Avertir le modérateur

08/12/2016

Football Leak

n

 
 

euro 2016 but.jpg

euro 2016,foot,sport,télé,but,humour

Dans les pays démocratiques et développés, l’argent est devenu la seule balise. Après avoir été méprisés ou honnis jusqu’à la fin des années 1970 – une Rolls était alors le sommet de la ringardise –, le « fric » et ses attributs clinquants se sont imposés en force depuis les années 1990. Une caste étroite a vu son patrimoine et ses revenus grimper à des sommets inédits, pendant que se développait simultanément une grande classe pauvre de chômeurs, d’immigrants, d’employés saisonniers ou temporaires.Ces fortunes colossales et très visibles, accumulées par des financiers, des industriels ou des hommes politiques, ont redéfini le système de valeurs.

L’argent est devenu une fin en soi, puisque au-delà de ce qu’il permet d’acquérir, il est la clé du positionnement social. Il n’y a plus de héros. Il y a des riches

Pierre Desproges - A MORT le foot
 
 

 

Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi : citoyen actif, mon blog

Le football a bien évolué depuis Socrate. "Sócrates, le footballeur...".... Le football est devenu un bussiness a part entière "  Le" Foot business "avec ses histoire de corruption " L'envers du terrain :Corruption à la FIFA" Dans Thema Sport : le revers de la médaille - Arte :20h50 (91 min) Comment le culte et le marché de la performance sportive condamnent les athlètes de haut niveau à une escalade néfaste, avec des dommages souvent irréversibles pour leur santé. Une enquête exceptionnelle sur une réalité occultée. Sport : le revers de la médaille | ARTE , Fifa en congrès  Après la victoire de la France sur l'Islande en 1/4 de finale de l'Euro, revivez les débats qui ont fait l'après-match sur les plateaux TV dans notre Zap'Euro. les notes des bleus Lire la suite ici

Le foot, reflet de la société est devenu un Jeux de pouvoirs

Le foot avarié

Depuis le 2 décembre dernier et la divulgation des premiers éléments tirés de la fuite de plus de 18 millions de documents confidentiels, Football Leaks apporte chaque jour son lot d'informations.

Cristiano Ronaldo, José Mourinho Football Leaks, l ... - YouTube

Cristiano Ronaldo aurait dissimulé 150 millions d'euros dans des paradis fiscaux

Selon l'enquête Football Leaks, menée par douze médias européens dont Mediapart, Cristiano Ronaldo aurait dissimulé, depuis 2008, 150 millions d'euros dans des paradis fiscaux. Une combine qui aurait permis à la star portugaise de faire l'impasse sur 31 millions d'euros d'impôts. D'autres stars de ballon rond, comme José Mourinho et Falcao, auraient également bénéficié de ce système d'évasion fiscale élaboré par Jorge Mendes, l'agent le plus influent de la planète foot.

Il faudrait qu'un smicard travaille 13.000 ans... 13.000 ans... et qu'on ne me parle de démagogie où l'indécence du système n'a rien à envier à l'indécence des individus...

 
Après la fraude fiscale, les prochaines révélations du Football Leaks

Le scandale révélé par l'enquête baptisée Football Leaks, basée sur la fuite de 18,6 millions de documents, sur le modèle des Panama Papers, et relayé par douze médias européens (l'«European Investigative Collaborations» dite ECI), promet de nouvelles révélations fracassantes. Alors que Cristiano Ronaldo, José Mourinho et leur agent Jorge Mendes sont au cœur d'un scandale de fraude fiscale depuis hier, l'enquête va continuer d'alimenter l'actualité, promettent ses relais. En France, le site Mediapart a levé une partie du voile sur la nature des prochaines informations. Le journaliste Fabrice Arfi explique sur l'antenne de la chaîne d'information I-Télé ce matin : « C'est une industrie de l'évaporation de l'argent du football qui va être révélée. On va parler de corruption, de prostitution, d'esclavagisme moderne et de connections avec les vraies mafias ces prochaines semaines. » L'EIC promet un calendrier de révélations étalés sur les trois prochaines semaines. 

Football Leaks : Mediapart relate les pires coups tordus des agents Par (Sport24.com)

Nouvelle révélation dans le scandale «Football Leaks». Après avoir attiré l'attention sur les joueurs et leur fiscalité, Mediapart et les douze médias européens impliqués dans le collectif Football Leaks publient ce jeudi une liste où figurent le nom de 11 agents, dont Mino Raiola, le conseiller de Paul Pogba ou encore Zlatan Ibrahimovic. L'objectif est simple: démontrer les pratiques douteuses et dresser un tableau très sombre de ces personnages qui occupent désormais une place centrale dans le milieu du football.  

Dans les coulisses des Football Leaks - YouTube

«Football Leaks» : Di Maria et Pastore dans la tourmente

Chose promise, chose due. Les révélations continuent de tomber dans l'enquête baptisée «Football Leaks», menée par le consortium European Investigative Collaborations (EIC) composé d'une douzaine de médias européens. Ce jeudi, Mediapart prétend lever le voile sur «une mafia du foot argentin» et cible notamment deux stars du PSG : Angel Di Maria et Javier Pastore. Le premier nommé toucherait ses droits à l'image via une société basée au Panama, tandis que le second recevrait de l'argent de Nike par «une coquille offshore» en Uruguay. Mais ce n'est pas tout :

«Leurs transferts, comme ceux de nombreux joueurs (Higuain, Falcao, etc.), ont également donné lieu à des commissions occultes via des agents argentins. Matchs achetés ou joueurs sélectionnés dans l'équipe argentine pour faire grimper leur cote font aussi partie des méthodes utilisées», prétendent nos confrères. Ni Angel Di Maria, ni Javier Pastore n'ont répondu aux questions d'EIC. Le PSG, lui, plaide «l'ignorance sur la destination finale des fonds» versés aux agents concernés.   

Les dernières révélations de Mediapart pointent les « coups tordus » des hommes de l'ombre du marché des transferts. Un sens des affaires sans scrupule et la confiance aveugle des stars leur permet d'afficher des revenus indécents.

Aujourd'hui, l'article de Mediapart - relais français de l'European Investigative Collaborations (ECI), qui rassemble une douzaine de medias - revient sur l'obscur milieu des agents de joueurs, avec de nouveaux éléments.

Une galaxie de profils

Depuis 2015 et la règlementation mise en place par la Fifa bafouée au quotidien, le mot «agent» a été officiellement remplacé par le terme «intermédiaire», rappelle Mediapart, en introduction de son article, passant ensuite en revue ceux qui font la pluie et le beau temps du football mondial sur le Mercato Foot. Des noms à la fois reconnus des spécialistes et qui entretiennent leur anonymat à l'égard du grand public, comme si leur reconnaissance se situait ailleurs: Mino Raiola, Constantin Panagopoulos, Volker Struth, Alexandre Pinto Da Costa, David Manasseh, Soren Lerby, Bayram Tutumulu, Pini Zahavi… Derrière cette galaxie de profils internationaux, des histoires de transferts toutes plus rocambolesques les unes que les autres: fausses factures, commissions farfelues, manœuvres fiscales, banquier occulte… La Fifa évalue à 368 millions de dollars les commissions versées par les clubs européens aux intermédiaires en 2016. Et les histoires incongrues s'empilent.

Par exemple, celle du transfert de Gareth Bale au Real Madrid il y a trois ans et demi, en provenance de Tottenham, pour 101 millions, révèle Mediapart. Le montant de la transaction entre les deux clubs était jusqu'à présent resté secret afin de ne pas vexer Cristiano Ronaldo, qui n'avait coûté «que» 94 M€ au club espagnol précedemment. L'agent anglais David Manasseh a encaissé 16,37 M€, comme le précise un document du 2 septembre 2013, «qui ne fait même pas la taille d'un contrat de location de voiture».

28% de commissions

Les plafonds de rémunération sont régulièrement transpercés, affirme Football Leaks. Ainsi, quand le Brésilien Hulk quitte le FC Porto pour le Zenith Saint-Pétersbourg pour 55 M€, l'agent Constantin Panagopoulos perçoit 13 M€ après impots en trois fois, soit 28% de commissions. Si le plafond de rémunération varie selon les pays, il ne doit pas dépasser, en théorie, 3% du revenu brut du joueur sur la durée du contrat…

La situation du Danois Soren Lerby, ex-joueur passé par Monaco à la fin des années 80, est, à ce titre, ubuesque. Reconvertis intermédiaires, Lerby et son épouse ont monté un business qui leur permet, lors d'un même transfert, d'être à la fois représentant du joueur et du club. En conclusion de l'affaire, l'argent termine sur le même compte bancaire, explosant les pourcentages de rémunération.

Que dire des méthodes d'Alexandre Pinto Da Costa, le fils du de Jorge Pinto Da Costa, président du FC Porto. Le transfert de Casemiro, prêté par Porto au Real Madrid pour la saison 2014-2015, est éloquent. 980 000 euros ont été versés par le père à la société de son fils au travers de fausses factures et de contrats antidatés. Le dossier est si sensible que les deux hommes ont trouvé un autre intermédiaire pour cacher le paiement: Nelio Lucas, patron portugais du fond d'investissement Doyen Sports.

Conclusion de Mediapart sur ces «coups tordus» à répétition des hommes de confiance des stars du ballon, la Fifa «ne contrôle rien», elle «laisse faire et la règlementation instaurée en 2015 «officialise sa capitulation» face à ce monde des affaires du foot qui «produit ses propres règles» et agit en totale impunité.

A lire Football Leaks : les commissions faramineuses des agents du foot

En direct de Mediapart»: Football Leaks et l'industrie de la ... - YouTube

 

Football Leaks | Football and TPO whistleblowing

Football Leaks - Ces agents très spécieux - L'Équipe

« Football Leaks » : le fisc espagnol réclame les documents - Le Monde

Football Leaks: Les étranges arrangements des agents

Football Leaks : les commissions faramineuses des agents du foot

Football Leaks - Mirror

Entretien avec Football Leaks, le site qui fait trembler le monde du foot ...

Pierre Desproges - A MORT le foot Créé le samedi 11 juin 2016

A lire aussi 

Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi : citoyen actifargent roi : citoyen actif

14/09/2013

Le" Foot business "

 

n

 

 

Le football Bussiness , le Mondial, au final, a quand même été une vitrine positive pour de nombreuses dictatures et sert de tribune pour agent véreux, pari sportifs douteux, mafias en tout genre, " petite retraite au Bahamas...

 

La famille FIFA.

 

 

 

  Foot business : enquête sur une omerta - samedi 21 septembre 2013  – Blog L’Indigné Révolté, L’Indigné

 

Le football, sport le plus populaire au monde, est un marché des plus lucratifs. Dans l'économie française, il engendre cinq milliards d'euros de chiffre d'affaires, et jusqu'à 400 milliards d'euros par an au niveau mondial. Pendant la période des transferts, les échanges de joueurs entre grands clubs se chiffrent en millions. Dans l'ombre, les agents de joueurs, des personnages plus discrets, empochent des commissions, sans réel contrôle. Quel rôle ces nouveaux acteurs du football jouent-ils exactement ? Quels sont leur intérêts et que sont-il prêts à faire pour les satisfaire ? Pendant un an, Martin Boudot et l'équipe de «Cash investigation» ont enquêté dans les coulisses du marché du football.

 

Elise Lucet et ses sbires repartent à la chasse aux magouilles pour quatre numéros de Cash investigation. Cette fois, la jungle du ballon rond est leur terrain de jeu. Au loin résonnent les airs familiers du cor triomphant : « Le football est partout », « l'enjeu a dépassé le jeu », affirme une voix off. Encore une charge convenue et démago, nourrie aux poncifs d'usage ? Erreur ! Ce que donne à voir le magazine est sidérant

 

Genre : Magazine d'information
Présentateur : Elise Lucet

 

 

Réponse à tout

 

 

 

Dessin de Herrmann paru dans Tribune de Genève 

 

Le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Sepp Blatter, s'est dit "extrêmement affligé" par l'affaire de corruption pour la désignation du pays hôte du Mondial 2018. La commission d'éthique de la FIFA a suspendu provisoirement deux membres du comité exécutif soupçonnés de corruption. Il s'agit du Nigérian Amos Adamu, membre du comité exécutif de la FIFA, et du Tahitien Reynald Temarii, vice-président de la FIFA et président de la Confédération océanienne de football (OFC) qui, selon le journal britannique The Sunday Times, auraient réclamé de grosses sommes d'argent pour soutenir une candidature.

 

 

 

 

© REA

Pour Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), les émeutes qui ont ­secoué le Brésil un an avant la Coupe du monde montrent les limites des investissements ­pharaoniques engagés pour les événements sportifs. Cet expert, auteur de "JO politiques" (Jean-Claude Gawsewitch Editeur) et "Sport et géopolitique" ­(Editions du Cygne), revient aussi sur la prochaine nomination de la ville hôte des Jeux olympiques, dont le nom sera connu le 7 septembre prochain.

Capital : Neuf mois avant la Coupe du monde, les Brésiliens continuent à descendre dans la rue pour ­réclamer des écoles ou des hôpitaux plutôt que des stades. Est-ce vraiment une ­surprise ?


Pascal Boniface : Pas plus le gouvernement que l’opposition ou les syndicats n’avaient imaginé qu’un mouvement social de cette ampleur puisse avoir lieu pendant la Coupe des Confédérations, la répétition pour le Mondial de 2014. C’est un mouvement spontané contre la hausse du coût des transports et la médiocrité des services publics qui a été attisé par la répression policière. Ce n’est pas tant la Coupe du monde qui est critiquée que la façon dont elle est organisée. La nouvelle classe moyenne, qui constitue le gros des manifestants, ne vit plus dans le pays en plein boom qui avait obtenu l’organisation du Mondial. Aujourd’hui la croissance patine, et une grande partie de la population s’inquiète de son avenir et ne supporte plus les affaires de corruption, comme celles qui pèsent sur les hautes sphères du foot brésilien depuis des années. Cette classe moyenne rejette aussi la posture impérialiste de la Fédération internationale de foot, la Fifa, qui ramasse les bénéfices du Mondial et laisse les dépenses au Brésil. Pour ne rien arranger, les dirigeants de la Fifa paraissent insensibles aux critiques. A les en croire, le foot serait plus fort que tout ! On découvre que l’organisation de grandes manifestations ­sportives peut aussi servir de tribune à des revendications sociales.

Capital : La population se révolte également contre les nombreux gaspillages engendrés par le Mondial et les Jeux olympiques de Rio en 2016…
Pascal Boniface : Beaucoup d’erreurs ont été commises, en effet ( c'est peu dire :) ). Pour chacun des deux événements, les dépenses dépassent les 10 milliards d’euros. On sait déjà que certains stades du Mondial ne seront plus guère utiles après coup. Il y aura des nouveaux aéroports, somptueux, mais on manquera toujours de métros. A Rio, il n’y a pas eu de projets urbains pensés autour des JO. Ce manque de planification était déjà reproché à l’Afrique du Sud, autre pays émergent, organisateur de la Coupe en 2010. . . Le Mondial 2010 a symbolisé l’entrée du continent noir dans la mondialisation et a donné de l’estime de soi aux Sud-Africains. .

Capital : Quel impact pourraient néanmoins avoir les mouvements sociaux sur la Coupe du monde 2014 ?
Pascal Boniface : On ne sait pas pour l’heure jusqu’où montera le mécontentement populaire, ni si l’opposition va en profiter. Une chose est sûre : les conditions de sécurité vont encore être durcies et le budget correspondant va sans doute augmenter. Avec ou sans manifestations, cette tendance semble irréversible. Les ­comités d’organisation des grandes compétitions sportives sont, obnubilés par cette question. La Fifa et le Comité international olympique ne peuvent plus imposer leur loi et protéger leurs sponsors en refusant tout compromis avec les pays hôtes. On doit aussi réfléchir à une façon de réduire les dépenses. C’est ce que Michel Platini envisage quand il propose d’organiser l’Euro 2020 dans une douzaine de villes européennes différentes.

Capital : La Russie organisera les Jeux olympiques d’hiver, l’an prochain, puis la Coupe du monde en 2018. Qu’en attend Vladimir Poutine ?
Pascal Boniface :
 Il développe une stratégie et une diplomatie sportives. A des fins internes d’abord. Il fait le pari que la pratique du sport est une réponse aux graves problèmes de santé publique du pays et, surtout, il y voit un moyen de mobiliser le ­patriotisme de la population. Au niveau international, il veut rendre à la Russie la place prééminente sur la scène sportive qu’elle occupait avant l’explosion de l’URSS. Dans les stades, les Soviétiques tenaient la dragée haute aux Américains. Poutine veut prouver que la Russie moderne est capable d’organiser des événements internationaux et, au passage, de laver l’affront du boycott des Jeux de Moscou en 1980. Qu’importe si les dépenses pour les Jeux de Sotchi – on parle de plus de 30 milliards de dollars – nous semblent extravagantes. Grâce au sport, il va montrer que la Russie peut être au centre du monde.

Capital : Le Comité olympique et la Fifa n’ont-ils pas fait de trop beaux cadeaux à un régime autoritaire ?
Pascal Boniface : Pas forcément. La Russie a annoncé qu’elle n’imposerait pas de visa aux fans qui viendront spécialement pour la Coupe du Monde 2018. C’est une vraie nouveauté pour ce pays qui surveille de près ses frontières. Bien sûr, beaucoup d’observateurs vont encore avoir l’occasion de critiquer Poutine, mais les JO vont donner une images " agréables" cachant un système autoritaire et répressive. . Depuis les Jeux de Berlin en 1936, qui, rappelons-le au passage, avaient été initialement accordés à la République de Weimar, il existe un courant critique selon lequel les grands événements sportifs ne devraient pas être accordés à des régimes répressifs. On peut rétorquer qu’ils sont précisément l’occasion de découvrir la vraie nature des pouvoirs en question et de les obliger à bouger. ( la dictature argentine, : la Coupe du monde 1978 ). On n’a jamais autant parlé du sort de Madame Tymochenko, l’ancienne Premier ministre ukrainienne emprisonnée, qu’à l’occasion du dernier Euro, qui s’est en partie déroulé à Kiev. De même, sans l’existence du Grand Prix de Bahreïn, la presse internationale ne se serait pas autant intéressée au sort de la population chiite dans ce petit royaume. Ce qui n’excuse pas l’indifférence affichée par la Fédération internationale automobile sur cette question.

Capital : Le 7 septembre, le CIO va choisir la ville hôte des Jeux olympiques de 2020 parmi Istanbul, Tokyo et Madrid. Vous avez un pronostic ?
Pascal Boniface : On pouvait penser qu’un calcul géopolitique mettrait la Turquie en position de favori. Ce pays a d’ailleurs failli remporter l’organisation de l’Euro 2016, finalement attribué à la France. Lui donner les Jeux, ce serait une sorte de message anti-choc des civilisations. Mais la façon dont les récentes manifestations ont été matées ternit cette candidature. Tokyo a un bon dossier et le Premier ministre nationaliste, Shinzo Abe, aimerait ainsi redonner du lustre à un Japon frappé par la catastrophe de Fukushima et englué dans la crise économique. Mais le CIO, qui aime la nouveauté, hésitera peut-être à choisir un candidat qui a déjà eu les Jeux en 1964 et la Coupe du monde en 2002. Reste Madrid qui, à la différence de Rome, a maintenu son dossier en dépit de la récession.

Capital : Il ne serait pourtant pas très raisonnable que l’Espagne organise les JO… Surtout si l’on songe au précédent d’Athènes.
Pascal Boniface :
 Les JO n’ont sans doute rien arrangé, mais il n’est pas sérieux de dire qu’ils ont déclenché la crise grecque. La fonction publique pléthorique, la fraude fiscale généralisée ou la corruption existaient bien avant les Jeux d’Athènes.

Capital : Néanmoins, le Qatar, qui a obtenu le Mondial 2022, est un lieu bien peu ­hospitalier pour jouer au foot et pour accueillir les fans…
Pascal Boniface : Pour ce qui est des conditions de jeu, il y a déjà eu deux Coupes du monde au Mexique, où les conditions climatiques, chaleur et altitude, étaient tout aussi difficiles pour les footballeurs. C’est quelque chose que l’on peut résoudre en construisant des stades climatisés ou en faisant jouer le Mondial en hiver. Sinon, cela voudrait dire que seuls les pays tempérés et occidentaux peuvent accueillir le Mondial ou les JO. Avoir choisi le Qatar est certes un peu surprenant, car c’est un petit pays sans histoire footballistique. Mais ce n’est pas si incongru : il était temps que le monde arabe accueille une grande compétition internationale ; ce pays est placé dans un fuseau horaire qui convient aux retransmissions télé vers l’Asie et l’Europe et, enfin, il a une diplomatie sportive cohérente depuis longtemps. L’émirat s’expose aussi dans cette histoire, il va devoir accepter que les fans puissent boire de l’alcool. Pour la Fifa, le Qatar, comme la Russie d’ailleurs, présente l’avantage d’être un interlocuteur stable. Les chantiers ne seront pas terminés à la dernière seconde comme en Afrique du Sud et sans doute au Brésil. Il est temps de réaliser que le monde a changé : en sport, comme en économie, l’Occident n’a plus la main sur tout.

Capital : Bref, géopolitique et sport n’ont pas fini de faire bon ménage.
Pascal Boniface : La géopolitique sportive est présente depuis longtemps. L’Allemagne n’avait pas été invitée aux Jeux olympiques de 1920 et en 1924. Aujourd’hui, le sport est devenu l’un des éléments centraux de la mondialisation et occupe une place clé dans la vie économique internationale. Cela ne semble pas près de changer, sauf si le public se détournait du sport, s’il ne croyait plus en son intégrité ou si son spectacle devenait ennuyeux. Les nations ont envie d’utiliser le sport pour se ressouder et communier. L’Allemagne l’a très bien fait avec la Coupe du monde 2006 : tout d’un coup, ce pays pouvait afficher son patriotisme soft, ça n’était pas si évident. On a retrouvé aussi un esprit festif aux Jeux de Londres et pourtant la ville avait connu des émeutes particulièrement violentes un an plus tôt.

Capital : Si le sport a de telles vertus, pourquoi est-il si régulièrement critiqué en France ?
Pascal Boniface : Les élites politiques et intellectuelles ont toujours dénigré le sport, une passion populaire et un peu crasseuse. Maintenant que le sport est très visible et draine des fortunes, il génère une crispation supplémentaire. Non seulement les sportifs sont costauds, mais en plus ils sont mieux payés et ont les plus belles femmes. C’est un groupe privilégié qui s’est développé en dehors de tout contrôle de l’establishment, alors on le critique. Si une personnalité politique veut dire du mal du foot et des footballeurs, elle est bienvenue à la télé et elle ne risque rien, car il n’y aura pas de riposte. On ne demande pas aux sportifs d’être exemplaires, mais d’être parfaits ! Regardez l’affaire Zahia, on voudrait nous faire croire que les footballeurs sont les seuls à aller voir des prostituées. Les élites sont jalouses des sportifs, voilà tout !

Propos recueillis par Eric Wattez

1 | 2 | 3 |

 

© Capital.fr

Lire aussi

Nos stars méritent-elles leurs méga-contrats publicitaires ?

Les petits secrets de Nasser al-Khelaïfi, nouveau président du PSG

Les petits secrets de Louis Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club

 Dessin de Herrmann paru dans Tribune de Genève

"Cash investigation" : le "foot business" et ses dérives - Le Monde

REPORTAGE - Football : L'intelligence collective - YouTube :

L'Histoire complete du Football Bresilien(Documentaire) - YouTube :

Zahia de Z à A :.

FC United of Manchester - Reportage dans l'anti foot business :Capital.fr , Enquêtes Documents Pourquoi la FIFA est devenue impérialiste Source : Capital.fr 06/09/2013 

Sur mon blog :

Silence au pauvre !

REFLEXIONS SUR LA DEMOCRATIE

une conférence de Bakounine

 

10/09/2013

Centrales Nucléaires : Démantèlement Impossible ?

n

 

géopolitiques,batailles pour l'énergie,lobbing,gaz de schiste,nucléaire,japon,les etats unis,finance,economie,société

Les élus locaux dans le piège nucléaire


Troisième volet de notre enquête sur les décideurs de l'énergie. Ce sont des élus de la République au niveau local, qui représentent un territoire, des citoyens.
Mais pas seulement. Ils sont aussi pris au piège de la rente nucléaire.
Lire l'article

 

  Il y a tout juste vingt ans, l'Europe décidait de libéraliser totalement le marché de l'énergie. A la clé, une promesse : celle d'une électricité moins chère grâce au jeu de la libre concurrence entre tous les opérateurs. Au final, une chimère que les Européens paient au prix fort. Le prix moyen de l'énergie a augmenté de 42 % en huit ans,...EXCLUSIF - «La situation du nucléaire est très préoccupante», selon le président de l'Autorité de sûreté
Après la découverte, au printemps 2015, d'un défaut dans la cuve du futur réacteur EPR de Flamanville, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a déclenché une campagne de contrôle sans précédent. Elle est loin d'être terminée. Son président, Pierre-Franck Chevet, souligne que la situation est « très préoccupante ». 
A lire : Pierre-Franck Chevet: «Il faut repenser le contrôle du nucléaire»
EDF: Greenpeace alerte sur l'avenir du groupe , Electricité le montant de la facture - YouTube

 

 

 

Centrales nucléaires, démantèlement impossible ? 

 

 Année: 2011 _ Durée: 58' 01''Cet enregistrement disponible en libre accès ici Centrales nucléaires, le boulet du démantèlementplusconcient.netmet en lumière la problématique du démantèlement des centrales nucléaires à la fin de leur durée d’exploitation. Jean-Louis Basdevant, physicien nucléaire, détaille les 3 phases de l’opération, laquelle s’étale sur plusieurs décennies.

Source: France Culture, Science publique - Quels problèmes pose le démantèlement des centrales nucléaires ? 24 juin 2011

Ecouter également Fukushima, Printemps de l'énergie, Nucléaire, l'heure de la réflexion, Tchernobyl, la censure de l'OMS, La malédiction de l'uranium

 De la France aux États-Unis en passant par l'Allemagne, les pays qui ont misé sur l'énergie nucléaire se trouvent aujourd'hui confrontés à un nouveau défi : le démantèlement de leurs centrales vieillissantes ou définitivement mises à l'arrêt. Voici quarante ans, leurs concepteurs n'avaient pas prévu que, devenus trop vieux et donc dangereux, ces réacteurs devraient être un jour démontés, et qu'il faudrait stocker leurs déchets hautement radioactifs. Si les opérateurs et les autorités de la sûreté nucléaire assurent pouvoir maîtriser ce processus de démantèlement, la réalité est toute autre.

Les crises économiques et budgétaires font la une de tous les journaux européens depuis des semaines. A travers l’Europe, les citoyens s’opposent aux mesures d’austérité qui mettent en péril les services les plus essentiels comme l’accès à la santé, aux énergies renouvelables, à l’éducation, à l’aide sociale ou aux emplois. Pourtant, nos décideurs oublient une chose inutile, coûteuse et dangereuse dont on pourrait se passer : les armes nucléaires ! Par exemple, en France, le coût d’entretien annuel d’une seule arme nucléaire – et nous en avons des centaines - permettrait de financer 130 000 consultations de médecine générale.

 

Nous sommes à un moment crucial ! C’est en ce moment même que nos gouvernements font leurs choix en matière budgétaire. Il est donc urgent pour nous, citoyens européens, de faire pression sur nos décideurs politiques pour leur faire part de ce qui compte vraiment pour nous. 18 000 personnes ont déjà signé notre pétition. Mais pour faire entendre notre voix et pour demander aux gouvernements de réduire les budgets pour les armes nucléaires, et pas pour les services essentiels, nous avons besoin de doubler au plus vite le nombre de signataires. Signez cette pétition maintenant !

 

http://cutnukes.globalzero.org

 

Les faits divers nombreux l'année dernière en France (Tricastin), Déchets radioactifs/Inde: 7 hospitalisés  (voir La sûreté nucléaire en France : reportage sur Terre Tv : ) Les bombes a uranium appauvri, le nucléaire civile et militaire. Le triste symbole est Tchernobyl…Rue 89  ( et déchets cauchemars du nucléaire).

 

23 ans après Tchernobyl, certains s’interrogent : sommes-nous à l’abri d’une catastrophe nucléaire … (Dans le reportage précédent sur Terre TV). ? Dans celui-ci la question est de savoir si l’OMS et l’AIEA sont bien indépendantes, transparentes sur le site Plusconcience ?

 OMS AIEA.gifTchernobyl, la censure de l'OMS (Année: 2009, Durée: 53' 47'') Dans cet enregistrement disponible en libre écoute, nous apprenons qu'il existe un accord secret signé en 1959 entre l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique) et l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui subordonne toute étude sanitaire de l'OMS en rapport avec l'énergie nucléaire à l'approbation de l'AIEA. L'AIEA est l'unique agence onusienne qui dépend directement du Conseil de sécurité, alors que les autres agences, dont l'OMS, dépendent du Conseil du développement économique et social. Ainsi, toute tentative de faire la lumière sur les conséquences réelles de la catastrophe de Tchernobyl dans le cadre institutionnel et scientifique de l'OMS est bloquée ...S'expriment dans cet enregistrement Paul Roullaud, du collectif "Independent WHO", Wladimir Tchertkoff, journaliste et documentariste, Alison Katz, ancienne fonctionnaire de l'OMS. Source: Terre à terre, les archives non-officielles

 

 Plus d’informations sur le site : La catastrophe de Tchernobyl et la santé, sortir du nucléaire : pétition à télécharger) : Reportage de lachaine.ch, L'atome pour la paix (L'Atoms for Peace Award) un bien beau programme (été créé en 1955 par Ford par une donation d'un million de dollars, pour récompenser des contributions importantes pour l'utilisation à des fins pacifiques de l'énergie nucléaire. Une association à but non lucratif a été créée pour administrer le prix) , mais un flop monumental ! D'abord les faits : l'énergie nucléaire produit, au plus, 5 ā 6 pour cent ( voir PDF] ATOME POUR LA PAIX : UNE FAILLITE... PHARAONIQUE !. Le site pour l'indépendance de l'OMS . Voir déchets cauchemars du nucléaire. Académie des Sciences et Académie de Médecine,  Institut National de Veille Sanitaire, Les plus grands spécialistes français

 Le gouvernement français est face à un choix : il peut rester campé sur une politique sécuritaire dépassée et de moins en moins partagée, ou faire un pas cette année vers un désarmement nucléaire mondial lors du G20 qu’il préside en novembre prochain. Rejoignez les citoyens du monde entier qui demandent aujourd’hui aux décideurs politiques de choisir la sauvegarde des services essentiels plutôt que les armes nucléaires. Devenez un acteur de cette mobilisation ! Déterminez vos priorités : La santé ? Oui. L’éducation ? Oui. Des armes nucléaires ? Non !

 (France, 2013, 68mn)
ARTE F

 ARTE Le Nucléaire et la gestion impossible des déchets - YouTube

n
 
 

 

Des spécialistes de l'énergie ? 

Les élus de collectivités abritant des sites nucléaires sont souvent spécialisés sur les questions énergétiques au niveau de la représentation nationale. Ainsi, ils sont ainsi : président de l’OPECST (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques), membres de la Commission des affaires économiques qui sera en première ligne sur le projet de loi sur la transition énergétique, ou du groupe d’étude sur l’énergie.

 

En clair, ils sont ceux qui prendront les rênes des débats parlementaires sur la politique énergétique au moment où le projet de loi sur l’énergie arrivera à l’Assemblée nationale puis au Sénat d'ici fin 2013. Leur influence est donc forte sur un texte pour lequel l’exécutif cherchera à obtenir une majorité solide. Si François Hollande décide d'écouter ces députés, de les suivre, cela risque fort de compromettre toute ambition sur la réduction de la part du nucléaire dans la future loi sur l'énergie.

 

Des ambassadeurs ?

Ils sont des ambassadeurs, à double titre : de la majorité au pouvoir au niveau local, et de l'industrie nucléaire implantée sur leur territoire au niveau national. Ils en assurent régulièrement la défense dans les médias, locaux autant que nationaux, avec des arguments qui rappellent ceux des industriels : industrie de pointe, tarifs, emplois ... (voir notre décryptage complet des arguments des industriels du nucléaire)

 

Quelques citations, pour illustration :

Patrice Prat, député-maire de Laudun-l’Ardoise (installations nucléaires de Marcoule et Tricastin) :  "Oui, le nucléaire est une filière d’avenir ! Arnaud Montebourg a exprimé fidèlement la position du président de la République. [...] notre pays ne va pas tourner le dos à cette énergie, sur laquelle il devra pouvoir compter pour fournir aux entreprises et aux ménages, l’énergie la plus sûre et la moins coûteuse possible." le 30 août 2012, en soutien à Arnaud Montebourg

 Christian Bataille, député du Nord (centrale nucléaire de Gravelines), vice-président de l’OPECST :   "L'accord entre le PS et les Verts est désastreux sur le plan industriel et électoral; il ne durera pas" le 29 novembre 2011 dans une interview aux Echos. ou encore : "De nombreux parlementaires, élus de zones industrielles, considèrent qu'il faut privilégier l'industrie et qu'on ne peut pas faire repartir l'économie à coup d'emplois d'avenir." le 2 août 2013 dans une interview au Figaro.

 1 2Leur influence

3 4 Majorité gouvernementale, Parlement, territoires : un réseau d'influence.

Certains élus de collectivités abritant des sites nucléaires ont trois sphères d’influence : la première au sein de la majorité gouvernementale, la seconde au sein du Parlement et enfin la dernière au niveau des territoires. Dans chacune de ces sphères, des élus jouent sur l’équilibre politique pour garantir les intérêts de l’industrie du nucléaire et ainsi maintenir les revenus des collectivités (communes, communautés, départements, régions) auxquels ils doivent leurs sièges (vous découvrirez ces éléments dans la partie concernant leurs intérêts).

À l'échelon national, dès les débuts du programme électronucléaire français, il y a toujours eu des élus du nucléaire devenus ministres défendant l'atome.

Plus proche de nous, Eric Besson, maire de Donzère (centrale du Tricastin), était ministre de l’énergie et de l’industrie pendant le mandat de Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui, quatre ministres ancrés dans des territoires vivant du nucléaire œuvrent au gouvernement.

Bernard Cazeneuve est ministre du Budget et ex-maire de Cherbourg (centrale nucléaire de Flamanville, usine nucléaire de la Hague) ; Arnaud Montebourg est ministre de l’Industrie, particulièrement actif sur les questions d’énergie, et ex-président du conseil général de Saône et Loire (usine Areva du Creusot) ; Sylvia Pinel est ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, ex-députée de Valence d’Agen (centrale de Golfech) ; enfin Geneviève Fioraso est ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 1ère vice-présidente de "La Métro" (la Communauté d'Agglomération de Grenoble), et ancienne collaboratrice auprès du CEA de 1989 à 1995.

Le corps des Mines est resté généralement dans l’ombre des gouvernements (voir notre enquête sur les X-Mines), mais certains corpsards préférent la lumière.

 

Alors que le projet de François Hollande est de réduire la part du nucléaire, qui entraînera la fermeture de réacteurs, le nucléaire a de nombreux protecteurs au gouvernement. Le président de la République décidera-t-il de les écouter au détriment des intérêts de la France et de sa transition énergétique ?

On peux regarder aussi sur le site de sortir du nucléaire des documents:

http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=pourquoi&...

30 années de recherches mises au placard par le gouvernement. Personne ne sait ce que la Belgique va faire de ces substances hautement dangereuses pendant… 240.000 ans Comme vous le savez, la production d'électricité d'origine nucléaire écrase tout en France. Que l'on parle d'argent, de puissance électrique ou de disponibilité de la ressource, l'atome a toujours le dernier mot.

Le premier réacteur nucléaire de la centrale de Chinon a été mis en service en 1963 il y a plus de 50 ans. Nous avons tous vécu la majorité de notre vie en utilisant de l'électricité nucléaire, et l'abandon total et immédiat de cette source d'énergie n'est plus envisagé par personne

 

http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer...

http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer...

"Ce dossier vous propose d'examiner une histoire plus objective, celle du nucléaire réel. Les faits laissent perplexe sur la rationalité des acteurs politiques et économiques qui président à nos destinées. Pourquoi faut-il, par exemple, générer encore plus de déchets et de pollutions pour séparer du plutoniumet de l’uranium que finalement l'on entasse ? En attendant leur utilisation dans d’hypothétiques réacteurs ou dans des bombes bien réelles ? On se prend à penser à l’imperturbable logique des shadoks : “s’il n’y a pas de solutions,il n’y a pas de problèmes.” z

édito 3. Peut-on recycler les déchets radioactifs ?

De l'uranium au plutonium 2.

Retraiter n'est pas recycler 4.

Transports à hauts risques 6.

L’alibi nucléaire français 8.

Monde : le retraitement ne fait pas recette 10.

Le mythe de la surgénération 11.

Le recyclage en question 12.

Peut-on recycler les matières nucléaires ? Supplément

à la revue Sortir du nucléaire n°41, janvier 2009.

La politique énergétique se discute dans de multiples groupes ou commissions à l’Assemblée nationale et au Sénat.

On y retrouve de nombreux élus issus des territoires dépendant économiquement de l’activité nucléaire

 

 

Situation alarmante dans les centrales nucléaires russes

Posté sur Situation alarmante dans les centrales nucléaires russes - ecologie.blog.lemonde.frPremier défaut majeur : les risques sismiques n'ont pas été pris en compte lors du choix des sites des centrales, souvent construites à l'époque soviétique. Et la plupart des réacteurs - sur les 32 opérationnels - ne sont pas prévus pour s'arrêter automatiquement en cas de séisme. Mais en réalité, les centrales russes pourraient ne pas avoir besoin de l'aide de Mère nature pour s'effondrer : du fait de leur âge avancé, les bâtiments abritant des réacteurs montrent "des signes d'affaissement et d'inclinaison progressifs", selon le rapport.

Les centrales les plus préoccupantes sont celles de Leningrad et Kola,   le rapport qualifie la conception de "gravement défaillante"  avec les grappes de commande, nécessaires pour maintenir la réaction nucléaire sous contrôle. 

"Le rapport révèle des carences qui n'ont jamais été mentionnées publiquement, ni signalées internationalement", a estimé Ole Reistad, ingénieur à  l'Institut norvégien de technologie et de l'énergie. Pour les scientifiques norvégiens, ce rapport pourrait ainsi signifier une amorce de changement dans l'attitude de la Russie, jusqu'alors plus encline à se livrer à la propagande en ce qui concerne la soi-disant "sécurité" de son parc nucléaire.

Le coût d’une catastrophe nucléaire évalué à 430 milliards d’euros : Pas cher le nucléaire 

L’institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN) vient d’évaluer le coût d’une catastrophe nucléaire à 430 milliards d’euros. Ces chiffres sont cohérents avec ceux que l’Organisation des Nations Unies a publiés à la suite de la catastrophe de Tchernobyl, dont le coût est estimé à 500 milliards d’euros (hors coût sanitaire… !).De Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'environnement.

--

Aussi étonnant que cela puisse paraître, en cas d’accident nucléaire, l’opérateur historique bénéfice d’une responsabilité limitée (comprendre « une irresponsabilité illimitée » ?!) et n’est couvert par une assurance qu’à hauteur de 91,5 millions d’euros par sinistre. Force est de constater que le nucléaire n’est même pas assuré au tiers !

 

Le reste des coûts inhérents à une telle catastrophe serait supporté par les citoyens français. Comme de mauvaises coutumes, le nucléaire est un système énergétique qui socialise les pertes et privatise les bénéfices.

 

La déliquescence du parc nucléaire français alliée à son vieillissement, la privatisation larvée du secteur énergétique, la dangerosité intrinsèque du nucléaire nous amènent à ne plus pouvoir exclure une telle catastrophe.

 

En adoptant le point de vue étriqué d’un économiste libéral, il est peu de dire que le nucléaire bénéfice d’un régime d’exception qui mériterait un peu plus d’équité. Face à ce qui apparaît comme un soutien évident à cette industrie, le droit de la concurrence est-il respecté ? Le développement des énergies renouvelables bénéficie-t-il du même soutien déguisé de la part de l’État français ? La réponse est clairement négative. Ce faisant, il est grand temps que les acteurs du nucléaire soient clairement mis devant leur responsabilité et soient désormais dans l’obligation de souscrire une assurance couvrant l’intégralité des dommages potentiels.

 

L’Europe doit se pencher rapidement sur cette responsabilité limitée des producteurs d’électricité nucléaire. La convention de Paris qui régit ce système assurantielle spécifique doit être profondément revue.

 

Il n’est pas acceptable qu’en plus de ne pas provisionner assez d’argent en vue de financer le démantèlement des réacteurs à l’arrêt ou « gérer » les déchets nucléaires durant des millénaires, EDF puisse être considéré comme irresponsable en cas de catastrophe nucléaire.

Il est enfin à noter que cette estimation de l’INRS fait abstraction de l’impact d’une catastrophe sur la vie humaine et sur les écosystèmes. Puisque la vie humaine n’a pas de prix, puisqu’une catastrophe nucléaire ne peut être exclue, l’arrêt du nucléaire doit être envisagé le plus rapidement possible.

Soutenez Agir pour l'Environnement en adhérant à l'association

--

Pour ne rien manquer d'Agir pour l'Environnement et ses actions, comme plusieurs dizaines de milliers d'autres citoyens :

--

 

Le pétrole made in America
Les Américains consomment de moins en moins de pétrole arabe. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les importations de pétrole devraient tomber à 35% de la consommation globale en 2018, contre 51% aujourd'hui. Sur cette période, le Moyen-Orient et l'Amérique latine réduiront ainsi leurs exportations vers les Etats-Unis de 2,1 millions de baril par jour (Mb/j), alors qu'elles augmenteront de 3 Mb/j vers l'Asie.

Le boom des shale oil pourrait permettre aux Etats-Unis d'augmenter leur production locale. D'ici 2018, Washington produira 12 millions de barils par jour, soit l'équivalent de la capacité actuelle de l'Arabie Saoudite.

 les Etats-Unis font actuellement le choix du gaz naturel.

 



Photo 122.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Dans une étude récente de Natixis, Patrick Artus montre que le modèle énergétique de l'économie américaine est basé sur une dépendance de moins en moins forte vis-à-vis du pétrole et repose de plus en plus sur le la production de gaz de schiste. Les conséquences sont importantes : le prix du gaz naturel étant décorrélé du prix du pétrole, les Etats-Unis redeviennent très compétitifs par rapport au Japon et à l'Europe puisque le relatif faible prix du gaz équivaut à une baisse du coût du travail dans l'industrie de 6% et de 12% vis-à-vis de la zone euro.

 

 

Le virage gazier de Barack Obama
Vous vous souvenez de la première élection de Barack Obama en 2008 ? Au-delà du symbole pour les minorités américaines qu'avait représenté son élection, il avait également porté un élan autour d'un nouveau mix énergétique. Elu en pleine tempête financière, il avait porté les énergies renouvelables au pinacle. Elles étaient les nouveau relais de croissance, et la clef pour lutter contre le changement climatique.

Quatre ans après, Barack Obama ne jure que par le gaz de schiste. Lors de sa deuxième élection, le président américain s'était transformé en VRP de ces gaz. Et on comprend les raisons de ce renversement en faveur d'une énergie fossile. Ils espèrent avec Le gaz des schiste la création de "de 400 000 à 650 000 emplois selon les estimations", et le président à parle de 600 000 nouveaux emplois créés d'ici 2020 grâce au gaz de schiste. Les retombées pour propriétaire ( et dans une moindre mesure pour les ménages ) en termes de pouvoir d'achat sont également très importantes.

Le gaz va-t-il entrer en concurrence avec le pétrole ?
Pour l'instant, c'est le charbon qui est laminé par le gaz de schiste. La concurrence faite au charbon est soutenue par l'Etat, puisque l'EPA, l'agence de l'environnement américaine, a imposé des limites d'émissions de CO2 aux centrales thermiques. Les nouvelles centrales au charbon sont fortement pénalisées face aux centrales au gaz.

Toutefois, il n'est pas impossible de voir le gaz concurrencer le pétrole, du moins dans des marchés de niche comme les flottes de véhicules. Si la révolution du pétrole de schiste va augmenter les réserves américaines en pétrole, la baisse des prix de l'essence va être moindre que celle sur le marché du gaz, car le gaz s'échange sur un marché régional. .

Comme l'a expliqué récemment le
Wall Street Journal, la politique énergétique d'Obama pourrait encore évoluer dans les prochains mois. Si la conversion augaz de schiste d'Obama a été "le fruit en partie d'un calcul politique, il est possible de voir le président américain soutenir à nouveau les énergies renouvelables une fois éloignées les prochaines échéances électorales.."

 

"Slugs:The Movie" (1988) 
 

Mutations (Slugs) - Une série B réjouissante ! 

 

Déchet nucléaire
Les vidéos de l'Arte :

http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Dechets--le-cauchemar-du-nucleaire/2770704.html
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Dechets--le-cauchemar-du-nucleaire/2766888.html

 

Et celui-ci est le documentaire sur l'ils d'OLKILUOTO en suède, pour faire dormir durant 100,000 ans les déchets nucléaire,

sous-titré en japonais mais on entends en anglais. :

http://untouchable911.seesaa.net/article/202278359.html

 

Sur mon blog

REFLEXIONS SUR LA DEMOCRATIE, une conférence de Bakounine, Quoi encore, la Syrie ?, Une reprise en trompe l'oeil , L'eau, source de la discorde ?, Emballement climatique, le changement dans la..., coluche, quand je serais grand,

Sur L'Indigné Révolté

Gasland , Grand centrale : nucléaire mon amour , Quoi encore, la Syrie ? , Message caché des films " d'horreurs ou d'épouvantes" , À bas les chefs ! , "le changement dans la continuité" , coluche, quand je serais grand , Le dessous des cartes - SYRIE : LES IMPLICATIONS ... , Le sable - Enquête sur une disparition , La guerre de Syrie fait tache d'huile , LA MALÉDICTION DU GAZ DE SCHISTE , Le mystère de la disparition des abeilles , Batailles pour l'énergie , Le dessous des cartes - Mondialisation , Irak, l'ombre de la guerre , Planète alu , La crise. Quelle crise ? , Créer des problème, puis offrir des solutions , La bataille de nos assiettes , Histoire de la géopolitique au Moyen Orient

Sur L'indigné

 

Diffuser cet article

A lire « Fukushima : dormez brave gens, Tepco veille – Greenpeace - Energie / Climat | le 20 juillet 2011 ), L'Histoire des Choses, ( a story of stuff :  Texte) , Interview : Ryuichi Hirokawa a tout vu à Fukushima - source télérama,   (   LE MONDE BOUGE : À lire) et Testimony of Roger Burks: Senior Writer Japanese nuclear disaster

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu