Avertir le modérateur

16/04/2017

-Les guerres cachées contre Daech

n

Si vaincre Daesch en Irak est difficile, elle est quasiment impossible en Syrie. 
 
 
 
 Témoignages rares Les guerres cachées contre Daech Arte 2016 11 08 20 50
 

"Un documentaire passionnant qui met parfaitement en perspective les enjeux géopolitiques et religieux de la lutte contre Daech dans tout le Moyen-Orient. Un décryptage extrêmement utile pour comprendre les failles de la coalition, le double-jeu de certaines puissances comme la Turquie ou l'Arabie-Saoudite, et la question délicate mais cruciale de l'après Daech."
 
 
 
La bataille pour Mossoul va-t-elle sonner le glas de l’'Etat islamique ? Depuis 2 ans, le monde entier a déclaré la guerre à Daech. Pourtant l’'organisation de l’'Etat Islamique est toujours là. Ce documentaire nous emmène des faubourgs de Mossoul à Dubaï, d’'Istanbul à Beyrouth, de Washington à Vienne, pour mieux décrypter les enjeux de cette "troisième guerre mondiale". OPINION: ISIL after Mosul - Insurgency and rivalry, Bilan de la guerre "contre le terrorisme"
 
"The battle for Mosul may be in its final stages, but so long as there is a market for extremist groups to offer protection and livelihoods to vulnerable populations, the shape-shifting war goes on"
 
« Mossoul tombera, la question c’est en combien de temps et avec combien de pertes »

’EI s’était emparé de Mossoul en juin 2014 à la faveur d’une offensive éclair qui lui avait permis d’occuper de vastes territoires au nord et à l’ouest de Bagdad dont il a, depuis, perdu l’essentiel.

Dimanche 19 février, l’armée irakienne a lancé une vaste offensive visant à récupérer l’ouest de la ville de Mossoul, considérée comme le dernier bastion important de l’organisation djihadiste Etat islamique en Irak.En progressant vers l'aéroport de la grande ville du Nord, l'armée irakienne a rencontré une forte résistance des djihadistes.Cliquez ici pour agrandir l'infographie Le village d'Albou Seif se trouve sur un éperon rocheux qui domine le fleuve Tigre. À l'est se dessine la partie orientale de Mossoul, tout juste reprise par les forces irakiennes. Au nord se devine l'aéroport de la ville, encore aux mains de Daech. C'est l'objectif de la Force de réaction rapide (FRR), les unités spéciales de la police irakienne, avec la base militaire de Ghazlani, attenante.C'est leur bataille. L'aéroport de Mossoul aurait dû être repris au mois de décembre dernier, voire plus tôt encore, mais les djihadistes se sont montrés plus coriaces que prévu Décryptage de cette nouvelle offensive avec Hélène Sallon, du service International du Monde..Hélène Sallon (Mossoul (Irak), envoyée spéciale) La longue bataille qui s’engage pour reprendre aux djihadistes ces trois derniers kilomètres carrés et la symbolique mosquée Al-Nouri, où le calife autoproclamé de l’EI, Abou Bakr Al-Baghdadi, a fait sa seule apparition publique, le 4 juillet 2014. Toutes les forces de sécurité – forces antiterroristes, armée et police fédérale – ont été mobilisées. There are more than 5,100 US forces in Iraq, and up to about 500 in Syria.  contre 2000 combattants de Daesch  Source: News agencies

L’Etat islamique  a t'il fait exploser la mosquée Al-Nouri, emblème historique de MossoulGuerre de communiqués 

 Daech a commis un nouveau crime historique en faisant exploser la mosquée Al-Nouri et la Hadba », s’est empressé de communiquer le responsable de l’offensive de Mossoul, le général Abdoulamir Yarallah, devançant les accusations de l’EI. Par la voix de son agence de propagande Aamaq, le groupe djihadiste a imputé la responsabilité de ces destructions à l’aviation américaine.

Lire aussi :   Les forces irakiennes ont lancé l’assaut sur la vieille ville de Mossoul

lecture du matin... malheureusement toujours d'actualité.

Dans son dernier ouvrage, le politologue revient sur sa vision de l’islam politique comme une réaction identitaire à la domination coloniale. Pour lui,…
LIBERATION.FR
 

Les responsables de la coalition anti-EI ont dû multiplier les démentis pour tenter de désamorcer une polémique à même de fédérer la colère de millions de musulmans sunnites, au moment même où ils célébraient la nuit du destin, au cours de laquelle, selon la tradition, l’ange Gabriel a révélé le Coran au prophète Mahomet

« L’EI l’a détruite par fierté. Abou Bakr Al-Baghdadi a été le premier chef djihadiste à faire un discours public et médiatisé dans un lieu aussi symbolique. Daech ne voulait pas voir les forces irakiennes reconquérir la mosquée et y parader », analyse le colonel Arkan.La mosquée Al-Nouri de Mossoul, emblème de la ville mais aussi des djihadistes

 

 
 

Le 23 juin

« Un membre de Daech a 75 % de chances de passer entre les mailles du filet, parmi le flot de réfugiés, soit parce que les listes antiterroristes ne sont pas à jour, soit parce qu’ils étaient adolescents quand ils ont rejoint Daech », dit, sans illusion, le colonel Arkan Fadhel, des forces antiterroristes.

 
L’émergence de l’EI est due à la marginalisation des sunnites d’Irak depuis 2003. Si, une fois reprise, Mossoul n’est pas confiée, d’une manière ou d’une autre, à une administration à dominante arabe sunnite, le terreau sur lequel a fleuri le djihadisme sera inchangé : l’EI aura été démantelé, mais le radicalisme islamiste renaîtra sous une autre appellation, au prétexte de la défense des sunnites. Entre les différentes forces qui progressent vers la « capitale » de l’EI en Irak, il y a un plan de bataille commun, mais, hélas, pas d’accord politique pour le jour d’après la victoire militaire. Cent ans après les accords Sykes-Picot qui ont tracé ses frontières, la région est en proie au chaos. Un « grand jeu » dont l’Iran est le gagnant.Analyse. La conquête des quartiers rebelles de la ville par les troupes de Bachar Al-Assad ébranle le système des Nations unies, paralysé comme aux pires moments de la guerre froide par les vetos russe et chinois.
 
Alep, Mossoul. Deux batailles distinctes, avec des coalitions différentes, voire antagonistes, dans deux pays ­séparés. Et pourtant nul ne peut s’empêcher de dresser des parallèles, de chercher des similitudes ( cf Proche-Orient : le grand bouleversement) La Syrie et l’Irak sont les deux pays qui englobent les mosaïques communautaires les plus complexes (à l’exception du Liban) de cette région. Tous deux ont été dirigés par des juntes baasistes et confessionnelles. L’une, sunnite, de Saddam Hussein en Irak (jusqu’en 2003), et l’autre, alaouite, des ­Assad, qui s’accroche encore au pouvoir en Syrie, ont volé en éclats.

 

 Inside Story - Is ISIL embracing a new approach?

 

 

COMPTE RENDU L’Etat islamique accroît sa pression sur l’armée syrienne à Deir ez-Zor 14 Benjamin Barthe (Gaziantep, envoyé spécial) COMPTE RENDUL’EI lance une offensive majeure à Deir ez-Zor en Syrie 9 Madjid ZerroukyEn difficulté en Irak, l'Etat islamique progresse en Syrie - Le Monde

Source: News agencies

Né des braises non éteintes de l'occupation américaine en Irak, proliférant sur les décombres du conflit syrien,  . Le serpent qui se mort la queue : Alep, chronique d’une révolution impossible Et le régime joue à merveille de ses réticences. Il coopte, infiltre, distribue de l’argent, agite l’épouvantail du sectarisme, menace et surtout terrorise. Les meneurs les plus politisés disparaissent un par un LE MONDE |

ISIL is bitterly hostile to the Arab Gulf governments, which suspect it of trying to stoke a Sunni-Shia sectarian confrontation to destabilise and ultimately topple their governments.

 
 
In west Mosul, 'nowhere is safe for civilians'

A Mossoul, les civils paient un lourd tribut des bombardements anti-E in Mosul.  Middle East, Iraq, Battle for Mosul, Syria's Civil War, ISIS

 

 , what is behind what appears to be an increase in the number of air raids against ISIL? And why has there been a sharp increase in the number of civilian deaths?

Presenter: Martine Dennis

Guests:Mark KimmittAhmed RushdiChris Woods

Source: Al Jazeera News, COMPTE RENDU Irak : des dizaines de civils tués dans l’effondrement d’immeubles à Mossoul Hélène Sallo Civils tués à Mossoul: "une terrible tragédie" n 

Les djihadistes s’infiltrent derrière les lignes gouvernementales pour commettre des attaques meurtrières. LE MONDE |

Les forces irakiennes ont lancé l’assaut sur la vieille ville de Mossoul, A Mossoul, « les gens sont restés silencieux parce qu’ils ne comprenaient pas ce qu’était l’EI »

Les débats Au Kurdistan irakien, un référendum d’autodétermination à haut risque« Comment ne pas revenir de Bagdad avec des sentiments mêlés ? »A Mossoul, « les gens sont restés silencieux parce qu’ils ne comprenaient pas ce qu’était l’EI »Chris Hedges : « La démocratie américaine n’est plus qu’une façade »Proche-Orient : le grand bouleversement

 

 
 
Has the rule of engagement changed in Iraq? - Inside Story

Des membres du groupe Etat islamique ont tué des dizaines de civils cherchant à fuir Mossoul ces derniers jours, rapportent des témoins. Plusieurs de ces habitants ont été pendus à des poteaux électriques.Le conseil de sécurité de la région du Kurdistan a déclaré que le nombre de personnes tuées par les djihadistes lundi et mardi s'élevait à 140.

» Lire aussi - Irak : toujours plus nombreux, les civils fuient les combats à Mossoul LIRE AUSSI: » Mossoul: des civils exécutés par l'EI

READ MORE: Grief and questions amid wreckage of Mosul air strikesREAD MORE: Battle for Mosul - Civilians at 'grave risk' , Source: Al Jazeera and news agenciesBataille de Mossoul : la reprise de la deuxième ville d’Irak cartographiée jour par jour, , A dix mètres de la vieille ville de Mossoul PORTFOLIOLes civils de Mossoul-Ouest pris entre deux feux

How bad is the humanitarian crisis in Mosul? – Inside Story

 

Source: Al Jazeera and news agencies

 
 
Syrie: les enjeux de la difficile bataille de Raqqa contre Daech
 

Américains et Kurdes, d'un côté. Russes, Syriens et Iraniens de l'autre. Les protagonistes de la guerre contre les djihadistes sont nombreux. Et leurs agendas différents.

Après Alep, c'est la prochaine bataille de la guerre en Syrie. Une bataille pour le contrôle des régions à l'est du pays, vaste zone désertique le long de l'Euphrate qui coule vers l'Irak voisin. Cette lutte contre un ennemi commun - les djihadistes de Daech - attire de nombreux protagonistes. Soldats américains aux côtés des combattants kurdes, conseillers russes et miliciens iraniens épaulant l'armée syrienne lancée dans une course-poursuite vers Raqqa, alors que la Turquie, même écartée de ces grandes manœuvres, n'a pas dit son dernier mot. Cette bataille entérinera le partage de la Syrie en zones d'influences: le nord-est au profit des Kurdes ; la province d'Idleb au nord-ouest, dominée par les djihadistes de l'ancienne branche Al Qaida

  Après une période de calme relatif, la capitale irakienne fait face à une recrudescence d’attentats de l’Etat islamique depuis le lancement, le 17 octobre, de l’offensive pour reconquérir Mossoul, la deuxième ville du pays et le plus important bastion de l’organisation extrémiste L'État islamique fait plus de 120 morts dans des attentats en Irak et au Pakistan, 
 
Pendant plus de trente ans, Islamabad a soutenu des groupes djihadistes pour satisfaire ses intérêts stratégiques. Plus largement, aujourd'hui, les talibans pakistanais menacent directement l'État. Islamabad n'a pas à chercher bien loin les racines du problème. 
 
ÉDITORIAL • De la guerre froide au Grand Jeu
 Veto russe et chinois sur la Syrie, menace israélienne de frappes en Iran, tergiversations occidentales, succession périlleuse en Corée du Nord...
 
What is the endgame for the US offensive against ISIL? Middle East, Syria's Civil War, United States, War & Conflict, ISIS
 

US marines are being sent to Syria to reinforce the fight against the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL, also known as ISIS (ISIL/ISIS)) armed group.Source: Al Jazeera News

 
 
Après le choc d’Alep, les rebelles modérés obligés de jouer le jeu de Moscou

« Le jeu de l’allégeance a fonctionné à plein. Chacun des patrons de la rébellion a fait pression sur ses protégés », affirme un diplomate occidental. « Le cessez-le-feu est violé entre dix et vingt fois tous les jours, mais ces violations sont minimisées politiquement car il y a une volonté très forte qu’Astana se fasse », reconnaît un autre diplomate

 
Après Daech, naissance d'un État terroriste, Jérôme Fritel a de nouveau enquêté sur les coulisses d’une guerre qui a balayé les frontières tracées depuis un siècle et d'ores et déjà changé le cours de l’histoire. De l’ancien gouverneur de Mossoul, qui dirige aujourd'hui une armée de 4 000 hommes financée et entraînée par les Turcs, au numéro 2 du Hezbollah libanais, bras armé de l’Iran en Syrie, en passant par le dernier ambassadeur américain à Damas, ce documentaire donne la parole aux acteurs de premier plan dans le conflit. Il nous emmène des faubourgs de Mossoul à Dubaï, d’Istanbul à Beyrouth, de Washington à Vienne, pour mieux décrypter les enjeux et les réalités de ces "guerres cachées".
 
Au fil de son enquête — des environs de Mossoul à Dubai, en passant par Istanbul, Beyrouth, Vienne et Washington —, Fritel décrypte les enjeux cachés de cette lutte contre l'internationale de la terreur. Montrant qu'elle fait écran à un autre affrontement des puissances réunies sous la même bannière, pour le contrôle des terres et des populations dans le territoire aujourd'hui détenu par Daech.
 

Bras de fer entre les Etats-Unis, Bachar el Assad et l’Iran dans le désert syrien

Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris). , les incidents se multiplient autour de la bourgade syrienne d’Al-Tanf, contrôlée par les Etats-Unis à la jonction des trois frontières entre la Syrie, la Jordanie et l’Irak.

L’affaire d’Al-Tanf prouve une fois encore que la priorité affichée par les uns et les autres dans la lutte contre Daech masque mal d’autres confrontations larvées ou ouvertes. Elle illustre aussi, à une échelle encore très limitée, les risques d’une escalade entre Washington et Téhéran, après le discours de combat tenu le mois dernier par Donal Trump à Riyad. Pour l’heure, c’est encore la phase d’approche dans ce duel paradoxal en plein désert syrien.La coalition sous commandement américain a abattu dimanche après-midi ( 18 juin 2017)  , annonce l'armée syrienne.

L'Australie suspend ses frappes en Syrie Cette décision est la conséquence de la brutale montée des tensions entre les Etats-Unis et la Russie à la suite de la destruction d'un avion des forces gouvernementales syriennes qui a été abattu dimanche dans le secteur de Rakka par un F/A-18E Super Hornet des forces américaines.

Are the US and Russia headed for a conflict in Syria? Russia warns the US and its allies that it will shoot down any aircraft flying west of the Euphrates river. War & Conflict, Syria's Civil War, Middle East, United States, Russia  

A lire ISIS The rise and fall of ISIL explained

Escalade sérieuse

Ce carrefour stratégique, à mi-chemin entre Damas et Bagdad, se trouve au croisement des frontières irakienne, syrienne et jordanienne. 

Lire aussi :   La discrète bataille pour la frontière irako-syrienne

Toutefois, l’objectif du régime ne semble pas être Rakka, mais plutôt d’empêcher les forces soutenues par les Occidentaux de s’emparer de la province de Deir ez-Zor, riche en pétrole. L’armée syrienne a chassé l’EI de plusieurs zones dans la Badiya, le grand désert syrien oriental, et a atteint, le 9 juin, la frontière irakienne, où des rebelles soutenus par Washington ont établi une base au niveau du poste-frontière d’Al-Tanf.

L’Arabie saoudite dit avoir capturé des gardiens de la révolution iraniens dans le golfe Persique LE MONDE |  Par Louis Imbert . Les autorités iraniennes avaient accusé vendredi les gardes-côtes saoudiens d’avoir ouvert le feu sur des bateaux de pêche iraniens, , selon M. Aghababie.

Riche en pétrole et auréolée d’un passé illustre, la grande cité du nord de l’Irak reste un objet de convoitises. Les multiples communautés qui y vivent ont été tour à tour victimes et bourreaux des forces qui cherchent à s’en emparer. 

Près de quatre-vingt-dix ans après leur découverte, les ressources pétrolières de Kirkouk sont toujours au cœur des tensions politiques autour de la ville. L’enjeu est de taille, le volume de brut récupérable des champs pétroliers géants de Kirkouk étant estimé à 40 % de l’ensemble des réserves de brut de l’Irak, deuxième pays producteur, derrière l’Arabie saoudite, de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).


RÉCIT
Irak : Kirkouk, la guerre d’après par  Allan Kaval (Kirkouk (Irak), envoyé spécial

 

Ces richesses considérables et convoitées se trouvent cependant dans une zone grise, disputée depuis 2003 et la chute de Saddam Hussein entre le gouvernement de Bagdad et les factions kurdes qui jouissent d’une large autonomie dans le nord du pays. Cette zone est aujourd’hui plus troublée encore par la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI).

 

Les revenus des champs de pétrole de Kirkouk sont répartis à égalité entre l’Etat irakien et le gouvernement de la région autonome kurde (GRK).

RÉCIT Irak : le pétrole, manne considérable et convoitée Allan Kaval (Kirkouk, Irak, envoyé spécial)

Si la population ne faisait pas suffisamment les frais de la guerre contre Daesch, ISIL continue d'imprimer son empreinte sur la région. cette fois si, cela est lié aux incendies intentionnels de Daesch ' (massive oil fires ) pour que dans leurs fuite, ils puissent freiner l'avancer des forces de la coalitions, des milices chiites et de l'armée Syrien. Bref, pratiqué la terre brûle. ... Cela a de grave répercutions / retombée environnementale et sanitaire  à  Qayyara. source of incomeIN PICTURES: ISIL's blazing trail of destruction in Qayyara
 
 
Le plus inquiétant, dans ce grand jeu de culbuto mondial, est, comme le soulignent les divers interlocuteurs de Fritel, que « bombarder sans avoir de programme politique sérieux derrière » est la porte ouverte au chaos. —

Les autorités iraniennes ont annoncé le 10 février 2017 le démantèlement près de Téhéran d'une cellule terroriste liée à l'Etat islamique qui cherchait à "saboter" les manifestations liées au 38e anniversaire de la Révolution de 1979. 

La Russie et le régime syrien sont en train d'envoyer des "convois humanitaires" dans une zone du nord de la Syrie tenue par des alliés des Américains, a indiqué vendredi le Pentagone. 

» Lire aussi - La Turquie et la Russie s'accordent sur un cessez-le-feu en Syrie

La Turquie et l’Iran s’affrontent de plus en plus ouvertement

Le rôle du PKK est au centre de la rivalité entre les deux puissances sunnite et chiite.Malgré leurs rivalités ancestrales, Ankara et Téhéran s’étaient toujours gardés d’exposer ouvertement leurs divergences mais, cette fois-ci, la tension est palpable

COMPTE RENDU La Turquie et l’Iran s’affrontent de plus en plus ouvertement

"The regime forces are now 1.5km from Al Bab city," the SOHR said.

Inside Story - What are President Putin's plans for Syria?

L'histoire sans fin contre...

 n Anecdotique au niveau militaire, le transfert finalement réussi des combattants de l’EI n’en reste pas moins révélateur de la complexité des rapports de force sur le terrain syrien. Face à l’intransigeance supposée de la coalition internationale, ce sont finalement les intérêts militaires immédiats de Moscou et de Damas qui ont primé et ont permis aux djihadistes de rejoindre les leurs – eux-mêmes défaits sur la rive occidentale de Deir ez-Zor par l’offensive russo-syrienne.

 n FOCUS « Pourquoi l’intervention militaire russe en Syrie est un succès » 63 Dans son blog, l’historien Michel Goya explique comment l’intervention militaire russe en Syrie, commencée en 2015, a atteint son objectif premier : sauver le régime de Bachar Al-Assad. 

« Au regard des résultats obtenus, il est incontestable que les Russes ont une productivité opérationnelle (le rapport entre les moyens engagés et leurs effets stratégique) très supérieure à celle des Américains ou des Français.

La stratégie du « piéton imprudent » des Russes

« Le dispositif russe, engagé massivement et par surprise, a d’emblée été complet. Il n’a pas été précédé d’une phase déclaratoire, ni graduellement diversifié et renforcé comme celui de la coalition américaine (chasseurs bombardiers, puis avions d’attaque, puis hélicoptères d’attaque, puis pièces d’artillerie, etc.).

« La guerre en Syrie est une guerre « mosaïque », c’est-à-dire qu’elle n’engage pas deux camps mais plusieurs, à l’instar de la guerre civile au Liban de 1975 à 1990. Ces camps et leurs sponsors ont des objectifs différents qui les amènent à converger ou diverger selon les situations, ce qui rend le conflit à la fois complexe et stable. Un paramètre essentiel est qu’en général, les sponsors rivaux, en particulier les Etats-Unis et la Russie, n’ont aucune intention de s’affronter directement et évitent donc, pour en limiter le risque, de se rencontrer. Par voie de conséquence, l’occupation éclair du terrain par l’un empêche mécaniquement l’autre, placé devant le fait accompli, d’y pénétrer. C’est la stratégie du « piéton imprudent » qui traverse une route et oblige les conducteurs de voitures à s’arrêter, que l’URSS et la Russie ont pratiqué régulièrement.

« L’élément-clé de la doctrine russe reste les opérations combinées. Elles visent à s’emparer de points-clés, à disloquer des dispositifs ennemis, et, pour certaines factions avec qui il est possible de négocier, à exercer une pression suffisante sur elles et les populations environnantes pour les amener à céder, quitte à accepter – c’est une particularité du conflit – des transferts de combattants.

« Les opérations de 2016 et surtout de 2017 sont la preuve de l’excellence maîtrise désormais acquise dans l’organisation des opérations combinées. On est très loin des cafouillages survenus lors de la guerre de 2008 contre la Géorgie.

 
Tests par les Russes de matériels et méthodes nouveaux

« L’intervention est évidemment l’occasion pour les forces armées russes d’expérimenter des concepts originaux. Le premier est le SVP-24 (pour Special Computing Subsystem), un système utilisant la navigation satellitaire russe, pour déterminerl’enveloppe optimale de largage d’une munition « lisse » [non guidée]. Il permet de disposer avec une flotte rustique d’une capacité de frappes proche d’une force plus sophistiquée et bien plus coûteuse.

Le deuxième est l’idée de renouer avec l’« infanterie motorisée ultra-légère », autrement dit une infanterie dotée de véhicules tous terrains légers et rapides. Le dernier est le « véhicule d’escorte », aperçu depuis cet été. C’est un véhicule intermédiaire disposant d’une très grande puissance de feu de saturation, complémentaire d’un char de bataille. Il constitue une remarquable arme « anti-antichars » (mais aussi antiaérienne et peut-être antidrone) et favorise l’emploi des chars de bataille, notamment en milieu urbain. Avec seulement un véhicule et trois hommes d’équipage, il est peut-être aussi efficace qu’un peloton d’appui direct complet des régiments Leclerc, avec ses trois VAB canons de 20 mm. Il constitue également un excellent moyen d’appui direct de l’infanterie. »

  

 10/02/2017
Les guerres cachées contre DaechLe bourbier: l'impossible coalition contre Daech 2016 FRENCH HD

-



n Iran: la fin de la sanctuarisation du pays Par Georges Malbrunot 

DÉCRYPTAGE - Daech a revendiqué les attaques coordonnées qui ont ensanglanté Téhéran. L'Iran n'est plus à l'abri d'attentats commis par son ennemi juré.

De Daech en passant par ses opposants sunnites voire kurdes, l'Iran compte de nombreux ennemis sur son territoire. Son engagement militaire aux côtés des pouvoirs chiites irakiens et syriens contre des groupes terroristes sunnites lui a valu d'être dans le viseur de l'État islamique.Plus encore qu'Al Qaida, Daech a fait des «hérétiques chiites» ses premiers ennemis. Téhéran en a été rapidement conscient

«Conquérir l'Iran et le rendre à la nation musulmane sunnite»

Daech a réussi à mettre ses menaces à exécution: en mars, l'EI avait publié une vidéo en persan affirmant que le groupe allait «conquérir l'Iran et le rendre à la nation musulmane sunnite». En Iran, les djihadistes - instrumentalisés ou pas par les ennemis saoudiens de Téhéran, comme le confie au Figaro, le patron du Conseil national de sécurité, le général Ali Shamkhani - ont à leur disposition de nombreux relais

Dans sa guerre contre Téhéran, l'Arabie est soutenue par Donald Trump. Quelle sera la réponse de l'Iran? Assurément, une intensification de son combat contre Daech. Ce qui veut dire un renforcement probable de son soutien aux milices chiites irakiennes qui lui sont proches, ainsi qu'en Syrie. C'est exactement le contraire de ce que cherche Donald Trump. Téhéran devrait également procéder à une réponse asymétrique contre «les incubateurs» de Daech, comme on les appelle en Iran. Cette riposte asymétrique pourrait voir l'Iran alimenter les fronts de cette guerre par procuration que se livrent Riyad et Téhéran. Au Yémen, peut-être, mais surtout à Bahreïn, voire dans les provinces orientales de l'Arabie où la minorité chiite est victime de ségrégation de la part du pouvoir saoudien

 La coalition dirigée par les Etats-Unis et les forces pro-Assad sont en concurrence pour cette zone stratégique.

OMPTE RENDULa discrète bataille pour la frontière irako-syrienne Hélène Sallon

Paris embarrassé par les tensions dans le Golfe

La France entretient avec l’Arabie saoudite et le Qatar d’importantes relations économiques, militaires et stratégiques, obligeant les diplomates à un délicat exercice d’équilibre.LE MONDE |

Cette crise n’en est pas moins la plus grave depuis la création du Conseil de coopération du Golfe (CCG), en 1981. En 2014, Riyad, Abou Dhabi et Manama avaient retiré pendant huit mois leurs ambassadeurs du Qatar, sans aller jusqu’à une rupture des relations diplomatique et à l’instauration d’un blocus contre l’émirat, accusé pêle-mêle de complaisance avec l’Iran et de soutien aux mouvements djihadistes comme aux Frères musulmans.

A lire Syrie : mission impossibleSyrie : mission impossible Créé le mardi 07 mars 2017 Alep, chronique d’une révolution impossible A lire Sarout, icône de la révolution syrienne, rejoint l'EI - Le MondeUne figure de la révolte syrienne rejoint l'État islamique - Le FigaroDaech, al-Nosra, Armée de l'Islam : les sept familles du djihad en SyrieLES DERNIERS HOMMES D'ALEP

Syrie: la nouvelle alliance djihadiste jure de chasser Assad

ARTE+7 | Les guerres cachées contre Daech

  

09/04/2017

La fin des chrétiens d'Orient ?

n

on nous parlent rarement des non croyants que l'on tuent .et encore moins qui comme moi sont contre toute forme de religion le considérant comme secte .je suis un libre penseur anarchiste libre .je ne juge pas je dit ce que je pense au non de ma liberté

discrimination des non-croyants, athées, agnostiques etc par le monde.
Tout en sachant qu'un(e) non croyant ( ou un(e) apostat) peut être condamné à mort dans encore beaucoup de pays.

https://fr.wikipedia.org/…/Discrimination_contre_les_ath%...

Aucun texte alternatif disponible.
 
J’aime Afficher plus de réactions
 

Maronites, coptes, chaldéens, syriaques... vous ne savez peut-être pas situer ces communautés chrétiennes sur une carte du Moyen-Orient. Hâtez-vous de voir ce documentaire avant qu'elles aient entièrement disparu. Alors qu'ils représentaient un habitant sur quatre de la région au début du XXe siècle, les chrétiens d'Orient ne sont plus...Lire la suite de la critique
 
La fin des chrétiens d'Orient ? - ARTE - YouTube

 

Minée par les persécutions, l'exil et le recul de ses droits, la communauté chrétienne va-t-elle disparaître du Moyen-Orient ? Un saisissant panorama de sa fragile condition dans cinq pays : l'Irak, la Syrie, la Turquie, l'Égypte et le Liban.Minée par les persécutions et l'exil, la communauté chrétienne va-t-elle disparaître du Moyen-Orient ?Minée par les persécutions, l'exil et le recul de ses droits, la communauté chrétienne va-t-elle disparaître du Moyen-Orient ? Un saisissant panorama de sa fragile condition dans cinq pays : l'Irak, la Syrie, la Turquie, l'Égypte et le Liban.Réalisation : Didier Martiny(France, 2015, 87mn) ARTE FPlus d'informations :http://www.arte.tv/guide/fr/060824-000-A/la-fin-des-chret...
 
é.» Egypte: un attentat fait au moins 22 morts dans une église copte

» Égypte : l'EI revendique les deux attentats contre des églises coptes Un premier attentat  à Tanta, au nord du Caire, avant qu'une seconde explosion  devant une autre église copte à Alexandrie. 

OPINION: Sinai insurgency - An enduring riskREAD MORE: Egypt's Coptic Christians flee Sinai after killings

Source: Al Jazeera News Middle East Egypt War & Conflict

e président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a demandé  à l'armée de déployer des forces pour protéger les "infrastructures vitales" du pays, après des attentats meurtriers revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) contre deux églises coptes. L Ces nouvelles attaques contre les chrétiens égyptiens interviennent quatre mois après un attentat suicide spectaculaire, revendiqué par l'EI contre l'église Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire. Vingt-neuf personnes avaient péri. Les Coptes orthodoxes d'Egypte représentent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient, constituant 10% des 92 millions d'Egyptiens, et l'une des plus anciennes.

Inside Story: Why is Egypt's Christian minority targeted?

 

L’organisation Etat islamique (EI) a revendiqué dans la journée ces deux attentats. La branche égyptienne du groupe djihadiste avait récemment appelé à viser la communauté copte. La communauté chrétienne des coptes d’Egypte est régulièrement la cible d’attaques. Cet attentat survient avant une visite du pape François prévue les 28 et 29 avril en Egypte et quatre mois après une attaque, menée par un kamikaze, qui avait fait une trentaine de morts dans une église copte du Caire. En la revendiquant, l’organisation djihadiste Etat islamique avait affirmé sa détermination à continuer les attaques contre « tout infidèle ou apostat en Egypte et partout ».
 

Des centaines de chrétiens d'Irak se sont rendus dimanche à Qaraqosh pour célébrer les Rameaux dans les ruines d'une église incendiée par les djihadistes de l'Etat islamique pendant l'occupation de la ville. Une procession dans les rues de Qaraqosh derrière une banderole proclamant: "En temps de guerre nous apportons la paix". 

Même si l'EI a été chassé de la ville, les chrétiens savent que leur communauté aura bien du mal à renouer avec son histoire deux fois millénaire dans la région.

Pourquoi les Coptes égyptiens sont une cible prioritaire des islamistes

90% des Chrétiens d'Orient sont égyptiens, rappelle Marc Fromager, le directeur de l'AED. L'Egypte est le verrou permettant la jonction entre le Moyen-Orient et l'Afrique, qui permettrait d'établir le califat rêvé des islamistes.

Le président al-Sissi a immédiatement décrété trois mois d'état d'urgence. C'est un signe fort envoyé vers la communauté chrétienne mais c'est également l'indication d'une juste évaluation de la situation: l'Egypte est en guerre! Les Frères musulmans, les divers groupes islamistes et, sur le devant de la scène, l'Etat islamique, lui ont déclaré la guerre.

Leur objectif est multiple mais consiste avant tout à prendre le pouvoir en vue de récréer le Califat. Outre les opérations militaires et terroristes pour prendre le contrôle du territoire, leur stratégie passe également par une certaine homogénéisation de la population - elle doit non seulement être musulmane mais également acquise à l'islam radical revendiqué par ces groupes. Cela se traduit par la conversion ou l'exclusion des minorités religieuses, dont bien sûr les chrétiens.

La terreur de l'Etat islamique et des groupes islamistes affidés consiste donc entre autres à éradiquer la présence chrétienne au Moyen-Orient. Sur l'Irak et la Syrie, le projet est déjà bien avancé. C'est maintenant le tour de l'Egypte dont on peut imaginer que les attentats ne font que commencer. Pourquoi l'Egypte et pourquoi maintenant?

 
“Vers la disparition des chrétiens d'Orient?” – une ... - Dailymotion

 La pression supplémentaire - ou enfin réelle - qui s'exerce sur l'Etat islamique en Syrie, mais surtout en Irak, les pousse à accélérer leur investissement sur le terrain égyptien, l'idée ayant toujours été d'opérer la jonction entre le Moyen-Orient et l'Afrique, que ce soit par la Libye - et notre destruction du pays leur a bien rendu service - ou par la Bande sahélo-saharienne. Or, l'Egypte est le verrou qui empêche pour le moment cette jonction.

L'Egypte, réservoir démographique des Chrétiens d'Orient

90% des chrétiens d'Orient sont donc égyptiens et on comprend mieux pourquoi ils constitueront de plus en plus une cible prioritaire pour l'Etat islamique.

Seuls 1,5% des fonctionnaires égyptiens sont chrétiens. Vous avez dix fois moins de chances de trouver du travail lorsque vous êtes chrétien.

Si les chrétiens excédés finissaient par se révolter contre les autorités égyptiennes, l'Etat islamique aurait fait d'une pierre deux coups: fragiliser le gouvernement égyptien dont il veut récupérer le pouvoir et accélérer la disparition des chrétiens dont la réaction susciterait un surcroît de violence à leur encontre.On peut donc imaginer que, non seulement ces attentats ne seront pas les derniers mais que la pression à l'encontre des chrétiens en Egypte ira en s'aggravant, si tant est que ce soit possible au vu d'une situation déjà très tendue

 

La rédaction vous conseille

LIRE AUSSI :

» Chrétiens d'Orient : la disparition en silence

» Le timide soutien de la France aux chrétiens d'Orient 

La fin des chrétiens d'Orient ? - l'indigné

La fin des chrétiens d'Orient ? - citizen khane

La fin des chrétiens d'Orient ? | ARTE Info

EN IMAGES - Les chrétiens irakiens célèbrent les Rameaux près de Mossoul

LIRE AUSSI :
» Syrie: les négociations politiques en panne sèche
» La trêve en Syrie ne tient plus
n
 Mardi 17 20:55 - 22:30 La fin des chrétiens d'Orient
La fin des chrétiens d'Orient ? | ARTE


Documentaire
Réalisé en 2016 par  Didier Martiny
Fiche programme
 
Le 06 mars 2017 à 22h28
La fin des chrétiens d'Orient ?

"et l'homme créa les dieux"

Middle East Egypt ISIS

28/03/2017

What is a famine?

n

 « Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

 A lire  De la servitude moderneEcolos : ennemis d'Etat

Sixième extinction : le monde s'achèvera-t-il sans l'homme ?La liste des espèces menacées de disparition s'allonge et Homo sapiens y est pour beaucoup, rappelle le biologiste et essayiste Jean-François Bouvet (1). Global mass extinction' SSixième extinction : le monde s'achèvera-t-il sans l'homme ? Le Point‎ -

Je pourrais dire plein de pharses pour décrire la connerie crasses de certains, l'égoisme, l'appat du gain et le fais de se croire tout permis lorsque l'on a de l'argent. Au lieu de cela, je préfère vous mettre cette vidéo.
 

 

Cours camarade le vieux monde est derrière toi !"
(mais il s'accroche comme une sangsue de la famille des vampires.) 

Qui s’indigne qu’une famine, la plus importante depuis 1945, menace actuellement 30 millions de personnes dans quatre pays du monde ? Nos Voix contre la Famine n 20 millions de personnes risquent de mourir de faim au Nigéria, en Somalie, au Yémen et au Soudan du Sud. Brisons l'indifférence contre la famine.En savoir plus sur URGENCEFAMINE.ACTIONCONTRELAFAIM.ORG  Nicolas Hernandez Cointot 402 commentaires 3,7 K partages

Le monde vit sa pire crise humanitaire depuis la guerre C'est un appel de fonds record que vient de lancer l'ONU : plus de 22 milliards de dollars pour financer ses programmes d'aide humanitaire en 2017. C'est le montant le plus élevé jamais demandé. A titre de comparaison, cette somme n'était que de 2,7 milliards de dollars en 1992. Près de 93 millions de personnes vulnérables pourraient en bénéficier. L'Agence précise que 80 % des besoins sont liés à des conflits. Syrie, Soudan du Sud et Yémen seront les principaux "bénéficiaires" des aides

La journée d’ouverture, jeudi 20 juillet, a permis à chacun d’affirmer ses positions avant les ateliers qui débutent à la rentrée. La crise de l’agriculture monopolise l’attention aux Etats généraux de l’alimentation LEMONDE.FR

Mais c’est sur le fond que des craintes et quelques critiques se sont exprimées chez certains intervenants. La journée est en effet restée très focalisée sur l’agriculture. « Je ne suis pas sûr que ces Etats généraux soient bien nommés, ce sont les Etats généraux de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Sur les quatorze ateliers, seuls quatre sont consacrés à l’alimentation. J’espère qu’il n’y a pas un malentendu avec les consommateurs », a ainsi déclaré Alain Bazot, président de l’association UFC-Que choisir.

Lire aussi :   Du paysan à l’assiette, un modèle à revoir 

« Je pensais que ce serait des Etats généraux de l’alimentation, mais la détresse des agriculteurs, l’urgence de leur situation, a centré le débat sur la question agricole, note aussi Nicolas Bricas, chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), qui intervenait à la tribune sur le thème de l’agriculture durable et de la transition écologique. J’espère qu’il restera suffisamment de temps après octobre pour parler d’alimentation, y compris des limites de nos modèles alimentaires et de leurs conséquences sur la sécurité alimentaire des pays du Sud. » 

 
 
 « Une marchandise paraît au premier coup d'œil quelque chose de trivial et qui se
comprend de soi-même. Notre analyse a montré au contraire que c'est une chose très
complexe, pleine de subtilité métaphysique et d'arguties théologiques. »
Le Capital, Karl Marx

Pour la première fois en 10 ans, la faim progresse dans le monde

 Selon l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, en 2016, 815 millions d'êtres humains étaient concernés. Nous avons retenu trois chiffres pour tenter de comprendre.

38 millions de plus

Dans son rapport, l'ONU dénonce les conflits violents et le changement climatique comme principales causes. «Le nombre de conflits s'est accru au cours des 10 dernières années - en particulier dans des pays déjà en proie à une insécurité alimentaire marquée - et la violence qui en découle touche en grande partie les zones rurales. (...)

Sur les 815 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde, 489 millions vivent dans des pays touchés par des conflits, explique l'ONU.Le Soudan du Sud, théâtre d'une guerre fratricide, a d'ailleurs été touché par la famine pendant plusieurs mois au début de l'année 2017.

» À voir aussi - La crise humanitaire au Yémen, «une honte pour l'humanité» selon les ONG

» Lire aussi - Le cauchemar sans fin du Soudan du Sud

L'ONU s'est aperçu que 155 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent d'un retard de croissance. Ils sont donc trop petits pour leur âge. 52 millions d'enfants de moins de cinq ans, subissent quant à eux une

122 enfants souffrant de la famine vivent dans des pays touchés à des degrés divers par des conflits.

» Lire aussi - Près de 1,4 million d'enfants risquent de mourir de faim cette année

10 à 20% d'ici 2050

La hausse observée suscite de vives inquiétudes et constitue un obstacle de taille à la concrétisation des engagements internationaux visant l'élimination de la faim d'ici à 2030. «Nous n'éliminerons la faim et toutes les formes de malnutrition d'ici à 2030 que si nous nous attaquons à tous les facteurs qui compromettent la sécurité alimentaire et la nutrition. L'édification de sociétés pacifiques et inclusives est une condition nécessaire à cette fin», soulignent les auteurs du rapport.

 » Lire aussi - Faim dans le monde:catastrophe en 2050, Pour la première fois en 10 ans, la faim progresse dans le monde Par   Publié

 
 Le pétrole est plus difficile à remplacer, car il alimente nos véhicules. Le gaz est lui aussi dur à remplacer parce qu'il alimente nos maisons. Le charbon, par contre, peut très facilement être remplacé. Le passage du charbon au gaz a déjà commencé, ce qui explique une bonne partie des difficultés rencontrées aujourd'hui par la branche.

Quelles sont les secteurs sous pressions afin d’ affronter un monde à +2°C ?
Selon une hypothèse crédible Quatre secteurs: l'eau, l'ingénierie civile, le terrain, et la recherche agronomique.

Le secteur de l'eau devra faire face à d'importants bouleversements. Les besoins en eau douce ne cessent d'augmenter, même sans changement climatique. L'épuisement des nappes phréatiques et l'une augmentation de la population urbaine vont poser des problèmes d'approvisionnement à très court terme.

Les services (notamment ceux gérées par des entreprises publiques) pourraient voir leurs marges se réduire comme peau de chagrin, alors que les politiques tenteront de jongler avec les faits sur le terrain d'un côté et l'opinion publique de l'autre.Les sous-traitants en matière de services publics, par contre, profiteront de l'explosion de la demande en eau. La demande de nouvelles infrastructures – forage, tuyaux et stations de désalinisation – ne fera qu'augmenter.En l’état actuelle des choses, dans un monde de consommation de masse , il y aura un besoin croissant de nouvelles tech.Dans l'ensemble, l'ingénierie civile connaîtra des performances spectaculaires – m

 

L'agrobusiness et les entreprises biotechnologiques dans le domaine de la recherche agronomique sont un autre secteur fortement influencé. Les températures sont en augmentation. Les terres agricoles seront aussi de plus en plus sèches ou humides, selon l'endroit où elles se trouvent. A cela il faut ajouter un degré significatif d'imprévisibilité climatique, ).

"La demande de semences résistantes – à la chaleur, à la sécheresse ou au sel – va donc augmenter. Il est sans doute préférable d'investir dans une large gamme d'entreprises bien placées. Les semences technologiques, les produits chimiques agricoles et les entreprises d'OGM sont tous des secteurs prometteurs, mais il faudra répartir les risques pour vous assurer de détenir celui qui finira par bénéficier de la crise qui nous attend."

« En ce qui concerne l'agrobusiness, les modifications de l'utilisation des terres seront radicales : le potentiel est donc immense, qu'il s'agisse de parier sur une hausse ou sur une baisse.... Lorsque les terres arables laisseront place à des déserts, ou lorsque des terres marginales pourront devenir utiles à la production, il n'est pas difficile de voir comment des fortunes seront bâties... ou détruites. Quant à déterminer avec exactitude les terres affectées, c'est un sujet pour un autre article... »

0,5 % des terres cultivables disparaissent tous les ans !!! L’équivalent d’un cinquième du territoire français ! Déjà près du tiers des terres arables est devenu improductif, et la plupart ont été abandonnées d’un point de vue agricole, ces 40 dernières années. Les terres s’épuisent et risquent de ne plus pouvoir nous nourrir… Les causes ? L’érosion des sols, liée aux productions intensives et aux produits chimiques, le déclin de la biodiversité, ou encore la progression inexorable du béton des villes et des routes qui stérilisent nos sols… http://www.bastamag.net/article1730.html

  la publication de Action contre la Faim (France).

Sortie du 34ème numéro du magazine international Sans Frontières!
Les véritables enjeux derrière la #famine qui sévit actuellement en#Somalie, au #SoudanduSud, au #Yémen et au #Nigeria / Dossier sur#Haïti : des conséquences de l'#ouraganMatthew à la liberté de la presse en passant par une initiative de solidarité dans la communauté de #Sainte-Suzanne / La guerre des #ONG au Cameroun / L'ouvrage inspirant Nouvelles d'humanitaires.

Téléchargez votre exemplaire pour seulement 5.00$ ou 3,30 euros!http://www.boutiquesansfrontieres.com/…/magazine-numero-3...

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte
 

Afrique : sécheresse dramatique dans la Corne LE MONDE 

Depuis deux ans, une importante sécheresse concerne les pays de la Corne de l'Afrique. Conjuguée à l'instabilité géopolitique de ces pays, la sécheresse entraîne un véritable drame humanitaire.

 
 

Afrique dans la région du Sahel, durement frappée par la sécheresse. 18 millions de personnes sont au bord du gouffre, dont 1 million d'enfants qui risquent de mourir de faim.la communauté internationale a promis moins de la moitié de la somme requise. Les pays qui peuvent faire toute la différence sont la France, les États-Unis, le Japon et l'Allemagne, mais ils font défaut -D'ici quelques jours, les dirigeants du monde seront à Bruxelles pour discuter du Sahel -- s'ils s'engagent sur place à débloquer leur juste part d'aide, nous pouvons éviter une tragédie.

 Le phénomène El Nino, dans l'Océan Pacifique, pourrait réapparaitre cet été : quelles seraient les conséquences planétaires? Décryptage de la Chaîne Météo. Accueil > Actualités > Retour d'El Nino : quelles conséquences pour cet été ?

 

Une sécheresse aggravée par El Nino

Actuellement, une sécheresse sévit sur ces pays depuis deux ans, en liaison avec le phénomène El Nino qui repousse les pluies vers l'est de l'océan Indien. Les pluies qui tombent plus au sud, sur la ceinture tropicale, ne remontent plus vers le nord et ces pays sont privés d'eau.

 
 

Les plus récents

Parallèlement à cette fragilité face aux conditions naturelles, ces pays connaissent une grande instabilité géopolitique (guerres, exodes, crise économique), ce qui accroît la vulnérabilité des populations déjà en difficulté.

ENTRETIEN Crise humanitaire : « Nous avons échoué à prévenir les famines en Afrique »

Pour Claus Haugaard Sorensen, ex-directeur de l’action humanitaire européenne, l’aide au développement doit être massivement réorientée vers les régions vulnérables.Propos recueillis par Laurence Caramel LE MONDE Trop tard ? Trop peu ? Alors que vingt-huit pays d’Afrique auront besoin d’assistance alimentaire en 2017 et que des situations de famine sont déjà rapportées dans trois d’entre eux – Nigeria, Somalie et Soudan du Sud –, les questions reviennent sur l’efficacité des dispositifs de réponse aux crises humanitaires. Claus Haugaard Sorensen a été aux commandes du service d’aide humanitaire et de protection civile de l’Union européenne (ECHO) de 2011 à 2015 qui répond aux demandes d’assistance des Etats en finançant notamment les ONG qui interviennent sur le terrain. Il décrit un dispositif international saturé par la multiplication des crises.

 

« Nous sommes face à une tragédie ; nous devons éviter qu’elle devienne une catastrophe », a-t-il lancé, rappelant que tout est encore « évitable si la communauté internationale prend des actions décisives ».

« Comme des mauvais fantômes, chacun a en mémoire les grandes famines d’Afrique de l’Est, comme dans les années 1980 en Ethiopie, mais surtout celle de 2011 dans la Corne de l’Afrique », note Jordi Raich Curco, chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Somalie. La sécheresse avait fait plus de 260 000 victimes en Somalie. « La communauté internationale avait mis un temps invraisemblable à réagir. Quand l’état de famine avait été déclaré, tout le monde était déjà mort. Personne ne veut que ça se reproduise », rappelle M. Raich Curco.

Inside Story: Yemen is facing a famine - Will the international community help avert it? (25:00)
Accueil > Actualités > Afrique : sécheresse dramatique dans la Corne 
CatastropheVendredi 17 Mars 2017  05H52
 

 

« Grand cirque humanitaire »

Face à l’urgence, l’ONU, par son Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), a lancé courant février deux appels pour lever des fonds afin de récolter 825 millions de dollars (780 millions d’euros) pour venir en aide aux plus vulnérables en Somalie et 1,6 milliard de dollars pour le Soudan du Sud.

« Des montants complètement délirants, s’offusque un agent humanitaire travaillant à Nairobi. C’est le grand cirque humanitaire ! Personne ne se pose la question de l’accès aux populations ou de la logistique. Tout le monde a peur de reproduire les erreurs de 2011. C’est la politique du zéro regret”. Mais si on s’y prend mal, tout cet argent peut finir dans les poches de responsables corrompus et avoir nombre d’effets pervers. »

"La situation s'est détériorée au point de devenir une tragédie humaine, où plus de 20 millions de personnes font face à une insécurité alimentaire extrême", a estimé Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international.

 

 

Quelque 110 personnes sont mortes dans le sud de la Somalie jeudi et vendredi des conséquences de la sécheresse, a annoncé le Premier ministre somalien Hassan Ali Khaire.La Somalie a décrété fin février "catastrophe nationale" la grave sécheresse qui ravage le pays et menace environ trois millions de personnes, selon les ONG.Hunger, disease kill 110 people in Somalia over the past 48 hours, prime minister says http://aje.io/px6y The UN estimates that five million people nationwide need aid, amid warnings of a full-blown famine.

En attendant, tout le monde se prépare au pire. « Le meilleur des scénarios, c’est qu’il se mette à pleuvoir en avril-mai. Mais les experts sont pessimistes. Cette année, il est possible que la pluie ne vienne qu’en juillet – voire même pas du tout », estime M. Raich Curco. La sécheresse déstabilise déjà profondément les sociétés est-africaines.

Le manque d’eau potable fait craindre une recrudescence des maladies infectieuses, notamment du choléra dans le nord de la Somalie. Enfin, selon l’Unicef, la sécheresse a entraîné la fermeture temporaire de 578 écoles éthiopiennes et risque de pousser 110 000 Somaliens à quitter le système scolaire.

Les conflits et l’insécurité, principales causes de la famine en Afrique de l’Est

Au Nigeria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen, la crise humanitaire est davantage due aux guerres qui ravagent les territoires et les populations qu’au climat.

COMPTE RENDU Les conflits et l’insécurité, principales causes de la famine en Afrique de l’Est

Dans les pays plus solides, comme le Kenya ou l’Ethiopie, les gouvernants tentent tant bien que mal de faire face, organisant la distribution de nourriture. Mais en Somalie et au Soudan du Sud, Etats faillis sans infrastructures et ravagés par les guerres, la tâche est autrement plus délicate. Côté somalien, où se situe l’épicentre de la sécheresse, le CICR a certes commencé à distribuer de la nourriture à 140 000 personnes et prévoit d’en toucher 100 000 de plus sous peu. Mais le groupe Al-Chabab, allié à Al-Qaida, contrôle encore l’essentiel des campagnes et refuse leur accès à la quasi-totalité des organisations humanitaires.

Last week South Sudan was declared the site of the world's first famine in six years, affecting about 100,000 people. Here is an exploration of a term that evokes the very worst of human suffering

Hunger leads to stunted growth and affects cognitive development, and can lead to poor health throughout a person's life.

south sudan map famine united nations infographic

 

Au Soudan du Sud, la situation semble plus désespérée encore. Malgré la sécheresse qui frappe le Sud-Est, la famine est d’abord d’origine humaine, fruit d’un conflit meurtrier qui ravage le pays depuis quatre ans. Le gouvernement y a certes promis un accès au terrain pour les ONG. « Mais [il] n’est pas le seul acteur de ce conflit, déplore George Fominyen, porte-parole du Programme alimentaire mondial au Soudan du Sud. Une multitude de groupes armés incontrôlables aux alliances mouvantes sont impliqués. Cela nous empêche de nous rendre dans plusieurs régions où nous sommes encore obligés delarguer les vivres par avion. »

Le réchauffement climatique implique des investissements de long terme. « La situation actuelle en est le résultat direct. Et à l’avenir, les sécheresses seront plus nombreuses, plus régulières et plus intenses, rappelle Ibrahim Thiaw, directeur adjoint du Programme des Nations unies pour l’environnement(PNUE). Cette région a un besoin critique de mécanismes d’alerte et de prévention, d’infrastructures hydrauliques mais aussi de transformation de fond des méthodes agricoles pour s’adapter à un contexte d’aridité permanent, à l’image du Sahara central. » Autant de mutations que ni la Somalie ni le Soudan du Sud n’ont aujourd’hui les moyens d’entreprendre.

Retrouvez l’intégralité des contenus de notre journée spéciale sur la famine en Afrique et au Yémen LIVE Relisez témoignages, analyses et questions évoquées dans notre live consacré à la pire crise humanitaire depuis 1945.

La Somalie , les nouveaux foyers de conflit , La course à l'armement...Le monde sous les bombes

Pour le huffingtonpost.fr Plusieurs études font le lien entre le réchauffement climatique et les causes du terrorisme

Ces dernières années, plusieurs études ont découvert que la hausse des températures dans le monde était un facteur d’instabilité politique, créant ainsi les conditions favorables à l’émergence de groupes comme Daech.

Un article publié en mars par l’Académie américaine des sciences a conclu que le réchauffement climatique avait contribué au conflit syrien en aggravant la sécheresse qui sévissait dans le pays depuis 2006. Le manque de pluie a empiré la situation déjà critique des ressources hydriques et agricoles du pays, contraignant 1,5 million d’habitants des campagnes à se rapprocher des zones urbaines.

Le réchauffement va réduire les rendements agricoles de cultures comme le riz, le blé ou encore le maïs, selon les conclusions d'une équipe de chercheurs rendues publiques mardi.Les auteurs ont tiré leurs conclusions de 70 études déjà publiées et qui tentaient -à l'aide de méthodes très variées- de montrer les effets du réchauffement de l'atmosphère sur l'agriculture, soulignent les chercheurs, dont les conclusions ont été publiées mardi dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

"Chaque augmentation d'un degré Celsius de la température moyenne dans le monde réduit d'environ 6% le rendement du blé", selon ce document. Pour le riz, la baisse serait de 3,2% et pour le maïs de 7,4% pour chaque degré Celsius de hausse des températures, alors que "les estimations des rendements du soja ne changeraient quasiment pas".

Ces quatre plantes sont indispensables à la survie de l'humanité, à laquelle elles fournissent les deux tiers des calories ingérées.

Même si, dans certaines régions, une hausse des températures ferait augmenter les rendements, la tendance globale serait bien à la baisse et souligne la nécessité de trouver des moyens pour s'adapter au réchauffement du climat et pour nourrir une population mondiale en constante croissance, ont souligné les chercheurs.

 Pour le huffingtonpost.fr Plusieurs études font le lien entre le réchauffement climatique et les causes du terrorisme

Ces dernières années, plusieurs études ont découvert que la hausse des températures dans le monde était un facteur d’instabilité politique, créant ainsi les conditions favorables à l’émergence de groupes comme Daech.

Un article publié en mars par l’Académie américaine des sciences a conclu que le réchauffement climatique avait contribué au conflit syrien en aggravant la sécheresse qui sévissait dans le pays depuis 2006. Le manque de pluie a empiré la situation déjà critique des ressources hydriques et agricoles du pays, contraignant 1,5 million d’habitants des campagnes à se rapprocher des zones urbaines.

La guerre en Syrie a entraîné le déplacement de 5 millions de personnes

Près de 3 millions d’entre elles sont réfugiées en Turquie, selon les données du HCR.MIDDLE EASTSyria: 40,000 displaced as fighting rages near Hama

The Syrian army announced on Monday that it had retaken several villages initially captured by rebels at the beginning of the offensive.

Additional reporting by Dylan Collins: @collinsdyl 

Can Syrian rebels build on their Damascus attack? - Inside Story

 

Source: Al Jazeera and news agencies

Apocalypse now à Rakka ?

Les bombardements américains sur le barrage de Tabqa, au-delà des inondations catastrophiques qu’ils pourraient provoquer, relancent la propagande apocalyptique de Daech.

Les Etats-Unis de Donald Trump multiplient, au nom de la lutte anti-jihadiste, des bombardements aériens aux très lourdes conséquences : une cinquantaine de civils tués dans une mosquée de la province d’Alep, le 16 mars ; jusqu’à deux cents civils tués dans un bâtiment pilonné à Mossoul-Ouest, le lendemain. Mais c’est la frappe menée le 26 mars contre le barrage de Tabqa qui aurait pu avoir les plus graves conséquences.

 

 

DES CENTAINES DE MILLIERS DE VIES SUSPENDUES A UN BARRAGE

L’agence humanitaire de l’ONU (OCHA) a mis en garde contre les « implications humanitaires catastrophiques » de 

Daech a évidemment joué à plein du risque d’une rupture du barrage, ne serait-ce que pour se poser en défenseur d’une population de Raqqa qu’il tient pourtant sous un joug implacable. Les médias russes ou pro-Assad n’ont pas non plus raté cette occasion privilégiée de mettre en cause l’aveuglement des Etats-Unis et de leurs alliés face au sort de la population syrienne. Mais, derrière cette guerre de propagande, il est incontestable que le barrage est désormais au cœur d’une bataille acharnée entre, d’une part, les forces spéciales américaines et les miliciens kurdes, héliportés sur la rive sud de l’Euphrate, et, d’autre part, les jihadistes de Daech, pris entre deux feux.

Daech peut ainsi relancer un discours apocalyptique relativement mis en sourdine ces derniers temps. L’organisation d’Abou Bakr al-Baghdadi présentait en effet son combat en Syrie comme celui de la Fin des Temps, entre autres dans la ville emblématique de Dabiq.

Le pire n’est pas forcément sûr. Le barrage de Mossoul, conquis par Daech en août 2014, avait rapidement été libéré par une opération coordonnée entre les Etats-Unis et leurs alliés irakiens. Mais la conjonction présente entre une irresponsabilité américaine sans précédent et une propagande apocalyptique revigorée est pour le moins néfaste.

A Rakka, fief de Daech, des milliers de vies suspendues à un barrage POST DE BLOG

She just doesn't know what she will be going back to, or when.

Passport to Freedom - Al Jazeera World

 Source: Al Jazeera News

 

News REFUGEES

» Lire aussi: Corne de l'Afrique: la sécheresse menace 17 millions de personnes

WHO: More than 350,000 people are in need of urgent medical aid in Yemen's Taiz http://aje.io/gxfr

READ MORE: Dying of hunger - What is a famine?

North Syria exodus as families flee assault on ISIL http://aje.io/lwgy

Africa South Sudan Humanitarian crises Famine

Enjeux alimentaire, spéculation et chute tendanciel du taux de profit Créé le vendredi 06 juillet 2012

En RDC, la politique de la mort

Au cœur de la République démocratique du Congo, dont les structures étatiques sont en déréliction, une myriade de foyers de violence fait couler le sang.

La famine menace-t-elle l'humanité?De la servitude moderne"Le grand bond en arrière"fabrique des pauvres

COMPTE RENDU Conflits et climat : pourquoi les famines sont de retour 6 Laurence Caramel 

L'empilement des lois antiterroristes Créé le dimanche 27 mars 2016

Parler le fracas Créé le jeudi 12 mai 2016, EAST PUNK MEMORIES Créé le lundi 08 février 2016

Comment nourrir le monde en 2050 Par Enkolo dans Accueil le

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu