Avertir le modérateur

23/11/2017

Guerre froide au Moyen Orient?

n

Coeur traditionnel de l'islam, l'Arabie saoudite, sunnite, voit grandir à ses frontières un «grand croissant chiite», dominé par l'Iran. Voici en vidéo les dates-clés pour comprendre ce retournement historique.

Comprendre la guerre chiites-sunnites en 2 minutes

 Expliquez-nous... les divisions chiites / sunnites

Expliquez-nous... cinq ans de guerre en Syrie

Le prince héritier saoudien qualifie le guide suprême iranien de «nouveau Hitler»

Tensions.

Le prince héritier saoudien a qualifié le guide suprême iranien de «nouveau Hitler» dans un entretien au New York Times, alors que les tensions vont crescendo entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite.

«Nous ne voulons pas que le nouveau Hitler en Iran reproduise au Moyen-Orient ce qui est arrivé en Europe (sous Hitler)», a indiqué Mohammed ben Salmane au sujet de l'ayatollah Ali Khamenei, dans cet entretien paru jeudi.

Signe que les tensions entre son pays et l'Iran ne sont pas prêtes de s'apaiser, le prince héritier a ajouté : «Nous avons appris (de ce qu'il s'est passé) en Europe (à l'époque de Hitler) que l'apaisement ne fonctionne pas».

L'Arabie et l'Iran, qui n'ont plus de liens diplomatiques depuis janvier 2016, sont à couteaux tirés sur plusieurs dossiers régionaux, notamment les conflits en Syrie et au Yémen où ils soutiennent des camps opposés. Cet antagonisme entre les deux poids lourds du Moyen-Orient a repris de la vigueur début novembre après l'annonce par le Premier ministre libanais Saad Hariri de sa démission, depuis Ryad, pour protester contre la «mainmise» du Hezbollah chiite et son allié iranien sur le Liban et après l'interception près de Ryad d'un missile balistique tiré par les rebelles yéménites soutenus par Téhéran.

Is Saudi Arabia becoming a danger to the region?

We talk to US Congressman Ro Khanna about power politics and debate Mohammed bin Salman's new strategy for the Kingdom.

Mohammed bin Salman, Saudi Arabia, Yemen, Lebanon, Iran

 
 

FROM THIS EPISODE

Saudi Arabia, Iran, Yemen, Lebanon: What's next?

Dans cette émission spéciale UpFront, les journalistes d'Al jazeera demandent à Ro Khanna, membre du Congrès US, pourquoi il pense que le gouvernement américain devrait cesser de soutenir l'attentat contre le Yemen mené par l'Arabie saoudite.

Également sur le spectacle, nous discutons avec un panel d'experts les droits et les torts des politiques domestiques et régionales du prince héritier Mohammed bin Salman.

 



WATCH

 Is the Saudi crown prince a reformist or power-hungry? SOURCE: AL JAZEERA NEWS n OPINION/SAUDI ARABIAIs Saudi Arabia bluffing on Iran?by

MORE ON MIDDLE EAST

Tête d'affiche: Les Etats-Unis sont-ils complices des crimes de guerre saoudiens au Yémen?

Cette semaine, la Chambre des représentants des États-Unis a voté 366-30 en faveur d'une résolution non contraignante indiquant que le Congrès n'a pas adopté de loi autorisant l'armée américaine à participer à la guerre au Yémen.

Selon les United Nations, plus de 10 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en 2015.

Ro Khanna, membre du Congrès américain (parti démocrate), pense que cela mettra la pression sur le gouvernement de l'Arabie saoudite, qui a mené l'offensive et imposé un blocus qui empêche également l'entrée d'une aide si nécessaire dans le pays.

"Cela va faire la différence, cela peut au moins sauver des vies", a déclaré Khanna, qui a coparrainé la résolution. "Aujourd'hui, je crois que nous aidons l'Arabie saoudite à commettre des crimes de guerre en Saudi Arabia."

Dans le Headliner de cette semaine, nous discutons avec Ro Khanna, membre du Congrès américain, de l'implication des Etats-Unis dans la guerre au Yémen, de son opinion sur les actions du prince héritier Mohammed bin Salman et de leur impact régional.

Arena: Arabie Saoudite, Iran, Yémen, Liban - quelle est la prochaine étape?

Il a été appelé Game of Thrones en Arabie Saoudite. Sous la direction du prince héritier Mohammed bin Salman, le Royaume d'Arabie saoudite a arrêté des dizaines de hauts responsables dans ce que le prince héritier appelle une répression de la corruption. Son gouvernement aurait arrêté à la fois le président du Yémen, Abd-Rabbu Mansour Hadi, et le Premier ministre libanais Saad Hariri. Alors, qu'y a-t-il derrière les derniers jeux de pouvoir de Mohammed bin Salman dans la région et le remaniement domestique?

Rami Khouri, chroniqueur politique et auteur, estime que les actions du prince héritier sont dangereuses.

"Le vrai problème en Arabie Saoudite en ce moment que je vois ... c'est que Mohammed bin Salman apporte maintenant la troisième vague de régime autoritaire et autoritaire arabe", dit Khouri, qui est également un chercheur senior à l'Université américaine de Beyrouth."Ce qu'il fait est presque sans précédent, et c'est très dangereux, et c'est, je pense, pour la région, ça va être un problème."

Shireen Hunter, professeur de recherche à l'Université de Georgetown à Washington, DC, dit que l'Arabie Saoudite a été problématique dans la région.

"Les Saoudiens sont le plus grand commanditaire du terrorisme, et ils l'ont été: l'idéologie saoudienne a détruit le monde musulman", dit Hunter, qui est aussi l'auteur de la politique étrangère de l'Iran à l'époque post-soviétique.

Fahad Nazer, consultant auprès de l'ambassade d'Arabie Saoudite à Washington DC, affirme que la stratégie du Royaume a été très cohérente et qu'il blâme l'Iran pour son instabilité dans la région.

"Je pense que [l'Arabie saoudite] a adhéré très étroitement aux lois, aux normes et aux conventions des relations internationales", a déclaré Nazer, qui est également membre international du Conseil national des relations américano-arabes."Je pense que l'Arabie saoudite estime qu'il est plus que temps que la communauté internationale commence à accorder une attention beaucoup plus grande et commence à tenir l'Iran, en particulier, en tant que principal sponsor du terrorisme dans la région et dans le monde."

Dans l'arène de cette semaine, Rami Khouri, Shireen Hunter et Fahad Nazer discutent de la stratégie du prince héritier Mohammed bin Salman, de la guerre par procuration au Lebanon et du rôle de l' Iran dans les dernières crises au Moyen-Orient.

 

The views expressed in this article are the author's own and do not necessarily reflect Al Jazeera's editorial policy.

 

 

Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.

Source: Al Jazeera

L'EGYPTE 24 NOVEMBRE 2017, Will Lebanon become Saudi's next Yemen?Paradise Papers. - Indigné Révolté , Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi - citoyen actif - 20minutes-blogs

12/10/2016

Relents de guerre froide

n


Flores Magon

« l'antimilitarisme ouvrier n'a pas sa source dans une horreur abstraite ou sentimentale de la guerre et de l'armée ; il a sa source dans la lutte de classe ; il est né de l'expérience des grèves et des luttes, où toujours, en face de lui, l'ouvrier rencontre l'armée, gardienne du Capital et gardienne de l'Ordre, en sorte qu'elle lui est apparue comme un simple prolongement de l'atelier capitaliste, et par conséquent comme le symbole vivant de sa servitude.
un communard »
( peut être Jules Vallès)


 Les sales majestés - Champs d'honneur

Ce sont les même enculés qui nous envois combattre notre prochain. Mais je ne regrette, je ne serais plus un assassin. J'aurais mieux fait de déserter, et je meurs lentement alors que je n'ai pas 20 ans. Mais je ne regrette rien, je ne serais plus un assassin.Les sales majestés - Champs d'honneur

 

Le cynisme des vainqueurs



 n

ÉDITORIAL • De la guerre froide au Grand Jeu

 

Veto russe et chinois sur la Syrie, menace israélienne de frappes en Iran, tergiversations occidentales, succession périlleuse en Corée du Nord…

 L’actualité en 2012 - 2016 est décidément géostratégique,aprèsavoirété politique en 2011 avec les “indignés” et les “printemps arabes” . Pour comprendre ce qui se passe, un retour en arrière s’impose. Car la situation présente évoque ce qu’on a appelé le Grand Jeu, une lutte sourde entre la Russie et la Grande-Bretagne tout au long du XIXe siècle. Ces deux puissances coloniales voulaient alors contrôler l’Asie centrale, ses richesses minières et, pour Moscou, son accès à la mer. Coups bas, espionnage, renversements de potentats locaux étaient le lot commun de ces contrées, avec la Perse déjà au cœur du conflit


 
Guerre Froide dans le Grand Nord (Documentaire) - vidéo Dailymotion Sous l'administration Reagan, à la fin de la guerre froide, les opération de désinformation ont été mise a pied pour affaiblir leur grand rival, l'URSS. Il existait même un "comité des opérations de leurre" !
Des témoins clés témoignent. Passionant. 

A lire Guerre Froide dans le Grand Nord Créé le vendredi 28 octobre 2016

 

Aujourd’hui, le Grand Jeu se joue principalement entre les Etats-Unis et la Chine, avec la Russie comme appoint. Il ne s’agit plus de coloniser des territoires, ni de richesses minières, mais de zones d’influence et de pétrole ( voir Batailles pour l'énergie : crise de la dette, La Chine..., La Chine ne veut plus...) . Les régions en jeu sont presque les mêmes qu’autrefois : l’Iran et le Moyen-Orient, et dans une moindre mesure l’Asie centrale. Mais d’autres zones peuvent intéresser les puissances, l’Afrique (Afrique : un attrait pour...) notamment et toujours l’Extrême-Orient.

 

Syrie, Pakistan / Inde, Yemen, Iran / Arabie Saoudite.... Les grandes puissances jouent un jeu de guerre froide meutrier.... Des conflits régionaux se superposent aux conflits entre grandes puissances ( exemple Turquie / Irak )

La guerre entre l'Inde et le Pakistan aura-t-elle lieu ? INFOGRAPHIE - Les échanges de tirs se multiplient à la frontière entre les deux pays. Le gouvernement pakistanais a menacé de recourir à l'arme atomique si l'armée indienne pénétrait sur son territoire. Dernier évenement en date dans la région Inde: 1 diplomate pakistanais "espion" expulsé L'Inde a annoncé aujourd'hui l'expulsion prochaine d'un membre de l'ambassade du Pakistan à New Delhi pour "espionnage", a indiqué un responsable du ministère des affaires étrangères indien. Cet incident survient dans une période de tensions accrues entre les deux puissances nucléaires d'Asie du Sud autour de la région contestée du Cachemire.

Samedi 8 octobre, des frappes aériennes ont touché une grande cérémonie funéraire  ». Photos En Syrie, des crimes de guerre en série En plus de cinq ans de guerre, les. L'oeil de Moscou - , Jour J . ALEP / Paris brûle encore, 24/09/2016 

« Risque de guerre régionale »

Le président turc est sorti de ses gonds en réaction à sa mise à l’écart de la bataille contre la « capitale » irakienne de l’organisation Etat islamique.
 Le ton est monté d’un cran début octobre, après le vote du Parlement turc autorisant l’armée à intervenir en Irak et en Syrie. Convocations réciproques des ambassadeurs, menaces de Bagdad de porter la question de la présence militaire turque devant le Conseil de sécurité de l’ONU, déclarations acrimonieuses se sont multipliées.« L’aventure turque risque de tourner à la guerre régionale », a prévenu le premier ministre irakien, le chiite Haïder Al-Abadi, après le vote.

’organisation Etat islamique (EI) va-t-elle se battre pour Mossoul, son dernier bastion irakien ? Avant la bataille prévue pour la reprise de la métropole du nord de l’Irak, une vingtaine de responsables de l’EI ont été tués par la coalition.

Les raids aériens de la coalition s’intensifient, tandis qu’une offensive terrestre des forces présentes sur place semble imminente. L’enjeu aura également lieu après la bataille, sans que l’on puisse présager à l’avance de l’avenir des sunnites d’Irak. Les explications de Christophe Ayad, chef du service International au Monde.

Tension USA / Iran au Yemen : Les États-Unis ont pour la première fois tiré des missiles contre les rebelles pro-iraniens houthistes.

Deux navires de guerre iraniens ont été envoyés dans le golfe d'Aden, a annoncé jeudi à Téhéran l'agence semi-officielle Tasnim. L'Iran établit ainsi une présence militaire au large du Yémen, alors que l'armée américaine vient de lancer pour la première fois des missiles de croisière contre les rebelles pro-iraniens houthistes au Yémen. Jeudi matin, sur ordre de Barack Obama, des Tomahawk, tirés depuis le destroyerUSS Nitze, ont détruit trois stations radar sur la côte de la mer Rouge. «Des frappes limitées de légitime défense pour protéger nos personnels, nos navires et notre liberté de navigation sur cette voie maritime importante», a indiqué le Pentagone, en référence au détroit de Bab al-Mandab par où transite une part importante du trafic maritime mondial.


Docteur Folamour : Devenu complètement fou, un général américain envoie des bombarder l'URSS. Réaliser deux ans après la crise des missiles de Cuba, cette farce macabre demeure le film le plus drôle de Kubrick. Peter Sellers, dans un triple rôle, est époustouflant.
 

n . Le docteur folamour de Kubrick évoque le coté belliqueux des généraux, lesavant nazis naturalisé américain qui ne peut que difficilement se retenir de faire le salut Hitlérien.  
The Making of "Dr. Strangelove"

 

Les visées de Moscou

 La Russie envisage de rétablir une présence militaire au Vietnam et à Cuba, où elle disposait de bases, rapportent aujourd'hui des agences de presse russe citant Nikolaï Pankov, vice-ministre de la Défense.

Les deux minorités font front commun contre les discriminations en vue des législatives.La minorité polonaise de Lituanie joue la carte russe selon Le Monde 

Les visées sur l'Europe, en utilisant des mouvements d'extrême droite pour imposer ces intérêts économiques et sa vision rétrogrades de la société. Front National : L'oeil de Moscou - Spécial Investigation - YouTubL'oeil de Moscou -

Après la crise ukrainienne, le conflit syrien a fait voler en éclats les tentatives de rapprochement entre les États-Unis et la Russie. Profitant de la faiblesse américaine, Vladimir Poutine impose son tempo, et la tension diplomatique s'exacerbe. 

Ainsi le monde titrait "La France et la Russie plongées dans une « nouvelle guerre froide » 18 "Pour éviter le sujet de la Syrie, Vladimir Poutine, qui devait inaugurer à Paris, le 19 octobre, le nouveau centre spirituel et culturel russe, ne fera finalement pas le déplacement. Ainsi pour Hollande « Poutine est un leader qui joue sur la scène internationale selon ses propres règles, poursuit-il. Une semaine après le plutonium [l’annonce par Moscou de la suspension du traité russo-américain sur le recyclage de l’élément radioactif], il confirme qu’il a commencé une guerre froide avec l’Occident. C’est une crise à long terme. »
 

 n

 Selon Le Monde diplo On s’en veut un peu de paraître sacrifier à nouveau (1) au culte du tsar de la Sainte Russie, Lire Alexeï Malachenko, « Le pari syrien de Moscou », Le Monde diplomatique,novembre 2015. La paix belliqueuseAlep, l’apocalypse

Ambiance de guerre froide

La crise opposant l'Occident à la Russie  sur la Syrie ravive les peurs soviétiques d'une attaque imminente des États-Unis.

Selon un article publié jeudi par la très officielle agence de presse RIA Novosti, «les États-Unis préparent un nouveau plan Barbarossa» d'invasion de la Russie. Comme Hitler, il y a soixante-quinze ans. L'unique source de RIA Novosti? Un imaginaire «conseiller principal du Pentagone», sorti des tréfonds d'Internet, affirmant que le conflit tant attendu entre l'Otan et Moscou se soldera en «dix à vingt jours» au profit de Washington. Et ceci pour une raison simple: le budget militaire de l'Alliance «est dix fois supérieur à celui de la Russie».

Toute la diplomatie de Barack Obama indique le plus souvent le contraire. Mais Vladimir Poutine conforte sa position, intérieure et extérieure, en entretenant cette fiction d’un complot occidental piloté depuis Washington et qui expliquerait chacune des situations conflictuelles de l’heure : de la Géorgie à lUkraine, en passant par le Moyen-Orient. Il durcit tous les fronts : manœuvres et provocations répétées aux frontières de l’OTAN ; déploiement de missiles nucléaires dans l’enclave de Kaliningrad ; arrêt de la collaboration avec les Etats-Unis en matière de désarmement nucléaire, notamment.

Moscou renforce ses bases aériennes en Syrie La Douma a voté un accord russo-syrien accordant à l'armée russe le droit d'utiliser indéfiniement la base de Hmeimim. 

 

Accord secret

Cet accord avait été secrètement signé à Damas en août 2015, un mois avant le début des opérations russes en Syrie, et dévoilé seulement en janvier 2016 au milieu d'autres annonces du «Journal officiel». Sa ratification coïncide avec la multiplication de fuites dans la presse russe faisant état de l'arrivée à Hmeimim, d'avions d'attaque SU-25, censés accompagner une offensive terrestre. Parallèlement, Moscou vient d'annoncer le déploiement de batteries de défense anti-aérienne S 300 sur sa base portuaire de Tartous: autant de mises en garde adressées à Washington, où la Maison-Blanche affirme étudier des options non diplomatiques. La «portée» de ces engins peut «constituer une surprise pour tout aéronef non identifié» a menacé un haut gradé russe, Igor Konachenkov.

Le Nouveau Nationalisme russe

La politique de la Russie ressemble a celle menée par le régime nazis. Les Russes sont profondément nationalistes et rève de revenche sur l'occident sur lequel surfe Vladimir Poutine. A lire Marlène Laruelle, Le Nouveau Nationalisme russe le nouveau livre de Marlène Laruelle propose – c’est son sous-titre – « des repères pour comprendre » l’évolution de ces deux courants, depuis la chute de l’URSS jusqu’à aujourd’hui. L’historienne estime que la « frénésie nationaliste » russe a paradoxalement pour source la quête d’une certaine normalité : il s’agit d’assurer la cohésion sociale et de légitimer les élites, ce qui, d’après cet ouvrage, ne pourrait se faire qu’en réhabilitant le patriotisme. Ce dernier point est contestable, mais l’auteur a raison de souligner qu’en Russie, le nationalisme n’est pas propre à la seule extrême droite, qu’il s’étend à l’ensemble du pays et est même « la langue politique majeure […] au sens où tous les partis la pratiquent ».La politique de la Russie ressemble a celle menée par le régime nazis. Les Russes sont profondément nationalistes et rève de revenche sur l'occident sur lequel surfe Vladimir Poutine

Are Russia and the US entering a new Cold War?

The Kremlin is talking up its military might as the Americans accuse the Russians of war crimes in Syria.

 

The Cold War is a phrase which recalls decades-old fears of nuclear war and mutually assured destruction.

Some argue that a new, more dangerous Cold War has begun because of rising tensions between the US and Russian governments.

Relations have sunk after recent statements. US diplomats ended talks with their Russian counterparts about peace in Syria.

The Americans also called for Russians to be investigated for war crimes in Syria.

Sergei Lavrov, Russia's foreign minister, says aggressive "Russophobia" lies at the heart of US policy, which poses a threat to Russian national security.

Is confrontation inevitable?

Presenter: Hazem Sika

Guests:

Sergey Strokan - columnist for the Russian newspaper Kommersant

Kurt Volker - former US ambassador to NATO and executive director at the McCain Institute for International Leadership

Igor Sutyagin - senior research fellow, Royal United Services Institute

Source: Al Jazeera News

Politics, Europe, US & Canada, Russia, United States

14 juillet : Fête des tueurs : citoyen actifDrones Tueurs et Guerres...

"This is, so far, the biggest crackdown against miscreants." http://aje.io/tefc

L(in)sécurité : Un champ de bataille ( 2) - L'indigné révolté 
Accueil - Enkolo

globalia : citoyen actif
globalia - citizen khane

PDF]H5 Fiche Dr Folamour

 14 juillet : fête des tueursL'oeil de Moscou -

Les bombes à sous-munitions ont tué deux fois plus de civils en 2016

06/10/2016

L'oeil de Moscou -

n

 
 

 

En si peu de mots .....

Ce monsieur avait tout compris ! Nous sommes tous le changement...

La Relève et La Peste

L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes, texte et gros plan

n

 

"La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter."

- ALDOUS HUXLEY

 Tout a déjà été (bien) dit, mais peu de choses se sont améliorées de ce côté là . :-(

 n La Russie attend toujours la reprise économique

Après deux ans de crise, la Russie attend toujours la reprise: son économie a confirmé pendant l'été sa progressive stabilisation sans renouer avec la croissance, espérée pour cette fin d'année mais prévue faible pour longtemps.Cette récession, accompagnée d'une envolée des prix, a porté un coup dur au pouvoir d'achat des Russes, notamment les plus modestes.
Encore trois ans difficiles -
 
Des pans entiers de l'économie russe (banque, pétrole, défense...) restent visés par des sanctions qui compliquent leur financement. Un assouplissement reste très incertain malgré l'arrivée au pouvoir dans plusieurs pays occidentaux de dirigeants jugés plus sensibles aux arguments de Moscou, tels Donald Trump aux Etats-Unis.Les autorités russes reconnaissent par ailleurs que, faute de réformes de libéralisation et de diversification, la Russie ne parviendra pas à renouer avec des taux de croissance nécessaires pour assurer sa modernisation, les dépenses sociales ou encore le financement de son armée engagée actuellement en Syrie et appelée à renforcer sa présence face à l'Otan.

 

Russie tu votes, n’en fait pas tout un cirque ! Le 4 décembre, les Russes vont élire un nouveau Parlement. Tandis que Russie Unie est au pouvoir depuis une décennie, il se pourrait que le parti réduise son nombre de sièges au sein de la Douma. Le parti centriste pourra tout de même être galvanisé par le retour aux affaires de Vladimir Poutine, candidat à l’élection présidentielle de mars 2012, après avoir « jonglé » avec l’actuel chef de l’État, Dmitri Medvedev. Mais dans les coulisses du cirque politique, un chœur de protestation commence à s’énerver. Alors que plus de 60% des sympathisants de Russie Unie sont des femmes et que Poutine devient de plus en plus populaire auprès des jeunes eurasiens, de plus en plus de journalistes, d’activistes et d’étudiants prennent la parole, principalement à travers les réseaux sociaux. Le Premier ministre est même attaqué directement, depuis qu’un large public l’a copieusement sifflé. Fini le pain et les jeux. Mais à quand la sortie de trapèze ?

 La semaine prochaine, France 3 va diffuser un documentaire sur Vladimir Poutine et la Russie qui va faire jaser. En effet il s’agit d’un véritable travail journalistique, dis donc ! Afficher la suite Russie : vers une nouvelle guerre froide ? - Vu du Droit En savoir plus VUDUDROIT.COM

 

Les visées sur l'Europe, en utilisant des mouvements d'extrême droite pour imposer ces intérêts économiques et sa vision rétrogrades de la société.

Front National : L'oeil de Moscou - Spécial Investigation - YouTub

 

 

 Poutine avance ces pions en Syrie, en Europe de l'est et aux USA en s'appuyant sur des relais de confiance

L'ambassadeur russe auprès des Nations unies a indiqué aujourd'hui s'être plaint auprès du secrétaire général Ban Ki-moon de critiques onusiennes contre les populistes, tout en niant que sa démarche était liée au fait que Donald Trump avait été visé par ces remarques.

Selon Vitali Tchourkine, le Jordanien Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, a outrepassé ses compétences officielles en critiquant le mois dernier les responsables politiques populistes. Zeid avait notamment cité le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump ainsi que le dirigeant néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders. Il avait appelé à barrer la route à de tels "démagogues". "Il devrait se limiter aux droits de l'homme", a relevé M. Tchourkine auprès de journalistes. "Il ne devrait pas critiquer des chefs d'Etat ou de gouvernement étrangers au sujet de leurs politiques. Ce ne sont pas ses affaires". Il a dit avoir fait part de son mécontentement à Ban Ki-moon lors d'un entretien privé, et que son homologue à Genève avait fait de même directement auprès du responsable des droits de l'homme. Et précisé que Donald Trump n'avait pas été mentionné dans ces conversations.

M. Zeid avait considéré que M. Wilders avait beaucoup de points communs avec M. Trump, ainsi qu'avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban, la dirigeante du parti français d'extrême-droite Marine Le Pen et l'ex-dirigeant du parti britannique europhobe Nigel Farage. "Je faisais référence aux autres hommes politiques", a insisté l'ambassadeur. "Au sujet de Trump, ce sont les Etats-Unis qui auraient dû se plaindre car cela voudrait dire qu'il (Zeid, NDLR) interfère avec leur campagne présidentielle", a souligné M. Tchourkine.
 
Le Système Poutine, Créé le dimanche 25 septembre 2016

Royaume-Uni : May s'attaque à l'immigration

Les entreprises seront poussées à embaucher en priorité des Britanniques.

Correspondant à Londres«Si vous avez perdu votre emploi à cause de l'immigration, la vie ne semble pas juste.» Dans son discours de clôture du congrès du Parti conservateur, mercredi, à Birmingham, Theresa May s'est adressée aux 17 millions de Britanniques «ordinaires» qui ont mené la «révolution tranquille»du Brexit, pour les assurer qu'elle était de leur côté. «Les gens ont voté pour le changement. Et le changement va venir», a-t-elle promis. En tête de ses priorités: la réduction des aides sociales et de l'intégrations des réfugiés. 

 La CIA rend son rapport. Une évaluation secrète de la CIA conclut que la Russie a interféré dans l’élection présidentielle américaine pour aider Donald Trump à l’emporter, rapporte vendredi le Washington Post, qui s’appuie sur des responsables ayant pris connaissance de ce rapport.

Après la crise ukrainienne, le conflit syrien a fait voler en éclats les tentatives de rapprochement entre les États-Unis et la Russie. Profitant de la faiblesse américaine, Vladimir Poutine impose son tempo, et la tension diplomatique s'exacerbe. 
nLe siège, de Remy Ourdan - le 22 mars sur Arte  Trois adolescentes qui vont danser dans les caves de Sarajevo.
  

Les visées de Moscou

 La Russie envisage de rétablir une présence militaire au Vietnam et à Cuba, où elle disposait de bases, rapportent aujourd'hui des agences de presse russe citant Nikolaï Pankov, vice-ministre de la Défense.

Les deux minorités font front commun contre les discriminations en vue des législatives.La minorité polonaise de Lituanie joue la carte russe selon Le Monde 

Les juges d'instruction ont renvoyé en procès le Front national et deux de ses dirigeants, Wallerand de Saint-Just et Jean-François Jalkh, dans l'enquête sur des soupçons d'enrichissement frauduleux aux frais de l'Etat lors des campagnes législatives et présidentielle de 2012

Autriche: l'extrême droite renforce ses liens avec Russie unie

La formation d'extrême droite autrichienne FPÖ a annoncé avoir conclu aujourd'hui un contrat de coopération avec le parti Russie unie du président Vladimir Poutine, offrant à celui-ci un nouveau relais en Europe occidentale.

Le texte, signé à Moscou par le patron du FPÖ Heinz-Christian Strache et des dirigeants de Russie unie, prévoit une coopération accrue "à différents niveaux, de la jeunesse et des étudiants aux organisations régionales en passant par les questions internationales", selon un communiqué du FPÖ. M. Strache a appelé à cette occasion à une levée des sanctions internationales "dommageables économiquement et inutiles" qui frappent la Russie depuis l'invasion de la Crimée en 2014. Le secrétaire général adjoint de Russie unie, Sergueï Jelezniak, a de son côté dit vouloir "contribuer au renforcement du partenariat entre nos partis et nos pays", notamment dans le domaine des "valeurs traditionnelles".

Cette signature marque une nouvelle étape dans le rapprochement de Russie unie avec différents mouvements souverainistes et d'extrême droite en Europe occidentale. Elle intervient également à un moment où plusieurs ténors aux Etats-Unis et en Europe, dont le président américain élu Donald Trump et le candidat de droite à la présidentielle française François Fillon, plaident pour un rapprochement avec Moscou. M. Strache était accompagné à Moscou par plusieurs membres de l'état-major du FPÖ dont Norbert Hofer, qui a obtenu 46,2% des voix au second tour de la présidentelle autrichienne début décembre.

» L'Autriche dit non à l'extrême droite

 

Pour une très large partie du monde politique occidental, Vladimir Poutine est un président «infréquentable», mais pas pour Marine Le Pen. Depuis qu’elle a pris la présidence du FN, celle-ci ne cesse en effet de faire des appels du pied au président de la Fédération de Russie. Son opération de séduction a marché. Depuis près de quatre ans, le FN de Marine Le Pen et la Russie de Vladimir Poutine dansent front contre front. La présidente du FN a été reçue pluisieurs fois officiellement à Moscou, tandis que des émissaires du Kremlin sont envoyés dans les grands rendez-vous politiques du Front national. Par ailleurs, plusieurs millions d’euros sont arrivés directement de Russie dans les poches du FN. Raphaël Tresanini a mené l’enquête sur les raisons de ce rapprochement.

L'objectif commun du Kremlin et de l'extrême droite allemande est de faire barrage à la réélection de la chancelière l'an prochain selon le Figaro.

«Merkel en Sibérie, Poutine à Berlin»: le slogan est devenu un classique des manifestations populistes, encore scandé lundi dernier par les agitateurs venus perturber les célébrations de la fête nationale à Dresde. La capitale saxonne, ville-bastion de Pegida, hébergea le lieutenant-colonel du KGB Vladimir Poutine et sa famille à la fin des années 1980. Devenu le maître du Kremlin, il suscite la nostalgie dans les rangs de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) et des néonazis, qu'il invite à l'occasion dans «sa» ville de Saint-Pétersbourg. Avec Angela Merkel, les relations ont été cordiales jusqu'à ce que la chancelière se mette en travers de sa route en Ukraine. Au cours d'un appel téléphonique, la semaine dernière, la chancelière a une nouvelle fois pressé le président russe «d'œuvrer en faveur de la stabilisation du cessez-le-feu et la mise en place effective du traité de Minsk».

 

 

 

 

 

 au coeur du goulag moderne

Vingt ans après la chute de l'URSS, le goulag n'a que changé de nom. Le système pénitentiaire russe conserve les usages de l'époque : discipline militaire, humiliations, administration toute puissante, traitements dégradants allant jusqu'à la torture. Avec le retour au pouvoir de Vladimir Poutine, tous les opposants sont menacés de se retrouver emprisonnés sous des prétextes souvent fallacieux.

Ce film terrifiant, version longue d'un reportage de vingt-six minutes diffusé mi-novembre dans Envoyé spécial, nous fait sillonner la Mordovie chère à Gérard Depardieu. Ce « coin oublié de Dieu », selon une ancienne détenue de retour sur cette « terre de l'horreur »

Ce film terrifiant, version longue d'un reportage de vingt-six minutes diffusé mi-novembre dans Envoyé spécial, nous fait sillonner la Mordovie chère à Gérard Depardieu. Ce « coin oublié de Dieu », selon une ancienne détenue de retour sur cette « terre de l'horreur ». une augmentation inquiétante du nombre de prisonniers politiques.

Mais le pire reste le traitement qu'on leur inflige ( ..)

En savoir plus Russie, au coeur du goulag moderne Découvertes par Madeleine Leroyer , Elise Menand

Russie Au Cœur Du Goulag Moderne ( Tout Savoir ) - YouTube

 

 

La paix belliqueuse

 

Les dossiers cafebabel dessus :

Papa Poutine ou père fouettard ? Les jeunes russes désunis par cafebabel.pl

Booh-tine: le Premier ministre russe hué en public par English language version of cafebabel.com

Poutine et les jeunes russes : « Pourquoi je l'apprécie en tant que président » par English language version of cafebabel.com

Stratégie 31 et indignés russes : nouveau cocktail Limonov ? par cafebabel.com

« Khodorkovski » : de la prison au cinéma par n- ost

Papa Poutine, pour Noël je voudrais une Union eurasienne par Virag Gulyas

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu