Avertir le modérateur

07/11/2017

Trump sur pied de guerre

n

n
 

Trump sur pied de guerre
 
Géopolitis


Donald Trump va-t-il déclarer la guerre à la Corée du Nord ? Jamais depuis la crise des missiles de Cuba, le monde n'avait été confronté à un tel risque de déflagration nucléaire. Iran, accords de Paris ou traité transpacifique, le président américain défait pièce par pièce l'héritage de Barack Obama. Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 5 novembre 2017.​

Trump and the nuclear codes

We discuss the lack of checks on the US president's authority to launch nuclear weapons. Nuclear weapons, North Korea, Kim Jong-un, Donald Trump, United States

 
La North Korea a tiré un autre intercontinental ballistic missile, augmentant une fois de plus les tensions avec les pays de la région et les United States.

Et avec la rhétorique enflammée qui se développe entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, beaucoup commencent à évaluer les possibilités d'une véritable guerre nucléaire.

S'il y a une escalade rapide et que le président américain décide de lancer unilatéralement une arme nucléaire, y a-t-il quelque chose qui puisse arrêter ou retarder Donald Trump de prendre cette décision?

Dans le bulletin Reality Check de cette semaine, nous avons mis en lumière l'absence de garanties claires qui empêcheraient Trump d'ordonner une frappe nucléaire unilatérale.

North Korea fired another intercontinental ballistic missile, once again ramping up tensions with countries in the region and also the United States.  Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.

Source: Al Jazeera


 
Trump. Le président américain Donald Trump, en visite en Asie, a estimé lundi à Tokyo que le programme nucléaire nord-coréen était «une menace pour le monde civilisé» et réaffirmé que le temps de la «patience stratégique» était révolu. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a lui affirmé que le Japon abattra les missiles nord-coréens «si nécessaire».
 
C'est un cycle de provocations, de condamnations suivient de sanctions. Se répétant . La Corée du Nord a été sous les sanctions des Etats Unis et l'ONU depuis plus de 25 ans 
 

n

Tokyo, Japon - Le président américain Donald Trump arrives a déclaré dimanche à Tokyo que le Premier ministre japonais Shinzo Abe et lui-même devraient se comporter de la même façon en Corée du Nord. Les nuclear weapons et le développement des missiles sont totalement inacceptables. la table "en termes de la façon dont cette menace peut être remplie.

L'expression politique "toutes les options sur la table", bien sûr, englobe la possibilité que les United States et le Japon lancent conjointement une aggressive military attack contre la Corée du Nord, qu'ils décriraient comme "préventive" à la lumière des nombreuses menaces verbales qui ont déjà été émises par le régime de Kim Jong-un.

Sur le plan personnel, Abe n'a guère besoin de Washington pour le pousser dans une position dure vis-à-vis de la Corée du Nord (ou de la China ou même de la Corée du Sud) car son acharnement ( his hawkishness)  envers les voisins asiatiques continentaux fait partie de sa marque politique. carrière. À certains moments, il a associé à certains des éléments les plus marginaux du droit dur japonais.

Les critiques soulignent que le soutien à «"all options" », y compris une attaque contre la North Korea, place Abe dans une rébellion spirituelle contre la constitution nationale, qui stipule que «le peuple japonais renonce pour toujours à la guerre en tant que droit souverain de la nation. force de règlement des différends internationaux ".

De toute évidence, «toutes les options sont sur la table» est précisément le genre de menace d'usage de la force que la constitution japonaise de l'après-guerre interdit explicitement.

Réécrire la «Constitution de la paix»

Rewriting the 'Peace Constitution'

READ MORE 

North Korea denounces American 'nuclear strike drill'

Mais l'antagonisme d'Abe à l'égard de la «Peace Constitution» de son pays n'est guère nouveau.

Ces dernières années, il a décapité l'agence bureaucratique indépendante qui avait traditionnellement garanti la conformité de la législation à la charte nationale. À l'été 2015, il a imposé l'adoption d'une nouvelle loi sur la politique de sécurité que 97% des juristes indépendants ont jugée inconstitutionnelle.

Même des témoins experts triés sur le volet par le parti au pouvoir lui-même ont choqué le gouvernement Abe en dénonçant l'inconstitutionnalité des projets de loi, qui ont néanmoins été promulgués.

Enfin, le 3 mai de cette année - le 70th anniversary de la Constitution - Abe a annoncé son intention de réviser l'article neuf pacifiste dans un message vidéo à une réunion du Nippon Kaigi (Conférence du Japon).


 

Japon : "Nippon Kaigi", le lobby révisionniste - YouTube

Le lieu était significatif. Nippon Kaigi est une organisation nationaliste controversée qui cherche non seulement un changement constitutionnel, mais aussi un vaste programme de droite centré sur l'empereur, le révisionnisme historique, l'opposition à l'égalité entre les femmes et les LGBT et un recul de la conception occidentale des «droits». favorable à des «obligations» individuelles accrues envers l'État.

Alors qu'Abe s'est avéré lent et méthodique depuis son retour au pouvoir en décembre 2012, il ne fait aucun doute que des groupes tels que Nippon Kaigi restent sa base politique fondamentale.

Après sa troisième grande victoire aux élections législatives du 22 octobre, qui a été provoquée principalement par l'implosion dramatique du défi de l'opposition dirigé par le gouverneur de Tokyo Yuriko Koike, le Premier ministre Abe est maintenant en mesure de poursuivre son objectif de révision de la Constitution. .

 

 

Cependant, alors que sa coalition au pouvoir détient la majorité des deux tiers nécessaire dans les deux chambres de la législature, Abe fait toujours face à de grands obstacles. Premièrement, il doit convaincre son propre parti libéral démocrate et son partenaire de coalition, Komeito, de parvenir à un consensus sur une proposition mot-à-mot spécifique pour réécrire la charte nationale. Cette tâche seule peut prouver sa perte.

Mais même s'il réussit sur cette question difficile, il doit toujours tenir un référendum national sans précédent dans lequel une majorité d'électeurs désapprouvent le changement constitutionnel proposé.

Le dernier sondage réalisé par Kyodo News révèle que 52,6% des Japonais s'opposent à la proposition actuelle d'Abe avec seulement 38,3% de soutien. Quand on considère aussi le fait que les partis de l'opposition mèneront une campagne féroce contre la révision - ainsi que la réalité que les sondages montrent une profonde méfiance du public vis-à-vis du Premier ministre - l'argent intelligent suggère qu'Abe ne réussira finalement pas à réaliser son rêve.

Cependant, la politique japonaise est susceptible d'être liée par ces batailles féroces sur la «Constitution de la paix» pour les prochaines années. Abe devrait faire avancer cette question, même au prix de sa propre vie politique, parce qu'il est connu comme un vrai croyant.

Japon - Les Ombres du Passé, le retour de l'Ultra-Nationalisme

Les enlèvements du Nord

Une question connexe qui pourrait être mise en évidence lors de la visite de Trump est celle des citoyens japonais abducted by North Korea entre 1977 et 1983 - une autre affaire d'animaux de compagnie par laquelle il a d'abord gagné la notoriété nationale de 2001 à 2006.

La Corée du Nord a admis en 2002 avoir kidnappé des citoyens japonais dans les années 1970 et 1980 pour aider à former ses espions dans la langue et la culture japonaises.

La Corée du Nord a insisté pour résoudre ce problème en 2004 lorsque cinq otages survivants et leurs familles (10 personnes au total) sont revenus de Corée du Nord. Le Japan a insisté, au contraire, sur le fait que Pyongyang n'a pas encore révélé toute la vérité et que d'autres personnes enlevées pourraient encore être en vie.

Trump devrait faire écho à la ligne japonaise sur cette question comme une démonstration de sa solidarité politique avec Abe.

La trajectoire plus large de la crise nord-coréenne reste un point d'interrogation. M. Abe a dénoncé à plusieurs reprises "des pourparlers pour le bien des pourparlers" et a appelé à des sanctions plus sévères contre Pyongyang. Cependant, rien n'indique qu'il ait en tête un objectif diplomatique réaliste au-delà de ces appels à la punition en série.

Brad Glosserman, conseiller principal du Forum du Pacifique du SCIS, fait écho à de nombreux analystes lorsqu'il observe:

«Kim Jong-un ne donnera pas ses armes nucléaires, point final ... Kim Jong-un les voit d'abord comme des instruments de survie de son régime.

Il ajoute:

"Sans armes nucléaires, la Corée du Nord n'est rien."

Il n'y a pas d'analystes sérieux qui croient que la pression économique poussera Pyongyang à se désarmer, même si c'est ce que les administrations Trump et Abe affirment publiquement être l'objectif de leur politique de sanctions actuelle.

La carte principale sans doute est Trump. Alors que l'on peut s'attendre à ce que tous les autres acteurs se comportent de la manière dont ils se comportent depuis longtemps, l'unpredictable US president est certainement l'élément le plus dangereux de l'instabilité.

Selon Koichi Nakano, professeur à l'Université de Sophia,

"pour la première fois depuis de nombreuses années, les Japonais ne sont pas sûrs que les Etats-Unis, et son président en particulier, soient une force pour le bien, qu'ils garantissent vraiment la sécurité de le pays et la région ".

Cependant, aucun de ces doutes ne devrait se refléter dans les démonstrations d'amitié et de solidarité que Shinzo Abe et Donald Trump présenteront pour les caméras.

 

 

 

 

SOURCE: AL JAZEERA NEWS : JapanNorth KoreaUnited StatesDonald TrumpShinzo Abe

Dien Luong is a freelance journalist based in Vietnam. Follow him on Twitter: @DienLuong85

SOURCE: AL JAZEERA NEWS

19/10/2017

Kobe Steel: A scandal made in Japan

n la publication de Flores Magon

 
 
L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, texte
 
J’aime  #Cgt #loitravail Manifestation Rdv 14h place du 18 juin 1940 (Montparnasse) Paris : Manif. La CGT et Solidaires organisent ce jeudi une troisième journée contre les ordonnances, en vigueur depuis près d'un mois, en attendant une éventuelle action plus large avec d'autres syndicats, qui pourrait être décidée lors d'une réunion le 24 octobre.
 
Plus de 500 000 suppressions d'emplois en cours ou envisagées 
ET SI TOUTES LES VICTIMES DÉJÀ PROGRAMMÉES DES LICENCIEMENTS SE RETROUVAIENT LE 18 NOVEMBRE POUR LA MARCHE SUR L'ÉLYSÉE ET CAMPAIENT SUR LES JARDINS PUISQUE CE SERAIENT DES "VACANCIERS"
 
 Selon Steven Mnuchin, Wall Street, qui frôle des sommets, pourrait s’effondrer si le Congrès n’adopte pas les baisses d’impôts voulues par Donald Trump.

Théorie du ruissellement

« Il n’y a aucun doute sur le fait que la hausse des marchés d’actions s’explique par des attentes sur les baisses d’impôts et la réforme fiscale », a-t-il déclaré dans un entretien au journal en ligne Politico. « Si la réforme passe, le marché continuera de grimper. Mais je suis sûr que, si elle ne passe pas, vous allez voir une inversion significative de ces gains. »

 COMPTE RENDU Le secrétaire américain au Trésor agite le spectre d’un krach bour

La mise en garde s’adressait d’abord au Congrès, jusqu’à présent incapable de s’entendre sur la réforme phare promise par le président républicain : un cocktail de dérégulation et de baisses d’impôts considérables, inspiré des mesures de Ronald Reagan (1980-1988) et censé profiter à l’activité.

Les 30 ans du krach de 1987

Steven Mnuchin n’a probablement pas choisi son jour au hasard. Ses propos sont en effet intervenus la veille du 30e anniversaire du krach boursier du 19 octobre 1987.

 Le Monde Sponsorisé Sous le coup de plusieurs enquêtes anticorruption, l’avionneur européen apparaît fragilisé comme jamais. Pour expliquer ces turbulences, les regards se tournent vers les Etats-Unis. #abos

Dollar et diplomatie : le « risque Trump » sur le marché des changes
Dans sa chronique, l’économiste Barry Eichengreen explique que la garantie de sécurité américaine pour l’Asie pourrait s’affaiblir, et fournir à la Chine une occasion de s’immiscer dans cette brèche géopolitique qui profiterait à sa monnaie, le renminbi. 

Les experts ont prononcé les derniers sacrements de la domination mondiale du dollar depuis les années 1960, soit depuis plus d’un demi-siècle. C’est ce que montre le nombre d’occurrences de l’expression « chute du dollar » dans toutes les publications de langue anglaise cataloguées par Google.

Monnaie dominante jusqu'ici, le dollars Alliances et choix d’une monnaie internationale à l'image de  la consternation de nombreux traders, la valeur du dollar fluctue considérablement


 CHRONIQUE 
Dollar et diplomatie : le « risque Trump » sur le marché des changes . Barry Eichengreen (Professeur à l’université de Cambridge et à l’université de Californie à Berkeley)

 

Kobe Steel: A scandal made in Japan

 

Kobe Steel, Ltd., ou Kobelco, est une importante entreprise sidérurgique japonaise fondée en 1905 et dont le siège social est situé à Kōbe. L'entreprise fait partie de l'indice TOPIX 100. Kobelco produit également des engins de génie civil. Wikipédia

Kobe Steel scandal grows in Japan as more carmakers hit

Kobe Steel: A scandal made in Japan

Japan's third-largest steelmaker has admitted it faked data on parts used in cars, planes and trains.

Business & Economy, Japan, Asia

 
 

FROM THIS EPISODE

Kobe Steel, est le troisième plus grand sites sidérurgiques a avoir admis avoir triché - fauté suite à la livraison de produits à plus de 200 entreprises au cours de la dernière décennie. 

Kobe Steel Warns That Further Data May Be Falsified

Kobe fournit des composants aux industriels ou les question de sécurité sont vitales - y compris les constructeurs automobiles, de trains et avions. C'est donc un scandale inquiétant pour l'industrie du transport du monde entier.

 Général Motors, Boeing, Toyota et Honda sont parmi les compagnie qui vérifient leurs produits et chaines d'approvisionnement.

 Shinkansen, le fabriquant de train japonnais affirment qu'il a déjà trouvé des pièces fournies qui ne correspondaient pas aux normes de l'industrie. Le fabricant de métaux de 112 ans a déclaré que d'autres cas pourraient être découverts.

Florence Looi rapporte de Tokyo  sur les questions derrière le scandale et l'effet sur la réputation du Japon.

Marcel Thieliant, économiste chez Capital Economics, rejoint Counting the Cost pour discuter du scandale de Kobe et de la culture d'entreprise japonaise.

"C'est définitivement une grave menace pour l'avenir de l'entreprise ... mais il y a une chance qu'ils s'en remettent", dit Thieliant.

«Ces entreprises existent depuis très longtemps et font face à une forte concurrence de la part de la Chine et d'autres pays, mais aussi de la culture d'entreprise. Les employés y travaillent très longtemps ... ils ne veulent pas perdre leur emploi. .. Ils travaillent souvent de très longues heures, donc parfois ils peuvent faire des choses pour plaire à leurs managers, ce qui n'est pas dans le meilleur intérêt de l'entreprise à long terme ... C'est réglé ... Mais changer la culture d'entreprise plus longtemps que d'imposer certaines règles et de les remplir sur le papier. "

Aussi sur cet épisode de Counting the Cost:

 

Problème de bulle: Pourquoi le Fonds monétaire international (FMI) et Richard Thaler, le «père de l'économie comportementale» et lauréat du prix Nobel d'économie, annoncent un danger pour l'économie mondiale.

 Le FMI a passé la dernière décennie à essayer de reprendre les choses après avoir échoué à prédire la dernière crise financière. Cette semaine, le FMI a indiqué que près de 75% du monde connaît maintenant une reprise.

Il prédit que l'économie mondiale augmentera de 3,6% en 2017 et de 3,7% en 2018. Ce chiffre est légèrement supérieur à la croissance de 3,5% et de 3,6% qu'elle prévoyait en juillet.

Mais le FMI a également lancé un avertissement: il a déclaré que les coûts d'emprunt, qui sont historiquement bas, destinés à aider la reprise économique, augmentent les niveaux d'endettement dans les plus grandes économies du monde. Il a désigné la Chine comme l'un des pires contrevenants.

Shihab Rattansi rapporte des réunions annuelles de la Banque mondiale et du FMI; et David Coker, conférencier à la Westminster Business School, discute des failles de l'économie mondiale

Siemens contre la Russie: la société allemande Siemens va entamer des procédures judiciaires contre la Russia concernant quatre turbines de production d'électricité que Siemens a vendues au Kremlin et qui se seraient retrouvées en Crimée.

La Crimée est soumise aux sanctions de l'European Union sur les fournitures technologiques, après que la Russie a annexé la région il y a trois ans. selon l'enquête de Rory Challands, journaliste d'Al Jazeera en se qui concerne la Crimée.

Fontaine de Trevi sponsorisée par Fendi: Pourquoi, sans investissement privé, beaucoup des monuments les plus importants d'Italie risquent de se dégrader. Neave Barker rapporte de Rome.

 

Source: Al Jazeera

 Kobe Steel: A scandal made in Japan Japan's third-largest steelmaker has admitted it faked data on parts used in cars, planes and trains.

 Kobe Steel : l'industrie japonaise plombée par les scandales à répétition
Kobe Steel falsifiait ses produits depuis plus de 10 ans - Boursorama
Au Japon, Kobe Steel au cœur de la tourmente - Le Monde

kobe steel france



08/12/2016

Football Leak

n

 
 

euro 2016 but.jpg

 

Dans les pays démocratiques et développés, l’argent est devenu la seule balise. Après avoir été méprisés ou honnis jusqu’à la fin des années 1970 – une Rolls était alors le sommet de la ringardise –, le « fric » et ses attributs clinquants se sont imposés en force depuis les années 1990. Une caste étroite a vu son patrimoine et ses revenus grimper à des sommets inédits, pendant que se développait simultanément une grande classe pauvre de chômeurs, d’immigrants, d’employés saisonniers ou temporaires.Ces fortunes colossales et très visibles, accumulées par des financiers, des industriels ou des hommes politiques, ont redéfini le système de valeurs.

L’argent est devenu une fin en soi, puisque au-delà de ce qu’il permet d’acquérir, il est la clé du positionnement social. Il n’y a plus de héros. Il y a des riches

Pierre Desproges - A MORT le foot 

 

 

n À mort le foot (16-06-1986) par Pierre Desproges Chronique de la Haine Ordinaire par Pierre Desproges sur France Inter

 

Le Monde Sport révèle l’existence d’un virement d’argent douteux de l’ancien champion ukrainien à un dirigeant du sport russe désormais suspendu à vie pour corruption. #abonnés Soupçons de corruption au CIO : les liaisons dangereuses de Sergueï Bubka LEMONDE.FR

 

Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi : citoyen actif, mon blog

Le football a bien évolué depuis Socrate. "Sócrates, le footballeur...".... Le football est devenu un bussiness a part entière "  Le" Foot business "avec ses histoire de corruption " L'envers du terrain :Corruption à la FIFA" Dans Thema Sport : le revers de la médaille - Arte :20h50 (91 min) Comment le culte et le marché de la performance sportive condamnent les athlètes de haut niveau à une escalade néfaste, avec des dommages souvent irréversibles pour leur santé. Une enquête exceptionnelle sur une réalité occultée. Sport : le revers de la médaille | ARTE , Fifa en congrès  Après la victoire de la France sur l'Islande en 1/4 de finale de l'Euro, revivez les débats qui ont fait l'après-match sur les plateaux TV dans notre Zap'Euro. les notes des bleus Lire la suite ici

Le foot, reflet de la société est devenu un Jeux de pouvoirs

Le foot avarié

Depuis le 2 décembre dernier et la divulgation des premiers éléments tirés de la fuite de plus de 18 millions de documents confidentiels, Football Leaks apporte chaque jour son lot d'informations.

Cristiano Ronaldo, José Mourinho Football Leaks, l ... - YouTube

Cristiano Ronaldo aurait dissimulé 150 millions d'euros dans des paradis fiscaux

Selon l'enquête Football Leaks, menée par douze médias européens dont Mediapart, Cristiano Ronaldo aurait dissimulé, depuis 2008, 150 millions d'euros dans des paradis fiscaux. Une combine qui aurait permis à la star portugaise de faire l'impasse sur 31 millions d'euros d'impôts. D'autres stars de ballon rond, comme José Mourinho et Falcao, auraient également bénéficié de ce système d'évasion fiscale élaboré par Jorge Mendes, l'agent le plus influent de la planète foot.

Il faudrait qu'un smicard travaille 13.000 ans... 13.000 ans... et qu'on ne me parle de démagogie où l'indécence du système n'a rien à envier à l'indécence des individus...

 
Après la fraude fiscale, les prochaines révélations du Football Leaks

Le scandale révélé par l'enquête baptisée Football Leaks, basée sur la fuite de 18,6 millions de documents, sur le modèle des Panama Papers, et relayé par douze médias européens (l'«European Investigative Collaborations» dite ECI), promet de nouvelles révélations fracassantes. Alors que Cristiano Ronaldo, José Mourinho et leur agent Jorge Mendes sont au cœur d'un scandale de fraude fiscale depuis hier, l'enquête va continuer d'alimenter l'actualité, promettent ses relais. En France, le site Mediapart a levé une partie du voile sur la nature des prochaines informations. Le journaliste Fabrice Arfi explique sur l'antenne de la chaîne d'information I-Télé ce matin : « C'est une industrie de l'évaporation de l'argent du football qui va être révélée. On va parler de corruption, de prostitution, d'esclavagisme moderne et de connections avec les vraies mafias ces prochaines semaines. » L'EIC promet un calendrier de révélations étalés sur les trois prochaines semaines. 

Football Leaks : Mediapart relate les pires coups tordus des agents Par (Sport24.com)

Nouvelle révélation dans le scandale «Football Leaks». Après avoir attiré l'attention sur les joueurs et leur fiscalité, Mediapart et les douze médias européens impliqués dans le collectif Football Leaks publient ce jeudi une liste où figurent le nom de 11 agents, dont Mino Raiola, le conseiller de Paul Pogba ou encore Zlatan Ibrahimovic. L'objectif est simple: démontrer les pratiques douteuses et dresser un tableau très sombre de ces personnages qui occupent désormais une place centrale dans le milieu du football.  

Dans les coulisses des Football Leaks - YouTube

«Football Leaks» : Di Maria et Pastore dans la tourmente

Chose promise, chose due. Les révélations continuent de tomber dans l'enquête baptisée «Football Leaks», menée par le consortium European Investigative Collaborations (EIC) composé d'une douzaine de médias européens. Ce jeudi, Mediapart prétend lever le voile sur «une mafia du foot argentin» et cible notamment deux stars du PSG : Angel Di Maria et Javier Pastore. Le premier nommé toucherait ses droits à l'image via une société basée au Panama, tandis que le second recevrait de l'argent de Nike par «une coquille offshore» en Uruguay. Mais ce n'est pas tout :

«Leurs transferts, comme ceux de nombreux joueurs (Higuain, Falcao, etc.), ont également donné lieu à des commissions occultes via des agents argentins. Matchs achetés ou joueurs sélectionnés dans l'équipe argentine pour faire grimper leur cote font aussi partie des méthodes utilisées», prétendent nos confrères. Ni Angel Di Maria, ni Javier Pastore n'ont répondu aux questions d'EIC. Le PSG, lui, plaide «l'ignorance sur la destination finale des fonds» versés aux agents concernés.   

Les dernières révélations de Mediapart pointent les « coups tordus » des hommes de l'ombre du marché des transferts. Un sens des affaires sans scrupule et la confiance aveugle des stars leur permet d'afficher des revenus indécents.

Aujourd'hui, l'article de Mediapart - relais français de l'European Investigative Collaborations (ECI), qui rassemble une douzaine de medias - revient sur l'obscur milieu des agents de joueurs, avec de nouveaux éléments.

Une galaxie de profils

Depuis 2015 et la règlementation mise en place par la Fifa bafouée au quotidien, le mot «agent» a été officiellement remplacé par le terme «intermédiaire», rappelle Mediapart, en introduction de son article, passant ensuite en revue ceux qui font la pluie et le beau temps du football mondial sur le Mercato Foot. Des noms à la fois reconnus des spécialistes et qui entretiennent leur anonymat à l'égard du grand public, comme si leur reconnaissance se situait ailleurs: Mino Raiola, Constantin Panagopoulos, Volker Struth, Alexandre Pinto Da Costa, David Manasseh, Soren Lerby, Bayram Tutumulu, Pini Zahavi… Derrière cette galaxie de profils internationaux, des histoires de transferts toutes plus rocambolesques les unes que les autres: fausses factures, commissions farfelues, manœuvres fiscales, banquier occulte… La Fifa évalue à 368 millions de dollars les commissions versées par les clubs européens aux intermédiaires en 2016. Et les histoires incongrues s'empilent.

Par exemple, celle du transfert de Gareth Bale au Real Madrid il y a trois ans et demi, en provenance de Tottenham, pour 101 millions, révèle Mediapart. Le montant de la transaction entre les deux clubs était jusqu'à présent resté secret afin de ne pas vexer Cristiano Ronaldo, qui n'avait coûté «que» 94 M€ au club espagnol précedemment. L'agent anglais David Manasseh a encaissé 16,37 M€, comme le précise un document du 2 septembre 2013, «qui ne fait même pas la taille d'un contrat de location de voiture».

Neymar gagnerait 100.000 € par jour au PSG Par (Sport24.com) Selon les révélations des Football Leaks, publiées par le magazine allemand Der Spiegel, le salaire de Neymar au Paris Saint-Germain serait plus élevé qu'annoncé ce qui faisait déjà de lui le deuxième joueur le mieux payé au monde derrière Carlo Tevez et les 38 M€ qu'il empoche annuellement à Shanghai, en attendant la revalorisation de Lionel Messi à Barcelone annoncée stratosphérique.

28% de commissions

Les plafonds de rémunération sont régulièrement transpercés, affirme Football Leaks. Ainsi, quand le Brésilien Hulk quitte le FC Porto pour le Zenith Saint-Pétersbourg pour 55 M€, l'agent Constantin Panagopoulos perçoit 13 M€ après impots en trois fois, soit 28% de commissions. Si le plafond de rémunération varie selon les pays, il ne doit pas dépasser, en théorie, 3% du revenu brut du joueur sur la durée du contrat…

La situation du Danois Soren Lerby, ex-joueur passé par Monaco à la fin des années 80, est, à ce titre, ubuesque. Reconvertis intermédiaires, Lerby et son épouse ont monté un business qui leur permet, lors d'un même transfert, d'être à la fois représentant du joueur et du club. En conclusion de l'affaire, l'argent termine sur le même compte bancaire, explosant les pourcentages de rémunération.

Que dire des méthodes d'Alexandre Pinto Da Costa, le fils du de Jorge Pinto Da Costa, président du FC Porto. Le transfert de Casemiro, prêté par Porto au Real Madrid pour la saison 2014-2015, est éloquent. 980 000 euros ont été versés par le père à la société de son fils au travers de fausses factures et de contrats antidatés. Le dossier est si sensible que les deux hommes ont trouvé un autre intermédiaire pour cacher le paiement: Nelio Lucas, patron portugais du fond d'investissement Doyen Sports.

Conclusion de Mediapart sur ces «coups tordus» à répétition des hommes de confiance des stars du ballon, la Fifa «ne contrôle rien», elle «laisse faire et la règlementation instaurée en 2015 «officialise sa capitulation» face à ce monde des affaires du foot qui «produit ses propres règles» et agit en totale impunité. 

 

A lire Football Leaks : les commissions faramineuses des agents du foot

En direct de Mediapart»: Football Leaks et l'industrie de la ... - YouTube

 

Football Leaks | Football and TPO whistleblowing

Football Leaks - Ces agents très spécieux - L'Équipe

« Football Leaks » : le fisc espagnol réclame les documents - Le Monde

Football Leaks: Les étranges arrangements des agents

Football Leaks : les commissions faramineuses des agents du foot

Football Leaks - Mirror

Entretien avec Football Leaks, le site qui fait trembler le monde du foot ...

Pierre Desproges - A MORT le foot Créé le samedi 11 juin 2016

A lire aussi 

Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi : citoyen actifargent roi : citoyen actif

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu