Kobe Steel, est le troisième plus grand sites sidérurgiques a avoir admis avoir triché - fauté suite à la livraison de produits à plus de 200 entreprises au cours de la dernière décennie. 

Kobe Steel Warns That Further Data May Be Falsified

Kobe fournit des composants aux industriels ou les question de sécurité sont vitales - y compris les constructeurs automobiles, de trains et avions. C'est donc un scandale inquiétant pour l'industrie du transport du monde entier.

 Général Motors, Boeing, Toyota et Honda sont parmi les compagnie qui vérifient leurs produits et chaines d'approvisionnement.

 Shinkansen, le fabriquant de train japonnais affirment qu'il a déjà trouvé des pièces fournies qui ne correspondaient pas aux normes de l'industrie. Le fabricant de métaux de 112 ans a déclaré que d'autres cas pourraient être découverts.

Florence Looi rapporte de Tokyo  sur les questions derrière le scandale et l'effet sur la réputation du Japon.

Marcel Thieliant, économiste chez Capital Economics, rejoint Counting the Cost pour discuter du scandale de Kobe et de la culture d'entreprise japonaise.

"C'est définitivement une grave menace pour l'avenir de l'entreprise ... mais il y a une chance qu'ils s'en remettent", dit Thieliant.

«Ces entreprises existent depuis très longtemps et font face à une forte concurrence de la part de la Chine et d'autres pays, mais aussi de la culture d'entreprise. Les employés y travaillent très longtemps ... ils ne veulent pas perdre leur emploi. .. Ils travaillent souvent de très longues heures, donc parfois ils peuvent faire des choses pour plaire à leurs managers, ce qui n'est pas dans le meilleur intérêt de l'entreprise à long terme ... C'est réglé ... Mais changer la culture d'entreprise plus longtemps que d'imposer certaines règles et de les remplir sur le papier. "

Aussi sur cet épisode de Counting the Cost:

 

Problème de bulle: Pourquoi le Fonds monétaire international (FMI) et Richard Thaler, le «père de l'économie comportementale» et lauréat du prix Nobel d'économie, annoncent un danger pour l'économie mondiale.

 Le FMI a passé la dernière décennie à essayer de reprendre les choses après avoir échoué à prédire la dernière crise financière. Cette semaine, le FMI a indiqué que près de 75% du monde connaît maintenant une reprise.

Il prédit que l'économie mondiale augmentera de 3,6% en 2017 et de 3,7% en 2018. Ce chiffre est légèrement supérieur à la croissance de 3,5% et de 3,6% qu'elle prévoyait en juillet.

Mais le FMI a également lancé un avertissement: il a déclaré que les coûts d'emprunt, qui sont historiquement bas, destinés à aider la reprise économique, augmentent les niveaux d'endettement dans les plus grandes économies du monde. Il a désigné la Chine comme l'un des pires contrevenants.

Shihab Rattansi rapporte des réunions annuelles de la Banque mondiale et du FMI; et David Coker, conférencier à la Westminster Business School, discute des failles de l'économie mondiale

Siemens contre la Russie: la société allemande Siemens va entamer des procédures judiciaires contre la Russia concernant quatre turbines de production d'électricité que Siemens a vendues au Kremlin et qui se seraient retrouvées en Crimée.

La Crimée est soumise aux sanctions de l'European Union sur les fournitures technologiques, après que la Russie a annexé la région il y a trois ans. selon l'enquête de Rory Challands, journaliste d'Al Jazeera en se qui concerne la Crimée.

Fontaine de Trevi sponsorisée par Fendi: Pourquoi, sans investissement privé, beaucoup des monuments les plus importants d'Italie risquent de se dégrader. Neave Barker rapporte de Rome.

 

Source: Al Jazeera