les anglo-saxons ont décidéde se payer la France



Que se passerait-il si la France sortait de l'euro ? Ce « documentaire fictif » imagine le scénario et nous plonge, façon film d'anticipation, dans cette grande inconnue — rien, dans les traités européens, ne prévoit le cas de figure. Agrémenté de vrais-faux reportages et interviews (avec des politiques, des économistes, des citoyens), le procédé est concret et percutant, même s'il présente trop souvent ses hypothèses comme des vérités absolues, oubliant que l'économie n'est pas une science exacte.
 
N'empêche, la mécanique décrite est passionnante — et glaçante : avec la sortie de l'euro, la France s'exposerait à une dévaluation brutale, à une perte de pouvoir d'achat, à une hausse de la dette et à une explosion du chômage. Et encore, cela ne serait que la partie « paisible et aimable », prévient l'ex-ministre François Baroin qui, à Bercy, avait commandé une étude sur le coût de la sortie de la Grèce de la zone euro. Car il faudrait également compter sur la défiance des marchés financiers, la spéculation contre la France, les troubles sociaux et politiques à l'intérieur même du pays. Un scénario infernal, à mille lieues des projections controversées du Front national, qui fait de l'abandon de la monnaie européenne la pierre angulaire de son programme économique. — Lucas Armati
 
Année: 2010 - Durée: 1 H 05' 46'' : Bande-son du débat télévisé en direct "C dans l'air" du 7 mai 2010.  ... Voir les articles sur Plusconscient ( les autres articles ( France, l'heure des comptes ...)écouter  également), Aveuglés par notre confiance en l'euro ( courrier international) 
 

Les groupes au parlement européen :

Trois semaines après les élections européenne, les tractations continuent pour constituer des groupes parlementaires. Un jeu d'alliance qui a réussi à Ukip, le parti eurosceptique cf

La petite annonce de mise en se moment. Former un groupe, c'est avoir plus de pouvoir et plus d'argent aussi et pour ce faire, il faut au moins réunir 25 députés issu de 7 pays différents. Les alliances vont bon train, mais il faut se presser. date butoir : le 23 juin. UKIP, le parti eurosceptique britannique a réussi a tirer son épingle du jeux. Les précisions :

Nigel Fargel est content de lui. A la tête du UKIP, le parti pour l'indépendance du Royaume Unis, le britannique a réussi a rallié les opposants à Bruxelles Il est venu former un groupe au parlement, plus précisément composé de 48 membres de sept nationalités différentes. Un groupe plutôt hétéroclite mais unis par une même europhobie. Nigel Fargel clame haut et fort que son groupe va bien s'amuser et donner du fil à retord aux eurocrate européen. Il a su rallier le mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo. L'humoriste italien à lui aussi réussi à faire savoir qu'il ne prend pas tout cela très au sérieux et qu'il espère se payer une bonne tranche de rire au parlement. Malgré ses déclarations fracassante, le groupe percevra comme les autres entre 20 à 30 millions d'euros de subventions au cour des cinq prochaines années. Approché par Marine le Pen, Nigel Fargel a refusé toute alliance avec le Front National jugeant le parti trop antisémite. Un coup dure pour Marine le pen qui devrait comme même monté son propre groupe. Elle a déjà passé une alliance avec le parti pour la liberté du néerlandais Pieter Vilders et trois autres partis eurosceptiques. L'autre grande question qui agite Bruxelles, c'est le résultat du président de la futur commission. Le parti de martin Schulz, le candidat malheureux des socialistes souhaite que son concurrent Juncker soit enfin désigné. Mais le Luxembourgeois ne fait pas l'unanimité. les britannique notamment ne veulent pas de lui. Et même la chancelière allemande n'a pas su convaincre Cameron la semaine dernière. Si Martin Schulz soutien son rival, c'est parce qu'il espère devenir son suppléant et ainsi devenir le porte parole de Berlin à Bruxelles. Cette nomination ne convainc pas tout le monde. Le ministre des finances Gofg chantz a déjà fait savoir qu'il est contre.

 

la patte (  (Londres refuse de participer au Fonds d'urgence européen).
. Alors en ce 9 mai 2010, journée de l’Europe, faut-il suivre la mode eurosceptique ou rester fidèle à la parole d'un de ses pères fondateurs, Robert Schuman, qui clamait le 9 mai 1950 : « L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord des solidarités de fait » ( voir C’était en 1789 ! Et pourtant ! vidéo magnifique humanismeImagine de John lennon, discours de martin Luther King, Le dicteur de Charlie Chaplin, discours de  Bob kennedy )?

 

 

oir de l’Europe ? La crise finie, c’est ce que nous annonçait les économistes, les études, le FMI .  Dans le site : la "Crise Mondiale" a été évitée : «  Plusconscience  Quelle situation économique pour 2010 ? : ,ion (interview d’Eric Toussaint dans « Crise financière - ce que le public devrait savoir. - on Dailymotion »).  (voir Libération, boursorama ( AFP) ) et Le monde . Le risque d'émeutes est sérieux ( les 3 morts en Grèce voir vidéo Libération, déroulement de la manifestation). Le risque de voir les violences des extrêmes ( faces aux crises capitalistes, des politiques et des organisations internationales. La pauvreté depuis 1 an a augmenter partout dans le Monde ( état en Europe). Des économistes avaient prévu ce krach parfait ( Ignacio Ramonet - le crash parfait)

Pour comprendre, il est vraiment intéressant de revoir ces trois vidéos tirés d’un docufiction d’ARTE : « La France en faillite 3 ». cliquez : Vidéo 1,2 et 3 . Un scénario SF catastrophe (pourtant déjà celui de la Grèce) : La Grèce va faire faillite et sortir de l'euro?.
L'Espagne va nous faire plonger dans un nouvel épisode de la crise de la dette souveraine.?

Dette : taux record de l'Espagne, l'Allemagne se tend un peu après Moody's - AFP, boursorama

Les pays Aaa chez Moody's ne devraient pourtant pas trop souffrir de cette décision, puisque "les investisseurs ont peu d'alternatives" en zone euro dans leur quête de placements sûrs, rappellent les économistes chez Crédit Agricole CIB

. France : la chute brutale des crédits accordés illustre le marasme de l'immobilier - google/ AFP :

Pour Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest et auteur de l'étude, il y a trois raisons à cet effondrement: la demande a chuté, des aides publiques ont disparu  et l'offre de crédit s'est réduite en raison des problèmes de refinancement des banques, en vue de l'entrée en vigueur du nouveau cadre réglementaire dit de "Bâle III".

L'avenir ne s'annonce pas plus rose

L’énième sommet européen vient de se terminer révélant d’avantage : L'industrie de la finance n'est plus une perversion du système, elle est le système , Et si Karl Marx avait raison ?Cette crise existentielle (néolibérale) a atteint un sommet vendredi dernier, quand, en  en entendant crier: "la zone euro va imploser, la zone euro va exploser !".Est-ce si grave ? Y a-t-il des arguments définitifs à une explosion de la zone euro ?Malheureusement, oui..

Commençont par la Grèce , la "Grexit : La sortie de la Grèce de la zone euro est de plus en plus souvent évoquée... non seulement par les médias (en particulier allemands) mais aussi par des responsables européens. Comme le rappelle Le Monde, la "Grexit" est tellement sûre que les bookmakers anglais ont carrément cessé de prendre des paris sur elle. The euro in crisis: Groping towards Grexit | The Economist: Traduire cette page, google ,

Les pays européens devront effectivement dire adieu à pas mal d'argent.

Voici une liste (non exhaustive) de ce qui ne sera pas remboursé :
- Le plan de renflouement de l'UE, de la BCE et du FMI de mai 2010 : 110 milliards d'euros
- Le plan de renflouement d'octobre 2011 : 130 milliards d'euros
- Les nouvelles obligations souveraines grecques détenues par des banques et des pays de la zone euro : autour de 25 milliards, peut-être plus
- Les obligations des entreprises grecques détenues par des banques de la zone euro.
- Les dettes accumulées par les banques centrales de l'Eurozone dans le cadre de TARGET 2 : au moins 104 milliards d'euros.

Les plans de renflouement, vous voyez ce que c'est... les obligations souveraines aussi... il y a des chances pour que vous ne sachiez pas ce qu'est TARGET 2 (Trans-European Automated Real Time Gross Settlement Express Transfer System). o


- La Bundesbunk détient à elle seule 101 milliards d'euros de créances grecques.
- Et 615 milliards d'euros, c'est près d'un quart du PIB allemand.

Quant à la France, nous sommes le second pays le plus exposé à une faillite grecque. Le Figaro chiffre ce coût à 58,5 milliards d'euros mais ce calcul ne prend en compte que les deux plans de sauvetage.

Est-il possible d'éviter la contagion ?
Un chiffre nous permet de prendre conscience des "efforts financiers consentis" et "plan de sauvetage" pour sauver la Grèce : jusqu'à présent, c'est 30 000 euros par Grec qui ont été versés par les créanciers du pays et le reste de l'Eurozone (plans de renflouement et décote de 80% des dettes).
30 000 euros...  Une situation que l'on pourrait résumer ainsi : les dirigeants de la zone euro ne peut en aucun cas se permettre de laisser un autre de ses membres s'embourber dans une situation à la grecque.

La situation espagnole :  Le gouvernement vient pour la seconde fois en trois mois de demander à ses banques de "provisionner" leurs pertes potentielles. C'est-à-dire qu'elles doivent augmenter leurs fonds propres (l'argent qu'elles détiennent réellement et qui est censé couvrir la casse) d'un peu plus de 30 milliards d'euros, qui s'ajoutent aux 53,8 milliards exigés par la première réforme, pour faire face aux probables pertes liées aux actifs douteux qu'elles détiennent (actifs immobiliers essentiellement).

Si les banques sont mieux protégées, tout devrait bien se passer, n'est-ce pas ? Sauf que pour satisfaire à ces nouvelles règles, les banques espagnoles ont besoin d'argent. Argent qu'elles n'ont pas forcément. Et qu'elles pourront aller chercher auprès du gouvernement espagnol. Ce qui devrait selon Les Echos aggraver le déficit espagnol : "L'agence de notation Moody's s'inquiète lundi, dans son bulletin hebdomadaire, de l'impact qu'elles pourraient avoir sur les finances publiques. 'Ceci va vraisemblablement alourdir encore le fardeau de la dette publique espagnole, déjà élevée', qui représentait 68,5% du PIB fin 2011, indique l'agence. Ce sont les entités elles-mêmes qui feront leurs provisions mais en cas de besoin, le Fonds d'aide public au secteur (Frob) pourra leur prêter de l'argent, via une prise de participation, ont indiqué les autorités espagnoles".

Et n'oublions pas que dans le cadre du TARP, les banques espagnoles viennent d'acheter massivement des obligations souveraines... espagnoles. C'est vraiment le serpent qui se mord la queue.

La situation de l'Espagne n'est pas la même que celle de la Grèce, elle s'apparente plus à celle de l'Irlande. Ces deux pays sont entraînés vers le fond par les difficultés de leurs banques. La BCE a déjà dû intervenir à de nombreuses reprises pour soutenir les banques espagnoles. "La dette des banques espagnoles envers la Banque centrale européenne a battu en avril le record déjà historique du mois précédent, pour atteindre 263,5 milliards d'euros", nous apprend La Tribune.fr.

Quelle est l'ampleur des crédits pourris détenus par les banques espagnoles. Jusqu'à présent les stress tests ont surtout démontré leur inutilité et leur inefficacité. Or l'état de l'économie espagnole et de son marché immobilier ne cesse de se dégrader (récession, chômage massif...). Les banques espagnoles ne sont pas prêtes de sortir la tête de l'eau.

Je vous parlais un peu plus haut des créances grecques détenues par la Bundesbank dans le cadre de TARGET. Mais voici son exposition au reste de la zone euro. La Bundesbank détient :
- 118 milliards d'euros de dettes irlandaises
- 108 milliards d'euros d'espagnoles
- 89 milliards d'euros pour l'Italie
- 57 milliards d'euros pour le Portugal.

 

Financièrement, l'Allemagne est la première concernée par la crise de l'euro. Elle a beaucoup à perdre d'une sortie de la Grèce. Avec l'euro, nous nous sommes enchaînés les uns aux autres. Si un pays tombe, les autres le suivent. Voilà pourquoi l'Allemagne va être tentée de rompre les fers avant de finir au fond du gouffre.

Une manière pour elle de préparer progressivement son économie à une explosion de la zone euro ? Peut-être. "Encourager les salaires et lâcher un peu de lest quant à l'inflation devraient soutenir la consommation intérieure... Un changement stratégique pour un pays dont l'économie repose en grande partie sur les exportations".

 
 
Apprenez en quelques minutes ce qu'est la création monétaire par le crédit, le système des réserves fractionnaires, et l'article 123 du traité de Lisbonne... sans lesquels il est impossible de comprendre l'origine des dettes publiques et privées qui ravagent l'ensemble des pays développés.

L’euro peut-il disparaître ? Séminaire de La Règle Du Jeu : http://www.dailymotion.com/video/xm6zvm_l-euro-peut-il-di... : L’euro peut-il disparaître ? »

 


Séminaire du 6 novembre 2011
Avec :
Jacques ATTALI, économiste, essayiste, président de Planet Finance

Les matins - Les conséquences de la dégradation de la note des pays de la zone euro :

"Cela devient une routine quotidienne depuis le 16 novembre dernier", nous disait-il hier. "- Intéressons-nous alors peut-être sur d'autres marchés ? Olivier Anger, nouveau rédacteur en chef de Vos Finances, s'est penché cette semaine sur les devises -- et plus précisément sur le cas de l'euro/dollar."C'est un sujet passionnant parce qu'il est paradoxal", explique Olivier. "En principe, la force des devises est liée à leur économie sous-jacente. Or, les perspectives européennes inquiètent plus que d'autres régions dans le monde, ce qui devrait contribuer à faire baisser la valeur de l'euro, et au passage soulager le manque de compétitivité de la zone".

source : Euro, dollar, droit dans le mur ? | La Chronique Agora

Le rapport annuel  (ici en format PDF) de la Cour des Comptes met en garde contre l'explosion de la dette publique, qui pourrait s'approcher de 100% du PIB en 2013. Dans le sillage de la crise, les déficits ont effectivement explosé, mais jusqu'à quel point faut-il s'en inquiéter ?. Extrait « Une évolution imputable à la rigidité des dépenses, plus qu’aux révisions des prévisions d’inflation » « Une augmentation qui devrait être encore forte en 2010 »Les "spéculateurs" peuvent-ils faire chuter la Grèce ? L'entraîner vers la faillite, à la façon de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers, tombée à l'automne 2008 ? Les inquiétudes des investisseurs, liées aux déficits record de certains pays de la zone euro – la Grèce, mais aussi l'Espagne et le Portugal –, entraînent de fortes secousses sur les marchés européens. Mais les autorités politiques et les régulateurs observent aussi d'importants mouvements spéculatifs, à même de faire vaciller la zone euro.

 

L’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) rapport dessus de la cour des compte ICI

 
La spéculation sur les devise par des spéculateurs qui profitent du maillon faible d'un état, pour attaquer sa monnaie et réaliser des bénéficesOn apprenait cette semaine que plusieurs grands noms du milieu des hegde funds, dont le célèbre George Soros ( george soros , . Wikipedia) , ont profité de la baisse du yen sur laquelle ils avaient parié massivement. On parle de près d'un milliards de profit sur ce trade. La tribune , rtl, l'express, Capital révèlent  que George Soros aurait " George Soros a gagné 1 milliard en misant contre le yen fonds souverains - Hedge Funds - Video Dailymotion :  
 
Suivi, à 21h35, d'un débat animé par Jean-Pierre Gratien.
Lucas Armati
 
effet domino.jpg

Nous supposons que c’est ce que feront l’Europe et les Etats-Unis, eux aussi. Ils iront là où est allé le Japon.

 

 : " Le commencement de la fin "

Les politiques font du business, il est normal que les agences de notation fassent de la politique. Elles ont  aussi ce talent particulier de transformer des situations gérables en crises inextricables :  Irlande, Grèce, et Portugal en ont fait les frais. C'est au tour des États-Unis  de connaître la joies du cercle vicieux créé par les pronostics de l'opinion financière :> Le commencement de la fin - Frédéric lordon - La pompe à phynance

 

 

Sur le blog de l'indigné révolté : La crise aux pays des merveilles :

Créer des problème, puis offrir des solutions : La croissance s'est évanouie au quatrième trimestre aux Etats-Unis — ; L'Angleterre, qui a soldé l'effet Jeux olympiques, a vu quant à elle son économie retomber en récession . L'Espagne et l'Italie aussi en dévissant de -0,9%, avec une consommation qui s'effondre dans des proportions abyssales. ».Hollande et le changement! 

Crise de la dette : comment un état peut-il faire faillite ?

 

 

voir La faillite de la première économie du monde ? ,  voir Chronique SPECIALE CRISE DES DETTES suite a l’aggravation en Europe et Etats Unis , 2013, année où les Etats-Unis cesseront de payer leurs factures? Interview de André-Jacques Holbecq sur ICI

 

NB :Plan pour la Grèce : un gros sparadrap qui ne changera rien | Eco89. Devrait on dire maintenant pour tout les pays occidentaux

En s'obstinant à imposer toujours plus d'austérité à des pays en difficulté comme l'Espagne, les dirigeants européens mènent le continent à sa perte, affirme le Prix Nobel d'économie Paul Krugman. 19.04.2012 | Paul Krugman | The New York Times Sur le web The New York Times L'article  original (en anglais) Dessin de Vlahovic, Serbie.Le 14 avril, The New York Times s'est fait l'écho d'un phénomène qui se développe en Europe : le suicide lié à la crise économique, les gens se donnant la mort par désespoir, après avoir perdu leur emploi ou vu leur entreprise faire faillite.

à lire également

 

à lire également

 

Les Italiens et la crise - vidéo Dailymotion

Les Italiens et la crise ZDF  État libéral dégénéré : « […]» L'argent sans foi ni loi 2, mis sur facebook

Je vous en parlais la semaine dernière, deux des trois principales forces politiques du pays (le PDL de Berlusconi et le M5S de Beppe Grillo) ont fait toute leur campagne sur des thèmes anti-euro et anti-austérité. Ce qui exclut, pour le moment du moins, le recours à la BCE, via l'Outright Monetary Transactions (OMT), un mot barbare derrière lequel se cache la possibilité de rachats d'obligations souveraines par la BCE, en échange de mesures de rigueur. Dans un pays qui a ouvertement affirmé son refus de la rigueur, cela risque d'être problématique.

chypre, près de 15 jours après l'élection de son nouveau président, relance son processus de sauvetage qui doit aboutir d'ici la fin du mois. L'île menacée par la faillite, ainsi que par celles de ses banques, a dû accepter un audit sur les fonds qui y transitent et sur des accusations de blanchiment d'argent sale. C'était le principal point d'achoppement pour l'Union européenne qui refusait de renflouer les banques chypriotes, dont la majorité des dépôts proviennent de l'étranger – de Russie principalement.

Seulement, voilà, les solutions proposées par la Troïka (UE, FMI, BCE) ne font pas rêver les Chypriotes. Ont été évoquées :
- une restructuration de la dette de l'île, qui non seulement inquiète Chypre, mais aussi les pays du Sud de la zone euro, qui craignent un retour de flamme et une poussée de fièvre obligataire. Car la restructuration de la dette grecque l'année dernière avait créé moult remous qui n'avaient été apaisés que grâce à la promesse que cette restructuration serait la seule unique. Or voilà qu'une nouvelle opération de ce genre est évoquée...

- des pertes imposées aux plus gros déposants des banques chypriotes. Une nouvelle qui a fait blêmir Nikosi puisque les principaux déposants sont souvent d'origine étrangère, russe et grecque. Commentaire du ministre des Finances chypriote : "Ce serait à la limite du racisme de distinguer les déposants selon leur origine ethnique".

Pour rappel, le pays, déjà endetté à près de 90% de son PIB, doit se refinancer à hauteur de 17,5 milliards d'euros (l'équivalent de son PIB). 

L'Irlande essaie de refourguer une partie de ses dettes à l'Europe. En cause, les actifs pourris de ses banques menacées par la faillite et qu'elle avait acheté en 2008 pour 64 millions d'euros. Aujourd'hui, après la fermeture de plusieurs de ces banques, l'Irlande conserve toujours 28 milliards d'euros de dettes "bancaires". Et c'est ces dettes qu'elle voudrait, en partie, transférer au Mécanisme européen de stabilité (MES), qui est censé pouvoir recapitaliser les banques qui en ont besoin. Seulement voilà, pour le moment, ni l'Allemagne ni la BCE ne semblent très chaudes, arguant que le sauvetage irlandais a eu lieu avant la mise en place du FESF ou du MES, et que celui-ci ne pouvait pas intervenir de manière rétroactive.

L'Irlande est en train de faire passer en force son problème bancaire. En début de mois, elle a liquidé en une nuit une de ses bad bank, l'Irish Bank Resolution Corporation (IBRC) forçant ainsi la BCE à accepter des obligations souveraines à 40 ans plutôt que des liquidités. La BCE s'est défendue en expliquant que l'Irlande était un "cas particulier". Comme la Grèce quand il a fallu restructurer sa dette. Comme l'Espagne, comme l'Italie, comme...

France 2 | Envoyé special | Espagne : la faillite ? : : L'Europe au chevet des banques espagnoles pour sauver le pays en banqueroute après des années de miracle économique. Un espagnol sur quatre est au chômage. Voyage dans un pays qui s'enfonce dans la crise.

 
France 2 | Envoyé special | Espagne : la faillite ?

 

En parlant de l'Espagne, le pays a difficilement réussi à faire passer son déficit de 9,4% en 2011 à 6,7% en 2012. L'objectif était pourtant encore plus bas, à 6,4%. A quel prix s'est fait cette réduction drastique ? Celui d'une croissance en berne (-1,37%), une consommation intérieure catastrophique et un chômage en hausse constante (il a dépassé les 26%, un sommet historique).

 Comprendre la dette publique (en quelques minutes - l'indigné révolté

Une parenthèse : le chômage est un problème européen. Le taux moyen de chômage dans l'Eurozone a atteint 11,9% en janvier dernier, avec des disparités très fortes entre les 26,2% espagnols ou les 7% allemands. Et en France, le taux de chômage est repassé au-dessus de la barre des 10% en 2012...

La confrontation entre les chiffres du chômage espagnol (ou plus de la moitié des jeunes de moins de 25 ans n'ont pas de travail) et la confiance affichée par l'UE au sujet de la solvabilité des banques du pays est plus qu'intriguant. "Bruxelles satisfait de la réforme du secteur bancaire espagnol", titrait Le Monde. Les raisons de cette satisfaction ? Les banques ibériques seraient à nouveau suffisamment capitalisées et ne nécessiteraient pas une nouvelle aide européenne. Il faut dire que plus de 41 milliards d'euros leur ont déjà été versés, et que l'Europe n'a aucune intention de payer encore plus.

La question que nous devons nous poser est la suivante : comment peut-on nous assurer que les banques espagnoles n'ont pas de problèmes de capitalisation alors que l'économie devrait encore être en récession cette année et que le taux de chômage record et la baisse de la consommation entretiennent le nombre de défaut sur prêt aussi bien de la part de particuliers que d'entreprises ?

Le FMI est d'ailleurs bien plus réaliste sur l'état de santé des banques ibériques, comme nous l'apprend L'Agefi : "Dans un rapport publié mardi, le Fonds monétaire international (FMI) souligne les progrès accomplis pour remettre sur les rails les banques de la Péninsule, mais l'institution met aussi en garde sur les risques qui continuent de peser sur l'économie du pays ce qui nécessite de maintenir une surveillance accrue des établissements financiers".

Et il y a la France, très observée car deuxième économie de la zone euro. Le gouvernement a reconnu à demi-mots que les objectifs de croissance pour cette année devraient être revus à la baisse et que l'objectif des 3% de déficit serait intenable. Entre réformes et taxations en hausse, la France se débat pour ne pas sombrer.


Tout d'abord, il faut savoir que l'endettement des états n'est pas nouveau, tout comme les dérives du système capitalisme qui en sont la cause. Il s'est accumulé au fil des ans . Seulement, après la crise financière de 2008, il y a eu une accélération de l'endettement (en particulier car les états ont renfloué les banques), qui amène aujourd'hui cet endettement à des niveaux insupportables, pointés du doigt par les agences de notation financière, auxquelles on peut reprocher néanmoins, en ce moment, un excès de zèle (agences de notation : thermomètre des dérives du système, une sorte de monstre Frankenstein créer par le système capitaliste) .

Ce qui est étonnant, et qui constitue l'ironie de l'histoire, c'est de constater que cette crise arrive à son paroxysme en même temps en Europe et aux Etats-Unis (( L'Europe, d'accord... mais qui parle du risque américain ?, Interview Les agences de notation en quête de crédibilité ? ) .

La crise dans la Zone Euro

Le problème de la zone euro, c'est avant tout une faillite politique (La zone euro dans l'impasse, les bourses en chute libre – expansion). « Les dirigeants et syndicats européens ne se sont pas assez bougés pour aller vers une indépendance économique vis a vis de la finance qui serait désormais indispensable pour sauver la devise européenne. Les dirigeants sont les seuls responsables de la situation. On ne peut plus exclure désormais que la zone euro ne finisse par exploser car les conservateurs - socialiste au pouvoir n'ont pas été capables de prendre la mesure de l'enjeu. « On assiste donc impuissants a un formidable gâchis dû, au marché, à la spéculation, mais au repli sur soi des principales puissances de la zone, incapables de nourrir un projet a long terme pour l'Europe ». On ne peut pas se prétendre européen et faire preuve d’un dépeçage de ses membres ( la Grèce a été vendu deux fois : La Grèce a déjà subi un ajustement très sévère,. Face aux délitements des pays Européen : Une lettre des indignés grec).

 

Dans son article En route vers la Grande Dépression ?, Frédéric Lordon revient sur le début, les conséquences de cette dernière crise débuté en 2008, le parallèle avec la crise de 1929. Gros article assez dense, dont je ne prendrais que des extraits, vous laissant le soin de tout lire (cf voir aussi le résumé  Dans Le plan de sauvetage européen est-il illégal ? by Frédérique Lordon :Les perspectives de croissance mondiale continue à se détériorer rapidement, a la fois pour les économies développées et pour les pays émergents. Ce mois-ci les prévisions de croissance du PIB 2011-2012 ont été dégradées pour plusieurs pays, incluant la zone euro, le royaume uni, le Japon et les états Unis  Une restructuration de la «  dette souveraine »   de la  Grèce et autres pays débiteurs, mais plonge d’avantage les peuple dans la misère, l’injustice et la précarité) Européenne est donc probable, et la zone euro pourrait  glisser vers la récession .. 

Restructuration des dettes souveraines : - Cepii

Après la baisse de la croissance mondiale, la mobilisation du peuple grec  contre les conditions de programmes imposées de refinancement et une montée des oppositions au sein des pays donateurs, il est possible d’une restructuration plus coercitive soit appliquée a la Grèce d’ici fin 2012 et peut être beaucoup plus tôt (printemps 2012, ou même fin 2011).

Pour éviter ou accélérer l’expansion du risque de défaut souverain aux autres pays sous pression, il y a présent des plans de modification des Fonds européens de stabilité financière (FESF). Cependant, avant de pouvoir poursuivre cette dans cette voie, le FESF amélioré (avec une capacité de prêt de 440 milliards d’euros) doit d’abord être approuvé par les 17 membres de l’union européenne, ce qui devrait être le cas à la mi-novembre. 

Même ou a cause d’un FESF amélioré, un durcissement budgétaire et une dégradation budgétaire et une dégradation des conditions de financement devraient constituer des obstacles significatifs a la croissance en Europe et dans le monde.

Sachant cela, voyons l’absurdité de ces plans qui ne sauvent pas le domaine bancaire(les peuples, mais les banques, la finance… comme même lol Les agences de notation baissent la note de l'Espagne et de l'Italie, et menacent la Belgique, Plan pour la Grèce : un gros sparadrap qui ne changera rien | Eco89.) , Certaines des plus grandes banques, par exemple, ont essayé de gagner du temps en sous-estimant la taille de leurs pertes. La Société Générale a défalqué environ 21% de sa dette grecque. Mais M. le Marché nous dit que cette dernière a perdu plus de 50%. Et qu’en est-il des autres ? L’Espagne, l’Italie, le Portugal… Eux aussi enregistrent des pertes considérables.

«Probablement que  tout ça va exploser. Le système a créé une crise systémique de trop. Ils nous parler de les renflouer (banques et états), mais ça ne fait pas disparaître la dette. On la déplace simplement. Même si les Allemands pouvaient — et voulaient — payer la facture, ça ne changerait rien. Elle doit quand même être payée ou passée en pertes et profits”. Mais pas sur le peuple, mais renvoyée sur les responsables (monde financier), système capitaliste ) , changer radicalement le système pour que les peuples n’est plus a subir cela

 

En théorie,. Lorsque les taux de croissance déclinent, la dette s’alourdit. Avec de la croissance, la dette semblerait plus légère et plus petite. Sans croissance, la dette doit être soustraite de la richesse actuelle plutôt que future. C’est exactement ce qu’est un défaut de paiement.

Par ailleurs, les gouvernements  Japonais jouent à ce jeu depuis deux décennies.. Ce qui a permis à l’économie de continuer à fonctionner sous perfusion en le faisant payer au classe les plus pauvres

Euro a une bonne performance, appartient à une des plus grandes zones économiques du monde

L'éclatement de la zone euro, de même que l'effondrement de l'euro, ont été prédits à de multiples reprises depuis 2009 par Paul Krugman, Joe Stiglitz (tous deux lauréats du Prix Nobel), Nouriel Roubini, entre autres éminents économistes américaines, ainsi que par des intellectuels européens médiatisés, tels qu'Anatole Kaletsky, Howard Davies et bien d'autres, moins connus.

s. Depuis l'apparition de la crise de la dette souveraine européenne, en 2010, pas un seul pays-membre n'a abandonné l'euro, et trois nouveaux pays-membres (l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie) y ont adhéré. La zone euro compte donc un total de 19 pays membres. Je pense que d'autres pays y adhèreront au cours des prochaines années, notamment l'Ecosse, la Croatie et la République Tchèque. 

Les informations que reçoivent les analystes américains, plus particulièrement, concernant l'Europe, proviennent de sources britanniques, notamment de ces deux publications basées à Londres : The Economist et le Financial Times.

Or ces journaux s'opposent à l'euro depuis des décennies sur le projet européen composé de l'Union européenne, de la zone euro, de l'euro et de leurs prédécesseurs. Les Américains s'appuient sur Londres en raison de la langue et de la distance qui les empêchent de consulter des sources allemandes, françaises grecques, ou autres, sur le continent. Mais cela biaise leur opinion.

La critique la plus persistante, à l'égard de l'euro, c'est que la zone euro n'a pas de politique budgétaire commune pour accompagner sa politique monétaire dirigée par la BCE. 

Les fondateurs de l'euro savaient qu'une politique budgétaire unique serait nécessaire. Mais, dans les années 1990, lorsque le Traité de Maastricht a été ratifié, "il était trop prématuré de demander aux électeurs européens une entente budgétaire".

Les partisans de l'Union européenne se sont décidés pour cette union monétaire, plus populaire et réalisable à l'époque. L'idée, c'était de faire campagne ultérieurement en faveur d'une politique budgétaire unique et, finalement, de vrais "eurobonds" (garantis par toute la zone Euro). La réponse aux détracteurs de la zone euro n'est pas de la faire exploser, mais de militer en faveur d'une politique budgétaire unique. En résumé, cette approche est celle du "Renforcement de l'Europe".

La zone euro s'est engagée dans un certain nombre d'initiatives correspondant à cette idée de Renforcement de l'Europe. Il s'agit notamment de réglementations bancaires, d'un système d'assurance unique garantissant les dépôts bancaires, et d'une application unique des nouvelles règles de "bail-in" afin de remplacer les "bail-out", conformément aux exigences du G20 formulée lors du Sommet de Brisbane (Australie), en novembre 2014.

Toutes ces mesures associées à une orientation vers une politique budgétaire unique, des eurobonds, et de solides plafonnements des déficits et ratios dette/PIB, renforceront l'Union européenne, contrairement à ce que clament ses détracteurs.

En confondant l'impopularité des bureaucrates de Bruxelles et ce que les citoyens pensent de l'euro lui-même, les détracteurs de la monnaie unique européenne commettent une deuxième erreur d'analyse. Certes, les sondages indiquent que les citoyens méprisent les bureaucrates. C'est comme si l'on demandait aux Américains ce qu'ils pensent de la bureaucratie de Washington ou du Congrès. Ils ne les supportent pas !

Mais lorsque vous posez des questions concernant la popularité de l'euro, il en ressort une tout autre réponse. Les citoyens de la zone euro soutiennent fortement l'euro. Même au sommet de la crise de la dette grecque, en 2015, les sondages n'ont cessé de montrer que 60% de la population grecque était favorable à l'euro. La raison est limpide. Les Européens se souviennent de cette triste époque de la drachme grecque, de la lire italienne et de la peseta espagnole. Ces monnaies étaient sujettes à une inflation continuelle . L'euro est considéré comme un rempart c.

Le nationalisme peut-il menacer l'euro ?
On perçoit une autre menace, contre l'euro : la montée du nationalisme en Europe. Cette montée est réelle mais ses conséquences ne sont pas aussi affreuses qu'on ne le craint. Le vote britannique en faveur du Brexit ne portait pas sur une sortie de l'euro, mais bien sur une sortie de l'Union européenne. Le Royaume-Uni n'a jamais adhéré à l'euro, dès le départ. Il a conservé la livre sterling. Le nationaliste Gert Wilders a démontré une certaine force, lors des récentes élections néerlandaises, mais pas suffisamment pour constituer un gouvernement.

Le prochain grand test, s'agissant des tendances nationalistes présentes en Europe, ce sera lors des élections présidentielles françaises, les 23 avril et 7 mai prochains. La candidate nationaliste, Marine Le Pen, devrait avoir une majorité de voix au premier tour, et accéder au deuxième tour. A ce stade, les électeurs de quatre des cinq principaux partis s'opposant à Le Pen s'uniront autour d'un candidat : Emmanuel Macron, très certainement, qui remportera probablement le deuxième tour, le 7 mai. L'émergence du nationalisme, en Europe, concerne plus l'immigration que l'euro, qui demeure populaire.

Une autre élection importante, cette année, c'est celle qui se déroulera en Allemagne, où un nouveau chancelier sera élu le 24 septembre 2017 prochain. La course sera serrée mais nous pensons qu'Angela Merkel va conserver ses fonctions de chancelière. Même si elle n'y parvient pas, l'euro n'est pas menacé. Le principal candidat sur les talons de Merkel est un socialiste, également favorable à l'euro.

En résumé, le nationalisme est une tendance importante dans la vie politique européenne et il mérite d'être étroitement surveillé. Mais il ne représente pas une menace pour l'euro, ni à court ni à moyen termes.

Les atouts de l'Union européenne
Enfin, les analystes ne devraient pas négliger la dimension, la force et la résistance de l'Union européenne. Selon le classement des Nations-Unies, l'UE est la plus grande économie du monde, avec un PIB de 18 500 Mds$, soit légèrement supérieur aux 18 000 Mds$ du PIB américain. (Le FMI et la Banque Mondiale rangent l'UE à la seconde place, tout de suite après les Etats-Unis).

La population de l'UE est de 508 millions d'habitants, soit bien plus importante que celle des Etats-Unis, qui comptent environ 310 millions d'habitants. Les membres de la zone euro, réunis, possèdent environ 10 000 tonnes d'or, soit davantage que les Etats-Unis, qui en possèdent environ 8 100 tonnes.

En percevant l'UE comme un agrégat de petits pays bien séparés dont certains se trouvent dans une situation économique désastreuse, on déforme l'image de cette force de l'euro. 

Cette opinion est étayée par le fait que la Chine accroit ses investissements directs en Europe et continue de détenir une part importante de ses réserves de change en euros, (et réduit son portefeuille en bons du Trésor américains).

 

Que va-t-il se passer pour l'euro, à partir de maintenant ?
Mais tout est sur le point de faire volte-face. La Fed opère un resserrement dans un contexte de faiblesse économique et court le risque de précipiter l'économie américaine dans la récession. La Fed s'en rendra peut-être compte d'ici cet été, mais alors, les dégâts auront déjà été commis. Nous pensons que la Fed va faire volte-face et passer à l'assouplissement via le "forward guidance" d'ici le mois de juillet, ce qui va affaiblir le dollar et booster l'euro.

Le président de la BCE, Mario Draghi, compte sur le soutien de Merkel pour prendre des décisions difficiles concernant les sauvetages en Grèce et les rachats d'obligations des membres de la zone euro.

Au pire des cas, Draghi opèrera un resserrement de sa politique d'ici juillet, juste à temps pour augmenter les chances de réélection d'Angela Merkel en septembre. C'est ainsi que les banques centrales et les gouvernements travaillent main dans la main en coulisse.

Le risque d’un Le Krach mondial :- blog Claude Dupras «  Le monde est parti pour la crise économique du siècle », déclarait récemment Ryoji Musha, stratège de la Deutsche Bank au Japon, au magazine américain Forbes. Les marchés boursiers sont engagés dans une chute vertigineuse. L’économie mondiale roule inexorablement vers la catastrophe. les solutions de Frédéric Lordon: démondialisation financière » [5] par la renationalisation des dettes publiques (pour ceux qui le peuvent...). …. Saisie flash du secteur bancaire, mutation rapide vers un système non plus étatique mais « socialisé » du crédit [6], renationalisation des dettes publiques et, par-dessus tout, refonte intégrale des structures de la finance . [4] Pierre-Antoine Delhommais, « Merci les marchés et vive la rigueur », Le Monde, 15 mai 2010.[5] Voir : « Et si on commençait la démondialisation financière ? », Le Monde diplomatique, mai 2010.[6] Voir sur ce blog « Pour un système socialisé du crédit », 5 janvier 2009.[7] Voir sur ce blog : « Si le G20 voulait... », 18 septembre 2009 ; aurait pu éviter cette déroute politique et financière. Rien a été fait. Un changement profond du système s’impose. VOIR Révolution virtuelle et révolution réelle

. Un taux de chômage endémique important. Le taux de chômage hellénique atteint 28%, un des plus hauts d'Europe avec l'Espagne. Ce qui explique d'ailleurs le gain de compétitivité enregistré par le pays, la pression sur les salaires étant à son maximum.

 

Comme dans le reste de l'Europe, ce sont les jeunes qui sont le plus touchés, avec un chômage à près de 65%. 2 jeunes Grecs sur 3 ne trouvent pas à s'employer...

 

Les plus optimistes soutiendront que cette situation est provisoire et que le pays est entré dans un cycle vertueux que l'on pourrait résumer ainsi : + de compétivité => + de croissance => + d'emploi. En attendant, les derniers chiffres de l'emploi ne montrent aucun signe d'amélioration.

Le taux de chômage ainsi que la réduction du salaire minimum pèsent sur le niveau de vie de Grecs, et donc sur la consommation. On estime qu'en moyenne, depuis 2008, les Grecs ont perdu un quart de leur pouvoir d'achat.

Quant au modèle économique, il est en pleine débâcle. La mondialisation – et la délocalisation – sont passées par là. . L'industrialisation du pays s'est effondrée au tournant du XXIe s. Selon l'Elstat, l'équivalent grec de l'INSEE, cité par Le Monde, l'industrie textile du pays a vu sa production divisée par deux en 10 ans. Et même l'agriculture est en chute libre, avec une production réduite de près de 20% sur la dernière décennie.

La fonction publique était un important employeur... mais l'austérité a changé la donne. Restent les services, dont le tourisme, mais qui ne peuvent à eux-seuls faire fonctionner une économie dans laquelle les ménages ne peuvent plus consommer.

 

Est-ce ce qui attend l'Europe ? Devenir un parc d'attraction géant pour touristes fortunés venus d'Asie ?

  1. Tensions politiques et sociales grandissantes. Et là encore, ce qui se passe en Grèce laisse entrevoir les conséquences de la crise sur la vie politique  et sociale des pays de la zone euro.

A la faveur de la crise, la contestation politique permet l'émergence de certains politiques extrêmes ou que l'on pourrait qualifier sans trop d'excès de populistes et démagogiques, d'Aube dorée en Grèce au M5S de Beppe Grillo.

 

Pour le moment, ces mouvements n'ont pas à réussi à confirmer sur la durée leur montée en puissance dans le jeu politique de leur pays... mais les tensions grandissantes qui entourent chaque nouvelle élection dans un pays européen est un signe d'éclatement politique qu'il serait dangereux d'ignorer. Les résultats des prochaines élections allemandes seront, de ce point de vue, significatifs alors que les mouvements anti-euro semblent gagner des voix.

Suburbs of Europe

Our special edition

Chelas: not such a dodgy neighbourhood of Lisbon by Filip Jurzyk

European hip hop between Brussels, Amsterdam, Hanover and London by Natacha Cingotti

Beyond Gaudi: exposing the gateway to Barcelona by Carla Manzanas

Six years after riots, French discuss French 'banlieue' by Emmanuel Haddad

Port du Rhin: Strasbourg’s problem suburb (which is also on the border) by Florence Chirié

 
 
 
LAHORDE.SAMIZDAT.NET
 
 
A.C.A.B
 
« Le protectionnisme, ça nous fait gerber »
 
Le protectionnisme, ce n’est rien d’autre que le fait de remettre du libéralisme à l’échelle du territoire légal sur lequel s’abat la prédation d’une bourgeoisie donnée. Le protectionnisme n’a jamais protégé les travailleur-e-s, il a toujours protégé le patronat et la bourgeoisie du pays donné. Ruffin, en ardant promoteur du protectionnisme, prétend se mettre aux côtés de la classe ouvrière tout en étant son farouche ennemi. Ce sont souvent les pires.
 
 
Un livre de F. Ruffn publié aux éditions altéro-mystico-conspis Les Liens qui Libèrent.
Un livre de F. Ruffn publié aux éditions altéro-mystico-conspis Les Liens qui Libèrent.
   
On le retrouve ici répondant de manière condescendante à deux syndicalistes. Ruffin se découvre un désaccord de fond avec la classe ouvrière, celle-là même qu’il appelle sans cesse en vain de le rejoindre :
Fakir, septembre-octobre 2011.
Fakir, septembre-octobre 2011.
    
 
Nous n’avons pas à nous positionner et à choisir entre libréchangisme et protectionnisme. C’est un débat qui ne nous concerne pas. C’est le sens de cet extrait de Marx, qui les met dos à dos:


ce qui nous fait dire "la propriété c'est le vol!"
 
le capitalisme est le règne d'une extorsion invisible, il s'accapare la production collective au profit du détenteur du capital ( capitaliste). Pour cela au court de l'histoire remplaçant la monarchie il se base sur cette idée originellement subjective de propriété privée des moyens de production afin que cette minorité d'exploiteurs vivent sur le travail et les dépenses du plus grand nombre ( le prolétariat ou pour faire court le peuple) ;

Pour notre part, nous voulons la liberté et l'égalité économique et sociale , ce qui signifie abolition du capitalisme ( propriété privée) afin que la production soit géré collectivement ( autogestion) par la base; ce qui signifie que l'économie doit être orienté par les besoins et non par l'idée de profit source de misère et de massacre:
cela sous entend la mise en commun des outils de production.

La solidarité contre la concurrence
 
la publication de Le Comptoir.

Nuit Debout nous donne l'occasion de publier, en partenariat avec plusieurs autres groupes et sites antifascistes, un dossier qui se veut aussi exhaustif que possible sur la galaxie citoyenniste, ses réseaux et ses errements idéologiques. Vous trouverez ci-dessous son sommaire avec des liens cliquables afin de naviguer à l'intérieur aussi aisément que possible. Fruit d'un travail intense qui nous a occupés depuis un mois, nous tenons à remercier tous les camarades qui nous ont aidé à réunir la documentation nécessaire. Bonne lecture !
Au sommaire de ce dossier :RUFFIN ET LORDON, UNE NUIT À DORMIR DEBOUT

Introduction
La Genèse : une opération d'auto-promotion initiée par François Ruffin et Frédéric Lordon
Fakir ou le journal de bord d'un réac
Frédéric Lordon ou la virtuosité bavarde d'un social-chauvin
> « Le protectionnisme, ça nous fait gerber »

 

Rien de tel qu'une bonne préparation, pour résister aux turbulences économiques ^-^... et bien entendu, n'oubliez pas de vous brosser les dents deux fois par jour au minimum ! cf La crise dans les années 30 et Aujourd’hui ( voir Chris Harman), On oublie que ces dettes étatiques proviennent d’une crise financière, et non d’une crise réelle. Elle est donc illégitime. Nous sommes rentrés dans un cercle vicieux grave. , La vraie limite de la croissance ? Solution : " Au lieu de privatiser les bénéfices et socialiser les pertes", faisont l'inverse. L’économie actuelle est restée dans les mêmes erreurs, La Grèce préfigure la Tiers-Mondialisation de l’Europe, La Grèce sort de la zone Euro, vive la Grèce ! - wikistrike.over-blog.com C'est pour cela qu'il faut une insurrection des consciences. Voir Pourquoi l’insurrection des consciences ?   ( mon blog), : Libéralisme, écologie et Europe ( plusconcient.net) Année: 2008 Durée: 24' 16'', Tribune de Yves Cochet : Quel projet pour Europe Ecologie ? Dire la vérité et assumer la décroissance , Les vrais maîtres du monde ??? Serge Halimi sur "Le grand bond en arrière (plusconcient.net) Année: 2004 Durée: 50' 51''

 

La Commission s’active à l’OMC sur les marchés publics  publics 10 octobre / Economie et finance

Pour inciter ses partenaires commerciaux à ouvrir leurs marchés publics à la concurrence, la Commission joue sur plusieurs tableaux. A Bruxelles, elle s’interroge sur une législation. A l’OMC, elle pousse pour l’adoption d'un nouvel accord. Mondialisation excluante, nouvelles solidarités: soumettre ou ... - Résultats

Bye bye l'euro (2015) - Documentaire - L'essentiel - Télérama.fr

Bye Bye L'Euro

(écouter La quadrature de l'euro – plusconcient.net) renforcer par  l’article « Que sera la zone euro demain? » 3 scénarios), , L'Europe, d'accord... mais qui parle du risque américain ?, Interview Les agences de notation en quête de crédibilité ? , voir Chronique SPECIALE CRISE DES DETTES suite a l’aggravation en Europe et Etats Unis et Révolution virtuelle et révolution réelle et sur FB : La faillite de la première économie du monde ?cf voir 09/07 Le FMI offre un court répit à la Grèce, Fitch dégrade la note souveraine de la Grèce, 14/07 Zone euro: le sommet est reporté, 15/07 L'Italie adopte son plan d'austérité, 10/07 Pour Trichet, la crise de la dette est... mondiale, Marché de changes : l'AMF sonne l'alarme ( produit levier qui accentue la crise), Crise financière - ce que le public devrait savoir. - on Dailymotion, Les stratégies et techniques employées pour la manipulation de l'opinion publique et de la société

Les problèmes de l’euro et du système néolibéral ? En savoir plus : 1 pourcent de croissance = un monde triste, Les nouveaux rois des marchés..., 20 minutes pdf du 05/04/2010, Après la crise financière, la guerre civile ? ( ,( Grèce: «Le plan d'austérité va être inefficace et même dangereux» ( interview source Libé), La crise de 2010 plus grave que la crise de 2008 ?
A lire: La dette de l’Europe de l’Est ne sera pas remboursée , L´inflation ou la faillite guettent de nombreux pays

Toutes ces informations ont permis a une élites, a des avertis et initiés  de la finance ( spéculateurs, , hedges funds , , agences de notations , : Spéculation sur le taux LIBOR, La BCE : polique monétaire

Dans Jacques Attali: tous ruinés dans 10 ans ?, il dresse un bilan noir des mesures prises par le conseil européen et critique le « nationalisme » des pays européens face a l’UE. Source: YouTube - Jaques Attali : "La crise ne fait que commencer", Dailymotion - Jacques Attali, France-info, 20 05 2010, pacte de stabilité et de croissance ( vie publique ) et Crise de la dette : "L'Europe est menacée de déclassement"( le monde), les temps modernes :  , Jacques Généreux : "L'esprit de Munich a envahi les têtes de ceux qui nous gouvernent !", travailleurs pauvres en Europe, Suicides : le document qui accuse France Telecom , crise et transition, documentaire « Un autre monde est possible »

 

 
 

Toutes les conditions sont réunies pour une banqueroute générale, Krach Boursier | La Chronique Agora - Part 2, Think Thank - l'indigné, L’Engrenage - Antalya, Think Thank - Citizenkhane, Le crime de la Fed  - Saltabank, " End of Liberty " - l'indigné révolté, The Corporation : Think Thank  - Altermonde, Les thinks thanks - Alterfinance, DE LA SERVITUDE MODERNE - YouTube,

Bye Bye L'Euro

 
 A lire " Modèle Allemand"Bye Bye L'Euro10 mai 1981 - 15 mai 2011 ,..., , Le chômage a une histoire... , La réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat Influence  ). On ne devrait pas avoir le droit de vendre des titres qu'on ne possède pas, cela va à l'encontre de toute morale. Or, un marché sans morale est un marché ( et un capitalisme ) en perdition!

Et à plus long terme?  voir Secours populaire d'Angers fermé: "Nous sommes face à un raz-de-marée de misère"  , Ecouter également Jacques Attali: tous ruinés dans 10 ans ?Crowdfunding ( cf Crowdfunding, économie solidaire communautaire mondiale , une solutions a la crise du ou des système politique ou économique capitaliste ?

La BCE impuissante à éteindre l'incendie sur les marchés – Le point.fr, Les dessous du krach estival – Expansion – express ; Le monde replonge-t-il dans la crise ?Les spécialistes n’arrivent pas a se remettre d’accord sur la crise.

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89 : Grèce, euro : ce que cache la négociation franco-allemande, Une crise financière internationale… l'orage approche, un scénario Globalien, le scénario, entretien de JC Ruffin

Comprendre comment la question de la dette est instrumentalisée : La dette publique expliquée en quelques minutes, MES : le nouveau dictateur européen - daylimotion , Politiques complices de la dette - Youtube, Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France

Pourquoi parler de cela, c’est important : prenons l’exemple de l’Italie. ( voir blog Citizen Khane ) L'Italie, la Grèce… de nombreux pays continuent de payer cher pour emprunter Une mine d'information - réflexion - mobilisation

 

 En savoir plus Les nouveaux rois des marchés... , réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat, Warren Buffett soutient Goldman Sachs et son patron , L'effondrement du dollar fera exploser le système monétaire global ..., L'effondrement du dollar fera exploser le système monétaire global ..., 2009, année de la faillite du système monétaire mondial ( alterinfo)

 Les deux courtes séquences audio disponibles en libre accès ci-dessous Notre dépendance absolue envers le système bancaireplusconscient.net Le second enregistrement (à la suite du premier) contient un commentaire de Nicolas Doze sur l'action de la mi-décembre de la BCE visant à prévenir un credit crunch des banques européennes.Source: YouTube - Faut-il sauver les banques, et à quel prix ? - Frédéric Lordon et YouTube - Nicolas Doze - Les impasses européennes  Ecouter également Fin de l'euro, ce que cela implique, Paul Jorion: le capitalisme est moribond !, Euro, le pied du mur approche,

A voir :  Manager de transition, L'art D'ignorer les Pauvres , Situation du travail en FranceAttention Danger Travail , Aller voir aussi dans  Economie, poitique, sciété | : documentaire, société italieita, manifestationprotestation, crise économique, crise, capitalisme, mario draghi, mario monti, goldman sachs, l’évasion fiscale, etats-unis, dette publique, dette, économie, politique, société

 

Cécile Chevré

Bye Bye L'Euro

 

 
Author Image for Cécile Chevré

Rédactrice en Chef de Défis & Profits
Cécile Chevré est titulaire d'un DEA d'histoire de l'EPHE et d'un DESS d'ingénierie documentaire de l'INTD. Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance.

Elle est également rédactrice en chef de Défis & Profits.

 

Mardi 4 juin 2013

La dangereuse accoutumance aux crises
 Eberhardt Unger
L'AUSTERITE PRECIPITERA LA CRISE - l'indigné

L'AUSTERITE PRECIPITERA LA CRISE - source blog citoyenactif

La Grèce, (sombre) Pythie de l'Europe
 Cécile Chevré

 

Jeudi 7 mars 2013

19/08/2013

Chine. Le nouvel empire.

n
Ne nous en prenons pas aux effets, attaquons toujours les causes !
Bakounine

sans la révolte de l'individu, s'associant à d'autres individus révoltés pour résister au milieu et chercher à le transformer, ce milieu ne changerait jamais.
malatesta
 
C'est à ces requins qui abrutissent et soumettent le monde actuel, qu'ils soient gouvernants de droite ou de gauche, bourgeois ou socialistes étatistes, que la grande idée d'anarchisme ne plaît en aucune sorte.
Nestor Makhno
le 33 rue des vignoles,chronqiue,daniel mermet,foi d’anar,maurice joyeux,mikhail bakunin,documentaires,cnt ait,fai,ifa–

«  Les idées de la classes dominantes sont aussi à toutes les époques les idées dominantes ; autrement dit la classes qui a la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle.  La classe qui dispose des moyens moyens matérielle dispose du même coup des moyens de productions intellectuelle, si bien que , l’un dans l’autre, les pensées de ceux à qui sont refusés qui refusés les moyens de production intellectuelle sont soumises du même coup  à cette classe dominante. Les idées dminantes ne sont pas autre chose que l’expression idéale des rapports matériels dominants, elles sont les rapports matériels dominants saisis sous la forme d’idées, donc d’expression des rapports qui font d’une classe la classe dominante ; autrement dit, ce sont les idées de la révolution ». A voir ce soir : ( mis sur Facebook)

La passation de pouvoir entre l’occident (représenté par les Etats-Unis) à l’Asie principalement (représenté par la Chine) et un peu l’Amérique latine), ne change pas le problème de fonds que sont les systèmes capitalistes, les systèmes impérialistes et les soumissions des travailleurs, des peuples et de l’environnement a travers les ressources fossiles.

L'OCDE se risque à des prévisions long terme pour l'économie mondiale

- L'OCDE, dans ses prévisions à très long terme, retient un taux de croissance de l'économie mondiale de 3% en moyenne.

Mais il y aura des changements majeurs dans la composition du PIB global, notamment concernant la répartition entre les 34 pays de l'OCDE et des huit pays du G20 non-membres de l'OCDE. La Chine et l'Inde verront leur contribution fortement augmenter tandis que celles des Etats-Unis, du Japon et de la Zone euro vont diminuer.

Prévisions de la croissance mondiale selon l'OCDE

 

a Chine connaît une révolutions industrielle accéléré et il faut s’attendre aux conséquences douloureuses

 

 

Le méga »cycle chinois !

La Chine n'avance plus, son cycle est en bout de course.Depuis un mois, les marchés bruissent de rumeurs autour de la fin d'un supposé "mégacycle" des métaux. C'est un dirigeant de Citigroup qui a jeté un pavé dans la marre. La Chine arrive effectivement à la fin d'un cycle économique. Toutefois, il n’existe pas loin d'une cinquantaine de métaux dans le monde, et ils sont rarement utilisés avec la même intensité selon les cycles économiques.

Le défi aujourd'hui, c'est de comprendre vers quel stade de développement avance la Chine. !

Prêtons-nous ainsi à l'exercice de la prospective en répondant à :

  1. Où va la Chine ?
  2. Qui seront ses dirigeants ?
  3. Quels marchés seront privilégiés ?

La croissance à 10% de la Chine ne correspond pas à un idéal que nous, pauvres Occidentaux chétifs grevés de dettes, échouons à atteindre chaque année.

Cette forte croissance correspond à un cycle. Et à chaque cycle, correspond une utilisation intensive d'un métal. L'analyse des précédentes expériences de développement économique a permis d'identifier plusieurs phases, à laquelle certains métaux sont identifiés.

Le premier cycle se caractérise par des investissements en infrastructures de développement, où ciment et matériaux de construction sont abondement utilisés.

Le deuxième par des infrastructures plus légères, utilisant davantage de cuivre.

Le troisième par de l'industrie lourde, où aluminium et fer sont la matière première essentielle.

Enfin les biens de consommation caractérisent le dernier cycle, et consomment avant tout de l'aluminium, du cuivre, de l'énergie et des aciers spécialisés.

Actuellement, la Chine devrait être en train de passer du troisième au quatrième cycle.

Comme le nuance la fin de la citation, l'avenir de la Chine reste encore très incertain.. J'en veux pour preuve les difficultés que traversent actuellement l'économie chinoise. Le ralentissement chinois a conduit certains importateurs chinois à retarder, voire à annuler, leurs importations de matières comme le fer et le charbon. Encore plus inquiétant, la consommation d'électricité, "locomotive" de l'économie, a été de 0% au mois d'avril !

« Au ralentissement économique, le pays peut être tenté d'appliquer les même méthodes que celles qui ont relevé le pays à partir de 2009, à savoir... l'investissement à outrance » !

Ainsi le Premier ministre Wen Jiabao serait sur le point, comme l'a annoncé le journal officiel China Security Journal, de lancer un plan d'investissement dans les infrastructures pour soutenir la croissance.

Est-ce que le système peut encore espérer regarder ( se reposer)  du côté des secteurs qui seront à l'origine d'un nouveau cycle de croissance, comme par le passé

Un nouveau cycle politique s'enclenche il ?
Comment les leaders chinois vont agir pour faire prendre ce virage au pays. Car en parallèle de la gestion d'un nouveau cycle économique, le pays va devoir gérer un nouveau cycle politique cette année.

Lors du 18e congrès du Parti Communiste Chinois, qui doit se tenir en octobre prochain, l'équipe dirigeante laissera la place à un nouveau duo. Si les nouveaux venus sont connus, Xi Jinping deviendra président et Li Keqiang Premier ministre, l'orientation qu'ils donneront à l'économie reste largement floue.

Des pistes commencent toutefois à être identifiées.

Les libéraux regardent-ils vers Pékin ?
Depuis l'épisode de Bo Xilai, sur lequel nous sommes souvent revenus dans l'Edito, l'équilibre politique à la tête de l'Etat a déjà profondément changé.

« Ainsi le gouvernement a lancé une campagne dans Le Quotidien du Peuple en ligne (Magazine en ligne, organe du Parti communiste chinois) pour promouvoir la réforme politique. Comme l'explique Eric Meyer, journaliste installé en Chine, il semble que l'aile libérale soit en train de progresser au sein du parti. La chute de Bo Xilai, entraînant celle de ses alliés, a ouvert la voie aux libéraux représentés par exemple par le leader de Canton Wang Yang. Sans rentrer dans les détails, on peut imaginer que cette tendance pourrait amener à davantage de libertés données à la société chinoise, au moins économique 

C'est d'ailleurs ce qui déjà est en train de se passer. Le Premier ministre Wen Jiabao a mis l'accent dans la presse sur la "qualité" économique de la croissance, en s'engageant à soutenir la consommation des foyers. En parallèle, le gouvernement a ouvert certains secteurs aux investissements étrangers, comme celui du rail, et facilité les investissements étrangers avec le QFII (Qualified Foreign Institutional Investor)».

Reste à savoir comment se comportera la nouvelle équipe au pouvoir.

A court terme, les séries de mesures de relance de l'économie vont soutenir les piliers traditionnels du troisième cycle, comme le producteur de ciment Anhui Conch Cement.

A plus long terme, l'amélioration des services, comme l'eau et l'électricité, va profiter davantage aux métaux liés aux services, comme le cuivre. Ainsi les minières spécialistes des métaux comme le cuivre (réseau électrique et énergie renouvelables) ou le zinc (acier galvanisé) devraient particulièrement profiter de la croissance chinoise dans les années à venir.

De 2011 à 2060, l'Inde et la Chine verront leur PIB réel croître, en moyenne annuelle, de respectivement 4,9% et 3,9% -- des taux supérieurs à celui de croissance mondiale.

Dans le bas du tableau figurent l'Allemagne (1,1%), le Japon (1,3%), la France (1,6%), le Royaume-Uni (2,0%) et les Etats-Unis (2,1%). L'OCDE attribue le déclin de l'apport des pays industrialisés, prépondérant jusqu'à ce jour, au vieillissement de la population qui n'est pas compensé par l'immigration ainsi que par la montée en puissance des pays émergents.

La participation de la Chine dans le PIB global dépassera celle de la Zone euro l'année prochaine, voire dès cette année. L'Inde devrait dépasser la Zone euro dans les 20 prochaines années. Les Etats-Unis seront dépassés par la Chine dans quelques années. La Chine et l'Inde ensemble représentent aujourd'hui 24% du PIB global, et 46% dans 50 ans.

Prévisions de la croissance mondiale selon l'OCDE

Cependant, et ce malgré leurs fortes croissances, les plus grandes économies émergentes ou en voie de développement n'auront toujours pas atteint d'ici 50 ans le PIB par tête des principaux pays industrialisés. Il restera toujours un écart significatif entre les niveaux de vie atteint dans les économies avancées et émergentes.

L'OCDE souligne que ses prévisions à très long terme sont associées à de grandes incertitudes. La comparaison suppose une parité du pouvoir d'achat constante par rapport au dollar américain. Les éventuelles fluctuations du cours des devises ne sont pas prises en compte. En cas de baisse du TWEX (poids du dollar dans le commerce par rapport aux principales autres devises) la pondération prévue entre les grandes régions économiques pourraient être différentes.

Un oeil sur la planète - Chine : Quand la Chine se réveillera, doit-on trembler ? , Afrique, l'ambition chinoise

source : L'OCDE fait des prévisions à 50 ans,

Aujourd’hui, le Grand Jeu se joue principalement entre les Etats-Unis et la Chine, avec la Russie comme appoint. Il ne s’agit plus de coloniser des territoires, ni de richesses minières, mais de zones d’influence, de guerre économique ey politique a travers l''espionage industriel et de pétrole . Les régions en jeu sont presque les mêmes qu’autrefois : l’Iran et le Moyen-Orient, et dans une moindre mesure l’Asie centrale. Mais d’autres zones peuvent intéresser les puissances, l’Afrique (Afrique : un attrait pour...) notamment et toujours l’Extrême-Orient.L'espionnage britannique met en garde contre une Russie "agressive"Le chef du service de renseignement britannique MI5, Andrew Parker, met en garde, dans une interview au Guardian contre les méthodes "de plus en plus agressives" de la Russie et son recours aux cyber-technologies pour s'opposer à l'Occident. 

Plus largement, dans son entretien, Andrew Parker a estimé que la Russie adopte de plus en plus une posture anti-occidentale et a recours à des méthodes non traditionnelles pour y parvenir. "C'est ce que l'on observe dans ses agissements en Ukraine et en Syrie", a-t-il noté. "Mais la cyber-menace rend invisible une bonne partie de ces activités. Cela fait plusieurs décennies que la Russie représente une menace déguisée. La différence, c'est qu'aujourd'hui les méthodes à sa disposition sont de plus en plus nombreuses"', a encore expliqué Andrew Parker.

Nous assistons à un ennième tournant du capitalisme ( néolibérale depuis les années 8O) pour survivre :Afin de palier " la crise du capitalisme " dans les vieux pays industrialisés, ils se tournent vers l'Asie. Mais déjà La Chine, longtemps sous traitant de l'Europe devient trop chère poussant des entreprises ( françaises et étrangères) soit a relocaliser soit à délocaliser dans les pays à plus faible main d'oeuvre.

 

Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-Michel Carré

source  [Chroniques Rebelles] Auteur : CP : , a visionner ici

Samedi 13 avril 2013

dimanche 14 avril 2013

 

 

 

 

Chine. Le nouvel empire

Film documentaire de Jean-Michel Carré

Diffusé le 30 avril à 20h50 sur ARTE

 

Le vent de la mondialisation a tourné et la Chine en profite. Pendant longtemps, elle a joué un rôle de sous-traitant pour les entreprises européennes, mais, d'année en année, elle s'est implantée en Europe et se pose aujourd'hui en recours face aux bouleversements causés par la crise financière. Elle délocalise, reprend des entreprises en faillite, remporte des marchés publics et crée des emplois : en Suède, en France, en Pologne ou en Grèce. Si les entreprises chinoises s'approprient des techniques et des équipements européens, elles apportent aussi leur savoir-faire et leurs méthodes, parfois au détriment du code du travail. A travers des exemples emblématiques, Magali Serre enquête sur ce phénomène.

 

 

 

On vante souvent la réussite économique chinoise et la formation d’une classe moyenne de millions de personnes, mais le tableau n’est en réalité guère réjouissant, c’est celui d’une Chine « devenue un des piliers du capitalisme mondial [qui] suscite la convoitise des dirigeants du monde entier. Sa puissance ainsi que la fragilité de son modèle social sont [autant de] sources d’inquiétudes. » Il en va de même pour le « développement forcené de l’industrie au mépris des règles élémentaires d’hygiène et de respect de l’environnement », qui fait de la Chine le pays le plus pollueur de la planète avec les Etats-Unis.

Ce que dénonçait le livre de Hsi Hsuan-Wou et Charles Reeve, China Blues. Voyage au pays de l’harmonie précaire, le film documentaire de Jean-Michel Carré, qui sera diffusée le 30 avril sur ARTE, en fait la démonstration cinématographique.

LA CHINE, Jean Michel CARRE

 

Revenant sur plus d’un siècle et demi de l’histoire de la Chine, avec pour support des archives rares, Jean-Michel Carré tente de cerner une histoire complexe et contradictoire avec des interlocuteur-es de l’intérieur et de milieux différents qui ont accepté de témoigner à visage découvert. Sont ainsi évoqués entre autres tabous de l’histoire chinoise, « la grande famine qui a résulté de la collectivisation forcée, les massacres de la Révolution culturelle, l’oppression des minorités, la répression des manifestations de Tien An men ». Ce qui prouve que ni la censure, ni le contrôle extrême d’un État policier et totalitaire n’ont réussi à faire taire l’analyse critique. Les entretiens croisés sur l’histoire, le contexte social et politique et la profonde mutation opérée dans un pays qui brigue la place de première puissance économique, laisse entrevoir l’intérêt d’un pays qui pose «  la question sociale à l’échelle de l’humanité toute entière. »

 

 

Avec l’ouverture sur le capitalisme que les autorités chinoises ont entrepris depuis maintenant presque une décennie, il n’est pas étonnant que le Grand Dragon chinois ait connu un boom économique sans précédent qui a fait véritablement décoller sa balance commerciale et forcément le taux de croissance du pays vers des sommets vertigineux qui attisent désormais l’appétit des plus grands acteurs de l’échiquier financier international. En effet, désireux de récolter une part du gâteau, nombre d’investisseurs étrangers, dont beaucoup de français, ont réussi à s’implanter directement en Chine grâce à la politique d’ouverture incitative pratiquée par le gouvernement de ce pays pour attirer les investisseurs étrangers. Des opportunités qui font rêver également des petits patrons de PME ou d’entreprises unipersonnelles qui espèrent trouver en Chine le nouvel eldorado des affaires.

L'Asie est la seule région où des pays ont réussi sur les 50 dernières années à se hisser aux niveaux de richesse des pays développés. Cette croissance a été construite sur un facteur en particulier : le coût du travail.

Zhao Ziyang. Cet homme politique a été Premier ministre pendant les années 1980, période où s'est construite la croissance chinoise. Economiquement (et politiquement) libéral, il avait la confiance du père du modèle chinois actuel, Deng Xiaoping.

Un chapitre entier est consacré aux premières années de son gouvernement. L'ancien Premier ministre explique qu'historiquement, les pays développés ont été amenés à déplacer leurs industries vers les régions où le coût du travail était faible. Voici ce qu'il écrit : "du point de vue asiatique, ce sont d'abord les Etats-Unis qui ont délocalisé leurs industries à main-d'oeuvre vers le Japon [...] Puis les Etats-Unis et le Japon ont délocalisé une partie de leurs industries de fabrication vers les "quatre petits dragons" (Taiwan, la Corée, Hong Kong et Singapour), qui se sont développés à leur tour. Le mouvement s'est ensuite déplacé vers les pays de l'ASEAN" (Malaise, Indonésie, Philippines, Singapour, et Thaïlande).

Et le Premier ministre chinois continue en expliquant que ce mouvement "n'allait pas s'arrêter, et qu'il représentait une occasion à saisir". La Chine l'a saisi, et a vu son PIB être multiplié par 18 entre 1980 et 2010.

 

Le dragon à mille têtes - ARTE Documentaire 2016 HD - YouTube

 

Le dragon à mille têtes [Documentaire] - YouTube

Les trois chapitres du documentaire de Jean-Michel Carré, la Chine s’éveille, la Chine s’affirme et la Chine domine, dépeignent parfaitement la société chinoise qui, partant du socialisme, en arrive à imposer une société ultra libérale où la grande majorité de la population subit l’exploitation, la corruption et la violence. Chine. Le nouvel empire place le public devant une réalité tangible, vécue, grâce aux commentaires des intervenants et intervenantes qui nous renvoient immanquablement à la propagande actuelle sur la mondialisation, le profit et la croissance.

 

La Chine... 30 ans d'industrialisation forcenée et une croissance à plus de 8% en moyenne ont hissé ce pays émergent au rang de 3ème puissance économique mondiale. Du jamais vu…. Le revers de la médaille, c'est que cet "atelier du monde" est devenu le premier pollueur de la planète. Dans l'air ou dans les sols, la pollution décime tout sur son passage : terres agricoles... écosystème... et pire : l'OMS fait état de 300 000 morts par an en Chine ( Changement climatique et santé ( rapports OMS)), sans parler des maladies graves et malformations.rapport OMS, Refugies climatiques )Face à ce constat macabre, le gouvernement a pris des mesures : en 2008, la Chine a alloué 35 milliards d'euros à l'environnement, dans le cadre des plans de relance.En voulant assainir son industrie, la Chine est devenue le premier investisseur du secteur de l'environnement dans le monde -- opérant ainsi sa Première révolution verte.Mais cette victoire est insuffisante... Début 2010, après deux ans d'études, 6 millions de tests et 570 000 travailleurs sollicités, la Chine a découvert son véritable talon d'Achille...La principale source de pollution en Chine est le secteur agricole et ses engrais chimiques -- dont elle est le premier producteur et consommateur mondial.Cette nouvelle va avoir des conséquences à quelques mois de l'élaboration du 12ème plan quinquennal chinois (2011-2016) : la Deuxième Révolution verte chinoise est déjà en marche.. Voir Keny Arkana > Autre Monde Possible, Tous au ciné avec Coline Serreau, CONSTRUIRE UN AVENIR COMMUN

Attendez une minute… Les Etats-Unis sont la plus grande puissance mondiale, ils doivent bien être numéro un dans un domaine. 

Éric Raufaste, spécialiste des systèmes automatisés de raisonnement, tente ici l’examen prospectif d’une société susceptible de connaître des bouleversements technologiques et donc sociaux d’une ampleur et d’une intensité totalement inédits dans l’histoire de l’humanité. Il esquisse aussi les termes d’un modèle possible de vie post-révolution libertaire, plutôt à contre-courant des idées de sobriété. Un élément de plus pour notre réflexion A lire  classes moyenne + soutien au capitalisme ( google) La destruction de la classe moyenne - Le Monde libertaire : 

Le documentaire Aujourd'hui à 20h50Après l’Afrique, l’Europe est-elle devenue le nouvel Eldorado de la Chine ?

la défense. La Chine ne les rattrapera pas, en termes de défense, avant 2025, estime The Economist. Et ensuite ? Que se passera-t-il lorsque la Chine dépensera plus pour son armée que les Etats-Unis ? Hmmm…L'Afrique est une "mine d'or" pour les investissements, selon Pékin : - altermonde Le potentiel de l'Afrique attise toutes les convoitises - citoyenactif, Quand la Chine délocalise en Europe - anarkia

Les filles-dragons - ARTE Documentaire 2016 HD - YouTube

 

 La nouvelle génération des « princes rouges » — rejetons des membres du Parti —, cinquième génération de dirigeants qui suit la même voie que ceux qui les ont précédé, c’est-à-dire celle du développement de l’économie et du contrôle de la politique, devra sans doute lâcher du lest sur le plan social. Car l’absence de récession, l’augmentation du PIB, les grandes parades nationalistes ne suffiront pas à faire oublier à la population le manque de liberté d’expression, la permanence d’un État de non droit qui a certes pour devise prospérité et croissance, mais pour qui ? Le leurre capitaliste a remplacé le leurre socialiste, alors jusqu’à quand ?

 

 

 
Chine, le nouvel Empire (Part (1/3 ,  part 2/3 , part 3/3 ) : La Chine s'affirme - YouTube

 

 : Première partie du documentaire d'arte à propos de la Chine, traitant de Mao et de son ascension. (visionnable avec Youtube Country : French).

Passé l’extraordinaire succès international des jeux Olympiques Pékinois, les affres du capitalisme à outrance développé par la Chine et son économie socialiste de marché refont surface. Du lait contaminé à la mélanine en passant par les suites du tremblement de terre du Sichuan, le gouvernement est critiqué sur tous les fronts ; celui de l’énergie comme les autres avec la publication d’un rapport « le vrai prix du charbon en Chine » (« The true cost of coal in China »).

Ce rapport est née de la volonté des organisations non-gouvernementales Greenpeace, et WWF, associées à la Fondation de l’énergie (« the Energy Fondation ») de financer en 2007 une étude sur les conséquences directes et indirectes de la surexploitation du charbon en République Populaire de Chine.

Le balancier est en train de s'inverser entre l'est et l'ouest. Alors que les régions du Guangdong, le Jiangsu et le Zhejiang, toutes à l'est, ont connu une croissance de 10% en 2011, une ville comme Chong Qing, au centre, a connu 16,4% de croissance.

30 ans après, le centre est ainsi en train de reproduire le modèle de croissance des régions côtières. C'est vers ces régions que convergent actuellement les industries textiles ou de la petite électronique, industries grosses consommatrices de travail.

Comme il y a 30 ans à l'est, les besoins en matières premières, infrastructures, transports sont encore énormes. Et ceux-ci restent encore largement ignorés. Danny Quah, professeur d'économie à la London School of Economics, soulignait en mars dernier que "beaucoup d'étrangers qui admirent les hauts gratte-ciels des villes de l'est ne savent pas que certains villages éloignés dans l'ouest de la Chine n'ont pas de connexion avec le réseau routier ou au réseau d'électricité".

"Vampire du milieu" pour certains, la Chine n'est en pas moins bien dotée en ressources naturelles. Le problème, c'est que ces ressources sont difficiles d'accès. Les régions minières sont pour la plupart situées à l'ouest, dans des espaces montagneux ou désertiques.

The Economist :

“Le pays qui a inventé la boussole, la poudre et l’imprimerie marche également sur les plates-bandes des Etats-Unis en termes d’innovation. Nous estimons qu’en 2011, plus de brevets ont été accordés à des résidents de Chine qu’aux Etats-Unis. La qualité de certains brevets chinois est peut-être douteuse, mais ils vont certainement s’améliorer. Le ‘Rapport sur la compétitivité mondiale’ du Forum économique mondial place la Chine au 31e rang, sur 142 pays, concernant la qualité de son éducation dans les domaines des mathématiques et des sciences, bien au-dessus de la 51e place des Etats-Unis. En ce qui concerne la puissance financière externe aussi, la Chine bat les Etats-Unis à plate couture. Elle a des actifs étrangers nets de 2 000 milliards de dollars ; les Etats-Unis ont une dette nette de 2 500 milliards de dollars”.


 La Chine investit doucement mais sûrement en Europe Depuis 2010, les investissements chinois se sont accélérés. Si la Chine n’est pas encore le principal investisseur sur le Vieux Continent, elle avance ses pions d’année en année. Quand la Chine délocalise en Europe :Economie par Magali SerreMardi 18 septembre de 20:50 à 22:00 sur Arte 

Les Etats-Unis et l'Europe ont bel et bien les poches vides – alors que la Chine se permet de racheter nos commerces, nos entreprises, notre technologie, notre patrimoine...

Comment le géant chinois s'y était pris pour ne pas suivre les autres pays dans la crise financière.
les Chinois se sont tout simplement détournés de nos économies en crise... pour se recentrer sur les marchés asiatiques ultra-dynamiques. La preuve : selon les douanes chinoises, la croissance du commerce extérieur est passée de 22,5% en 2011 à 6,2% en 2012. Ce qui n'a pas empêché le PIB chinois de progresser de 7,8%.

Autrement dit, pendant que l'Occident s'embourbe dans la crise, les Asiatiques se remplissent les poches. C'est précisément la raison pour laquelle je tire aujourd'hui la sonnette d'alarme :

Petite révolution en Bourgogne : un milliardaire chinois propriétaire d’un casino à Macao a racheté le domaine de Gevrey-Chambertin pour 8 millions d’euros. . Si pour le moment les investisseurs se concentrent sur des domaines de taille moyenne, entre 2 et 7 millions d’euros, l’achat de plus grands vignobles pourrait se faire dans les années à venir, explique un professionnel du foncier viticole bordelais.

Luxe, élégance et qualité. La Chine veut se départir de son image de produits “made in China” de qualité moindre. (...).
 

Cerium, terbium, samarium, gadolinium, ces métaux demeurent méconnus du grand public. Pourtant, ils sont présents dans les écrans, les téléphones et jusque dans les billets de banque. Communément appelés «terres rares», ces métaux sont l'objet de luttes économiques âpres. De plus, leur extraction a des conséquences dévastatrices pour l'environnement. Les dernières mines des Etats-Unis ont fermé, laissant la Chine en situation de monopole. Face à la demande croissante, on estime que dans cinq ans, la Chine ne pourra plus répondre à ses propres besoins en terres rares. Maintes opérations de prospection ont lieu : il y aurait des gisements en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, sur la Lune et au fond des mers.

Source : Le potentiel de l'Afrique attise toutes les convoitises, Le système néolibérale : la ‘destruction créatrice, Chroniques émergentes : la Chine a faim de terres,  ‘Destruction créatrice’ et inondation de liquidités, bulles et crises

L'entreprise suédoise Volvo rachetée par le constructeur automobile chinois Geely

Les tracteurs McCormick (Saint-Dizier) rachetés par le fabricant chinois YTO

 

La Chine n'a pas l'intention "d'acheter l'Europe" en crise - AFP: 
La Chine s'est voulue rassurante vendredi, expliquant ne pas avoir l'intention "d'acheter l'Europe" en crise, au deuxième jour d'une visite de la chancelière allemande Angela Merkel, que les autorités ont par ailleurs empêchée de rencontrer des journalistes et un avocat connu
 
La Chinen'a ni l'intention ni les capacités "d'acheter l'Europe", a déclaré le Premier ministre Wen Jiabao Les PDG de Siemens Peter Löscher et de Volkswagen Martin Winterkorn participaient notamment à ce forum, ainsi que le patron du fabricant chinois d'ordinateurs Lenovo, Yang Yuanqing ainsi que le celui de la China Development Bank, Chen Yuan.
 
Wen Jiabao a également cherché à rassurer ses interlocuteurs sur le respect de la propriété intellectuelle en Chine, premier marché mondial de la contrefaçon.
"Bien que nous n'ayons eu que 30 années de réformes, nous réalisons de plus en plus que la protection de la propriété intellectuelle n'est pas uniquement réservée aux étrangers -- elle bénéficie aussi àla Chine", a déclaré le chef du gouvernement chinois.

L'optimisme autour de la croissance chinoise ici contraste particulièrement avec nos visions alarmistes en Europe ou aux Etats-Unis.. Intoxication médiatique me direz-vous ?Ce n'est pas à exclure. Ce matin encore, le Daily China titrait "Le Premier ministre s'engage pour stabiliser la croissance"..

Pourtant Fred n'est pas un apparatchik du parti. Il est, comme il me l'avait rappelé lors de notre première rencontre, un "American born chinese", un Américain d'origine chinoise. .

La Chine semble tout faire en grand. Elle possède la plus grande centrale électrique et la plus longue ligne TGV au monde. Elle possède également les plus grandes toilettes publiques (pouvant accueillir plus de 1 000 personnes) et la plus grande pyramide de la planète.

 Humour 124.gif

Pour vous donner une idée de l'étonnement, imaginez que Libération fasse une une pour les carrés Hermès.

Cette publicité a fait du bruit. D'une part du fait de l'affichage d'un luxe ostentatoire dans un quotidien grand public, d'autre part parce qu'il s'agit du plus grand magasin Louis Vuitton en Chine. Cette passion pour le luxe a même fait titrer récemment du Quotidien du Peuple (), "Pourquoi les Chinois aiment-ils tellement Louis Vuitton ?"

Uune véritable frénésie pour le luxe ici pour la classe bourgeoise citadine qui profite des retombées de la croissance donnée par le régime chinois..

Un marché qui croît de 25% par an
L'année dernière, une étude du groupe financier CLSA centré sur la région Pacifique était venue renforcer l'idée que le luxe en Chine était bien un eldorado, qui plus est durable. Alors que le marché de la consommation ordinaire devait croître de 11% par an, le luxe est attendu en hausse de 25% par an sur les cinq prochaines années.

Cette frénésie avait bien évidemment été suivie par les plus grandes marques. Pour la seule année 2011, Gucci avait ouvert 12 magasins, et devrait en ouvrir 10 de plus cette année.Toutefois le secteur a observé un léger ralentissement de l'activité cette année, dans le sillage du ralentissement mondial. Le marché ne devrait augmenter "que" de 20% cette année, contre 30% l'année dernière. Burberry annonce des résultats en ligne avec cette prévision sur la période septembre-mars.

En regardant les fondamentaux du marché, on ne doute pourtant pas que le marché chinois est promis à un grand avenir.

La Chine reste une terre promise du luxe
Plusieurs raisons vont se conjuguer dans les années à venir pour soutenir la croissance à deux chiffres du marché :

  • Les marchés asiatiques devraient rebondir plus rapidement après le ralentissement mondial
  • La Chine est en train d'abaisser les taxes à l'importation de produits de luxe
  • La transition vers une économie de la consommation assurera au marché une forte progression

Par contre, cette transition va transformer le marché. Seuls les groupes les plus réactifs sauront en profiter.

Le luxe chinois, du "guanxi" au marché de masse
La croissance du luxe en Chine est effectivement assurée, alors que le protectionnisme chinois vis-à-vis de ce secteur commence à se réduire.

En mars dernier, l'ancien ministre du Commerce Wei Jianguo annonçait qu'"il y aura au moins deux rounds de réduction [des taxes à l'importation] cette année sur un grand nombre de produits". Le luxe est un des grands secteurs visés par cette mesure.

Mais si cette baisse des taxes et une probable reprise économique vont soutenir le marché, la montée en puissance d'une consommation de masse va transformer en profondeur ce secteur d'activité. Selon la revue ParisTech, le marché du luxe en Chine a été porté jusqu'ici par des groupes sociaux très différents :

  • La tradition du "guanxi"

Il s'agit du groupe social qui "cultive" ses relations en offrant des cadeaux luxueux.

  • Les femmes

Après le groupe des "deuxièmes femmes", c'est-à-dire les maîtresses couvertes de cadeaux par des personnes haut placées, le secteur est porté de plus en plus par le groupe plus vaste des femmes, qui acquièrent de plus en plus une autonomie financière.

  • Les touristes

Ici même, j'ai rencontré un touriste français d'origine asiatique, conducteur de taxi à Paris, qui demandait au responsable de l'hôtel où se trouvait le magasin Louis Vuitton le plus proche pour rapporter des cadeaux en France.

  • Les cols blancs

C'est cette catégorie qui va faire le bonheur des groupes les mieux installés en Chine. Il s'agit d'une part de la catégorie la plus nombreuse, et qui consommera majoritairement en Chine.

Humour 123.gif 

Quartier des magasins de luxe de Sanlitun, Pékin

Selon Goldman Sachs, c'est l'émergence de la classe moyenne chinoise qui devrait faire passer la part de la Chine dans le marché du luxe de 12% actuellement, à 30% en 2015. Car rappelez-vous, celle-ci ne représente encore que 13% de la société chinoise.C'est l'émergence de cette catégorie qui fait évoluer le marché. Les produits doivent s'adapter à cette nouvelle clientèle chinoise qui, si elle reste fascinée par l'image des marques occidentales, n'en reste pas moins chinoise et asiatique.

Les histoires sur les faux-pas des groupes occidentaux en Chine sont légion. Le cas de Giorgio Armani est éclairant. A l'ouverture de son magasin au début des années 2000, le groupe avait cru bon de placer une immense porte en bois laquée rouge à l'entrée. La porte fut vite retirée devant les protestations. Les clients ne voulaient pas d'un luxe "sinisé", ils voulaient le luxe de Milan.

Aujourd'hui, le marché a changé. Ses évolutions font que les acteurs étrangers du luxe doivent trouver le juste milieu entre leur image occidentale et les goûts asiatiques. Ainsi Bulgari a décidé de valoriser son côté oriental, en mettant en avant sa collection Serpenti. De même, l'horloger Piaget s'est impliqué dans les célébrations de l'année du dragon au côté de la Chine.

D'autres groupes essaient de cibler de nouvelles clientèles. Ainsi Gucci essaie depuis quelques temps de viser la clientèle homme ou enfant.

Les groupes français sont bien positionnés sur le marché chinois. : Une anecdote est ici très révélatrice. Le Comité Colbert, qui réunit 75 entreprises françaises du luxe, a trois attachés de presse. La première est française et basée à Paris. Le second est japonais et basé à Tokyo. Le troisième est chinois, et basé à Pékin. Ce quadrillage du marché a permis aux groupes français de s'adapter rapidement.

Ainsi le président de PPR, François Pinault, a déclaré mardi dernier que son groupe était en train de racheter une marque chinoise. En parallèle, Hermès est en train de développer une marque sinisée de prêt-à-porter, Shang Xia. C'est pourquoi je vous conseille de garder un oeil sur le titre PPR.

Pour les plus aventureux, une marque peut être encore plus profitable. Il s'agit du joaillier Chow Tai Fook. A la peine sur le marché de Hong Kong actuellement, le joaillier possède toutefois un réseau immense de points de ventes répartis dans 320 villes. Ce titre vous offrira une meilleure exposition au luxe en Asie.

 

Avec l’ouverture sur le capitalisme que les autorités chinoises ont entrepris depuis maintenant presque une décennie, il n’est pas étonnant que le Grand Dragon chinois ait connu un boom économique sans précédent qui a fait véritablement décoller sa balance commerciale et forcément le taux de croissance du pays vers des sommets vertigineux qui attisent désormais l’appétit des plus grands acteurs de l’échiquier financier international. En effet, désireux de récolter une part du gâteau, nombre d’investisseurs étrangers, dont beaucoup de français, ont réussi à s’implanter directement en Chine grâce à la politique d’ouverture incitative pratiquée par le gouvernement de ce pays pour attirer les investisseurs étrangers. Des opportunités qui font rêver également des petits patrons de PME ou d’entreprises unipersonnelles qui espèrent trouver en Chine le nouvel eldorado des affaires. NB voir : La Chine, nouvel eldorado...

 

l
 
 
Photo 117.jpg Permettait moi d'en douter, comme le montre cette article :
Le Portugal entame son plan de privatisations avec succès, grâce aux Chinois - AFP :L'intérêt chinois pour les actifs énergétiques portugais s'était déjà manifesté en novembre, avec le rachat par Sinopec de 30% de la branche brésilienne du groupe pétrolier et gazier Galp Energia, pour 3,54 milliards de dollars (2,6 milliards d'euros).
 
Avec trois opérations en trois mois, la Chine a remplacé l'Angola, ancienne colonie portugaise riche en pétrole, au rang de premier investisseur étranger au Portugal, notait le quotidien Diario de Noticias.
Selon Rui Santos, économiste à la banque BPI, le verre peut être vu "à moitié plein ou à moitié vide". D'une part, "il a été possible en pleine crise financière de trouver des investisseurs prêts à investir au Portugal. D'autre part, "la vente d'actifs dans un marché actionnaire déprimé implique nécessairement un sacrifice de recettes".Après la vente du joyau EDP, la suite du programme de privatisations s'annonce plus délicate car "l'Etat doit maintenant relever le défi de vendre des entreprises moins rentables ou qui affichent des pertes", telles que la compagnie aérienne TAP, ajoute M. Santos.
 
"Ce programme de privatisations rend le Portugal plus pauvre et les Chinois plus riches", tranche Paul de Grauwe, professeur d'économie à l'université de Louvain, en Belgique.
En cédant EDP notamment, Lisbonne a fait "un cadeau aux Chinois" et s'est privé d'une source de revenus futurs, victime de "la stupidité des Européens qui forcent les pays à vendre des actifs très rentables à des prix de solde", explique l'économiste. Voir courrier international

Les entreprises japonaises pâtissent déjà du conflit entre la Chine et le Japon. Nombre de commentateurs soulignent le peu de probabilité que le conflit aille plus loin, mettant l'accent sur la dépendance économique des deux pays. Et il est vrai que ces dernières années, cette coopération s'est renforcée. Depuis l'été dernier, les deux empires peuvent échanger leurs devises sans passer par le dollar.

En outre, comme le rappelle Le Figaro : "La Chine est le premier partenaire commercial du Japon, les échanges ayant bondi de 14,3 % l'an dernier, pour atteindre un montant record de 345 milliards de dollars. Et si le Japon importe nombre de produits finis chinois (appareils audiovisuels, téléphones, vêtements), il exporte vers son voisin des machines, des pièces détachées (pour machines ou automobiles notamment) et des composants (comme les semi-conducteurs)".

La grande force des économies asiatiques, c'est d'avoir su être réactives au lendemain de la faillite de Lehman Brother aux Etats-Unis.

Selon Hervé Liévore, stratégiste chez AXA Investment Managers, dès 2009 :

"La Chine s'est démarquée du reste du monde dans la mise en place de son plan de relance, par sa rapidité et par l'ampleur de l'investissement public."

Face à la défaillance de la demande extérieure occidentale, le gouvernement central chinois a fait le pari audacieux de recentrer ses efforts sur la demande intérieure.

Répartition dépenses plan de relance 2009

Source : La Figaro.fr

 

Cette politique économique qui a donné la part belle aux investissements publics a massivement profité à une partie de la population, dont les salaires avaient jusque là peu évolué...

Le boom des revenus en Chine

Source : China Market Research Group

Une classe moyenne en pleine explosion...

Voici quelques chiffres pour vous faire réaliser de quoi l'on parle lorsqu'on dit que la classe moyenne en Asie est en pleine explosion.Le cabinet Ernest & Young prévoit qu'à l'horizon 2020, le nombre de personnes gagnant plus de 30 000 $ par an dans les pays émergents sera plus élevé qu'aux Etats-Unis. Selon l'OCDE, la classe moyenne asiatique devrait représenter 66% de l'ensemble de la classe moyenne mondiale d'ici 2030 alors qu'elle n'en représentait que le quart en 2009.

quels sont les besoins de cette classe moyenne ?

Chine : Dépense de la classe moyenne

Source : fashionnetasia.com

Selon le site fashionnetasia.com, elle va essentiellement dépenser son argent dans la nourriture et l'alcool, les transports et la communication, la santé, le divertissement et l'éducation.

- D'une part parce qu'elle va consommer plus que n'importe quelle autre classe moyenne dans le monde – les entreprises vont donc s'adapter à ses besoins spécifiques.

- D'autre part parce qu'avec l'explosion de cette classe, les exigences sociales et politiques vont donner un nouvel élan à la Chine et aux pays asiatiques.

Alors... un pays émergent, la Chine ? C'est une idée dépassée. Aujourd'hui, la Chine met en avant ses travailleurs éduqués, un savoir-faire éprouvé, des produits haut-de-gamme.

Bref, la Chine redore son blason. Si vite qu'il nous est encore difficile d'y croire.

Et l'enrichissement de la classe moyenne en Chine n'est pas un cas isolé – ce phénomène se répercute dans toute la zone Asie. Si bien que c'est toute une région du monde qui connaît une consommation effrénée...

... pendant que tout une autre (la nôtre !) fait le dos rond "en attendant des jours meilleurs".

Graphique de l'évolution de la consommation asiatique

Source : cam.franklintempleton.com

 

Une ouverture sans précédent sur le marché asiatique !

Si l'on compte large, l'Asie et ses 49 pays pèsent plus de 50% du PIB mondial et représentent 60% des échanges internationaux – du lourd. Et parmi ces pays, les accords commerciaux se multiplient .Il s'agit de l'Association des nations de l'Asie du Sud-est, regroupant l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande, Brunei, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et le Cambodge.

Selon le vice-président de l'organisation du Commerce, Zhang Wei, au China Daily :

"Grâce à la suppression des droits de douane, les politiques commerciales préférentielles et les avantages géographiques, l'augmentation du rythme et de l'ampleur des échanges sera au premier plan mondial et l'ASEAN va devenir le partenaire nº1 de la Chine d'ici 2015".

Le voilà le secret de la résilience chinoise face à la crise : une exposition moindre aux économies occidentales moribondes – et une ouverture de son marché vers les économies en plein boom.

Puisque l'ASEAN et la Chine sont voisins, autant y aller franchement : le commerce entre la Chine et la zone commerciale devrait dépasser les 500 milliards de dollars en 2015 !Et comme si cela ne suffisait pas, la Chine, le Japon et la Corée ont décidé d'ouvrir un second marché commun – dont le PIB représenterait, tenez-vous bien : 14 000 milliards de dollars.C'est 20% de plus que la Zone euro. 

 

 

e niveau d'endettement de la Chine. Il s'est plongé dans les propres documents du gouvernement chinois. , "tous les gouvernements mentent mais ils se mentent rarement à eux-mêmes"). Je n'entrerai pas dans les chiffres mais irai directement à la conclusion : "L'économie chinoise est devenue de plus en plus dépendante de la dette au cours de la seconde moitié des années 2000. En outre, il y a encore plus de financements de dettes hors emprunts, ce qui rend difficile de mesurer avec précision l'augmentation de la dette nécessaire pour soutenir la croissance"... prêts obscurs, effectués hors du système bancaire, e, le résultat est un niveau élevé de la dette totale :"Les niveaux d'endettement au total de la Chine sont encore beaucoup plus élevés que beaucoup d'autres pays d'Asie même s'ils sont inférieurs à ceux de Corée et des Etats-Unis. Toutefois, le niveau de dettes commerciales est le plus élevé au monde, même par rapport aux Etats-Unis".

 Source La Chine fait tout en grand... y compris les dettes

Chine: la dette des ménages s'envole L'endettement des ménages chinois s'envole à un rythme alarmant, dopé par la fièvre des prix des appartements: un phénomène qui illustre les fragilités du système financier et les risques d'un retournement du secteur immobilier au sein de la deuxième économi emondiale.

Les Chinois avaient traditionnellement horreur du crédit, préférant piocher dans leurs proverbiales économies pour leurs grosses dépenses. "Mais cette notion séculaire est révolue", tranche Chen Long, analyste du cabinet Gavekal Dragonomics.

La frénésie consumériste, un crédit extrêmement bon marché et surtout l'envolée des prix de l'immobilier ont changé la donne en quelques années. De jeunes ménages désemparés face au prix des appartements urbains (celui du neuf à Shanghai s'est envolé cet été de 40% sur un an) ou des particuliers soucieux de placements lucratifs n'hésitent plus à contracter un crédit. A telle enseigne que la dette des ménages représente plus de 40% du PIB chinois, contre 28% il y a cinq ans.

Cette embardée du crédit est étroitement liée à la flambée de l'immobilier: de quoi provoquer un effet domino dévastateur en cas de violent retournement du marché, qui se répercuterait sur les taux d'intérêt et jusque sur les cours des matières premières, avec des "conséquences mondiales", s'alarme la banque ANZ.


C'est important parce que si la croissance de la Chine est principalement due aux effets temporaires des mesures de stimulation des dépenses, alors cela jette le doute sur la capacité de l'économie à maintenir ce rythme. Cela signifie qu'à l'avenir, la croissance ralentira.

 

 

Le PIB chinois attendu sous les 8% au 2e trimestre, le pire à venir - Source : Reuters

La croissance économique chinoise devrait passer sous la barre des 8% au deuxième trimestre et la faiblesse de la conjoncture pourrait persister, a dit lundi un économiste travaillant pour le gouvernement. ".

Il y a dix jours, le State Information Center  ( Recherchez des résultats uniquement en français.) , un institut de réflexion affilé au gouvernement, a dit voir un produit intérieur brut (PIB) revenir à 7,5% sur un an , en raison essentiellement de freins pesant sur le secteur immobilier et d'une demande extérieure moins soutenue. .

L'économie chinoise a pâtit d'une demande faible et de surcapacités, ce qui veut dire que les entreprises sont moins promptes à investir et à contracter de nouveaux prêts auprès de banques. "Des mesures de soutien ne doperont pas la demande, même s'il y a de nouvelles baisses du ratio de réserves obligatoires", a-t-il dit.

Le 13 mai, 2012 pour la troisième fois en six mois, la Chine a abaissé les montants que les banques doivent détenir en réserve, augmentant de ce fait leur capacité de prêt de 400 milliards de yuans (48 milliards d'euros), une mesure prise pour éviter le risque d'un ralentissement brutal de la deuxième puissance économique mondiale.

Le gouvernement ne devrait pas lancer un plan de relance de grande ampleur, contrairement à ce qu'il avait fait dans la foulée de la crise de 2008-2009, a poursuivi Wang Jian.

Les autorités seront d'autant plus prudentes dans leur décision en la matière dans la mesure où il y a une transition au sommet de l'Etat, le président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao devant céder les rênes du pouvoir aux actuels vice-président et vice-Premier ministre Xi Jinping et Li Keqiang au début de 2013. 

Si l'objectif reste la croissance, elle ne peut plus être atteinte à n'importe quel prix. La Chine est très fière de son rythme de croissance depuis 30 ans..Si la croissance reste l'objectif le plus important du gouvernement, un changement de modèle est pourtant en cours. Car « les excès de la croissance de ces 30 dernières » années sont de plus en plus dénoncés, avec le soutien d'une partie du gouvernement.

L'avertissement de Wukan
C'est le message que le Premier ministre Wen Jiabao veut faire passer actuellement. La croissance a créé trop d'inégalités et a ouvert la porte à la corruption. Cette prise de conscience n'arrive pas toute seule.

« Les événements récents de Wukan, dans le Guangdong, dans le Sichuan, dans le Liaoning, à Dalian, et plus récemment à Shifang, ne laissent pas de doutes sur une montée des tensions. C'est chaque fois le même scénario : la population se mobilise contre un projet des autorités, en dénonçant la corruption, les atteintes à l'environnement, ou les abus d'autorité. Parfois, l'exécutif tombe, comme à Wukan ».

La pression semble si forte que Pékin entrouvait même la porte à la critique. Si les quelques personnes que j'ai rencontrées ne connaissent pas la réalité du "bond en avant" de Mao, ni le sort de contestataires chinois comme Liu Xiaobo et Ai Weiwei, elles sont intarissables sur les inégalités en Chine et la corruption des hommes politiques.

Le gouvernement reste sur le fil du rasoir
Sentant le vent du boulet, les autorités de Pékin voudraient réorienter la croissance. Encore une fois, cela passe par une lente ''pédagogie'' médiatique. Récemment, la sortie d'une biographie de Deng Xiaoping, le père de la croissance chinoise, a donné prétexte à un journaliste du China Daily de faire ce commentaire "cela fait 30 ans que Deng a lancé ses réformes, et de nouveaux problèmes se posent actuellement [...] les autorités ont réalisé que la croissance à deux chiffres du PIB qui a été maintenu pendant 20 ans [...] va affecter la vitalité de l'économie si elle continue".

Le problème, c'est qu'une réorientation de la croissance signifie une baisse de la croissance. La contestation actuelle, provoquée par les inégalités sociales, pourrait se voir paradoxalement exacerbée par une baisse du taux de croissance sous les 7,5%. Les économistes affirment qu'un passage en dessous de ce seuil signifierait le début d'une destruction d'emplois. Or c'est précisément les prévisions de croissance du gouvernement pour cette année.

Pour éviter de tomber plus bas, le gouvernement vient de lancer plusieurs plans de relance dans l'urgence. Le modèle de « l'investissement à outrance » va ainsi perdurer quelques trimestres de plus, charriant son cortège d'inégalités avec lui.

Les mesures du garde fous du système sont dans un chemin est étroit
Une des pistes qui s'impose pour rééquilibrer la croissance chinoise concerne bien évidemment la baisse des investissements. La banque Nomura analysait récemment que le taux d'investissement était au-dessus des 40% depuis 10 ans, et au-dessus de 50% depuis deux ans. Jamais aucun pays au même stade de développement n'avait atteint ce seuil.

Ainsi, le centre d'analyse Gavekal :la prédit récemment que le gouvernement pourrait viser à long terme un objectif de 36% de taux d'investissement. La consommation intérieure pourrait ainsi prendre le relai. Les deux obstacles actuels seraient alors surmontés : la croissance serait réorientée vers la société, et la dépendance envers l'étranger réduite.

Toutefois le flou domine encore largement. Si la relance actuelle va maintenir à flot le système, à long terme, personne ne sait vraiment ce que va faire le gouvernement. La succession du duo Hu Jintao-Wen Jiabao, normalement prévue pour octobre prochain, semble fortement contestée en interne. Le pire scénario étant de voir arriver à la tête de l'Etat un nouveau duo aux pouvoirs affaiblis.

 

Quand la Chine délocalise en Europe :Economie par Magali Serre Mardi 18 septembre de 20:50 à 22:00 sur Arte CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR OUVRIR LA CARTE INTERACTIVEQuand la Chine délocalise en Europe - VOD - videos.arte.tv, Quand la Chine délocalise en Europe... - RTBF Vidéo 53 min, Quand la Chine délocalise en Europe - VOD - videos ... Quand la Chine délocalise en Europe | Comprendre le monde | fr ... , Extrait - Quand la Chine délocalise en Europe - ARTE VOD,Délocalisations en Europe : revue de presse  

 

 

Chine: le président dénonce les "complots" au PCC

Le président chinois Xi Jinping a dénoncé des "complots" au sein du Parti communiste au pouvoir, fustigeant corruption et fraudes électorales ébranlant le pouvoir, et a appelé à un contrôle idéologique resserré sur ses membres. La position ferme du N°1 chinois fait suite à une réunion la semaine dernière de plusieurs centaines de hauts dirigeants communistes, qui ont conféré à Xi un "rôle central" dans la direction chinoise et appelé à réformer "les normes de la vie politique".

La campagne anticorruption initiée par Xi a déjà puni plus d'un million de membres du PCC. Parmi eux, ceux que le N°1 chinois appelle les "mouches" (les petits cadres) et les "tigres" (les hauts dirigeants), comme l'ex-chef tout-puissant de la sécurité Zhou Yongkang ou des généraux de l'armée, aujourd'hui emprisonnés. Les nouvelles règles annoncées dans leQuotidien du Peuple semblent accroître les restrictions imposées aux cadres communistes, déjà sévèrement renforcées sous Xi.

"Aucun membre du Parti ne doit faire ou diffuser de déclaration allant à l'encontre de la théorie, de la voie, des principes, des politiques et des décisions du Parti", insistent les documents publiés ce jeudi. Ces directives n'imposent cependant aucune déclaration de patrimoine aux dirigeants communistes et ne suggèrent aucune supervision indépendante du PCC.

Chine : le déclin de Wenzhou
Rien ne va plus dans le berceau du capitalisme privé chinois. Frappée de plein fouet par la crise, la ville côtière de Wenzhou, célèbre pour ses entreprises prospères, est en pleine débâcle.

Depuis un an, le vent tourne et les entreprises enregistrent des pertes, tandis que la production stagne. Le gouvernement a relevé les taux d’intérêt et gelé une grande quantité du capital dans les banques d’état.
Des centaines de milliers de personnes ont perdu leur travail. Contraints de s’adapter pour subvenir aux besoins de leurs familles, certains ouvriers s’improvisent conducteurs de pousse-pousse ou vendeurs de fruits et légumes. D’autres travailleurs itinérants retournent chez eux, à la campagne, où la vie est moins chère.
La crise que traverse la région provient du modèle même de développement de Wenzhou, qui repose sur la production massive de marchandises vendues à bas coût avec des marges peu élevées. Gagner le plus d’argent le plus rapidement possible : une démarche à court terme qui a précipité le déclin d’une région qui incarnait le miracle économique chinois.

 

Chine Les Nouveaux Dissidents Des Artistes :

 

Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-Michel Carré - L'indigné Révolté

 

anarchie 12.jpg

 

La liquidation finale et totale de l'État ne pourra avoir lieux que lorsque l'orientation de la lutte sera la plus libertaire possible, lorsqu'ils élaboreront eux-même leurs structures d'action sociale. Ces structures doivent prendre la forme d'organes d'autodirection sociale et économique, celle des conseils libres (anti-autoritaires)
Nestor Makhno



 Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-Michel Carré

 

Espionnage: la justice américaine inculpe 5 officiers chinois - YouTube

Rendez-vous avec X - Les maîtres espions chinois : de Kang Sheng à Zhou Yongkang

Les "grandes oreilles" de Pékin en France : comment la Chine nous ... 

Chine. Le nouvel empire. Film documentaire de Jean-

voir  Rapport Chine afrique, COOPERATION BILATERALE : Quel rapport entre la Chine et l'Afrique, La Chine en Afrique : une réalité à nuancer - Chine, Julien Bokilo » Blog Archive » Genèse de la coopération Chine ..., [PDF]  L'Afrique en Chine, l'autre face des relations sino-africaines, La Chine en Afrique une nouvelle partenaire au développement ( rapport PDF) , rapport de la chine + afrique (report of the China + Africa)

source : Profitez dès maintenant du prochain krach made in China (2) | La ..., , Trois seuils importants | La Chronique Agora, Bulle Immobilière | La Chronique Agora

A voir : Ils sont fous ces Chinois - Vidéo Dailymotion, La Chine s'installe en Afrique ( REPORTAGE COMPLET ) - YouTube, TagTélé - La Chine s'éveille partie 1/3, Un oeil sur la planète - Chine : L'appetit du dragon - YouTube, Pékin Underground (le documentaire) - Vidéo Dailymotion, Documentaire Chine - La Révolution Verte. - Vidéo Dailymotion, Art & Culture :: Documentaire - Globe Painter - La chine , Art & Culture :: Documentaire - Globe Painter - La chine, DOCUMENTAIRE CHINE PRECARITE VILLES 2008 c - Vidéo Dailymotion, Tibet, le mensonge chinois (documentaire) + débat_LCP.2010-03-07 , Attention Danger Travail ,

Mon blog : Le bout de la logique 1 , devise du capitalisme "Tout... ,

A lire aussi : On ne se serrera pas la ceinture pour enrichir les capitalistes ! , Enjeux militaire en mer du japon , le Japon , An Anarchist FAQ - A.4 Who are the major anarchist thinkers? | Infoshop.org , Face à la crise du capitalisme, quelle réaction: nationalisme ou internationalisme? , Les Tribulations d'un Chinois en Chine , Pôle emploi, « infiltré » par France 2 - l'indigné révolté,  Fiche_de_lecture_Lamand-Jarfas.doc, Les 3% impossible a tenir - citizen khane,  » CRISE » DU CAPITALISME : - Antalya, Le chemin qui ne mène nulle... - altermonde


La sortie du "Pont des espions" nous permet également de revenir sur la prestigieuse carrière de Steven Spielberg en 5 minutes chrono. n Spy Game - bande annonce Un vieux routier de la CIA met l'agence a ébullition pour sauver son protéger. Tony Scott qui confond souvent caméra et stroboscope, ressuscite avec brio le triller politique. Watch The Constant Gardener Full Movie HD HBO á - Dailymotion 50 Years of James Bond: The Movie - YouTube Top 10 James Bond Moments - YouTube  
The Avengers 1961 
a musique, l'humour et les jeux de mots font tout le sels de cette série. The.Avengers.1965.S04E09.The.Hour.That.Never.Was. - DailymotionVidéos populaires – Chapeau melon et bottes de cuir The Man From U.N.C.L.E. - 'The Vulcan Affair' - FIRSTand FULL Episode (Aired September 22, 1964)  Espion(s) - YouTube

 NB :    France : maudit patron  Après  Comment cette affaire esr annalisé a l'étranger.  livre dénis français.

patrons français, c'est mal aimé : Un esprit révolutionnaire sans doute, mais la crise emplifie les tensions. Reste que les bonus de 30%, les larges privilèges ne sont pas pour les calmer

 france / allemagne : madame l'embassadrice : Le role de l'embassadeur a évolué. Par le passer, il devait informer, mais cela a diminuer.

 Introduction à l'analyse économique
Marx et Keynes - AgoraVox le média citoyen

Chine - Alertes - IFEXEspions aux cinéma et TV Créé le jeudi 15 septembre 2016

voir  Rapport Chine afrique, COOPERATION BILATERALE : Quel rapport entre la Chine et l'Afrique, La Chine en Afrique : une réalité à nuancer - Chine, Julien Bokilo » Blog Archive » Genèse de la coopération Chine ..., [PDF]  L'Afrique en Chine, l'autre face des relations sino-africaines, La Chine en Afrique une nouvelle partenaire au développement ( rapport PDF) , rapport de la chine + afrique (report of the China + Africa)

Géopolitique par Serge Turquier, Guillaume Pitron Mardi 18 septembre de 21:40 à 22:35 sur France 5 

 

 LA GUERRE DES GRAINES EST DECLAREE Quand la Chine délocalise en Europe - arte TV + 7 (  a voir pendant 7 jours) , La sale guerre des terres rares - pluzz tv ( revoir pendant 7 jours) du mardi 18 septembre 2012 à 21h45, La sale guerre des terres rares

A voir ce soir : ( mis sur Facebook), source : hensozu, anarkia : citizen khane  1, Citizen khane : Tous égaux !hensozu, anarkia :anarkia , l’indigné révolté , citoyenactif, Capitalisme et crise… – citizen Khane, hensozu, anarkia : mis sur Facebook :

Krach en Chine : le danger caché | La Chronique Agorabulle immobilière | La Chronique AgoraLa Chine est-elle en faillite ? [PDF]Les investissements français en Chine - Jurispolis

ARTE Reportage

Articles liés :

21/04/2013

Systèmes bancaires, taux bas

 

n 

 

 "Ce qu'on appelle, non sans quelque niaiserie, la mondialisation doit être diagnostiqué comme un effort collatéral massif de la subordination de l'économie au marché financier central représenté par les Bourses." 

Jean-Luc Gréau

economie,poitique,société,siemens,une vision,réduire les couts,plans sociaux,siemens,alstom,capitalisme,néolibéralisme

Le monde de l'investissement et des profits est gouverné par des dynamiques universelles -- l'offre, la demande, l'avidité... Ces dynamiques sont aussi anciennes que la civilisation humaine. Pour gagner à ce jeu, certains essayent , a travers l'assymétrie de l'information , de reconnaître et d'exploiter ces dynamiques. Nous devons être au courant de cela, non de les nier, pour mieux combattre/ être plus efficace. 

 

 

  Le risque de crédit : C'est le risque de défaillance de l'emprunteur. Il est couru par tout préteur, et pas seulement les détenteurs d'obligations ou d'autres titres de créances. Plus le risque est élevé, plus le taux d'intérêt que l'emprunteur devra payé l'est aussi. Ce surcout représente une prime de risque. Les établissements de crédit qui se sont massivement exposés au risque de crédit ont développé des outils internes pour mesurer ce risque. Ils font appel aux agences de notations. Le role de ces agences d'analyses financière est important et leur activité est "désormais régulée"par L'Autorité des Marchés Financiers et par L'Autoritée européenne des marchés financiers

 

BCE : des taux historiquement bas :

 

Des dollars taux trop faible. Un euro trop fort. La barque centrale a décidé de passer à l'action pour favoriser la croissance. pour ce faire elle a drastiquement abaissé ces taux d'intérêts. une manière d'inciter les banques a prêté d'avantage aux entreprises pour relancer l'économie. Des mesures " inédites" particulièrement saluées par le FMI et par le gouvernement français. Ne vous inquiétez pas, les explications :

 

 

 Europe, le mépris des peuples , Bruxelles business , Argent, sang et démocratie , “Jeu d’influences”, , Mains brunes sur la ville , Du sang sur mes fringues , De la servitude volontaire ; , Les choses de la vie , Duels présidentiels

La politique Budgétaire

  • En situation de haute conjoncture le niveau de la demande globale est trop élevé par rapport à l’offre

globale.

  • L’économie est confrontée à des tendances inflationnistes.
  • Afin d’éviter la surchauffe de l’économie, l’Etat peut alors pratiquer une politique de diminution de la demande globale (réduction des dépenses publiques, hausse des impôts) appelée politique de rigueur (ou politique budgétaire restrictive)
  • Exemple d’une politique de rigueur : Pour réduire les tendances inflationnistes, le gouvernement français a décrété l’abandon de l’indexation automatique des salaires sur les prix et ainsi mis un frein à la hausse des dépenses publiques entre 1983 et 1986.

 

Politique monétaire de la BCE - Vidéo Dailymotion 

 

Le résultat classique des phases de forte hausse suivies de phases d'effondrement du crédit est de transférer la propriété de biens immobiliers et d'entreprises productives de la majorité des gens vers quelques initiés.

la Réserve fédérale existe pour que cela arrive d'une façon qui n'attire pas l'attention du public sur ce qui se passe réellement. Les initiés -- ou toute personne qui sait comment ces choses fonctionnent -- vendent au public lors de la phase d'engouement. La phase de panique puis le krach arrivent lorsque le public se rend compte que tout est déjà joué.


Lors de ces phases de fort recul, les prix s'effondrent et la liquidité disparaît. "Les biens immobiliers et le cours des actions d'entreprises réelles sont au plus bas. Si votre argent n'a pas été réduit à néant par le krach, tous les bons actifs peuvent à ce moment être achetés à un prix compétitif. Le résultat final est que la classe moyenne finit plus pauvre et que les élites politiques/financières finissent par posséder toutes les bonnes affaires".

 

- L'avènement du féodalisme moderne
Cela arrive à maintes reprises sur les marchés financiers. "Les actifs productifs sont lentement amassés par un petit groupe tandis que les revenus de la majorité chutent pour de bon. On peut comparer cela à une sorte de féodalisme moderne où les paysans seraient mieux habillés et possèderaient des iPhones."

Dans ce monde féodal moderne, on ne travaille pas la terre. On travaille sur un clavier d'ordinateur -- si tant est qu'on ait du travail. Et si vous n'en avez pas, l'Etat vous verse un salaire symbolique pour vous empêcher de mourir de faim/travailler.

La principale amélioration apportée par le système féodal moderne est que le roi ne peut vous tuer sans autre forme de procès. Dans le système féodal moderne, seul le directeur général a le pouvoir de vous priver de vie, de liberté et de la poursuite du bonheur.

Le fait qu'une instance supérieure (le roi) ne puisse décider de vous faire mourir d'une mort arbitraire est la meilleure chose qu'ait apporté ce féodalisme moderne. Jusqu'ici, les seules personnes qui sont tuées ainsi sont les terroristes et les étrangers malchanceux qui ne votent pas aux élections américaines.

Pour être juste, quand il s'agit de subsister, il y a beaucoup de calories bon marché dans le monde moderne. Les gens souffrent peut-être de malnutrition avec la nourriture moderne mais ils ne mourront pas de faim. Au pire, ils feront un coma alimentaire ou toute autre grave maladie.

Jusqu'à présent, être un serf financier était supportable. Mais quelque chose a changé après le dernier boom et avec l'effondrement actuel. Lors du krach des valeurs Internet, il y a eu un transfert de richesses. Les gens ont perdu de l'argent certes mais ce n'était pas de l'argent réel. C'était les gains de la bulle, pas des capitaux épargnés pour un plan retraite.

En outre, en réaction à l'éclatement de la bulle Internet, la Fed a abaissé les taux d'intérêt. Dans un documentaire en deux parties, diffusé gratuitement sur YouTube par 13ème Rue, Benjamin Rassat revient sur la création de la Toile et le gonflement de la bulle spéculative avant son explosion, en avril 2000 ( cf Quand Internet fait des bulles sur YouTube )

La politique monétaire mondiale ( La BCE : polique monétaire ) s'est synchronisée. Le résultat de tout cela fut un boom de tous les actifs partout dans le monde. Actions, obligations, biens immobiliers, matières premières... et j'en passe. Quasiment tout a connu un boom.

- Pourquoi la crise actuelle est différente
A présent nous en arrivons à ce qui a changé avec cette phase de recul. La phase d'effondrement a débuté en 2009. Mais les autorités ont rapidement découvert que les choses étaient devenues si complexes et avaient pris tant d'importance qu'une correction/un transfert de richesse normal(e) n'était pas possible.

Si le fait de faire gonfler les actions Internet puis les regarder s'effondrer passe encore, il est moins aisé de faire gonfler tout le système financier mondial puis le regarder s'effondrer, n'est-ce pas ?

Eh bien en fait si, cela pourrait se faire. Mais il y aurait deux conséquences inévitables. La première serait un effondrement de l'économie mondiale. Car à présent tout le système est interconnecté. Un krach financier se transforme en krach économique... exactement la Grande Dépression que veut éviter Ben Bernanke. Mais ce n'est que le début.

Documentaires :

Comprendre l'origine de la crise : 2008 au USA :

04 - Krach financier organisé - YouTube

LA STRATÉGIE DE CHOC PSYCHOLOGIQUE ...

Krach, les dessous de la crise financière mondiale ...

Crise économique,financière et budgétaire: Quelles origines? Quelles solutions possibles?

 

Dans notre société d'aujourd'hui :

 

C'est une journée a marquée d'une pierre blanche : la banque centrale européenne ( BCE) a baissé son taux directeur de 0.25% à 0.15% atteignant ainsi son plus bas niveaux historique. pour la première fois, les banques vont devoir payer des pénalités ( taux de dépôt - 0.1%)

avec un taux de dépôt à moins de 0.1% . cette après midi à Francfort, le président de la BCE a expliquait cette décision/

 

Les investisseurs fuient les pays périphériques de la zone euro (Grèce, Portugal, Italie, Irlande, Espagne...) pour se réfugier dans les bras de l'Allemagne... et même de la France. « La semaine dernière, l'Allemagne a placé des obligations à 3 ans à rendement zéro. Signe que les investisseurs préfèrent encore une fois la sécurité (illusoire) des Bunds allemands à la rentabilité ».

Conséquence de cette émission obligataire à rendement nul, les obligations françaises et leur rendement à 2,41% sur 10 ans (un plus-bas historique) ont suscité l'intérêt des marchés. Les rendements de la dette française sont donc en baisse – puisque la demande est plus élevée.

Il y a aussi l'argent des particuliers... Ce bank run dont tout le monde parle depuis quelques jours. En Grèce, c'est très loin d'être un phénomène nouveau.

Mais les capitaux fuient aussi la zone euro dans son ensemble.

"Récemment, plusieurs dirigeants de grands fonds, et pas seulement anglo-saxons, ont publiquement fait part de leur retraite partielle voire totale d'Europe. Le gérant américain Merk, spécialisé dans les devises, a ainsi annoncé avoir cédé l'intégralité des avoirs en euro de son fonds Merk Hard Currency, afin de privilégier par exemple le dollar singapourien. D'autres, comme Amundi, reconnaissent une extrême sélectivité, sans pour autant sortir des principaux marchés européens, comme l'Allemagne, la France ou l'Italie", nous apprend L'Agefi. , Sauve qui peut !

 

Mario Draghi, président de la BCE : " Nous avons décidé de mettre en place un ensemble de mesures afin d'assouplir la politique monétaire et donc encourager les prêts a l'économie réelle.

 

En claire, il s'agit d'inciter les banques à prêter aux entreprises plutôt que de stocker leur argent à la BCE. Cette mesure vise à relancer l'économie avec des taux très faibles. Cette mesure a été immédiatement saluée par François Hollande. Seulement, il faut savoir si cela marche. Certains économistes sont pessimistes. Selon eux, les prix de l'immobilier et le marché des actions risquent de s'enflammer à nouveau. Comme pour confirmer ces dires, les bourses de Paris et de francfort ont finis en hausse à l'annonce de la BCE. Le dax a même passé la barre historique des 10 000 points. Les investisseurs se frottent déjà les mains.

 

C'est avec beaucoup d'excitation que les marchés financiers attendent la prochaine réunion de la BCE prévue le 6 Juin 2014. En effet, le Président Mario Draghi a annoncé une révision de la politique monétaire. Même l'OCDE et le FMI demandent de nouvelles mesures de relance monétaire. Actuellement, les marchés spéculent sur une baisse des taux d'intérêt de 0,25% à 0,10%, une augmentation de l'inflation et une dévaluation de l'euro, de nouvelles injections de fonds, la hausse des prix des actions et la baisse des rendements obligataires. Alstom s'envole

 

 

> Le commencement de la fin – Frédéric lordon – La pompe à phynance

  le changement dans la continuité" - l'indigné révolté

 

Certains candidats pour l'élection au parlement européen veulent même que la BCE puisse intervenir via une politique de change plus active.

▪ L'ambiance est surchauffée
Les cours des actions sont déjà tout près de leur plus hauts historiques, les rendements à 10 ans près de leur plus bas historiques et la courbe des taux est par conséquent déjà très plate.
Qui n'investit pas au taux d'intérêt de 0,25% ne le fera pas plus à 0,10%. Sur le marché des devises, ce n'est pas l'euro qui est fort mais plutôt le dollar qui est faible en raison des problèmes causés par le surendettement aux Etats-Unis (déficits jumeaux).

▪ Après les élections au Parlement européen, les vieilles rengaines se font de nouveau entendre :

 C'est ce qui a poussé la BCE, lors de sa réunion à Sintra au Portugal, de rendre sa politique monétaire, déjà ultra-expansive, encore plus agressive. La politique monétaire doit compenser les lacunes de la politique budgétaire. En plus, on demande à la BCE une politique active des taux de change qui devrait aussi apporter un nouvel élan. C'est ainsi que la formation de nouvelles bulles est alimentée, ce qui débouchera sur de nouvelles crises.

L'étude des effets possibles d'une telle tendance donnent à réfléchir. On ne peut pas en espérer des conséquences particulièrement positives sur l'évolution économique dans l'Union européenne ni dans la Zone euro. Au lieu de s'élancer, le "train" échoue sur une voie de garage.

L'assouplissement quantitatif à tout crin est considéré comme la panacée. Les dettes ne se comptent plus en milliards, mais en milliers de milliards. On espère que les plans de relance financés à crédit (deficit spending) vont inverser la tendance alors qu'ile ne servent qu'à alourdir le service de la dette qui atteint déjà des niveaux astronomiques. Au Japon, 25 ans de deficit spending et d'innombrables programmes de relance n'ont rien changé et la dette nationale atteint, aujourd'hui, 250% du PIB.

Le plus étonnant est que seuls quelques économistes soulignent les dangers du financement des dépenses gouvernementales à l'aide de la planche à billets. Les politiciens, voulant éviter des remettre en question le dogme néolibéral, prennent, en s'endettant davantage, le chemin de la facilité, même si reporter le problème sur les générations futures est irresponsable et immoral... Après moi le déluge !

▪ Et les conséquences ?
 Une baisse des taux pourrait un peu aider au financement des budgets publics, mais réduira encore plus la marge de manœuvre pour une relance « hypothétique de la croissance » qui est déjà très basse. Tant que l'offre de crédit dans la Zone euro restera faible, la BCE continuera une politique expansive active.

Pour comprendre ce qui va suivre, une explication du fonctionnement de la Banque Centrale Européenne ( BCE) et la FED : mènent leurs politiques monétaires principalement en intervenant sur les marchés financiers pour augmenter ou baisser le cout de l’argent pour les banques commerciales. Elle fait notamment varier son taux de refinancement, lequel représente le taux d’intérêt que la BCE accorde aux banques commerciales qui souhaite emprunter de l’argent. Les banques commerciales répercuteront en effet sur leurs propres clients le cout du refinancement auprès de la BCE. Le taux de refinancement est le directeur de la BCE, le prix maximum auquel les banques sont assurées de pouvoir trouver des ressources financières. L’argent qu’elle emprunte a court terme à ce taux sera prêter à court, moyen ou long terme aux acteurs de l’économie (entreprises, collectivités, ménages..) à un taux plus élevé. La différence entre les taux constitue la marge de la banque. Global rates.com : «  taux de financement de la BCE au 20 avril 2011, 1.25%) voir aussi Source :Le fabuleux destin des 489 milliards d'euros prêtés à du 1%, Taux de la BCE, taux refi, taux de refinancement de la BCE source Global-rates.com

citation : « Le problème du [principe du] ‘trop gros pour couler’, c’est qu’il a fait de la société — et plus précisément du contribuable — l’otage de la survie des institutions financières individuelles… Les milliards [d'euros] des contribuables engagés pour secourir des institutions supposées systémiques a porté un grave coup à la confiance dans le système du libre-échange… ce qui s’est à son tour transformé en menace pour les sociétés libre » voir aussi Journaliste contre BCE - VOSTFR

Oui, c'est vrai, cher lecteur, le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, refait marcher la planche à billets. C'est très mauvais. Mais cette fois-ci, une fois les billets imprimés, il les expédie en Europe. C'est fou mais c'est comme ça. Comment ?. Par la quantité de swaps monétaires sur le bilan de la F

De quoi s'agit-il donc ?

Techniquement, les swaps sont des échanges d'une devise contre une autre.

Fonctionnellement, c'est un emprunt

En règle générale, l'une des deux parties paie un intérêt à l'autre partie du swap -- cela dépend des différentiels entre les taux d'intérêt en cours entre les deux devises. Au cours de « la crise 2008-2009 », la Fed a fourni près de 60 milliards de dollars sous cette forme de crédit à diverses institutions financières. Finalement, parce que les conditions de crédit se sont améliorées, les emprunteurs ont débouclé ces swaps, ce qui les a fait disparaître complètement du bilan de la Fed... jusqu'à l'année dernière.

La Fed est en train d'accélérer à nouveau son activité de swap. Comme nous l'avons souvent remarqué, le fait qu'une banque centrale ne puisse pas fournir d'assistance directe, manifeste, à une banque d'investissement ou à un Etat insolvable n'est pas un problème en soi, puisqu'une banque centrale peut toujours fournir une assistance indirecte, déguisée.

La preuve ? Le "sauvetage déguisé" récemment annoncé des institutions financières européennes. La Banque centrale européenne (BCE) ne peut pas directement renflouer les gouvernements insolvables de Grèce, d'Italie, d'Espagne, du Portugal, etc... De même, la Réserve fédérale ne peut pas directement sauver les banques insolvables européennes

On en vient donc aux renflouements indirects... Voici comment ils fonctionnent :

La Fed ouvre des lignes de crédits illimitées à la BCE sous ce que l'on appel un crédit swap. A son tour la BCE fournit les capitaux pour trois fois rien aux banques européennes en difficultés. Puis les banques prenant une contrepartie tactic- utilise se financement a bon marché pour acheter des bons a fort rendement de la Grèce, de l'Italie, de l'Espagne...etc ( « Le marché obligataire a fini en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé. » - source Wall Street finit sans direction mais confiante AFP). C'est la prime de risque lié au crédit que la banque s'octroi. Comme le risque auguement, la prime aussi et la spéculation aussi.

Si l'on suit donc le parcours de l'argent, la Fed prête de l'argent à la Grèce... et en passant les banques européennes insolvables gagnent de l'argent qu'elles ne méritent pas, tandis que les contribuables perdent de l'argent qu'ils ne méritent pas de perdre. voir Libéralisation selon Monti

 

 

Pour l'instant, c'est la liquidité qui influence les marchés financiers, bien plus que les facteurs fondamentaux. C'est pourquoi les cours sont tous artificiellement gonflés. A court terme, la politique monétaire ultra-expansive augmentera la volatilité. Les marchés boursiers et obligataires sont fondamentalement considérés comme des marchés haussiers très matures. Il n'est plus certain que les reprises, tant espérées, du développement économique et des bénéfices aient véritablement lieu. Les risques à moyen-long terme, auxquels personne ne fait attention dans l'euphorie actuelle, augmentent.

 

La France vient d'interdire toute transaction en espèces sur son territoire ; l'utilisation et la détention d'argent liquide seront sévèrement sanctionnées. Les guichets des banques françaises ne sont plus autorisés à distribuer/encaisser des espèces..

.

Nous nous acheminons lentement mais très sûrement vers une "société sans cash". Une société sans argent liquide dans laquelle toutes les transactions seront numériques." L'utopie des politiques et des banquiers et en train de devenir réalité"

.

La Suède est la plus avancée dans ce processus d'éradication des espèces. (...)

 .

Sur ces questions, la France se veut fer de lance au coeur de l'Europe 


Il y a quatre mois, Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac ont écrit une lettre aux commissaires européens qui préconise la suppression des billets de 500 euros, ceux-ci étant "très répandus dans les trafics illicites". Objectif affiché de nos deux ministres : lutter contre "les différentes formes de fraudes", fraudes fiscales et blanchiment d'argent sale. Les coupures de 500 euros permettent de transporter discrètement de grosses sommes d'argent...

 En février dernier, le Comité national contre la fraude a réuni plusieurs ministres dont monsieur Cahuzac. Au sortir de ce comité, Jean-Marc Ayrault annonce vouloir abaisser le plafond des paiements en espèces à 1 000 euros dès 2014 (contre 3 000 euros aujourd'hui). Je rappelle au passage que les achats d'or physique en espèces sont déjà interdits. Et que tout paiement de salaire supérieur à 1 500 euros est également interdit

.

L'étau se resserre...

La Commission européenne travaille sur la question. Son projet de directive vise à rendre suspect tout paiement en espèces de plus de 7 500 euros. Un paiement en espèces supérieur à ce seuil vous fait entrer dans le champ d'application du GAFI (Groupe d'action financière international de lutte contre la fraude fiscal, le blanchiment d'argent sale et le terrorisme)

.
En Belgique, le plafond des paiements en espèces a été ramené l'an passé de 15 000 à 5 000 euros. Et il devrait être abaissé à 3 000 euros en janvier 2014

En Grèce il est de 1 500 euros pour les personnes privées (3 000 euros pour les entreprises). En Italie, Monti l'a abaissé déjà à 1 000 euros pour tous. En Espagne, le particulier ne peut faire de transaction en liquide supérieure à 2 500 euros..

.

Les raisons évoquées pour justifier leurs décisions sont louables (lutte contre le blanchiment d'argent et lutte contre la fraude fiscale) ;

.

L'Allemagne pour l'instant encore fait de la résistance. (...) ..

.

Pourquoi vous êtes directement concerné
L'argent liquide est gratuit. L'argent numérique en dépôt à votre banque ne l'est pas. Frais de garde, frais d'émission de chèques, frais de transactions de carte bancaire, frais de virement. Les banques jubilent... Votre argent travaille pour elles, dans tous les sens du terme.

Vous ne pourrez donc plus vous affranchir du système bancaire (au sens large). Une forme de restriction de liberté malgré tout..

.

Fini la "liberté de faire" sans marquage. Grâce aux paiements électroniques ou chèques, vos transactions sont exhaustivement tracées et archivées ad vitam aeternam. Votre espace de liberté et d'intimité se réduit

.

Bientôt viendra un jour où détenir des espèces fera de vous une personne suspecte. Les propos du ministre des Finances allemand Schaüble, qui qualifie les espèces de "moyen de paiement non-transparent" vont dans ce sens

.

  volonté des politiques :

- d'empêcher la fuite des capitaux,
- de surveiller toutes nos transactions
- d'élargir la base taxable et d'en avoir à tout instant la maîtrise totale (répression fiscale)
- de risque potentiel d'expropriation (comme le prouve la décision unilatérale et sans préavis de mettre la main sur les dépôts chypriotes)
- d'empêcher de mesurer la réalité de l'inflation (un débit qui augmente un peu sur une carte passe inaperçu alors que le constat qu'un billet ne suffit plus pour acquérir tel bien se voit

 

 Le monde de l'investissement et des profits est gouverné par des dynamiques universelles -- l'offre, la demande, l'avidité... Ces dynamiques sont aussi anciennes que la civilisation humaine. Pour gagner à ce jeu, il s'agit de connaître  ces dynamiques, non de les nier

 

les propos tenus ce samedi par Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France.

Grâce à la dernière réforme bancaire :

 

"Nous pourrons restructurer une banque, vendre une activité ou la fermer. Nous pourrons aussi remercier les dirigeants, nommer un administrateur provisoire et influer sur la stratégie de la banque." Et comme "Le système bancaire chypriote représente huit fois le PIB du pays", "Jamais la France ne pourra connaître une crise de même nature et de même ampleur", CQFD

.

Des commentateurs indépendants  ont implacablement démontré l'inanité de la loi bancaire – qui refuse de séparer les activités bancaires traditionnelles des activités de marché – au regard des objectifs affichés, à savoir sécuriser l'épargne des Français en séparant

.

En votant la réforme la moins ambitieuse au monde, nos dirigeants ont préféré mettre un énième coup de pied dans la boîte de conserve ("kick the can down the road", disent les Américains) plutôt que de prendre à bras le corps les questions qu'implique l'état du système bancaire français. Nul étonnement, donc, que des présidents de grands groupes bancaires se soient félicités de cette loi.

 

Systèmes bancaires français et chypriote : une comparaison dénuée de fondement ?

L'actuaire Olivier Berruyer rappelle quelques vérités 

 

:

·     Le système bancaire français est extrêmement concentré : les 4 plus grands groupes bancaires français que sont Crédit Agricole, BNPP, SocGen et BPCE représentent 78% du secteur (les 2 premiers groupes en représentant à eux seuls la moitié) ;

·     La part des produits dérivés au sein de la banque d'investissement des groupes Crédit Agricole et BNPP est plus importante qu'elle ne l'est chez Morgan Stanley et Goldman Sachs ;

·     La France a ainsi le triste privilège d'être le terrain de jeu de 4 des 28 banques "systémiques" recensés par le G20 ; 

·     Enfin, le système bancaire français est certes moins hypertrophié que ne l'est son homologue chypriote (8 fois le PIB, selon M. Noyer), mais sa taille a tout de même quasiment doublé en 10 ans en euros constants, pour atteindre environ 9 000 milliards d'euros en 2012. Le PIB français étant d'environ 2 000 milliards d'euros, le secteur bancaire français représente ainsi 4,5 fois notre PIB (4 fois selon L'Agefi du 29 mars). C‘est moins qu'à Chypre, mais tout de même au troisième rang européen juste derrière les Pays-Bas et devant l'Espagne&hell ip

;

De quels moyens la France dispose-t-elle réellement pour faire face à un éventuel problème bancaire ou assuranciel ?

 

Fin 2010, le Fond de garantie des dépôts (FGD), qui prétend assurer chaque déposant à concurrence de 100 000 euros par établissement, comptait moins de 2 milliards d'euros de trésorerie disponible immédiatement face à des dépôts qui se montaient à l'époque à un peu moins de 1 600 milliards d'euros. Sans prise en compte du fait que le FGD est lui-même exposé au risque de marché, le rapport était alors précisément de 1 euros garanti pour 825 euros de dépôt

s.

Quid de l'assurance-vie ?

 

Le Fonds de garantie des assurés contre la défaillance de sociétés d'assurance de personnes (FGAP) prétend assurer chaque souscripteur à concurrence de 70 000 euros par société d'assurance. En janvier 2013, les Français détenaient 1 400 milliards d'euros en assurance-vie. A ma connaissance, la seule information publique concernant la trésorerie du FGAP est l'obligation qui lui est faite en vertu de l'Article R423-13 du Code des assurances de "disposer en permanence d'un montant global de ressources égal à 0,05% du total des provisions mathématiques constatées au 31 décembre de l'année précédente pour l'ensemble des entreprises".

 

Avec des ratios si faibles, on peut légitimement s'interroger sur la véritable raison d'être du FGD et du FGAP. En cas de tempête, ces prétendues bouées de sauvetage ne tarderaient pas à se dégonfler, laissant apparaître la véritable vocation de ces fonds : avoir contribué à faire régner un climat de confiance vis-à-vis des épargnants en vue d'éviter un bank run précipitant la réalisation d'un scénario catastrophe

.

Mais Monsieur Noyer se veut rassurant (c'est notamment en cela que consiste le métier de gouverneur de la Banque de France). Il proclame que "Jamais la France ne pourra connaître une crise de même nature et de même ampleur [que Chypre]" et que l'hypothèse de "banques françaises fermées plusieurs jours" n'est envisageable qu' "en théorie"

 

Un krach financier signifie la fin du système monétaire mondial actuel. La dévaluation du dollar américain a joué un rôle essentiel dans le boom du crédit. Mais elle a sapé la stabilité du système du dollar. Qui dit krach du système dit krach du dollar. Qu'est-ce qui arrive après le dollar ? On peut parier que ceux qui bénéficient du système du dollar -- la Fed -- ne veulent pas le savoir.

Mais la conséquence la plus grave du krach du système -- beaucoup plus grave que l'écran bleu de la mort de Microsoft -- est que des personnes réelles voient leur vie réelle réellement voler en éclats. Lorsque les économies de la classe moyenne sont détruites via des krachs boursiers, des krachs immobiliers et de l'inflation, les gens finissent beaucoup plus pauvres. Et il ne s'agit là que de la classe moyenne. Les plus pauvres qui ont vécu le krach ont vu leur situation devenir pire qu'elle ne l'avait jamais été.

Terminons cet exercice de pensée ici. Il n'est pas possible que quelqu'un souhaite les conséquences d'un krach du système, n'est-ce pas ? Les seules personnes qui pourraient souhaiter une telle chose sont celles qui voient en cela une occasion de construire un système mondial anti-démocratique à partir des ruines du système actuel...un système avec un seul gouvernement et une seule monnaie et une seule loi qui ne s'applique qu'à ceux qui sont gouvernés et pas aux faiseurs de règles ni aux faiseurs d'argent.

.

Sauf que voilà, "il vient de se produire [...] en zone euro quelque chose qui était impensable, qui ne devait jamais arriver" déclarait récemment Nicolas Doze sur BFM. "Un truc de fou", si vous préférez les mots de Stéphane Soumier. Dans un article publié la semaine passée, Yannick Colleu dressait d'ailleurs la liste de ces évènements "qu'un scénariste n'aurait pas osé écrire" : Madoff, Bear Stearns, Lehman Brothers, traficotage des comptes grecs par Goldman Sachs, affaires MF Global et PFGBest et manipulation du Libor

.

Au vu de cette liste, on aurait apprécié un peu de circonspection de la part du gouverneur de la Banque de France. Depuis 2008, les cygnes noirs volent en escadrilles

 

La perte de compétitivité de ces pays, la détérioration de leurs débouchés extérieurs, le surinvestissement dans des secteurs peu rentables (l'immobilier)et l'endettement de leurs agents intérieurs auprès des banques étrangères sanscouverture du risque de change (pour contourner des taux d'intérêt locaux tropélevés) expliquent, au moins autant que l'appréciation du dollar, la crise qui,avec une ampleur variable, se manifeste dans presque toute la région.

.

source

Chypre : chez nous, c'est différent ?
Nicolas Perrin

Paris, Jeudi 11 avril 2013
L'argent liquide est-il de l'argent sale ?

 

 

Dette, crise, chômage qui crée l argent :

Money : Le film documentaire sur la crise du système bancaire, monétaire : Money : Le film

Documentaire produit par L'association Réséda, un groupe composé de journalistes indignés par la manière dont la « Grande Presse » rend compte de la crise du système bancaire, monétaire et financier.

 : Les confessions d'un assassin financier : Il y a 2 manières d'asservir et de conquérir une Nation : l'une est par l'épée, l'autre par la dette"

(John Adams 1735 - 1826, qui fut le Premier Président des États-Unis à résider à la Maison Blanche à Washington)

 Traders: Les Maîtres de La Bourse - Documentaire

Intervention de Mario Monti à Sciences Po :

La Banque Centrale Européenne (BCE) : L'Europe pour les Nuls #10 :

 Les dessous de la crise économique mondiale - DVD-Rip

Sources :

 Politique monétaire expansive et restrictive ? - Yahoo! Questions ... : Une politique monétaire expansive est une politique monétaire qui a le but d'accroitre la masse monétaire (donc l'argent en circulation); attention, cela engendre une baisse des taux d'intérêts et provoque l'inflation (augmentation des prix).
A l'inverse, une politique monétaire restrictive est une politique monétaire qui a le but de diminuer la masse monétaire (donc l'argent en circulation); cela engendre une hausse des taux d'intérêts mais cela provoque une désinflation (un ralentissement de la hausse des prix).

 

L'asymétrie de l'information est le constat que chaque acteur sur le marché ne dispose pas des mêmes informations ou n’en n’ont pas la même interprétation. Les informations des offreurs et des demandeurs sur les prix et la qualité des biens peuvent ainsi être imparfaites et inégalement réparties. L'asymétrie de l'information favorise le pouvoir de marché de certains investisseurs et peut justifier les différences d’anticipation 

 

Jacques Généreux: Crise économique - Origines et Remèdes : " Jacques Généreux, invité de "Parlons Net" sur France Info. Professeur d'économie à Sciences Po, Economiste du Front de Gauche pour la campagne présidentielle de 2012 en France. La crise économique (et surtout financière), ses origines, ses tenants et aboutissants. Jacques Généreux propose un modèle de politique économique pour organiser la sortie de crise et prémunir l'économie française, européenne et mondiale des inévitables dérives de leur financiarisation : Instaurer un nouveau rapport de force au niveau national et européen en y subordonnant sans concession le pouvoir financier au pouvoir politique.More videos on http://indytube.net/"

 

Qui se cache derrière les agences de notation ???

 

BCE : des taux historiquement bas – Citizen khane,

La crise financière expliquez au nul.... - L'indigné

Le changement dans la continuité" - L’indigné Révolté

 

Le mantra libre-échangiste - Zebre en Cavale

 

PDF]  7. Conjoncture, budget et politique budgétaire

PDF]  Chapitre 18 Politique budgétaire et politique monétaire - Pearson

Des politiques budgétaires restrictives à contretemps - OFCE

La démocratie c'est nous , Foire aux questions... , Martin Schulz en campage

Un européen en campagne , Comment s’endetter ?, PENSER CRITIQUE, Une reprise en trompe l'oeil, le changement dans la continuité"

bce taux de change

bce taux d'intérêt légal

bce taux interet

bce taux negatif

bce taux immobilier

bce taux negatif

bce taux directeur definition 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu