Avertir le modérateur

13/11/2017

La malédiction du pétrole

n

 
 
 
Aucun texte alternatif disponible.
GENEVE MULTICULTURELLE - GENEVE ANTIFA ! a ajouté une photo à l’album ÉCOLOGIE (vignettes, photos, etc).
 
une vision exacte des choses et comme aurait dit Brassens "j'ai bien peur que la fin du monde soit bien triste"
 

 

Géopolitis

Lorsque Donald Trump se retire de l'accord de Paris et annonce des coupes massives dans le budget de l'environnement, la Chine confirme son virage vert. Elle entend investir à court terme 360 milliards de dollars dans les énergies renouvelables. Le pari est immense car l'Empire du Milieu consomme à lui seul la moitié du charbon de la planète. Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 12 novembre 2017. Le site de Géopolitis : http://geopolitis.ch #géopolitis

 

 

  12 nov.  Plus La  ça vous dit quelque chose ? La Terre est pas sortie de l'auberge...

COP23: Washington défend les énergies fossiles, vives critiques

La Maison-Blanche organise lundi soir à la conférence climat de l'ONU à Bonn une réunion pour défendre "le rôle des énergies fossiles" dans la lutte contre le réchauffement climatique, une initiative critiquée par les défenseurs des énergies vertes réunis à la COP23. "Les Etats-Unis s'efforcent de continuer à travailler étroitement avec les autres (pays) pour les aider à accéder à des énergies fossiles plus propres et efficaces".

» LIRE AUSSI - «Nous mettons en péril notre avenir» : 15.000 scientifiques alertent sur l'état de la planète

L'initiative est d'ores et déjà critiquée au sein de ce forum, les émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement, étant liées pour 3/4 aux énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz). Il se déroule le jour de la publication d'un rapport montrant une hausse en 2017 des émissions de CO2 liées aux énergies fossiles, après trois ans de stabilité. Frank Bainimarama, le premier ministre de Fidji, président de la COP23, a accueilli fraîchement l'initiative américaine de lundi. Les Etats-Unis "crachent à la figure des victimes du changement climatique", en faisant la promotion des énergies fossiles, a réagi l'ONG Les Amis de la Terre. "Le charbon propre" ça n'existe pas, a dit Piers Forster, climatologue à l'université de Leeds: "Le charbon n'est pas propre, il est dangereux", a-t-il souligné dans une déclaration au Science Media Centre de Londres.

State of Denial: Trump vs climate change : État de déni: Trump vs changement climatique

What does a Trump administration mean for science and environmental policy as science vs politics debates intensify?

Science & Technology, United States, Environment, Donald Trump

 
 
 
Au cours des premiers jours de la présidence de Donald Trump, les militants écologistes et les scientifiques ont regardé avec inquiétude les données de l'administration Obama sur le climate change - changement climatique simplement disparaître des sites Web du gouvernement.

Soudainement, en tant que scientifique sur les lignes de front, vous vous trouvez dans un monde complètement différent - pour lequel vous n'avez pas été formé, où vous êtes personnellement dénigré.

Michael Mann, climatologue

C'était la première d'une série de mesures qui indiquaient clairement que cette administration adopterait une approche très différente de celle de son prédécesseur pour faire face au réchauffement de la planète.

Pour les républicains, avoir un ami à la Maison Blanche signifie qu'ils ont maintenant une porte ouverte pour annuler les règlements clés qui seront une aubaine pour l'industrie de l'energy.

C'est un chemin qu'ils avaient construit bien avant l'arrivée de Trump, les républicains niant non seulement que les humains augmentent le réchauffement climatique - mais accusant les scientifiques de mentir au public.

Alors qu'une nouvelle administration prend le pouvoir à Washington, Phil Torres explore ce que l'ère Trump signifiera pour la communauté scientifique - et l'avenir de la planète.

 
 

Fault Lines - State of Denial - YouTube

Source: Al Jazeera

  10 hil y a 10 heures Plus Les mots utilisés par les scientifiques dans ce cri d'alarme sont forts. Soyons à la hauteur des enjeux. Agissons maintenant... ou jamais !

» 15.000 scientifiques alertent sur l'état de la planète
Dans un appel publié par la revue Bioscience et relayé en français par Le Monde, 15.000 scientifiques de 184 pays soulignent l'état alarmant des indicateurs de l'état de la planète et appellent à agir concrètement contre «une souffrance généralisée et une perte catastrophique de biodiversité». publié en français dans Le Monde

 

Accord sur le climat: les points clés

 

  1. La  s'ouvre aujourd'hui à Bonn, sur fond de signes alarmants pour le

 

De la servitude moderne,
 

De La Servitude Moderne  par ClaVieFrere2011 . l. L’endettement de l’Etat :  cf voir l’article cfLien entre capitalisme et l’endettement - Antalya

 n Cri d’alarme sur l’état de la planète : « Notre mode de développement est en cause autant que la croissance démographique » 

Stéphane Foucart, journaliste au service Planète, a répondu à vos questions sur le manifeste publié par quinze mille scientifiques qui mettent en garde contre la destruction rapide du monde naturel.
puits de petrole en feu


 au capitalisme sauvage, la croissance ne doit jamais s’arrêter. Il faut produire, produire et reproduire encore.

 « C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. » Victor Hugo Le pillage des ressources de la planète, l’abondante production d’énergie ou de marchandises, les rejets et autres déchets de la consommation ostentatoire hypothèquent gravement les chances de survie de notre Terre et des espèces qui la peuplent. Mais pour laisser libre court au capitalisme sauvage, la croissance ne doit jamais s’arrêter. Il faut produire, produire et reproduire encore. Et ce sont les mêmes pollueurs qui se présentent aujourd’hui comme les sauveurs potentiels de la planète. Ces imbéciles du show business subventionnés par les firmes multinationales essayent de nous convaincre qu’un simple changement de nos habitudes de vie suffirait à sauver la planète du désastre. Et pendant qu’ils nous culpabilisent, ils continuent à polluer sans cesse notre environnement et notre esprit. Ces pauvres thèses pseudo-écologiques sont reprises en cœur par tous les politiciens véreux à cours de slogan publicitaire. Mais ils se gardent bien de proposer un changement radical dans le système de production. Il s’agit comme toujours de changer quelques détails pour que tout puisse rester comme avant.
 

 

 Le Dessous des cartes - ARTE Malgré le développement des énergies alternatives, le charbon occupe encore une place importante dans l'énergie mondiale. D'un excellent rendement calorique, c'est aussi une énergie fossile très polluante, responsable à elle seule de la moitié des émissions de dioxyde de carbone produites par le secteur de l'énergie. Pourtant, son avenir est loin d'être menacé. Magazine (France, 2017, 13mn) ARTE F

mate change: Are the media failing us?

Why journalists fail to adequately report on climate change. Plus, the perils of covering the environment in Indonesia.

Media, Indonesia, Climate SOS, Environment

 
 
Indonésie: Les médias et l'environnement
Source: Al Jazeera

Lors de la visite du président américain effectue, ce 4 juin, sa troisième visite en Louisiane depuis le déclenchement de la marée noire qui souille le golfe du Mexique et les côtes américaines. Si BP est bel et bien le responsable de ce qui apparaît comme la pire catastrophe écologique des Etats-Unis, l'impuissance du pétrolier à mettre fin au désastre rejaillit sur le président. La marée noire (qui a durée plus dequarante jours) – et la façon dont les dessinateurs en rendent compte – est le sujet des prochains Crayons de Courrier, qui seront diffusés, le samedi 5 juin, dans le cadre de l'émission ARTE Reportage, à 19 heures.Certains n’hésitent pas a faire le rapprochement et ses conséquences politiques entre la marée noir de BP en Louisiane pour Barak Obama et  la catastrophe du cyclone Katrina pour Georges Bush. Même si le nombre de morts divergents, les impacts économiques, sociaux et écologiques sont très grave et le retard dans la communication créer de plus en plus de mécontentement dans la population. Pour en savoir plus sur les dégâts de ce mécanisme implacable : Histoire de l'industrie pétrolièreHistoire de l'industrie pétrolière

 
 

La fuite de gaz qui touche la région de Los Angeles depuis octobre 2015 pourrait prendre des mois à être neutralisée.

fin de petrole
 

 

L’image contient peut-être : texte
 

La malédiction du pétrole

Philippe Chalmin Les Echos | Le 23/12/2016
L'accord sur la réduction de sa production conclu par l'Opep en novembre sera-t-il respecté ? Rien n'est moins sûr tant les économies des pays producteurs sont dépendantes de l'or noir. Une addiction dont ils devront s'affranchir un jour.

e qu'on fait avec du pétrole ? De la misère, de la guerre, de la laideur. Un monde misérable. " Telle est la réponse faite à une question de la Folle de Chaillot dans la pièce de Jean Giraudoux dont la première eut lieu quelques mois après sa mort, en 1945. A l'époque, la grande aventure du pétrole, matière première stratégique par excellence du XXe siècle, commençait à peine et le développement de sa production, encore étroitement contrôlée par les majors semblait devoir être une bénédiction pour les pays producteurs. Mais, soixante-dix ans plus tard, le constat de Giraudoux se révèle d'une cruelle réalité et la malédiction du pétrole pèse sur des producteurs qui en sont désormais captifs. Entre-temps, il y a eu trois chocs pétroliers, deux contrechocs, la fin de deux cartels, celui des compagnies et celui de l'Opep, de multiples tentatives de replâtrage, dont la dernière fin novembre 2016 peut susciter quelque scepticisme. Entre-temps, la manne du pétrole a été la plupart du temps gâchée et perdue, tandis qu'elle corrompait les économies et les hommes.

Le constat est malheureusement sans appel tant les vapeurs du pétrole sont montées à la tête d'hommes comme Saddam Hussein, Kadhafi, Chavez et tant de généraux algériens ou nigérians, tant l'argent du pétrole a pu financer toutes les folies somptuaires dans le Golfe, en Asie centrale ou en Afrique. La Norvège, et dans une moindre mesure, le Royaume Uni, les seuls contre-exemples quelque peu vertueux de pays qui ont su se préserver en isolant la rente du pétrole et, pour la Norvège, en la consacrant aux générations futures. A contrario, la Russie n'a cessé d'augmenter ces dernières années son addiction au pétrole et aux hydrocarbures en général, quitte à hypothéquer quelques bijoux de famille (19,5 % de Rosneft début décembre 2016) pour tenir son train de vie.

Dans ce contexte, les promesses faites à Vienne le 30 novembre 2016 ressemblent un peu à celles de drogués en état de manque jurant un peu tard, à l'image de l'Arabie saoudite, de leur prochaine désintoxication. Sur le papier l'accord est séduisant avec une baisse d'au moins 1,5 million de barils par jour, qui correspond grosso modo à l'excédent qui a pesé sur le marché mondial en 2016. Mais le diable étant dans les détails, on peut se demander sur quelle base de production vont être calculées ces coupures : entre octobre et novembre 2016, la production des membres de l'Opep a augmenté de 370.000 barils par jour et celle de la Russie de plus de 100.000. Quel crédit apporter aussi aux engagements de l'Irak, dont le contrôle effectif sur la production et les expéditions du Kurdistan est tout théorique.

Et puis il y a bien sûr l'hypothèque américaine : les Etats-Unis ont vu leur production diminuer de 1 million de barils par jour depuis le début de 2015, à la suite de la baisse des prix. Depuis, les coûts de production des pétroles « captifs " n'ont cessé de diminuer et sont désormais bien inférieurs à 50 dollars le baril. L'administration Trump promet d'être moins sourcilleuse en matière d'environnement et sera dès janvier confrontée à l'épineux dossier de la construction d'un oléoduc, qui, pour sortir le pétrole du Dakota, traverserait les territoires de tribus indiennes, lesquelles y sont fortement opposées (toute comparaison avec des affaires en France comme Sivens ou Notre-Dame-des-Landes est largement valable...). Les Etats-Unis seront en 2017 le producteur d'appoint du marché pétrolier mondial et pour eux au moins la malédiction du pétrole est à peu près maîtrisée.

2017 sera donc encore une année d'incertitudes pétrolières. Les pays producteurs vont devoir apprendre à vivre avec du pétrole quelque part autour de 50 dollars le baril et guère plus. On est loin des équilibres budgétaires qui, pour la plupart d'entre eux, se situent autour de 80 dollars à 90 dollars le baril. Certains ont encore des poches profondes, mais, pour les autres, du Venezuela à l'Afrique subsaharienne et à l'Asie centrale, ce sera un temps de vaches encore bien maigres. Peut-être pourront-ils alors méditer la phrase de Giraudoux et trouver les moyens d'en desserrer l'étreinte. Pour le reste du monde, ce pétrole à 50 dollars est aussi une autre forme de malédiction, qui menace les belles intentions de transition énergétique harmonieuse. Giraudoux, en ce sens, avait tort : le pétrole a été un maillon essentiel d'une croissance économique qui a permis à la planète de triompher des défis démographiques et sociaux qui furent les siens dans la seconde partie du XXe siècle. Le grand enjeu du XXIe siècle sera lentement de s'en détacher.

source , La malédiction du pétrole 
 


 
 Faut-il Avoir Peur de la fin du Pétrole 

 
 
L’image contient peut-être : texte

07/11/2017

Trump sur pied de guerre

n

n
 

Trump sur pied de guerre
 
Géopolitis


Donald Trump va-t-il déclarer la guerre à la Corée du Nord ? Jamais depuis la crise des missiles de Cuba, le monde n'avait été confronté à un tel risque de déflagration nucléaire. Iran, accords de Paris ou traité transpacifique, le président américain défait pièce par pièce l'héritage de Barack Obama. Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 5 novembre 2017.​
 
Trump. Le président américain Donald Trump, en visite en Asie, a estimé lundi à Tokyo que le programme nucléaire nord-coréen était «une menace pour le monde civilisé» et réaffirmé que le temps de la «patience stratégique» était révolu. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a lui affirmé que le Japon abattra les missiles nord-coréens «si nécessaire».
 
C'est un cycle de provocations, de condamnations suivient de sanctions. Se répétant . La Corée du Nord a été sous les sanctions des Etats Unis et l'ONU depuis plus de 25 ans 
 

n

Tokyo, Japon - Le président américain Donald Trump arrives a déclaré dimanche à Tokyo que le Premier ministre japonais Shinzo Abe et lui-même devraient se comporter de la même façon en Corée du Nord. Les nuclear weapons et le développement des missiles sont totalement inacceptables. la table "en termes de la façon dont cette menace peut être remplie.

L'expression politique "toutes les options sur la table", bien sûr, englobe la possibilité que les United States et le Japon lancent conjointement une aggressive military attack contre la Corée du Nord, qu'ils décriraient comme "préventive" à la lumière des nombreuses menaces verbales qui ont déjà été émises par le régime de Kim Jong-un.

Sur le plan personnel, Abe n'a guère besoin de Washington pour le pousser dans une position dure vis-à-vis de la Corée du Nord (ou de la China ou même de la Corée du Sud) car son acharnement ( his hawkishness)  envers les voisins asiatiques continentaux fait partie de sa marque politique. carrière. À certains moments, il a associé à certains des éléments les plus marginaux du droit dur japonais.

Les critiques soulignent que le soutien à «"all options" », y compris une attaque contre la North Korea, place Abe dans une rébellion spirituelle contre la constitution nationale, qui stipule que «le peuple japonais renonce pour toujours à la guerre en tant que droit souverain de la nation. force de règlement des différends internationaux ".

De toute évidence, «toutes les options sont sur la table» est précisément le genre de menace d'usage de la force que la constitution japonaise de l'après-guerre interdit explicitement.

Réécrire la «Constitution de la paix»

Rewriting the 'Peace Constitution'

READ MORE 

North Korea denounces American 'nuclear strike drill'

Mais l'antagonisme d'Abe à l'égard de la «Peace Constitution» de son pays n'est guère nouveau.

Ces dernières années, il a décapité l'agence bureaucratique indépendante qui avait traditionnellement garanti la conformité de la législation à la charte nationale. À l'été 2015, il a imposé l'adoption d'une nouvelle loi sur la politique de sécurité que 97% des juristes indépendants ont jugée inconstitutionnelle.

Même des témoins experts triés sur le volet par le parti au pouvoir lui-même ont choqué le gouvernement Abe en dénonçant l'inconstitutionnalité des projets de loi, qui ont néanmoins été promulgués.

Enfin, le 3 mai de cette année - le 70th anniversary de la Constitution - Abe a annoncé son intention de réviser l'article neuf pacifiste dans un message vidéo à une réunion du Nippon Kaigi (Conférence du Japon).


 

Japon : "Nippon Kaigi", le lobby révisionniste - YouTube

Le lieu était significatif. Nippon Kaigi est une organisation nationaliste controversée qui cherche non seulement un changement constitutionnel, mais aussi un vaste programme de droite centré sur l'empereur, le révisionnisme historique, l'opposition à l'égalité entre les femmes et les LGBT et un recul de la conception occidentale des «droits». favorable à des «obligations» individuelles accrues envers l'État.

Alors qu'Abe s'est avéré lent et méthodique depuis son retour au pouvoir en décembre 2012, il ne fait aucun doute que des groupes tels que Nippon Kaigi restent sa base politique fondamentale.

Après sa troisième grande victoire aux élections législatives du 22 octobre, qui a été provoquée principalement par l'implosion dramatique du défi de l'opposition dirigé par le gouverneur de Tokyo Yuriko Koike, le Premier ministre Abe est maintenant en mesure de poursuivre son objectif de révision de la Constitution. .

 

 

Cependant, alors que sa coalition au pouvoir détient la majorité des deux tiers nécessaire dans les deux chambres de la législature, Abe fait toujours face à de grands obstacles. Premièrement, il doit convaincre son propre parti libéral démocrate et son partenaire de coalition, Komeito, de parvenir à un consensus sur une proposition mot-à-mot spécifique pour réécrire la charte nationale. Cette tâche seule peut prouver sa perte.

Mais même s'il réussit sur cette question difficile, il doit toujours tenir un référendum national sans précédent dans lequel une majorité d'électeurs désapprouvent le changement constitutionnel proposé.

Le dernier sondage réalisé par Kyodo News révèle que 52,6% des Japonais s'opposent à la proposition actuelle d'Abe avec seulement 38,3% de soutien. Quand on considère aussi le fait que les partis de l'opposition mèneront une campagne féroce contre la révision - ainsi que la réalité que les sondages montrent une profonde méfiance du public vis-à-vis du Premier ministre - l'argent intelligent suggère qu'Abe ne réussira finalement pas à réaliser son rêve.

Cependant, la politique japonaise est susceptible d'être liée par ces batailles féroces sur la «Constitution de la paix» pour les prochaines années. Abe devrait faire avancer cette question, même au prix de sa propre vie politique, parce qu'il est connu comme un vrai croyant.

Japon - Les Ombres du Passé, le retour de l'Ultra-Nationalisme

Les enlèvements du Nord

Une question connexe qui pourrait être mise en évidence lors de la visite de Trump est celle des citoyens japonais abducted by North Korea entre 1977 et 1983 - une autre affaire d'animaux de compagnie par laquelle il a d'abord gagné la notoriété nationale de 2001 à 2006.

La Corée du Nord a admis en 2002 avoir kidnappé des citoyens japonais dans les années 1970 et 1980 pour aider à former ses espions dans la langue et la culture japonaises.

La Corée du Nord a insisté pour résoudre ce problème en 2004 lorsque cinq otages survivants et leurs familles (10 personnes au total) sont revenus de Corée du Nord. Le Japan a insisté, au contraire, sur le fait que Pyongyang n'a pas encore révélé toute la vérité et que d'autres personnes enlevées pourraient encore être en vie.

Trump devrait faire écho à la ligne japonaise sur cette question comme une démonstration de sa solidarité politique avec Abe.

La trajectoire plus large de la crise nord-coréenne reste un point d'interrogation. M. Abe a dénoncé à plusieurs reprises "des pourparlers pour le bien des pourparlers" et a appelé à des sanctions plus sévères contre Pyongyang. Cependant, rien n'indique qu'il ait en tête un objectif diplomatique réaliste au-delà de ces appels à la punition en série.

Brad Glosserman, conseiller principal du Forum du Pacifique du SCIS, fait écho à de nombreux analystes lorsqu'il observe:

«Kim Jong-un ne donnera pas ses armes nucléaires, point final ... Kim Jong-un les voit d'abord comme des instruments de survie de son régime.

Il ajoute:

"Sans armes nucléaires, la Corée du Nord n'est rien."

Il n'y a pas d'analystes sérieux qui croient que la pression économique poussera Pyongyang à se désarmer, même si c'est ce que les administrations Trump et Abe affirment publiquement être l'objectif de leur politique de sanctions actuelle.

La carte principale sans doute est Trump. Alors que l'on peut s'attendre à ce que tous les autres acteurs se comportent de la manière dont ils se comportent depuis longtemps, l'unpredictable US president est certainement l'élément le plus dangereux de l'instabilité.

Selon Koichi Nakano, professeur à l'Université de Sophia,

"pour la première fois depuis de nombreuses années, les Japonais ne sont pas sûrs que les Etats-Unis, et son président en particulier, soient une force pour le bien, qu'ils garantissent vraiment la sécurité de le pays et la région ".

Cependant, aucun de ces doutes ne devrait se refléter dans les démonstrations d'amitié et de solidarité que Shinzo Abe et Donald Trump présenteront pour les caméras.

 

 

 

 

SOURCE: AL JAZEERA NEWS : JapanNorth KoreaUnited StatesDonald TrumpShinzo Abe

Dien Luong is a freelance journalist based in Vietnam. Follow him on Twitter: @DienLuong85

SOURCE: AL JAZEERA NEWS

06/11/2017

Trump et la NRA

n

la publication de Paris Match 

 

Con jusqu'au bout .... ou marionnette des lobbies. .. 

Le président américain Donald Trump a réagi après la fusillade commise dans une église de Sutherland Springs, au Texas, dans laquelle 26 personnes ont été tués...

 

Donald Trump : «Que Dieu soit avec les gens de Sutherland Springs»

 
«Que Dieu soit avec les gens de Sutherland Springs. Le FBI et la police sont sur place, je supervise la situation depuis le Japon», a réagi Donald Trump actuellement en tournée en Asie.

Ce que l'on sait de L'auteur des coups de feu est entré dimanche dans l'édifice avec un fusil et a ouvert le feu, faisant de nombreuses victimes parmi les fidèles. Il a été retrouvé mort par la police, , a rapporté la chaîne locale KSAT12,  après avoir pris la fuite au volant d'un véhicule. Le tireur qui a tué dimanche 26 personnes dans une église du Texas était armé d'un fusil d'assaut et portait un gilet pare-balles, a déclaré un responsable des forces de l'ordre du Texas, Freeman Martin.

Trump: «Les armes ne sont pas le problème»

Au lendemain de la fusillade dans une église du Texas qui a fait 26 morts, le président américain Donald Trump a déclaré que "les armes ne sont pas le problème". Aux Etats-Unis, la question du port d'armes fait débat. 

» Lire aussi - Aux États-Unis, le débat sur le contrôle des armes progresse après la tuerie de Las Vegas

Donald Trump a estimé que la question à se poser n'est celle de l'encadrement des armes mais celle de la santé mentale de son auteur.

"La santé mentale est le problème ici (...) Ce n'est pas une question liée aux armes", a-t-il déclaré à l'occasion d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo.

Le discours de trump face a cet autre meurtre de masse n'a pas été le même que pour celui de New York.... peut être parce que l'auteur est blanc, américain et lié à la défense de l'amendement américain intouchable du port d'arme. Mieux vaut donc ne pas être noir ou arabes aux USA

» LIRE AUSSI - Les fusillades les plus meurtrières aux États-Unis depuis 25 ansREAD MORE The deadliest mass shootings in the US

Dénonçant un "acte de haine", l'ex-président Barack Obama a déclaré :

"Que Dieu nous accorde aussi à tous la sagesse de nous demander quelles mesures concrètes nous pouvons prendre pour réduire la violence et les armes parmi nous."

 Plus de 10 000 morts chaque année, quasiment une fusillade de masse par jour, des Américains propriétaires de dizaine d'armes... Franceinfo revient sur les chiffres…
 
 

nne, de plus de 17 armes.

 

22% des adultes américains possèdent des armes, 3% en possèdent la moitié.
22% des adultes américains possèdent des armes, 3% en possèdent la moitié. (NICOLAS ENAULT / FRANCEINFO)
 

Après la tuerie commise en décembre 2012 dans l'école primaire de Newton, l'Amérique semblait prête à revoir sa législation sur les armes. Barack Obama voulait encadrer le marché. Un an plus tard, le Président est en passe de perdre son duel avec le lobby des armes.


 

Duel sans merci au pays des flingues - Spécial investigation

Guns, the NRA and Donald Trump

In this episode of UpFront we challenge former National Rifle Association (NRA) President David Keene.

US & Canada, Politics, United States, Donald Trump

 
 
 
 
Un an après la victoire électorale du président américain Donald Trump', les controverses entourant son administration se multiplient. Son ancien président de campagne, Paul Manafort, a été accusé de conspiration contre les US alors qu'un autre ancien assistant de campagne a plaidé coupable de mentir au Federal Bureau of Investigation (FBI) sur le calendrier de ses contacts avec la Russia.

Malgré l'année tumultueuse de Trump et l'enquête du conseiller spécial Robert Mueller sur l'ingérence présumée de la Russie dans les élections présidentielles de 2016, beaucoup continuent à le soutenir.


"Il n'y a aucune preuve que le président ait jamais travaillé avec les ennemis de la nation", déclare David Keene, ancien président de la National Rifle Association, le lobby des armes à feu le plus puissant des Etats-Unis. "Je vais vous dire ceci, les Russes, les Américains, nous avons tous 'interféré' aux élections tout le temps, ne fonctionne pas habituellement."


Interrogée sur l'absence de contrôle des armes à feu et le fait que les États-Unis ont presque six fois plus d'homicides que le Canada, plus de sept fois la Sweden et près de seize fois l'Germany, Keene estime qu'il n'y a aucun lien entre la possession d'une arme à feu et les taux d'homicides .

L '«argument selon lequel les homicides résultent de l'existence d'armes à feu est clairement faux», dit Keene, qui est également le coauteur du récent livre intitulé «Ne pas être violé: les nouveaux assauts contre votre deuxième amendement». "Il n'y a pas de relation directe."

Dans cette spéciale UpFront, nous contestons David Keene, supporter de Trump et ancien président de la National Rifle Association américaine, à savoir si la NRA aide ou blesse les Etats-Unis.
 

 

Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.

Source: Al Jazeera

UPFRONTIn this episode of UpFront we challenge former National Rifle Association (NRA) President David Keene.
 

n

La déréglementation des silencieux, l'élargissement de la portée cachée et la sous-cotation des lois sur les armes à feu ne sont que quelques changements probables après que la National Rifle Association a soutenu le président Trump à un niveau sans précédent. Maintenant, l'ère des armes à feu Trump est là, et la NRA cherche à capitaliser sur leurs investissements électoraux.  La série documentaire d'AJ + Guns in America explore comment la peur et le pouvoir définissent la relation entre les Américains et les armes à feu. La série en six parties examine la controverse sur les fusils d'assaut, les armes à feu dans les écoles, la montée du carry caché, le nouveau programme de la NRA, les armes intelligentes et les taux de tournage record à Chicago.

 

Inside Trump's Era Of Guns: The NRA, Silencers And Deregulation, Part 4 | AJ+ Docs


The AR-15: Exploring America's Most Wanted Rifle, Part 2 | AJ+ Docs

 Documentaire - Les americains et les armes


 

Etats Unis, la loi des armes Documentaire Arte 02.12.2014

Family guns - Petite histoire de famille - FR

nLa Guerre des boutons -Columbine High School Massacre : citoyen actif

LES AMÉRICAINS ET LES ARMES

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu