Avertir le modérateur

24/07/2017

la crise de l’esplanade des Mosquées

n

Editorial. En installant des portiques de détection de métaux à l’entrée de l’esplanade des Mosquées, la police israélienne a déclenché une nouvelle crise qui a déjà fait plusieurs morts. Dans le sang, Jérusalem vient de rappeler, une fois de plus, une vérité première : cette ville n’est pas comme les autres. Elle occupe une place particulière dans la vie des trois grands monothéismes – judaïsme, christianisme, islam. A l’intérieur, en son point focal, elle abrite, sur quelques mètres carrés, un concentré explosif d’histoire, de religion et de politique : l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, est soutenue, sur un côté, par le mur des Lamentations, l’un des lieux les plus sacrés du judaïsme.

LES FAITS

  • Après l'assassinat de deux policiers israéliens par trois Palestiniens, le 14 juillet, Israël a décidé d'installer des portiques de sécurité aux abords de l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem.
  • La mesure a scandalisé les fidèles musulmans, et les troubles violents ont fait huit morts et plus de 800 blessés depuis le 21 juillet.

A lire En image Tensions en Israël autour de l’esplanade des Mosquées

 Quels sont les enjeux de la crise de l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem ?  

En un moment de l’affrontement israélo-palestinien où chacune des parties prenantes habille de plus en plus aux couleurs du religieux sa revendication nationale, Jérusalem est devenue le symbole du conflit – l’esplanade des Mosquées en étant l’épicentre. Ici, tout peut dégénérer

ECLAIRAGE Jérusalem : un demi-siècle de conflit expliqué en cartes VIDÉO

 

Une modification du statu quo « aurait des conséquences imprévisibles dans le monde et dans l’ordre régional », a-t-il dit. Ce n’est pourtant pas l’avis des représentants du Waqf – la fondation pieuse jordanienne administrant le site – dépossédés de leurs attributions pendant le week-end, qui dénoncent les initiatives unilatérales d’Israël.

Piotr Smolar, correspondant du « Monde » à Jérusalem, répondra à vos questions à partir de 15 heures. SUIVEZ LE LIVE DE L'ÉVÉNEMENT

Policiers, émeutiers, « martyrs » tueurs de colons : ces acteurs classiques des violences dans le conflit israélo-palestinien ont joué leur triste partition, vendredi. Mais un mouvement de résistance civique, non violent, mobilise aussi l’opinion publique palestinienne, chauffée par les médias et les responsables religieux.

Benyamin Nétanyahou était sous la pression de la droite nationale religieuse, incarnée par le ministre de l’éducation Naftali Bennett. Celui-ci a affirmé que « se soumettre à la pression palestinienne porterait atteinte à la dissuasion israélienne ». Si le premier ministre avait retiré les portiques, son camp l’aurait accusé de faiblesse en matière de sécurité.
 

La suite des événements demeure imprévisible. M. Nétanyahou s’en est remis à la police, se ménageant ainsi une marge de manœuvre au sujet des portiques. Les concertations avec la Jordanie se poursuivent. Mais pour l’heure, le premier ministre a choisi d’assumer le prix des affrontements, qui le placent dans une situation classique de gestion de crise.

La mosquée Al-Aqsa est la maison commune à défendre, par la prière de rue. Pour les croyants, il en va non seulement de leur foi, mais de leur identité et de leur fierté comme Palestiniens. Les habitants de Jérusalem-Est sont particulièrement mobilisés. L’esplanade des Mosquées fait partie de leur géographie intime. En y mettant les pieds, fin septembre 2000, Ariel Sharon, alors chef du Likoud, avait déclenché la seconde Intifada.

Alors que la tension reste vive à Jérusalem-Est, secouée depuis une semaine par la crise de l’esplanade des Mosquées, Amman, la capitale jordanienne est à son tour visée. Un Jordanien a été tué et un Israélien grièvement blessé lors d’un « incident » survenu dimanche 23 juillet à l’intérieur de l’ambassade d’Israël à Amman, la capitale jordanienne, selon une source des services de sécurité jordaniens.

À LIRE AUSSI Israël - Palestine. Jérusalem-Est sur le point de s’embraser ?

Lors de son voyage en Europe, M. Nétanyahou a fait une autre comparaison, devant les journalistes israéliens. « Lorsque j’ai visité la tour Eiffel, j’ai noté que quelque chose avait changé. Vous savez quoi ? Ils ont installé des détecteurs de métaux. »

Mais cette pédagogie sécuritaire méprise l’importance religieuse et psychologique de la mosquée Al-Aqsa pour les Palestiniens. Privés de toute perspective politique et de l’émergence d’un véritable Etat, soumis depuis cinquante ans au régime d’occupation, ils voient le lieu saint comme le cœur battant de leur identité, un rare havre de paix et un lopin de souveraineté menacé, dans une ville annexée par Israël depuis 1967. Ainsi À Bethléem, la «barrière de séparation» d'Israël asphyxie les Palestiniens de Cisjordanie : LES MURS DANS LE MONDE (2/6) - Le mur, qui englobe des colonies, protège des attentats mais prive les agriculteurs de leurs terres et empêche une majorité de Palestiniens de se rendre sur leurs lieux saints.

C’est particulièrement vrai à Jérusalem-Est, où la population palestinienne vit dans une sorte de trou noir, délaissée par tous. Elle ne relève pas de l’Autorité palestinienne, tandis que la mairie de Jérusalem la néglige. Aucun autre lieu ou sujet ne mobilise autant la martyrologie palestinienne qu’Al-Aqsa. Le gouvernement israélien prend le risque de l’activer.

 

Watch Inside Story: Is Israel changing the status quo around Al Aqsa?

 Source: News agencies

L’esplanade est une cause sacrée dans le monde arabe. Le rapprochement entre Israël et le front arabe sunnite anti-iranien peut être remis en cause par les événements de Jérusalem. Parce qu’il est à la tête d’un gouvernement qui défend d’abord l’extension de la colonisation, M. Nétanyahou ne veut pas céder sur les portiques après la tuerie d’Halamish. Le piège se referme. La Ville sainte entre, une fois de plus, dans la zone des tempêtes. Ce n’était pas inévitable.

Israël-Palestine. À Jérusalem, trouver le bon compromis Pour arrêter l’escalade de la violenceISRAËL devrait retirer les portiques de sécurité compliquant l’accès à l’esplanade des Mosquées. La sécurité du site devrait être assurée en concertation avec les parties concernées, estime le chroniqueur YEDIOT AHARONOT - du quotidien populaire de TEL-AVIV

Le correspondant du Monde à Jérusalem, Piotr Smolar, a fait le point vec les internautes du Monde.fr.

Les critiques émises par la ligue arabe ou par le président turc peuvent-elles infléchir la position israélienne ? Si ces derniers étaient démontés, cela suffirait-il à faire revenir le calme ?

Le contexte régional au MOYEN-ORIENT ( PALESTINE )  importe, bien sûr, mais il n’est pas déterminant. Tout d’abord, les critiques de la Ligue arabe ont été tardives et modérées. Les pays sunnites sont franchement accaparés par l’affaire du Qatar, ainsi que par leur confrontation avec l’axe chiite, conduit par l’Iran. Ils n’ont aucune envie qu’un nouveau front religieux s’ouvre à Jérusalem.

 "Le cycle de violences, ouvert par l’attaque du 14 juillet sur l’esplanade des Mosquées, risque fort d’échapper au contrôle des dirigeants israéliens et arabes"

 Propos de Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris)

Plus le temps passe et plus le pourrissement s’installe. Plus la crise dure, et plus le risque d’actions palestiniennes violentes, en Israël et en Cisjordanie, s’accroît. Ceux qui doivent trouver le compromis ne sont pas non plus dans de bonnes dispositions, sous pression de leur opinion publique. M. Nétanyahou ne veut pas être accusé par la droite nationale religieuse de capitulation. Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, très impopulaire, doit épouser la colère de la rue et annonce la fin des contacts avec Israël, y compris la précieuse coordination sécuritaire.

kadosh d'Amos Gitai

19/07/2014
Au nom du Temple - citoyenactif

Au nom du TempleCréé le lundi 15 août 2016

Pierre Bourdieu sur l'EtatCréé le mercredi 21 août 2013

Les débats

 

25/10/2009

Copenhague, l’impossible accord ?

« Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

 

2016, nouvelle année noire pour le climat Les temps changent(la terre en 2075) film complet en français, HD! https://www.youtube.com/watch?v=MtwF-krBtAU

 Alors que les médias et le grand public restent obsédés par la crise économique,
la crise écologique et environnementale  pourrait faire naitres de "nouvelles crises "et précipité un peu plus un système logique sur le court terme mais absurde et autodestructeurs sur le Moyen terme et long terme...

et amplifier les causes et les conséquences d'un capitalisme qui n'arrive plus a se reproduire.Ainsi le système/ idéologie capitalisme ( néolibérale) vit sur des bases précaire, une certaine logique à court terme et localisé, mais est illogique a moyen ou long terme. Il est ainsi incapable de voir qu'il court a sa ruine a MT ou Long terme, ne pensant qu'a assurer sa survie présenteL, Mis sur Facebook, « La main invisible »

 

» Lire aussi - Accord de Paris : ce que disent les points-clés , » Accord de Paris : les enjeux économiques liés au défi climatique

 L’état des lieux et enjeux du Sommet de Copenhague présenté par Terre Tv

Après le sommet de Kyoto qui a été un échec en terme de réduction des effets de serre, les différents acteurs font un point et explique ce qu’ils attendent de ce sommet. Ces mini interviews et ces 4 débats ont eu lieu / résumés à l’occasion de l’université de rentrée  de WWF du 20 et 21 octobre.Un débat est organisé par wwf  lors « Université de wwf de la 4 conférence : ce que veulent les pays émergents »D’une durée de 1h26 minutes. Evoque le sommet de Bangkok et le risque des réfugiés climatiques.

 

Cchangements climatiques : état des lieux et enjeux de la COP21

 Il faut aller a contre courant de l’idée générale et rester Optimiste, car sinon cela ne va pas marcher » c’est ainsi qu’elle l’idée que pense WWF international et Greenpeace. «  Une Immense fenêtre d’opportunité du fait des médias et des nombreux débats qui jalonnent l’avant sommet de Copenhague ». Sébastien Godinot : « Idem : Il est trop tard pour être pessimiste. On est soi militant, soit indifférent. Gros risque si on ne fait rien du tout, 2) Ce sera a nous dans les deux décennie de reprendre notre mode de vie. Ce mode de vie est repris dans le monde. Bloquer sur des technologies. »Yves Petit «  Le cout de l’inaction dépasse celui de l’action »

Dans un compte COMPTE RENDU du Monde Seulement 5 % de chances de limiter le réchauffement climatique à 2 °C 16 Dans une étude parue dans la revue « Nature Climate Change », des chercheurs estiment que l’augmentation de la température devrait plutôt se situer autour de 3,2 °C.

» Lire aussi - Accord de Paris : ce que disent les points-clés , » Accord de Paris : les enjeux économiques liés au défi climatique

 

Pour voir les reportages : cliquez ici NB : cliquez sur les liens pour accéder aux différents reportages.Possibilité (sur cette page) de s’inscrire au newsletter de : Science Frontières :  TERRE.TV la web TV 100% développement durable.Pour leurs écrire info@terre.tv et leurs envoyer vos vidéos production@terre.tv

Les enjeux concernent les réponses que vont "pouvoir apporter" ( en terme d'aide, d'apport financier et de réduction des gae affet de serre) les dirigeants politiques face a l'urgence climatique, humanitaire et sociale. En plus du sommet de Copenhague se tiendra celui de Genève ( une chance pour revoir le statut des réfugiés de 1951 qui ne prend en compte que ceux déclaré comme Politique ( guerre), laissant sur le coté environ 250 millions de migrants interne et externe).. Sur le fond, l’enjeu est crucial : saurons-nous endiguer le réchauffement climatique, et pour cela réduire nos émissions de gaz à effet de serre (cf. dossier de Terra Nova ci-joint )?. Mais Copenhague pose aussi des questions fondamentales de gouvernance.

 

Y aura-t-il un accord à Copenhague, le 18 décembre prochain ? Oui bien sur. Le tout est de savoir si cet accord sera à la hauteur des enjeux.

La question est simple. Comment contenir l’augmentation des températures a 2° pour éviter le pire. La réponse l’est moins, d’autant que les émissions mondiales ont continué de grimper allégrement de 10% pendant la décennie 90 et de 3% depuis 2001.

Même si la baisse est conjoncturelle est possible en 2009, on est loin de Kyoto en 1997, ou les pays industrialisé s’était engagés a une réduction de 5%. C’est à ce demandé si la méthode est bonne. Les signaux nous arrivant sont déprimant

 

«L'enjeu de Copenhague, c'est la stabilisation du climat» ( source libération). (Voir rapport du Giec)

edition-speciale-du-herald-tri.jpgGreenpeace lance un faux numéro spécial du Herald Tribune pour demander aux leaders européens de redonner un coup de fouet aux négociations sur le climat.Visitez le site internet spécial Herald TribuneLire la Une en français

L'urgence climatique - documents à consulter : 
Climat : vers le point de rupture , 
Conférence de Copenhague : les demandes de Greenpeace
Traité de Copenhague. Proposition des ONG

Découvrez le texte du Pacte sur http://specials.fr.msn.com/lachaineverte/charte-environne...

 Urgence Climatique Justice Sociale – Durban risque d’enterrer Kyoto

Durban risque d’enterrer Kyoto

Du 1er au 7 octobre, s’est tenu à Panama City un dernier round de négociations avant la conférence internationale sur le climat qui aura lieu du 28 novembre au 9 décembre à Durban (Afrique du Sud). Si le sommet de Cancun avait entériné le pseudo-accord de Copenhague, Durban risque d’enterrer le protocole de Kyoto. Plus d'infos ici.

Dans le même temps les fausses solutions avancent :REDD : une fausse solution contre la déforestationGéo-ingénierie : Les projets fous des apprentis sorciers du climatLe Fond Climat, confié à la Banque Mondiale, pourrait s'appuyer sur les financements privés !Le stockage du CO2 sous terre, comme à Jurançon ;Un immense pipeline à travers les Etats-Unis pour exporter le pétrole des sables bitumineux canadiens ;Gaz et huiles de schiste : 3 permis abrogés, première victoire, la lutte continue jusqu'à la transition énergétique !

 

C'est bien sous l'effet d'une incroyable mobilisation, qui ne se réduit pas qu'à la France comme le laissent entendre industriels et certains politiques (voir ici), qu'une loi d'interdiction de la fracturation hydraulique a été votée puis que trois permis ont été abrogés. Comme l'ont montré les initiatives du 23 Octobre, les mobilisations citoyennes sont toujours là, pour obtenir le retrait de tous les permis et une véritable transition énergétique. Pour cela, de nombreux documents ou déclarations existent et devraient alimenter ces débats :

 

Dans la conférence organisée par Urgence Justice climat et social et les autres ONG partenaires et agissant sur les mobilisations en vue du somme, ont répondu à l’attente que je me posais sur Copenhague :

Objectif : Mettre en place pour stabiliser la température en 2100. Faire donc le choix entre stabilité et engrenage. Pour cela les états doivent diviser par deux leurs émissions. Mobiliser des politicens endormis et frileux sur des concession pour aller vers un succés du sommet.

 

La ou le bas blesse :

Revenir au statut ( des gaz a effet de serre) d’avant le sommet de Kyoto : Lorsque les états se fixent des objectifs : c’est tout simplement annuler les erreurs, la non prise en compte des demandes en terme de réduction de Kyoto ( donc revenir vers le statut d’avant ce sommet), alors qu’il faudrait aller plus loin

 

Les USA qui ont toujours bloqué tout accord. Pour simplifier il préfère un décret (plus souple) qu’une loi.

 

Enfin la question de l’argent pose problème

« Donner les moyens / les garanties au pays en voie de développement  » Seulement, cette question est dans l’impasse. Les besoins de ces pays sont immenses (estimé à 453 milliards d’euros) et l’aide de l’Union Européenne infénitésimale (23 milliards). Cet argent c’est comme évaporer avec la crise. Aucun objectif chiffré, que des rumeurs ( d’où l’idée aussi de la mobilisation de Flashmob en France pour rappeler a des engagements sérieux et faire du bruit).

 

Les enjeux : Pays développé envers les pays en voie de développement

 

Lors de la conférence de Urgence justice Climatique et Sociale :

 

Une relocalisation de l’économie afin de faire baisser les transports internationaux. Mettre en place / prise en compte du Droit des peuples indigènes, avec une gestion durable des forêts (en partenariat avec eux).

Des enjeux économiques important, la crise économique a créé des opportunités.

Deux courants :

L'un, dans le transferts des technologies vertes ( mise en place « d’un capitalisme vert » ( changement en douceur)

L'autre, consistant dans le changement dans notre mode de vie avec la mise en place de la sobriété heureuse ( idée de la décroissance)

 

Une proposition importante : La question de la compensation par la mise en place d’un fond mondial  (grâce a l’argent connecter par la taxe carbone)  par contribution variable et obligatoire et gérer non pas par le FMI, mais par l’ONU. Ce fond serait décerné pour récompensé des projets « Ethiques »

 

Pour Laurent Audouin ( des verts) Je te livre une tribune de Denis Baupin qui me semble bien résumer la situation politique de l"après-Copenhague". Si l'issue de ce sommet est décevante, il y a aussi des raisons d'espérer du fait de l'ampleur de la mobilisation de la société civile à travers le monde et de l'importance politique qu'a prise ce sommet. Je rajouterais un point de politique internationale par rapport au texte de Denis : Obama va enfin faire adopter sa réforme de santé dans les prochains jours, il devrait donc avoir les mains beaucoup plus libres lors des futures sessions de négociation qui sont d'ores-et-déjà programmées. Le combat - et la mobilisation - continuent !http://www.mediapart.fr/club/edition/quel-temps-copenhague/article/191209/rebondir-apres-lechec-de-copenhague

Comment Rebondir après l'échec de Copenhague selon Denis Baupin

Malgré la gueule de bois, malgré la révolte, voire le découragement, il va falloir très vite penser l'avenir post-Copenhague ( voir
La conférence de Copenhague sur le climat est un échec catastrophique ). Car, nous le savons tous, pendant que les négociations échouent, la crise s'aggrave : les Maldives et Tuvalu sont menacés d'engloutissement, les paysans africains, sud-américains et asiatiques subissent déjà la précarité des aléas climatiques (à voir absolument "Climate Voices" dernier film de Yann Arthus Bertrand), etc. et de d'autant plus que, si on devait en rester aux résultats de Copenhague, c'est vers un réchauffement minimum de 3,5 degrés que nous nous orienterions, et non de 2 degrés comme affirmé officiellement. Le livre de l'après-copenhague nous, peuple dernier : L'histoire du peuple qui réchauffa sa planète. La page du livre Quelles que soient les difficultés lourdement soulignées par l'échec de Copenhague, il faudra donc bien que la communauté internationale finisse par trouver la voie. Mais force est de constater que si on laisse les chefs d'Etat entre eux ils n'y arrivent pas.

Pour autant, tout n'est pas perdu.

Pour la vice-présidente du Modem, le fiasco de Copenhague est d'abord celui des responsables politiques. Dans le Monde, rubrique Planète : la société civile ne peut plus compter que sur elle-même, par Corinne Lepage. Par l'importance même prise par l'événement, l'après Copenhague sera forcément différent de l'avant Copenhague. Dans quatre domaines au moins, la situation est porteuse d'espoirs qui peuvent permettre demain de modifier les rapports de force : Il cite entre autre  le milieu associatif :  les collectivités locales : - les citoyens du monde entier eux-mêmes et  le mouvement planétaire de l'écologie politique : 

Nous le savions avant même de rejoindre Copenhague :  Ultimatum Climatique , Avaaz, le billet de Serge Orru( "
Place au réchauffement des conscience), A texte minimum, mobilisation maximum !   

 

En décidant de quitter les négociations climat ce jeudi 21 novembre à Varsovie, les mouvements sociaux et ONG veulent faire dérailler le train-train de conférences qui nous mènent dans le mur.
Explications et détails dans ce post sur le blog d'Attac sur Médiapart (en accès libre) :

 

Ils sont puissants.

Nous sommes déterminés !

Climat : les mouvements et ONG quittent les négociations – Explications ! 21 novembre 2013 |  Par ATTAC FRANCE

En décidant de quitter les négociations climat ce jeudi 21 novembre à Varsovie, les mouvements sociaux et ONG veulent faire dérailler le train-train de conférences qui nous mènent dans le mur. Place aux véritables solutions portées par les populations !

Il serait tentant, mais beaucoup trop facile, d'accabler la présidence polonaise de la 19ème conférence de l'ONU sur le climat qui se déroule à Varsovie (11-22 nov). Au risque de laisser dans l'ombre ceux qui ont conduit ces négociations dans une impasse tragique

Varsovie, c'est à se demander si le climat et des objectifs ambitieux de réduction d'émissions de gaz à effets de serre n'ont tout simplement pas disparu des négociations. Place à la promotion des énergies fossiles et à la liquidation du reste. Dans son registre, la Pologne fait fort. En introduisant au cœur de la conférence, comme sponsors et comme négociatrices, quelques-unes des entreprises les plus polluantes de la planète, le gouvernement polonais contribue à étendre la mainmise des intérêts privés sur la conférence et le climat. Une présence tellement visible, jusque dans les annonces publiques diffusées en ville, qu'il est étonnant que la société civile n'ait pas mis sa participation dans la balance pour imposer leur retrait.

Mainmise du secteur privé sur le climat !

Mieux ! Le gouvernement polonais appuie un sommet mondial sur le charbon et le climat... Il promeut ainsi la plus polluante des énergies fossiles au moment où les rapports s'accumulent pour dire combien il est urgent de laisser dans le sol au minimum deux tiers des réserves prouvées d'énergies fossiles pour garder une chance de ne pas dépasser les 2°C de réchauffement d'ici la fin du siècle.

L'ONU a donc laissé les murs de l'enceinte des négociations se couvrir des logos des sponsors climaticides : deux-tiers des émissions de gaz à effets de serre sont le fruit de 90 entreprises dans le monde. De l'autre côté, l'ONU contrôle hyper-strictement les actions de la société civile à l'intérieur de ces mêmes murs. Pire, elle n'hésite pas exclure des négociations de jeunes militants, dont Clémence, militante française de 23 ans, qui ont osé exprimé leur soutien aux Philippins victimes du typhon Haiyan. « Les négociations des Nations-Unies sur le climat sont-elles encore un lieu démocratique, où la société civile est la bienvenue, et les multinationales polluantes, dont le modèle économique est incompatible avec une action ambitieuse pour combattre le changement climatique, combattues » demande Clémence et, avec elle, l'ensemble des mouvements pour la justice climatique qui sont tolérés dans l'enceinte mais pas respectés ni écoutés ?

Les alternaties aux gouvernements et multinationales

 

L’immense succès d'Alternatiba, le Village des Alternatives organisé à Bayonne le 6 octobre dernier. Pourquoi ne pas encourager et soutenir financièrement les milliers d'associations, de collectivités locales, d'individus qui inventent, expérimentent un large éventail d'alternatives concrètes, donnant à voir ce que pourrait être la transition écologique et sociale dont nous avons besoin ? Ces alternatives, loin d'être dérisoires ou secondaires, rendent visibles des activités créatrices d'emplois, un sens du travail retrouvé, une inventivité pour aller vers des sociétés conviviales, justes, solidaires et réconciliées avec la nature. Elles opposent à l'inertie politique leur détermination à affronter concrètement les intérêts des lobbies et des transnationales qui ont décidé de ne rien changer, comme le prouve leur emprise sur la COP19 à Varsovie.

Nous avons les solutions – Créons 10, 100, 1000 Alternatiba !

 

Il faut des alternatives. Et pas que dans les discours.
Le président Obama le sait. La solution à la crise climatique – et économique – passe par la transition énergétique. Il l’a rappelé lors du discours d’investiture de son deuxième mandat, le 21 janvier :
« Nous réagirons face à la menace des changements climatiques, car échouer serait trahir nos enfants et les générations futures [...] Le chemin vers un approvisionnement énergétique durable sera long et parfois difficile. Mais l’Amérique ne peut pas aller à l’encontre de cette transition. Elle doit en être la locomotive. Nous ne pouvons laisser à d’autres pays la maîtrise de technologies qui généreront de nouveaux emplois et de nouvelles industries, nous devons saisir cette opportunité ».

Malheureusement aujourd’hui ce sont ces gouvernements, américain, canadien, australien…, qui se sont engagés à lutter contre les dérèglements climatiques qui soutiennent également directement ou indirectement ces mêmes projets.

Industriels et décideurs politiques, avec « seulement » 14 projets, détiennent le détonateur de la bombe climatique.

Lire l’intégralité du rapport en anglais
Lire le résumé du rapport en français

 Pour dire non à ces projets, passez à l’action et rejoignez-nous ! Demandez à Barack Obama de stopper les forages en Arctique

 

Ecologie : COP 21 : De Strasbourg au Grand Palais, les fausses solutions des multinationalesVoici un nouveau rapport, publié ce jeudi 6 mars, à l'occasion du quatrième round de négociations entre les Etats-Unis et l'Union européenne qui débute ce lundi 10 mars : Non à la fracturation hydraulique ! Comment l'accord UE-Etats-Unis pourrait favoriser la fracturation hydraulique. La COP21 sera sociale ou ne sera pas PARIS-LUTTES.INFO  t DOC PDF)

Ci-dessous le CP de plusieurs organisations françaises. Le rapport en français : http://france.attac.org/nos-publications/article/non-a-la...

En décidant de quitter les négociations climat ce jeudi 21 novembre à Varsovie, les mouvements sociaux et ONG veulent faire dérailler le train-train de conférences qui nous mènent dans le mur.
Explications et détails dans ce post sur le blog d'Attac sur Médiapart (en accès libre) :

Un article de Basta : http://www.bastamag.net/Gaz-de-schiste-la-loi-anti-3867

Pour la vice-présidente du Modem, le fiasco de Copenhague est d'abord celui des responsables politiques. Dans le Monde, rubrique Planète : la société civile ne peut plus compter que sur elle-même, par Corinne Lepage. Par l'importance même prise par l'événement, l'après Copenhague sera forcément différent de l'avant Copenhague. Dans quatre domaines au moins, la situation est porteuse d'espoirs qui peuvent permettre demain de modifier les rapports de force :- le milieu associatif, - les collectivités locales , - les citoyens du monde entier eux-mêmes , - le mouvement planétaire de l'écologie politique .voir Ultimatum Climatique , Avaaz, le billet de Serge Orru( "Place au réchauffement des conscience), A texte minimum, mobilisation maximum !   e

 

Climat : faibles espoirs à Durban28/11 Les négociations internationales sur l’avenir du protocole de Kyoto s’ouvrent en Afrique du Sud pour deux semaines. La probabilité de trouver une issue globale à cet accord, qui s’achève en 2012, est quasiment inexistante ( cf « Le climat est pris en otage par le G2 Chine/Etats-Unis » - Réchauffement climatique - Environnemen, Référendum mondial climat sondage d'opinion pétitions )

Occuper Durban et la COP17 pour débloquer les négociations ?

Ce lundi 28 novembre s'ouvre une nouvelle conférence internationale sur le climat à Durban (Afrique du Sud).
Voici quelques documents d'analyse et de compréhension :

N'hésitez pas à diffuser ces articles, à les publier sur des sites ou dans les réseaux sociaux.

Bonne réception.

NB : L’accord sur la directive efficacité énergétique repoussé à 2012

 En français :

 Cochabamba : de la « guerre de l’eau » à la conférence alternative sur le climat, interview de Pauline Lavaud, de la Fondation France Libertés, publiée par Bastamag.  

 La Via Campesina se mobilise pour la Conférence des peuples sur le Climat à Cochabamba, communiqué de presse de la Via Campesina, ainsi qu’ici, ici et ici.

 Cochabamba : ambivalence et excitation et Cochabamba : quelles perspectives pour le mouvement du climat ? par Tadzio Muller, militant des coalitions Climate Justice Action et Climate Justice Now.

 Les droits de l’Homme et les droits de la nature sont les deux noms d’une même dignité par Eduardo Galeano, écrivain uruguayen.

 En Bolivie, une nouvelle chance pour le climat, par Pablo Solón, ambassadeur de Bolivie à l'ONU.

A propos de l’initiative de Cochabamba et de « la TerreMère », par Pierre Khalfa

 Cochabamba: les «alters» veulent un contre-sommet climatique, article de Jade Lindgaard pour Médiapart.

Actualités connexes...

 

A voir ;Pourquoi sont-ils venus à Copenhague? Témoignages  Copenhague : le texte rêvé des pays émergents, Document : le texte souhaité par les pays émergents, Corinne Lepage : « Il y a une part de gesticulation dans ce que fait le gouvernement français sur le climat », Industriels Contre Verts : La Bataille Du Lobbying, Voir l'article de Greenpeace : A Copenhague, les ministres arrivent, les ONG sont priées de sortir,

 

Prix Pinocchio : les prix décernés demain
Le vote pour les Prix Pinocchio 2013 vient de se terminer.

Les résultats restent secrets jusqu'à la cérémonie de demain soir mais... vous pouvez d'ores et déjà en savoir plus sur les vainqueurs potentiels en lisant les articles parus ces dernières semaines sur le site de l'Observatoire des multinationales et de Basta :
http://www.multinationales.org/

10/08/2009

lien entre pollution environnementale et sterilite : link between environmental pollution and infertility

"pollution sterilite.jpgL'environnement, cause d'une baisse de la fertilité chez l'homme ?

Malgré la difficulté de faire un diagnostic précis sur les causes de la baisse de la fertilité, un nombre croissant d'études tendent à prouver l'impact de la pollution environnementale sur l'appareil reproductif humain. Ces effets environnementaux néfastes n'ont toutefois pas encore eu d'effets sur le taux de fécondité, et certains d'entre eux sont susceptibles d'être éliminés dans les pays occidentaux au cours des vingt années à venir."

L'environnement, cause d'une baisse de la fertilité chez l'homme ? lire ICI

 

 

MSN chaine-verte.jpgLes causes de stérilité ou de baisse de la fertilité humaine sont nombreuses et assez bien connues. L’une des principales causes relève du comportement alimentaire de la personne, et d'après la chaine verte de MSN  " pour les chercheurs de prouver l’impact réel des pollutions environnementales sur l’homme" Voir l'étude des répercutions du PCB

 

 

 

Des preuves aussi manifestes n’existent toutefois pas pour évaluer l’impact des principales pollutions dues à l’homme sur la fertilité humaine. Une étude menée par une équipe de l’université de Copenhague (Danemark) a néanmoins permis de conclure à une importante diminution de la qualité séminale chez l’homme entre 1938 et 1991. ... La présence d’effets environnementaux dans ce phénomène semble de plus prouvée par une étude similaire effectuée sur des animaux entre 1981 et 1996.

 

De nombreuses causes environnementales

 

Grâce aux recherches menées sur le sujet depuis de nombreuses années, les effets de certaines pollutions environnementales commencent à être scientifiquement identifiés. Les effets de la pollution automobile sur l’homme ont ainsi été connus grâce à l’étude d’une population travaillant sur un péage autoroutier. Les conclusions de cette étude de l’université de Naples incriminent les gaz d’échappement pour leur rôle dans la baisse de la fertilité. Malgré ses limites sur d’autres aspects environnementaux, la nouvelle génération de véhicules « propres », qui arrivera sur le marché au cours des 20 prochaines années, devrait permettre d’éliminer les principales manifestations visibles de la pollution automobile et leurs effets sur la santé humaine.

 

La qualité de l’eau peut également influer sur la fertilité. "La consommation d’une eau à la concentration anormalement haute en pesticides ou en d’autres polluants agricoles et industriels peut ainsi occasionner des problèmes de fertilité, voire une stérilité. ....Un rejet massif de ces patchs dans l’environnement pourrait donc être lourd de conséquences, ce qui explique que les laboratoires veuillent informer les consommatrices sur la nécessité de les jeter de façon écologique"

 

 

On peut voir sur ce thème, sur la chaine MSN verte et Novethic datant du 28 juillet 2009, que la " La pollution de l'air est-elle sous-évaluée ?". Lorsque l'on connait les répercutions sur le développement des cancers.

 

nothelic.gifSource : la chaîne verte de MSN « L'environnement, cause d'une baisse de la fertilité chez l'homme ?  »

 

 Extra pole : Etude en partenariat avec l'ADEME, Ministère de la santé et de la solidarité et l'institut de veille sanitaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu