Avertir le modérateur

22/02/2016

Merci patron

n

 

Les charlots - Merci patron.avi : Les charlots qui, à mes yeux, font partie des grands comiques français, rendent "hommage" au patronnat

 
n
 

A lire : Le prix a payerLa Domination policière - Mathieu RigousteÊtre GOUVERNÉ, c'est ....


La finance imaginaire a un visage :  Ainsi le monde diplomatique citait : Les socialistes européens dénoncent souvent avec virulence la finance, qui règne sans partage sur le globe et qu'il conviendrait de mieux réguler. Encore faudrait-il savoir de quoi et de qui l'on parle ; car l'image désincarnée des « marchés » a pour effet de laisser dans l'ombre les bénéficiaires de la crise et des mesures d'austérité en cours.
 écouter: Geoffrey GeuensLa finance imaginaire 
Là-bas si j'y suis par Daniel Mermet, 26.03.2012

a photo de Liberationdans le groupe Daniel Mermet - les AMG.

Le milliardaire, qui paie relativement moins d'impôts que ses employés, appelle Obama à « arrêter de cajoler les riches ». hum, Bizarre. Surtout qu'il est en plein dans ce système que nous dénonçons. "Warren Buffett  soutient Goldman Sachs et son patron, "La réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat " ( photo)  

warren buffett,société,économie,payer,plus d'impôts

n Warren Buffett, l'homme qui voulait payer plus d'impôts

 Le gouvernement n'exclut pas un report de la présentation en conseil des ministres du projet de loi sur la réforme du travail pour mener à terme un dernier round de consultation avec les partenaires sociaux et, éventuellement, amender le texte. "C'est dans l'air, ce n'est pas exclu", a déclaré aujourd'hui un député de la majorité.

La CFDT, dont le gouvernement souhaite le soutien, considère que le temps d'une concertation approfondie "doit être pris" et juge "irréaliste" d'envisager une présentation du texte en conseil des ministres le 9 mars. Une position exprimée hier par une délégation de la CFDT reçue par la ministre du Travail, Myriam El Khomri , qui a répondu "qu'elle allait voir", a déclaré celle qui la dirigeait, Véronique Descacq.

Le projet de loi sur la réforme du travail, salué par le Medef, a en effet été critiqué par l'ensemble des grandes centrales syndicales, ainsi que par une partie de la majorité parlementaire et du patronat. Les syndicats et les détracteurs du texte à gauche le jugent trop déséquilibré en faveur des entreprises. Mais ils divergent fortement dans leur appréciation du texte.

 

Plutôt curieux de la part d'un gouvernement socialiste, non? Cela vous surprend?

Il n'y a pas de logique particulière à chercher, ce gouvernement est sincèrement en accord avec ce que dit le Medef. François Hollande croit réellement qu'en faisant travailler plus les gens et en les protégeant moins, il y aura plus de croissance. Et cela même si un quart des salariés déclarent souffrir au travail. 

» INTERVIEW - «Ce gouvernement est en accord avec ce que dit le Medef»  

 

Les oppositions à la loi Travail se multiplient dans la majorité 
Alors que la loi El Khomri suscite de nombreuses critiques chez les syndicatsau sein de la gauche et parmi les Français pour rejeter un éventuel 49-3. François Hollande ( Pour lire l'article, cliquez ici. ), un internaute a eu la drôle d'idée de publier une série d'animation japonaise, Shingeki no Kiuyjin - avec sous-titrage français - pour expliquer ce projet de loi. ". 

VIDÉO - La loi El Khomri expliquée dans un dessin animé japonais

 

JPEG - 275.7 ko
« Miners going into the slope », Hazelton, Pennsylvania, 1906

Le patronat et Nicolas Sarkozy en rêvaient, MM. François Hollande et Manuel Valls l’ont fait : si, par hypothèse funeste, le projet de loi « visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs » (sic) devait voir le jour, le code du travail ressortirait en miettes. (Le texte complet peut être téléchargé par exemple sur le site de l’Ugict-CGT). « L’objectif,précise la ministre du travail Myriam El Khomri dans un entretien auxEchos (18 février 2016), est de s’adapter aux besoins des entreprises ». On s’en doutait un peu — encore qu’il s’agisse d’une étrange vision des entreprises, réduites à leurs seules sphères dirigeantes.

Bien sûr, il ne s’agit que d’un projet et tout peut encore bouger. Le pouvoir excelle dans les manœuvres consistant à laisser fuiter les dispositions les plus folles pour ensuite accréditer l’idée que le pire a été évité. Ainsi il a laissé courir le bruit que les heures supplémentaires ne seraient plus rémunérées pour finalement décider un plancher obligatoire de 10 %. Tout le monde crie victoire alors que jusqu’à présent la norme était de 25 %, sauf quelques exceptions !

Roi de l’entourloupe, le président de la République assure ne pas toucher aux fondamentaux : contrat de travail à durée indéterminée qui reste la règle et la semaine de 35 heures qui demeure la norme légale. Mais il transforme ces deux principes en coquilles vides. Si les mots restent, la protection des salariés disparaît et avec elle l’égalité de traitement des citoyens devant la loi.

Jusqu’à présent, le principe fondamental du droit du travail donnait la priorité aux lois édictées par les élus de la République à moins qu’un accord à un niveau inférieur (branche, entreprise) se révèle plus favorable au salarié. Désormais, un accord dans une entreprise prévaut sur la loi, même s’il est défavorable à ce dernier. Singulière conception de l’« égalité réelle » ! Cette disposition fondamentale permettra au prochain président de la République d’amputer ce qui restera (encore) des droits des travailleurs.

Quant au fameux contrat de travail à durée indéterminée (CDI) maintenu dans la loi, il pourra être rompu à tout moment en cas « de réorganisation de l’entreprise » ou de « conquête de marché ». Au delà de ces situations somme toute très fréquentes, la direction n’aura même plus à se justifier : il lui suffira de payer trois mois de salaire pour les employés embauchés depuis moins de deux ans, six pour les moins de cinq ans, etc. La notion même de licenciement abusif disparaît de fait. Le patron qui paye peut se séparer de son salarié sans risque de pénalité supplémentaire.

Même tour de passe-passe pour les 35 heures. Entre les dérogations, un décompte du temps de travail et le paiement au rabais des heures supplémentaires, la réforme Aubry va passer aux oubliettes…

Après une lecture rapide des 131 pages de ce nouveau code du travail, on peut retenir les dispositions concernant la durée du travail, la réforme des prud’hommes (le prochain numéro du Monde diplomatique, en kiosques le 2 mars, y consacrera un article), l’élargissement du droit de licencier et de réduire autoritairement les salaires, le moindre paiement des heures supplémentaires, etc.

Le patron décide de la durée du travail

Ce nouveau code reprend les principes édictés par M. Robert Badinter, qui a fait sienne la formule la plus libérale que l’on puisse imaginer, dès l’article 1 : « Les libertés et droits fondamentaux de la personne sont garantis dans toute relation de travail. Des limitations ne peuvent leur être apportées que si elles sont justifiées (…) par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise. » Lesquelles sont définies par les actionnaires et les directions d’entreprise. Tout en découle.

La journée de travail de 10 heures, qui était jusqu’à présent l’exception, pourra se généraliser en « période d’activité accrue » ou « pour des motifs liés à l’organisation de l’entreprise ». Elle pourra même s’élever à 12 heures. Jusqu’alors, les dérogations exigeaient une autorisation administrative. Désormais, il suffira d’un accord d’entreprise — dont le recours sera facilité (lire plus loin).

Même principe pour la durée hebdomadaire, laquelle pourra grimper jusqu’à 46 heures en moyenne pendant 16 semaines par an (au lieu de 12 aujourd’hui) et même atteindre 48 heures « en cas de surcroît d’activité », sans autre précision. Un simple accord d’entreprise suffira. Le gouvernement ne renonce pas au plafond des 60 heures réclamé par les entreprises mais il l’encadre quand même d’une autorisation de l’inspection du travail.

Instauré lors de la loi Aubry sur la réduction du temps de travail (RTT), le forfait-jours, qui permet de s’émanciper de la durée légale quotidienne, était réservé aux grandes entreprises et principalement aux cadres (50 % d’entre eux). Le système sera étendu aux entreprises de moins de 50 salariés (sans distinction de fonction). Les charges de travail au quotidien pourront franchir toutes les barrières car, dans la pratique, elles ne seront plus contrôlables.

D’autant que les 11 heures de repos quotidiennes consécutives obligatoire sautent. Elles pourront être « fractionnées » !

De plus, « le temps de déplacement professionnel pour se rendre sur le lieu d’exécution du contrat de travail n’est pas un temps de travail effectif », sauf s’il dépasse le « temps normal ». On appréciera la précision de la formule.

Sécuriser les licenciements

Grâce à M. Nicolas Sarkozy, il y avait déjà la « rupture conventionnelle » (2 millions depuis sa création en juin 2008), faux nez qui cache souvent un moyen de pression patronale pour se séparer d’un salarié. Grâce à quelques syndicats, comme la CFDT et la CGC, qui avaient signé l’accord national interprofessionnel (ANI), et à M. Hollande, qui a concocté la loi dite de « sécurisation de l’emploi », le patronat pouvait réduire les salaires, augmenter le temps de travail et bien sûr licencier « en cas de difficultés économiques », dont l’interprétation était laissée aux juges. Le texte désormais les définit : une baisse des commandes ou du chiffre d’affaires« pendant plusieurs trimestres consécutifs » (cela peut donc être deux trimestres), des « pertes d’exploitation pendant plusieurs mois ou une importante dégradation de la trésorerie ». Et ce, « au niveau de l’entreprise » (et non du groupe). Il suffit pour les grosses sociétés de présenter les comptes de leur filiale en déficit (un jeu d’enfant) pour que tout soit possible. Exit le droit au reclassement des salariés licenciés.

En fait le patronat a obtenu ce qu’il réclamait depuis la nuit des temps : le droit de licencier sans entrave.

A ces causes dites défensives de licenciements, s’ajoute la possibilité de jeter les salariés dehors en cas « de mutations technologiques » ou de simple « réorganisation de l’entreprise ». Le travailleur qui refuse une mutation à l’autre bout de la France ou une baisse de salaire, ou encore une augmentation du temps de travail sans augmentation de salaire, sera tout simplement licencié (auparavant, il avait droit au statut de licencié économique) ; il garde ses droits au chômage mais perd celui du reclassement.

En fait le patronat a obtenu ce qu’il réclamait depuis la nuit des temps : le droit de licencier sans entrave.

Ligoter les prud’hommes

Le patron pourra même licencier « sans cause réelle et sérieuse », il lui suffira de payer une indemnité forfaitaire fixée à l’avance, quel que soit le dommage subi par le travailleur. Celle-ci est d’emblée fixée à 3 mois de salaire pour 2 ans d’ancienneté, 6 mois entre 2 et 4 ans, 9 mois entre 5 et 9 ans, 12 mois de 10 à 20 ans, 15 mois pour les plus de 20 ans. Ainsi, un salarié jugé plus assez productif ou trop ouvertement revendicatif peut être jeté sur le carreau à n’importe quel moment.

Travailler plus pour gagner moins

Les heures supplémentaires pourront être majorées de 10 % — et non plus 25 % de plus pour les huit premières heures, 50 % au-delà. Il suffit d’un accord d’entreprise. Pour un salarié payé au Smic, l’employeur devra débourser moins de 1 euro par heure supplémentaire (0,96 euro contre 2,4 euros en vertu de la loi précédente). Une broutille qui le poussera à y recourir au lieu d’embaucher. Quant aux salariés, ils verront leur pouvoir d’achat baisser.

L’entreprise au-dessus de la loi

C’est sans doute le changement le plus important. Malgré les déclarations tonitruantes à la gloire de la République et de ses principes, la loi passe au second plan même quand elle protège mieux les salariés. C’est l’accord d’entreprise qui prime. La loi Macron (lire « Le choix du toujours moins »,Le Monde diplomatique, avril 2015) avait déjà introduit cette disposition, mais elle restait exceptionnelle. Elle deviendra la règle.

Certes, cet accord devra être majoritaire, c’est-à-dire signé par des syndicats représentant plus de la moitié des salariés lors des élections professionnelles. Mais si ce n’est pas le cas, les syndicats minoritaires (au moins 30 % des voix) pourront recourir au referendum auprès des salariés. Et le pouvoir de vanter cette démocratie directe en jouant le petit peuple des travailleurs contre les élus syndicaux, forcément bornés.

Bien entendu, la consultation des travailleurs n’est pas en soi condamnable. Mais la question posée n’est pas définie collectivement, loin s’en faut. Si des syndicats minoritaires peuvent impulser la consultation, son contenu demeure entre les mains du patronat et prend souvent l’allure d’un chantage où les salariés ont le choix entre Charybde et Scylla : soit accepter de travailler plus et/ou gagner moins, soit perdre leur emploi… Chez Bosch, à Vénissieux, les salariés avaient accepté en 2004 de travailler 36 heures payées 35 et de renoncer à une partie des majorations pour travail de nuit ; leurs sacrifices n’ont servi qu’à rendre la société plus présentable : leur usine a été vendue en 2010, et plus de 100 emplois ont disparu. Même scénario chez General Motors à Strasbourg, Continental à Clairoix, Dunlop à Amiens…

Les commentateurs vantent souvent les référendums chez Smart, où 56 % des salariés ont répondu favorablement à la hausse du temps de travail (pour la même rémunération) réclamée par l’actionnaire au nom de la défense de l’investissement et de la non-délocalisation. Mais ils oublient de préciser que si 74 % des 385 cadres consultés ont approuvé l’accord, seuls 39 % des 367 ouvriers les ont imités, car ce sont eux qui ont les charges de travail les plus éprouvantes. Faut-il rappeler qu’un cadre vit six ans de plus qu’un ouvrier ? Avec la nouvelle loi, les ouvriers se verront imposer l’intensification de leurs tâches.

D’une entreprise à l’autre, les salariés ayant une même qualification auront des droits fort différents. On pourrait même imaginer des travailleurs aux statuts totalement divergents sur un chantier avec plusieurs sous-traitants. En fait, comme l’explique fort bien le spécialiste du travail Pascal Lokiec, « cela conduit potentiellement au dumping social et complexifie la situation du salarié qui changera de droit applicable en même temps qu’il changera d’entreprise (1) ». Quant à l’emploi, il restera à quai ou encore plus sûrement plongera. Comme le montrent toutes les études, ce n’est pas la prétendue « rigidité » du code du travail qui fait le chômage, mais le manque de débouchés.

Les élus socialistes aux ordres

Tout comme il oppose les travailleurs aux syndicats, les juges aux technocrates (qui seraient les mieux à même de fixer les pénalités patronale aux prud’hommes ou de définir les licenciements économiques), M. Hollande cherche à opposer les élus parlementaires au peuple français. Assuré avec ces orientations ultralibérales de ne pas bénéficier des voix des députés du Front de gauche et d’une partie des Verts pour faire passer sa loi, le chef de l’Etat réclame des élus socialistes qu’ils s’inclinent (même avec des états d’âme). Il menace donc d’employer la force du 49-3 — une disposition constitutionnelle qu’il qualifiait autrefois (avec lucidité) de« brutalité » et de « déni de démocratie ». La boucle est bouclée.

Martine Bulard

Elle se déroule en deux temps : un face à face avec Elisabeth Quin et un invité qui analysent « La Une du Jour ». Suit le « Grand angle de 28' » où Elisabeth Quin, avec à ses côtés nos journalistes Renaud Dély et Nadia Daam, reçoit trois invités pour parler du dossier d'actualité du jour.
L'émission sera enrichie par quatre sujets supplémentaires : le « Une du jour » de Julien Dugast, le « Rappel des faits » de Sandrine Le Calvez, le « Journal du temps » de Bruno Gaudenzi et « Désintox ».
A la fin de ce plateau, Juan Gomez nous livre sa chronique internationale « Vu d'ailleurs ».

avec Michelle Crépin et 13 autres personnes.

 

Aujourd'hui :

Le coup de pression du patronat, le grand chantage qui dure depuis plus de trente ans, voir plus.Compétitivité : 98 grands patrons font monter la pression avant le rapport Gallois : Les grands patrons français, dont une majorité de gauche, ont fait monter dimanche  la pression sur le dossier de la compétitivité en présentant leur propre version de ce que devrait être le "pacte" élaboré par le gouvernement pour relancer l'économie du pays. Les patrons de l'Association française des entreprises privées (Afep),
 
Une baisse de 30 milliards d'euros de cotisations sociales sur deux ans

Pour l'exploration des gaz de schiste

Compétitivité oui, choc non selon Pierre Moscovici

Interrogé  dimanche, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a repris les termes du chef de l'Etat: "Il faut absolument agir sur la compétitivé, mais pas par un choc", a-t-il commenté, en préconisant sur Canal Plus "une trajectoire continue dans le temps

Louis Schweitzer : "Pas de changement du jour au lendemain

Beaucoup de patrons de gauche

 

L’article 312-10 du Code pénal dispose que :

 

« Le chantage est le fait d'obtenir, en menaçant de révéler ou d'imputer des faits de nature à porter atteinte à l'honneur ou à la considération, soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit la révélation d'un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien quelconque

 

Thibault dénonce "un chantage éhonté du patronat" pour la - Le Point :

Au Japon, la droite fait du chantage à la faillite - Libération : Budget. L’opposition bloque le vote d’une loi de finance, menaçant l’archipel de cessation de paiement. Le neoliberalisme et son impasse :

Compétitivité : Les patrons en font-ils trop ?

Une entende entre Jean Quatremer - wikipedia ( Il travaille pour le quotidien français Libération) depuis 1984 ) déjà mis en cause dans l'article de Frédéric Lordon sur le conspirationisme, défend l'idéologie du capitalisme ( néolibéral), les plans sociaux, le manque de compétitivité de la France, des aides sociales trop élevé qui pose problème ( "En fait c’est là la chose que Jean Quatremer a visiblement du mal à comprendre – déficience par quoi d’ailleurs il verse immanquablement dans le conspirationnisme, qu’il dénonçait chez les autres à l’époque où « tout allait bien » (pour lui) –, les crises s’expliquent moins par la malignité des agents que par l’arrivée aux limites des structures" )  . Il y a ainsi une entende qui frise la comédie noir avec Ted Stander wikipedia : écrivain et essayiste américain : Ces livres, écrits en français, se veulent entre l'essai polémique et l'humour. Il s'y interroge sur, selon lui, le lien entre un certain déclin français et le trop-plein d'État-providence Site Internet officiel de Ted Stanger :

 

  • France : la vie à crédit, Ted Stanger (États-Unis) avec Bruno Girodon, Documentaire France2, (passé sur France2, dans l'émission Un œil sur la planète, Lundi 26 février 2007, à 23h10).
  • Comment ça va, cow-boy ?, Ted Stanger, (diffusé sur France2, le 18 octobre 2004).

 

France: Une vie à crédit - Vidéo Dailymotion  - 17 min)

Cette semaine, le bras de fer entre le patronat et le gouvernement s’est indéniablement intensifié. Surfant sur le récent succès du mouvement d’entrepreneurs baptisés les « pigeons » et à quelques jours de la remise du rapport de Louis Gallois sur la compétitivité, les grands patrons entendent bien faire monter la pression sur l’exécutif. En effet, ils demandent à l’État de réaliser 60 milliards d’euros d’économies au cours des cinq prochaines années, tout en préconisant une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros sur deux ans, financée par une augmentation de la TVA et une réduction des dépenses publiques. Une missive qui fait polémique alors que François Hollande a promis non pas un « choc », mais un « pacte » de compétitivité de l’économie française.

 

Etats-Unis : Tempête dans les urnes

Trois jours après le passage meurtrier de l’Ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis, la campagne présidentielle américaine redémarre. À quelques jours du fameux verdict et après avoir été immobilisés par la tempête, les deux candidats à la Maison-Blanche sillonnent de nombreux États encore indécis, dont notamment le fameux « swing state » de l’Ohio, ultime champ de bataille de ce marathon électoral. Si les sondages semblent favoriser le président sortant grâce à son avance dans les États les plus décisifs de la carte électorale, les scores restent très serrés. Barack Obama - Mitt Romney qui prendra la tête de la première puissance mondiale le 6 novembre prochain ? Après une campagne des plus mouvementée, l’issue du scrutin crucial reste incertaine…

 

Elisabeth Quin accueille pour en débattre : Cécile Philippe, économiste et fondatrice de l’Institut économique Molinari, Jean Quatremer, correspondant à Bruxelles pour « Libération », mais aussi l’écrivain et essayiste américain Ted Stanger, et la dessinatrice Coco.


Revoir 28 minutes en replay, diffusé sur ARTE le 02-11-2012 à 20:06, Compétitivité : "Il faut un effort dans la durée" - Le Nouvel Observateur

Cecile Philippe a écrit :

 

 

 
Citation : 
 
« Les faucheurs d’OGM menacent le progrès de la science au nom d’une vision conservatrice de l’agriculture »[3].
 
Oeuvre :
  1. Cécile Philippe et Pascal Canfin sur RFI, 30 octobre 2007
  2. Organisation de l'Institut Constant
  3. Cécile Philippe, La terre est foutue, p. 16
En savoir plus :

 

(France, 2012, 26mn)
ARTE F


Date de première diffusion : Hier, 20h06

conclusion de fin :

Comprendre l'idéologie du capitalisme ( néolibéral) avec une interview de Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière [HD] - YouTube : Entretien avec Serge Halimi, journaliste au mensuel le Monde diplomatique, autour de son livre "Le grand bond en arrière" (Editions Fayard).
Comment est-on passé à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance ?
Emission France Inter "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet, première diffusion le vendredi 2 juillet 2004.

 

Déluge de bombes sur le code du travail
par Martine Bulard, 19 février 2016

Soutenez-nous !

« Le Monde diplomatique » ambitionne de faire vivre un journalisme affranchi des pouvoirs et des pressions. Une liberté qu'il doit essentiellement à ses acheteurs et abonnés.
 
Déluge de bombes sur le code du travail -  'lIndigné Révolté
 
« Si les peuples ne bougent pas, il y aura une guerre générale »Annie Lacroix-Riz est professeur d’histoire contemporaine. Elle était à Montpellier le 18 mai. L’occasion d’évoquer le rôle des élites économiques françaises dans la défaite de 1940. Et de faire le lien entre la crise des années 30 et celle d’aujourd’hui. Pour elle, celle-ci « est bien plus grave que les crises précédentes
 
Le « sommet » de la CGT rallié à l’Europe ? l’analyse de Philippe Cordat, secrétaire de l’Union régionale CGT de la région Centre Interview de Philippe CORDAT secrétaire général de l’Union régionale CGT de la région Centre (qui regroupe 6 départements : le Cher, l’Eure-et-Loir, l’Indre, l’Indre et Loire, le Loire et Cher et le Loiret).dans Bastille République Nations (BRN) mensuel daté du 17 septembre 2012

17/12/2015

L’ART DE LA GUERRE IMBÉCILE

n

  n "Il ne faut pas désespérer des imbéciles :avec un peu d'entraînement, on peut en faire des militaires."Pierre Desproges

 

sur les guerres qui s'annoncent 

 la publication de Flores Magon.
L’image contient peut-être : ciel
 

 n Une "bonne société" a besoin d'un "bon ennemi"La Canaille "Allons enfants" Voici une vidéo réalisée sur la chanson "Allons enfants..." de la Canaille.

 

 

Boris Vian- Le déserteur

Qui connaît l'autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l'autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l'autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles
L'image contient peut-être : ciel ( drone , bombardement aérien... : celui qui controle les airs a un avantage) ... Me^me si cela ne suffit pas a gagner la paix  

[FR] L'Art de la Guerre [Audiobook]
 

n  

L’ART DE LA GUERRE IMBÉCILE, Serge HALIMI ne fait que citer le jeune Barack Obama. Pierre CONESA explique les CINQ CONFLITS qui s’entremêlent dans ce Moyen Orient compliqué. Akram BELKAID s’interroge sur les solutions politiques concernant la Syrie. Bernard FRIOT revient sur l’histoire épique de notre Sécurité Sociale, aujourd’hui menacée.

 
 

 Mardi 10 octobre 
17h Discussion autour du film "Tout va bien" 
19h Projection du film "Letter to Jane", de J.L. Godard - 1972 
Réalisé sous les auspices du Groupe Dziga Vertov, datant de 1972 et qui constitue en quelque sorte un pendant à "Tout va bien". Par l'utilisation de retours en arrière, ce film expérimental de 52 minutes condense un ensemble de réflexions sur la force de l'image à partir d'une seule et même photographie de Jane Fonda prise pendant la guerre du Viêt Nam.
 

Voici le programme de octobre 2017 ! https://infokiosques.net/spip.php?article1484  

L'affiche est ici : https://infokiosques.net/IMG/pdf/Affiche_OCT17.pdf

 Le flyer est là : https://infokiosques.net/IMG/pdf/PROGRAMME_OCT17.pdf 

Dans une zone dominée par les djihadistes, la grande ville du  nord-ouest est l’une des dernières poches de résistance au régime Assad. Marie Jégo (Istanbul, correspondante). « Notre but est d’empêcher les accrochages et de faciliter le processus politique pour en finir avec la guerre en Syrie », a expliqué samedi Mevlut Cavusoglu, le ministre turc des affaires étrangères. Selon lui, il faut avant tout évaluer les conditions sur le terrain avant de déployer des hommes. « Une opération sérieuse est actuellement en cours à Idlib et elle va se poursuivre »,

 COMPTE RENDUSyrie : opération turque à haut risque dans la région d’Idlib

La Turquie a annoncé, dimanche, qu’elle cessait de délivrer des visas à des Américains, hors visas d’immigration, après une décision similaire prise par Washington.

COMPTE RENDU Les Etats-Unis et la Turquie suspendent en partie leurs services de visas 11

En lançant son offensive contre l’accord avec l’Iran, Donald Trump aggrave la méfiance internationale à l’égard de l’Amérique et entraîne un risque de prolifération au Proche-Orient, déplore le politiste Frédéric Charillon dans une tribune au « Monde ».Frédéric Charillon (professeur des universités en science politique)

  OINT DE VUE« Le monde doit composer avec une administration américaine devenue nihiliste »

Le comportement de Donald Trump à l’international semble obéir à des logiques désormais identifiées : s’en prendre systématiquement aux accords forgés par son prédécesseur (forcément « les pires » qui soient) ; adopter une posture belliqueuse face aux adversaires consacrés tout en ménageant d’autres régimes autoritaires ; rejeter ce qui a fait l’ancrage de l’Amérique au cœur de l’international (multilatéralisme, libre-échange…), pour flatter le segment de l’opinion américaine le moins internationalisé.

L'Ican, prix Nobel de la paix, se heurte à la réalité nucléaire

L'Ican, prix Nobel de la paix, se heurte à la réalité nucléaire

Editorial du « Monde » et du figaro . La semaine qui s’ouvre est une semaine à risques pour la prolifération nucléaire. Récompensée vendredi dernier par le prix Nobel de la paix 2017 vient de saluer la lutte contre l’arme atomique en couronnant l’International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN) concentre ses pressions anti-nucléaires sur les démocraties occidentales. Un combat noble et utopiste, dont les résultats paraissent encore vains. , Donald Trump doit annoncer, d’ici au 15 octobre, sa décision de respecter ou non l’accord restreignant le programme nucléaire iranien. Il n’en va pas seulement de la parole des Etats-Unis. L’enjeu est plus large et tient en une question : combien de nouvelles puissances nucléaires dans les années à venir ?

Donald Trump doit annoncer d’ici au dimanche 15 octobre sa décision de respecter ou non l’accord sur le nucléaire iranien. Sa remise en cause risque d’ajouter une irresponsabilité à d’autres.

EDITORIAL Après le prix Nobel de la Paix, une semaine à haut risque pour la prolifération nucléaire 9 Editorial. 

Celui-ci est déjà mal en point, avec quatre pays, non-membres du TNP, qui, en violation du droit international, ont développé des armes nucléaires : Corée du Nord, Inde, Israël, Pakistan. C’est justement cet effritement de la non-prolifération que dénonce, à juste titre, la coalition militante, l’ICAN. Elle a obtenu la signature de 122 Etats membres de l’ONU sur 192 au bas d’un projet de traité décrétant l’interdiction des armes nucléaires.

Lire aussi.   Prix Nobel de la paix : le combat très symbolique de l’ICAN

Cette démarche relève sans doute du vœu pieux. Aucun des cinq membres permanents du Conseil de sécurité ne renoncera au monopole de l’arme nucléaire que le TNP leur confère. Mais les signataires pointent le fait que les « Cinq » ne respectent pas leur part du TNP, qui leur impose de diminuer leur arsenal nucléaire – ce qu’ils ne font plus depuis quelques années. Le sabotage de l’accord de Vienne par M. Trump ne ferait qu’ajouter à cette irresponsabilité.

L'inconséquence de Trump «pourrait mener à la troisième Guerre mondiale» 

une photo.


 
 
Aucun texte alternatif disponible.
 
 
Trois types de dégâts sont à attendre : une méfiance accrue vis-à-vis de l’Amérique à l’échelle globale ; un désarroi européen encore aggravé ; un Proche-Orient victime des signaux politiques dangereux envoyés par Washington. Jadis partisans d’une stabilité hégémonique assurée par eux-mêmes, les Etats-Unis se considèrent désormais comme une citadelle assiégée dans un monde à l’état de nature. En conséquence, on ne discute plus : on se barricade et on menace. On ne travaille plus à forger des accords, on les rejette. On ne croit plus aux biens communs ni au multilatéralisme, mais au chacun pour soi. C’est toute une panoplie d’outils de la domination américaine dans les dernières décennies qui se voit ainsi balayée.

Le sénateur républicain du Tennessee Bob Corker a estimé dimanche que le président américain «devrait inquiéter tout ceux qui aiment» les Etats-Unis.

Les menaces inconséquentes de Donald Trump contre certains pays pourraient placer les Etats-Unis «sur le chemin de la troisième Guerre mondiale», a déclaré dimanche le sénateur républicain du Tennessee, Bob Corker. Interviewé par le New York Times , ce poids lourd de la majorité républicaine au Sénat revenait sur la passe d'arme particulièrement vive qui l'a opposé au président américian. «Il m'inquiète», a-t-il déclaré au journal américain. «Il devrait inquiéter tous ceux qui aiment notre pays», a-t-il ajouté.

 LIRE AUSSI - Donald Trump prépare-t-il les États-Unis à la guerre? 

  Un "accord" avait donc été trouvé à Vienne sur le nucléaire iranien.

 Dans une tribune au « Monde », le conseiller à la sécurité intérieure de Donald Trump, qui menace de dénoncer l’accord sur le nucléaire, estime que Téhéran utilise la milice chiite pour semer la terreur dans le monde. [Selon la presse américaine, Donald Trump pourrait refuser de certifier au Congrès cette semaine que l’accord ­nucléaire conclu avec l’Iran en 2015 est conforme aux intérêts de la sécurité nationale des Etats-Unis ]

 « Notre politique ne changera pas face au gouvernement arrogant américain », a déclaré Ali Khamenei, quatre jours après la conclusion d'un accord sur le programme nucléaire iranien.

Ses propos ont été accueillis par les traditionnels « mort à l'Amérique » et « mort à Israël » lancés par les fidèles rassemblés dans le centre de Téhéran à l'occasion de la prière pour l'Aïd el-Fitr, marquant la fin du jeûne musulman du ramadan.

« Les politiques des États-Unis dans la région sont opposées à 180 degrés à celles de la République islamique d'Iran », a-t-il dit.

« Nous n'avons aucun dialogue avec les États-Unis sur les questions internationales, régionales ou bilatérales. Quelquefois, comme dans le cas nucléaire, nous avons négocié avec les États-Unis sur la base de nos intérêts », a-t-il encore souligné. Un peu plus tard, il a ajouté devant les responsables politiques et militaires du pays que « l'Iran ne faisait pas confiance aux États-Unis, car les politiciens américains ne sont pas sincères ».(...) pouvait on lire dans le Point.fr Israël a dénoncé l'accord comme une « erreur historique » et l'Arabie saoudite l'a également critiqué. Pas étonant lorsque l'on s'est qu'ils sont rivaux sur la scène géopolitique.

Apparemment, l'Iran peut maintenir son programme de développement nucléaire. Il sera à un niveau réduit -- réduit de quoi, personne ne le dit... et certainement pas les Iraniens, connus pour leur goût du secret.

 

▪ Le contenu de l'accord
Les sanctions sur l'Iran seront levées au cours des prochains mois. D'ici début 2016, le pays pourra vendre du pétrole et acheter tout ce dont il a besoin pour faire tourner l'économie nationale. Peut-être de nouveaux avions de Boeing, si ce qui se dit est vrai. (Pas Airbus, parce que les Iraniens ont été contrariés par les Français, qui se sont montrés trop durs dans les négociations durant ces pourparlers nucléaires. Appelons cela un retour de bâton.)

De ce que je peux en comprendre, il y aura un "régime d'inspection 24h/24, 7j/7" sur les activités nucléaires iraniennes, sauf qu'un préavis de deux semaines y est adjoint. Cela signifie que l'Occident (c'est-à-dire les Etats-Unis) devra prévenir l'Iran deux semaines avant de conduire une inspection "24/7" des sites d'armes. .

Accord nucléaire avec l'Iran... mais la course à l'armement s'accélère

Entre-temps, les leaders iraniens continueront d'organiser des manifestations massives avec un principal message basé sur "Mort à l'Amérique" et "Mort à Israël". Ils financeront aussi un réseau de cinquième colonne mondial -- Hezbollah et autres groupes -- dont le but est de faire des ravages dans nos frontières à l'endroit et au moment où l'Iran le choisira.

En effet, la haine envers l'Occident -- et les juifs -- est la principale force unificatrice du régime iranien actuel. Que feraient-ils sans les Etats-Unis ? Sans Israël ?

POINT DE VUE Tom Bossert : « Les Etats-Unis continueront à isoler l’Iran et son allié le Hezbollah »

Dans une tribune au « Monde », le conseiller à la sécurité intérieure de Donald Trump, qui menace de dénoncer l’accord sur le nucléaire, estime que Téhéran utilise la milice chiite pour semer la terreur dans le monde.

 

 Effritement

Le plus probable est que M. Trump amorce une politique destinée à torpiller l’accord, sans prendre le risque d’en sortir formellement. S’il agissait ainsi, M. Trump affaiblirait l’impact de Vienne. Il renforcerait le camp des « durs » à Téhéran, ouvrant la porte à une reprise éventuelle de la partie militaire du programme iranien. A tout le moins, il ébranlerait un peu plus encore le régime de non-prolifération.

Celui-ci est déjà mal en point, avec quatre pays, non-membres du TNP, qui, en violation du droit international, ont développé des armes nucléaires : Corée du Nord, Inde, Israël, Pakistan. C’est justement cet effritement de la non-prolifération que dénonce, à juste titre, la coalition militante, l’ICAN. Elle a obtenu la signature de 122 Etats membres de l’ONU sur 192 au bas d’un projet de traité décrétant l’interdiction des armes nucléaires.

Lire aussi :   Donald Trump proche d’un revirement majeur sur l’Iran Lire aussi.   Prix Nobel de la paix : le combat très symbolique de l’ICAN

Cette démarche relève sans doute du vœu pieux. Aucun des cinq membres permanents du Conseil de sécurité ne renoncera au monopole de l’arme nucléaire que le TNP leur confère. Mais les signataires pointent le fait que les « Cinq » ne respectent pas leur part du TNP, qui leur impose de diminuer leur arsenal nucléaire – ce qu’ils ne font plus depuis quelques années. Le sabotage de l’accord de Vienne par M. Trump ne ferait qu’ajouter à cette irresponsabilité.

 EDITORIAL Le Nobel, Donald Trump et le nucléaire Editorial. En envisageant de remettre en cause l’accord sur le nucléaire iranien, le président des Etats-Unis risque d’ajouter une irresponsabilité à d’autres…

 
Le dormeur du val d'Arthur Rimbaud

Le dormeur du val A. Rimbaud musique douce guitare karaoke by biccounnet

 

 
Dans le Diplo de décembre 2015
  •  
    01. Serge HALIMI : L’art de la guerre imbécile
  •  
    02. Pierre CONESA : Cinq conflits entremêlés
  •  
    03. Akram BELKAID : En Syrie, une issue politique bien incertaine
  •  
    04. Bernard FRIOT : Une autre histoire de la Sécurité sociale

Autour de Daniel MERMET :
- Serge HALIMI : « L’art de la guerre imbécile »
- Pierre CONESA : « Cinq conflits entremêlés »
- Akram BELKAID : « En Syrie, une issue politique bien incertaine »
- Bernard FRIOT : « Une autre histoire de la Sécurité sociale », avec Christine JAKSE


Les différentes séquences de l’émission :


01. Serge HALIMI : « L’art de la guerre imbécile » (11’37)

(Dessin : Agim Sulaj)
  
01. Serge HALIMI : L’art de la guerre imbécile

Revendiquées par l’Organisation de l’État islamique (OEI), les tueries du 13 novembre dernier à Paris ont entraîné l’intensification de l’engagement occidental au Proche-Orient. Cette région du monde paraît ainsi condamnée aux interventions armées. Pourtant, si la destruction militaire de l’OEI en Syrie et en Irak constitue un objectif sur lequel semblent s’accorder des dizaines de pays étrangers, des États-Unis à la Russie, de l’Iran à la Turquie, tout le reste les sépare…


02. Pierre CONESA : « Cinq conflits entremêlés » (8’00)

 

 
 
02. Pierre CONESA : Cinq conflits entremêlés

L’engouement quasi unanime des responsables politiques pour la « guerre » traduit une grave méconnaissance de la réalité du terrain. Décidé durant l’été 2014, l’engagement militaire occidental ajoute une cinquième strate à une superposition de conflits qui embrasent l’aire arabo-islamique.


03. Akram BELKAID : « En Syrie, une issue politique bien incertaine » (10’26)

 

 
03. Akram BELKAID : En Syrie, une issue politique bien incertaine

Les pays occidentaux voudraient détruire l’Organisation de l’Etat islamique sans mener d’intervention terrestre, ce qui imposerait d’en passer par une réunification des principales factions armées syriennes et par la mise en place d’un processus politique de transition. Mais un tel scénario fait fi de nombreuses réalités.


(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

 


A revoir «Les Sept Samouraïs» de Akira Kurosawa pour analyser l'art de la guerre ou un village est persécutés par des brigands et comment a l'aide de 7 mercenaires - samourais, et en infériorité numérique, ils vont leurs tenir tête. 
 
n Dans le cadre de son cycle « Voyages en Asie » ARTE diffuse «Les Sept Samouraïs» (Shichinin no samurai, 1954) de Akira Kurosawa en version restaurée intégrale. «Les Sept Samouraïs» demeure sans doute le plus célèbre film de Akira Kurosawa et de tout le cinéma japonais
 
Les Sept Samouraïs ( bande annonceShichinin.no.samurai.1954.VOSTFR.DVDRiP.XViD C'est l'un des films japonais les plus célèbres dans le monde. Même si la version intégrale a longtemps été inconnue en-dehors de son pays d'origine, le film a obtenu un Lion d'argent à la Mostra de Venise en 1954 puis a connu un grand succès commercial dans le monde, notamment grâce à l'universalité de son histoire et à l'interprétation des acteurs5. Il s'agit aussi de l'un des films de samouraïsN 1 de référence6 et il est parfois considéré comme l'un des meilleurs films d'action de l'histoire7. Il n'a cessé d'exercer une grande influence sur le cinéma mondial et a connu plusieurs adaptations plus ou moins libres, dont le western Les Sept Mercenaires en 1960.

Les Sept Mercenaires -film complet en francais Les Sept Mercenaires est un film américain réalisé par Antoine Fuqua, sorti en 2016. Il s'agit d'un remake du film du même nom sorti en 1960 et réalisé par John Sturges, lui-même inspiré du film Les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa. Wikipédia


Western - Les Sept Mercenaires >John Sturges (1960) - "> On aime un peu
 
Film d'aventures - Les Sept Samouraïs - ">Akira Kurosawa (1954) -  On aime beaucoup

Western - Les sept mercenaires Antoine Fuqua (2016) -  On aime beaucoup : «Les Sept Samouraïs» de Akira Kurosawa | ARTE Cinema

 Source 

L’ART DE LA GUERRE IMBÉCILE  Le

 L'ART DE LA GUERRE IMBÉCILE - L'indigné Révolté 

Acte 1 : Les années de libération 1945 - 1970 - Vidéo Ina.fr : Jeudi 17 décembre de 23h55 à 00h50 sur France 3 Histoire 1T Une histoire du terrorisme

Acte 2 : Les années de poudre 1970 - 1989 - Vidéo Ina.fr

Histoire du terrorisme : acte 3, les années Jihad 1989 - 2011

Le capitalisme nuit...

n

A lire aussi .Drones Tueurs et Guerres Secrètes , Armées Privées - guerres militaires , Report terrorism" , Armées Privées - guerres militaires , Les guerres cachées contre Daech - blog enkolo , Armées Privées Dans la cible (La guerre en CDD) Spéciale Investigation , Report terrorism" , La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ? 

Vietnam
Terrorisme, raison d'Etat

Les guerres cachées contre Daech

 Témoignages rares Les guerres cachées contre Daech Arte 2016 11 08 20 50 n Les guerres cachées contre Daechn REPORTAGE En Iran, les menaces régionales consolident le pouvoir  Ghazal Golshiri (Téhéran, correspondance) « révolte de grande ampleur » Par Enkolo dans Accueil le 23 Décembre 2016

TURQUIE : CHRONIQUE D'UNE RÉVOLTE - l'indigné révolté
Merci à P24, pour votre super travail.
Rojava : Un processus démocratique en cours

Rojava : Un processus démocratique en cours

L'ART DE LA GUERRE IMBÉCILE

12/09/2012

Casse-toi, pov’ Libération

 

Casse-toi, pov’ Libération

Adoncques : le multimilliardaire Bernard Arnault vient de dire son intention de demander la nationalité belge - tout en précisant que ce n’était pas du tout à la fin de se soustraire au fisc français, voyons, mais bien plutôt pour d’autres raisons, qui restent pour l’instant un peu imprécises.

Ce qu’apprenant : les responsables du quotidien Libération, où cette impertinence n’a (certes) pas toujours été si nette (puisque c’est l’un des lieux où s’est depuis trente ans forgée la menterie que « le capitalisme » était « l’avenir de la gauche », et de l’humanité toute entière), suggèrent ce matin à ce « riche con » de se « casser » - prends ça dans tes dents, ploutocrate.

Par cette folle hardiesse, les responsables du quotidien Libération montrent qu’ils ont du moins l’échine flexible - et, plus précisément, que les mêmes causes, envisagées par eux, ne produisent pas nécessairement les mêmes effets.

Il y a deux ans, par exemple : le multimillionnaire Edouard de Rotschild, propriétaire du quotidien Libération, avait quant à lui demandé la nationalité israélienne - qui peut elle aussi procurer un certain nombre de stimulants « avantages fiscaux », dont l’Institut français de Tel-Aviv a récemment fait une liste précise. Et il avait assuré qu’il n’ambitionnait nullement, par cette demande, de se soustraire à trop de rigueurs contributives : son unique objectif, avait-t-il expliqué, était de pouvoir intégrer l’équipe israélienne d’équitation, aux Jeux olympiques de Londres.

Une abstention de Libération

Le quotidien Libération s’était alors abstenu de moquer cette initiative - et n’avait pas du tout réclamé que son proprio se casse, bon vent, et bon débarras : c’eût été malpoli.

Deux ans plus tard, force est de constater qu’Édouard de Rotschild n’a pas du tout participé aux JO de Londres - et que Bernard Arnault est un peu nigaud : s’il avait justifié son passage de la frontière franco-belge par une furieuse envie d’intégrer l’équipe bruxelloise de hockey subaquatique, il se serait probablement épargné de se faire traiter de « con » par de sélectifs indignés.

Sébastien Fontenelle

Bakchich.info


 

 
 
Qu’y a-t-il de plus scandaleux : que M. Bernard Arnault réclame la nationalité belge afin de préparer l’ « optimisation fiscale » de sa fortune — la première française et quatrième du monde — ou que les politiques publiques successives (en ...
France, en Belgique, ailleurs) aient offert de telles possibilités à leurs contribuables les plus opulents ? On ne peut libérer le marché des capitaux, laisser proliférer les paradis fiscaux, y compris en Europe, et se plaindre ensuite que les individus pour qui de telles décisions sont prises choisissent d’en tirer le meilleur profit.
 
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu