Avertir le modérateur

13/03/2012

Déchets, le cauchemar du nucléaire

 

 

n

Et ce qui devait arriver Areva : " 11 03 11 FUKUSHIMA"
 


g

Enquête chez les professionnels du secret.

 

Ce qu’en dit le Télérama :

 DOSSIER LE NUCLEAIRE, SUJET TABOU.jpgAprès le monde selon mosanto, la collection de films d’investigation lancée par ARTE confirme sa réputation d’excellence. Déchet, le cauchemar du nucléaire (

Déchets, le cauchemar du nucléaire 1/5 - on Dailymotion) est une enquête qui allie profondeur historique, ampleur géographique et expertise scientifique. Le réalisateur Eric Guéret et le journaliste Laure Noualhat remontent le temps et la rivière colombia pour trouver à Hanford, nord ouest des USA, « l’endroit le plus contaminé du monde occidentale », ou furent construites les premières bombes de l’ère nucléaire. Ils reviennent sur les lieux de l’explosion de déchets, en 1957 a Mayak, ville d’union soviétique…Ils constatent grâce a des mesures de la Criiad (Commission de Recherche et d’Informations Indépendantes sur la Radioactivité) que la santé des populations y est toujours négligée.

Dernière étape à La Hague, ou les auteurs radiographient les choix français de retraiter les déchets. Après le silence obstiné des autorités russes et américaines, la courtoisie d’Areva passerait presque pour de la faconde. Jusqu’à ce que les auteurs dénichent un scoop : les déchets produits par nos réacteurs ne sont pas si bien « recyclés » que notre champion du nucléaire le prétend… Preuve a l’appui : des centaines de fut trouvés en Russie. Enfin, ce film prend le temps de questionner l’absence de débat sur l’option de retraitement, en interrogeant les femmes politiques (Michèle Rivasi, Corinne Lepage), un expert indépendant (Michael Scheinder). Au total, une indispensable investigation qui, en sus de ses découvertes glaçante, invite a la réflexion ».

 

Il y a un dossier entier que l’on peut trouver dans le Télérama intitulé : «  Une super télé réactive » et commence par « Tabou dans les JT ou quasi absent du débat politique, le nucléaire suscite des documentaires et enquêtes fouillés dont l’élaboration s’est souvent réveillée périlleuse » ( page 30 à 32 n°3117 du 10 au 16 octobre)

 

 Tchernobyl Forever : entre réel et virtuel

Alain de Halleux est chimiste nucléaire, mais aussi réalisateur. En 2009, il sort un documentaire sur les travailleurs du nucléaire, 'RAS nucléaire'

Aujourd'hui, il vient de terminer un sujet intitulé 'Thernobyl Forever', qui parle de cette génération venue après la catastrophe. Quel regard portent ces jeunes ukrainiens sur un drame qu'ils n'ont pas connu, mais dont ils peuvent sentir les effets ?

S.T.A.L.K.E.R est un jeu vidéo connu là- bas, un jeu où les joueurs sont immergés dans 'la zone', et où le but est de pénétrer le sarcophage des vestiges de la centrale. La virtualité, un danger pour la mémoire ?

Le 26 avril 2011, Arte propose une soirée THEMA consacrée à Tchernobyl.

Dans sa chronique sur France Inter, pour l'anniversaire de la catastrophe de Fukushima et du tsunami, Sophia Aram veut souffler la bougie posée sur le gâteau. Malheureusement la bougie ne semble pas vouloir s'éteindre (8h55 - 12 mars 2012).
Retrouvez tous les billets de Sophia Aram sur
www.franceinter.fr
 
nucleaire 5.jpgLa curieuse disparition du "MOX" de l'accord Verts-PS - LeMonde.fr" : Le MOx est plus dangereux que l'uranium (fait à partir des déchets nucléaire, il est à base de plutonium (l'intérêt -pour eux- est de fabriquer du combustible nucléaire sans avoir besoin d'uranium naturel)
Areva est le quasi unique producteur de MOx (95%)
Le réacteur n°3 de la centrale de Fukushima "marche" au MOx. Ceci peut expliquer l'inquiétude actuelle au sujet de la piscine de refroidissement.... En effet, le MOx présente la particularité de devoir être refroidit, avant stockage, pendant la durée minimale de 50 ans sans compter que ce combustible entre en fusion beaucoup plus rapidement que l'uranium enrichi.
L'EPR de Flammanvile -France- dont le budget vient de passer de 3 à 6 milliards fonctionnera "au MOx
Ces installations sont censées aboutir à des réactions fonctionnant au Thorium ... si on a le temps ...
Afficher la suite"

  
Déchets, le cauchemar du nucléaire (2009) - Documentaire - L'essentiel - Télérama.fr
 
Déchets, le cauchemar du nucléaire 1/5


Le réchauffement climatique place la question de la production d'énergie au coeur du débat. Dans ce contexte, l'énergie nucléaire est souvent mentionnée comme une solution d'avenir car maîtrisée et sans impact sur l'environnement. Qu'en est-il du traitement des déchets ? Les scientifiques n'ont pas encore trouvé de solution efficace. Les industriels se veulent rassurants alors que les politiques évitent le sujet. Les documentaristes Michèle Rivasi et Eric Guéret proposent de faire le point sur les méthodes de retraitement utilisées en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en Russie. Des scientifiques indépendants en disent davantage. De hauts responsables mais aussi des opposants expriment leur avis sur le traitement des déchets radioactifs.
 


 
Samuel Gontier
 
Le grand retour du nucléaire - 1 - ( documentaire )
Le grand retour du nucléaire - 2 - ( documentaire )
 Le grand retour du nucléaire - 3 - ( documentaire

 

11 03 11 FUKUSHIMA
 
 Chantier de la centrale de Kaminoseki
Photo Giv Anquetil
 
 
Si stoïques dans leur malheur, si dignes, si calmes. Les japonais ont fait l'admiration des médias du monde entier, il y a un an. Ces clichés paternalistes furent des dommages collatéraux. Malgré la toute puissance lénifiante de l'appareil économique, politique et médiatique, les japonais bougent et contestent. A 85% ils sont opposés au nucléaire. Sur 54 centrales, 52 sont à l'arrêt."Nous nous sommes réveillés,dit Atsuko,on a compris qu'on nous trompait trop depuis trop longtemps" Sommes nous pour autant au début de l'ère postnucléaire ? Les énergies renouvelables gagnent du terrain. La finance s'y intéresse. Quand l'orage vient les mouches changent d'âne.
 
Programmation musicale :
  23rd Peter : "
Tchernobyl Fukushima Anywhere"

 

  
Pascals : "Kin Ton Oon"
 
A voir

Enquête sur une supercatastrophe nucléaire 
Il a fallu attendre plusieurs jours, après le 11 mars 2011, avant que les responsables japonais n'admettent qu'il y avait eu à Fukushima un accident nucléaire sans doute plus grave que celui de Tchernobyl. Puis les
autorités - l'exploitant Tepco, le gouvernement, les services de surveillance - n'ont cessé de minimiser l'ampleur de la catastrophe. Le documentaire tente de faire la lumière sur ce qui s'est passé dans les réacteurs 1 à 4 de la centrale. Il analyse aussi la gestion de crise du lobby nucléaire japonais et international et montre que celui-ci met tout en oeuvre pour préserver un marché mondial lucratif.

(Allemagne, 2012, 52mn)
NDR


Date de première diffusion: Mar., 6. mars 2012, 20h39

En savoir plus
  a.. Thèmes:
  b.. Documentaire,
  c.. Société
 
Un an après Fukushima, les écrivains japonais s'insurgent
Le 8 mars 2012

Depuis le 11 mars 2011, les autorités ont imposé une chape de silence sur Fukushima. Or, le mal nucléaire menace toujours. Les écrivains que nous avons entendus à Tokyo lancent un cri d'alarme.
Un an après Fukushima, les écrivains japonais s'insurgent - Livres - Télérama.fr
 
Malika Benarab-Attou
"Depuis la catastrophe de Fukushima, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont confirmé la construction de nouveaux réacteurs, tandis que la Chine et l'Inde ont l'intention d'en mettre en chantier des dizaines... dans les prochaines années." Et Sarkozy qui cherche à vendre des centrales à tous les pays de la rive sud de la Méditerranée alors que nous sommes dans une zone sismique (jonction des plaque africaine et plaque européenne...) Développons les énergies vraiment propres et réduisons notre consommation ! Tristesse et hommage à toutes les victimes du nucléaire.Afficher la suite

A Fukushima, des prières et de la colère
libe.fr

 

 

Catastrophes | Tchernobyl Forever : entre réel et virtuel , 26 avril 2011 - SAINT OUEN L'AUMONE (95) : Parlons enfin de la sortie du nucléaire!

A voir aussi :

La sûreté nucléaire en France : reportage sur Terre Tv ,

フランス原発での被曝労働の実態を伝えるドキュメンタリー「R.A.S. Nucléaire - Rien à signaler」とその解説:ざまあみやがれい! 

Nucléaire: une enquête sur les déchets?( blog libération) et  Lire la suite

DOSSIER LE NUCLÉAIRE, SUJET TABOU ATTENTION SÉANCES FISSION ( SOURCE TÉLÉRAMA).   À LIRE : : 

Forum Greenpeace sur le sujet ICI

Tout sur le  film ( chat, livre, interviews...)

04/03/2012

Comme l’abeille qui fait tourner la Terre

Bonjour,

Je vous recommande de regarder ce film.
Les villageois d'un petit ils de japon "Iwaijima" qui résistent depuis 28ans contre le pouvoir du mafia nucléaire japonais.
Il y a des belles images dans la mer et la nature de cet ils en forme du cœur.

Amitiés
Yuko


Nous avons le grand plaisir de vous informer la projection d’un film

 

Comme l’abeille qui fait tourner la Terre

ミツバチの羽音と地球の回転

-documentaire, Japon, 2011, 116mn, couleurs-

Un film réalisé par Hitomi KAMANAKA

監督鎌仲ひとみ

 

3月17日(土)19時 パリ国際大学都市 日本館

Le samedi 17 mars à 19h

A la maison du Japon Cité Internationale Universitaire de Paris

7, Boulevard Jourdan 75014 Paris

RER B / Tramway 3 : Cité Universitaire

 

Tarif unique 5 euros

 

瀬戸内海に浮かぶ山口県祝島。その真正面に原発建設計画が持ち上がって28年、島民は一貫して建設に反対してきた。島では海藻や鯛をとり、無農薬のビワを栽培しながらの暮らしを昔から続けている。その一方で、地域自立型のエネルギーを創り出すスウェーデンの取り組みを、エネルギーの未来を切り開くヒントにしようと…。 震災後、日本で話題を呼び、キネマ旬報2011年 ベスト10で文 化映画部門5位受賞のドキュメンタリー映画。

 

Ce documentaire, devenu populaire au Japon suite à la catastrophe de Fukushima, aborde l’indépendance énergétique en Suède et au Japon : à Iwaishima, petite Île du Sud-Est du Japon, les habitants ont passé les 28 dernières années à s’opposer à la construction d’une centrale nucléaire. Entre temps, la Suède a renoncé à l’énergie issue du pétrole et du nucléaire, et poursuit l’utilisation des énergies renouvelables. Ce film, a été primé en 2011 au Kinema Junpo dans la catégorie“film culturel”.

 

予約/Réservation: tradescantia17@yahoo.com

 

Projection organisée par l’Association Tradescantia

Partenariat : Association Ganbalo

18/08/2011

Le désastre environnemental nucléaire de Fukushima Daiichi commence juste

Par SERGE SARGENTINI 02 05 2011. voir les Commentaires sur Facebook, vidéo

 

tokyo radiation.jpg

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la catastrophe de Fukushima Daiichi n’en est qu’à son début, dit autrement: un nouvel empoisonnement de la planète Terre est en cours. Si de nombreux gouvernements commencent enfin à prendre conscience tardivement que la sécurité nucléaire ne peut être fiable et adoptent un changement politique radical, en revanche le peuple Japonais commence juste à découvrir et à évaluer l’étendue du désastre environnemental de Fukushima Daiichi.

 

 

 

Si le monde a les yeux rivés sur le site nucléaire de Fukushima, en réalité, l’essentiel n’est pas les valeurs des irradiations dans le site de la centrale nucléaire, mais l’ampleur de l’impact du dépôt de particules radioactives contaminantes qu’elle a générée et qu’elle génère toujours dans l’environnement mondial

 

La différence qui existe entre les irradiations artificielles ÉlectroMagnétiques issues du spectre des radiations non ionisantes (HF micro-ondes) et celles du spectre des radiations ionisantes réside notamment dans le fait qu’en "tournant un simple bouton" il est possible de stopper les émissions ÉlectroMagnétiques artificielles des irradiations non ionisantes issues des HF micro-ondes, contrairement aux ionisantes. S’il est possible de confiner tant faire que se peut les irradiations ÉlectroMagnétiques (EM) ionisantes issues des rayons X, γ et les irradiations α, β-, β+, par contre il est impossible de stopper celles issues de la dispersion dans l’atmosphère de toute une gamme de matériaux radioactifs qui vont être pour chacun d’entre eux une source rayonnante : c’est ce qui est appelé contamination environnementale radioactive de surface et contamination des personnes par les particules, ceci étant de loin la plus redoutable, puisqu’il est quasiment impossible de l’annihiler.

 

La dangerosité de l’irradiation EM artificielle est définie par trois constantes physiques de bases :

1 - La puissance de l’irradiation ionisante ou non ionisante est inversement proportionnelle à la longueur d’onde, ce qui veut dire que plus la longueur d’onde est petite, plus la puissance d’irradiation EM est importante.

 

 2- La puissance [Spécificités des radiations ionisantes] de l’activité de désintégration par unité et type de radioélément qui compose la particule

 

. 3 - La puissance de l’irradiation ionisante ou non ionisante diminue au carré de la distance, ce qui veut dire que plus on s’éloigne de la source d’irradiation EM artificielle, plus la puissance d’irradiation diminue, ceci étant exactement pareil pour tous les émetteurs d’irradiation EM comme par exemple les antennes relais, etc ...

 

Le problème fondamental dans le cas de la catastrophe de Fukushima vient donc essentiellement des particules, car c’est une contamination sur le long et très long terme en fonction d’une multitude d’émetteurs disséminés qui génèrent de la Radioactivité issus des radio-isotopes ou radionucléides composant la particule. Une seule particule radioactive déposée sur un tissu externe n’a que peu d’importance en termes d’irradiations puisqu’il est possible de l’enlever rapidement par simple "lavage" (décontamination), le rapport dose/temps étant négligeable. En revanche en cas d’inhalation ou si elle a été ingérée il est quasiment impossible de l’évacuer, elle se fixe aux tissus ou migre et provoque une irradiation pérenne en champs proches des cellules SANS DISTANCE DE SECURITÉ ce qui engendre un coefficient multiplicateur d’irradiation d’un billion ! Cette problématique est maintenant planétaire notamment pour tout l’hémisphère nord et aigüe au Japon où les particules radioactives sont toujours en train de s’essaimer et de s’infiltrer de partout.

 

 Il n’y a pas d’approche mathématique rigoureuse concernant les zones contaminées en fonction de la distance (dispersion atmosphérique) par rapport à des cercles concentriques avec le site nucléaire de Fukushima Daiichi, mais en fonction de divers paramètres météorologiques, géographiques et de configurations topographiques, voire avec les mouvements terrestres irresponsables des humains (exemple actuel aberrant : décontamination des véhicules quittant les zones fortement contaminées quasiment inexistante). Cet aspect engendrant des zones très fortement contaminées souvent situées à plus de 50 km du site nucléaire de Fukushima Daiichi où tous les organismes vivants sont impactés en peu de temps hors des normes.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu