Avertir le modérateur

02/01/2018

« En Iran, une révolution menace le régime »

n

 

 

Théisme, Nationalisme, Capitalisme… Les religions vont bien.

...ni contre l'une ni contre l'autre des religions en particulier, mais contre toutes les religions qui de fait enrégimentent les consciences/vivants dans des idées/relations totalitaires, guerrières et qui laissent perdurer, pour la cause, la soumission/domination et l'exploitation des humains par d'autres.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Versets_sataniques

Persepolis (Bande-annonce) - YouTube


Persépolis: projection à Montréal le 21 mars 2012 au cinéma Beaubien en soutien avec Nabil Karoui, propriétaire de Nessma Tv qui subira un procès le 19 avril pour avoir projeté ce film sur sa chaîne de télévision. Persepolis 2007 Animation movies for kids

elon l’agence Tasnim.

En Iran, les manifestants bravent la menace d’une répression implacable 20

 

Manifestation étudiante dispersée par la police anti-émeute iranienne, à l’université de Téhéran, le 30 décembre 2017.

Vingt personnes ont été tuées en cinq jours de manifestations de mécontentement populaire qui touchent le pays, alors que l’institution judiciaire et les conservateurs demandent que les forces de l’ordre y mettent un terme.

 

Image des manifestation sous Mahmoud Ahmadinejad

Le président américain Donald Trump a dénoncé aujourd'hui le régime "brutal et corrompu" au pouvoir en Iran, au sixième jour d'un mouvement de contestation marqué par des violences.

"Les Iraniens agissent enfin contre le régime iranien brutal et corrompu", a lancé Donald Trump dans un tweet matinal. "Le peuple a peu de nourriture, une forte inflation et pas de droits de l'homme", a ajouté le locataire de la Maison Blanche qui multiplie les attaques contre Téhéran depuis le début des troubles.

 
Donald J. Trump - @realDonaldTrump : The people of Iran are finally acting against the brutal and corrupt Iranian regime. All of the money that President Obama so foolishly gave them went into terrorism and into their “pockets.” The people have little food, big inflation and no human rights. The U.S. is watching!

 

Le président américain Donald Trump, qui a apporté son soutien aux manifestations secouant l'Iran depuis jeudi, ferait mieux de s'occuper des "millions de sans-abri et affamés" aux Etats-Unis, a affirmé aujourd'hui un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

"Au lieu de perdre son temps en envoyant des tweets inutiles et insultants contre les autres peuples, (Trump) ferait mieux de s'occuper des problèmes intérieurs de son pays, notamment l'assassinat quotidien de dizaines de personnes et des millions de sans-abri et affamés" aux Etats-Unis, a déclaré Bahram Ghassemi, cité par les médias.

Iran : colère mortelle contre le régime

Malgré l'appel au calme lancé par le président de la République, Hassan Rohani, les manifestations se poursuivent depuis dimanche à travers une dizaine de villes d'Iran, et dans la nuit dans le centre du pays. Au total, 21 personnes ont été tuées depuis le début du mouvement de contestation.

Les gardiens de la révolution, la principale force armée iranienne, restés pour l’heure à l’écart des événements de la capitale, ont promis d’intervenir dès que « les responsables politiques en [prendront] la décision ». Le pouvoir judiciaire, l’ensemble des leaders conservateurs et quelques réformateurs, alliés du président Hassan Rohani, ont exigé une répression implacable. Mais l’Etat traite encore avec une relative prudence ces manifestations inédites, les plus importantes depuis celles qui avaient suivi la réélection contestée de l’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad à la présidence, en 2009.

 

Carte Le Monde
Alors que la vague de manifestations qui agitent l’Iran ne faiblit pas, et connaît ses premières victimes, le guide suprême iranien, Ali Khamenei a accusé, mardi 2 janvier, « les ennemis » de l’Iran de fomenter des troubles dans le pays.



« En Iran, une révolution menace le régime »

Dans un entretien au « Monde », Stéphane Dudoignon, chercheur au CNRS, analyse ce qu’il qualifie de « révolution ».

 

Le pouvoir judiciaire, les leaders conservateurs et quelques réformateurs, alliés du président Hassan Rohani, ont exigé une répression implacable. Mais l’Etat traite encore avec une certaine prudence ce mouvement inédit, le plus important qu’ait connu le pays depuis celui qui avait suivi la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence, en 2009. Stéphane Dudoignon, chercheur au CNRS, analyse une situation qu’il qualifie de « révolution ».

Comment définir les actuelles manifestations en Iran ?

Comme une révolution ! C’est comme cela que les manifestants ont baptisé leur mouvement l’appelant, grâce à un jeu de mots, à la fois « révolution des œufs » et « révolution à la con ».

On n’a pas assez souligné que depuis des années, notamment depuis deux à trois ans, l’Iran vit sous un régime de manifestations quasi-permanentes motivées par des difficultés économiques ou des catastrophes écologiques, liées au manque d’eau. Le phénomène a même donné lieu à de très intéressants documentaires. Mais souvent ces mouvements sont locaux et se produisent dans des villes en bordure du désert.

Cette fois-ci, cela n’a rien à voir. Il y a une quarantaine de villes touchées et l’on y entend des slogans radicaux contre le régime, avec des insultes y compris à caractère pornographique contre des dignitaires du régime. Et comme ces manifestations ont été provoquées par des mesures réduisant les aides sociales à certains retraités mais aussi par des annonces d’augmentation du prix de l’essence et des œufs, les manifestants parlent, depuis dimanche, de « révolution des œufs ».

En Iran, les manifestants bravent la menace d’une répression implacable 20

Rompant avec la censure traditionnelle, une multitude de sites, liés à la télévision d’Etatou aux gardiens de la révolution, ont délégitimé les protestations. Durant deux jours, les 29 et 30 décembre 2017, la télévision publique iranienne n’a pas su réagir à la vague de contestation qui se répandait en Iran. Obéissant aux vieux réflexes de la propagande d’Etat, elle s’était refusé à couvrir ces manifestations, laissant les Iraniens s’informer en ligne, notamment sur la messagerie instantanée Telegram, très populaire dans le pays, où des messages de tous ordres, y compris ceux diffusés par des groupes en exil hostiles au gouvernement, ont reçu une large audience. Pourtant, la jeune garde des médias conservateurs a de quoi se réjouir. Dès le 30 décembre, abandonnant la logique de censure pure et simple, ces médias ont démontré une puissance inédite en inondant les réseaux sociaux de leurs propres messages, qui se sont en partie imposés dans l’espace public iranien
COMPTE RENDU Iran : les nouveaux médias conservateurs ont contribué à canaliser les manifestations Louis Imbert

Hassan Rohani paraît déterminé à tirer parti du mouvement de protestation qui a touché plus de 80 villes à travers l’Iran durant une semaine, jusqu’au 5 janvier. Les Iraniens ne manifestent plus, mais le président, qui cache sous une bonhomie de façade un sens aigu de l’agressivité politique, entend utiliser à son profit leur colère, qu’il juge persistante.

 « L’ensemble de l’Etat a perdu des plumes dans ces manifestations, résume l’analyste Ahmad Salamatian, à Paris. Mais le moins touché demeure M. Rohani. Et il sait que celui qui sortira l’Iran de cette crise aura la main sur la politique iranienne pour les trois années à venir », c’est-à-dire la fin de son second mandat, entamé en mai 2017.

M. Rohani se targue déjà d’avoir réussi à maîtriser la contestation : c’est le ministère de l’intérieur qui a mené la répression, et non les gardiens de la révolution, la principale force armée du pays, qui échappe à son contrôle.

Amnesty International dénombre cinq morts parmi les 3 700 personnes arrêtées lors des manifestations. Les autorités ont reconnu deux suicides.

 
- Comment un homme s'assure-t-il de son pouvoir sur un autre, Winston?
Winston réfléchit:
- En le faisant souffrir répondit-il.
-Exactement. En le faisant souffrir. L'obéissance ne suffit pas. Comment, s'il ne souffre pas, peut-on être certain qu'il, non à sa volonté, mais à la vôtre? Le pouvoir est d'infliger des souffrances et des humiliations. ( ed. Folio, trad. Amelie Audiberti, p 376)
 

 

Protests over economic situation in Iran | Inside Story - YouTube

Quels sont les slogans l

 

ARTE Reportage - Irak / Iran

Persepolis est un long métrage d'animation franco-américano-iranien réalisé par Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi, sorti en France le 27 juin 2007. Le film s'inspire de Persepolis, la bande dessinée autobiographique de Marjane Satrapi. Wikipédia


 
 Animation - 2007 - France - Français - 95 min.
 
Persepolis en español

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu