Avertir le modérateur

24/07/2014

Malgré tout, la Palestine vivra

 

 

Quel suspense insoutenable dans les épisodes de "Marion-aka-Marine-Le-Pen-aura-t-elle-ses-500-signatures ?". Seuls les moins de vingt piges qui n'ont pas eu la "chance" de connaître plusieurs élections pestilentielles présidentielles auront probablement gobé le "buzz" créé par la représentante de l'extrême-droite française qui lui a permis de faire parler d'elle et beaucoup moins de son nauséeux projet pour la France. Quand le Front National joue la carte de la victimisation face à "l'establishment" (dont une partie, par ailleurs, reprend à son compte les idées aux relents racistes et sectaires), on ne peut qu'être affligé par l'attitude de ce parti dont la principale activité consiste à trouver des boucs émissaires avec des variantes selon les époques. J'ai choisi de reproduire ici le communiqué d'A.L, car il est symptomatique de la dérive droitière et xénophobe qui n'a plus honte de s'afficher tandis que l'on constate un durcissement de la répression à l'égard de toute la mouvance antifasciste lorsque cette dernière ose dénoncer un climat de plus en plus propice à l'exclusion de certaines catégories de la population, une tendance encouragée par les dirigeants actuels à vouloir diviser les citoyens en créant des distinctions ethniques, religieuses, économiques... La recette est ancestrale : Diviser pour mieux régner ! 

"Communiqué d'Alternative Libertaire Publié le 12 mars 2012 par Commission antifasciste  

Solidarité avec les militantEs antifascistes inculpéEsUne répression terrible s’abat sur dix militantEs antifascistes, interpelléEs à Paris dans la soirée du 8 mars alors qu’ils et elles collaient des affiches contre la tenue des « Assises de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité », organisées par le Bloc identitaire, groupe aux idées racistes revendiquées. Pour de simples affiches, ces militantEs ont été gardéEs à vue 48h, avant d’être déférréEs samedi soir au parquet de Paris en ayant fait un passage à la section antiterroriste de la brigade criminelle !! Au total ce sont plus de 60h qu'ils et elles ont passées dans les locaux de la police puis de la justice.
Rien dans les actes ni dans l'attitude des militantEs ne justifiait cette garde à vue et ce déferrement.


Grâce à la mobilisation des organisations, réseaux et sympathisantEs antifascistes, ils et elles ont été libéréEs ce dimanche avec des procès verbaux signifiant des inculpations pour participation à un groupe formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou des destructions pour dégradation de biens.
Cela leur vaut d'être convoquéEs pour être jugéEs devant la 29e chambre du Tribunal de grande instance de Paris le 7 mai 2012.
Aussi nous dénonçons ici une répression purement politique.


Une surenchère répressive sur les militantEs antifascistes
Nous dénonçons une véritable stratégie d’intimidation menée par la Justice.
A chacune des apparitions publiques des organisations antifascistes, que ce soit face aux catholiques intégristes ou aux divers néo-nazis adeptes du « saucisson-pinard », les ordres du pouvoir sont clairs : la police protège systématiquement l’extrême droite.
Les organisations engagées dans le combat contre l'extrême droite tentent ni plus ni moins d’alerter l’opinion contre la banalisation du racisme et des idées d’extrême droite, et de s’opposer à leurs représentants de tous poils.
Nous dénonçons une criminalisation croissante de ce combat.

Une Justice à deux vitesses
Rappelons qu’il y a à peine trois mois, deux membres de la mouvance catholique intégriste ont été arrêtés au théâtre du Rond-Point, alors qu'ils s’apprêtaient à en détruire le système de sécurité. Ces deux-là n’ont écopé que d’une dizaine d’heures de garde à vue et d’un banal rappel à la loi, avant de repartir… tranquilles. Une différence de traitement aussi criante manifeste clairement la propension du pouvoir et de sa police à « couvrir » des groupuscules violents et liberticides. Sans oublier la couverture de la justice dont bénéficient des ministres en poste lors de leurs « dérapages » tout à fait contrôlés à l’encontre des immigré-e-s ou lorsqu'ils affirment qu'il existe une inégalité de valeur entre, ce qu'ils appellent, les « civilisations »...
Nous dénonçons donc un pouvoir qui encourage les expressions d’intolérance, de conservatisme et de racisme, et qui défend ceux qui les répandent.


Une indulgence coupable
Si le gouvernement les protège, c’est que les fascistes lui sont très utiles : d’abord ils diffusent efficacement ses idées, désignant les mêmes boucs-émissaires (étranger-e-s, musulman-e-s, chômeurs-ses, et combien d’autres encore), popularisant les mêmes solutions radicales qui consistent à stigmatiser et exclure. Mais en plus, ils sont un ennemi majeur pour le mouvement social, à qui ils font barrage par leurs attaques, leur propagande et leurs provocations.


Nous ne supporterons pas plus longtemps une situation où les fascistes ont les mains libres tandis que l’on enferme ceux et celles qui les dénoncent et organisent la mobilisation et une riposte militante face à eux.
Nous interpellons la population sur la répression éhontée qui sévit sur le mouvement antifasciste en particulier et sur le mouvement social en général.
Nous exigeons que les poursuites à l'encontre des 10 militant-e-s antifascistes soient abandonnées et appellons à la mobilisation de toutEs en solidarité."

Premiers signataires : Alternative libertaire, Les Alternatifs, Ras l'Front Marne la Vallée, Emancipation tendance intersyndicale, CNT Etpreci 75, CNT Santé social, UD CNT 95, Section carrément anti Le Pen (SCALP), Fédération Total respect / Tjenbé réd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies et le sida), SUD Culture Solidaires, Action antifasciste Paris banlieue (AFA), Christianisme social, Solidaires Paris, Nouveau parti anticapitaliste, SUD Etudiant.

 

Le 17 juillet, Israël a lancé une offensive terrestre contre la bande de Gaza alors que les bombardements israéliens ont déjà fait plus de 200 morts. Comme toujours, le gouvernement israélien prétend « assurer sa sécurité » en éliminant des « terroristes » mais, en réalité, ces attaques touchent surtout la population civile, y compris des enfants, et viennent renforcer le climat de terreur et de colère qui règne en Palestine.

Israël : État colonial !

Depuis 1948, la Palestine subit l’occupation israélienne, et des centaines de milliers de personnes ont été chassées de leurs terres, de leurs maisons, de leur pays. Depuis 1967, la Cisjordanie et la bande de Gaza sont colonisées, étouffées, ruinées par l’occupant.

Depuis 1967, Israël ne respecte aucune des résolutions de l’ONU et a même entrepris, depuis 2002, la construction d’un mur de séparation qui déborde largement des frontières reconnues internationalement et lui permet de s’accaparer à la fois des territoires et des ressources en eau.

Des résistances en Palestine comme en Israël

Face à cela, la résistance existe, que ce soit en Palestine ou en Israël. Car il ne faudrait pas croire que toutes et tous les Israéliens soutiennent le gouvernement Netanyahou : il existe au contraire des groupes israéliens, comme les « Anarchistes contre le mur », qui dénoncent et combattent l’apartheid organisée par les partis sionistes.

Conference BDS ULB 15-12-2010 part3

1/5 israel palestine anarchistes contre le mur - Vidéo Dailymotion :

Le sionisme, pire ennemi des Juifs progressistes

De même, en France, face aux institutions (comme le CRIF) et aux groupes de combat (comme la LDJ) qui se font les porte-parole de l’extrême droite israélienne, il existe des organisations progressistes juives qui refusent que le gouvernement israélien parle au nom de tous les Juifs et qui refusent l’instrumentalisation de la Shoah par les partis sionistes.

La Palestine vivra !

Nous condamnons la politique colonialiste d’Israël ainsi que la passivité coupable des puissances occidentales et des Etats arabes qui soutiennent, par leurs déclarations cyniques ou leur silence complice, l’impérialisme israélien. Ainsi, Valls et Hollande, qu’on n’avait pas entendus depuis le début de l’offensive israélienne, font tout pour discréditer le mouvement de soutien au peuple palestinien. En France, la solidarité avec le peuple palestinien s’exprime notamment par la campagne « Boycott Désinvestissement Sanctions » (BDS) contre Israël, que nous appelons à rejoindre et à amplifier.

Halte au sionisme ! Halte à l’antisémitisme !

Nous condamnons également les groupes qui, comme la LDJ, prétendent défendre l’ensemble des Juifs mais défendent en réalité uniquement les partis nationalistes israéliens. Contrairement à eux, nous ne confondons pas les Juifs et les sionistes.

COMPRENDRE (9) : le Sionisme - Ligue de Défense Juive - LDJ 2013

2 Au fait, qu'est-ce que la Ligue de défense juive ?

 

Et si nous dénonçons le sionisme, nous dénonçons aussi les partisans de Soral ou Dieudonné qui veulent diffuser leur haine des Juifs dans le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien. La résistance du peuple palestinien n’a rien d’une guerre de religions, malgré ce que voudraient nous faire avaler les intégristes religieux des deux bords : il s’agit d’une lutte contre le colonialisme de l’occupant israélien !

  • Non à la colonisation en Palestine !
  • Non aux bombardements à Gaza !
  • Non au sionisme et non à l’antisémitisme !
  • Oui à la résistance contre l’apartheid et pour une Palestine libre de ses choix, laïque et démocratique !
  • Oui au retour des réfugié-es chassé-es de leurs terres !

Malgré tout, la Palestine vivra  -

18 juillet 2014 par Secrétariat aux relations intérieures / 462 vues

Version imprimable

 

 La loi du plus fort

Manif de Samedi

Les raisons de la colère 

A lire aussi : Israël, attaque, la bande de gaza, Cisjordanie, Palestine, conflit, moyen orient, les raisons de la colère, intifada, haine décomplexée, extrême droite, colons, religion, nationalisme, benjamin Netanyahu, middle east, conflit israélo-palestinien, Proche-Orient , la confrérie, enquête, les frères musulmans

 Ligue de défense juive, ldj, Dieudonné, Alain bonnet soral, Alain soral, extrême droite,

l'eiil, irak, syrie, , géopolitique, guerre civile, gaire sainte, al-qaida, aymen zawahiri, abou bakr al-baghdadi, califat, calife, djihad, djihad irak, djihadisme, eiil, etat islamique, guerre irak, international, actualités , le moyen-orient, le tourbillon jihadiste, l’etat islamique en irak et au levant, eiil, , géopolitiques, djihadistes, irak, syrie, moyen orient, middle east, anti-terror law, le hezbollah , irak, tensions religieuses, géopolitiquedjihadiste d'al-qaida, l'etat islamique en irak et au levant, eiil, abou bakr al-baghdadi, le régime de Saddam Hussein

07/07/2014

Les raisons de la colère

n

 
Le pétrole , source de Conflit : Le pétrole a bien sûr attisé les convoitises des puissances coloniales (Grande-Bretagne et France) et des Etas-Unis, dont les compagnies exploitent les gisements à leur profit. En 1951, le premier ministre Mossadegh nationalise le pétrole en Iran. En 1956, le leader Egyptien Nasser fait de même avec le canal de Suez.
 
Le pétrole arabe coule à flot sur Israël alors qu’aucun des États producteurs des régimes arabes ne peut le vendre ou le donner aux Palestiniens agonisant. Ces derniers dépendent de l’occupant qui leur livre au compte-gouttes le carburant venant des pays « de leurs frères arabes ! » Pour leur faire du chantage Israël cesse momentanément de leur livrer cet « or noir » dont dépendent les hôpitaux et diverses infrastructures vitales pour maintenir en vie un million et demi d’habitants de Gaza pris en otage par Israël, au vu et au su du monde entier.
 
 

Quelques jours après la visite de Barack Obama en Israël et en Palestine, qui apparaît comme un fiasco pour la résolution du conflit qui anime ces pays, il parait intéressant de se demander où en est cette crise.

En effet, depuis le partage instauré par l’ONU en 1948, Israël et Palestine connaissent un conflit politique et armé.

Plusieurs guerres ont opposé l’Etat hébreux à ses voisins (la Syrie, la Jordanie ou l’Egypte), qui défendent la cause palestinienne, et leurs intérêts dans la région.

De plus, les Palestiniens luttent également farouchement à l’occupation israélienne, via plusieurs mouvements:  l’OLP de Yasser Arafat (de type nationaliste), ou le Hamas, lié au mouvement des Frères Musulmans  (de type religieux). Cela a notamment débouché sur deux intifadas : des soulèvements de populations civiles palestiniennes contre le pouvoir israélien.

Si ces guerres ont permit au conflit d’être largement médiatisé, elles n’ont jamais résolu la situation. L’Etat d’Israël a gagné des territoires depuis sa création en 1948 (cf carte);  et des colons juifs s’installent régulièrement dans des « colonies » au sein des territoires palestiniens. Cela génère de nombreux déplacés et réfugiés ( au Liban,  en Egypte…), ainsi que des tensions très fortes entre les différentes communautés.

 

Sur cet ensemble de cartes -tiré du site « ceriscope », spécialisé dans les questions frontalières-, la question de l’annexion de territoires par l’Etat israélien est soulignée par l’élargissement de ses frontières, aux dépends des territoires palestiniens et de ses voisins  (la Syrie avec le plateau du Golan par exemple).

Aujourd’hui, rien ne semble arrêter cette avancée des colons israéliens dans les territoires palestiniens, au niveau local (affrontements/justice) comme au niveau international (diplomatie/médiats). L’Etat israélien, sans ouvertement soutenir cette colonisation, ne semble pas s’y opposer.

De plus, dans les deux camps, de nombreux partis extrémistes (orthodoxes juifs, ou intégristes musulmans) entretiennent le conflit via des affrontements et attentats, entretenant un cercle vicieux de représailles et exactions.

La reconnaissance de l’Etat de Palestine par Israël et le reste du monde, serait un premier pas pour la reconstruction de la paix dans la région. Toutefois, malgré son nouveau statut d’observateur à l’ONU (depuis Novembre 2012) les négociations entre les deux pays semblent paralysés.

La récente visite du président Américain en Israël et Palestine n’a aucunement fait avancer la situation au Proche Orient. Barack Obama continue de soutenir son allié l’Etat hébreux, malgré une visite diplomatique des territoires palestiniens.

 

La colonisation est un processus d'expansion territoriale et/ou démographique qui se caractérise par des flux migratoires, l'invasion, l'occupation et l'exploitation d'un espace géographique, la mise sous tutelle et la domination politique, culturelle, religieuse et économique, voire le génocide, des populations qui s'étaient établies préalablement sur ce territoire. La colonisation, à différencier du colonialisme lequel est une doctrine ou idéologie, est pratiquée par certains États sur des peuples ou d'autres États[1] alors contraints d'accepter des liens de dépendance[2]. Il s'agit d'un processus expansionniste d'occupation, qui consiste en l’établissement d’une ou plusieurs colonies par la mise sous influence étrangère d'autres territoires. Lorsqu'il y a domination politique du territoire et assujettissement de ses habitants, on parle alors d'impérialisme de la part du centre politique de décision appelé métropole

 

 

 

 

Fin du XIXe siècle

Début de l’immigration juive.

1917

Le Royaume-Uni s’engage à soutenir la création d’un foyer national juif en Palestine.

1920

La Palestine est confiée à l’administration britannique.

Début des violences entre Arabes palestiniens
et Juifs.

1947

Plan de partage de la Palestine en deux États (l’un arabe, l’autre juif), rejeté par les pays arabes.

1948

Israël proclame son indépendance. Les pays arabes voisins entrent en guerre contre le nouvel État.

1967

Guerre des Six Jours. Israël occupe la Cisjordanie et
la bande de Gaza.

1973

Guerre du Kippour.

1978

Accords de Camp David entre Israël et l’Égypte.

1987

Première Intifada (soulèvement) contre Israël dans les Territoires occupés.

1993

Accord d’Oslo sur l’autonomie des territoires palestiniens.

À partir de 1996

Ralentissement des
négociations de paix.

2000

Deuxième Intifada.

2011

L’Autorité palestinienne fait une demande officielle d’adhésion à l’ONU.

 

  

 

Les raisons de la colère - YouTube :  : extrait : «  Nous vivons, je pense une période  de clôture de tout un dispositif politique, de représentation qui ne fonctionne plus, cette espace commun s'est effondrée. Il y a toute une série de violence, de colère qui ne peut plus s'exprimer dans 'espace politique et donc s'exprime d'une autre façon :

 - violence contre la mort d'un jeune

- violence politique et de l'espace urbain que les émeutes se déclenchent

 

Aujourd'hui la ville n'est plus seulement le lieu des affrontements, elle est aussi un enjeu. L'exemple de Copenhague est emblématique. En 2007, l'élément déclencheur de la colère sociale est la destruction par les autorités danoises de la maison des jeunes. Haut lieu de la contre culture urbaine 69 défense de la maison des jeunes au dannemark 2/3 :

 

C'est évènements sont le résultat d'un processus d'exclusion à l'œuvre dans la majorité des pays quelques soit les régimes politiques. Il y a une tentation de la part des états d'assoir leur légitimité non plus sur la capacité à inclure tout le monde mais sur sa capacité a dire ce qui n'en font pas parti. Cela dit à un certains nombre de gens, vous n'avez pas votre place ici. Vous n'avez pas seulement le droit à la parole, mais le droit de vit. Et si on y regarde bien , c'est la question de la place des gens à un endroit donné, de savoir s'ils sont pris en compte ou pas pris en compte. C'est un éléments principaux des émeutes  "Pour les habitants de la maisons des jeunes de Copenhague, ce processus débute en aout 2010 ».  

 

Les responsables israéliens sont partagés sur les représailles à adopter, entre une opération massive visant à «éradiquer» le Hamas ou une réplique mesurée. Israel intensifies hunt for missing teenagers . ( 21-Jun-2014 )  Les corps des trois disparus , deux auteurs présumés de l'enlèvement ont été détruites par l'armée  Israël multiplie les raids à Gaza après la mort de trois adolescents 6

 

 

Frappes dans la Bandes de Gaza :

Toujours plus de morts au Proche Orient. Une attaque israélienne dans la Bande de Gaza a fait de nouveau mort.

Maison palestinienne bombardée à Hebron, mardi 1er juillet.

 

 

Israel : Attaque sur la Bande de Gaza

Le proche orient s’enflamme. La nuit dernière, l'armée israélienne a mené plusieurs raids sur la Bande de Gaza. Pendant ce temps, la jeunesse arabe israélienne se révolte dans l'Etat hébreux et en Cisjordanie. Au proche orient, l'escalade de la violence continue. La nuit dernière dans la Bande de Gaza neuf personnes ont été tuées dans des frappes israéliennes en provenance d'Israël. Selon des sources palestiniennes, sept d'entre elles serait des membres de la branche armée du Hamas. C'est le bombardement d'un tunnel a Rafah qui a été le plus meurtrier pour le Hamas qui aurait fait aux moins quatre morts. Une réponse de l'Etat Hébreux aux 45 tirs en provenance de Gaza. Depuis dimanche. Une réponse ferme, c'est ce que réclame la communauté arabe d'Israël après la mort de Mohammad Abou Khdeir, un adolescent palestinien de 13 ans. Au tribunal de Telma a Tel Aviv, six suspects appartenant à un groupe extrémiste juif ont été arrêté. Gêné, le premier ministre israélien a condamné le meurtre du jeune palestinien.

 

 

Benjamin Netanyahu (Benyamin Nétanyahou) , premier ministre israélien : " Dans notre société, la société israélien, il n'y a pas de place pour de tel meurtrier. C'est toute la différence entre nous et nos voisins. "

 

Les villes arabes en ébullition

 

Echauffourées entre la police israélienne et des manifestants palestiniens lors des funérailles d'un jeune Palestinien de 16 ans, vendredi 4 juillet à Jérusalem.

 

Echauffourées entre la police israélienne et des manifestants palestiniens lors des funérailles d'un jeune Palestinien de 16 ans, vendredi 4 juillet à Jérusalem. | AP/Mahmoud Illean

Le meurtre de Mohammad Abou Khdeir rejoint la liste des exactions les plus graves commises par des extrémistes juifs parmi lesquelles le massacre du caveau des patriarches à Hébron en 1994, commis par Baroukh Goldstein, et le meurtre du Premier ministre Yitzhak Rabin par Yigal Amir en 1995.

  

Sur les images de caméra de surveillance, deux hommes qui pourrait être les ravisseurs du jeunes palestiniens, enlevé et brulé vif. Cette vidéo a été rendu publique par la famille de la victime. A Jérusalem, devant la porte de Jaffa, c'est un sentiment de vengeance qui prédomine. : " Tout les arabes méritent de souffrir pour ce qu'ils ont fait aux juifs. "

 

Ce climat de violences intercommunautaires enflamme aussi les réseaux sociaux, où les appels à la vengeance se multiplient des deux côtés. Edito du Monde Proche-Orient : sans processus de paix, la haine prospère 22

 

 

Edito du « Monde ». Chaque jour davantage, le face-à-face israélo-palestinien devient moins un conflit entre deux mouvements nationaux qu'un affrontement religieux ou communautaire. « Mort aux Arabes » : une haine décomplexée sur le Web israélien 117 La mort de trois jeunes Israéliens a déclenché l'expression d'une violence anti-arabe, notamment en ligne, qui alimente le cycle de représailles.

 Des photographies publiées par des Israéliens sous le slogan « Le peuple israélien réclame vengeance ».

 

Des photographies publiées par des Israéliens sous le slogan « Le peuple israélien réclame vengeance ». | Twitter

Par ailleurs, des affrontements ont éclaté en Cisjordanie et en Israël. Certains parlent déjà d'une troisième intifada. PROCHE ORIENT Le pire scénario pour Benjamin Netanyahu

 

  Les corps des trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin ont été retrouvés, lundi. Israël a répliqué par des raids massifs, accusant le Hamas.

Israel bombs Gaza after settler bodies found

Air raids come hours after Israeli PM blames Hamas for three settlers found dead in west bank after going missing. Interactive: Gaza, life under siege  Middle East  Gaza family traumatised

 Le conflit israélo/palestinien: un combat sans fin? Posted by Docteur Prémilivier on 22 mars 2013

La Confrérie, enquête sur les Frères musulmans : citoyen actif : Deux Egypte face a face : : Altermonde, Blog de Nico Citoyenactif sur Netlog

Irak : l'Iran s'en mèle - altermonde

Source de Conflit - Citizen Khane

le tourbillon jihadiste : Citoyenactif

 

A lire aussi : Israël, attaque, la bande de gaza, Cisjordanie, Palestine, conflit, moyen orient, les raisons de la colère, intifada, haine décomplexée, extrême droite, colons, religion, nationalisme, benjamin Netanyahu, middle east, conflit israélo-palestinien, Proche-Orient , la confrérie, enquête, les frères musulmans

 

l'eiil, irak, syrie, , géopolitique, guerre civile, gaire sainte, al-qaida, aymen zawahiri, abou bakr al-baghdadi, califat, calife, djihad, djihad irak, djihadisme, eiil, etat islamique, guerre irak, international, actualités , le moyen-orient, le tourbillon jihadiste, l’etat islamique en irak et au levant, eiil, , géopolitiques, djihadistes, irak, syrie, moyen orient, middle east, anti-terror law, le hezbollah , irak, tensions religieuses, géopolitiquedjihadiste d'al-qaida, l'etat islamique en irak et au levant, eiil, abou bakr al-baghdadi, le régime de Saddam Hussein

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu