Avertir le modérateur

24/07/2017

la crise de l’esplanade des Mosquées

n

Editorial. En installant des portiques de détection de métaux à l’entrée de l’esplanade des Mosquées, la police israélienne a déclenché une nouvelle crise qui a déjà fait plusieurs morts. Dans le sang, Jérusalem vient de rappeler, une fois de plus, une vérité première : cette ville n’est pas comme les autres. Elle occupe une place particulière dans la vie des trois grands monothéismes – judaïsme, christianisme, islam. A l’intérieur, en son point focal, elle abrite, sur quelques mètres carrés, un concentré explosif d’histoire, de religion et de politique : l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, est soutenue, sur un côté, par le mur des Lamentations, l’un des lieux les plus sacrés du judaïsme.

LES FAITS

  • Après l'assassinat de deux policiers israéliens par trois Palestiniens, le 14 juillet, Israël a décidé d'installer des portiques de sécurité aux abords de l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem.
  • La mesure a scandalisé les fidèles musulmans, et les troubles violents ont fait huit morts et plus de 800 blessés depuis le 21 juillet.

A lire En image Tensions en Israël autour de l’esplanade des Mosquées

 Quels sont les enjeux de la crise de l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem ?  

En un moment de l’affrontement israélo-palestinien où chacune des parties prenantes habille de plus en plus aux couleurs du religieux sa revendication nationale, Jérusalem est devenue le symbole du conflit – l’esplanade des Mosquées en étant l’épicentre. Ici, tout peut dégénérer

ECLAIRAGE Jérusalem : un demi-siècle de conflit expliqué en cartes VIDÉO

 

Une modification du statu quo « aurait des conséquences imprévisibles dans le monde et dans l’ordre régional », a-t-il dit. Ce n’est pourtant pas l’avis des représentants du Waqf – la fondation pieuse jordanienne administrant le site – dépossédés de leurs attributions pendant le week-end, qui dénoncent les initiatives unilatérales d’Israël.

Piotr Smolar, correspondant du « Monde » à Jérusalem, répondra à vos questions à partir de 15 heures. SUIVEZ LE LIVE DE L'ÉVÉNEMENT

Policiers, émeutiers, « martyrs » tueurs de colons : ces acteurs classiques des violences dans le conflit israélo-palestinien ont joué leur triste partition, vendredi. Mais un mouvement de résistance civique, non violent, mobilise aussi l’opinion publique palestinienne, chauffée par les médias et les responsables religieux.

Benyamin Nétanyahou était sous la pression de la droite nationale religieuse, incarnée par le ministre de l’éducation Naftali Bennett. Celui-ci a affirmé que « se soumettre à la pression palestinienne porterait atteinte à la dissuasion israélienne ». Si le premier ministre avait retiré les portiques, son camp l’aurait accusé de faiblesse en matière de sécurité.
 

La suite des événements demeure imprévisible. M. Nétanyahou s’en est remis à la police, se ménageant ainsi une marge de manœuvre au sujet des portiques. Les concertations avec la Jordanie se poursuivent. Mais pour l’heure, le premier ministre a choisi d’assumer le prix des affrontements, qui le placent dans une situation classique de gestion de crise.

La mosquée Al-Aqsa est la maison commune à défendre, par la prière de rue. Pour les croyants, il en va non seulement de leur foi, mais de leur identité et de leur fierté comme Palestiniens. Les habitants de Jérusalem-Est sont particulièrement mobilisés. L’esplanade des Mosquées fait partie de leur géographie intime. En y mettant les pieds, fin septembre 2000, Ariel Sharon, alors chef du Likoud, avait déclenché la seconde Intifada.

Alors que la tension reste vive à Jérusalem-Est, secouée depuis une semaine par la crise de l’esplanade des Mosquées, Amman, la capitale jordanienne est à son tour visée. Un Jordanien a été tué et un Israélien grièvement blessé lors d’un « incident » survenu dimanche 23 juillet à l’intérieur de l’ambassade d’Israël à Amman, la capitale jordanienne, selon une source des services de sécurité jordaniens.

À LIRE AUSSI Israël - Palestine. Jérusalem-Est sur le point de s’embraser ?

Lors de son voyage en Europe, M. Nétanyahou a fait une autre comparaison, devant les journalistes israéliens. « Lorsque j’ai visité la tour Eiffel, j’ai noté que quelque chose avait changé. Vous savez quoi ? Ils ont installé des détecteurs de métaux. »

Mais cette pédagogie sécuritaire méprise l’importance religieuse et psychologique de la mosquée Al-Aqsa pour les Palestiniens. Privés de toute perspective politique et de l’émergence d’un véritable Etat, soumis depuis cinquante ans au régime d’occupation, ils voient le lieu saint comme le cœur battant de leur identité, un rare havre de paix et un lopin de souveraineté menacé, dans une ville annexée par Israël depuis 1967. Ainsi À Bethléem, la «barrière de séparation» d'Israël asphyxie les Palestiniens de Cisjordanie : LES MURS DANS LE MONDE (2/6) - Le mur, qui englobe des colonies, protège des attentats mais prive les agriculteurs de leurs terres et empêche une majorité de Palestiniens de se rendre sur leurs lieux saints.

C’est particulièrement vrai à Jérusalem-Est, où la population palestinienne vit dans une sorte de trou noir, délaissée par tous. Elle ne relève pas de l’Autorité palestinienne, tandis que la mairie de Jérusalem la néglige. Aucun autre lieu ou sujet ne mobilise autant la martyrologie palestinienne qu’Al-Aqsa. Le gouvernement israélien prend le risque de l’activer.

 

Watch Inside Story: Is Israel changing the status quo around Al Aqsa?

 Source: News agencies

L’esplanade est une cause sacrée dans le monde arabe. Le rapprochement entre Israël et le front arabe sunnite anti-iranien peut être remis en cause par les événements de Jérusalem. Parce qu’il est à la tête d’un gouvernement qui défend d’abord l’extension de la colonisation, M. Nétanyahou ne veut pas céder sur les portiques après la tuerie d’Halamish. Le piège se referme. La Ville sainte entre, une fois de plus, dans la zone des tempêtes. Ce n’était pas inévitable.

Israël-Palestine. À Jérusalem, trouver le bon compromis Pour arrêter l’escalade de la violenceISRAËL devrait retirer les portiques de sécurité compliquant l’accès à l’esplanade des Mosquées. La sécurité du site devrait être assurée en concertation avec les parties concernées, estime le chroniqueur YEDIOT AHARONOT - du quotidien populaire de TEL-AVIV

Le correspondant du Monde à Jérusalem, Piotr Smolar, a fait le point vec les internautes du Monde.fr.

Les critiques émises par la ligue arabe ou par le président turc peuvent-elles infléchir la position israélienne ? Si ces derniers étaient démontés, cela suffirait-il à faire revenir le calme ?

Le contexte régional au MOYEN-ORIENT ( PALESTINE )  importe, bien sûr, mais il n’est pas déterminant. Tout d’abord, les critiques de la Ligue arabe ont été tardives et modérées. Les pays sunnites sont franchement accaparés par l’affaire du Qatar, ainsi que par leur confrontation avec l’axe chiite, conduit par l’Iran. Ils n’ont aucune envie qu’un nouveau front religieux s’ouvre à Jérusalem.

 "Le cycle de violences, ouvert par l’attaque du 14 juillet sur l’esplanade des Mosquées, risque fort d’échapper au contrôle des dirigeants israéliens et arabes"

 Propos de Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris)

Plus le temps passe et plus le pourrissement s’installe. Plus la crise dure, et plus le risque d’actions palestiniennes violentes, en Israël et en Cisjordanie, s’accroît. Ceux qui doivent trouver le compromis ne sont pas non plus dans de bonnes dispositions, sous pression de leur opinion publique. M. Nétanyahou ne veut pas être accusé par la droite nationale religieuse de capitulation. Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, très impopulaire, doit épouser la colère de la rue et annonce la fin des contacts avec Israël, y compris la précieuse coordination sécuritaire.

kadosh d'Amos Gitai

19/07/2014
Au nom du Temple - citoyenactif

Au nom du TempleCréé le lundi 15 août 2016

Pierre Bourdieu sur l'EtatCréé le mercredi 21 août 2013

Les débats

 

27/12/2015

Le Pen présidente... On nous aura prévenus |

n

 

 

Le Pen présidente... On nous aura prévenus

 " Je vous invite a lire cet très bonne BD qui montre comment le FN après avoir réussi a imposer ces idées depuis 30 ans à la société française et aux élites gouvernementales, a réussi a faire son coup d'état démocratique. déjà en novembre 2015, les déclarations de Valls en tête reprenant ouvertement les idées du FN tout en s'en cachant aurait du nous alerter dans un futur proche sur l'avenir noir"

Une BD très bien faite, pédagogique et une alerte de Marinne Le pen dans un futur proche ( élection de 2017 pour les présidentielle). Ce n'est pas si farfelue sachant que le contexte s'y prète bien depuis 30 ans par des politiciens de tout bord, qui sous couvert de lutte utile pour lutter contre l'extrême droite sont les premiers a s'allier en vue de carrière électorale a l'image de Meunier François  et alors que le replis identitaire gagne l'Europe.   . Julien Dufour à Mairie d'Antony3 décembre, 20:23 · Antony ·Au Conseil municipal d'‪#‎Antony‬, FMeunier François élu Front de Gauche annonce ce soir son ralliement au ‪#‎FN‬‪#‎IDFBleuMarine‬ , ‪#‎RégionalesIDF‬ , ‪#‎Fn92‬ 

 

La Présidente »: une bande dessinée où Marine Le Pen ... - YouTube

 

 Pourquoi Marine Le Pen va être élue présidente en 2017 - 10 minutes pour comprendre , 

[A LIRE AVANT LE 7 MAI] Programmes, portraits des candidats, grands enjeux économiques... PRESIDENTIELLE 2017, LES CLÉS DU SECOND TOUR, un numérique à télécharger gratuitement

1la publication de La Horde

« Comme l'extrême droite réagit-elle au mouvement social qui agite la France autour de la loi El Khomri, et dont on espère qu'il est parti pour durer ? Pour le FN, c'est la faute à l'Europe et aux immigrés, pas aux patrons ; et à part dénoncer les vilains casseurs, rien de neuf sous le soleil. Du côté de l'extrême droite radicale, on s'excite, et on tente d'attaquer les « gauchistes » qui semblent reprendre du poil de la bête. Cependant si le milieu nationaliste « classique » peine, heureusement, à trouver sa place face à la colère sociale, chez les confusionnistes, on se frotte les mains, et on essaye de s'incruster dans le mouvement, mais pour finir par révéler sa véritable nature... »

Pour ceux qui aiment être pris pour des cons... votez FN.. 

Cet ancien élu du Front de Gauche ( FDG) qui a rejoins cet été le FN. Au passage, les personnes qui ont voté pour lui en pensant mettre une politique de gauche et faire barrage au FN ont tout simplement été floués

 

 

Pascal Bavencove : "Un certain nombre de mes amis ont un ami commun Meunier François. Il s"agit d'un responsable FN du 92 faites passer l'info. Et surtout virez le".

 
 
L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout
EDWY PLENEL

Ce dimanche, Mediapart consacre une édition spéciale pour décrire, de façon documentée, ce qui se passerait si le Front national arrivait au pouvoir. Partagez la avec tous ceux, autour de vous, qui, par colère légitime ou par égarement politique, confondent post-fascisme et démocratie. Nous ne cesserons de le répéter d'ici le 7 mai : voter Macron, ce ne sera pas approuver son programme mais défendre un espace public démocratique où la contradiction, le conflit, la mobilisation, etc., sont possibles face à des politiques injustes, avec des contre-pouvoirs, une presse libre, une justice indépendante, des syndicats respectés, etc. A lire sur www.mediapart.fr !

 

Accueil - 2013-14 - émissions de Mars Marine se fait couler un bain Le lundi 17 mars 2014 

La présidentielle, vue(s) d'Europe

 

 Face au père encombrant, Marine Le Pen essaye de déminer le terrain alors que le Front national se cherche des allier au parlement européen. Famille je vous ai" : Marine Le Pen expérimente t'elle la maxime de Gide. En tout cas la présidente du FN a " osé" publiquement dénoncé les propos de son père les propos de son père sur Patrick Bruel mais pas les propos mais plutôt les conséquences. Une faute politique selon elle.

Difficile au Front National de faire comme si Jean Marie Le Pen n'existait pas. Le président d'honneur du parti a encore des choses a dire et il le fait sentir chaque semaine sur le site du front national dans son journal de bord ( journal de bord de Jean Marie Le Pen : Journal de bord de JMLP | Works Categories | Front National) sorte de tribune politique ou tout est permis , surtout lorsqu'il s'agit des ennemi du parti  " M Bruel ici", J.M Le Pen : " Au bas oui , oh bas écouter, on fera une fournée la prochaine fois" 

Un dérapage clairement antisémite qui a susciter le malaise dans les rang du FN . "Je vous mets au défi de trouver une phrase antisémite dans ma vie politique", lance le président d'honneur du FN après son dernier dérapage. Florilège.Politique|9 réactions  Ils ont voté Front National. Pour la première fois, Marine Le Pen a pris de la distance avec les diatribes de son père. Elle a dénoncé une faute politique. Réplique immédiate du paternel : " Vous voulez ressemblez aux autres partis politiques. Si c'est ce qu’ils veulent, je fais référence aux dirigeants du Front National, ils ont réussi. Je crois que c'est eux qui ont fait une faute politique, pas moi.

 


Piqûre de rappel: https://www.youtube.com/watch?v=UeG-af-F04Q

 

 

A lire Oui, Jean-Marie Le Pen a bien tenu des propos antisémites dans sa carrière - nouvels obs, » Le Pen réplique à sa fille : la "faute politique" c'est "la pensée unique"» Jean-Marie Le Pen dérape : sa fille évoque "une faute politique"

 

Réfugiés: comment Marine Le Pen vole l'histoire de la Résistance Le PS et les Républicains paniquent à l’idée de perdre leurs sièges au bénéfice du monstre. Un monstre qui a prospéré sur leurs politiques…


Marine Le Pen : la bataille des mots - Depuis son investiture en 2011, la présidente du Front national a modifié le discours de son parti, prenant ses distances avec l'extrémisme associé à son père, Jean-Marie Le Pen. Certains affirment qu'elle serait la seule à «parler vrai». Qu'en est-il ?
USA : les devins du crime - Aux Etats-Unis, la police «prédictive» a pour vocation d'anticiper les prochains crimes et délits. Grâce à certains algorithmes, des scientifiques et des entreprises établissent les futures cartes de la délinquance. Comment ce système fonctionne-t-il ?

 
"Envoyé Spécial" : Marine le Pen - la bataille des mots - 14/01Le Pen présidente... On...
n
 

 


Marine Le Pen : la bataille des mots (Elise Le Guevel et Ghislain Delaval). Pour inaugurer sa nouvelle rubrique — très à la mode — de « décryptage » de l'actualité (avec fact-checking des chiffres et analyse des effets de manches politiques), Envoyé spécial a choisi de détricoter la rhétorique de Marine Le Pen, soulignant assez efficacement le gouffre entre ses déclarations dans les médias et ses discours dans les meetings. Par quel tour de passe-passe ses mensonges ou approximations peuvent-ils passer pour un « discours de vérité » ? Comment a-t-elle « réussi son OPA sur le concept de laïcité » (Jean Baubérot) ? Comment fonctionne son « langage à tiroirs » ? Elise Le Guevel interroge notamment Cécile Alduy, professeur de littérature à Stanford, qui a passé tous les discours du FN (depuis 1987) au crible d'un algorithme pointant les glissements ­sémantiques et les ressorts de la prétendue « dédiabolisation ».

 

 

 

Envoyé spécial - Florian Philippot le Mazarin de Marine - 13 octobre 2016

Ce que les candidats disent de l'Europe, ce que l'Europe dit des candidats rouver dans un livre d'économie qui défend le capital et les riches, en gros il faut dire merci et baiser leur pied quand on meurt ou quand on souffre ( physiquement ou psychologiquement) :
c'est à gerber

 

 

la conférence de presse de Marine le Pen © Julien Langlet - 2014

 

Marine Le Pen a présenté mardi matin ses huit têtes de liste aux élections européennes du 25 mai. Son ambition : "arriver en tête" et "provoquer un séisme politique".

 

Tout l’état-major du parti était là pour écouter Marine Le Pen dire à nouveau  son intention d’arriver en tête des élections européennes "pour lancer un signal très fort à l’Union européenne et à François Hollande" selon les mots du vice-président du FN, Florian Philippot.

 

Le FN dispose actuellement de trois eurodéputés. Il table maintenant sur 20 et même sur la possibilité de créer un groupe d’extrême droite au sein du Parlement européen.

 

Le reportage de Julien Langlet

 
"Le FN n'est pas dans une logique d'alliance" - source Alternative économique
La montée du Front national, dont le discours économique se déplace vers la gauche, pousse la droite à durcir ses positions sur l'immigration. Tout en maintenant une position antisystème, le FN réussit ainsi à imposer ses idées.

Extrait :A un an de l'élection présidentielle de 2012, le dernier sondage Ifop-Europe 1-Paris Match publié ce 26 avril révèle que les intentions de vote des ouvriers en faveur de la candidate du FrontNational sont en tête. Une reconquête pour le parti qui avait perdu des voix dans cette catégorie en 2007.

 

source : Europe : comment l'extrême droite profite de la crise

 



racisme,videos,l'arnaque de l'extrême droite avec marine le pen,video,texte,source ifop...)
 

Trop de candidats à droite ? estime le quotidien espagnol Público (gauche) dans une analyse de début janvier Nicolas Sarkozy ne peut entrer d'une quelconque manière "dans l'analyse de son bilan", relève Público, parce qu'il "n'y en a pas

 

Un "acte désespéré" du Président français ?

 

"Le Président a promis quelque chose qu'il n'introduira jamais", ��crit le journaliste

 

 Le 8 janvier, sur blog "Pèris en direct du nombril du monde" du Soir.be, une critique virulente de la presse française et de ses relations avec les politiques

 . « La tribune de François Hollande étalée en Une de « Libé », je trouve que ça convertit le journal en « tract électoral. » Tout ça pour faire un effet de Une. C’est cher payé. Je l’ai lu dans le Thalys Bruxelles – Paris. Je quittais un pays où cette pratique si peu journalistique est inconcevable, pour arriver dans un pays qui trouve ça normal. C’est « une habitude », une « tradition » : « Mais oui, souvenez-vous, Mitterrand avait fait pareil. » Dans le landernau médiatique français, un peu trop de choses sont devenues « normales », à force de laisser faire sans jamais s’indigner un bon coup 

 Dans un article datant du 31 décembre 2011, le jeu de l’UMP avec les idées familières au front national retient l’attention d'El Pais

François Hollande, la croissance et la démocratie sont les parents pauvres du projet (13 décembre.

 

  1. Découvrez le blog "French Fries 2012", du quotidien francophone "La Libre Belgique", sur la campagne présidentielle

Question immigration :

 

- Hollande proclame une émigration  « intelligente » : maitrise des flux migratoire ou émigration choisi selon les besoins des sociétés

- Sarkozy durcit le ton

- Marine Le Pen veut réduire par 20 la politique d’immigration

 

Selon la porte parole de François Hollande, ce n’est pas une question de quotas. Régler les situations aux cas par cas. Il n’y aurait pas de critères prédéfinis. Il entend

 

3 points :

Emigration économique (secteur de pénurie, selon le rapport Attali).

Le FN est contre, il veut pour des raisons d’idéologie nationalistes réduire l’immigration et forçait les français a prendre des emplois sous payer. En gros plus d’intolérance, autant voir plus de précarisation pour les salariés et pas de remise en cause du système néolibérale. Selon son programme le regroupement familial doit être interdit

Ils veulent supprimer toutes une série d’aide aux émigrés

  • Aide médicale d’état aux français d’origine étrangère sans ressources. Bref, ils veulent les laisser crever. Ils manipulent pour justifier ces mesures, le cout d’un français d’origine étrangère. Cette mesure crée par Jospin et rester sous Sarkozy (pas eu le temps de l’enlever).
  • Cette aide sert : a environ 600 000 personnes. Elle prend en charge les nécessiteux, pour des raisons humanitaires, sociales et sanitaires (éviter le retour des maladies infectieuses Tuberculoses) qui reviennent. Si elle a augmenté, c’est qu’elle a été ouvert a l’immigration européenne, donc les déclarations du FN est hypocrites dangereuses et fausses.
  • Le FN s’attaque a l’Europe et non à l’entreprise Renault dans sa responsabilité de la délocalisation au Maroc voir Renault critiqué en France pour son usine du Maroc

Pour le FN (Florent Filippo) , une politique d’immigration sérieuse, Préférence Nationale : «  on peut dire le patriotisme nationale » privilégié les français, même si ces compétences sont plus faible. Ils s’en prend ainsi aux plus faible et aucun reproche a la finance, propose pas de taxe sur la finance.

A la question du public Senat :

Qu’est ce qui se passe si le conseil constitutionnel rejette ( les 500 signatures) ?La véritable politique serait de tous les virés. Ces « merdes » qui nous gouvernent. A bas le front de la Haine

  

. En plein débat sur le thème de l'identité national ( thématique repris du Front National)

 

Le discours sur l'identité national (thème repris du FN) n'a pas permis de prendre des voie au Front National, mais a banalisé ces idées. Car selon l'AFP tiré d'un Dans un sondage Ifop pour Paris-Match diffusé fin janvier, le FN au niveau national était crédité de 8,5% des intentions de vote au premier tour et d'une capacité à se maintenir pour le second tour dans une dizaine de régions

 Ce ne sont pas seulement le discours populisme et xénophobe, mais aussi la question de l’insécurité dans le travail et la méfiance des politiques qui lui apporte l’engrais nécessaire à sa progression. C’est donc une victoire du FN de voir ces idées banalisées et véhiculé par les médias, l’UMP et les dérapages incontrôlées de Georges Fresh et consort.

 

Donc, aux régionales, pour "faire barrage au FN", on nous demandait de voter pour le PS, qui, quand il gouverne, mène une politique qui fait le bonheur du FN. Mouais... Donc, logiquement, il faut faire barrage au PS.  Le cercle des mécontents dépasse cette fois-ci largement l’habituel groupe des frondeurs du PSLa déchéance de nationalité provoque un malaise à gauche. LEMONDE.FR, Cécile Duflot "Si j'avais su qu'un jour je viendrais commenter la déchéance de nationalité... FRANCEINTER.FR, France. Pécresse inaugure son mandat de présidente d’Ile de France en stigmatisant les étrangers LECOURRIERDELATLAS.COM,  

"Le Pen présidente... On nous aura prévenus" - citizenKhane  : 

 

 Le PS court après la droite qui court après le FN qui explose dans les sondages. Quand on court après les sondages, il y a de la logique.

Allez aux urnes citoyens ! restez motives ....

 
 
 «C'est l'échec de Nicolas Sarkozy car Nicolas Sarkozy, d'évidence, n'est pas crédible comme représentant d'alternance après avoir lui-même, les Français le lui avaient signifié, échoué avant 2012», a déclaré Hervé Mariton sur Sud Radio et Public Sénat.

Le candidat à la primaire de la droite et du centre en vue de 2017 a cependant dit partager la ligne de Nicolas Sarkozy contre tout retrait ou fusion dans les régions où la droite est distancée et le FN menace de l'emporter, tel Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
 
C'est l'échec de l'ensemble des politiciens et du système politique qui n'est qu'une vaste mascarade. Ils portent tous une responsabilité depuis 30 ans.
 
Rappel : 

1970 => Création du FN => Moins de 1%
1973 => Législatives = > Moins de 2%
En 1980, il y avait approximativement moins de 300 adhérents au FN
1984 = > Législatives = > Plus de 10 %
1995 = > Présidentielles = > 15 %
2002 = > Présidentielles = > 20 %
2012 = > Présidentielles = > + de 17, 5 %

Et enfin hier = > Régionales = > 30 % - En octobre 2014 lors de leur congres, les Frontistes s'attribuaient plus de 50 000 adhérents (Source FN). Même si les chiffres sont gonflés, ça en fait quand même beaucoup.......

Et maintenant, on fait quoi ?????

 

  
 
  Ma voix, par Zed
  Elle est belle la France, par les Fatals Picards : 
  

 
 

 La meilleure chose que les dizaines de millions de citoyens ordinaires puissent faire face à ce danger est de ne pas écouter ce que les hommes politiques ont à dire à ce sujet

 

 
 je me suis rappelé de cette musique L'Hexagone

Donc, aux régionales, pour "faire barrage au FN", on nous demandait de voter pour le PS, qui, quand il gouverne, mène une politique qui fait le bonheur du FN. Mouais... Donc, logiquement, il faut faire barrage au PS.

Qui a dit, en 2010 : «C’est attentatoire à ce qu’est finalement la tradition républicaine et en aucune façon protecteur pour les citoyens»?

 
 

Voilà ce que c'est que de donner une sucette à une racaille : il veut piquer toute le boite !

Sans compter que c'est (encore) un coup d'épée dans l'eau :
"Loi n°98-170 du 16 mars 1998 - art. 23 JORF 17 mars 1998 en vigueur le 1er septembre 1998
L'individu qui a acquis la qualité de Français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat, être déchu de la nationalité française, sauf si la déchéance a pour résultat de le rendre apatride :
1° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme ;
2° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit prévu et réprimé par le chapitre II du titre III du livre IV du code pénal ;
3° S'il est condamné pour s'être soustrait aux obligations résultant pour lui du code du service national ;
4° S'il s'est livré au profit d'un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France.

…et une manière de faire parler du parti de la haine !"

 un moyen d'être au monde.

Déchéance

La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait souhaité en décembre 2011 que la déchéance de nationalité soit appliquée "dans les dix premières années après l'obtention de la nationalité" en cas de crime ou délit ou si on ne se soumet pas "aux grands principes" de la vie en France. Ce dernier point n'avait cependant pas été repris dans son programme pour la présidentielle 2012.

 

Ainsi des 2015 nous voyons les lois qui seront ensuite utiliser par Marinne Le Pen en 2017 pour légitimer les expulsion de masse, les arrestations de rappeurs sous le prétexte qu'ils incitent à la haine et aux terrorisme par leurs chansons contestatires. La porte est ouverte a de nombreux abus. 

 

Oui le contexte s'y prete a une parole décomplexée depuis les bons score du FN J

  

« La Présidente »: une bande dessinée où Marine Le Pen prend les rennes du pays
 
« Vous ne pouvez pas dire qu'on ne vous avez pas prévenu... », la petite étiquette en rouge sur la couverture en dit long sur la bande dessinée « La Présidente« . François Durpraire, consultant de BFMTV et politologue, dévoile une oeuvre dans laquelle la présidente du Front Nationale, Marine Le Pen, devient présidente de la République... « A l'hiver 2014, m'est apparu la possibilité d'une victoire de Marine Le Pen en 2017 », explique à Ma Chaîne Etudiante le politologue pour expliquer son oeuvre « La Présidente« . Si à la base, cette idée devait devenir un roman d'anticipation, c'est en discutant avec plusieurs confrères et amis qu'il décide d'en faire une BD.

Marine Le Pen présidente ? Une possible réalité

Cette bande-dessinée est-elle donc une oeuvre de futur fiction ou une oeuvre de futur probable ? Elle est vraisemblablement une oeuvre d'anticipation, explique François Durpraire. Marine Le Pen présidente c'est possible : « Pour moi il s'agit d'un futur réalité. L'idée de cette BD c'est aussi se sortir de l'idée d'un certain déni », explique le spécialiste à MCE en ajoutant que « on a pris le programme du Front Nationale, on a réuni un certains nombres d'experts (...), ce qui nous est apparu, c'est que le réalisme fonctionne ». Bien évidemment, cette oeuvre reprenant Marine Le Pen présidente n'est pas une apologie du Front National, et les enchaînements des événements semblent surtout se diriger vers un fiasco total.

Marine Le Pen n'est pas au courant de la bande-dessinée

S'il avoue avoir déjà rencontré Marine Le Pen avec son dessinateur, François Durpraire a gardé son travail et son projet secret. « On a tenu ça d'une manière assez secrète », confesse l'auteur, ajoutant que « très peu de politiques représentés dans la BD ne sont au courant ». François Hollande, Gérard Longuet, Jean-Marie Le Pen, tous les personnages de la classe politique sont représentés dans cette oeuvre. Allant de la panique au dramatique, cette bande-dessinée représente réellement une ambiance et une histoire prenante au coeur d'un mandat sous Marine Le Pen présidente.

Le Pen présidente... On nous aura prévenus | Moustique.be Les médias et politiciens ont bien travaillé : Cela est peut être tout sauf une fiction. Selon une étude publiée in juillet par la Commission, l'immigration est désormais la principale préoccupation des citoyens européens, devant les questions économiques et le chômage publié sur le site Euractiv.

 



Marine Le Pen, l'héritière :  marine le pen l'héritière 1.m4v

 

En novembre dernier, la situation économique, l'emploi et les déficits publics faisaient partie des inquiétudes numéro un des citoyens européens, selon une précédente enquête. L'immigration était alors en quatrième position (à 24 %).

Malgré la crise grecque, les Européens semblent aujourd’hui surtout préoccupés de l’arrivée de migrants sur le continent, selon un baromètre réalisé fin mai dans les États membres de l'Union européenne et les pays candidats, et rendu public fin juillet par la Commission européenne.

L’Allemagne, première destination des migrants dans l’UE a d’ailleurs déjà pris des mesures censées décourager les départs. En Albanie, l’ambassade allemande a par exemple lancé une campagne de publicité mettant notamment en garde les Albanais contre les « profiteurs sans scrupules » qui « racontent des contes de fées où les demandes d'asiles sont acceptées et les migrants trouvent un emploi et un appartement afin de les exploiter ». D’autres mesures ont été prises en Bavière, par exemple, où les conditions d’accueil se font de plus en plus difficiles.

Si certains pays sont bien évidemment plus demandés que d’autres, la crise de l’immigration touche presque tous les pays européens. Ceux qui y échappent encore s’inquiète néanmoins de la volonté de la Commission de mettre en place un système d’accueil paneuropéen basé sur le principe de solidarité.

 
 
The Female Face of Populism - Full Length Documentary (English
Lire : Les Européens se divisent sur la prise en charge des demandeurs d'asile

 

 

Autre préoccupation qui gagne du terrain : le terrorisme, dont les craintes ont également augmenté de manière significative depuis novembre 2014 dans l'ensemble de l'Union européenne (17 %, +6 points).

>> Lire : Un nouveau projet contre le terrorisme reproche à Twitter son laxisme

L'enquête Eurobaromètre est le second sondage d'opinion réalisé à l'échelle de l'UE depuis l'entrée en service de la Commission Juncker en novembre 2014. Elle est fondée sur des entretiens individuels menés courant mai, au cours desquels plus de 31 000 personnes ont été interrogées. 

 

Les fractures européennes : La montée des nationalismes et de l'euroscepticisme en Europe conduisent à un continent morcelé et fracturé.
Avec Christian Makarian, directeur délégué de la rédaction de l'Express.

 

 

 
MÉRIDIEN D’EUROPE  du lundi au vendredi à 5h06
 
 
Le Fn, une Arnaque Pour Mous Du Bulbe
1 h ·

Vous trouvez vraiment que le monde va mal?
Imaginez!
*merci philippe

 La machine populiste, avec Le Pen, Dewinter, Blocher, Jensen, Siderov


 
 
 
 

 

 


 

De Mohamed Merah à Amedy Coulibaly en passant par les frères Abdeslam, ces jihadistes viennent de communes pauvres et surtout de zones urbaines sensibles.Terroristes français : une géographie sociale accablante LIBERATION.FR

 

Le mot de la fin : Alternative libertaire "Le meilleur moyen de combattre le feu, c'est l'eau, parce que l'eau éteint le feu. Ici, l'eau, c'est la solidarité du droit des peuples à se défendre eux-mêmes, ensemble, contre un monstre vicieux." à l'image de ce  lienCe texte de Bobby Seale, cofondateur du Black Panther Party, est tiré de son ouvrage Seize The Time: The Story of the Black Panther Party, paru en 1970. Nous avons traduit l'un des chapitres, dans son intégralité ; le leader afro-américain y proposait un antiracisme socialiste, autrement dit, « une lutte des classes et non une lutte des races ». Les employés et les chômeurs de toutes origines contre ceux d'en haut, la minorité possédante au pouvoir — un projet d'émancipation qui tournait le dos à tous ceux, de tous bords, qui cherchaient à « obscurcir la lutte avec des différences ethniques ».  cf Black Panthers — pour un antiracisme socialiste REVUE-BALLAST.FR

 

Programmation musicale :
  Mon père était tellement de gauche, par Les Fatals Picards video 1, video 2 : 
  Tout in haut de ch’terril, par Edmond Tanière : Tout in haut de ch'terril - YouTube :

  Marine se fait couler un bain, par Tryo
  Ma voix, par Zed
  Elle est belle la France, par les Fatals Picards :

RIDAN - Ah Les Salauds !...


À lire :

  Bienvenue à Hénin-Beaumont : reportage sur un laboratoire du Front National, un livre d’Haydée Sabéran (2014, éditions La Découverte)

  Le Front national des villes et le Front national des champs, un livre d’Octave Nitkowski (2013, éditions Jacob-Duvernet)

  Pauvres actionnaires ! Quarante ans de discours économique du Front National passés au crible, un livre de François Ruffin (2014, chez Fakir Éditions)

 

  La Fédé : comment les socialistes ont perdu le Nord, un livre de Benoît Collombat et David Servenay (2012, éditions du Seuil)

  Bienvenue à Hénin-Beaumont : reportage sur un laboratoire du Front National, un livre d’Haydée Sabéran (2014, éditions La Découverte)

  Le Front national des villes et le Front national des champs, un livre d’Octave Nitkowski (2013, éditions Jacob-Duvernet)

  Pauvres actionnaires ! Quarante ans de discours économique du Front National passés au crible, un livre de François Ruffin (2014, chez Fakir Éditions)

Le Front National, un danger pour la démocratie ... - SOS Racisme


À (ré)écouter sur la-bas.org
Notre série sur la grève des mineurs de 1948 :

  "La grève des mineurs de 1948", une émission du 14 juin 2011

  "La grève des mineurs de 1948 (2)", une émission du 15 juin 2011

  "La grève des mineurs de 1948 (3)", une émission du 16 juin 2011

 Marine se fait couler un bain– L’Indigné Révolté

CAPAB présent à la manifestation du samedi 12 avril

Foire aux questions abstentionnistes

 

A lire L’immigration, première peur des citoyens européens

n

La part d'ombre de Marine Le Pen décryptée en BD - ActuaBD

Le Pen présidente... On nous aura prévenus |Par Enkolo dans Accueil le

LIBERATION.FR 
 
 
 
 
 
"Le Pen présidente... On nous aura prévenus" Le 13 décembre 2015 à 15h01 par Citizen Khane
«Afrique 50» de René Vautier (fut interdit pendant plus de quarante ans. Il est considéré comme le premier film anticolonialiste français ) et «Un aller simple pour Mahoré» d'Agnès Fouilleux; un débat suivra en présence d'Agnès Fouilleux par AFSAPA (Association d'Amitié et de Solidarité avec le Peuple d'Afrique)
 
 
 


Europe : comment l'extrême droite profite de la crise (introduction au dossier)
Les Vrais Finlandais sont ouvriers
Suède : "Prendre en charge les nôtres avant de se soucier des autres"
Suisse : tant pis pour les patrons !
Italie : la tentation d'un apartheid
Grèce : à la conquête des indignés
Pays-Bas : en croisade contre l'islam
Espagne : mondialisation, immigration, même combat
Danemark : le Parti du peuple dicte la loi
Hongrie : à défaut d'immigrés, on vise les Roms
"Le FN n'est pas dans une logique d'alliance"
 
 
En savoir plus
Les (nouveaux ?) populismes, Maryse Souchard, in Le populisme aujourd'hui, M-Editer, 2010.
Populist Radical Right Parties in Europe, Cas Mudde, Cambridge University Press, 2007.
Les extrêmes droites en Europe : le retour ?, Les Cahiers du Cevipof, avril 2011, no 53, fondationresistance.org/documents/ee/Doc00008.pdf
Populisme de droite en Europe, Werner T. Bauer, FES, avril 2011, fesparis.org/common/pdf/publications/Populisme.pdf

 

 

 

Source 31 mars 2012 : Début du compte à rebours de la faillite ?, La triple A est perdu ? Et alors ? /

 

En route vers la présidentielle 2017 / documentaire octobre 2016

 

L'extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre !

 

 Le fascisme rouge,  Les réseaux de l'extrême , Manif’ dans un bénitier , Comment le FN profite de la... ,  La pensée complotiste , Le populisme au féminin , , Les rouges bruns et vlan !!! , Ces anciens fachos qui nous... , Qui est Alain Soral , Qu'est-ce que le fascisme ? , Hitler.La.Naissance.Du.Mal,  RIDAN - Ah Les Salauds !... , Dans la tête de l'extreme... , L'arnaque de l'extrême... ,

 

08/03/2014

La vitesse n'est que l'autre face de la mondialisation

 

 

 

 

 

 

Complexe et inévitable
Prenons par exemple le krach boursierde 1987. A l'été 1987, le marché boursier était devenu extrêmement suracheté et une correction était inévitable, peu importe à quel point l'avenir semblait prometteur. Entre le plus haut d'août 1987 et le plus bas d'octobre 1987, le Dow Jones a dévissé de 41%. Comme nous le savons tous, le Dow n'a cessé de monter les 20 années suivantes, pour atteindre un plus haut en octobre 2007 à 14 198.

Il n'y a pas de
hasard
une crise financière n'arrive pas par hasard mais après une longue période d'excès (politiques monétaires expansionnistes et/ou politiques budgétaires conduisant à une croissance excessive du crédit et à une spéculation excessive). Le problème réside dans l'établissement du moment de début de la crise. En général, comme c'était le cas en Asie dans les années 1990, les conditions macro-économiques se dégradent bien avant le début de la crise. Toutefois, les politiques monétaires expansionnistes et une croissance excessive de la dette peuvent allonger la durée du développement économique pendant une très longue période.Écrit par : L'indigné | 08/03/2014

 

 

 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales : le travail, la valeur, le capital.


 

  1. L’informatisation et la robotisation ont permis de produire des quantités croissantes de marchandises avec des quantités décroissantes de travail. Le coût du travail par unité de produit ne cesse de diminuer et le prix des produits tend à baisser. Or plus la quantité de travail pour une production donnée diminue, plus le valeur produite par travailleur – sa productivité – doit augmenter pour que la masse de profit réalisable ne diminue pas.

 

 

humour 94.jpg

 

. Une industrie financière se constitue qui ne cesse d’affiner l’art de faire de l’argent en n’achetant et ne vendant rien d’autre que diverses formes d’argent. L’argent lui-même est la seule marchandise que l’industrie financière produit par des opérations de plus en plus hasardeuses et de moins en moins maîtrisables sur les marchés financiers. La masse de capital que l’industrie financière draine et gère dépasse de loin la masse de capital que valorise l’économie réelle (le total des actifs financiers représente 160 000 milliards de dollars, soit trois à quatre fois le PIB mondial). La « valeur » de ce capital est purement fictive : elle repose en grande partie sur l’endettement et le good will, c’est-à-dire sur des anticipations : la Bourse capitalise la croissance future, les profits futurs des entreprises, la hausse future des prix de l’immobilier, les gains que pourront dégager les restructurations, fusions, concentrations, etc. Les cours de Bourse se gonflent de capitaux et de leurs plus-values futures et les ménages se trouvent incités par les banques à acheter (entre autres) des actions et des certificats d’investissement immobilier, à accélérer ainsi la hausse des cours, à emprunter à leur banque des sommes croissantes à mesure qu’augmente leur capital fictif boursier.

 

 

La vitesse n'est que l'autre face de la mondialisation - Source Les Echos - Aout 2001.

 

L'avènement de la net économie représente une véritable rupture en ce que la vitesse a laquelle se gèrent deésormais les sociétés High tech nécéssite des mécanismes organisation différents. Thierry Breton, le patron de Thomson Multimédia, dit ainsi qu'il ne fait plus de budget annuel car il n'a pas de visibilité à cet horizon. Il en fait deux par an. " Mon activité, elle dépend encore des hyphothèse macro économiques, ce qui me donne plus de stabilité. Mais, au qutidien, je n'ai pas de visibilité au delà de 24 à 48 heures" Ce qui exige d'avantage de flexibilité et nécessite des dirigeants qu'ils aient toujours plusieurs scénarios à disposition.

 

Grâce aux nouveaux outils - reporting, études markéting, e-mail, Internet,etc - plus efficaces, diriger une entreprise est plus facile, mais aussi plus complexe. Car le dirigeant doit avoir des lumières sur tout les aspects de la vie de l'entreprise, y ajoutant de surcroit un coefficient international. Les relations internationales sont de plus en plus compliquées à gérer, les clients de moins en moins fidèles, les marques durent de moins en moins longtemps, de nouveaux concurrents surgissent de partout. Enfin les clients sont de plus en plus exigeants et se manifestent quotidiennement ( ....)

 

Pourtant, la prévision n'a pas totalement disparu. Elle est reconfigurée à ses deux extrêmes, le très court terme et le très long terme, sous deux vocables " benchmarking" ( étalonnage) et vision. Au jour de l'mélioration des techniques, les outils de controle et des moyens d'information permettent aux dirigeants actuels de ne pas perdre des mouvements de la concurrence, des soubresauts du marché, de l'évolution du marché, de l'évolution des attentes des clients.... et de s'y adapter en conséquence.

 

Avec un risque, que deux professeurs américains , CK Pralahad et Gary Hamel, soulignaient en 1995 après que le marché sans en être en mesure de l'influencer. " A défaut de prévoir le futur, fabriquez le" Ce fut, par exemple, celle de Motorola qui, dés les années 60, envisagea l'avènement d'un monde sans fil qui devait donner naissance au téléphone mobile. Idée reprise aujourd'hui , coté prestatiare de service, par Orange. La prévision chez l'opérateur téléphonique britannique racheté par France Télécom? Elle est rebatisée Direction de la "stratégie, de l'imaginerring et de la futurologie".

 

Autre culture, autre langage, même idée . " La stratégie a eu tendance à se cantonner dans la réduction des charges et de l'adaptation à l'évolution du marché, confirme Armand Braun, prospective et PDG - fondateur de la société internationale des conseillers de synthèse. " Créer relève de la perspective". Le planning a moyen terme convient aux eaux calmes quand à l'avenir n'est que le prolongement du passé. Par temps d'orage et de ruptures, l'entreprise cherche avant tout a coller à la vague, à ses clients. Reste a trouver le capte. C'est là que les boussoles retrouvennt toute leur utilité. Les entreprises - depuis qu'elles se sont restructurées - en paraissent conscientes : " On commence aujourd'hui à assister à un retour des perspective", observe, optimiste Armand Braun.

 

BMC Software s'appuie ainsi sur deux perspectives sources d'information. "Nous réunissons deux fois par an une dizaine de directeurs informatiques, parmi nos clients les plus importants, afin de discuter de la manière dont ils voient, eux, leurs contraintes, le métier évoluer.", explique Edouard Fourcade. En outre, nous  avons montré avec Motorola, Cisco, Intel et Microsoft un consortium destiné à tenter d'anticiper les évolutions technologiques".

 

De leur coté, Michelin, Schlumberger et Shell font plancher des étudiants : le premier qur la mobilité en 2020 et le pneu qui idéalement, l'accompagnerait; les deux autres sur le travail en 2015 et l'organisation qui serait la mieux adaptée....

 

Un tel exercice nécessite cependant une véritable révolution des esprits, car il constitue une nouvelle manière de penser, d'appréhender le futur, expliquaient les prospectivistes. En outre, il suppose du courage de l'audace et un réelle talent pour motiver les hommes. Pas facile de rallier ses troupes autour d'un projet à quize ou vingt ans. cf source - La conquête du futur, InterEditions, 1995

Les Enjeux - Aout 2001

 

 

  1. On a donc cet apparent paradoxe que plus la productivité augmente, plus il faut qu’elle augmente encore pour éviter que le volume de profit ne diminue. La course à la productivité tend ainsi à s’accélérer, les effectifs employés à être réduits, la pression sur les personnels à se durcir, le niveau et la masse des salaires à diminuer. Le système évolue vers une limite interne où la production et l’investissement dans la production cessent d’être assez rentables.

La production n’étant plus capable de valoriser l’ensemble des capitaux accumulés, une partie croissante de ceux-ci conserve la forme de capital financier. Une industrie financière se constitue qui ne cesse d’affiner l’art de faire de l’argent en n’achetant et ne vendant rien d’autre que diverses formes d’argent. L’argent lui-même est la seule marchandise que l’industrie financière produit par des opérations de plus en plus hasardeuses et de moins en moins maîtrisables sur les marchés financiers. La masse de capital que l’industrie financière draine et gère dépasse de loin la masse de capital que valorise l’économie réelle (le total des actifs financiers représente 160 000 milliards de dollars, soit trois à quatre fois le PIB mondial). La « valeur » de ce capital est purement fictive : elle repose en grande partie sur l’endettement et le good will, c’est-à-dire sur des anticipations : la Bourse capitalise la croissance future, les profits futurs des entreprises, la hausse future des prix de l’immobilier, les gains que pourront dégager les restructurations, fusions, concentrations, etc. Les cours de Bourse se gonflent de capitaux et de leurs plus-values futures et les ménages se trouvent incités par les banques à acheter (entre autres) des actions et des certificats d’investissement immobilier, à accélérer ainsi la hausse des cours, à emprunter à leur banque des sommes croissantes à mesure qu’augmente leur capital fictif boursier.

 

 

Et quelle meilleure preuve de l’état de dégradation des monnaies fiduciaires que la bulle bitcoins ? Les bitcoins ?, vous demandez-vous sûrement, mais qu’est-ce donc ? Une monnaie de Monopoly ?

 

le bitcoin, son origine, son fonctionnement, .
Pas tout à fait. Les bitcoins sont une nouvelle monnaie… qui déchaîne les passions. A la base, les bitcoins ont été inventés en 2008 par Satoshi Nakamoto, illustre inconnu qui, selon les nombreuses spéculations sur son identité, pourrait cacher un ou plusieurs développeurs.

Le principe de base de bitcoins, reposent sur un algorithme particulièrement compliqué. Mais doté d’un très puissant ordinateur, et de solides capacités d’informaticien, vous pouvez résoudre des problèmes mathématiques et devenir un “mineur” de bitcoins. Les algorithmes à résoudre deviennent automatiquement de plus en plus complexes, ce qui permet de maîtriser la quantité et le rythme de mise sur le marché des bitcoins.

En effet, et contrairement aux autres monnaies fiduciaires, le nombre de bitcoins qui sera à terme mis en circulation est déjà fixé à 21 millions. Cette limite devrait normalement être atteinte en 2140 alors qu’il existe déjà aujourd’hui environ 11 millions de bitcoins en circulation. On est donc très loin du dollar par exemple qui est créé au rythme de 85 milliards supplémentaires chaque mois pour satisfaire les besoins de la Fed.

Cette création monétaire échappe donc à toute banque centrale mais présente tout de même quelques inconvénients, dont le premier d’entre eux est la sécurité. Chaque bitcoin est accompagné d’un cryptage qui doit assurer son authenticité. Or, avec le succès des bitcoins, les attaques de ceux que l’on pourrait qualifier de faussaires se multiplient. En août 2010, un mineur a ainsi créé des millions de bitcoins échappant à toute validation.

Une fois que le “mineur” a obtenu des bitcoins, il peut l’échanger sur une place de marché réservée à cet usage – il en existe environ une vingtaine.

Une monnaie virtuelle, mais pourquoi ?
A l’origine, l’objectif du (ou des) créateur(s) des bitcoins était de proposer une monnaie “libertarienne” échappant à tout contrôle des Etats et permettant des échanges et des transactions à bas coût.

Les bitcoins ont deux principaux usages :
un protocole d’échange entre monnaies : vous avez des euros, vous voulez des dollars. Vous pouvez convertir vos euros en bitcoins puis convertir ces mêmes bitcoins en dollars. Et vous voilà avec des billets verts échangés en dehors du système de conversion classique.

- une monnaie virtuelle : vous pouvez acheter des produits directement en bitcoins auprès de ceux qui l’acceptent comme monnaie. Par exemple, vous allez sur un site Internet, vous repérez les chaussures de vos rêves, dont le prix est indiqué en euros et en bitcoins. Riche de votre monnaie virtuelle, vous décidez de vous offrir ces petites merveilles en bitcoins. Avantage non négligeable : vous n’avez pas eu besoin de vous servir de votre carte bancaire. Adieu donc Visa, Mastercard et autres fournisseurs de ce genre de services.

Et c’est cet usage qui rencontre le plus de succès…

Alerte à la bulle ?
Tant de succès même, que le cours du bitcoins’envole et que certains crient à la bulle. A son lancement, un bitcoin ne valait que quelques cents (de dollars). Début avril, 1 bitcoin équivalait à 40 dollars. Et aujourd’hui, il en vaut plus de 140. Aux dernières nouvelles, les 11 millions de bitcoins qui sont actuellement en circulation vaudraient donc 1,5 milliard de dollars.

Comment expliquer une telle flambée ? Première raison à cela, bitcoins est devenu le jouet favori de geeks et surtout de traders qui y voient un outil de spéculation comme un autre. Rare, comme l’or, le bitcoinvoit sa valeur augmenter au rythme de la demande.

Le lien entre la monnaie virtuelle et le métal jaune est clairement fait selon Gonzague Grandval, président-directeur général de Paymium, société propriétaire de Bitcoin-Central, dans Les Echos : “Le bitcoin est comparable à un lingot d’or numérique : c’est une réserve de valeur“

Deuxième raison, la perte de confiance dans les monnaies fiduciaires. La récente envolée du cours du bitcoincoïncide avec la crise chypriote. La taxation imposée sur certains comptes bancaires ainsi que le contrôle des changes et des transferts ont donné du grain à moudre à tous ceux qui n’accordaient pas une grande confiance aux banques. Stocker une partie de son argent en dehors du système bancaire classique ne paraît plus si idiot que cela.

. La spéculation fait rage. Ce qui ne veut pas dire que les bitcoins ne peuvent pas s’imposer comme un moyen d’échange dans les années qui viennent. En attendant, l’or me paraît bien plus sûr, et tangible, pour stocker de la valeur et comme protection contre l’inflation. Les banques centrales – des pays émergents essentiellement – ne s’y trompent pas en maintenant leurs achats d’or en ce début d’année.

 

C’est l’exemple non pas d’une dérive d’un homme, mais d’un système. La crise des subprime a révélé le scandale, lorsque l’appât du gain de ces clients ( banques et clients) en cherchant a retirer leurs sous, ont eu des pertes

 

350 millions de dollars qui s'évaporent en fumée de pixel en quelques instants. Soit 750 000 bitcoins.

C'est ce qui s'est volatilisé dans la nature avec la fermeture, mardi dernier, du site MtGox, une des plus importantes plateformes d'échange de bitcoins au monde.


Un peu d'histoire
A l'origine, la société MtGox n'était pas dédiée au bitcoin, loin de là. Le site a été créé en 2009 Jed McCaleb comme lieu d'échange de cartes à jouer Magic : l'assemblée (en anglais, Magic : The Gathering). Si vous vous demandiez d'où venait le nom de MtGox, voilà votre réponse : Magic The Gathering Online eXchange.

Juillet 2010, Jed McCaleb découvre le bitcoin et a une idée lumineuse que j'imagine pas mal d'entre nous auraient souhaité avoir : celle de créer un site dédié aux échanges de bitcoins. Après tout, passer de l'échange de cartes de jeu à celui de monnaie virtuelle, pourquoi pas...

McCaleb ayant été assez précurseur en la matière, son site s'est rapidement imposé comme une plateforme de référence concentrant à elle seule, et au sommet de sa gloire, près de 70% des échanges de bitcoins. Depuis, les concurrents se sont multipliés, MtGox a perdu sa position dominante mais est resté une des plateformes qui comptent dans la sphère bitcoin.

En mars 2011, McCaleb revend son site à une société japonaise, Tibanne.

Malgré la reconnaissance dont MtGox jouissait, les états de fait du site n'étaient pas des plus rassurants.

En juin 2011, sa base de données est attaquée et 60 000 noms d'utilisateurs et de mots de passe sont compromis. Quelques jours plus tard, 600 titulaires de comptes MyBitcoin avaient vu leur compte vidé de leurs bitcoins.

2011 à nouveau : nouveau piratage de MtGox. Des milliers de faux ordres de vente sont passés sur la plateforme provoquant un krach du cours de la monnaie, qui passe de 17,50 $ à 0,01 $ avant que la situation soit rétablie.

En mai 2013, MtGox doit cette fois se confronter au gouvernement américain qui lui reproche d'émettre illégalement de la monnaie. Bilan : 5 millions de dollars en bitcoins sont saisis...

Juin 2013 : suspension pendant plusieurs jours des retraits en dollars américains.

Depuis le début de l'année, le site avait plusieurs fois arrêté puis repris les transactions. L'inquiétude était alors montée d'un cran si bien que le bitcoin échangé MtGox cotait en moyenne 4 fois moins que celui échangé sur d'autres plateformes. Mais mardi 25 février, c'est une page blanche qui accueille les utilisateurs du site. Puis un message indiquant que les transactions sont temporairement suspendues.

Un flou artistique flotte sur les raisons de ce plantage. Problème informatique ? Piratage ? Quoi qu'il en soit, ce sont environ 750 000 bitcoins qui sont pour le moment (?) inaccessibles à leurs légitimes propriétaires. Soit environ 35 millions de dollars au cours officiel du bitcoin.

La fermeture de MtGox n'a pas que des conséquences que pour ses pauvres utilisateurs. Dans la foulée, le cours du bitcoin s'effondrait.

Les derniers jours du bitcoin ?
Un coup rude pour la monnaie virtuelle. D'autant plus qu'il n'est que le dernier d'une longue série. Plusieurs membres de la Fondation Bitcoin, une association américaine dont l'objectif est de promouvoir et de défendre la monnaie virtuelle, ont été arrêtés pour blanchiment d'argent. Pas de quoi donner une bonne image de marque au bitcoin.

Outre des problèmes récurrents de sécurité (le bitcoin est régulièrement victime de tentatives ratées ou réussies de piratage et de manipulation) ainsi que les questions de confiance s'est dernière ajoutée une nouvelle menace : celle des Etats.

La Russie et la Chine viennent ainsi de déclarer la guerre au bitcoin.

Début février, le Procureur général de la Russie a déclaré que "l'introduction sur le territoire de Russie d'autres monnaies est interdite". En gros, le bitcoin est interdit en Russie, aussi bien pour les particuliers que les entreprises. Une ligne dure...

La Chine, en janvier, avait elle aussi limité l'utilisation de la monnaie virtuelle en interdisant aux banques de proposer des services liés à elle -- les particuliers étant toujours libres de l'utiliser. Certains sites, comme Baidu, avaient alors décidé de bannir le bitcoin. Des décisions qui avaient provoqué un krach du bitcoin en yuan.

Est-ce pour autant la fin du bitcoin ? Des pays comme les Etats-Unis ont reconnu son potentiel et son utilité, l'Allemagne l'a même reconnu officiellement. La France et l'Union européenne gardent quant à elles des positions mitigées, soulignant les dangers de cette monnaie. Mais pas d'interdiction en vue pour le moment.

Dans Atlantico, l'étude du profil type des utilisateurs de bitcoins s'avère en fait plutôt rassurant :

"88% des détenteurs de bitcoins les gardent, 8% les convertissent pour les dépenser. Une étude avait récemment montré que 80% des bitcoins ne circulent pas, c'est-à-dire sont thésaurisés. Cela pose des problèmes de liquidité, et donc de volatilité, mais indique aussi la forte confiance des utilisateurs dans l'avenir de cette monnaie".

Le principal avantage de cette monnaie, c'est qu'elle permet d'éviter les frais de change, :

Les Etats et la finance détestent le bitcoin car c'est une épine dans le pied du monopole étatique de la monnaie et des juteuses taxes et commissions que cela rapporte.

Supposez que vous vouliez transférez 1 000 euros à votre fils en Australie. Vous achetez pour 1 000 euros de bitcoins (0 euro de commission bancaire et frais de change).

Vous les lui transférez par Internet (0 euro de timbre + 0 euro de frais de transfert). Il les change en dollars australiens (0 $ de commission bancaire et frais de change). Vous voyez comme le bitcoin est horrible et nuisible.

- Le bitcoin n'est pas, du moins selon moi, un instrument de spéculation..

Tout comme l'or, le bitcoin est aussi un moyen de vous protéger contre la manipulation des monnaies fiduciaires. .

Par contre, comme moyen d'échange en dehors du circuit traditionnel, le bitcoin s'avère un bon outil. Pas de frais de change, pas d'intermédiaire bancaire, le rêve dans un monde dans le lequel les transferts d'argents internationaux sont la norme. Un petit conseil, ne stockez tout de même pas trop longtemps votre argent en bitcoin vu l'importance des fluctuations actuelles sur son cours. Et n'oubliez pas Paypal.

Les plateformes d'échange dont l'historique est moins sujet à caution que des sites tels que MtGox. Parmi elles : Bitstamp, Bitpay, Coinbase ou Bittylicious. Soyez prudent, encore plus que vous devez l'être pour vos dépôts bancaires (qui eux, sont, dans une certaine mesure du moins, protégés par le Fonds de garantie des dépôts. Pour résumer, il faut bien séparer l'idée de la réalité. Aussi intéressante que puisse être l'idée d'une monnaie qui échappe au contrôle et aux manipulations des banques centrales ou qui vous évitent les frais de change et autres commissions, ce n'est pas parce que le bitcoin répond à ces deux critères qu'il est, concrètement et actuellement, le meilleur outil. Mais peut-être gagnera-t-il en crédibilité dans les années qui viennent...

 

Pour conclure, je dirais que les marchés d'aujourd'hui ne sont plus qu'une sorte de rêverie numérique permanente, un paradis artificiel sous perfusion monétaire. Le plus angoissant, c'est que la plupart de ceux qui le commentent ou en vivent ne sont même plus capables de le reconnaître comme tel.



 La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales : le travail, la valeur, le capital.

 

La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu’au niveau micro-économique. Elle s’explique principalement par un bouleversement technoscientifique qui introduit une rupture dans le développement du capitalisme et ruine, par ses répercussions, la base de son pouvoir et sa capacité de se reproduire. J’essaierai d’analyser cette crise d’abord sous l’angle macro-économique [1], ensuite dans ses effets sur le fonctionnement et la gestion des entreprises [2].

 

 

Le chômage s’accroît et la misère comme la barbarie risquent de se répandre de manière dramatique, peut-être entrecoupées par quelques phases de relance. Alors à quoi servent ces considérations désabusées? A quoi sert de marteler que la crise qui a commencé en 2008 risque bien de s’approfondir? Pourquoi s’en réjouir alors que nous risquons d’en subir les conséquences et d’être les premiers touchés? Et ce d’autant plus que le capitalisme a montré jusqu’à présent qu’il pouvait surmonter ses crises. Voire même qu’il était un système en état de « crise permanente ».

 

En fait, il n’y a pas de contradiction fondamentale entre le fait de dire qu’il y a bien approfondissement de la crise ces dernières années et que le capitalisme est d’une certaine façon une crise permanente : la crise peut être analysée à la fois comme un mode de fonctionnement ordinaire du capitalisme et comme une remise en cause potentielle de sa propre existence. Le capitalisme est ce jeu qui inclut sa contradiction dans sa propre règle, et qui donc pourrait tendre à son abolition, mais la réalité c’est que c’est à la lutte des classes, c’est à nous de le faire.

 

La crise actuelle pourrait bien sûr être résolue par des moyens déjà utilisés historiquement par ce système dans des contextes comparables: guerre(s), destruction massive des moyens de production et de la force de travail. Elle pourrait aussi durer longtemps dans un processus continu d’appauvrissement pour la plupart d’entre nous, secoué par des explosions sans issue, voire des conflits de tous contre tous (concurrence entre groupes, racisme…).

 

Mais on peut aussi penser que, pendant une crise grave prolongée, les automatismes sociaux, les habitudes, s’affaiblissent et disparaissent. Beaucoup de personnes pourraient remettre en question ce qu’elles considéraient auparavant comme naturel, inévitable. Et c’est bien pour cela que les crises sont potentiellement des moments de remise en cause du capitalisme.

 

Alors pourquoi cette analyse, qui est à peu près la seule à se trouver confirmée aujourd’hui par la crise récente, suscite-t-elle si peu d’attention? Pourquoi est-il si difficile d’admettre aujourd’hui que notre système est à bout de souffle? Avant tout parce que personne ne peut vraiment imaginer la fin du capitalisme. L’idée même suscite une peur panique. Tout le monde pense qu’il a trop peu d’argent, mais chacun se sent menacé. Or, c’est bien l’argent mais aussi la marchandise, le travail, la propriété et l’État, qu’il faut attaquer.

 

La disparition de cette société représente un tel bouleversement qu’on ne l’envisage pas nécessairement avec légèreté. Mais nous ne sommes pas condamnés à tenter de sauver l’économie qui chancelle et nous écrase. Nous pouvons contribuer à sa disparition. Pas pour le néant, mais pour un monde sans État et sans classes, un monde pour toutes et tous, sans exploitation ni domination.

_________________________

[1] Les antilibéraux rêvent de retourner à un Etat qui les protègerait du capitalisme alors même que la fonction de l’État est d’assurer son bon fonctionnement. Dans ces conditions leur politique aboutit simplement à des formes nouvelles de patriotisme économique, des mesures plus ou moins protectionnistes pour essayer d’empêcher les délocalisations, voire carrément au nationalisme.

Collectif de la Revue Internationale Sur la Crise – Paris

 

Posted in Texts | Tagged Crise, finance, lutte des classes, Paris, Pourquoi parler de crise ?, RISC | Leave a comment

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu