Avertir le modérateur

04/04/2016

Les « Panama papers »

n

  

a photo de Une Histoire Populaire - blog militant.

" Je me permets de dire [...] qu’il ne suffit pas d’apporter ici des protestations indignées.[...] il ne suffit pas de flétrir et de dénoncer les scandales, il faut dire encore comment on entend les déraciner et en empêcher le retour. ", voilà comment s'adressait à ses collègues de l'Assemblée Nationale hier un représentant de la Nation à propos du scandale panaméen, enfin quand je dis hier, c'était plutôt avant hier, puisqu'il s'agit de Jean Jaurès, et qu'il s'agissait d'un autre scandale ayant pour théâtre le Panama .L'Etat financier et l'Etat démocratique (Panama ... - Jaures.eu

 

L'évasion fiscale mondiale : dix fois le PIB de la France Le Monde.fr | 23.07.2012 àLe Länder de Rhénanie-du-Nord-Westphalie aurait acheté pour 3,5 millions d'euros un CD contenant les noms de 1000 fraudeurs allemands, clients d'une filiale suisse de la banque britannique Coutts. Ici, à Zürich, un panneau indique l'entrée à la clientèle. | REUTERS/ARND WIEGMANN

Imaginez la richesse nationale annuelle des Etats-Unis et du Japon. C'est ce que pèserait le stock de l'évasion fiscale accumulée au fil des années par les particuliers, selon une étude réalisée par le groupe de pression Tax Justice Network, analysée sur le site du Guardian à travers deux articles (1 et 2).Selon les données collectées auprès de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, des Nations unies et des banques centrales, les actifs financiers de particuliers dissimulés dans des paradis fiscaux atteindraient 17 000 milliards d'euros.

L'auteur de l'étude, James Henry, ancien économiste en chef pour le cabinet McKinsey, estime lui-même que ses conclusions sont probablement sous-évaluées : la vraie somme pourrait selon lui se situer autour de 26 000 milliards d'euros, soit dix fois le PIB annuel de la France.

  • 600 milliards d'euros en France
  • 600 milliards d'euros en France


Antoine Peillon, au coeur de l'évasion fiscale par FranceInfo
A l'échelle nationale, les sommes


Antoine Peillon, au coeur de l'évasion fiscale par FranceInfo
A l'échelle nationale, les sommes


A l'échelle nationale, les sommes accumulées au fil des décennies dans les paradis fiscaux s'élèveraient à 600 milliards d'euros, soit près de 10 % du patrimoine des Français et 1/6e du budget de l'Etat, selon une enquête du journaliste Antoine Peillon publiée en avril (Ces 600 milliards qui manquent à la France, Le Seuil). Près de la moitié de ces avoirs, soit 260 milliards, sont détenus par des particuliers, le reste par des entreprises. Selon le dernier classement Forbes, le nombre de milliardaires a atteint 1 210 en 2011, un record absolu depuis les vingt-cinq ans d'existence de ce classement, et 214 de plus que l'an dernier. Tous ensemble, ces oligarques pèsent 4 500 milliards de dollars, soit plus que le produit intérieur brut de l'Allemagne Carlos Slim - 74 milliards de dollars Tribune :  Pauvre comme Job par Thomas Piketty

"Le problème, c'est que les biens de ces pays sont détenus par une poignée de gens riches, tandis que les dettes sont supportées par les peuples, à travers leurs gouvernements", souligne le rapport.Soren Seelow Oh, le joli rêve d' optimisation fiscale! - Bernard Arnault au paradis belge

 

La déréglementation de l'économie et le développement des technologies numériques ont favorisé le développement de la délinquance des cols blancs et des cybercriminelles ( L'industrie de la finance n'est plus une perversion du système, elle est le système )

 

La production n’étant plus capable de valoriser l’ensemble des capitaux accumulés, une partie croissante de ceux-ci conserve la forme de capital financier. Une industrie financière se constitue qui ne cesse d’affiner l’art de faire de l’argent en n’achetant et ne vendant rien d’autre que diverses formes d’argent. L’argent lui-même est la seule marchandise que l’industrie financière produit par des opérations de plus en plus hasardeuses et de moins en moins maîtrisables sur les marchés financiers. La masse de capital que l’industrie financière draine et gère dépasse de loin la masse de capital que valorise l’économie réelle. La « valeur » de ce capital est purement fictive : elle repose en grande partie sur l’endettement et le good will, c’est-à-dire sur des anticipations : . Les cours de Bourse se gonflent de capitaux et de leurs plus-values futures et les ménages se trouvent incités par les banques à acheter (entre autres) des actions et des certificats d’investissement immobilier, à accélérer ainsi la hausse des cours, à emprunter à leur banque des sommes croissantes à mesure qu’augmente leur capital fictif boursier  ( le cas de chypre : citoyen actif, agoravox , .

 

 

Ce kyste de la sphère de la finance ( financiarisation de l'économie) sur l'économie réelle n'est que l'une des phase des phases du capitaliste ( Taylorisme, fordisme, toyotisme, financairisation) . A des problèmes,  ce système propose un marché de l'offre et de la demande favorisant la spéculation, le blanchiment , le crime organisait, la délinquance des cols blancs.( .(documentaire sur France 2)  )   Dernière affaire en date :

 

 Cyber-blanchiment d'argent

Internationaler Gelwaschering

C'est la plus grande affaire de blanchiment jamais découverte. Une cyber affaire plus exactement, puisque  l'argent sale était lavé via Internet.

 

Une enquete international jamais menée sur le blanchiment d'argent, la justice américaine a fermé Liberty Reserve, une plateforme de payement électronique devenue une plaque tournante du cyber crime.

 

Si Al Capone était vivant, c'est comme cela qu'il placerait son argent. Voilà comment Preet Bharara, procureur américain de Manhattan qualifie le gigantesque  blanchiment d'argent opéré Liberty Reserve . Six milliards de dollars en 7 ans. Crime en 2006 et basé au Costa Rica, Liberty réserve était une plateforme de payement électronique utilisant de la monnaie numérique et permettant d'envoyer et de recevoir de l'argent de n'importe qu'elles émissaires dans le monde entier en l'absence totale de réglementation. 55 millions de transactions illégales ont ainsi été opérées pour plus de 4 millions d'usagers dans les quatre coins du globe. Anonyme et  passant par un tiers, c'est opération étaient impossible à tracer. Liberty Reserve était donc une plateforme idéale pour les criminelles en tout genre.

 

Preet Bharara, procureur fédéral de Manhattan : " Liberty Reserve attirait et aidait de manière délibéré les criminelles qui souhaitaient utiliser de la monnaie numérique pour contourner la loi et facilitait un grand nombre d'activités criminelles en ligne. Des crimes sérieux dont des fraudes à la carte bancaire, des vols d'identités, des investissements frauduleux, piratages informatiques, pornographie infantile et même du trafics de drogue.

 

Le site a été fermé par la justice américaine. 45 comptes bancaires ont été saisis ou gelés. 7 responsables de Liberty Reserve ont été inculpés, deux personnes sont en fuite et cinq autres ont été arrêté au Costa Rica, New York et Espagne dont le fondateur de l plateforme. Arthur Buloski avait déjà été arrêté en 2005 aux Etats-Unis pour avoir tenté d'avoir lancé un site similaire. C'est en tout cas au Costa Rica, ou ils s'était exilés, qu'il en a profité pour lancer sa juteuse machine

Paradis fiscaux : toujours plus
Une enquête, réalisée par une centaine de journaux sur la base de 11,5 millions de documents, a permis de dresser une liste de 140 responsables politiques ou de personnalités qui, profitant de sociétés-écrans, ont camouflé des sommes colossales au Panama, un paradis fiscal.

itzgibbon et Martha M. Hamilton (adapté par Le Monde)



 
" Cette enquête montre que la fraude fiscale est un système à l'échelle mondiale et que les nantis, les riches et les capitalistes du monde entier en profitent. 
Et c'est ces gens-là qui nous rabâchent dans leurs médias et via les gouvernements à leurs botte que la situation économique impose de plonger dans la misère et dans des conditions de vie ou de travail intenables toujours plus de personnes! " 
 
Panama Papers” : “Cash Investigation” 1, Platini 0 - L'actu ...Voir un extrait de “Cash Investigation” : “ Paradis fiscaux : Le casse du siècle” :

"La Révolte", chanson anarchiste (1886) con trad. ital.


n"La finance, mon adversaire n'a pas de visage et elle ne se présente pas aux élections" Pour le chercheur Geoffrey GEUENS, cette phrase prononcée par François Hollande lors de son meeting du Bourget est emblématique du discours politique dominant qui oppose marché financier et Etat, deux entités sans chair et sans visage. Or, a travers une longue recherche, il montre la proximité sociologique entre monde économique et monde politique en une même oligarchie qui a réussi à imposer de faux antagonismes...Oui, la finance a un visage, oui l'Etat a un visage et c'est souvent le même !
Entretien de Daniel Mermet .
 
Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi

Dans les pays démocratiques et développés, l'argent est devenu la seule balise. Après avoir été méprisés ou honnis jusqu'à la fin des années 1970 – une Rolls était alors le sommet de la ringardise –, le « fric » et ses attributs clinquants se sont imposés en force depuis les années 1990. [c=La religion de l'argent roi rend les dirigeants politiques et les chefs d'entreprise cyniques et égoïstes, et surtout indifférents aux drames sociaux, sanitaires ou économiques que ce culte induit. Les dirigeants d'entreprise se focalisent sur le profit maximum :  l

A lire Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi : citoyen actif

Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi - l'indigné Révolté- Skyrock ... , Articles de l-indigne taggés "Cash investigation" - l'indigné révolté...

 

 

 

En France, nos confrères du “Monde” et de Cash Investigation (France 2) ont été impliqués. Le travail de coordination permet à cette structure, qui n’emploie que 13 personnes, d’avoir un impact global. L’ICIJ a ainsi dévoilé des affaires aussi importantes que Lux Leaks, l’Offshore Leaks ou Swiss Leaks. Évasion fiscale : ce que l'on sait sur l'affaire "Panama Papers"

 

ICIJ : qui se cache derrière cette machine à... par lemondefr

 

Les « Panama papers » en trois points
Le Monde et 108 autres rédactions dans 76 pays, coordonnées par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), ont eu accès à une masse d'informations inédites qui jettent une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux.
 
Les 11,5 millions de fichiers proviennent des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, entre 1977 et 2015. Il s'agit de la plus grosse fuite d'informations jamais exploitée par des médias.
 
Les « Panama papers » révèlent qu'outre des milliers d'anonymes de nombreux chefs d'Etat, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs.
+ Plus d'actualité sur : "Panama Papers": scandale d'évasion fiscale

 

Qui utilise les sociétés offshore des « Panama papers » ?

Messi, Platini, Valcke... Le monde du sport pris dans les filets du scandale "Panama papers"

Le rapport révèle que 200 personnalités politiques impliquées à travers le monde Au total, les "Panama Papers"  

Quelque 400 journalistes d'une centaine de médias ont été impliqués dans l'histoire.

Voir un extrait de “Cash Investigation” : “ Paradis fiscaux : Le casse du siècle” :

 

 

L'enquête de Cash Investigation ne s'intéresse pas qu'aux individus. Elle met sérieusement en cause une banque française, la Société Générale, et une suisse, la banque Edmond de Rotschild.

C'est le directeur du Monde qui le confirme : le quotidien du soir va révéler mardi le nom d'un "grand parti politique français impliqué" dans le scandale "Panama Papers". Lundi sur France Inter, le directeur du journal était interrogé par Léa Salamé, qui a assuré que "demain, Le Monde révèle le nom d'un grand parti politique français" impliqué comme une centaine de responsables politiques ou personnalités de premier plan. Il s'agit d'un "parti national", a simplement déclaré Léa Salamé, Jérôme Fenoglio se contentant d'acquiesce

Frédéric Chatillon, déjà mis en examen par la justice française, est au cœur de ce système qui aurait permis de faire sortir de France environ 300 000 euros.

FRANCE 2

Francetv info : Panama Papers: un système offshore sophistiqué mis en place par les proches de Marine Le Pen : "Un système offshore sophistiqué a été mis en place entre Hong Kong, Singapour, les îles Vierges britanniques et le Panama" par des proches de Marine Le Pen, affirme ce mardi Le Monde (article abonnés) en s'appuyant sur les documents des "Panama papers". 3« Panama papers » 3« Panama papers » : comment des proches de Marine Le Pen ont sorti de l’argent de France






 

Les "Panama Papers" révèlent le montage offshore d’un proche de Marine Le Pen. Frédéric Chatillon apparaît dans les documents de la firme panaméenne Mossack Fonseca. Selon les informations de l'émission "Cash Investigation", mardi 5 avril, Frédéric Chatillon, ami de Marine Le Pen et homme d'affaires dont la société Riwal a collaboré avec le FN lors de plusieurs campagnes électorales, a détenu une société offshore basée aux îles Vierges britanniques, un paradis fiscal. Cette société a été acquise par Frédéric Chatillon au mois de mai 2012, au lendemain de l’élection présidentielle.

  La rédaction vous conseille  :
Cash investigation - Paradis fiscaux : les petits secrets des grandes entreprises / intégrale
">special.investigation.geants.du.net.ennemis.d.etat.d... Argent sale, le poison de la finance documentaire CHOC

Le dernier rapport de Transparency International dresse un tableau de la corruption dans le monde. Selon l’ONG allemande, la grande corruption est l’abus de pouvoir à haut niveau au profit de quelques-uns et au détriment de la majorité de la population. Sur 168 pays, les deux tiers se situent en dessous du seuil de 50, sur une échelle allant de 0 à 100. Parmi les pays qui ont enregistré une très forte baisse, citons le Brésil, où l’affaire Petrobras, révélée début 2014, a provoqué une grave crise politique. Ailleurs, la situation a plutôt tendance à s’améliorer, comme en Mongolie, notamment grâce à la criminalisation de la corruption, bien que les richesses minières y attisent convoitises et malversations. Les caractéristiques essentielles des pays vertueux ? La liberté de la presse, le libre accès aux informations budgétaires, l’intégrité du personnel politique, l’indépendance et l’impartialité du système judiciaire. A contrario, en Australie, l’injonction de la justice aux médias australiens de faire silence sur la corruption présumée de plusieurs chefs d’État et de gouvernement de pays d’Asie du Sud-Est est un exemple de ces dysfonctionnements, mis en lumière grâce à Wikileaks.

www.transparency.org/

Ce rapport a ainsi le mérite de donner une image globale d’un problème, la corruption, qui mine la confiance sans laquelle il ne peut y avoir de démocratie. Quelques critiques peuvent toutefois être formulées : par exemple sur la manière subjective d’évaluer la corruption, à partir de l’« opinion d’experts », et non de données plus factuelles. Par ailleurs, Transparency International ne considère que la corruption publique, quand le phénomène s’étend potentiellement à tous les secteurs de la société ; et c’est bien la porosité entre milieux politiques et milieux d’affaires qui pose souvent problème.

A l'échelle nationale, les sommes accumulées au fil des décennies dans les paradis fiscaux s'élèveraient à 600 milliards d'euros, soit près de 10 % du patrimoine des Français et 1/6e du budget de l'Etat, selon une enquête du journaliste Antoine Peillon publiée en avril (Ces 600 milliards qui manquent à la France, Le Seuil). Près de la moitié de ces avoirs, soit 260 milliards, sont détenus par des particuliers, le reste par des entreprises. Selon le dernier classement Forbes, le nombre de milliardaires a atteint 1 210 en 2011, un record absolu depuis les vingt-cinq ans d'existence de ce classement, et 214 de plus que l'an dernier. Tous ensemble, ces oligarques pèsent 4 500 milliards de dollars, soit plus que le produit intérieur brut de l'Allemagne Carlos Slim - 74 milliards de dollars Tribune :  Pauvre comme Job par Thomas Piketty

"Le problème, c'est que les biens de ces pays sont détenus par une poignée de gens riches, tandis que les dettes sont supportées par les peuples, à travers leurs gouvernements", souligne le rapport.Soren Seelow Oh, le joli rêve d' optimisation fiscale! - Bernard Arnault au paradis belge

 

La déréglementation de l'économie et le développement des technologies numériques ont favorisé le développement de la délinquance des cols blancs et des cybercriminelles ( L'industrie de la finance n'est plus une perversion du système, elle est le système )

 

La production n’étant plus capable de valoriser l’ensemble des capitaux accumulés, une partie croissante de ceux-ci conserve la forme de capital financier. Une industrie financière se constitue qui ne cesse d’affiner l’art de faire de l’argent en n’achetant et ne vendant rien d’autre que diverses formes d’argent. L’argent lui-même est la seule marchandise que l’industrie financière produit par des opérations de plus en plus hasardeuses et de moins en moins maîtrisables sur les marchés financiers. La masse de capital que l’industrie financière draine et gère dépasse de loin la masse de capital que valorise l’économie réelle. La « valeur » de ce capital est purement fictive : elle repose en grande partie sur l’endettement et le good will, c’est-à-dire sur des anticipations : . Les cours de Bourse se gonflent de capitaux et de leurs plus-values futures et les ménages se trouvent incités par les banques à acheter (entre autres) des actions et des certificats d’investissement immobilier, à accélérer ainsi la hausse des cours, à emprunter à leur banque des sommes croissantes à mesure qu’augmente leur capital fictif boursier  ( le cas de chypre : citoyen actif, agoravox , .

 

 

Ce kyste de la sphère de la finance ( financiarisation de l'économie) sur l'économie réelle n'est que l'une des phase des phases du capitaliste ( Taylorisme, fordisme, toyotisme, financairisation) . A des problèmes,  ce système propose un marché de l'offre et de la demande favorisant la spéculation, le blanchiment , le crime organisait, la délinquance des cols blancs.( .(documentaire sur France 2)  )   Dernière affaire en date :

 

 Cyber-blanchiment d'argent

Internationaler Gelwaschering

C'est la plus grande affaire de blanchiment jamais découverte. Une cyber affaire plus exactement, puisque  l'argent sale était lavé via Internet.

 

Une enquete international jamais menée sur le blanchiment d'argent, la justice américaine a fermé Liberty Reserve, une plateforme de payement électronique devenue une plaque tournante du cyber crime.

 

Si Al Capone était vivant, c'est comme cela qu'il placerait son argent. Voilà comment Preet Bharara, procureur américain de Manhattan qualifie le gigantesque  blanchiment d'argent opéré Liberty Reserve . Six milliards de dollars en 7 ans. Crime en 2006 et basé au Costa Rica, Liberty réserve était une plateforme de payement électronique utilisant de la monnaie numérique et permettant d'envoyer et de recevoir de l'argent de n'importe qu'elles émissaires dans le monde entier en l'absence totale de réglementation. 55 millions de transactions illégales ont ainsi été opérées pour plus de 4 millions d'usagers dans les quatre coins du globe. Anonyme et  passant par un tiers, c'est opération étaient impossible à tracer. Liberty Reserve était donc une plateforme idéale pour les criminelles en tout genre.

 

Preet Bharara, procureur fédéral de Manhattan : " Liberty Reserve attirait et aidait de manière délibéré les criminelles qui souhaitaient utiliser de la monnaie numérique pour contourner la loi et facilitait un grand nombre d'activités criminelles en ligne. Des crimes sérieux dont des fraudes à la carte bancaire, des vols d'identités, des investissements frauduleux, piratages informatiques, pornographie infantile et même du trafics de drogue.

 

Le site a été fermé par la justice américaine. 45 comptes bancaires ont été saisis ou gelés. 7 responsables de Liberty Reserve ont été inculpés, deux personnes sont en fuite et cinq autres ont été arrêté au Costa Rica, New York et Espagne dont le fondateur de l plateforme. Arthur Buloski avait déjà été arrêté en 2005 aux Etats-Unis pour avoir tenté d'avoir lancé un site similaire. C'est en tout cas au Costa Rica, ou ils s'était exilés, qu'il en a profité pour lancer sa juteuse machine

Mathieu Deslandes | Journaliste Rue89

Comment fonctionnait la « El-Maleh Connection » ? D’où vient la fortune de l’élue écologiste ? Toutes les réponses aux questions que vous vous posez.

Tout le week-end, vous avez, à plusieurs reprises, entendu le nom de Florence Lamblin, cette « élue de la République » (elle est adjointe Europe écologie - Les Verts au maire du XIIIe arrondissement de Paris) arrêtée dans le cadre du démantèlement d’un « trafic international de drogue ». Ainsi présenté, évidemment, ça a de la gueule. Mais qu’en est-il exactement ? Faisons le point.

1Comment fonctionnait le réseau démantelé ?

« Des camions sont bourrés de cash pour le renvoyer au Maroc et payer les fournisseurs. Et de l’argent est blanchi par le système bancaire. »

ETIENNE COMBIER / JOURNALISTE ET LAURA FERNANDEZ RODRIGUEZ / JOURNALISTE |

enquête Panama Papers Créé le lundi 04 avril 2016 14:39Modifié le lundi 04 avril 2016 15:45 Tags : Panama Papers, enquête, paradis fiscaux, capitalisme,Molodoï, La complainte des ouvriers, Cahuzac, Platini, Balkany,Argent sale, le poison de la finance, documentaire, Cash Investigation

Les lanceurs d'alerte...Le travail à tout prix ?La crise. Quelle crise ?Société Générale: Plus de 120 postes menacés par le nouveau plan de restructuration

enquête Panama Papers - CitizenKhane

 

L'enquête de Cash Investigation ne s'intéresse pas qu'aux individus. Elle met sérieusement en cause une banque française, la Société Générale, et une suisse, la banque Edmond de Rotschild.

 la photo de Nathalie De Biasi.

 

 
"Paradis fiscaux : le casse du siècle" un #cashinvestigation exceptionnel : 
“Panama Papers” : “Cash Investigation” 1, Platini 0 Olivier Milot  

 

En savoir plus :

Le cyberblanchiment

Droit et cyber-blanchiment - Abdelfattah Almuntaka - Google Books

Les nouvelles formes de blanchiment d'argent - LExpansion.com

Blanchiment d'argent - Wikipédia

Etats-Unis: une entreprise en ligne accusée de blanchiment d'argent ...

Les nouvelles technologies - economie.gouv

Mafia & économie souterraine by Anaïs SIERGIEJ on Prezi

PDF] Edition complète - EUR-Lex - Europa

 

 Liste noire et grise des Paradis Fiscaux selon OCDE G20 - economie solidaire, Facebook : Chypre, symbole de l’Europe en difficulté - Citoyenactif

 

des fonds d'investissement russes se font domicilier en Chypre pour profiter des avantages fiscaux qui leur sont accordés sur l'île

RAPPORT PARADIS FISCAUX - Les Amis de la Terre

  

Documentaires :

Argent sale, le poison de la finance - Vidéo Dailymotion

 

L'évasion fiscale mondiale : dix fois le PIB de la France Le Monde.fr | 23.07.2012 àLe Länder de Rhénanie-du-Nord-Westphalie aurait acheté pour 3,5 millions d'euros un CD contenant les noms de 1000 fraudeurs allemands, clients d'une filiale suisse de la banque britannique Coutts. Ici, à Zürich, un panneau indique l'entrée à la clientèle. | REUTERS/ARND WIEGMANN

 

Cash investigation : Paradis fiscaux : le casse du siècle - Affaire "Panama Papers" / intégrale

 

"Paradis fiscaux : le casse du siècle" u - L'Indigné Révolté

Un retour sur le contexte : Faillite de la première économie du monde ? ,  voir Chronique SPECIALE CRISE DES DETTES suite a l’aggravation en Europe et Etats Unis , 2013, année où les Etats-Unis cesseront de payer leurs factures? Interview de André-Jacques Holbecq sur ICI et Effet Dominos continue concernant les dettes étatiques     La semaine prochaine nous aurons plus de recul sur le contexte économique, avec un particulier une vraie première salve en France, pour commencer à dresser un vrai bilan de ce premier semestre » « Ce qu'il faut comprendre, c'est que ce n'est pas un gentil krach dans une petite crisounette. "C'est grave, ce qui est en train de se passer

Chypre, nouvelle cible des agences de notation Inquiète de l’exposition du pays au système financier grec, l’agence Moody’s a décidé d’abaisser la note de la dette souveraine chypriote, l’Espagne qui vent comme la Grèce une partie de ses biens publique.

04/09/2012

Goldman Sachs ...

 

 

 

documentaire,goldman sachs

 

 

n

L’Amérique qui flippe ou l’Amérique qui floppe ? (9) - www.la-bas.org 

 

 

 
 

 

 

L’intérêt particulier contre l’intérêt général. C’est à cela que ressemble la politique aux États-Unis. Tous les quatre ans, les candidats se fabriquent à coup de millions de dollars, à coup de spots anti ou pro tel candidat. Et contrairement à l’idée reçue, ce ne sont pas les lobbyistes qui courent vers Washington, mais bien les élus locaux qui ont besoin d’argent.

 

Le monde à l’envers. Celui où les lobbyistes sont obligés de couper leur cellulaire pour échapper aux élus. Celui où l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours - autrement dit les Mormons - profite de la candidature de Mitt Romney pour dépoussiérer son image et imposer des thèmes de campagne sur leurs valeurs. Enfin, celui où un grand patron - David Siegel, fondateur et Pdg de Westgate Resorts - envoie un mail d’opinion à ses salariés en menaçant de les licencier si le président Obama est réélu.

« De l’enfer du jeu au paradis Mormon,
Celui qui paie l’orchestre choisit la musique. »

Reportage à Salt Lake City de Giv Anquetil et Daniel Mermet.

 


 

Programmation musicale :
-  Elson Smith : "Flip flop"
-  Johnny Cash : "Personal Jesus"

Documentaire : Goldman Sachs

Economie par Jérôme Fritel, Marc Roche

documentaire,goldman sachsPlus qu'une banque, Goldman Sachs est un empire invisible riche de 700 milliards d'euros d'actifs, soit deux fois le budget de la France. Après s'être enrichie pendant la crise des «subprimes», en pariant sur la faillite des ménages américains, elle a été l'un des instigateurs de la crise de l'euro en maquillant les comptes de la Grèce puis en misant contre la monnaie unique. Un empire de l'argent sur lequel le soleil ne se couche jamais, qui a transformé la planète en un vaste casino. Grâce à son réseau d'influence unique au monde, et à son armée de 30 000 banquiers, Goldman Sachs a su profiter de la crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l'impunité des justices américaine et européennes. Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde

 

Goldman Sachs n'a rien fait de mal. Tel est le jugement - de poids - de Warren Buffett, qui a tenu samedi l'assemblée générale annuelle de Berkshire Hathaway. Les profits réalisés par son holding au premier trimestre ont atteint plus de 3,6 milliards de dollars. (Source AFP)

Dans le Figaro :  . C’est assez hypocrite de sa part. «C'est un peu dur pour moi d'avoir beaucoup de compassion pour une banque qui a fait le mauvais choix», a-t-il lancé, se référant aux établissements financiers qui ont acheté le fameux produit Abacus créé par le jeune Français Fabrice Tourre. Ou encore déclare que « la faute à la réglementation, pas aux banques ». C’est une façon hypocrite et cynique de dire que la faute ne vient pas de nous mais des autres.  On comprend mieux sa réaction, quand on sait que Berkshire Hathaway vire au vert (son fond). «Ces résultats montrent que l'économie montre des signes de reprises significatifs pour la première fois», en a conclu Warren Buffett. Dévoilés samedi, ces chiffres préliminaires témoignent de la vivacité de son activité sur les produits dérivés, qui renoue avec les profits : 1,41 milliard de dollars, quand la perte s'élevait à 3,24 milliards sur les trois premiers mois de l'exercice précédent. Le bénéfice d'exploitation s'est apprécié de 30% à 2,2 milliards de dollars contre 1,7 milliard un an plus tôt.

Pour en savoir plus : Les nouveaux rois des marchés... , La réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat, Les vrais maitres du monde ???, Les risques de destabilisations lié a la crise financière, écologique…Après la crise financière, la guerre civile ?

 

 

Un film de Mathieu VERBOUD
2011, 52 mn

 

 Un documentaire à charge diffusé par Arte mène l'enquête sur la banque américaine. Extraits.Publié le 10 août 2012

Dans un documentaire diffusé mardi 4 septembre à 20h50, Arte plonge au cœur de la banque d'affaires qui incarne à elle seule tous les excès de la spéculation financière. Cette puissance étend son emprise sur les entreprises et les gouvernements.

Dans ce premier extrait, une ancienne employée de la banque témoigne de la manière dont Goldman Sachs inculque à ses troupes un esprit de compétition exacerbée en échange d'un salaire mirobolant. "Elle recrute les meilleurs et les transforme en mutants", assure William Cohan, un ancien banquier.Dans ce deuxième extrait, Nick Dunbar, journaliste qui a révélé les dessous du "deal" entre les Grecs et Goldman Sachs, revient sur le mécanisme qui a permis à la Grèce de réduire sa dette artificiellement de 3 milliards d'euros et à la banque d'engranger 600 millions d'euros.Extraits de "Goldman Sachs la banque qui dirige le monde" diffusé sur Arte le mardi 4 septembre à 20h50.

La pieuvre Goldman Sachs Ces chefs d'Etat qui se recyclent dans le business :Nombre d'anciens cadres de la banque américaine sont aux manettes des plus grandes institutions privées et publiques de la planète. LireJ'ai une confession à faire: je vais au lit tous les soirs, et je rêve d'une autre récession (...). Personnellement, j'ai rêvé de ce moment depuis trois ans", a déclaré Alessio Rastani sans ambages.

Interrogé sur la réponse des dirigeants à la crise de l'euro, le jeune homme de 34 ans a déclaré que les traders "se foutent" de l'euro. "La plupart des traders se fichent de savoir comment (...) la situation va être résolue. Notre boulot, c'est de faire de l'argent", a-t-il affirmé.

"Les gouvernements ne dirigent pas le monde. Goldman Sachs (banque d'affaires américaine) dirige le monde. Goldman Sachs s'en fiche de ce plan de sauvetage, tout comme les importants fonds spéculatifs", a-t-il assuré.

Les commentaires de M. Rastani, présenté comme un trader indépendant par BBC, ont provoqué de nombreuses réactions.

"Cela me semble immoral et amoral", a réagi la ministre espagnole des Finances, Elena Salgado. "Le trader qui a soulevé le couvercle sur ce que la City pense vraiment", a titré The Independent.

Certains médias ont avancé que M. Rastani pourrait être un membre de Yes Men, un groupe basé aux Etats-Unis qui avait reconnu sa responsabilité dans une info bidon reprise par la BBC en 2004, selon laquelle la société Dow Chemical allait indemniser les victimes du désastre de Bhopal en Inde en 1984.

Mais Yes Men a démenti être cette fois impliqué, et dans une interview mardi au magazine financier Forbes, M. Rastani a insisté sur le fait qu'il était un trader travaillant à son compte.

Goldman Sachs, citée par M. Rastani, s'est refusée à tout commentaire.

Le rôle de la banque Goldman Sachs dans la chute de la Grece : Les dessous de la crise économique mondiale - TRADING 2.0, Il était une fois La crise de la finance mondiale Parti 1/ 2 Documentaire vidéo 2015, Krach 2008, l'origine de la crise

Comment la « machine à bulles » (Goldman Sachs) est entrée dans la tourmente et . Revoir Les maître du monde: « les vrais sont plus discret 200 patrons, banques, fond de pension détenant des milliers. Ce sont des gestionnaires assez froids. Les marchés se frottent les mains (crise du Mexique) ils seront rembourser. A-t-on retenu les leçons. » Cette phrase prophétique, surtout après l’énième blocage des marchés financier avec l’aide des républicains, et même de démocrate « Aucun pays ne peut bâtir une politique économique et sociale sans l’approbation des marchés financiers. Prenons les Etats-Unis, Bill Clinton est élu président il y a 4 ans, après une campagne basée sur la réduction des inégalités sociales (similaire actuellement avec Obama). Des sont investiture, il annonce tout le contraire ; réduction budgétaire, donc paiement de la dette donc engraissement des marchés financiers…..

"l'italie gouvernée,goldman and sachs,mario monti"

 Goldman Sachs, qui tire sa puissance et ses profits de la confusion entre les intérêts publics et les intérêts privés, accroit encore son influence avec la nomination d’un de ses cadres, Mario Monti, comme Premier Ministre de l’Italie.

Quand le gouvernement Monti sera lancé, ministres et sous-secrétaires trinqueront. Pas au champagne cependant, mais avec du Coca-Cola. Mario Monti est en effet membre de l’International Advisory Board de la multinationale étasunienne, c’est-à-dire du comité des experts qui la conseille sur comment accroître les colossaux profits déjà réalisés grâce à sa position dominante dans le marché mondial des boissons et de l’eau en bouteille. Et pourtant, quand il était commissaire européen à la concurrence, Mario Monti poursuivit Coca-Cola pour abus de position dominante. Le contentieux se termina avec un accord en 2004, mais la multinationale resta en excellents termes avec Monti, si bien que deux ans plus tard elle l’embaucha comme consultant.

À New York, la naissance du gouvernement Monti sera fêtée avec un très coûteux champagne, surtout chez Goldman Sachs, une des plus importantes banques d’investissement du monde, dont Mario Monti est international advisor, c’est-à-dire consultant. Ce groupe bancaire est spécialisé dans les produits financiers dérivés, outils dont la valeur est fondée sur celle d’autres biens, parmi lesquels les matières premières agricoles ; mécanismes spéculatifs qui d’une part ont permis de réaliser d’énormes profits, et de l’autre ont provoqué l’augmentation des prix internationaux des céréales, réduisant à la famine plus d’un milliard de personnes.

Goldman Sachs a été aussi un des principaux auteurs de l’arnaque internationale des crédits subprime, concédés aux USA à des personnes économiquement peu fiables. Ils ont été transformés en obligations à haut risque, elles-mêmes mélangées à des titres fiables en paquets, définis comme « saucisses financières ». Garanties par les plus importantes agences de notation (Moodys, Standard & Poors et Fitch), les « saucisses » empoisonnées ont été acquises par des fonds de pension et par d’autres investisseurs institutionnels, se diffusant ainsi chez les petits épargnants du monde entier. L’explosion de la bulle spéculative, en 2008, a provoqué, à échelle mondiale, des faillites, restrictions du crédit, chutes d’investissements productifs, et ultérieurement restructurations pour réduire le coût du travail et, donc, une augmentation du chômage et de la pauvreté. De tout cela sont aussi remerciés les consultants de Goldman Sachs (parmi lesquels Monti), qui a spéculé jusque sur les interventions massives, faites par les gouvernements avec de l’argent public, pour le « sauvetage » des grandes banques qui avaient provoqué la crise. Quand la SEC, l’institution gouvernementale étasunienne de contrôle des marchés financiers, a accusé Goldman Sachs de délit de fraude, l’oiseau s’était envolé.

Après avoir contribué à provoquer la crise financière, qui depuis les États-Unis a aussi investi l’Europe, Goldman Sachs a spéculé sur la crise européenne. Il y a trois mois, le 16 août, elle a envoyé à ses plus importants clients un rapport réservé de 54 pages, en les avertissant de l’aggravation imminente de la crise dans la zone euro et en leur donnant des instructions précises sur comment faire de l’argent avec la crise. Il s’agit de la même technique que celle utilisée avec la crise des crédits : tandis qu’elle présentait publiquement les « saucisses financières » comme des investissements de fiabilité maximale, la banque conseillait secrètement à ses plus gros clients de s’en défaire au plus tôt.

Le rapport sur la crise financière en Europe a été envoyé en août à quelques centaines de gros investisseurs à échelle mondiale, tout en restant secret pour les autres. Le Wall Street Journal en a donné la nouvelle le 1er septembre, en ne fournissant cependant que quelques extraits génériques. Prévoyant que pour « sauver » les banques européennes il faudra un capital d’au moins 1 000 milliards de dollars, dans le rapport on conseille « aux investisseurs en produits financiers dérivés de tirer profit de la crise en Europe ». À coup sûr, Goldman Sachs ne s’est pas limitée à lire dans une boule de cristal, mais a mis la main à la pâte dans les mécanismes de la crise qui a investi l’Italie. Une crise que va affronter celui que le secrétaire du Parti Démocrate Italien Pier Luigi Bersani définit comme « un gouvernement digne de foi et à forte valeur technique ». On ne saurait en douter : il sera présidé par un international advisor de Goldman Sachs.
Manlio Dinucci

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

La réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat

Le débat de la réforme de Wall Street : Être pour où contre des règles plus musclées pour les gros bras de Wall Street. Cet échec montre que alors que le scandale de Goldman Sachs est encore frais (

 

Le président Obama s’est dit «profondément déçu que les républicains du Sénat aient voté en bloc contre l’ouverture des débats sur la réforme de Wall Street. Les Américains ne peuvent se permettre cela», a ajouté le président qui a accusé certains républicains de retarder les débats pour «poursuivre les discussions derrière des portes closes, où les lobbyistes de l’industrie financière peuvent amoindrir la réforme ou bien la tuer».Le plus étonnant est que de nombreux démocrate est voté contre la réforme.

 

Au coeur de la Maison Blanche : Barack Obama - part 1/2 , part 2/2
- Dailymotion

 

Extrait: Source: Center for Responsive Politics, 21 août 2012

 

Barack Obama

  • Université de Californie: 491 868 dollars
  • Microsoft: 443 748 dollars
  • Google: 357 382 dollars
  • DLA Piper: 331 715 dollars
  • Université d'Harvard: 317 516 dollars
 

Mitt Romney

  • Goldman Sachs: 676 080 dollars
  • JP Morgan Chase & Co: 520 299 dollars
  • Morgan Stanley: 513 647 dollars
  • Bank Of America: 510 728 dollars
  • Credit Suisse Group: 427 560 dollars

 Au total, 67 millions de dollars sont déjà allé, cette année, dans les caisses de campagne du candidat Romney contre 44 millions de dollars pour Barack Obama. 

 Documentaire Obama, l'homme qui voulait changer le monde : 'Obama, l'homme qui voulait changer le monde', demain dans Grand Format à 22 h 00 20 heures : [émission du 5 novembre 2008]

 

La réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat

Le débat de la réforme de Wall Street : Être pour où contre des règles plus musclées pour les gros bras de Wall Street. Cet échec montre que alors que le scandale de Goldman Sachs est encore frais  

Le président Obama s’est dit «profondément déçu que les républicains du Sénat aient voté en bloc contre l’ouverture des débats sur la réforme de Wall Street. Les Américains ne peuvent se permettre cela», a ajouté le président qui a accusé certains républicains de retarder les débats pour «poursuivre les discussions derrière des portes closes, où les lobbyistes de l’industrie financière peuvent amoindrir la réforme ou bien la tuer».Le plus étonnant est que de nombreux démocrate est voté contre la réforme.

Les années Obama (1/4) - ARTE - YouTube

 
Acte I : comment, deux mois avant son investiture, Barack Obama doit mettre de côté ses ambitieuses promesses de réformes pour gérer la plus grande crise économique que le monde ait connue depuis la crise de 1929, et découvre que les Républicains ont résolu de le contrer par une opposition systématique



Mais comment expliquer ce revirement de confiance dans la politique d'Obama? La réponse tient, principalement, à ce que les milieux financiers américains détestent le plus, comme l'explique à Yuval Rosenberd le fondateur de SeaPort Securities, Ted Weisberg:

« Je n'ai jamais vu dans ma vie de telles politiques dysfonctionnelles à Washington. (...) L'élection est ici un enjeu énorme, parce que si les politiques actuelles ne changent pas - ou, le cas échéant, se renforcent - cela signifie que nous repartons pour 3 à 4 ans pour nulle part. Et ce pays a désespérément besoin d'un changement. (...) S'il ya un changement, je pense que le marché va rugir car le marché est avant tout une question de confiance et de ce que j'appelle le facteur de bien-être. »
 
Les années Obama (2/4) - ARTE
 

 Pour autant, l'attentisme est de mise vis à vis de Mitt Romney qui doit toujours démontrer à travers un programme clair et audible l'alternative qu'il représente.Le monde pour de très nombreuses raisons traverse la plus grave crise économique de toute l'histoire mondiale. Soyons lucides.

Ce qui se passe aux USA, c'est aussi une crise politique et financière. La donne est simple : les démocrates ont perdu la majorité au Congrès. Or, actuellement, la dette américaine est arrivée à un niveau qui va nécessité de remonter son plafond, faute de quoi, le Trésor américain a annoncé qu'il ne pourrait plus rembourser ses créanciers à partir du 2 aout. C'est-à-dire très bientôt.

Or, à l'instar de Ted Weisberg, beaucoup d'acteurs du marché sortent lessivés d'une paralysie presque totale du gouvernement en raison de la disparition de tout bipartisanisme au Congrès américain en raison de l'opposition farouche et sans concession des deux côtés Républicains et Démocrates. L'incertitude des orientations pesant systématiquement sur les marchés durant de longs mois de débats pour toute initiative ou proposition de loi a fini par assécher l'esprit d'initiative et réduire les volumes de transactions, avec des conséquences lourdes pour la plupart des entreprises d'un pays où tout se joue sur les marchés.
Le grand écart de l'opinion américaine
De manière assez révélatrice, l'opinion des Américains fait le grand écart sur la question. Mais le noyau dur du ressenti de la situation est solide, comme l'explique l'analyse que publie l'Institut Gallup, dans laquelle il note:

« De toutes les données de Gallup, qui ont été recueillies dans le monde entier et sur pratiquement toutes les questions, la conclusion la plus profonde est la suivante: La volonté première du monde n'est plus la paix, la liberté ou même la démocratie, ce n'est pas d'avoir une famille, ni un Dieu, ni de posséder une maison ou un terrain. La volonté du monde est d'abord et avant tout d'avoir un bon travail. Tout le reste vient après. Un bon emploi est une valeur sociale. C'est un énorme changement sociologique de l'humanité. Cela change tout sur la façon dont les gens mènent les pays, les villes, et les organisations. »

En ce qui concerne les Etats-Unis, Gallup aligne les dix facteurs qui façonnent l'opinion américaine aujourd'hui. En résumé, ces facteurs sont:

 
Lorsqu'ils sont interrogés actuellement sur l'ensemble de ces éléments, les Américains font profil bas et leur niveau de confiance dans leur pays montre des signes persistants de scepticisme. Ils se retrouvent pris en étau entre le sentiment globalement favorable qu'il portent vis à vis de Barack Obama - sa côté de sympathie est haute, et se situait il y a trois jours, dans USA Today, à 54% contre 31% pour son rival Romney - et le besoin de voir l'Amérique réagir plus vigoureusement qu'à travers des réformes à long terme. Le même sondage montre ainsi que 52% font plus confiance à Romney pour prendre en main l'économie du pays tandis que 43% soutiennent Obama dans ce domaine.

Des chiffres qui trahissent une certaine impatience dans un pays habitué à des cycles rapides et à des reprises spectaculaires, et où la réapparition du chômage de longue durée, l'assèchement du crédit au particulier et la mise en place d'une réforme coûteuse et à long terme du système des soins génèrent une angoisse difficilement maitrisable. De nombreux Américains soutiennent ainsi le plan de Barack Obama, mais ce n'est pas là que le bâ blesse. Ils n'ont globalement pas confiance dans le gouvernement pour leur venir en aide - l'Etat providence n'est pas une valeur américaine -, ils désespèrent du Congrès dont la paralysie leur est insupportable, surtout, ils sont habitués à compter sur eux-mêmes mais l'entrepreunariat fait face aux pires difficultés face aux banques et à un marché atone. Ils ont été, également, échaudés par trop de promesses en 2008.


Au cours des deux années qui ont suivi son élection, le président a fait passer un record de 50 régulations fédérales du marché financier. Mais à la différence des lois, ces régulations ont souvent été habilement contournées. Et les consommateurs ont attendu en contrepartie, mais en vain, la réalisation de promesses qui devaient contrebalancer l'aide apportée aux géants de Wall Street. Parmi les 504 engagements du candidat, 318 n'ont pas été tenus par le Président. Y figurent entre autres, pour la partie économique:

  • La création d'un fonds d'aide de 10 milliards de dollars (8 mds d'€) pour prévenir la faillite des propriétaires endettés
  • La suppression des abattements fiscaux pour les plus riches mise en place par George W. Bush
  • Le durcissement des règles concernant la collusion possible entre les lobbyistes et les responsables politiques
  • La réduction des frais d'assurance santé pour les ménages jusqu'à 2500 dollars par an (2000 €)
  • L'extension des allocations pour les enfants et les personnes dépendantes
  • L'obligation pour les employeurs disposant de plans de retraite d'enroller leurs employés
  • La création d'un crédit d'impot pour les retraités aux plus bas revenus
  • La suppression des impots sur le revenu pour les séniors gagnant moins de 50 000 dollars par an (40 000 €)
  • L'interdiction pour les entreprises faisant faillite de distribuer des bonus et des dividendes
  • L'interdiction pour les laboratoires pharmaceutiques de bloquer la mise sur le marché de médicaments génériques
  • Obliger les employeurs à couvrir 7 jours de maladie par an et par employé
  • Accroître le salaire horaire minimum pour le porter à 9,50 dollars de l'heure (7,60 €)
 
L'étendue du programme d'Obama s'est, en réalité, limitée en pratique à la réforme de la santé et au soutien aux banques en faillite. Deux gros chantiers qui ont occupé la première moitié de sa mandature avant que le passage aux mains des Républicains de la Chambre des représentants n'enterre 90% de ce programme qui promettait d'engendrer une révolution sociale aux Etats-Unis. Pourquoi avoir tout misé sur ces deux aspects seulement lorsqu'il avait les coudées franches à la fois au Sénat et à la Chambre entre 2008 et 2010? Le reproche n'est jamais loin.
 
 



Les années Obama (3/4) - ARTE
 

Les années Obama (4/4) - ARTE

Ajouter cette vidéo à mon blog


 4. L'Amérique pure et dure
En 2012, la réélection d'Obama semble propice à réformer l'Amérique en profondeur sur des thèmes aussi capitaux que le port des armes ou l'immigration. Mais, après une série de bavures policières, c'est la question raciale qui va dominer la fin de son mandat. Cet ultime volet revient sur le massacre perpétré dans l'école primaire de Sandy Hook (Connecticut) et l'échec d'Obama pour imposer un contrôle accru des ventes d'armes. Y sont rappelés aussi les aléas de sa réforme de l'immigration, qu'il décide de faire passer en force, par décret présidentiel. Enfin, la série se clôt sur la colère grandissante des Noirs à travers le pays, qui à Ferguson (Missouri), en août 2014, donne lieu à de véritables émeutes. Obama raconte comment, en tentant de ramener le calme, il a cherché à s'inspirer de l'héritage de son héros, Martin Luther King. 

Une crise institutionnalisée : histoire des oligarchies actuelles ( dates, nom...),

 La crise financière a donné l'occasion aux réseaux mafieux de s'infiltrer davantage dans l'écomomie mondiale, en investissant du liquide dans les banques européennes et américaines. C'est ce que démontre Roberto Saviano, l'auteur italien de Gomorra, dans une longue enquête qui suscite de nombreuses réactions.  A qui profite la crise ? Aux mafias du monde entier, répond Roberto Saviano. Dans deux articles publiés le même jour (lundi 27 août) dans La Repubblica et le New York Times,  le journaliste et écrivain italien montre à quel point la crise financière a fait l'objet d'un business planétaire pour les réseaux mafieux. Retwitté le jour même par l'économiste Nouriel Roubini, traduit en grec et publié dans I Kathimerini, l'article de Saviano a suscité depuis de nombreuses réactions.

HSBC et les cartels mexicains :  le New York Times a révélé que la filiale mexicaine de HSBC avait transféré 7 milliards de dollars d'argent sale des cartels vers HBUS, la filiale américaine de HSBC
Un appel que les acteurs de la lutte antimafia, notamment en Italie, ont aussi relayé. Cité par La Repubblica, le procureur national antimafia italien Piero Grasso estime que le gouvernement italien doit impérativement réformer ses mécanismes législatifs et que l'Europe doit se doter au plus vite d'un "code pénal antimafia unique

L'Europe du sud gangrénée


Le "Vegas" espagnol, future plaque tournante ?

Etant donné les intérêts colossaux en jeux, quel est la capacité d'action du pouvoir politique ? Difficile de réduire les Etats à un simple rôle de victime et de spectateur passif. En Afrique, en Amérique latine, dans les Balkans et en Europe de l'est, les entreprises criminelles agissent à une telle échelle qu'il est impossible que les gouvernements ne soient pas partie prenante, estime l'écrivain et chroniqueur d'origine vénézuélienne Moisés Naim dans une tribune de La Repubblica

Gouvernements, institutions internationales, grandes entreprises... Nul acteur de l'économie et de la finance n'échappe aujourd'hui à la toile tissée par Goldman Sachs, une "mégabanque" sans laquelle peu de décisions sont prises, et grâce à laquelle nombre de "coups" sont mis en œuvre. Au risque, souvent, de flirter avec l'illégalité.

Date de première diffusion : Mar., 4 sept. 2012, 20h50


Ces chefs d'Etat qui se recyclent dans le business :
"affaire Barroso".

Journal du Lundi 11 Juillet 2016 : U. E. / Barroso et Goldman Sachs officialisent leur relation 

L'infatigable combattant de la "Finance sans visage", François Hollande, est tout offusqué de ce changement de carrière qu'il juge "moralement inacceptable". Le Monde dénonce la "‘bulle' bruxelloise, au sein de laquelle se côtoient quotidiennement politiques, technocrates, lobbyistes et experts défendant les intérêts les plus divers

L'ancien président de la Commission européenne, Manuel Barroso, va chez Goldman Sachs. Et c'est le tollé général. Tollé surprenant car ça fait des dizaines d'années que Goldman se paie des politiques et envoie même ses anciens banquiers à des postes de haute responsabilité partout dans le monde pour créer un réseau qui lui permet d'être encore debout et vaillante malgré sa responsabilité dans la crise des subprimes et tous les scandales auxquels la banque est mêlée. Mais c'est vrai que c'est un scandale. Imaginez qu'en France un banquier devienne ministre de l'Économie ou qu'au contraire un conseiller du président devienne patron d'une des plus grandes banques commerciales! Inimaginable...Vraiment?

Royaume-Uni : Boris Johnson renonce à sa lucrative chronique dans « The Daily Telegraph ». Selon le monde e tout nouveau ministre des affaires étrangères britannique , Boris Johnson, a faitsavoir lundi 18 juillet qu’il renonçait à sa chronique hebdomadaire dans le quotidienThe Daily Telegraph. Il met ainsi fin à un très lucratif contrat de 250 000 livres(299 000 euros) par an. « Il serait inopportun pour lui de continuer à écrire sa chronique (…), eu égard à ses nouvelles fonctions de ministre », a commenté son porte-parole.

José Manuel Barroso, l’anti-européen MOBILE.LEMONDE.FR, Contrôle fiscal des entreprises : le "fantastique appel à la fraude" de Sarkozy MARIANNE.NET

 
 

Il y a désormais une "affaire Barroso". C'est Le Monde qui le dit ! Le président de la Commission européenne de 2004 à 2014 va devenir conseiller pour le Brexit de la banque d'affaires Goldman Sachs.

. Manuel Barroso s'était recyclé en tant que professeur invité dans quelques grandes universités (Princeton, universités de Genève et de Lisbonne) mais pas de quoi nourrir grassement son homme. Il ne touchait plus que 15 000 euros d'indemnités mensuelles au titre d'indemnités de transition. Tandis que Goldman Sachs...

Goldman Sachs lui offre une noble mission, à la hauteur de son dévouement : celle de "minimiser les nuisances" de la décision  des Britanniques de quitter le paradis de l'Union européenne. La banque d'affaires américaine, qui avait son idée sur cette question, avait financé à hauteur de 500 000 livres le camp du "remain". Mais rien n'y a fait, les Britanniques ont mal voté. Selon le Financial Times, Barroso, ce héros de l'Union, devra négocier la délicate question du passeport bancaire.

Le passeport bancaire désigne la faculté pour les banques établies au Royaume-Uni d'utiliser leurs licences britanniques pour se livrer à des opérations en euro sur le marché européen. Faute de ce précieux sésame, les banques étrangères établies à Londres devront se trouver un autre pays européen d'accueil désireux de soutenir et réguler leurs activités les plus complexes : le shadow banking, la finance de l'ombre et ses dizaines de milliers de milliards de produits dérivés... "Si mon conseil peut aider dans ces circonstances, je suis prêt à contribuer, bien sûr", a déclaré Barroso, modeste, au Financial Times.

 
humour 107.jpg-

Ne vous trompez pas d'ennemi : Comme le disait Winston Churchill, "il vaut mieux prendre le changement par la main avant qu'il ne nous prenne par le cou".


La finance imaginaire, analogie du capitalisme La Finance imaginaire - Là-bas si j'y suis : ".

 L'envers de la méfaille*

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde PDF]  GOLDMaN SaCHS La BaNQUe QUI DIrIGe Le MONDe Au Coeur De La Maison Blanche Barack Obama Créé le lundi 18 juillet 2016

Marc Roche et Jérôme Fritel : Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde ; Jacques Généreux  - france inter

·        

(ré)écouter cette émission

disponible jusqu’au 30/05/2015 20h00

L’interview de Mario Draghi – citoyenactif , Source : Wall Street Journal, http://www.les-crises.fr/modele-social-draghi/

Confession d’un trader

doc PDF intéressant a lire : ]  Mario Monti au Figaro :  «  Mon gouvernement peut tomber demain, nous ne sommes pas ici pour survivre, mais pour accomplir un un bon travail » propos recueilli par Richard Heuzé du 05/01/2012

libéralisme | Mediapart 

Le capitalisme à la source des problèmes sociaux et environnementaux

Manipulations de Goldman Sachs. Encore et toujours

reportages :

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde - videos.arte.tv

Goldman Sachs - Analyse d'une pieuvre financière mondiale ...

dman Sachs : Analyse d'une pieuvre ...

ITALIETrop d’argent sale derrière le TGV

ITALIEMilan, nouvelle capitale de la mafia

ÉCONOMIESaviano : la mafia au service de la finance mondiale

 analyse de Golman sachs par les libertaire :

 analyse de Goldman sachs + libertaire

 Austérisons-nous - Le Monde Libertaire : " Qu’est-ce qui est arrive à Papandréou ?

http://www.youtube.com/watch?v=dk_7tFZ7a58&NR=

 A voir ce soir ( mis sur Facebook) , ( dans la thématique mis sur Facebook),( mis sur le mur de Jacques ), ( mis sur le mur de Thierry Noirtault via Charlie Fougere : voir iciSur ARTE : Documentaire : Goldman Sachs , Goldman Sachs - La banque qui dirige le monde - arte +7 ( a voir pendant 7 jours sur le site d'arte) Economie par Jérôme Fritel, Marc Roche : Mardi 4 septembre de 20:50 à 22:05 sur Arte La piel que habito  Drame réalisé en 2011 par Pedro Almodóvar Mardi 4 septembre de 20:55 à 22:50 sur Canal+ La danse des garçons afghans : Société réalisé en 2010 par amie Doran  Mardi 4 septembre 2012 de 20:40 à 21:35 sur France 5 Voir dans la grille Little Miss Sunshine : Comédie dramatique réalisé en 2006 par Jonathan Dayton, Valerie Faris Mardi 4 septembre de 20:45 à 22:25 sur France 4 Voir dans la grille

A vOir : L’article que j'ai mis : " Travailleurs et pauvres: les Européens qui triment en 2010 ,

Naomi Klein - la stratégie du choc , Les maîtres du monde (dailymotion), Après la crise financière, la guerre civile ?Paradis Fiscaux , Industriels Contre Verts : La Bataille Du LobbyingSoutien aux communautés Mapuche du Chili «Seguir luchando para seguir existiendo»

Source : reseau Voltaire

09/04/2012

Programmes électorales

 

La gauche politicienne ( social démocratie) a adhérer aux néolibéralisme (une des formes du capitalisme). Ce que certain nomme NWO, n'est autre que le néolibéralisme apparu surtout après 45 et le développement du libre échange, des zones économique (Union Européenne). La gauche a adhéré a la logique de droite ( qui défends depuis toujours le patrimoine, les profits, la flexibilité contrôle des couts et de l'inflation dans les années 80 et les couts de boutoirs du néolibéralisme. Très bon article de Serge Halimi, surtout après le désarroi de la gauche ( PS) après le scandale de DSK. l'économie de marché 10 mai 1981, triste anniversaire, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, ,... ")

Hollande

Concernant Hollande, il se positionne à la fois comme l'héritier du mitterrandisme et de la deuxième gauche, la gauche rocardienne et deloriste, plus pragmatique et acceptant l'économie de marché  10 mai 1981 - 15 mai 2011 ,    "Le PS a embrassé très tôt la doxa néolibérale") . Je trouve toujours timides ses idées de mieux contrôler ce que font les banques, séparer les activités de banque de dépôt et d'investissement par exemple. Je trouve timide et réformiste néolibérale son idée de créer une banque d'investissement dans les PME, mais il devrait en dire plus. à l'instar de ce que disait DSK en 2005, il s'agirait de créer un organisme qui entrerait provisoirement dans le capital des PME pour sauver l'emploi le temps de redresser celles-ci? Cela était une idée  pas tt novatrice,  un peu interventionniste sans gêner le libre cour du néolibéralisme. Pour France Bourse «  Aujourd'hui, vu que le libéralisme a montré ses limites, il ne faut pas avoir peur de l'interventionnisme! Le temps de revenir à de nouvelles formes de libéralisme à défini »r.  Nous ne voulons plus de réformisme néolibéral, mais d’une vision révolutionnaire dans ce qu’il y a de plus noble.

Je pense que.les dérives de la finance (les banque, les paradis fiscaux : Documentaire: City de Londres, la finance en eaux troubles) ne sont plus une perversion du système, elle est le système  sont à l'origine d'un grand nombre de problèmes de notre monde,. Il est temps de faire quelque chose! Et si François Hollande, élu Président, osait s'attaquer à ce puissant lobby, cela relèverait d'un fait rare, car peu une fois élu.  Car lorsque l’on se rappel, au départ, , un beau chemin de réalisme accompli néolibérale quand on se souvient de son discours qu'il avait prononcées en 2006-2007 ("j'aime pas les riches" ou encore qu'on était riche à 4000€ par mois Qui est riche ? Qui est pauvre ? - AgoraVox le média citoyen) en « pleine crise des subprime »
 

 -  une récupération des idées de la mélenchonisation de sa campagne, récemment face a la pression de l’aile gauche avec le front de gauche. Son idée de taxer à 75% les revenus supérieurs à 1 M€, même si elle est séduisante intellectuellement, ne rapporterait pas grand-chose et ne changerait pas le rapport de force (peu de riche-très riche seront touchée vu le seuil très élevé). Les riches vont jouer la pression de l’exode fiscal et entrepreneurial. Embaucher 60.000 fonctionnaires dans l'Education Nationale, pourquoi pas, mais ce n'est pas suffisant, surtout en ce  moment!
Quant à la fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG, c’était son cheval de bataille au début, mais à présent il a botté en touche.

Je suis d'accord avec Hollande pour dire que l'ennemi est la finance La Finance imaginaire . Mais de quelle finance parle-t-on? Moi je parle de la spéculation outrancière, des ventes à découvert, des hedge funds qui rachètent les entreprises par morceaux et licencient à tour de bras, .  Mais aussi et surtout des liens politiques, et du monde privé ( des vase communiquant entre ces deux mondes), de la soumission depuis 30 ans des travailleurs, d'une société reposant sur une société consumériste et inégalitaire comme norme...

Globalement, je dirais que malgré quelques idées timides de gauche (du a la poussée de l’électorat Front de Gauche) et une partie du PS) , meilleures que ce qu'on connait habituellement du PS, on est loin d'avoir un programme extraordinaire de gauche pour la France! Cela reste la sociale démocratie.

Marine Le Pen :

Concernant Marine Le Pen, il est clair que cette  femme véhicule  la haine même si son discours a changer de celui de  son père véhiculait dans ses discours, ses calembours, ses postures, etc. Mais son programme haineux ( on ne change pas les vieilles habitudes de l’extrêmes droites)  Son programme économique est selon moi un non-sens absolu Un discours populistes et nationaliste sortir (de la Zone Euro), facile de dénoncer la finance capitaliste et de différencier  de est quelque chose d'impensable. …Je n'irai pas plus loin sur le programme du FN qui mettrait de nombreux citoyens français d’origine étrangère dans une précarité accrue et avec un cout social et économique important ( une dévaluation du franc automatique avec un effondrement des places financières et là, remet en cause les luttes sociales et féministes afin de faire plaisir a son électorat et soutien de la droite catho réactionnaire. Beaucoup dis dessus : Qu'est-ce que le fascisme ? , L'arnaque de l'extrême... , Spécial investigation : La face cachée du nouveau Front , L'extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre ! : Hitler.La.Naissance.Du.Mal, Interview d'un frontiste

Nicolas Sarkozy :

Le Président sortant, lui, a, contrairement à tous les autres, un bilan. Pour moi, ce bilan est très mitigé  mitigé, mauvais et l’appréciation dépend si l’on se place du coté des pauvres, des artistes, des salariés ou des riches, des lobbies privés et de la finance. D'un coté, il s'est montré représentant l’hyper présidentialiste et enclin à privilégier les paroles aux actes devant la gestion de la crise,il n'y a pas toujours apporté les bonnes solutions. En 2009,. La loi TEPA s'est avérée être une loi liberticide qui sous couvert de lutter pour la protection des mineurs sur Internet a été surtout officieusement de contrôler les citoyens ( et les mouvements de colères ) et de favoriser les lobbies privés et la finance sous le poids des lobbies entrepreneuriales, surtout pour son volet incitatif dans l'investissement sur les PME.

enquêtes,programmes,élection présidentiellePhoto FB D'un autre côté, il a préservé les plus riches, oui c'est vrai, les plus grandes entreprises, leurs pratiques de défiscalisation, cela au détriment de lois de protections sociales et environnementales, de défence du bien commun. Et il s'en vante! Alors, cela fait bien vis-à-vis des privilégiés (artistes de droites, gros patrimoines, investisseurs défiscalisant) , assimilés à des riches, mais ce n'est franchement pas cela qui va renflouer les caisses de l'Etat! Par contre, la niche Copé qui coute plusieurs milliards, et qui incite au démantèlement d'entreprises, à la spéculation internationale, elle, n'est pas touchée!

Pour mesurer l’impact des mesures fiscales du président Sarkozy, nous avons demandé au cabinet Fidroit de calculer l’impôt sur le revenu payé en 2007 et en 2012 par 5 profils de contribuable. Bilan : la plupart des Français sont perdants.

"Travailler plus pour gagner plus" " Je n'augmenterais pas les impot", martelait Nicolas Sarkozy en 2007. Cinq ans après, ce leitmotiv n’est plus qu’une lointaine promesse. Le début du quinquennat a été marqué par de nombreuses mesures visant à plaire au privé : exonération des heures supplémentaires, réduction de l’ISF en cas d’investissement dans des PME, déductibilité des intérêts d’emprunt lors de l’achat d’un logement, et renforcement du bouclier fiscal - qui a fait grand bruit en permettant à 143 des 190 plus grosses fortunes de France de payer 275.000 euros d’impôts par an au lieu de 1,6 million. Très rapidement, les hausses ont pris le dessus à la faveur des plans de rigueur. Une présidence marquait sous le coup des scandales politiques Affaire Woerth-Bettencourt : pour Sarkozy, le silence est d’argent

 "A part les bénéficiaires du bouclier fiscal, les salariés ayant réalisé des heures supplémentaires, les étudiants ayant une activité salariale et les propriétaires ayant acquis leur résidence principale avant que le dispositif de faveur ne soit abrogé, les Français ont subi une hausse généralisée de leurs prélèvements", souligne Florent Belon du cabinet Fidroit

Ensuite, même si cela n'a rien à voir avec les propos développés ici, je dois reconnaitre que Sarkozy est très efficace comme "super premier flic de France" au service des idées de l’extrême droites. Mais chacun aura sa propre opinion là dessus. Son programme est assez flou. Je vois peu de mesure concrète nouvelle et rien de bien efficace pour lutter contre les dérives bancaires. L'idée de faire des référendum régulièrement créer un flou et finit par lassé, même dans son propre rang. Celle d'augmenter de 25% le salaire des enseignants pour les faire travailler 50% de plus est une insulte à cette profession et tout les travailleurs . Coluche, crises et présidents , La lutte des classes, Les mille et un discours de..., Les ouvriers, les oubliés, Justice pour Hakim / France...

Eva Joly

 Message d’Eva Joly : La campagne officielle a commencé, et parmi les dix candidatEs en course, je suis la seule candidate de l’écologie. Vous le savez, nous avons choisi de mener une campagne aussi sobre et économe que possible. Contrairement aux autres candidats, faute de pouvoir bénéficier d'un prêt bancaire, nous le faisons avec les minces ressources du mouvement et avec le soutien de chacune et chacun d'entre vous. C’est la dernière ligne droite, et j’ai besoin de votre soutien et de votre énergie, pour pouvoir mener la campagne dans de bonnes conditions les prochaines semaines, et promouvoir au mieux le projet que je porte pour cette élection présidentielle

 

 François Bayrou

Quant à François Bayrou, il n'y a rien de neuf dans son programme, pas de grande transcendance non plus, mais mixte de social et de néolibéralisme , des gens, des entreprises, de toutes les catégories afin de contenter tout le monde et de satisfaire personne. Il ne divise pas, ne tire sur personne alors que Sarkozy tire sur les assistés, les profs, les chômeurs, tandis que Hollande suit une politique molle plus rose pale que rouge .
Bayrou avait été le premier à dénoncer des dérives de la dette souveraine dans la précédente campagne présidentielle. Hélas, force est de constater que sa position centriste et mole l'accule aujourd'hui à une perception caricaturale d'un centriste mou. Pas de propositions sociales révolutionnaires pour sortir les français et les peuples de la misère.

Mélenchon, Poutou

Quant à Jean Luc  Mélenchon, Philippe Poutou, et je finirai par eux car c'est pour eux  que je voterai au premier tour, il n'y a rien de rédhibitoire dans leurs programmes, au contraire. Bref, ce n'est pas avec une énorme conviction que j'ai fait ce choix, mais il représente de nombreuses idées.
En revanche, si il n'était pas présent au 2eme tour, ce qui est probable, je ne sais pas pour qui voterai-je... ni si je voterai!
 Un vrai respect du peuple, des gens voulant redonner le pouvoir aux peuples et remettre la souveraineté populaire et assemblée constituante défendu par le mouvement des indignés pour une démocratie directe et réelle.

D’autres qui dénoncent à la spoliation des travailleurs par les capitalistes.. Il est honteux d'être animés par la quête du profit, alors que de plus en plus de citoyens, salariés et non salariés subissent. Le front de Gauche représente une volonté de remettre les idéaux de Gauche dans une alliance élargie communiste ou communiste révolutionnaire aujourd'hui , écologiste ( décroissants), souveraineté populaire et en même temps grand humaniste, ils ont pris leur distance avec le communiste stalinien dans la mesure où le communisme a mené non seulement à des pogroms (via le goulag par exemple) mais aussi à un enrichissement très important de quelques uns au détriment du peuple qu'il s'agissait pourtant de protéger!

. Et 15% de gens qui veulent voter pour quelqu'un qui dit que nul n'a le droit de gagner plus de 20 fois le smic! Malheureusement cela reste dans une logique de grosse machine électorale, et il reste encore des efforts pour être complètement crédible en terme de président anticapitaliste. Une des réformes seraient de revoir le double mandat et salaire a commencer par lui

Aucun candidat ne dénonce l'informatisation des salles de marché qui est la première responsable des malaises que nous connaissons! Non seulement elle enlève des emplois mais elle créé ces ordres de vente qui entrainent des paniques et des krachs. En 2017, il a été estimé que l'ordinateur dépasserait réellement l'humain. !
Aucun candidat ne veut interdire les ventes à découvert. Alors avec Poutou, ce serait plus simple : la bourse serait fermée! Au moins on n'en parlerait plus!
Sur cette rigolade,


Le mouvement des indignés

Le mouvement des indignés peut représenter un contre pouvoir crédible s’il s’est élargir les luttes actuelles et antérieurs (libertaires, altermondialistes, converger et fédérer des mouvements sociaux et citoyens dans une logique de justices sociales, environnementale et horizontale en évitant les récupérations politiques (

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu