Avertir le modérateur

29/11/2017

« En Afrique, la mondialisation de la violence et pauvreté»

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe et texte
 

Emmanuel Macron au Burkina Faso

Face a la jeunesse, il essaye de relancer sur de nouvelles bases

C'est un lourd passif qu'essaye de faire oublier le gouvernement français en Afrique. Un passif d'un passé coloniale qui tient a des régimes autoritaires et a des pillages de richesse. A Ouagadougou hier, Emmanuel Macron a proposé une nouvelle relation avec la France, l'Europe et le continent Africain . On fait le point.

Devant l'université de Ouagadougou , quelques étudiants pas vraiment ravi de la visite u président français. Rapidement, ils ont été dispersés par les forces de l'ordre dans une capital sécurisé au maximum.

" A mon avis, Macron n'est pas le bienvenu au Burkina Faso et encore moins a l'université"

Une jeunesse diplômée qui réclame une vrai rupture dans la politique France Afrique commr la fin du franc CFA que le chef de l'Etat envisage comme possible. Une nouvelle coopération ou encore la fin de soutien a des vielles dictatures aux nom des intérêts français sur le vieux continent

"Il y a eu des combats, il y a eu des fautes et des crimes. Mais j'ai une conviction profonde : notre responsabilité n'est pas de nous y enfermer" Macron

"Nous sommes gérer aussi par cette traversée par toutes les passions, toutes les contradictions, toutes les demandes, les attentes à savoir certaines formes d'hostilités à l'égard de la France et je pense que ce que l'on a pu observé au sein de cette jeunesse burkinabaise peut se retrouver dans plusieurs pays africains" expert africain

Car pour beaucoup de Burkinabais, et d'autre l'objectif reste toujours de pouvoir travailler en Europe ou cette initiative du roi africain pour lutter contre les passeurs.

"Je proposerais également que l'Afrique et l'Europe viennent en aide aux populations prise aux piège en Lybie en apportant un soutient massif au population africaine en dangers.

Mais une aide qui doit également être proposée sur de nouvelles bases entre la France et ses partenaires africains.

Il faudra retenir de ce discours deux choses :- Il n'y a plus de politique africaine de la France, mais je vous propose un protocole en forme d'amitié , je vous propose une amitié partagée et surtout une responsabilité partagée.

Emmanuel Macron a enfin reparler de la force multinational du G5 Sahel pour lutter contre les groupes djihadistes, une manière de réaffirmer la présence française, notamment au Burkina

Pour Jakkie Cilliers, de l’Institute for Security Studies, la multiplication des conflits armés est due au fait que les Etats n’ont pas la capacité de faire respecter la loi.

Pour le programme sur l’avenir et l’innovation en Afrique (AFI), je fais des prévisions à long terme et des analyses de tendances globales. Regardons donc d’où nous venons. Les conflits armés en Afrique ont atteint leur apogée en 1990-1991 à la fin de la guerre froide. Par la suite, cela a diminué jusqu’aux années 2005-2006 et demeuré à des niveaux relativement bas jusqu’en 2010. Les conflits armés en Afrique ont ensuite augmenté à partir de 2010, mais pas aux niveaux enregistrés à la fin de la guerre froide. Depuis 2015, ces conflits se sont stabilisés et ont commencé à diminuer.

La nature des violences a changé

Aujourd’hui, il y a beaucoup plus d’acteurs non étatiques – une plus grande fragmentation des groupes armés. Ce n’est donc pas un gouvernement contre un groupe armé, mais un gouvernement contre de nombreux groupes armés. Les insurgés sont souvent divisés et parfois même se combattent entre eux.

 

Sud-Soudan

Des affrontements interethniques ont fait 43 morts et 19 blessés dans l'Etat sud-soudanais de Jonglei, au centre du pays, rapportent aujourd'hui les autorités locales. Les Murle et la tribu rivale des Dinka Bor entretiennent un cycle de violences et de représailles que les autorités sud-soudanaises ne parviennent pas à enrayer. La guerre civile qui a éclaté en 2013 et les multiples rivalités entre rebelles, militaires et milices ont fait plus de quatre millions de déplacés et de réfugiés, soit le tiers de la population du Sud-Soudan.

RDC

La mission de maintien de la paix de l’ONU en République démocratique du Congo a été visée par une attaque. Une quarantaine d’autres soldats ont été blessés.

« Contrairement à d’autres groupes, les ADF ne communiquent pas et ne revendiquent plus de message. Il est donc facile de leur imputer n’importe quel massacre », remarque la même source

La Monusco et les FARDC se connaissent bien, et leur collaboration ne se déroule pas sans anicroches. Déployée en 1999, au plus fort d’un conflit régional si vaste qu’il gagnera le nom de deuxième guerre du Congo, la Monusco, la plus ancienne et la plus fournie des missions onusiennes dans le monde, est restée en RDC pour combattre une myriade de groupes armés dans l’Est et, depuis l’été 2016, au centre de ce pays vaste comme l’Europe.

 L’Est congolais, constellé de groupes armés nationaux et étrangers, est déchiré par plus de vingt ans de conflits armés, alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières de la région et des rivalités entre puissances régionales.

 L'Ethiopie : L'Éthiopie rongée par les violences interethniques

Les affrontements entre Oromos et Somalis ont fait des centaines de morts et ont déplacé 600.000 personnes depuis le mois de septembre.L'Éthiopie a beau se targuer d'être «un îlot de stabilité au milieu d'une région troublée», le pays fait face depuis la mi-septembre à des violences interethniques qui virent au «meurtre de masse», concédait dimanche le premier ministre Hailemariam Desalegn lors d'une allocution télévisée. Si les tensions ne sont pas nouvelles entre éleveurs oromos et somalis, qui se disputent puits et pâturages le long de la frontière entre leurs deux régions semi-autonomes, un conflit si généralisé, si meurtrier et si long, est inédit.La mort de deux personnalités politiques oromos après leur arrestation par la police Liyu, un groupe paramilitaire somali, a mis le feu aux poudres le 11 septembre. 

 

 LIRE AUSSI :Trump lève l'embargo économique à l'encontre du Soudan

Le terrorisme a également augmenté, mais selon la définition que l’on retient de ce terme, le terrorisme a toujours été beaucoup plus répandu en Afrique qu’ailleurs. On peut toutefois se demander si le terrorisme extrémiste violent va passer du Moyen-Orient à l’Afrique. Est-ce en Afrique qu’Al-Qaida et l’Etat islamique tourneront leurs prochaines vidéos ?

Les frappes de la coalition occidentale ont tué 129 djihadistes étrangers et 12 autres syriens en l’espace de 48 heures. Originaires de pays européens, arabes ou africains, certains étaient affiliés à l'EI tandis que d’autres l’étaient au Front al-Nosra. Deux organisations parmi une quinzaine qui forment une sorte d’internationale effrayante et disparate du djihadisme. Retrouvez ses principaux membres sur notre carte.

Cliquez sur les noms des groupes djihadistes pour plus d’information. Cliquez sur le texte pour fermer la fenêtre.

 

 Somalie.

Une frappe américaine en Somalie sur un camp d'entraînement des shebab, affiliés à Al-Qaïda, a tué plus de 100 combattants ce mardi, annonce le commandement américain pour l'Afrique (AFRICOM). Le bombardement a eu lieu à 200 kilomètres au nord-ouest de la capitale Mogadiscio. Les Etats-Unis ont intensifié leurs opérations en Somalie ces dernières semaines, accélérant notablement le rythme de leurs attaques de drones contre les islamistes locaux, les shebab et les jihadistes du groupe Etat islamique.

29/07/2016 L'histoire sans fin contre le terrorisme

L’Union africaine redoute le retour de 6 000 combattants de l’Etat islamique sur le continent

Les djihadistes africains de l’EI, défaits en Irak et en Syrie, représentent de « sérieuses menaces pour la sécurité et la stabilité », selon le commissaire de l’UA Smail Chergui.
« Des rapports font état de la présence de 6 000 combattants africains parmi les 30 000 éléments étrangers ayant rejoint ce groupe terroriste au Moyen-Orient », a déclaré M. Smail Chergui, lors d’une rencontre sur la lutte contre le terrorisme.

« Le retour de ces éléments en Afrique pose de sérieuses menaces sur la sécurité et la stabilité nationales et exige un traitement spécifique et une coopération intense entre les pays africains », a estimé M. Chergui, cité par l’agence de presse APS.

Le commissaire de l’UA pour la paix et la sécurité a appelé les pays concernés à notamment « échanger les renseignements sur les éléments armés regagnant leurs pays respectifs », après leurs défaites en Irak et en Syrie.

OMPTE RENDU L’Union africaine redoute le retour de 6 000 combattants de l’Etat islamique sur le continent,  C dans l'air du 20-11-2015 | L'INTERNATIONALE DJIHADISTE ,  Who Supports ISIS?

 
 
25 novembre 2017 Le Mali

Les turbulences antigouvernementales sont plus fortes. Dans les pays développés, la mondialisation conduit au populisme de droite. En Afrique, elle conduit à la désaffection et à la violence au moment des élections.

Typiquement associés dans les médias internationaux à l'instabilité politique, à la maladie, à la pauvreté, à la corruption, aux dictatures et au manque de droits de l'homme et de démocratie, les pays africains luttent pour déconstruire les stéréotypes.

L'une des rares exceptions semble être la Republic of Ghana . faisons le point ensemble : car elle a pris rapidement ces responsabilité et s'est éloigné de la " logique racial" inexistante avant la venu des colons occidentaux.

Sept facteurs de la violence en Afrique

1. La pauvreté Les conflits armés internes sont beaucoup plus fréquents dans les pays pauvres que dans les pays riches. Ce n’est pas parce que les pauvres sont violents, mais parce que l’Etat n’a pas la capacité de faire respecter la loi et l’ordre. L’impact de la pauvreté est exacerbé par les inégalités – comme en Afrique du Sud. Inégalité plus pauvreté égalent violence et parfois extrémisme.(..) Les chiffres absolus devraient augmenter d’environ 80 millions (en raison de la croissance démographique).

Sur la base d’une trajectoire de croissance actuelle d’environ 4 % du PIB par an pour les 55 pays africains, il est très improbable que l’Afrique atteigne le premier des objectifs de développement durable de l’ONU visant à mettre fin à la pauvreté absolue.
Ainsi, s’il existe une forte corrélation entre pauvreté et instabilité, l’Afrique risque de rester turbulente. Le rapport entre le développement et la croissance est aussi un élément perturbateur.Lire aussi :   « La lecture exclusivement ethnique des conflits en Afrique est fallacieuse » 

Nous repartons en Afrique : Une personne sur deux n'a pas accès à l'électricité. 600 millions d'Africains, c'est l'équivalent de la population européenne Alors évidemment, les conséquences sont lourdes pour la santé, la sécurité, l'emplois , l'éducation. c'est cette injustice énergétique que le photographe Pascal Met à voulu montrer Il est en ce moment à Paris

 

 " Cela fait pas mal d'année que je voyage en Afrique et il n'y a pas une seule journée sans que le problème de l'électricité ne soit venus dans les discutions. la phrase qui est revenu le plus souvent me disait monsieur : " à partir de 19 heure, quand la nuit tombe, nous avons l'impression de tomber dans une tombe.

Kenya, Nigéria, Ethiopie, Congo, Niger... A la lueur des lampes a pétroles, Pascal maitre s'est glissé avec passion dans la nuit africaine

C'est un sujet éminemment politique. Cela touche l'éducation, c a d que les enfants ne peuvent pas étudier le soir, ou alors ils étudient avec des lampes a pétroles qui sont nocives pour la santé et qui créaient énormément d'accidents domestiques. La santé : les soins se font à la lampe a pétrole, les accouchements. cela touche la sécurité . lorsque les gens vous parlent, il y a l'insécurité par rapport aux voleurs mais aussi par rapport aux serpents. Après il y a l'aspect économique évidemment du développement : vous ne pouvez pas installer des mini entreprise qui peuvent avoir des coupures d'électricités régulière. Beaucoup de gens migrent pour ces aspects là aussi."

La moitié des africains n'ont pas aces à l'électricité, soit 620 millions de personnes. bien plus que l'ensemble de la population européenne.A l'exception de quelques initiatives d'ONG , la majorité des zones rurales et périrurbaines en Afrique ne sont pas alimenter en électricité.

 

2. La démocratisation Le processus de démocratisation peut déclencher la violence à court ou moyen terme, en particulier au moment des élections. Les événements au Kenya en constituent un exemple récent. Là où il y a un déficit démocratique important, comme ce fut le cas en Afrique du Nord avant le « printemps arabe », les tensions s’accumulent. Là où le niveau de démocratie est inférieur à celui d’autres pays ayant des niveaux de revenu et d’éducation similaires, ce déficit démocratique (manipulation de la Constitution, troisième mandat…) conduit à l’instabilité.

 

3. Le type de régime La plupart des pays stables sont soit des démocraties à part entière, soit des autocraties à part entière. Le régime de la plupart des pays africains est mixte, c’est-à-dire qu’ils ont des éléments des deux et se situent quelque part entre les deux. Ils ont la façade de la démocratie, mais ils n’ont pas beaucoup d’éléments de démocratie de fond. Les régimes mixtes sont intrinsèquement plus instables et davantage sujets à des perturbations que les démocraties pleines ou les autocraties pleines.

 

nAkufo-Addo: Africa's march of democracy hard to reverse : The president of Ghana talks to Al Jazeera about his country's democratic success and his hopes for the continentDemocracy, Ghana, Politics, Africa, Robert Mugabe 

Akufo-Addo: la marche de la démocratie en Afrique difficile à inverser Le président du Ghana parle à Al Jazeera du succès démocratique de son pays et de ses espoirs pour le continent.

 

Le Ghana aujourd'hui - au moins en apparence - jouit d'une stabilité politique, avec une population multiethnique réunie dans des élections démocratiques et pacifiques.


 

La présidente Nana Akufo-Addo s'entretient avec Jane Dutton, d'Al Jazeera, sur les raisons pour lesquelles son pays est si différent de ses voisins à cet égard - et quel travail reste encore à faire au Ghana et dans le reste du continent.

En 1957, le Ghana est devenu le premier pays sub-saharien à obtenir son indépendance de la domination coloniale.

"Nous avons eu nos problèmes tôt", a déclaré Akufo-Addo à Al Jazeera. "Après la volatilité des 30 premières années après l'indépendance, le peuple du Ghana ... a décidé qu'ils voulaient un gouvernement démocratique."

Akufo-Addo a pris ses fonctions le 7 janvier 2017, après avoir remporté les septièmes élections démocratiques démocratiques du Ghana depuis le retour de la démocratie multipartite dans le pays en 1992.

"La détermination du peuple ghanéen à passer par les principes et les valeurs démocratiques a signifié que les élections après les élections ont été plus fortes en termes de crédibilité et de transparence - et cela signifie aussi que la population a accepté les résultats de notre électorat le conseil a augmenté », dit-il.

Ailleurs sur le continent, la démocratie a beaucoup moins réussi à prendre racine. Au Kenya, le président Uhuru Kenyatta a devrait prêter serment pour un deuxième mandat, mardi 28 novembre, après que la Cour suprême du pays a rejeté deux pétitions visant à annuler les résultats des élections du mois dernier.

On retrouve les mêmes difficultés de gouvernance dans d’autres pays d’Afrique. Les dirigeants considèrent l’Etat comme leur bien personnel et s’accaparent ainsi les ressources du pays. Le statut de président devient celui de « big man », inspiré par une stratégie d’accumulation financière pour s’assurer une clientèle électorale dépendante. Le Kenya est un bon exemple de gouvernance dite néopatrimoniale, où l’ethnie constitue un mode de mobilisation commode pour les politiciens qui se disputent le pouvoir et les ressources attenantes à celui-ci.

 

4. La structure de la population La population africaine est jeune.  Les pays jeunes sont plus turbulents. Les jeunes hommes sont généralement responsables de la violence et de la criminalité. C’est également le cas en Afrique. Le manque d’emplois chez les jeunes et des taux d’urbanisation élevés provoquent l’exclusion sociale, source d’instabilité.

Lire aussi :   Deux attaques meurtrières contre les Nations unies au Mali

5. La répétition des violences Les violences passées sont souvent annonciatrices de la violence future. Des pays comme le Mali, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo (RDC) sont pris au piège dans un cycle de violence très difficile à briser. Cela demande un effort considérable et très coûteux, nécessitant souvent une mission de paix multidimensionnelle de grande envergure.

6. Un mauvais voisinage Il accroît le risque de violence parce que les frontières ne sont pas contrôlées et que la police est absente des zones rurales. La plupart des conflits en Afrique sont soutenus par des pays voisins.

7. L’augmentation des inégalités et du terrorisme transnational L’Afrique est un continent d’inégalités où la croissance ne se traduit donc pas par une réduction de la pauvreté. (..). En Occident, la faible croissance alimente le populisme. En Afrique, elle conduit souvent à la violence.

Dans ce contexte, l’objectif de l’Union africaine de « faire taire les armes à feu d’ici à 2020 » est irréaliste. Nous, Africains, partons sur de mauvaises bases et nous sommes surpris lorsque le reste du monde ne nous prend pas au sérieux. En effet, la violence restera inévitablement une caractéristique de plusieurs pays africains pour de nombreuses années à venir.

8 - Critère racial

On le voit, l’approche uniquement ethnique exclut toute analyse des événements ayant conduit au conflit et les « dépolitise ». De quoi cette lecture est-elle le symptôme ? Comment expliquer qu’elle soit particulièrement répandue dans l’étude des conflits en Afrique ?

Il semblerait qu’au-delà des classifications identitaires, l’analyse dépend du rapport entre l’observateur et l’observé. La lecture exclusivement ethnique est, en partie, héritière des travaux sur l’anthropologie de la race, élaborée à la fin du XIXe siècle. Cette littérature refuse de penser le racisme en Afrique comme une idéologie construite politiquement et socialement. L’étude de la trajectoire du concept d’« ethnie » est particulièrement éclairante.

C’est à partir du XIXe siècle que le critère racial est intégré. Il faut noter que cette période correspond à la domination européenne sur le reste du monde. Dans l’Essai sur l’inégalité des races humaines (1854

Jakkie Cilliers.

 

Que peut-on faire ?

J’ai fait valoir que l’Afrique restera turbulente parce qu’elle est pauvre et jeune, mais aussi parce qu’elle est en croissance et dynamique. Le développement est perturbateur, mais il offre aussi d’énormes possibilités.

Mais aujourd’hui, les Etats africains clés, comme le Mali et la RDC, semblent plus faibles, plus fragiles que jamais. Il semble que nous puissions améliorer les approches actuelles. Reconnaître que le maintien de la paix et les efforts extérieurs ne peuvent régler les problèmes internes.

D’un côté, le maintien de la paix par l’ONU est coûteux et désuet. D’autre part, l’Afrique n’a pas les ressources nécessaires pour mener des opérations de maintien de la paix multidimensionnelles de grande envergure et la communauté internationale n’est pas disposée à investir substantiellement dans la paix en Afrique.

Nous devons plutôt mettre en place des systèmes et des institutions à faible coût pour la prévention, la gestion et la reconstruction post-conflit en cours. Nous devons sérieusement aider nos voisins.

Sept recommandations (du monde)

1. A long terme, une bonne gouvernance et. L’emploi .

2. Le renforcement des capacités nationales.

Lire aussi :   RDC : l’ONU « s’inquiète » des violences et de l’incertitude politique

3. Ne nous étonnons pas si la violence se généralise en RDC, au Zimbabwe, au Burundi, en Ouganda… Dans tous ces pays, une petite élite a confisqué le pouvoir. Ils ont fait passer des lois sur la responsabilité des gouvernants, mais cela n’a pas été suivi d’effets. Et d’une manière générale, le reste du continent a regardé ailleurs.

4. Le travail de l’ISS et un rapport récent du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) concluent qu’une certaine forme d’action gouvernementale a servi de « point de basculement » incitant des personnes à rejoindre un groupe extrémiste. Par exemple, « le meurtre ou l’arrestation d’un membre de la famille ou d’un ami ».

En outre, l’Afrique semble avoir adhéré à l’approche américaine de la guerre contre le terrorisme – en s’appuyant sur l’armée pour répondre à une menace, le terrorisme, qui nécessiterait avant tout une approche fondée sur le renseignement et des enquêtes respectant l’Etat de droit. Nous serions bien avisés de revenir à une intervention des services de renseignement et de police plutôt qu’à une intervention militaire contre le terrorisme dans la mesure du possible.

5. Les liens entre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme se développent. D’une certaine façon, nous avons assisté à la fin des guerres conventionnelles entre Etats. Le monde entier est maintenant un champ de bataille. Le terrorisme et les attaques contre des civils peuvent intervenir partout.

Les paradis fiscaux, la corruption des gouvernements africains, le vol par les élites dirigeantes, tous ces phénomènes alimentent la radicalisation. .

6. L’inégalité croissante et la concurrence croissante dans le secteur des ressources nous menacent tous. . L’Afrique doit continuer à défendre le consensus d’Ezulwini – texte de l’Union africaine prônant notamment une réforme du Conseil de sécurité –, mais elle doit aussi sortir des sentiers battus. .

7. Une coopération internationale et régionale beaucoup plus poussée est nécessaire.  

Il convient de se méfier des explications simplistes et essentialistes où les conflits sont vus comme inhérents aux cultures africaines, déterminés uniquement par les identités. Pourtant, cette lecture continue d’être reprise et guide les commentaires sur les conflits en Afrique.

Il faut donc porter notre attention sur les jeux de pouvoir locaux, sur les relations internationales africaines et sur l’intégration du continent au grand jeu mondial. La lecture exclusivement ethnique est extrêmement réductionniste, très spéculative et profondément fallacieuse.


Dites-nous ce que vous pensez?

Source: Al Jazeera

 



Dessous des Cartes - 2037, un monde décarboné ? par Ledessousdescartes  Dessous des Cartes - 2037, un monde décarboné ? par Ledessousdescartes - DISPARITION Jean-Christophe Victor, voyage sans retour

Laurence Defranoux
 

INFOGRAPHIE - Alors que le gouvernement hongrois a annoncé la fermeture de sa frontière avec la Serbie et le début de la construction d'une barrière anti-immigration, Le Figaro liste les principaux murs du monde.

 

 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/28/en-afrique-la-mondialisation-conduit-a-la-violence-au-moment-des-elections_5221663_3212.html#LVUiPHtx27RbIUEa.99

Sommaire
Guerre de l'ombre au Sahara

 

Seulement un mauvais rêve ? - l'indignéSeulement un mauvais rêve ? : citoyen actif

RÉFLEXION SUR LE(s) MOUVEMENT(s) EN COURS Créé le dimanche 15 mai 2016 

Les temps changent.... Le système reste !! Par Enkolo dans Accueil le Seulement un mauvais rêve ? Par Enkolo dans Accueil le 

Seulement un mauvais rêve ? : citoyen actifSeulement un mauvais rêve ? - l'indigné"Mon rat s'appelle Judas" - Enkolo, 11 novembre 2017 Seulement un mauvais rêve ?Migrants for sale

 Migrants for sale: Slave trade in Libya, 10/12/2017 Hommage à Jean Christophe Victor

Après Daech, naissance d'un État terroriste Il nous emmène des faubourgs de Mossoul à Dubaï, d’Istanbul à Beyrouth, de Washington à Vienne, pour mieux décrypter les enjeux et les réalités de ces "guerres cachées".

A lire 21 novembre 2017-Les guerres cachées contre DaechYémen : «L'effondrement va secouer la région et le monde» Publié le 02/12/2017 à 20:06 par saltabank, 01 décembre 2017Daech, naissance d'un Etat terroriste

16/09/2017

The State

n

 

Une étude sociologique menée directement auprès de djihadistes permet de mettre diverses théories à l’épreuve du terrain. #abonnés la publication de Le Monde

 
Au terme de cette étude, publiée le 7 août, peut-on en conclure qu’il existe des constantes dans la radicalisation d’un individu ? Oui, répondent les auteurs de l’enquête, à condition de raisonner en termes de processus plutôt que de seuls déterminants psychosociologiques, pour pouvoir « mettre en résonance les causes structurelles et les choix individuels qui vont construire un parcours militant de plus en plus violent ».

Pas de passé militant

Parmi les caractéristiques que l’on retrouve fréquemment, figure le fait que presque aucun de ces hommes n’a de passé militant et ne dit avoir été victime de discrimination en amont de son implication dans une entreprise terroriste.

« Tous arrivent tardivement à la religion, explique Romain Sèze. Ce sont des “born again” [venus à la foi à l’âge adulte] ou des convertis. Cet apprentissage tardif est individualisé, le plus souvent autodidacte dans un premier temps

LEMONDE.FR
 

Daech, paroles de déserteurs - Arte 15 mars 2016 - Video Dailymotion

sculé vers Raqqa .

 

 

Des transfuges de l’organisation État islamique témoignent. Un documentaire exceptionnel sur la vie quotidienne et les pratiques de Daech et sur les conditions de ce périlleux travail d’exfiltration... Des témoignages illustrés par des vidéos, souvent d'une grande violence, trouvées sur les téléphones portables de combattants de l'État islamique ou de déserteurs. En aidant les déserteurs à fuir et en recueillant leurs témoignages, les membres du réseau veulent dénoncer les mensonges de l’EI et son culte de la violence  
Les déserteurs de lÉtat Islamique 

 

ootball d’Homs, devenu chef rebelle, s’est radicalisé au fil des désillusions, un nombre important de rebelle modéré ne pourrait pas digéré "la lâcheté" de ceux qui ont signé et renforcé la rébellion djihadiste. Abdel Basset Sarout, décharné et les traits tirés, jurait à la caméra de la chaîne d’opposition syrienne Orient News :  Le jeune gardien de but, promis à une carrière internationale, a évolué avec la révolution. Son cheminement a été immortalisé dans le documentaire Homs, chronique d’une révolte, du réalisateur damascène Talal Derki, qui a filmé le jeune homme dès les débuts du soulèvement contre le régime, en 2011, jusqu’en avril 2013. Basculement progressif

A lire  A lire Homs, chronique d'une révolte

L’attirance de Sarout pour l’EI est symptomatique d’une « radicalisation d’une partie des révolutionnaires syriens, se sentant abandonnés à la fois par les démocraties occidentales, les monarchies du Golfe et les brigades rebelles modérées », analyse le chercheur Romain Caillet, dans un rapport sur la progression de l’EI dans la région d’Homs, publié en août par la fondation norvégienne Noref. De plus en plus de rebelles d’Homs, impressionnés par la richesse et la force de l’EI, se tournent vers cette organisation, qui a renforcé son implantation dans le centre de la Syrie après avoir conquis les provinces de Rakka et Deir ez-

Le replis depuis un an de Daesch ne vient pas des frappes a répétition, ou d'une / des coalitions anti daesch aux intérêts contradictoires, mais de la fermetures des frontières empêchant les nouvelles recrues d'arriver et de l'aliénation d'une partie de la population aux contrôle de ce mouvement autoritaire, répressif...

ARTE+7 | Daech, paroles de déserteurs : Daech, terrorisme, soldat, Syrie, Turquie , Géopolitique Daech, paroles de déserteurs 

 
Trailer | The State | New Drama | Coming Soon

 The State est une mini-série britannique créé par Peter Kosminsky et diffusée entre le 20 et 23 août 2017 sur Channel 4. En France et en Suisse elle est diffusée depuis le 4 septembre 2017 sur Canal +Wikipédia Plusieurs jeunes britanniques se rendent en Syrie pour rejoindre les rangs de Daesh.

 
Elle cherchait à percer les mystères de l'endoctrinement par Daech. La minisérie britannique The State, qui suit quatre jeunes Britanniques ayant rejoint l'organisation terroriste, n'est pas du goût de tous outre-Manche, et surtout pas des tabloïds britanniques.
 
À LIRE AUSSI Terrorisme. Djihadi John : une leçon de marketing
 
Un autre journaliste du Guardian juge que la minisérie est “bien documentée et fondée sur des histoires vraies” :
C'est ce qui a été le plus difficile pour M. Kosminsky : comment permettre aux spectateurs de s'identifier à ces personnages et même de trembler un peu pour eux, sans en faire l'apologie.”
 
Royaume-Uni. “The State”, la série sur Daech qui fait polémique

Pour Le telérama Une fiction très documentée relate l'histoire de Britanniques partis rejoindre l'Etat islamique en Syrie. Avec une volonté d'objectivité qui provoque le débat. Avec The State, Peter Kosminsky s'empare d'un sujet brûlant : celui des Britanniques qui abandonnent leur patrie au nom du djihad.
 

En 2007, il avait exploré une thématique approchante dansThe Britz (Les Graines de la colère), avec l'histoire d'une fratrie musulmane en Angleterre. « Le film évoquait le processus qui transforme les gens en terroristes », explique le réalisateur. Le sujet de la radicalisation a été largement abordé dans la presse et au cinéma, mais, à ma connaissance, aucune fiction n'a encore raconté ce qui se passe pour les volontaires étrangers une fois arrivés en Syrie. C'est cette confrontation entre le fantasme et la réalité que j'avais envie d'explorer. »

 
“Nous avons eu accès à une documentation foisonnante sur le Web, à des blogs, des posts Facebook.”
 

Censée se dérouler à Raqqa, dans le fief syrien de Daech — mais tournée en Espagne —, la série offre un aperçu très documenté de ce qui était resté jusque-là un angle mort de la fiction : la formation des combattants, le bourrage de crâne idéologique, mais aussi la vie quotidienne des femmes : « Parachuter des Anglaises ayant grandi dans un environnement libéral au cœur d'un système où elles sont considérées comme des citoyens de seconde zone, c'est l'aspect que je trouvais le plus intéressant. Shakira, la femme médecin désireuse de travailler à l'hôpital de Raqqa, incarne ce paradoxe : intellectuellement, elle accepte d'entrer dans une organisation où les femmes sont mises à l'écart, mais viscéralement, cela la révolte. »

“Cette jeune fille est issue d'un milieu équilibré et aimant.”
 
La série ne détaille ni le passé des protagonistes, ni les raisons de leur endoctrinement. Mais au fil des épisodes se dessinent des motivations diverses. Ainsi découvre-t-on le sentiment d'exclusion dont souffre Ziyaad, venu accompagner son copain Jalal en Syrie : « Lorsqu'il parle de son foyer, il dit qu'il ne retournera jamais dans ce taudis », explique Ryan McKen, qui l'incarne. Il n'a jamais trouvé sa place en Angleterre, s'y est senti harcelé en tant que musulman. » Tout l'inverse de Jalal, qui, selon l'acteur Sam Otto, « partait avec toutes les chances dans la vie ». Etudiant prometteur, Jalal a suivi les traces de son frère, mort au combat, tout en venant d'un milieu éclairé « qui ne prédisposait pas à l'extrémisme ».


C'est également le cas d'Ushna, jeune fille radicalisée en ligne. « Cette jeune fille est issue d'un milieu équilibré et aimant », explique son interprète, Shavani Cameron, qui, pour caractériser le personnage, s'est inspirée de l'histoire de trois adolescentes du quartier londonien de Bethnal Green parties pour la Syrie en 2016. « Ushna a des points communs avec elles : une scolarité sans problème, une famille solide. La grande question est donc : pourquoi est-elle partie ? Il me semble qu'elle voyait la vie au sein de l'Etat islamique comme une sorte de conte de fées. Le film montre à quel point elle est ignorante, à l'image des jeunes filles endoctrinées sur les réseaux sociaux qui écrivent des tweets très immatures, avec des cœurs partout... »


“Plus la connaissance du Coran est poussée, ancrée, moins les gens sont disposés à se radicaliser.”
 
Avec The State, le réalisateur qui, depuis vingt ans, empoigne des thématiques de société (la guerre en Bosnie dans Warriors, le conflit israélo-palestinien dans Le Serment) agit en défricheur, désireux de privilégier le débat. « Je savais que ce serait compliqué, s'amuse-t-il. C'est plus facile de faire un épisode de Game of thrones !
»
The State -1- (TV Mini-Series 2017)
 
 

nJacob critique le témoignage d'une djihadiste sur France 2

Le chef de file des députés LR à l'Assemblée, Christian Jacob, s'est dit jeudi "choqué" par la diffusion, la veille, au journal télévisé de 20 heures de France 2 d'un témoignage d'une jeune française de 27 ans ayant appartenu au groupe Etat islamique. "Je suis choqué qu'elle soit l'invitée de France 2 (...) On est en face de terroristes, de gens qui ont choisi de quitter la France et de livrer la guerre à la France", a-t-il déclaré lors de l'émission "Questions d'info" LCP-franceinfo-Le Monde-AFP.

 

Christian Jacob choqué "que l'on mette au 20 Heures de @France2tv quelqu'un qui soutient les réseaux terroristes !"  - 1717 réponses - 7272 Retweets - 5353 j'aime - Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

 "Des femme très jeunes, parties pour une société idéalisée, dont les "maris" sont morts, qui ont vu la défaite, subies les bombardements, l'exode et l'emprisonnement, désormais avec de jeunes enfants à charge, doivent passer devant les tribunaux pour ce qu'elles ont pu faire, ou ce dont elles ont été de fait complices même si ce n'est pas ce pourquoi elles étaient parties, mais ne présentent probablement guère de danger une fois en France".

Environ 1.700 Français partis rejoindre le djihad

Selon le gouvernement français, environ 1.700 Français sont partis rejoindre les zones djihadistes irako-syriennes depuis 2014. Sur ce total, 278 sont morts - chiffre qu’il admet lui-même sous-évalué - et 302 sont revenus en France à ce jour. Les autres ont été capturés en Syrie ou Irak, peut-être tués dans les combats ou ont fui vers les derniers territoires tenus par l’EI ou d’autres foyers djihadistes, en Libye, notamment.

A Roubaix, Amine Elbahi continuera à lutter pour que sa sœur et ses neveux reviennent un jour en France. Car il en est sûr, « si on interdit à tous ces Français, notamment les enfants, de revenir sur leur territoire, on risque à terme de créer de nouvelles tensions et une nouvelle génération de djihadistes ».

liées à l’EI.

Amine, qui pense sa sœur et ses neveux aux mains des FDS, a écrit, vendredi, au président Macron pour lui demander de « permettre aux mineurs et aux femmes avec enfants (français) de rentrer en France ». VIDEO

MOTS-CLÉS : enfantdjihadSyriedjihadismeroubaix

"Il faut aussi penser à ces enfants orphelins avec leurs parents qui ont été assassinés, que ce soit lors des attentats de Nice, de Paris de Londres ou ailleurs. Un peu de compassion pour les familles!", a-t-il ajouté. "Moi, cela me choque que l'on mette au 20 Heures de France 2 quelqu'un qui soutient les réseaux terroristes, qui a été, si j'ai bien compris, mariée trois fois ou quatre fois avec des terroristes et qui a fait le choix de livrer la guerre à la France. C'est ça la réalité!", a-t-il déclaré.

France 2 a diffusé mercredi soir le témoignage d'une jeune femme de 27 ans faite prisonnière à Raqqa en Syrie qui demande à être rapatriée en France avec ses trois enfants.

Tueries de Toulouse et Montauban : « l'Oslo » de la France - Rue89  Les crimes de Toulouse, Montauban, et de nouveau Toulouse ce lundi matin, coïncidant avec la campagne électorale, risquent de générer emballements et récupérations de toutes sortes. Il y a suffisamment d'horreur dans ces drames pour tenter d'échapper à ces pièges qui sont tendus aux Français et à leurs représentants politiques. Le lien reste à établir avec certitude entre ces trois actes criminels, même si les enquêteurs le font prudemment ce lundi matin, sur la base des premiers éléments.
 
Un caractère « communautaire »
 
Il y a néanmoins un point commun à toutes les victimes de cette série noire de meurtres froids : elles ont toutes un caractère « communautaire ». Les tués sont d'origine maghrébine, ou antillais, musulmans ou juifs En direct - Fusillade devant un collège juif à Toulouse: Au moins 3 morts, 2 armes différentes utilisées

Le procureur a pris des réquisitions maximales, eux ont tenté de dissiper le souvenir omniprésent des attentats du 13 novembre: le tribunal correctionnel de Paris rend mercredi son jugement pour sept Strasbourgeois, poursuivis pour un séjour en Syrie entre décembre 2013 et avril 2014. Une "extrême dangerosité": c'est ce qu'a décelé le procureur Nicolas Le Bris dans les prévenus de la filière dite "de Strasbourg", dont Karim Mohamed-Aggad. Son frère Foued, qui était du voyage en Syrie, a été identifié comme l'un des kamikazes du Bataclan. 

Un reportage du Journal du Dimanche révèle aujourd'hui que l'administration pénitentiaire de Fleury-Mérogis (Essonne), où est incarcéré Salah Abdeslam depuis plus de deux mois et où il est censé être totalement isolé et surveillé 24 heures sur 24, s'est aperçue que ce dernier pouvait échanger, la nuit, avec d'autres détenus.

Réalisant l'incident, ses "voisins" ont aussitôt été transférés dans d'autres cellules

 

 Canada: condamné pour avoir tenté de rejoindre l'EI Ismaël Habib, 29 ans, était devenu en juin le premier adulte au Canada déclaré coupable à l'issue d'un procès pour un chef d'inculpation prévu par la loi antiterroriste votée sous le précédent gouvernement conservateur. "Son adhésion à l'idéologie de l'EI est totale", a noté le juge Serge Delisle avant de prononcer la sentence. "Il était prêt à tout faire pour l'Etat Islamique, même mourir". une motivation personnelle" de sa part pour aller en Syrie, celle "d'aller rejoindre sa femme et ses enfants". 

La loi antiterroriste canadienne adoptée par le précédent gouvernement conservateur permet de porter des accusations contre toute personne soupçonnée d'"une participation à une activité d'un groupe terroriste", selon le code pénal.

Cela vise également les cas où un individu "quitte ou tente de quitter le Canada".

 

Image aljazeera.com NEWS/SYRIA'S CIVIL WAR : 5,600 'have returned home' from ISIL-held areas

 

The State -2- , The State -3- , The State -4  (TV Mini-Series 2017)

  THE STATE (El Estado Islámico) Cap II FULLHD (NATGEO)

22/11/2015

le tourbillon jihadiste :

n

 On ne peut pas combattre le djihad par des bombardements, la logique sécuritaire ou l'emballement médiatique car c'est une idéologie ayant les moyens d'agir ( contexte financier et géopolitique favorable). C'est par la lutte intellectuelle  que cela doit se faire.

 

Les 12 preuves de l’inexistence de Dieu

si je peux stopper une personne en train de commettre un viol sur un enfant , je le fait. c'est la différence entre moi et votre dieu."
Tracie Harris

l'EIIL à la conquête de l'Irak

Pays : Irak , Syrie, Moyen Orient

Tags : djihadistes, EIIL

Leur drapeau est noir et ils veulent un État ultra-islamique au Proche Orient comprenant des régions d'Irak, de Syrie et du Liban, dénué de toute influence occidentale : le groupe terroriste EIIL (État islamique en Irak et au Levant) sème la terreur en Irak. Ces derniers jours, l'EIIL s’est emparé de plusieurs de régions irakiennes. Les Djihadistes ont conquis la ville pétrolière de Mossoul, ainsi que Tikrit, la capitale de la province de Salah ad-Din. L'EIIL se dirige désormais vers de Bagdad. L’armée irakienne n’était pas préparée à cette offensive. Déjà instable, l’Irak plonge chaque jour un peu plus le chaos. 

Islamic State claims Shia mosque destruction

 

Images posted on social-media sites appear to show religious centres in Iraq's Nineveh province being demolished. The images show Shia religious centres being attacked using bulldozers and explosives in the cities of Mosul and Tal Afar, in the northern province of Nineveh.

 

Les combattants de l'EIIL, qui prônent une interprétation extrémiste des préceptes de l'islam, considèrent les chiites, la confession de la majorité des Irakiens, comme des hérétiques : Ces deux husseiniyyas (lieu de culte chiite) de la ville de Sharikhan, au nord de Mossoul, ville tombée aux mains des insurgés, ont été bombardés tôt ce matin. .Par Lefigaro.fr avec AFP

 

 

 

 

Middle East Téhéran a récemment renforcé la sécurité dans les zones frontalières de l'Irak, où des des insurgés sunnites menés par les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont lancé le 9 juin une offensive fulgurante, et l'armée de Terre a été placée en "état d'alerte" à la frontière, selon le général Ali Arasteh, cité par l'agence Isna. L’Iran reconnaît la mort de trois militaires en Irak Post de blog : Alors que les djihadistes sunnites de l'Etat islamique continuent d'attiser les inquiétudes des chiites en Irak, l'époque où Téhéran niait sans relâche l'envoi de militaires chez son voisin semble aujourd'hui révolue.

 

2

"Le martyr Kamal Shirkhani", peut-on lire sur l'affiche publiée sur le site Rooykard.

Selon le siteRooykard, Kamal Shirkhani faisait partie "des groupes  volontaires chiites" et il a été tué par les djihadistes de Da'ech. Dirigés par le gouverneur de Bagdad, Ali al-Tamimi, leur nombre est estimé à "environ mille" et ils sont entrés dans la ville de Samarra le 1er juillet pour "protéger les lieux saints".

Le 15 juin, des sites iraniens avaient couvert abondamment l'enterrement du premier "martyr" iranien tué en Irak, un gardien de la révolution nommé Alireza Mochadjari. 

 Le chef de l'Etat islamique ordonne aux musulmans de lui « obéir » lemonde.fr Abou Bakr Al-Baghdadi, désigné par son groupe « calife », est apparu samedi pour la première fois dans une vidéo postée sur des sites jihadistes. 

 

 le rétablissement dimanche 29 juin du califat, le régime politique islamique disparu il y a près d'un siècle, dans certaines régions qu'il a conquises en Irak et en Syrie.

 

Tout vêtu de noir, turban sur la tête, il prêche pendant une vingtaine de minutes, appelant tous les musulmans à lui "obéir Et d'ajouter : "Je suis le Wali [leader] désigné pour vous diriger, mais je ne suis pas meilleur que vous ; si vous pensez que j'ai raison, aidez-moi, et si vous pensez que j'ai tort, conseillez-moi et mettez-moi sur le droit chemin." 

Des paroles que les utilisateurs du réseau social Twitter ont pris au pied de la lettre. Avec humour, ironie ou colère, les commentaires ont immédiatement fusé sur la montre arborée par le calife, supposée de luxe. Selon le site du quotidien britannique The Telegraph, le modèle ressemble fortement à une Rolex, à une Omega ou à une Sekonda et pourrait valoir environ 3 500 livres (4 400 euros). 

Les internautes s'étonnent de ce signe de richesse, alors que le calife est censé être "humble et pieux", ce qui décrédibilise selon eux son statut. Certains n'hésitent pas à parler de "faux pas", voire de "vol". cf Le « calife » de l’Etat islamique critiqué pour sa montre 2723

Tout le Moyen-Orient aspiré par le tourbillon jihadiste :

Marc SEMO 24 juin 2014 à 20:06 (Mis à jour : 25 juin 2014 à 15:20)

La carte du peuplement sunnite, kurde et chiite au Moyen-Orient. (Ide)

DÉCRYPTAGE

 La carte du peuplement sunnite, kurde et chiite au Moyen-Orient.

 

La carte du peuplement sunnite, kurde et chiite au Moyen-Orient. (Ide)C’est toute la zone de l’Iran à la Méditerranée que peut faire sombrer l’offensive de l’Etat islamiste en Irak et au Levant. Et l’Occident assume son impuissance.

L’émergence de l’Etat islamique en Irak et au levant (EIIL), composante la plus radicale et violente de la coalition sunnite à l’offensive contre le pouvoir chiite de Bagdad représente un tournant pour le Moyen-Orient notamment par ses implications régionales.

Sur le même sujet

En quoi l’EIIL change-t-il la donne ?

 

Agissant aussi bien en Syrie qu’en Irak, ce groupe jihadiste annonce haut et fort sa volonté de balayer les frontières tracées en 1916 par le Britannique Mark Sykes et le Français François-Georges Picot qui ont dessiné les contours des actuels Etats arabes sur les décombres de l’Empire ottoman. «L’EIIL n’inscrit pas son combat dans une perspective nationale contre un pouvoir jugé illégitime. Il combat dans une optique confessionnelle et panislamiste avec comme priorité l’élimination des chiites en Irak comme en Syrie et, au-delà, au Moyen-Orient», souligne Myriam Benraad, chercheuse au Ceri et au European Council for foreign relations. Le groupe dirigé par Al-Bagdadi - qui se pose ouvertement en rival d’Al-Zawari, le successeur d’Oussama Ben Laden à la tête d’Al-Qaeda - est aujourd’hui considéré par les Occidentaux comme la principale menace. Mordant sur l’est de la Syrie et le nord-ouest de l’Irak ce «Sunnistan» destiné à devenir une base du jihad dans toute la région a aussi pour effet immédiat d’accélérer la désagrégation de l’Irak avec un sud chiite - y compris Bagdad (60% de la population) et un Kurdistan (18%) déjà de fait indépendant depuis 1991. Les Kurdes ont en outre maintenant le contrôle de la riche ville pétrolière et multiethnique de Kirkouk qu’ils revendiquent comme capitale. «L’Irak est en train de se désintégrer de toute manière et le gouvernement central ou fédéral a perdu le contrôle de tout», clame Massoud Barzani, président d’un gouvernement régional kurde toujours plus lié à la Turquie

La prison vivier de terrorisme : 

Le juge Trévidic. « La religion n'est pas le moteur du jihad »
© Le Télégramme Pire qu'avant ». Loi sur le renseignement ? « Un raté ». Alors qu'il quitte le pôle antiterroriste après 15 années (*), le juge MarcTrévidic dresse un inquiétant bilan sur les menaces, et les réponses qui leur sont apportées.
© Le Télégrammehttp

 Vous affirmez que le jihadisme est devenu « un phénomène de mode » ?
Oui. Ceux qui partent faire le jihad agissent ainsi à 90 % pour des motifs personnels : pour en découdre, pour l'aventure, pour se venger, parce qu'ils ne trouvent pas leur place dans la société... Et à 10 % seulement pour des convictions religieuses : l'islam radical. La religion n'est pas le moteur de ce mouvement et c'est ce qui en fait sa force. C'est pour cette même raison que placer la déradicalisation sous ce seul filtre ne pourra pas fonctionner.

[HD] Génération Djihad

Quelles sont les implications régionales ?

L’onde de choc commence à toucher le Liban et le président américain Barack Obama évoquait ouvertement dimanche «le débordement sur des pays alliés comme la Jordanie». Il y a aujourd’hui un risque bien réel d’un effondrement de tous les Etats arabes entre l’Iran et la Méditerranée. Dans ce chaos, seuls demeurent stables les puissances régionales comme l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Turquie, ainsi qu’Israël même si l’Etat hébreu reste en dehors de la mêlée. La guerre chiites-sunnites qui ravage la Syrie et l’Irak implique toujours plus directement Téhéran et Riyad, respectivement première puissance chiite et référence d’un islam sunnite ultraconservateur. Pour Téhéran il est vital de conserver un Irak «ami» dominé par les chiites - mais pas nécessairement par l’actuel Premier ministre Nouri al-Maliki - car c’est le pivot central d’un «arc chiite»via Damas avec le régime de Bachar al-Assad et le Liban avec le Hezbollah. Riyad se retrouve dans une équation plus complexe. «L’EIIL et des groupes similaires ont bénéficié de puissants protecteurs financiers comme l’Arabie Saoudite ou d’autres monarchies du Golfe mécontentes du minimalisme de la doctrine Obama qui laisse le champ libre à l’Iran dans l’ensemble du Moyen-Orient», note Kendal Nezan, président de l’Institut kurde. Cette monarchie gérontocratique alliée des Etats-Unis est consciente du danger qui, à terme, la menace aussi.

Located 220km south of Amman, Maan was the epicentre of Jordan's "April Awakening" in 1989, when protests erupted over a raise in the price of commodities, and spread to the cities of Karak and Salt, among others. The protests then evolved to a demand for more basic freedoms in Jordan, and as a result, martial law was lifted in the Kingdom and parliament was re-instated after being suspended for eight years.

 

But since then, the city's residents - numbering about 100,000 people - say they have been marginalised from the government's developmental projects. The city has an unemployment rate of 19 percent, as opposed to the average of 12.1 percent nationwide. Maan also has the highest poverty rate, at 24.1 percent, compared to a national average of 13.1 percent, recorded in 2010.

 

To stem these tensions, critics say it is time for the Jordanian authorities to make serious improvements to the country's economic and social problems. "Jordan should address problems in Maan before it is too late," said Jordanian writer and political analyst Mohammad Swedan. ( After the latest round of violence, The National Center for Human Rights issued a statement.Further, after passing its amended controversial anti-terror law,)

 

"They often talk about developmental programmes over there, but it is either such programmes are not real, or they need to rethink how they are doing things."

Que peuvent les Occidentaux ?

Les Etats-Unis sont sur le départ et personne ne peut les remplacer. Et pour quoi faire ? L’invasion américaine de 2003 a eu pour principal effet d’offrir l’Irak à l’expansionnisme iranien. Une intervention strictement aérienne comme celle menée par l’Otan en 2011 contre Kadhafi a aussi laissé le chaos. La non-intervention en Syrie et le refus d’aider une rébellion d’abord démocrate a fait le lit des islamistes radicaux. Et le fait que Barack Obama se soit défaussé par rapport à la «ligne rouge» qu’il s’était lui-même fixé sur l’emploi des armes chimiques par le régime a encore un peu plus écorné sa crédibilité. Malgré les quelque 10 milliards d’euros investis par les Américains, l’armée irakienne reste inopérante comme l’a montré son effondrement à Mossoul. Ni les frappes de drones, ni même le déploiement d’une centaine d’hommes des forces spéciales ou de conseillers ne peuvent changer la donne. D’où l’insistance de Washington sur une solution politique et un partage du pouvoir avec les sunnites et les Kurdes. Une position qui est aussi celle de la France telle qu’elle a été rappelée jeudi après un conseil de défense à l’Elysée.

 

 

Djihad, Un Voyage Sans Retour [Doc Choc] - YouTubeBerurier Noir- Porcherie (Original) : 

 

 

A propos de la ennieme bourde de Le Pen consciente  : " à sa place je demanderai "égorgé à l'opinel" comme ça il resterait dans ses habitudes de tortionnaire!!et puis peine de mort pour des gars prets à mourir en kamikases ... trés dissuasive comme peine, quel con!!!"

 

C'est comme la déchéance de la nationalité alors que les djihadistes la rejettent en bloc, et son même fière de déchirer leur passeport pour rejoindre le Califat."

 Tel père, telle fille :
 
 

Quand je pense aux 40 % de crétins qui disent vouloir voter pour elle, je leur dis qu'c'est eux qui sont à mettre dans la fosse septique !Pour Marion Maréchal-Le Pen, les musulmans "ne peuvent avoir exactement le même rang" que les...Marion Maréchal-Le Pen estime, dans un entretien à Présent, revue d'extrème-droite catholique.LEJDD.FR|PAR VIVIEN VERGNAUD (AVEC AFP)

 

 Couvre-feu  : Couvre-feu film complet en francais 

 

Comme un être de déjà vu, cf Couvre-feu : Les lois d'urgences - L'indigné RévoltéPour préparer ses attaques, l'État islamique se réfère aux idées de l'auteur de l'«Appel à la résistance islamique mondiale». Il y incite des cellules clandestines indépendantes à agir en Europe pour susciter un climat de guerre civile.

 

.

«L'ennemi est fort et puissant, nous sommes faibles et pauvres. La guerre sera longue.»

Abou Moussab al-Souri 

MEN !!!!

 

 
Les attaques de Paris ont concrétisé une crainte relayées depuis plusieurs mois par de nombreux responsables politiques européens, essentiellement populistes: celle d'infiltrations terroristes parmi les migrants qui affluent depuis cet été par la route des Balkans. Deux des trois kamikazes du Stade de France ont en effet été contrôlés à la frontière grecque début octobre


« Aujourd'hui, les gouvernements d'Europe sont sous la pression des partis populistes et de l'opinion publique. Cela conduit d'ailleurs a un changement de perception de ces migrants: Au début de l'été, ils étaient considérés comme des personnes en détresse à aider; Puis les dirigeants européens ont modifie peu à peu ce discours. Ils ont estimé qu'on ne pouvait pas tous les accueillir, et qu'ils devaient accepter la répartition qu'on leur proposait au lieu de vouloir systématiquement rejoindre l'Allemagne et la Suède. Enfin, depuis les attaques de Paris, le lien entre immigration est terrorisme est présent dans les esprits.
 
Non, revenir sur l'accord Schengen n'est pas la solution. Le rétablissement provisoire des contrôles aux frontières est prévu par le traité, c'est d'ailleurs ce qui s'est passé entre la Belgique et la France au lendemain des attentats de Paris. Au demeurant il semble que Salah Abdeslam ait été contrôlé de retour vers la Belgique et soit quand même passé. Par ailleurs, les terroristes en puissance ne reviennent pas tous de Syrie. Certains se sont radicalisés à l'intérieur même de nos frontières. Le problème est donc plus large que la question de l'accord Schengen. »
 
Qui sont les jihadistes français ?
Qui se radicalise, pourquoi et par quels processus ? En France apparaissent deux groupes aux ressorts distincts, l'un issu des banlieues et passé par la délinquance, l'autre venant des classes moyennes, le regard tourné vers la Syrie.


Extrait : " L'EI déclare en même temps la guerre aux démocraties occidentales avec une surenchère dans la politique du pire, qui vise à provoquer l'Occident en revendiquant ouvertement tout ce qui est susceptible de provoquer l'effroi des opinions publiques occidentales. Il s'agit de transcender les limites de son avancée territoriale en apparaissant comme l'avant-garde des musulmans face aux « croisés », ce qui facilite la fédération des groupes jihadistes-salafistes sous son drapeau. Atteintes aux droits des femmes, des minorités, des homosexuels, exécutions de masse, décapitations et crucifixions, retour à l'esclavage, c'est comme si les dirigeants de l'EI avaient consciencieusement listé tout ce qui était susceptible d'entraîner dans l'urgence l'Occident dans une guerre avant même qu'une solution politique n'ait pu être pensée pour accompagner la campagne militaire, limitée à des bombardements aériens" .




cf A lire 
Abou Moussab al-Souri, l'inspirateur des attentats de Paris


On peut donc penser que l'opération de l'Etat Islamiste ou Daesch a été un franc succès : 


Le «ventre mou» de l'Occident
Abou Moussab al-Souri, lui, se fait l'apôtre d'un djihad décentralisé, qu'il appelle «nizam la tanzim» (un système et non une organisation). Pour mieux se jouer desservices de renseignement, l'initiative revient à des «loups solitaires» ou descellules clandestines sans lien avec un centre de commandement.. Selon lui, les attentats répétés engendreront une réaction islamophobe qui poussera les musulmans résidant dans ses pays à rejoindre leurs rangs.
 
L'État islamique a, depuis, repris les idées d'al-Souri à son compte. «Les musulmans des pays occidentaux vont maintenant rapidement se retrouver face à un choix, soit ils s'apostasient et adoptent la religion mécréante propagée par Bush, Obama, Blair, Cameron, Sarkozy et Hollande pour vivre au milieu des mécréants, soit ils font leur hijra (exil, NDLR) jusqu'à l'État islamique et ainsi échappent à la persécution des gouvernements et citoyens croisés», pouvait-on lire en février dernier dans la revue de propagande DabiqSi les idées ont perduré, le sort d'Abou Moussab al-Souri est, lui, plus incertain. Après avoir passé de longues années dans les geôles de la CIA, l'homme a été transféré en Syrie deux ans après sa capture. Il a sciemment été remis en liberté par le régime en 2011 alors que débutait la guerre civile.

 

Emni, la branche secrète de l'organisation État islamique - YouTube

n

Selon Courrier international A la demande du gouvernement libyen d’union nationale, l’armée américaine a bombardé Syrte, fief de l’Etat islamique dans le pays. Elle ouvre ainsi un troisième front contre l’organisation terroriste, après l’Irak et la Syrie.

Une enquête du New York Times révèle en partie les rouages de cette «filiale», chargée de recruter des combattants et de planifier des attentats à l'étranger.

n savait encore peu de chose sur la cellule secrète «Emni». Une longue enquête du New York Times publiée ce mercredi permet d'en apprendre davantage sur cette branche de l'État islamique chargée d'exporter le terrorisme à travers le monde. Selon le quotidien américain qui a pu consulter des documents des services de renseignements européens, interroger des officiels américains et rencontrer un ancien combattant de Daech, Emni serait un rouage essentiel de l'organisation terroriste.

Objectif de cette «filiale» créée en 2014: planifier des attaques en dehors des territoires contrôlés par Daech. Pour cela, les responsables d'Emni recrutent, forment et envoient des combattants à l'étranger. Il peut s'agir de candidats fraîchement arrivés sur les terres du djihad comme de «soldats» aguerris et rompus aux techniques militaires. Ces derniers sont sélectionnés par nationalité et regroupés par langue en petites unités discrètes, dont les membres se rencontrent parfois à la veille de leur départ à l'étranger, écrit le quotidien américain. À l'image des commandos qui ont frappé Paris et Bruxelles en novembre 2015 et en mars 2016. C'est aussi l'Emni qui aurait missionné le terroriste responsable de la tuerie dans le musée du Bardo et le tireur de la plage de Sousse, à chaque fois en Tunisie.

Le risques des retours ou des radicalisés sur place 

Les trois femmes radicalisées et interpellées hier soir par les services de police avaient comme projet d'attaquer la Gare de Lyon, celle de Boussy Saint-Antoine, ainsi que des policiers, selon BFMTV


 Le distributeur Studio Canal a demandé aux 237 cinémas qui projettent Bastille Day, sorti en salles le 13 juillet, de déprogrammer le film. Ce thriller avec Idriss Elba imagine les préparatifs d'une attaque terroriste en France la veille du 14 juillet. 
 
Bastille Day  - YouTube 
 

 

L'affiche montrant les deux héros une arme à la main est accompagnée d'un slogan qui fait polémique depuis les événements de Nice : «Le 14 juillet, ce sont eux le feu d'artifice».
 
New Action Movies 2016 # Bastille Day # Full Movie English Adventure

 

Berlin craint la présence sur son sol de plus de 500 islamistes

Plus de 500 activistes islamistes sont présents sur le sol allemand et sont susceptible de commettre des attentats, a prévenu samedi le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière.

Lors d'un entretien accordé au journal Bild, Thomas de Maizière a estimé à au moins 520 le nombre "d'assaillants potentiels" présents dans un pays où les forces de sécurité sont en état d'alerte depuis les deux attaques commises en juillet par des individus se réclamant de l'Etat islamique. Selon lui, 360 autres personnes sont connues des autorités en raison de leur liens avec des assaillants potentiels. De nombreux Allemands redoutent que des combattants appartenant à l'EI se soient glissés dans les rangs des réfugiés et migrants arrivés l'année dernière en provenance de Syrie, d'Afrique du Nord et d'Asie.
 
Un Tunisien "radicalisé" a été expulsé par la France vers son pays, en raison de "la menace" qu'il "faisait peser sur l'ordre public", a annoncé aujourd'hui le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, une mesure portant à 18 le nombre d'expulsions de ce type depuis début 2016. "Depuis 2012, plus de 80 arrêtés d'expulsion d'individus radicalisés ont été pris", rappelait Beauvau début septembre. 
 

Interrogé par le New York Times, un ancien combattant de Daech dit avoir rencontré plusieurs membres de l'Emni l'année dernière, lorsqu'il était en Syrie. Avant les attentats de Paris, «ils m'avaient dit qu'ils avaient plusieurs personnes positionnées en Europe, prêtes à passer à l'action», raconte ce détenu aujourd'hui incarcéré en Allemagne. «Ils voulaient avoir une action simultanée. Ils souhaitaient que plusieurs attaques aient lieu en même temps en Angleterre, en Allemagne et en France». Arrêté le 20 juillet 2015 à son retour de Syrie, Harry Sarfo purge depuis une peine de trois ans de prison.

Des intermédiaires «propres» pour ne pas se faire repérer

À l'origine, Emni était seulement un organe de sécurité intérieure, dont les membres étaient chargés de détecter des espions en Irak et en Syrie. Mais au fil du temps, cette branche a vu son domaine d'action s'élargir et s'est vue confier l'organisation des opérations extérieures. Il s'agit «d'envoyer des gens partout dans le monde pour mener des actions violentes, tuer ou bien recruter des jeunes ou ramener des produits chimiques pour les armes», avait expliqué un djihadiste français devant les enquêteurs de la DGSI l'année dernière. Chaque espion touchait 50.000 euros de l'Emni pour mener une attaque en Europe, selon cet homme dont les propos ont été rapportés dans les colonnes du Parisien.

L'enquête du New York Times révèle aussi les méthodes d'Emni pour éviter que ses assaillants ne se fassent repérer avant leur passage à l'acte. En effet, l'organisation terroriste aurait recours à des intermédiaires pour mettre en relation les candidats désireux de commettre un attentat dans leur pays et des instructeurs infiltrés en Europe. Ces entremetteurs seraient de nouveaux convertis à l'Islam, des hommes «propres», sans connexion avec des islamistes radicaux, précise le détenu Harry Sarfo. Leur mission consiste essentiellement à faire passer des consignes aux futurs assaillants ou encore de transmettre des vidéos de djihadistes ayant prêté allégeance à l'EI avant leur attaque. Ainsi, certains terroristes en apparence isolés pourraient avoir bénéficié de plus larges complicités pour accomplir leur projet mortifère.

Al-Adnani, chef de l'Emni

À la tête de cette organisation secrète, on retrouve le porte-parole de l'État islamique Mohammed al-Adnani, également responsable de la propagande. Né dans le nord de la Syrie, cet homme âgé de 39 ans est un personnage discret, dont on sait peu de chose. Même les combattants les plus entraînés n'ont jamais vu son visage. Le djihadiste allemand Harry Sarfo dit l'avoir rencontré une fois au moment de prêter allégeance à l'État islamique. Mais il n'a jamais pu le voir: l'entourage d'al-Adnani ayant pris soin de lui bander les yeux lors de l'entretien.

(....) 




Les actes islamophobes et racistes reprennent du poile de la bête - même si on peut penser qu'ils n'ont jamais disparu - profitant des accès de fièvre pour revenir sur le devant de la scène. 


« On doit lutter contre le terrorisme sans porter atteinte à nos libertés - Ligue des droits de...
LDH-FRANCE.ORG »
 
On a pas l'air d'aller vers l'apaisement : AMBIANCES d'avant guerre...
 
« un lienA Sens, le premier couvre-feu appliqué à l'ensemble de la population d'un quartier
LEMONDE.FR »
 
 

 
Ce qui se passe actuellement me rappel ce film qui a le mérite d'avoir été produit avant les attentats du 11 septembre 2001 et malgré quelques racourcis pose des bonnes questions comme :
- Comment une "société démocratique  ( ici les Etats Unis, en référence 1er attentat du Wall street Center") gère une menace diffuse, sans être capable de la nommer ou de savoir ou elle va frapper. C'est une guerre asymétrique d'un nouveau genre. Il y a un effet d'émotion, de panique et de colère qui m'amène a la deuxième question :
- Est ce qu'un peuple est prèt a accepter de voir rogner ces libertés, sous le coups de l'émotions, de la peur, de la colère et de laisser les pleins pouvoir à l'armée ( ici jouer par Bruce Willis) mais qui nous rappel les récents évènements
- Enfin : que veulent les trerroristes en frappant en plein coeur de la Ville. On apprendra par la suite, que sous prétexte de vouloir se venger des américains qui après les avoir soutenu aurait lacher leurs chefs dans ce qui ressemblerais à l'Afghanistan. Mais il apprait qu'ils cherchent surtout à diviser les communautés entre elle. La réaction serait que leurs attentats déclenchent des actes de vengeance, un controle accrue et répression accrue sur la communauté musulmanne qui amenerait a une radicalisation de celle ci tout en semant la peur et le désordre, voir mettre en place un régime autoritaire qui détruirait les fondement de nos démocratie 
 
« un lien. Après les attentats, des musulmans agressés partout en France
..SLATE.FR»
 
Dérives sécuritaires : ce n'est que le début...
L'ensemble de la population d'un quartier (quartier des Champs-Plaisants) soumise à un couvre-feu à Sens : interdiction de « la circulation piétonne et routière, sauf les véhicules d'urgence », « à compter de vendredi 20 novembre, 22 heures, jusqu'au lundi 23 novembre, 6 heures ».

==> "Ce couvre-feu fait suite à des perquisitions administratives menées dans la nuit de jeudi à vendredi par les forces de police, de gendarmerie et des unités du GIGN, qui « ont donné lieu à la découverte d'armes non autorisées et de faux papiers ». La préfecture a ajouté que des personnes avaient été placées en garde à vue, sans en préciser le nombre."

 

Cette tragédie s'inscrit dans une série d'acte de représailles de Daech ou EI, selon le nom que l'on lui donne.

 
La tuerie a Kobané, - Les deux attentats en turquie ( 34 morts et 102 morts),- L'attentat de l'avion russe, en représailles à l'intervention russe en Syrie a Bachar Al Assad, - L'attentat de Beyrouth, visant un fief du Hezbollah - chaud partisan de Bachar Al Assad et de l'Iran,  
 
Bon de rappeler face a l'effet moutonnier ou de mode qui mélange simple peur psychologique et récupération a la chaine de slogan hastagran du type " je suis...." afin de se donner bonne conscience dans le meilleur des cas pour mieux se rendormir ensuite. Cf : A lire La loi d'urgence - Citoyenactif


 à les évolutions néfastes de facebook et d'internet en général
 
« Une vague de mimétisme inonde les réseaux sociaux comme FB. Une multitude d'avatar avec le drapeau français, des soutiens a la politique de soutiens a la surveillance, des pleures et photo du chiens de la BAC tué dans l'attaque contre le commandos inonde la toile . Nous assistons a donc les médias commençant à ne plus savoir quoi nous dire font leur beurre avec une chienne des flics morte... 
Hâte de voir les photos de profil:
JE SUIS UNE CHIENNE
 »



'l'escroc, sans doute le plus célèbre de Facebook (on se demande comment il fait pour encore se faire accepter) des centaines d'identités avec la même photo https://www.facebook.com/profile.php?id=100010732894425' : Patrick Perrin

 

Marc SEMO

Recommandé parWelcome to the new Islamic State The declaration comes as no surprise as ISIL's ambition has always been bold, but its significance is yet to unfold. ( 30-Jun-2014 ) The fierce ambition of ISIL's Baghdadi,ISIL: Rising power in Iraq and Syria, The 'Sykes-Picot' borders ISIL wants gone,Map: Rebels' path through Iraq Anger boils over in the 'Fallujah of Jordan'   Al-Qaeda flags have been raised in Maan, where residents say they are tired of police brutality and a lack of services. Areej Abuqudairi Last updated: 05 Jul 2014 10:

Al-Qaeda toujours en état de nuire - citizen Khane : AccueilMondeSyrie, la guerre sans fin Les Cowboys - Bande-annonce officielle HD 

 

A lire aussi : Iran, élection présidentielle, esfandiar rahim mashaie, ahmadinejad, l'ayatollah ali khamenei,, racisme, géopolitique, documentaire, gardiens de la révolution, documentaire, reportage, les frères musulmans, religion ,

 

iran, élection présidentielle, esfandiar rahim mashaie, ahmadinejad, l'ayatollah ali khamenei,, racisme, géopolitique, documentaire, gardiens de la révolution, documentairereportage, les frères musulmans,

 

 l'eiil, irak, syrie, , géopolitique, guerre civile, gaire sainte, al-qaida, aymen zawahiri, abou bakr al-baghdadi, califat, calife, djihad, djihad irak, djihadisme, eiil, etat islamique, guerre irak, international, actualités , le moyen-orient, le tourbillon jihadiste, l’etat islamique en irak et au levant, eiil, , géopolitiques, djihadistes, irak, syrie, moyen orient, middle east, anti-terror law, le hezbollah , irak, tensions religieuses, géopolitique, , l'eiil, djihadiste d'al-qaida, l'etat islamique en irak et au levant, eiil, abou bakr al-baghdadi, le régime de Saddam Hussein

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu