Avertir le modérateur

01/10/2017

DEMOCRACY

la publication de Flores Magon.

 
 
L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 
 

DEMOCRACY Trailer English / documentary by David Bernet
 
 


n Pendant deux ans, le député Jan Albrecht et la commissaire européenne Viviane Reding se sont débattus dans le monde kafkaïen du processus législatif européen. Leur objectif : faire adopter une loi sur la protection des données personnelles. Il leur a fallu surmonter de nombreuses difficultés, multiplier les négociations et maîtriser les arcanes du Parlement pour atteindre leur objectif. Société - Democracy Democracy - What is Democracy?

 

A la une de «Libé» ce lundi

Demandez le programme.

Après une pause bien méritée ce week-end, ce direct reprendra du service lundi matin à partir de 8 heures, avec Adrien Franque. En attendant, voici un aperçu de notre édition de demain (accessible en ligne dès ce soir pour les abonnés), et dans laquelle vous trouverez : Un événement sur le réveil des anti-indépendantistes en Catalogne, qui ont défilé en masse ce week-end en Espagne. (...)

Catalogne. Le gouvernement espagnol a appelé les séparatistes catalans à dissoudre leur parlement et à convoquer des élections dans la région pour surmonter la crise entre Madrid et Barcelone, qui menace de déclarer l'indépendance unilatéralement. Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a par ailleurs repoussé à mardi son intervention devant le parlement régional. Les indépendantistes catalans reçoivent ce lundi le soutien du Parti national écossais (SNP), séparatiste, qui «demande au gouvernement espagnol de respecter le vote massif en faveur du "oui" au référendum catalan en tant qu'expression de la volonté démocratique du peuple de Catalogne", dans une motion adoptée à l'unanimité lundi lors de son congrès annuel.

de Xavier Delucq  la publication de Xavier Delucq. " Declinable a l infini"

Aucun texte alternatif disponible.
 
. Referendum sur l’indépendance en Catalogne : récit d’une journée de vote et d’affrontements sur le Monde Le oui à l’indépendance l’a largement emporté, dimanche. Ce scrutin interdit par Madrid et marqué par des violences risque d’avoir des conséquences imprévisibles pour l’Espagne
 
" Beaucoup de Catalans commencent à comprendre le mot en trop dans "État indépendant". la publication de Yannis Youlountas.
 
 "Les Catalans ont voté alors qu’ils n’en avaient pas le droit selon l’Etat espagnol. Ils ont « mal voté » et voudraient se déclarer indépendants dès cette semaine, selon le gouvernement espagnol.
2,26 millions de Catalans ont voté Soit 40% des 5,4 millions d’électeurs 90% sont pour l’indépendance 760 personnes ont été blessées par la police espagnole qui souhaitait saisir les urnes".
  

Le mythe du citoyen passif - Le Monde
[PDF]La citoyenneté active - Europa EU

Dessin Xavier Delucq

L’image contient peut-être : texte
 
n
 
 Le référendum sur l’indépendance de la Catalogne prévu dimanche 1e octobre a suscité une vague de répression sans précédent sur le gouvernement de la Catalogne de la part de Madrid. Cependant, les indépendantistes ont reçu un large soutien dans tout le pays.
Voici l’analyse d’anarchistes catalan.e.s sur cette situation potentiellement insurectionnelle dont l’origine n’est pas révolutionnaire mais plutôt conservatrice.
 
A lire Au sujet de la Catalogne PARIS-LUTTES.INFO
 

Après deux années de litanies et de répétitions dignes d’une mauvaise série télé, le gouvernement Indépendantiste Catalan en vient à tenter le tout pour le tout avec la mise en place concrète de l’autonomie. 

La “culture catalane” comme incarnation de la nostalgie d’une communauté dans un monde d’inconnus, est une marchandise très attractive dans un pays qui s’est principalement enrichi grâce au commerce

 De la part du Partido Popular (Parti de droite d’héritage fasciste au pouvoir), on ne pouvait pas s’attendre à moins. Proche des acteurs de l’immobilier et d’investisseurs déterminants dans le marché européen, la stabilité législative est garante de leur croissance. En tant que droite conservatrice ils ont toujours été prêts à la confrontation.

 
 
Pour le Monde : Catalogne : « Le spectre du franquisme plane au-dessus des discordes »

Alors que nombre de Catalans se définissent comme « autant Catalan qu’Espagnol », les violences de la police lors du référendum vont accroître la légitimité de la proclamation d’indépendance, prévoit le politiste Jordi Gomez, dans une tribune au « Monde ».

Tribune. Les conditions dans lesquelles s’est déroulé le référendum d’autodétermination de la Catalogne, dimanche 1er octobre, rendent problématique l’interprétation des résultats mais ceux-ci importent moins que les conséquences politiques et sociales des actions coercitives menées par le gouvernement. Dans le conflit qui l’oppose aux dirigeants catalans, le chef du gouvernement a en effet pris la responsabilité d’actionner un ultime levier : le déploiement de la force coercitive.

Le passage des discours aux actes s’est traduit par des formes d’exercice autoritaire du pouvoir inédites depuis la fin du franquisme : la répression policière a insensiblement déplacé sa cible des institutions politiques vers la population. Au-delà des tenants du projet indépendantiste, il semblerait qu’aujourd’hui la société catalane dans son ensemble condamne Madrid d’entraver les libertés fondamentales et de saper les fondements du principe démocratique. S’est logé dans la mentalité collective le sentiment que la politique gouvernementale est une rémanence du régime dictatorial, que son leader est l’épigone du Caudillo : le spectre du franquisme plane au-dessus des discordes.

 

Jusqu’ici, une forme d’esprit pacifique n’a cessé d’envelopper symboliquement les manifestations publiques. En refusant de se livrer à l’affrontement avec les forces de l’ordre, la société catalane a fait preuve de maturité démocratique et a gagné la bataille de la communication : les médias européens ont relayé l’image d’une foule scandant des slogans et portant à bout de bras des pancartes comme réponse civique aux atteintes aux biens et aux personnes commises par l’Etat.

Une légitimité populaire élargie

Si la violence n’a pas été, aujourd’hui comme hier, l’apanage du mouvement indépendantiste, on ne peut pour autant exclure son éclosion prochaine. La pression autoritaire exercée par Madrid pourrait provoquer le basculement du mouvement vers l’expression d’une lutte armée.

Catalogne : « Le spectre du franquisme plane au-dessus des discordes »

 Enfin, en Catalogne, on craint une débandade économique : avec le spectre d'une déclaration unilatérale d'indépendance, banques et grandes entreprises envisagent de quitter la région.A lire sur Libération.fr 

Grifols, seule firme des sept entreprises catalanes de l'Ibex-35 à rester en Catalogne - Se queda. L'incertitude sur le sort d'une éventuelle Catalogne indépendante continue de pousser les grandes entreprises hors de la région autonome. Après les banques Caixa et Sabadell, puis l'entreprise Gas Natural, le groupe d'infrastructures Albertis et la firme immobilière Colonial l'Ibex-35, (l'équivalent espagnol du CAC 40) viennent en effet d'annoncer ce matin leur départ de Barcelone pour éviter de voir leur rating financier dégradé. Si ces décisions sont avant tout une question d'image et de réputation pour ces firmes, les dirigeants du groupe de télécoms Cellnex, réunis ce matin en conseil d'administration pour analyser la situation, pourraient suivre le mouvement. En revanche, la pharmaceutique Grifols, elle, garderait son siège social en Catalogne, rapporte la Vanguardia. Ce qui ferait de cette multinationale la seule des sept grandes entreprises catalanes de l'Ibex-35 - l'équivalent espagnol du CAC 40 - à rester à Barcelone.
Lu sur la Vanguardia

Le président catalan, Carles Puigdemont, doit s’exprimer, mardi, devant le parlement régional pour aborder la « situation politique » actuelle. M. Puigdemont a toutefois redit, dans ce même entretien, qu’il était prêt à déclarer l’indépendance si le gouvernement central espagnol ne répondait pas aux propositions de médiation pour apaiser la situation :

« Nous avons ouvert la porte à la médiation, nous avons dit oui à toutes les possibilités de médiation qui nous ont été présentées. Les jours passent et, si l’Etat espagnol ne répond pas de manière positive, nous ferons ce que nous sommes venus faire. »

Mais cette position, jugée par certains jusqu’au-boutiste, ne fait pas l’unanimité au sein du mouvement indépendantiste : une « trêve » est ainsi demandée, afin de « donner une dernière chance au dialogue », comme l’a dit le ministre régional de l’entreprise, Santi Vila, dans une tribune publiée jeudi par le quotidien catalan Ara.

Le recours à l’article 155, une procédure laborieuse : En cas de proclamation de l’indépendance, le gouvernement espagnol détient dans son arsenal une arme lourde, l’article 155 de la Constitution. Jamais utilisé, il précise que :

« Si une région autonome ne respecte pas les obligations que la Constitution ou d’autres lois lui imposent, ou agit de manière à porter atteinte gravement à l’intérêt général de l’Espagne, le gouvernement, après avertissement au président de la région autonome, et dans le cas où il n’a pas de réponse, avec l’approbation de la majorité absolue du Sénat, pourra adopter les mesures nécessaires pour le contraindre au respect de ces obligations ou à la protection de l’intérêt général mentionné. »

La médiation européenne dans l’impasse

Alors que les indépendantistes réclament, depuis le référendum du 1er octobre, l’intervention de l’Union européenne, celle-ci campe sur ses positions. Pas question d’intervenir ou de proposer une quelconque médiation entre Madrid et les sécessionnistes catalans. « Il s’agit d’une affaire intérieure à l’Espagne », a estimé un porte-parole de la Commission européenne, vendredi 6 octobre.

COMPTE RENDU Catalogne : quels scénarios possibles en cas de proclamation de l’indépendance ?

Face à la fièvre catalane, le réveil du patriotisme espagnol

L'affirmation du sentiment national, longtemps proscrit car associé à la période franquiste, prend de l'ampleur.

Ils étaient 150.000 samedi à Madrid, selon la préfecture, 350.000 dimanche à Barcelone selon la police municipale. Le triple, selon les organisateurs des deux manifestations. Quoi qu'il en soit, du jamais-vu pour défendre l'unité de l'Espagne.

La Catalogne, une tragédie de la solidarité 

La Catalogne met en évidence la faillite de la solidarité, cette charité faite avec l’argent des autres à des fins électoralistes. Une nouvelle « crise de l’euro » se profile-t-elle ?

Charles Puigdemont, le président, appelle le Parlement européen à soutenir la Catalogne :

« les citoyens catalans ont gagné le droit d’avoir un Etat indépendant »

et souhaite la proclamer le 6 octobre. Le 6 octobre 1934, Lluys Companys, son prédécesseur, avait déclaré l’indépendance de la région. Il fut exécuté par Franco.

L’appel de Puigdemont au Parlement européen sera-t-il entendu ? Connaissez-vous votre propre député européen ? Permettez-moi de répondre « non » aux deux questions 

.L'Europe préférerait que ce livre n’existe pas… Eviter la contagion aux autres mouvements indépendantistes

Le Parlement européen soutient les grands projets, les nobles causes, la paix en Europe, l’amitié des peuples, le bien commun. Tous ces nobles desseins ont besoin de plus en plus de fédéralisme, de transferts d’un pays à l’autre, d’argent des autres. Bref, un gouvernement européen, avec des impôts européens. C’est cela, la direction que souhaite prendre Emmanuel Macron même si les Allemands ne sont pas tout à fait d’accord.

 

Oui, c’est une question d’argent et pour vous en convaincre, voici ce qu’en disait le Financial Times pas plus tard que le 18 septembre : l’indépendance serait une catastrophe pour les banques espagnoles. La solidarité, c’est-à-dire la charité avec l’argent des autres, bute sur ses limites.

Catalogne

 n

« L'Espagne emprisonne des dirigeants de la société civile catalane pour avoir organisé des manifestations pacifiques »,

Carles Puig­demont sur Twitter

Escalade de la répression

Les indépendantistes catalans se préparent à d'autres mesures du même genre. «Nous avons été surpris par ces arrestations», dit Mireia Boya, députée de la CUP au Parlement catalan, parti antisystème d'extrême gauche qui joue un rôle clé dans la majorité indépendantiste à l'Assemblée. «On pensait qu'ils ne seraient punis que d'une amende, pas de peines de prison. Pour notre parti, ces arrestations signifient que le dialogue demandé par le président Puigdemont au gouvernement espagnol est fini avant d'avoir commencé. Comment voulez-vous parler avec un gouvernement qui vous emprisonne?»

 

 
Aucun texte alternatif disponible.

Ce n'est pas propre a l'Etat espagnol, mais a l'Etat dans son fonctionnement lors d'une contestation
 

rance 2003, VO St Fr, 1h03 min, DVD

e views expressed in this article are the author's own and do not necessarily reflect Al Jazeera's editorial policy.

Spécial Investigation GAL Des Tueurs d'Etat Reportage ... - YouTube

Un article des antifascistes basques, sur une partie de l’histoire de la sale guerre de l’État français contre le peuple basque et son indépendance.

GAL, groupe terroriste composé de para-policiers, paramilitaires espagnols, barbouzes françaises avec la complicité de policiers français, souvent proche de l’extrême droite, 3 lettres qui semèrent la mort. Actif de 1983 à 1987, ayant comme objectif la lutte contre l’ETA, principalement au pays Basque nord, celui-ci resta le groupe le plus actif depuis la guerre d’Algérie (avant les attentats de Daesh) et commis 27 assassinats.

gal

 

 J'ai remarqué une nouvelle stratégie des forces de l'ordre dans les manifs. Moins visibles, ils se mettent dans les rues adjacentes pour pouvoir nasser sans " jouer la provocation" comme lors des manifs de la loi El Komri. Mis aussi sur le trajet de république à Nation des caméras de vidéos surveillances..... Bref le m^me but : arreter le plus de monde, controler, arreter mais avec d'autres moyens.... Sinon une pensée a nos camarades arréterhttps://www.facebook.com/marie.resister/posts/14633382703...

La publication de Yannis Youlountas.

La journée d'hier a montré, une fois de plus, que l'ennemi en face de nous n'est pas vaguement la finance ou le gouvernement, mais bien l'État.

MERCREDI NOIR

C'est l'État qui, ce mercredi 11 octobre, a frappé d'une main, en condamnant sans preuve à de lourdes peines dans l'affaire du Quai de Valmy, et qui a mis en garde de l'autre, en adoptant au même moment un vaste projet loi sécuritaire et liberticide au parlement.

C'est l'État qui, dans un seul et même mouvement, punit et menace.

C'est l'État qui, tout en rognant, jour après jour, ses prérogatives sociales, renforce parallèlement sa domination.

C'est l'État qui change d'habit sous nos yeux et ne s'embarrasse plus d'oripeaux.

Chaque jour qui passe, le mythe de "l'État social", de "l'État c'est nous", de "l'État nous protège", se désagrège au rythme de la diminution de nos droits et de nos libertés.

Chaque jour qui passe, la superstructure bureaucratique de la société autoritaire s'arroge le contrôle de tout ce qui vit sur son territoire, exactement comme le Marché prétend le faire sur le plan économique et financier.

Le monde n'est pas seulement transformé en marchandise, mais aussi en immense panoptique de surveillance et d'oppression.

Cette journée d'hier nous rappelle que lutter contre le capitalisme mortifère nécessite également de lutter contre la forme principale du pouvoir qu'est l'État.

Solidarité avec les condamnés sans preuve du Quai de Valmy.

Yannis Youlountas

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus
 



 
a bas l'etat policié petite chanson de Dominique grange de mai 68 YOUTUBE.COM 
 

la démocratie : citoyen actif - Les Philippines

La démocratie, c'est nous - l'indigné révolté - Skyrock.com

DEMOCRACY Par Enkolo dans Accueil le 1 Octobre 2017

 Violences policières en Catalogne : attention aux images trompeuses

Catalogne : Prendre parti dans une situation étrange - par Santigo López Petit par Santigo López Petit LUNDI.AM

La Catalogne, une tragédie de la solidarité Rédigé le 2 octobre 2017 par Simone Wapler

 14 JUIN 2016, LE BITUME SE SOULÈVE ! The Dead Zone - Services secrets: La part d'ombre de la République - Special Investigation

11/05/2014

La démocratie, c'est nous

n

2012 - La fabrique des pauvres : Tour d'horizon de la pauvreté en France, en Allemagne et en Espagne, notamment celle touchant en premier lieu les enfants.
En espérant réussir à faire recouvrer la vue aux "aveuglés" du système, à l'heure où tant de gens voient des "assistés" partout.
(reportage Arte 2013)

Le chômage s’accroît et la misère comme la barbarie risquent de se répandre de manière dramatique, peut-être entrecoupées par quelques phases de relance. Alors à quoi servent ces considérations désabusées? A quoi sert de marteler que la crise qui a commencé en 2008 risque bien de s’approfondir? Pourquoi s’en réjouir alors que nous risquons d’en subir les conséquences et d’être les premiers touchés? Et ce d’autant plus que le capitalisme a montré jusqu’à présent qu’il pouvait surmonter ses crises. Voire même qu’il était un système en état de « crise permanente » Pourquoi parler de crise ? , Tokyo Freeters ,

.

En fait, il n’y a pas de contradiction fondamentale entre le fait de dire qu’il y a bien approfondissement de la crise ces dernières années et que le capitalisme est d’une certaine façon une crise permanente : la crise peut être analysée à la fois comme un mode de fonctionnement ordinaire du capitalisme et comme une remise en cause potentielle de sa propre existence. Le capitalisme est ce jeu qui inclut sa contradiction dans sa propre règle, et qui donc pourrait tendre à son abolition, mais la réalité c’est que c’est à la lutte des classes, c’est à nous de le faire.

 

La crise actuelle pourrait bien sûr être résolue par des moyens déjà utilisés historiquement par ce système dans des contextes comparables: guerre(s), destruction massive des moyens de production et de la force de travail. Elle pourrait aussi durer longtemps dans un processus continu d’appauvrissement pour la plupart d’entre nous, secoué par des explosions sans issue, voire des conflits de tous contre tous (concurrence entre groupes, racisme (Mains brunes sur la ville …).

La démocratie, c'est nous  (57 min)
 

 

Touchés de plein fouet par la crise économique et financière, les Européens sont de plus en plus nombreux à investir l'espace public pour s'insurger contre les mécanismes de l'économie mondialisée et défendre la démocratie.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

<:SECTION class="details details-body box no-top no-bottom module-grey"><:SECTION id=details-description-full class="description span8">Depuis 2011, le nombre de militants européens réclamant davantage d’autodétermination et de participation aux décisions politiques de leur pays ne cesse d’augmenter. Certaines manifestations, comme celle de la place Puerta del sol à Madrid organisée par le mouvement 15-M, ou celle d’Occupy devant la Banque centrale européenne à Francfort, ont ouvert la voie à de nouvelles initiatives – émergence de partis politiques citoyens, émissions de télévision engagées ou encore pétitions sur Internet. Celles-ci poursuivent toutes un même objectif : informer l’opinion publique des dangers du capitalisme et établir une véritable démocratie participative.

De Madrid à Reykjavik en passant par l’Allemagne et la Suisse, ce documentaire décrypte les revendications et l’organisation complexe des mouvements contestataires européens, au sein desquels des individus profondément indignés déploient des trésors de créativité pour rendre la parole à tous les citoyens dans la sphère politique.

La démocratie c'est nous - YouTube :
La démocratie c'est nous - YouTube 

En Chine, une manifestation contre un incinérateur tourne à l’émeute Post de blog

Près de la ville de Hangzhou, dans l'est de la Chine, des milliers de manifestants se sont affrontés à la police, dans le district de Yuhang, pour protester contre la construction d'une usine d'incinération.

Qu'est qu'être punk

Mains brunes sur la ville

Pourquoi parler de crise ?

Tokyo Freeters

Manifestation libertaire le 1er mai

 

Cet enregistrement disponible en libre accès ici (Stéphane Hessel: plus le péril croît, plus le salut surgit ,,, site plusconscient.net) Source: Video YouTube - CONFERENCE DE STEPHANE HESSEL DU 11 MAI 2011 A L'ULB

Ecouter également Hervé Kempf - l'oligarchie, ça suffit !, Les lignes de forces derrière l'intégration européenne

A voir: violence policière contre des manifestants pacifiques sur la Plaça Catalunya en Espagne,

A voir: violence policière contre des manifestants pacifiques sur la Plaça Catalunya en Espagne, Question everything, or shut up and become a victim of authority, Forces et limites de la manifestation, Pourquoi l’insurrection des consciences ?, Les raisons de la colère, Hervé Kempf - l'oligarchie, ça suffit !, GO ON, WATCHTitre original : The Slump of the 1930s and the crisis today ( cf International Socialism: The slump of the 1930s and the crisis today, Dans le monde, une classe en lutte, mai 2011(source jura libertaire), europeanrevolution : les places publiques reprennent du galon

 El manifiesto de los indignados en 25 propuestasTraduire cette page, L'agonie de la démocratie parlementaire et des peuples. , L'agonie de la Démocratie parlementaire ( format PDF), Important de relire la déclaration des droit de l'Homme l , Indignés, Les Russes aussi sont concernés, Le monde face a wall street, la finance, les politiques ... Le système capitaliste, Reporterre.net - Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte, Reporterre.net - Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte pas

La démocratie, c'est nous - l'indigné révolté - Skyrock.com

27/09/2012

Avantages et inconvénients de la démocratie

 source anarkia : Mais qu’est-ce qu’est réellement la démocratie ? Terme dérivé du grec « dêmokratia »   basé sur « dêmos » le peuple et « kratos » le pouvoir, la démocratie est la doctrine politique d’après laquelle la souveraineté doit appartenir à l’ensemble des citoyens. La démocratie renvoie à trois réalités distinctes. La démocratie est avant tout un mode d’organisation des pouvoirs (auto gouvernance du peuple). 

Démocratie directe.jpgEnsuite c’est un exercice du pouvoir qui garantit des droits subjectifs aux individus (principalement la liberté). Pour finir, la démocratie tend à se rapprocher d’un idéal égalitaire. Ainsi, le pouvoir n’est pas détenu par une petite portion de l’ensemble des citoyens mais par l’ensemble. Alors qu’à Athènes, dans les périodes antiques, seuls les citoyens (16 % environ de la population d’Athènes) pouvaient participer au pouvoir politique ; aujourd’hui, en France, tous les Français sont capables de voter. Cependant, le fait qu’une majorité contrôle le pouvoir n’est pas forcément une bonne chose

Les Dérives De La Démocratie

Les limites et dérives de la démocratie : Jacques Maritain : « la tragédie des démocraties modernes est qu elles n ont pas réussi à réaliser la démocratie

 

La confrontation de la démocratie avec l’Etat moderne a modifié les conditions de son exercice .La démocratie moderne est confrontée aux dimensions physiques et humaines auxquelles sont soumis l’Etat. Ainsi l’idéal démocratique défini précédemment n’est pas toujours applicable.

La première entrave à l’idéal démocratique est :

_ Le régime représentatif : La démocratie ne peut plus être exercée directement par tous les citoyens qui souhaitent participer à la vie de la cité. Il a donc fallu introduire des médiations notamment un système représentatif qui spécialisent les fonctions politiques . Ce régime représentatif peut s'expliquer de différentes manières : le peuple ne dispose pas des qualités requises pour gouverner. Or l'exercice du pouvoir demande une compétence, une technicité, une formation et des dispositions, une prudence que le peuple ne possède pas. Le peuple doit, en quelque sorte, faire confiance à des personnes compétentes pour gouverner et s'en remettre à elles. Ainsi, Montesquieu affirme que même si le peuple n'est pas apte à gouverner, il peut toutefois élire des représentants: « Le peuple est admirable pour choisir ceux à qui il doit confier quelque partie de son autorité ».. Le Genevois Jean-Louis de Lolme dans sa constitution de l'Angleterre (1771), observe que: « La nature avare de ses dons, n'a donné qu'à une petite portion d'hommes, une tête capable de calculs compliqués d'une législation; et comme le malade se confie à un médecin, le plaideur à un avocat, de même le très grand nombre de citoyens doit se confier à ceux qui sont plus habiles qu'eux »

 

 

 

 

 

 

Mais la démocratie appliquée s’éloigne de son idéal, en ce qu’elle cherchait à créer une société impliquée dans son ensemble par la vie politique en déléguant le pouvoir à des représentants. Aujourd’hui, elle a perdu de son... [continue]

 

Avantages et inconvénients de la démocratie

 

 

 

Les Limites De La Démocratie Athénienne Au Ive Siècle Avant j.c

 

 

 

 

Les limites de la démocratie athénienne au IVe siècle avant J.C

La cité d'Athènes est une légende, un mythe, on dit que c'est le berceau de la civilisation occidentale et notamment de la démocratie moderne, pourquoi de la démocratie? Car Athènes a connu un siècle de démocratie et c'était, selon les historiens, la première cité et civilisation à adopter un tel système, en effet lors du Ve siècle avant J-C, le pouvoir était au citoyens, les citoyens votaient et élisaient d'autres citoyens afin que ceux-ci portent les responsabilités et prennent les décisions concernant la cité. Le pouvoir était organisé ainsi:
-L'écclesia, qui était une assemblée où tous les citoyens pouvaient venir, bien que le nombre soit limité a 6000 citoyens, c'est l'écclesia qui élit et vote, l'écclesia est le fondement de la démocratie à Athènes, en effet tous les citoyens peuvent venir participer aux votes et autres (cependant certains citoyens le peuvent plus que d'autres, nous le verrons ensuite)
-La Boulè, qui comporte 500 bouleutes et qui prépare les lois que l'écclesia votera, ils sont tirés au sort (car le tirage au sort était vu comme le choix des dieux à l'époque)
-l'Héliée qui comporte 6000 héliastes et qui est en quelque sorte le tribunal populaire, tiré au sort (...

 

NB:Nous pouvons remarquer ici que les trois pouvoirs, éxecutif, législatif et judiciaire sont séparés, l'exécutif étant représenté par les stratèges, le législatif par l'écclesia et la Boulè, le judiciaire par l'Aréopage et l'Héliée. La séparation des pouvoirs existait donc déjà bien avant que Montesquieu en parle

 

 

 

▪ Mais plus profond que les chiffres ou les mots eux-mêmes, ou les particularités de la situation circa 2012 on trouve toute une théorie du gouvernement… un “contrat social” désormais en danger. L’Etat-Providence moderne a été inventé par Otto von Bismarck au milieu du XIXe siècle.
 
Otto von Bismarck - Wikipédia
 
 L’idée était simple.

▪ Pourquoi la démocratie ?
Les gouvernements exigent le consentement et le soutien des masses. Telle était la leçon que la France républicaine avait enseignée au monde — et que Bismarck avait retenue. On pouvait obtenir bien plus de la part des “citoyens” qu’on ne pouvait en obtenir de la part des “sujets”. Les sujets de Frédéric le Grand pouvaient payer leurs impôts à contrecoeur… et pouvaient s’enrôler dans ses armées. Mais ils garderaient toujours une distance — physique et émotionnelle — entre eux et leurs maîtres. La guerre et le gouvernement étaient les affaires de Frédéric, pas les leurs. Les monarques peuvent conserver la loyauté de leurs sujets. Ils peuvent aussi s’accaparer une partie de leur argent. Mais même le Roi Soleil, Louis XIV, l’homme pour lequel le terme “monarque absolu” a été inventé, avait de la chance s’il pouvait récupérer 10% du PIB du royaume en impôts. Quant à ses soldats, chacun d’entre eux voulait être payé. Et pas en monnaie de singe.

Au cours du XIXe siècle, la monarchie a été peu à peu remplacée par une forme ou une autre de démocratie représentative ou de républicanisme. Non que les démocraties aient été nécessairement meilleures, du point de vue moral comme du point de vue pratique. Elles n’amélioraient pas nécessairement le lot des gens qui y vivaient, ni matériellement ni légalement. Pourquoi un tel succès ? Peut-être que les armes défensives — les fusils-mitrailleurs — étaient devenues abordables et efficaces. Il est beaucoup plus cher de maintenir l’ordre parmi des sujets armés. Ou peut-être était-ce le résultat de la propagation d’idées via des journaux et des livres bon marché. A moins que ce ne soit simplement dû à la Révolution industrielle, grâce à laquelle les gens devenaient plus riches et pouvaient se permettre plus de gouvernement.

▪ L’illusion du choix
La démocratie parlementaire et participative est devenue à la mode au XIX siècle. Probablement parce qu’il est plus facile de pressurer et escroquer un citoyen qu’un sujet. Le véritable génie de la démocratie moderne, c’est qu’elle fait croire au citoyen que le gouvernement et son fonctionnement sont, d’une manière ou d’une autre, le produit de ses propres aspirations. S’il veut plus d’argent pour sa retraite, il suppose qu’il peut en avoir — à la seule condition qu’assez de ses concitoyens partagent ce désir. S’il veut partir à la guerre, c’est aussi à lui et ses co-électeurs d’en décider. S’il veut dépenser plus d’argent pour l’exploration spatiale ou interdire aux gens de prier dans les bars, la majorité — dont il pense devoir faire partie — peut le faire aussi.

Mais même les rois avaient un mors et quelqu’un pour leur tenir les rênes. Selon la doctrine du “droit divin des rois”, un roi était le serviteur de Dieu. Un roi était il un sujet aussi bien qu’un monarque?. Dieu lui-même lui avait donné le poste ; il ne pouvait pas le refuser. Pas plus qu’il ne pouvait refuser d’exécuter la tâche selon des termes qu’il pensait fixés par le Seigneur. Dieu pouvait tirer sur les rênes à tout moment.

La monarchie (du grec monos = seul, et arkhéin = commander) est le mode de gouvernement où le pouvoir suprême est déposé dans les mains d'un  seul individu,  qui porte ordinairement le titre de roi ou d'empereur, et qui règne sur un Etat ou territoire, le plus souvent pour la vie. La monarchie peut être élective ou - le plus souvent - de droit héréditaire. Dans les Etats contemporains, la monarchie revêt trois formes principales 

La monarchie absolue Absolutisme).le despotisme, La monarchie constitutionnelle(la loi ou la coutume ) , La monarchie parlementaire. Dans les pays musulmans, les régimes monarchiques peuvent prendre les noms de sultanat ou d'émirat ( Le sultanat), L'Émirat )

l'absolutisme le plus complet est résumé dans cette formule de conclusion des ordonnances : 

« Car tel est notre bon plaisir. » 

Souvent, les monarques étaient mis à bas par ceux qui affirmaient représenter Dieu. Dans un célèbre exemple du XIe siècle, le pape Grégoire VII se disputa avec Henri IV du Saint empire germanique. Henri fut excommunié. Quels étaient les dommages que l’excommunication de Grégoire aurait pu lui infliger, Henri ne le savait peut-être pas. Mais il ne voulait pas le savoir. Il revêtit une tenue de pénitent et attendit trois jours au-dehors de la forteresse où le pape s’était réfugié, à Canossa — après quoi il fut pardonné.

« La fonction des rois consiste à laisser agir le bon sens; un roi doit se décider lui-même, parce que la décision a besoin d'un esprit de maître et. que, dans le cas où livraison ne donne plus de conseils, il doit s'en fier aux instincts que Dieu a mis dans tous les hommes et surtout dans les rois [...]. Celui qui a donné des rois aux hommes a voulu qu'on les respectât comme ses lieutenants, se réservant à lui seul le droit d'examiner leur conduite. Sa volonté est que quiconque est né sujet obéisse sans discernement. »

« L'État, c'est moi. » disait Louis XIV.

La majorité démocratique, en revanche, ne reconnaît aucune autorité — qu’elle soit temporelle, constitutionnelle ou religieuse — pouvant se mettre en travers de son chemin. Elle/ nous  se fait/ faisons  ainsi l’illusion de penser qu’elle est maîtresse d’elle-même, de son propre gouvernement et de son propre destin.

“Le gouvernement, c’est nous tous”, disait Hillary Clinton.

Peut-On Critiquer La Démocratie ?

  
L'historien John Dunn se demande dans quelle mesure la démocratie contemporaine « implique un certain niveau d'aliénation de la volonté, du jugement et du choix que n’importe quel antique partisan de la démocratie considérerait comme sa négation même: au mieux une aristocratie partiellement élective et au pire une oligarchie aussi confuse que corrompue ».  
 
A lire :

LA GRÈCE, BERCEAU D'UN AUTRE MONDE

J’aime aussi la phrase : "Ne croyez pas ce qu'on vous dit : la révolte ne faiblit pas !"

Quand un mouvement populaire prend de l'envergure, les états on tendance à dire le contraire, voir de dire que la révolte n'existe plus, histoire de démobiliser et d'en mettre un terme.

Pareil à Paris, en Espagne, on devrait se l'approprier "Attention n'écoutez pas ce que l'on vous dit: le mouvement existe et se développe progressivement!"

 

La démocratie sans nous

Le Monde Diplomatique - L'art D'ignorer les Pauvres , Bref, une vidéo a été publiée y a pas longtemps sur les tout débuts du mouvement des indignés de Paris je sais pas si vous ne l’avez pas vu  vu. Le mouvement des indignés, doit être une des solutions de créer des mobilisations rassemblements avec les syndicalismes ( mais hors corporation), les anarchistes, féministes....  Il faut rassembler les luttes dispersées, sortir de l'égoisme et des luttes individuelles pour élargir les champs de combat.
 

Les citoyens sont de plus en plus tenus à l’ écart Petit expert deviendra grand : la « gauche radicale » sous surveillance d’un « observateur » - Acrim , Vivre à la rue tue, le mal-logement tue toute l'année. 300 agents de l'inspection du travail manifestent à Paris - LeMonde.fr, Pétition nationale -Il faut en finir avec l’enfermement des enfants étrangers ! . La stratégie du choc en Grèce, interview de Naomi Klein - OkeaNews(Extrait du Télérama)

 

A lire : La nouvelle lutte des classes : Les 1 % contre les 99 % - courrier internationale

A 'méditer'

UN SOULEVEMENT POPULAIRE POURQUOI PAS!

Reporterre.net - Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte pas

LE PEUPLE A –T’IL PERDU LE POUVOIR ?

Y’a-t-il péril en la démocratie ? Les français ( les européens)cet hiver, semblent en tout cas convaicu. Tel est l’enseignement éloquent du sondage exclusif Philosophie magazine/TNS-Sofres :: Un français sur deux estime en effet que la démocratie a reculé ces dix dernière années, là ou seulement un sur cent pense qu’elle a progressé ! Et de ce fait, constate le philosophe Jacques Rancière, tout se passe désormais comme si l’élite avait confisqué au peuple les manettes du pouvoir. Mais a qui la faute ? Aux élus indifférents au bien commun ? Aux citoyens, qui par innactivisme, vident la substance de la démocratie- le régime de sa substance ? Ou à l’idéologie des lumières qui, par une étrange ruse de la raison éclairée, a métamorphosé la scène politique en théâtre parodique, comme l’analyse  Jean Claude Miller ? Rappelons-nous donc l’histoire démocratique, d’Athène a New Delhi, est une épopée riche d’inventivités embarquées populaire : Ainsi peut être, ferons nous mentir le soupçon d’inefficacité qui, depuis Platon, pèse sur l’idée du «  Pouvoir par le Peuple ».

Révolution virtuelle et révolution réelle

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu