Avertir le modérateur

27/12/2015

Le Pen présidente... On nous aura prévenus |

n

 

 

Le Pen présidente... On nous aura prévenus

 " Je vous invite a lire cet très bonne BD qui montre comment le FN après avoir réussi a imposer ces idées depuis 30 ans à la société française et aux élites gouvernementales, a réussi a faire son coup d'état démocratique. déjà en novembre 2015, les déclarations de Valls en tête reprenant ouvertement les idées du FN tout en s'en cachant aurait du nous alerter dans un futur proche sur l'avenir noir"

Une BD très bien faite, pédagogique et une alerte de Marinne Le pen dans un futur proche ( élection de 2017 pour les présidentielle). Ce n'est pas si farfelue sachant que le contexte s'y prète bien depuis 30 ans par des politiciens de tout bord, qui sous couvert de lutte utile pour lutter contre l'extrême droite sont les premiers a s'allier en vue de carrière électorale a l'image de Meunier François  et alors que le replis identitaire gagne l'Europe.   . Julien Dufour à Mairie d'Antony3 décembre, 20:23 · Antony ·Au Conseil municipal d'‪#‎Antony‬, FMeunier François élu Front de Gauche annonce ce soir son ralliement au ‪#‎FN‬‪#‎IDFBleuMarine‬ , ‪#‎RégionalesIDF‬ , ‪#‎Fn92‬ 

 

La Présidente »: une bande dessinée où Marine Le Pen ... - YouTube

 

 Pourquoi Marine Le Pen va être élue présidente en 2017 - 10 minutes pour comprendre , 

[A LIRE AVANT LE 7 MAI] Programmes, portraits des candidats, grands enjeux économiques... PRESIDENTIELLE 2017, LES CLÉS DU SECOND TOUR, un numérique à télécharger gratuitement

1la publication de La Horde

« Comme l'extrême droite réagit-elle au mouvement social qui agite la France autour de la loi El Khomri, et dont on espère qu'il est parti pour durer ? Pour le FN, c'est la faute à l'Europe et aux immigrés, pas aux patrons ; et à part dénoncer les vilains casseurs, rien de neuf sous le soleil. Du côté de l'extrême droite radicale, on s'excite, et on tente d'attaquer les « gauchistes » qui semblent reprendre du poil de la bête. Cependant si le milieu nationaliste « classique » peine, heureusement, à trouver sa place face à la colère sociale, chez les confusionnistes, on se frotte les mains, et on essaye de s'incruster dans le mouvement, mais pour finir par révéler sa véritable nature... »

Pour ceux qui aiment être pris pour des cons... votez FN.. 

Cet ancien élu du Front de Gauche ( FDG) qui a rejoins cet été le FN. Au passage, les personnes qui ont voté pour lui en pensant mettre une politique de gauche et faire barrage au FN ont tout simplement été floués

 

 

Pascal Bavencove : "Un certain nombre de mes amis ont un ami commun Meunier François. Il s"agit d'un responsable FN du 92 faites passer l'info. Et surtout virez le".

 
 
L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout
EDWY PLENEL

Ce dimanche, Mediapart consacre une édition spéciale pour décrire, de façon documentée, ce qui se passerait si le Front national arrivait au pouvoir. Partagez la avec tous ceux, autour de vous, qui, par colère légitime ou par égarement politique, confondent post-fascisme et démocratie. Nous ne cesserons de le répéter d'ici le 7 mai : voter Macron, ce ne sera pas approuver son programme mais défendre un espace public démocratique où la contradiction, le conflit, la mobilisation, etc., sont possibles face à des politiques injustes, avec des contre-pouvoirs, une presse libre, une justice indépendante, des syndicats respectés, etc. A lire sur www.mediapart.fr !

 

Accueil - 2013-14 - émissions de Mars Marine se fait couler un bain Le lundi 17 mars 2014 

La présidentielle, vue(s) d'Europe

 

 Face au père encombrant, Marine Le Pen essaye de déminer le terrain alors que le Front national se cherche des allier au parlement européen. Famille je vous ai" : Marine Le Pen expérimente t'elle la maxime de Gide. En tout cas la présidente du FN a " osé" publiquement dénoncé les propos de son père les propos de son père sur Patrick Bruel mais pas les propos mais plutôt les conséquences. Une faute politique selon elle.

Difficile au Front National de faire comme si Jean Marie Le Pen n'existait pas. Le président d'honneur du parti a encore des choses a dire et il le fait sentir chaque semaine sur le site du front national dans son journal de bord ( journal de bord de Jean Marie Le Pen : Journal de bord de JMLP | Works Categories | Front National) sorte de tribune politique ou tout est permis , surtout lorsqu'il s'agit des ennemi du parti  " M Bruel ici", J.M Le Pen : " Au bas oui , oh bas écouter, on fera une fournée la prochaine fois" 

Un dérapage clairement antisémite qui a susciter le malaise dans les rang du FN . "Je vous mets au défi de trouver une phrase antisémite dans ma vie politique", lance le président d'honneur du FN après son dernier dérapage. Florilège.Politique|9 réactions  Ils ont voté Front National. Pour la première fois, Marine Le Pen a pris de la distance avec les diatribes de son père. Elle a dénoncé une faute politique. Réplique immédiate du paternel : " Vous voulez ressemblez aux autres partis politiques. Si c'est ce qu’ils veulent, je fais référence aux dirigeants du Front National, ils ont réussi. Je crois que c'est eux qui ont fait une faute politique, pas moi.

 


Piqûre de rappel: https://www.youtube.com/watch?v=UeG-af-F04Q

 

 

A lire Oui, Jean-Marie Le Pen a bien tenu des propos antisémites dans sa carrière - nouvels obs, » Le Pen réplique à sa fille : la "faute politique" c'est "la pensée unique"» Jean-Marie Le Pen dérape : sa fille évoque "une faute politique"

 

Réfugiés: comment Marine Le Pen vole l'histoire de la Résistance Le PS et les Républicains paniquent à l’idée de perdre leurs sièges au bénéfice du monstre. Un monstre qui a prospéré sur leurs politiques…


Marine Le Pen : la bataille des mots - Depuis son investiture en 2011, la présidente du Front national a modifié le discours de son parti, prenant ses distances avec l'extrémisme associé à son père, Jean-Marie Le Pen. Certains affirment qu'elle serait la seule à «parler vrai». Qu'en est-il ?
USA : les devins du crime - Aux Etats-Unis, la police «prédictive» a pour vocation d'anticiper les prochains crimes et délits. Grâce à certains algorithmes, des scientifiques et des entreprises établissent les futures cartes de la délinquance. Comment ce système fonctionne-t-il ?

 
"Envoyé Spécial" : Marine le Pen - la bataille des mots - 14/01Le Pen présidente... On...
n
 

 


Marine Le Pen : la bataille des mots (Elise Le Guevel et Ghislain Delaval). Pour inaugurer sa nouvelle rubrique — très à la mode — de « décryptage » de l'actualité (avec fact-checking des chiffres et analyse des effets de manches politiques), Envoyé spécial a choisi de détricoter la rhétorique de Marine Le Pen, soulignant assez efficacement le gouffre entre ses déclarations dans les médias et ses discours dans les meetings. Par quel tour de passe-passe ses mensonges ou approximations peuvent-ils passer pour un « discours de vérité » ? Comment a-t-elle « réussi son OPA sur le concept de laïcité » (Jean Baubérot) ? Comment fonctionne son « langage à tiroirs » ? Elise Le Guevel interroge notamment Cécile Alduy, professeur de littérature à Stanford, qui a passé tous les discours du FN (depuis 1987) au crible d'un algorithme pointant les glissements ­sémantiques et les ressorts de la prétendue « dédiabolisation ».

 

 

 

Envoyé spécial - Florian Philippot le Mazarin de Marine - 13 octobre 2016

Ce que les candidats disent de l'Europe, ce que l'Europe dit des candidats rouver dans un livre d'économie qui défend le capital et les riches, en gros il faut dire merci et baiser leur pied quand on meurt ou quand on souffre ( physiquement ou psychologiquement) :
c'est à gerber

 

 

la conférence de presse de Marine le Pen © Julien Langlet - 2014

 

Marine Le Pen a présenté mardi matin ses huit têtes de liste aux élections européennes du 25 mai. Son ambition : "arriver en tête" et "provoquer un séisme politique".

 

Tout l’état-major du parti était là pour écouter Marine Le Pen dire à nouveau  son intention d’arriver en tête des élections européennes "pour lancer un signal très fort à l’Union européenne et à François Hollande" selon les mots du vice-président du FN, Florian Philippot.

 

Le FN dispose actuellement de trois eurodéputés. Il table maintenant sur 20 et même sur la possibilité de créer un groupe d’extrême droite au sein du Parlement européen.

 

Le reportage de Julien Langlet

 
"Le FN n'est pas dans une logique d'alliance" - source Alternative économique
La montée du Front national, dont le discours économique se déplace vers la gauche, pousse la droite à durcir ses positions sur l'immigration. Tout en maintenant une position antisystème, le FN réussit ainsi à imposer ses idées.

Extrait :A un an de l'élection présidentielle de 2012, le dernier sondage Ifop-Europe 1-Paris Match publié ce 26 avril révèle que les intentions de vote des ouvriers en faveur de la candidate du FrontNational sont en tête. Une reconquête pour le parti qui avait perdu des voix dans cette catégorie en 2007.

 

source : Europe : comment l'extrême droite profite de la crise

 



racisme,videos,l'arnaque de l'extrême droite avec marine le pen,video,texte,source ifop...)
 

Trop de candidats à droite ? estime le quotidien espagnol Público (gauche) dans une analyse de début janvier Nicolas Sarkozy ne peut entrer d'une quelconque manière "dans l'analyse de son bilan", relève Público, parce qu'il "n'y en a pas

 

Un "acte désespéré" du Président français ?

 

"Le Président a promis quelque chose qu'il n'introduira jamais", ��crit le journaliste

 

 Le 8 janvier, sur blog "Pèris en direct du nombril du monde" du Soir.be, une critique virulente de la presse française et de ses relations avec les politiques

 . « La tribune de François Hollande étalée en Une de « Libé », je trouve que ça convertit le journal en « tract électoral. » Tout ça pour faire un effet de Une. C’est cher payé. Je l’ai lu dans le Thalys Bruxelles – Paris. Je quittais un pays où cette pratique si peu journalistique est inconcevable, pour arriver dans un pays qui trouve ça normal. C’est « une habitude », une « tradition » : « Mais oui, souvenez-vous, Mitterrand avait fait pareil. » Dans le landernau médiatique français, un peu trop de choses sont devenues « normales », à force de laisser faire sans jamais s’indigner un bon coup 

 Dans un article datant du 31 décembre 2011, le jeu de l’UMP avec les idées familières au front national retient l’attention d'El Pais

François Hollande, la croissance et la démocratie sont les parents pauvres du projet (13 décembre.

 

  1. Découvrez le blog "French Fries 2012", du quotidien francophone "La Libre Belgique", sur la campagne présidentielle

Question immigration :

 

- Hollande proclame une émigration  « intelligente » : maitrise des flux migratoire ou émigration choisi selon les besoins des sociétés

- Sarkozy durcit le ton

- Marine Le Pen veut réduire par 20 la politique d’immigration

 

Selon la porte parole de François Hollande, ce n’est pas une question de quotas. Régler les situations aux cas par cas. Il n’y aurait pas de critères prédéfinis. Il entend

 

3 points :

Emigration économique (secteur de pénurie, selon le rapport Attali).

Le FN est contre, il veut pour des raisons d’idéologie nationalistes réduire l’immigration et forçait les français a prendre des emplois sous payer. En gros plus d’intolérance, autant voir plus de précarisation pour les salariés et pas de remise en cause du système néolibérale. Selon son programme le regroupement familial doit être interdit

Ils veulent supprimer toutes une série d’aide aux émigrés

  • Aide médicale d’état aux français d’origine étrangère sans ressources. Bref, ils veulent les laisser crever. Ils manipulent pour justifier ces mesures, le cout d’un français d’origine étrangère. Cette mesure crée par Jospin et rester sous Sarkozy (pas eu le temps de l’enlever).
  • Cette aide sert : a environ 600 000 personnes. Elle prend en charge les nécessiteux, pour des raisons humanitaires, sociales et sanitaires (éviter le retour des maladies infectieuses Tuberculoses) qui reviennent. Si elle a augmenté, c’est qu’elle a été ouvert a l’immigration européenne, donc les déclarations du FN est hypocrites dangereuses et fausses.
  • Le FN s’attaque a l’Europe et non à l’entreprise Renault dans sa responsabilité de la délocalisation au Maroc voir Renault critiqué en France pour son usine du Maroc

Pour le FN (Florent Filippo) , une politique d’immigration sérieuse, Préférence Nationale : «  on peut dire le patriotisme nationale » privilégié les français, même si ces compétences sont plus faible. Ils s’en prend ainsi aux plus faible et aucun reproche a la finance, propose pas de taxe sur la finance.

A la question du public Senat :

Qu’est ce qui se passe si le conseil constitutionnel rejette ( les 500 signatures) ?La véritable politique serait de tous les virés. Ces « merdes » qui nous gouvernent. A bas le front de la Haine

  

. En plein débat sur le thème de l'identité national ( thématique repris du Front National)

 

Le discours sur l'identité national (thème repris du FN) n'a pas permis de prendre des voie au Front National, mais a banalisé ces idées. Car selon l'AFP tiré d'un Dans un sondage Ifop pour Paris-Match diffusé fin janvier, le FN au niveau national était crédité de 8,5% des intentions de vote au premier tour et d'une capacité à se maintenir pour le second tour dans une dizaine de régions

 Ce ne sont pas seulement le discours populisme et xénophobe, mais aussi la question de l’insécurité dans le travail et la méfiance des politiques qui lui apporte l’engrais nécessaire à sa progression. C’est donc une victoire du FN de voir ces idées banalisées et véhiculé par les médias, l’UMP et les dérapages incontrôlées de Georges Fresh et consort.

 

Donc, aux régionales, pour "faire barrage au FN", on nous demandait de voter pour le PS, qui, quand il gouverne, mène une politique qui fait le bonheur du FN. Mouais... Donc, logiquement, il faut faire barrage au PS.  Le cercle des mécontents dépasse cette fois-ci largement l’habituel groupe des frondeurs du PSLa déchéance de nationalité provoque un malaise à gauche. LEMONDE.FR, Cécile Duflot "Si j'avais su qu'un jour je viendrais commenter la déchéance de nationalité... FRANCEINTER.FR, France. Pécresse inaugure son mandat de présidente d’Ile de France en stigmatisant les étrangers LECOURRIERDELATLAS.COM,  

"Le Pen présidente... On nous aura prévenus" - citizenKhane  : 

 

 Le PS court après la droite qui court après le FN qui explose dans les sondages. Quand on court après les sondages, il y a de la logique.

Allez aux urnes citoyens ! restez motives ....

 
 
 «C'est l'échec de Nicolas Sarkozy car Nicolas Sarkozy, d'évidence, n'est pas crédible comme représentant d'alternance après avoir lui-même, les Français le lui avaient signifié, échoué avant 2012», a déclaré Hervé Mariton sur Sud Radio et Public Sénat.

Le candidat à la primaire de la droite et du centre en vue de 2017 a cependant dit partager la ligne de Nicolas Sarkozy contre tout retrait ou fusion dans les régions où la droite est distancée et le FN menace de l'emporter, tel Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
 
C'est l'échec de l'ensemble des politiciens et du système politique qui n'est qu'une vaste mascarade. Ils portent tous une responsabilité depuis 30 ans.
 
Rappel : 

1970 => Création du FN => Moins de 1%
1973 => Législatives = > Moins de 2%
En 1980, il y avait approximativement moins de 300 adhérents au FN
1984 = > Législatives = > Plus de 10 %
1995 = > Présidentielles = > 15 %
2002 = > Présidentielles = > 20 %
2012 = > Présidentielles = > + de 17, 5 %

Et enfin hier = > Régionales = > 30 % - En octobre 2014 lors de leur congres, les Frontistes s'attribuaient plus de 50 000 adhérents (Source FN). Même si les chiffres sont gonflés, ça en fait quand même beaucoup.......

Et maintenant, on fait quoi ?????

 

  
 
  Ma voix, par Zed
  Elle est belle la France, par les Fatals Picards : 
  

 
 

 La meilleure chose que les dizaines de millions de citoyens ordinaires puissent faire face à ce danger est de ne pas écouter ce que les hommes politiques ont à dire à ce sujet

 

 
 je me suis rappelé de cette musique L'Hexagone

Donc, aux régionales, pour "faire barrage au FN", on nous demandait de voter pour le PS, qui, quand il gouverne, mène une politique qui fait le bonheur du FN. Mouais... Donc, logiquement, il faut faire barrage au PS.

Qui a dit, en 2010 : «C’est attentatoire à ce qu’est finalement la tradition républicaine et en aucune façon protecteur pour les citoyens»?

 
 

Voilà ce que c'est que de donner une sucette à une racaille : il veut piquer toute le boite !

Sans compter que c'est (encore) un coup d'épée dans l'eau :
"Loi n°98-170 du 16 mars 1998 - art. 23 JORF 17 mars 1998 en vigueur le 1er septembre 1998
L'individu qui a acquis la qualité de Français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat, être déchu de la nationalité française, sauf si la déchéance a pour résultat de le rendre apatride :
1° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme ;
2° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit prévu et réprimé par le chapitre II du titre III du livre IV du code pénal ;
3° S'il est condamné pour s'être soustrait aux obligations résultant pour lui du code du service national ;
4° S'il s'est livré au profit d'un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France.

…et une manière de faire parler du parti de la haine !"

 un moyen d'être au monde.

Déchéance

La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait souhaité en décembre 2011 que la déchéance de nationalité soit appliquée "dans les dix premières années après l'obtention de la nationalité" en cas de crime ou délit ou si on ne se soumet pas "aux grands principes" de la vie en France. Ce dernier point n'avait cependant pas été repris dans son programme pour la présidentielle 2012.

 

Ainsi des 2015 nous voyons les lois qui seront ensuite utiliser par Marinne Le Pen en 2017 pour légitimer les expulsion de masse, les arrestations de rappeurs sous le prétexte qu'ils incitent à la haine et aux terrorisme par leurs chansons contestatires. La porte est ouverte a de nombreux abus. 

 

Oui le contexte s'y prete a une parole décomplexée depuis les bons score du FN J

  

« La Présidente »: une bande dessinée où Marine Le Pen prend les rennes du pays
 
« Vous ne pouvez pas dire qu'on ne vous avez pas prévenu... », la petite étiquette en rouge sur la couverture en dit long sur la bande dessinée « La Présidente« . François Durpraire, consultant de BFMTV et politologue, dévoile une oeuvre dans laquelle la présidente du Front Nationale, Marine Le Pen, devient présidente de la République... « A l'hiver 2014, m'est apparu la possibilité d'une victoire de Marine Le Pen en 2017 », explique à Ma Chaîne Etudiante le politologue pour expliquer son oeuvre « La Présidente« . Si à la base, cette idée devait devenir un roman d'anticipation, c'est en discutant avec plusieurs confrères et amis qu'il décide d'en faire une BD.

Marine Le Pen présidente ? Une possible réalité

Cette bande-dessinée est-elle donc une oeuvre de futur fiction ou une oeuvre de futur probable ? Elle est vraisemblablement une oeuvre d'anticipation, explique François Durpraire. Marine Le Pen présidente c'est possible : « Pour moi il s'agit d'un futur réalité. L'idée de cette BD c'est aussi se sortir de l'idée d'un certain déni », explique le spécialiste à MCE en ajoutant que « on a pris le programme du Front Nationale, on a réuni un certains nombres d'experts (...), ce qui nous est apparu, c'est que le réalisme fonctionne ». Bien évidemment, cette oeuvre reprenant Marine Le Pen présidente n'est pas une apologie du Front National, et les enchaînements des événements semblent surtout se diriger vers un fiasco total.

Marine Le Pen n'est pas au courant de la bande-dessinée

S'il avoue avoir déjà rencontré Marine Le Pen avec son dessinateur, François Durpraire a gardé son travail et son projet secret. « On a tenu ça d'une manière assez secrète », confesse l'auteur, ajoutant que « très peu de politiques représentés dans la BD ne sont au courant ». François Hollande, Gérard Longuet, Jean-Marie Le Pen, tous les personnages de la classe politique sont représentés dans cette oeuvre. Allant de la panique au dramatique, cette bande-dessinée représente réellement une ambiance et une histoire prenante au coeur d'un mandat sous Marine Le Pen présidente.

Le Pen présidente... On nous aura prévenus | Moustique.be Les médias et politiciens ont bien travaillé : Cela est peut être tout sauf une fiction. Selon une étude publiée in juillet par la Commission, l'immigration est désormais la principale préoccupation des citoyens européens, devant les questions économiques et le chômage publié sur le site Euractiv.

 



Marine Le Pen, l'héritière :  marine le pen l'héritière 1.m4v

 

En novembre dernier, la situation économique, l'emploi et les déficits publics faisaient partie des inquiétudes numéro un des citoyens européens, selon une précédente enquête. L'immigration était alors en quatrième position (à 24 %).

Malgré la crise grecque, les Européens semblent aujourd’hui surtout préoccupés de l’arrivée de migrants sur le continent, selon un baromètre réalisé fin mai dans les États membres de l'Union européenne et les pays candidats, et rendu public fin juillet par la Commission européenne.

L’Allemagne, première destination des migrants dans l’UE a d’ailleurs déjà pris des mesures censées décourager les départs. En Albanie, l’ambassade allemande a par exemple lancé une campagne de publicité mettant notamment en garde les Albanais contre les « profiteurs sans scrupules » qui « racontent des contes de fées où les demandes d'asiles sont acceptées et les migrants trouvent un emploi et un appartement afin de les exploiter ». D’autres mesures ont été prises en Bavière, par exemple, où les conditions d’accueil se font de plus en plus difficiles.

Si certains pays sont bien évidemment plus demandés que d’autres, la crise de l’immigration touche presque tous les pays européens. Ceux qui y échappent encore s’inquiète néanmoins de la volonté de la Commission de mettre en place un système d’accueil paneuropéen basé sur le principe de solidarité.

 
 
The Female Face of Populism - Full Length Documentary (English
Lire : Les Européens se divisent sur la prise en charge des demandeurs d'asile

 

 

Autre préoccupation qui gagne du terrain : le terrorisme, dont les craintes ont également augmenté de manière significative depuis novembre 2014 dans l'ensemble de l'Union européenne (17 %, +6 points).

>> Lire : Un nouveau projet contre le terrorisme reproche à Twitter son laxisme

L'enquête Eurobaromètre est le second sondage d'opinion réalisé à l'échelle de l'UE depuis l'entrée en service de la Commission Juncker en novembre 2014. Elle est fondée sur des entretiens individuels menés courant mai, au cours desquels plus de 31 000 personnes ont été interrogées. 

 

Les fractures européennes : La montée des nationalismes et de l'euroscepticisme en Europe conduisent à un continent morcelé et fracturé.
Avec Christian Makarian, directeur délégué de la rédaction de l'Express.

 

 

 
MÉRIDIEN D’EUROPE  du lundi au vendredi à 5h06
 
 
Le Fn, une Arnaque Pour Mous Du Bulbe
1 h ·

Vous trouvez vraiment que le monde va mal?
Imaginez!
*merci philippe

 La machine populiste, avec Le Pen, Dewinter, Blocher, Jensen, Siderov


 
 
 
 

 

 


 

De Mohamed Merah à Amedy Coulibaly en passant par les frères Abdeslam, ces jihadistes viennent de communes pauvres et surtout de zones urbaines sensibles.Terroristes français : une géographie sociale accablante LIBERATION.FR

 

Le mot de la fin : Alternative libertaire "Le meilleur moyen de combattre le feu, c'est l'eau, parce que l'eau éteint le feu. Ici, l'eau, c'est la solidarité du droit des peuples à se défendre eux-mêmes, ensemble, contre un monstre vicieux." à l'image de ce  lienCe texte de Bobby Seale, cofondateur du Black Panther Party, est tiré de son ouvrage Seize The Time: The Story of the Black Panther Party, paru en 1970. Nous avons traduit l'un des chapitres, dans son intégralité ; le leader afro-américain y proposait un antiracisme socialiste, autrement dit, « une lutte des classes et non une lutte des races ». Les employés et les chômeurs de toutes origines contre ceux d'en haut, la minorité possédante au pouvoir — un projet d'émancipation qui tournait le dos à tous ceux, de tous bords, qui cherchaient à « obscurcir la lutte avec des différences ethniques ».  cf Black Panthers — pour un antiracisme socialiste REVUE-BALLAST.FR

 

Programmation musicale :
  Mon père était tellement de gauche, par Les Fatals Picards video 1, video 2 : 
  Tout in haut de ch’terril, par Edmond Tanière : Tout in haut de ch'terril - YouTube :

  Marine se fait couler un bain, par Tryo
  Ma voix, par Zed
  Elle est belle la France, par les Fatals Picards :

RIDAN - Ah Les Salauds !...


À lire :

  Bienvenue à Hénin-Beaumont : reportage sur un laboratoire du Front National, un livre d’Haydée Sabéran (2014, éditions La Découverte)

  Le Front national des villes et le Front national des champs, un livre d’Octave Nitkowski (2013, éditions Jacob-Duvernet)

  Pauvres actionnaires ! Quarante ans de discours économique du Front National passés au crible, un livre de François Ruffin (2014, chez Fakir Éditions)

 

  La Fédé : comment les socialistes ont perdu le Nord, un livre de Benoît Collombat et David Servenay (2012, éditions du Seuil)

  Bienvenue à Hénin-Beaumont : reportage sur un laboratoire du Front National, un livre d’Haydée Sabéran (2014, éditions La Découverte)

  Le Front national des villes et le Front national des champs, un livre d’Octave Nitkowski (2013, éditions Jacob-Duvernet)

  Pauvres actionnaires ! Quarante ans de discours économique du Front National passés au crible, un livre de François Ruffin (2014, chez Fakir Éditions)

Le Front National, un danger pour la démocratie ... - SOS Racisme


À (ré)écouter sur la-bas.org
Notre série sur la grève des mineurs de 1948 :

  "La grève des mineurs de 1948", une émission du 14 juin 2011

  "La grève des mineurs de 1948 (2)", une émission du 15 juin 2011

  "La grève des mineurs de 1948 (3)", une émission du 16 juin 2011

 Marine se fait couler un bain– L’Indigné Révolté

CAPAB présent à la manifestation du samedi 12 avril

Foire aux questions abstentionnistes

 

A lire L’immigration, première peur des citoyens européens

n

La part d'ombre de Marine Le Pen décryptée en BD - ActuaBD

Le Pen présidente... On nous aura prévenus |Par Enkolo dans Accueil le

LIBERATION.FR 
 
 
 
 
 
"Le Pen présidente... On nous aura prévenus" Le 13 décembre 2015 à 15h01 par Citizen Khane
«Afrique 50» de René Vautier (fut interdit pendant plus de quarante ans. Il est considéré comme le premier film anticolonialiste français ) et «Un aller simple pour Mahoré» d'Agnès Fouilleux; un débat suivra en présence d'Agnès Fouilleux par AFSAPA (Association d'Amitié et de Solidarité avec le Peuple d'Afrique)
 
 
 


Europe : comment l'extrême droite profite de la crise (introduction au dossier)
Les Vrais Finlandais sont ouvriers
Suède : "Prendre en charge les nôtres avant de se soucier des autres"
Suisse : tant pis pour les patrons !
Italie : la tentation d'un apartheid
Grèce : à la conquête des indignés
Pays-Bas : en croisade contre l'islam
Espagne : mondialisation, immigration, même combat
Danemark : le Parti du peuple dicte la loi
Hongrie : à défaut d'immigrés, on vise les Roms
"Le FN n'est pas dans une logique d'alliance"
 
 
En savoir plus
Les (nouveaux ?) populismes, Maryse Souchard, in Le populisme aujourd'hui, M-Editer, 2010.
Populist Radical Right Parties in Europe, Cas Mudde, Cambridge University Press, 2007.
Les extrêmes droites en Europe : le retour ?, Les Cahiers du Cevipof, avril 2011, no 53, fondationresistance.org/documents/ee/Doc00008.pdf
Populisme de droite en Europe, Werner T. Bauer, FES, avril 2011, fesparis.org/common/pdf/publications/Populisme.pdf

 

 

 

Source 31 mars 2012 : Début du compte à rebours de la faillite ?, La triple A est perdu ? Et alors ? /

 

En route vers la présidentielle 2017 / documentaire octobre 2016

 

L'extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre !

 

 Le fascisme rouge,  Les réseaux de l'extrême , Manif’ dans un bénitier , Comment le FN profite de la... ,  La pensée complotiste , Le populisme au féminin , , Les rouges bruns et vlan !!! , Ces anciens fachos qui nous... , Qui est Alain Soral , Qu'est-ce que le fascisme ? , Hitler.La.Naissance.Du.Mal,  RIDAN - Ah Les Salauds !... , Dans la tête de l'extreme... , L'arnaque de l'extrême... ,

 

10/06/2014

Comment s'attaquer au FN

n

Valérie Igounet, historienne : “Il faut attaquer politiquement le FN en déconstruisant calmement son discours”

Idées | Municipales, européennes... élection après élection, le Front national se rapproche du pouvoir. Valérie Igounet, spécialiste de l'extrême-droite, décortique pour nous la façon dont la “marque” Le Pen a su soigner son image et prospérer sur la crise des partis de gouvernement et la peur de l'immigration.

Télérama : Le 03/06/2014 à 18h00- Propos recueillis par Michel Abescat

Marine Le Pen, le 1er Mai 2014 à Paris. 

Marine Le Pen, le 1er Mai 2014 à Paris. - LCHAM/SIPA

Avec 25 % des voix aux élections européennes, le Front national est, pour la première fois, arrivé en tête d'un scrutin national, après des élections municipales qui lui ont été très favorables. Ce parti est aujourd'hui un acteur majeur de la vie politique française, susceptible un jour d'arriver au pouvoir. Pourquoi un nombre croissant de Français lui font-ils confiance ? A-t-il changé depuis que Marine Le Pen a succédé à son père ou reste-t-il fondamentalement le même ? Et comment lutter contre lui et ses idées ? L'historienne Valérie Igounet, spécialiste de l'extrême-droite et du négationnisme, publie ces jours-ci, aux éditions du Seuil, une passionnante histoire du FN depuis sa création en 1972. Nous lui avons posé toutes ces questions.

Comment réagissez-vous aux résultats des élections européennes qui ont vu le FN arriver en tête ?
Pour tous ceux qui travaillent sur l'extrême-droite en France, ce résultat était prévisible, mais, en tant que citoyenne, je suis étonnée qu'autant d'électeurs votent pour ce parti, sans savoir précisément à qui ils donnent leurs voix. Ils votent pour un nom, devenu une marque, Le Pen, ils votent pour quelques thématiques phares, « l'immigration source de tous nos maux », ils choisissent le Front national par lassitude ou par rejet des partis de gouvernement qui ont une très grande responsabilité dans ce qui vient de se passer. Mais la plupart des électeurs du Front national mesurent-ils vraiment ce qu'il représente ?

Beaucoup pensent qu'il a changé, que le parti de Marine n'est plus celui de Jean-Marie. C'est toute la question évidemment. Commençons par les hommes, ce ne sont plus les mêmes...

Jean-Marie Le Pen pendant un meeting du Front National, le 7  

Jean-Marie Le Pen pendant un meeting du Front National, le 7 Novembre 1972 a la Maison de la Mutualite, Paris. - COTTE/SIPA


Il y a eu, depuis 1972, date de création du Front national, un profond renouvellement générationnel. Les plus anciens sont morts. François Brigneau par exemple, un des fondateurs du parti, ancien collaborateur et milicien, qui signait dans National Hebdo des chroniques remarquées pour leur antisémitisme et leur négationnisme, est décédé en 2012. D'autres ont quitté le Front national à la faveur de scissions, comme Bruno Mégret. Carl Lang a créé un nouveau parti en 2009. D'une manière générale, la stratégie de Marine Le Pen de « normaliser » le Front national, d'en faire un parti « respectable », a poussé dehors de nombreux « historiques » du parti qui ne s'y reconnaissaient plus. Et c'est vrai que le Front national a changé pour s'adapter au nouveau contexte politique et social. Mais ses thématiques fondamentales sont restées les mêmes.

Quel changement Marine Le Pen incarne-t-elle ?
Une mue affichée, un discours édulcoré. Je pense par exemple à cette phrase que m'a dite Louis Aliot, vice-président du parti et compagnon de Marine Le Pen, à propos de l'antisémitisme, jusque-là consubstantiel au Front national : « C'est l'antisémitisme qui empêche les gens de voter pour nous. Il n'y a que cela. A partir du moment où vous faites sauter le verrou de l'antisémitisme, vous libérez le reste. » Quelques jours après le congrès de Tours, au cours duquel elle fut élue présidente du Front national, en janvier 2011, Marine Le Pen s'est ainsi officiellement affranchie de l'antisémitisme et du négationnisme, dans une interview au magazine Le Point : « Tout le monde sait ce qui s'est passé dans les camps et dans quelles conditions. Ce qui s'y est passé est le summum de la barbarie. » Ce qui ne l'empêchera pas, un an plus tard, à l'invitation de Martin Graf, député du FPÖ, le parti d'extrême-droite autrichien, de participer à un bal viennois où, chaque année, sont ovationnés des négationnistes.

“L'ennemi affiché n'est plus le juif,
mais le Français musulman.”

L'ennemi aujourd'hui, c'est l'islam...
L'islamophobie supplante l'antisémitisme. La haine est recontextualisée. L'ennemi affiché n'est plus le juif, mais le Français musulman. Le message est simple : le danger islamiste s'oppose aux valeurs laïques véhiculées par la démocratie, fondements de la République française. C'est le nouveau combat qui permet de contourner la législation antiraciste : parler de l'islam est une manière de parler de l'immigration sans contrevenir à la loi.

En ce qui concerne le programme politique, vous montrez dans votre livre qu'il n'a guère changé, sauf dans le domaine économique...
Le tournant se situe en 1995. A la présidentielle, Jean-Marie Le Pen arrive pour la première fois en tête chez les ouvriers et les chômeurs. Jusque là, le discours du Front national était très libéral, mais fort de ce constat, le parti va lui en substituer un autre, anticapitaliste et social, qu'il va amplifier au fur et à mesure de l'aggravation de la crise et de la montée du chômage, fustigeant la mondialisation et les inégalités qu'elle engendre. Et ça marche : les élections européennes ont confirmé le succès du Front national dans l'électorat ouvrier. Il ne faut pourtant pas être dupe, il s'agit à l'évidence d'un opportunisme politique. Il suffit d'observer les thèmes des campagnes électorales. A chaque région son discours ! Dans le Nord-Pas-de-Calais, on insiste sur le social et les injustices économiques, on est très critique vis-à-vis du néo-libéralisme, pendant que dans le Sud-Est on se focalise sur l'immigration et l'insécurité. C'est pourquoi on peut avoir des doutes sur leur sincérité. Le Front national surfe sur le contexte de crise et la faiblesse des partis de gouvernement. Marine Le Pen et son équipe savent ce qu'ils font et ne craignent pas la démagogie. Une partie des électeurs pensent que les outrances du père sont derrière nous, que ce parti a changé. Ils y mettent leurs espoirs.

Le logo du M.S.I. (Movimento sociale italiano - Destra nazio  

Le logo du M.S.I. (Movimento sociale italiano - Destra nazionale) et l'ancien logo du Front National.


Marine Le Pen refuse l'étiquette d'extrême-droite pour le Front national. Qu'en pensez-vous ?

D'où vient la flamme du Front national ? Le logo du FN est directement inspiré de celui du MSI, le mouvement fasciste italien. Même s'il a évolué graphiquement au fil des années, ce logo a pour origine celui d'un parti fasciste. Le MSI a d'ailleurs soutenu financièrement les débuts du Front national, en particulier la campagne pour les élections législatives de 1973. Donc, à l'origine, il n'y a pas de doute, le Front national est un parti d'extrême-droite. Et il continue de l'être, quoi qu'en dise Marine Le Pen qui cherche à dédiaboliser son parti et sait bien ce que le terme d'extrême-droite peut avoir d'infamant. Mais il n'empêche que le FN est bien un parti d'extrême-droite qui continue d'en prôner les valeurs nationales identitaires, poursuit son discours xénophobe et sécuritaire, et place toujours au centre de ses propositions la « préférence nationale » rebaptisée « priorité nationale ». Le Front national de 2014 n'est pas un nouveau parti, il est le prolongement de son prédécesseur.

“D'ici 2017,
il ne sera pas si facile
d'éviter les dérapages.”

Marine Le Pen veut dédiaboliser son parti. L'objectif aujourd'hui est clair : il s'agit de prendre le pouvoir...
Jean-Marie Le Pen a entretenu un rapport fluctuant avec le pouvoir. Le voulait-il vraiment ? Le tournant, c'est évidemment ses propos du 13 septembre 1987, quand il a déclaré à l'émission Le Grand Jury, sur RTL, que les chambres à gaz étaient un « point de détail de l'histoire de la Deuxième Guerre mondiale ». Il sait très bien qu'avec de tels mots, il devient l'homme politique infréquentable, le « diable de la République » et qu'il ne parviendra jamais au pouvoir. Jean-Marie Le Pen était une sorte de dilettante de la politique. Mais pas ceux qui l'entouraient. Bruno Mégret, par exemple, visait clairement le pouvoir.

Marine Le Pen a la même stratégie, son ambition de faire du Front national un parti de gouvernement et de devenir présidente de la République ne fait aucun doute. C'est tout l'objet des changements qu'elle a opérés : le choix des personnes dont elle s'entoure et qu'elle met en avant, Florian Philippot par exemple, diplômé d'HEC et de l'ENA, l'effort pour présenter un programme crédible, en phase avec les préoccupations des Français ou encore, nous l'avons dit, la mise sous le boisseau de l'antisémitisme. Elle veut donner du FN une image respectable. Toute la difficulté est d'éviter les dérapages. Le FN aujourd'hui n'hésite pas à exclure ses éléments les plus sulfureux, par exemple Alexandre Gabriac, conseiller régional Rhône-Alpes, en 2011, à la suite de la publication dans la presse de photos le montrant effectuant le salut nazi.

Il sera intéressant, à ce propos, de suivre les décisions des nouveaux maires FN. Une des premières mesures de Steeve Briois, à Hénin-Beaumont a été de supprimer la subvention de la Ligue des droits de l'homme. Franck Briffaut, le maire de Villers-Cotterêts, a refusé, le 10 mai, de célébrer l'abolition de l'esclavage. David Rachline, à Fréjus, s'oppose à la construction d'une mosquée. A Béziers, Robert Ménard, soutenu par le FN, recrute des policiers municipaux, interdit d'étendre le linge aux fenêtres et aux balcons dans le centre ville historique où vivent de nombreuses familles gitanes et maghrébines, impose un couvre-feu pour les enfants de moins de treize ans. D'ici les élections présidentielles de 2017, il ne sera pas si facile d'éviter les dérapages et de garder l'image de respectabilité souhaitée. D'autant plus que les nouveaux élus sont pour la plupart très jeunes, inexpérimentés et totalement néophytes en politique.

Qui sont les électeurs du Front national ?
A l'origine, l'électorat du FN était plutôt bourgeois. Depuis 1995, les ouvriers en constituent une composante importante. En 1973, moins de 3 % d'ouvriers ont déposé un bulletin FN dans l'urne. Aujourd'hui, ils sont près d'un tiers à le faire. Aux européennes, ils étaient même 43 %. Le Front national séduit également de plus en plus les jeunes. 30 % des moins de 35 ans qui ont voté aux européennes ont choisi le FN. Le parti soigne d'ailleurs son organisation jeunesse, le Front national de la jeunesse (FNJ), qui a été refondu après l'élection présidentielle de 2012. Son nouveau directeur national, Julien Rochedy, est à l'image de la mue opérée par Marine Le Pen, physique avenant, apparence lisse, propos policés.

Enfin, le vote FN ne suscite plus la même réticence chez les femmes qu'à ses débuts. Depuis 2012, les femmes votent pour le FN autant que les hommes. Le fait qu'une femme soit à la tête du parti a évidemment beaucoup joué. Marine Le Pen a travaillé son image, elle est « moderne », mère de famille au parler franc mais sans outrance, elle a maigri, changé de coiffure et de façon de s'habiller. Elle est allée voter en veste rose. Rien à voir avec son père qui n'attirait guère l'électorat féminin.

“Aujourd'hui, le FN est un parti
d'extrême-droite,
mais il n'est pas fasciste.”

L'électorat du Front national est-il en train de passer du vote protestataire au vote d'adhésion ?
Pas encore, mais la question se pose avec de plus en plus d'acuité. C'est tout l'enjeu des présidentielles de 2017. Il me semble que les motivations des électeurs FN évoluent, que cette adhésion est en train de monter. Elle concerne essentiellement la thématique raciste, anti-immigrés. Les électeurs ont peur. C'est sur cette peur que la « marque » Le Pen n'a cessé de se développer, qu'elle a installé sa crédibilité. C'est facile pour elle aujourd'hui de prospérer sur la peur dans le contexte économique et social que nous connaissons.

Marine Le Pen stigmatise ce qu'elle nomme « l'UMPS ». Le rapprochement des politiques des deux partis de gouvernement, le choix du néolibéralisme par le PS, ne jouent-ils pas également en sa faveur ?
Evidemment, et les deux partis de gouvernement affichent la même impuissance face à la crise. Marine Le Pen les met dans le même sac, ses électeurs aussi. Ils n'ont plus confiance dans la classe politique qui est aujourd'hui dans un rare état de déliquescence. La droite risque l'implosion, la gauche est à terre. Les scandales politico-financiers, les affaires, Cahuzac, aujourd'hui Copé, sont dévastatrices. Un des slogans du FN est ainsi formulé : « Tête haute, mains propres ». Ce n'est pas par hasard. Ils exploitent, comme toujours, la situation, du pain bénit pour eux.

Comment contrer le FN ? Dans votre livre, vous dites qu'en l'assimilant au fascisme, la gauche « se trompe manifestement de terrain et d'époque »...
Oui, c'est trop facile et cela ne sert pas à grand-chose car le qualificatif est outrancier. C'est vrai que le Front national a des origines fascistes, mais le terme renvoie à une définition politique précise, à un moment précis de l'histoire. On n'agira pas efficacement contre le FN en se limitant à des injures. Aujourd'hui, le FN est un parti d'extrême-droite, mais il n'est pas fasciste. Il faut faire l'effort de le connaître, de décortiquer son programme. Et c'est là dessus qu'il faut l'attaquer politiquement, en analysant et en déconstruisant calmement son discours. Aujourd'hui, un grand nombre d'électeurs votent pour lui, en croyant qu'il peut apporter de bonnes solutions à la situation de crise que nous vivons. Il faut discuter, argumenter, leur montrer qu'ils se trompent. Il faut se mettre au travail.

A lire

Le Front national de 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, de Valérie Igounet. Ed. du Seuil, 496 p., 24 €.

Racisme - Le Monde diplomatique : Nouveaux visages des extrêmes droites « Manière de voir » n° 134 — Avril - mai 2014

Trente ans de manifestations antiracistes, de pétitions indignées, de pamphlets assassins, de mobilisations morales n’auront rien empêché. Les droites extrêmes ont toujours pignon sur rue, notamment en Europe. Trente ans d’échec qui mériteraient, à tout le moins, que l’on s’interrogeât sur le diagnostic et, pourquoi pas, sur les éventuels remèdes.

 

Lire le compte rendu de ce numéro, paru dans Le Monde diplomatique d’avril 2014, par Jean-Yves Camus.

A lire aussi :

Bataille idéologique

Pour que leurs mémoires...

« Pauvres actionnaires ! »,

L'extrême droite décomplexée

Marine se fait couler un bain

Six mois déjà ....

La démocratie, c'est nous

Mains brunes sur la ville

De la servitude moderne

Aux enfants de la bombe

Einsatzgruppen : les...

Ils ont voté Front National

raisons et du danger fasciste

Les réseaux de l'extrême

Un fascisme made in France ?

La pensée complotiste 

10/05/2014

« Pauvres actionnaires ! »,

« Pauvres actionnaires ! », Fakir Éditions, 120 pages, 6 euros (+2 € de frais de port).

À retrouver sur notre boutique !

Le dernier livre des Éditions Fakir est sorti : "Pauvres actionnaires !", qui passe au crible quarante ans de discours économique du Front national. "Europe", "mondialisation", "État", "service public", etc., François Ruffin livre une analyse thème par thème. Cet ouvrage est conclu par un entretien mené tambour battant avec Emmanuel Todd, "Le grand détraquage".

 

 

Car Marine Le Pen raconte aujourd'hui le contraire et s'en prend "aux marchés financiers, aux miliardaires qui détricotent notre industrie" et veut, dit-elle, "en finir avec le règne de l'argent-roi." Mais c'est tout nouveau.

 

Aussi vous propose-t-on un petit quizz avec bien des surprises (attention, ne répondez pas "Front national" à chaque fois les yeux fermés, on a glissé des variantes étonnantes...).

 

1. Il est de notre « devoir » et de notre « intérêt, de respecter le droit des actionnaires », ces « pauvres actionnaires malmenés », menacés « encore de textes contraignants sur lesquels ils n'ont aucun contrôle ». Je veux redonner « la confiance aux investisseurs » parce que, c'est bien connu, sans « investissement, il n'y aura pas d'emplois », je suis un représentant...

·                     A. du RPR

·                     B. de l'UDF

·                     C. du PS

·                     D. du Medef

·                     E. du FN

2. Je réclame « la construction d'une Europe politique, économique et militaire » dans une intervention qui « se termina aux accents de L’Ode à la joie de la IXe symphonie de Beethoven », l’hymne européen, je veux lier l'indépendance de notre pays « à celle de l'Europe et de l'Occident », je suis...

·                     A. Jacques Delors (PS)

·                     B. Nicolas Sarkozy (RPR)

·                     C. Jean-Marie Le Pen (FN)

·                     D. Robert Hue (PCF)

·                     E. François Bayrou (UDF

 

3. « Nous approuvons pleinement les principes d’une privatisation de grande envergure comme celle que vous nous proposez. Que l’État se consacre d’abord à ses missions premières et que l’économie redevienne l’apanage de la société civile ! » Qui nous a offert cette formidable tirade sur la politique économique du pays ?

·                     A. Bruno Mégret (FN)

·                     B. Patrick Devedjian (RPR)

·                     C. Raymond Barre (UDF)

·                     D. François Périgot (Medef)

4. « Ils ferment nos usines. Ils fabriquent à l’étranger. Fabriquons français. […] Produire Français : Nous importons 50 % de ce que nous consommons, c’est trop… La France doit se défendre contre la pénétration des firmes étrangères. »

Le « produire français », une idée de...

·                     A. François Bayrou (Modem)

·                     B. Arnaud Montebourg (PS)

·                     C. André Lajoinie (PCF)

D. Marine Le Pen (FN)

 

 

5. Qui soutenait en 2004 que l'« abaissement massif des charges » pèse « sur les ménages et les entreprises… Aux États-Unis, les charges fiscales et sociales sont moins lourdes qu’en France…Une grande réforme fiscale allégeant de 350 milliards de francs le fardeau des impôts, taxes et cotisations étouffant nos entreprises, les familles et les Français » ?

·                     A. Patrick Balkany (UMP)

·                     B. Marine Le Pen (FN)

·                     C. Laurence Parisot (Medef)

D. Jean-Louis Borloo (UDI)

 

Vous pouvez retrouver Emmanuel Todd et François Ruffin chez Daniel Mermet, dans l'émission du 24 mars de Là-bas si j'y suis sur France Inter.

Fakir, c'est avant tout un journal. Pour retrouver notre dernier numéro "Vos hormones sont-elles de gauche ?" ou vous abonner, consultez notre site en ligne !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu