Avertir le modérateur

11/05/2014

La démocratie, c'est nous

n

2012 - La fabrique des pauvres : Tour d'horizon de la pauvreté en France, en Allemagne et en Espagne, notamment celle touchant en premier lieu les enfants.
En espérant réussir à faire recouvrer la vue aux "aveuglés" du système, à l'heure où tant de gens voient des "assistés" partout.
(reportage Arte 2013)

Le chômage s’accroît et la misère comme la barbarie risquent de se répandre de manière dramatique, peut-être entrecoupées par quelques phases de relance. Alors à quoi servent ces considérations désabusées? A quoi sert de marteler que la crise qui a commencé en 2008 risque bien de s’approfondir? Pourquoi s’en réjouir alors que nous risquons d’en subir les conséquences et d’être les premiers touchés? Et ce d’autant plus que le capitalisme a montré jusqu’à présent qu’il pouvait surmonter ses crises. Voire même qu’il était un système en état de « crise permanente » Pourquoi parler de crise ? , Tokyo Freeters ,

.

En fait, il n’y a pas de contradiction fondamentale entre le fait de dire qu’il y a bien approfondissement de la crise ces dernières années et que le capitalisme est d’une certaine façon une crise permanente : la crise peut être analysée à la fois comme un mode de fonctionnement ordinaire du capitalisme et comme une remise en cause potentielle de sa propre existence. Le capitalisme est ce jeu qui inclut sa contradiction dans sa propre règle, et qui donc pourrait tendre à son abolition, mais la réalité c’est que c’est à la lutte des classes, c’est à nous de le faire.

 

La crise actuelle pourrait bien sûr être résolue par des moyens déjà utilisés historiquement par ce système dans des contextes comparables: guerre(s), destruction massive des moyens de production et de la force de travail. Elle pourrait aussi durer longtemps dans un processus continu d’appauvrissement pour la plupart d’entre nous, secoué par des explosions sans issue, voire des conflits de tous contre tous (concurrence entre groupes, racisme (Mains brunes sur la ville …).

La démocratie, c'est nous  (57 min)
 

 

Touchés de plein fouet par la crise économique et financière, les Européens sont de plus en plus nombreux à investir l'espace public pour s'insurger contre les mécanismes de l'économie mondialisée et défendre la démocratie.

ARTE garantit que le courriel fourni servira uniquement à l'envoi de cette recommandation.

<:SECTION class="details details-body box no-top no-bottom module-grey"><:SECTION id=details-description-full class="description span8">Depuis 2011, le nombre de militants européens réclamant davantage d’autodétermination et de participation aux décisions politiques de leur pays ne cesse d’augmenter. Certaines manifestations, comme celle de la place Puerta del sol à Madrid organisée par le mouvement 15-M, ou celle d’Occupy devant la Banque centrale européenne à Francfort, ont ouvert la voie à de nouvelles initiatives – émergence de partis politiques citoyens, émissions de télévision engagées ou encore pétitions sur Internet. Celles-ci poursuivent toutes un même objectif : informer l’opinion publique des dangers du capitalisme et établir une véritable démocratie participative.

De Madrid à Reykjavik en passant par l’Allemagne et la Suisse, ce documentaire décrypte les revendications et l’organisation complexe des mouvements contestataires européens, au sein desquels des individus profondément indignés déploient des trésors de créativité pour rendre la parole à tous les citoyens dans la sphère politique.

La démocratie c'est nous - YouTube :
La démocratie c'est nous - YouTube 

En Chine, une manifestation contre un incinérateur tourne à l’émeute Post de blog

Près de la ville de Hangzhou, dans l'est de la Chine, des milliers de manifestants se sont affrontés à la police, dans le district de Yuhang, pour protester contre la construction d'une usine d'incinération.

Qu'est qu'être punk

Mains brunes sur la ville

Pourquoi parler de crise ?

Tokyo Freeters

Manifestation libertaire le 1er mai

 

Cet enregistrement disponible en libre accès ici (Stéphane Hessel: plus le péril croît, plus le salut surgit ,,, site plusconscient.net) Source: Video YouTube - CONFERENCE DE STEPHANE HESSEL DU 11 MAI 2011 A L'ULB

Ecouter également Hervé Kempf - l'oligarchie, ça suffit !, Les lignes de forces derrière l'intégration européenne

A voir: violence policière contre des manifestants pacifiques sur la Plaça Catalunya en Espagne,

A voir: violence policière contre des manifestants pacifiques sur la Plaça Catalunya en Espagne, Question everything, or shut up and become a victim of authority, Forces et limites de la manifestation, Pourquoi l’insurrection des consciences ?, Les raisons de la colère, Hervé Kempf - l'oligarchie, ça suffit !, GO ON, WATCHTitre original : The Slump of the 1930s and the crisis today ( cf International Socialism: The slump of the 1930s and the crisis today, Dans le monde, une classe en lutte, mai 2011(source jura libertaire), europeanrevolution : les places publiques reprennent du galon

 El manifiesto de los indignados en 25 propuestasTraduire cette page, L'agonie de la démocratie parlementaire et des peuples. , L'agonie de la Démocratie parlementaire ( format PDF), Important de relire la déclaration des droit de l'Homme l , Indignés, Les Russes aussi sont concernés, Le monde face a wall street, la finance, les politiques ... Le système capitaliste, Reporterre.net - Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte, Reporterre.net - Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte pas

La démocratie, c'est nous - l'indigné révolté - Skyrock.com

31/03/2013

EUtopia : une génération dréssée contre un géant

n
 

EUtopia : une génération dréssée contre un géant

Dans le monde d’avant, tout semblait tourner rond. Mais aujourd’hui, une génération mobile, digitale même, parfaitement éduquée et armée de pas mal de fantaisies a besoin de se dresser contre une espèce de crisis-tyrannosaurus. Notre nouveau projet de reportage, « EUtopia on the ground », est d’ailleurs supposé vous conter une Europe différente, et pas forcément fictionnelle. Pas besoin de prendre d’anxiolytique pour constater que le futur n’est pas très rose en ce moment, surtout si l’on en croit notre cher Martin Schulz qui vient tout juste de décrire la situation du Vieux continent en invoquant Frankestein. Economiser, économiser encore économiser. C’est devenu chiant à force cette rengaine. Alors nous avons décidé d’y ajouter d’autres refrains, d’autres idées. Voici l’ébauche de l’utopie culturelle, politique et économique en Europe. Restez branché car tout bientôt, on s‘arrêtera à Budapest pour notre première série de reportage dans le cadre d’EUtopia on the ground. (Photo ©Adrien Lecoarer)

Les  dossiers de Cafébabel

Souabylone : du swag pour les Souabes à Berlin par Romy Straßenburg

L’Hessel et l’écume de nos batailles par Version française de cafebabel.com (cafebabel.fr)

Michel Santi : entretien avec un économiste atterré par Edouard Lacoste Lagrange

L'Europe des jeunes ou le chaos par cafebabel.es

 

la photo de Flores Magon.

il n'y a pas de distinction possible entre les guerres offensives et les guerres défensives (...). Il n'y a qu'une seule guerre de libération: celle qui, dans tous les pays est menée par les opprimés contre les oppresseurs, par les exploités contre les exploiteurs. Notre rôle c'est d'appeler les esclaves à la révolte contre leurs maîtres. La propagande et l'action anarchiste doivent s'appliquer avec persévérance à affaiblir et à désagréger les divers Etats, à cultiver l'esprit de révolte et à faire naître le mécontentement dans les peuples et les armées."
Alexandre Shapiro
 
La liberté et le bien-être sont à la portée de nos mains. Avec le même effort et le même sacrifice
qu'il faut pour nommer un gouvernant, c’est-à-dire un tyran, on peut obtenir l'expropriation des biens que détiennent les riches.
flores magon
 
la photo de Flores Magon.
 
APRÈS L’IMMOLATION D’UN CHÔMEUR

Que cela soit dans nos lycées, dans nos entreprises ou chez soi, vivre dignement dans ce système capitaliste devient de plus en plus difficile. Des étudiants, des travailleurs, sont poussés à bout et en arrivent jusqu’au suicide, c’est horrible ! Nous ne pouvons rester indifférents devant de tels faits et ne pas remettre en cause la société toute entière. L’individualisme et le repli sur soi poussent vers l’isolement. Aujourd’hui les patrons et tous ceux qui gouvernent nous poussent à nous débrouiller seuls, à ne pas parler de nos problèmes, à ne pas être solidaires, ils nous poussent vers la concurrence, la compétitivité, mais aussi vers l’ignorance.

Tant qu’ensemble nous ne ferons pas changer les choses, d’autres être humains, comme Djamal CHAAB, vivront le désespoir et le suicide ! Ce n’est pas tolérable Chômage, précarité, harcèlement, pression, isolement, mépris : ça suffit !

Défendons les valeurs comme la solidarité, le partage, l’entraide, l’écoute, l’ouverture vers les autres, la lutte collective. Ne nous laissons pas faire par ces bourgeois capitalistes qui broient nos vies, organisons-nous par nous-mêmes. Avoir un logement digne, une bonne éducation, de la nourriture saine, de quoi se vêtir, et de quoi se soigner, voilà de quoi nous avons tous besoin. Finissons-en avec nos dettes, finissons-en avec la misère, finissons-en avec ce capitalisme.

Place à la solidarité, l’entraide et l’autogestion.

Le chiffre du mois...

75_000 euros (ht) pour un apéro pôle emploi_ ! Le site d’information Mediapart a révélé dernièrement la note salée du cocktail prestigieux des cadres de pôle emploi. En effet pour les vœux de fin d’année la direction a dépensé rien qu’en petit fours et vins

53_777 euros net pour ses 900 cadres conviés à cet événement (après calcul il s’agit quand même d’un apéro à 60 euros par tête !). Le reste de la note a servi à transporter les convives en bus privé au palais des congrès de Montreuil, lieu de ce cocktail.

A savoir que le Djamal Chaab ( le chômeur immolé à Nantes ce mois dernier ), s’est vu coupé de ses droits car il devait environ 620 euros de trop perçu. La crise et le serrage de ceinture c est pas pour tout le monde !

Allez trinquons_ !
Afficher la suite
 
 

la fin « D’Evenements » de Jacques prevert, tiré de Paroles

J’ai choisi de reprendre la fin «  D’Evenements » de Jacques prevert, tiré de Paroles. Une sommes de proverbes et de chansons. Tout a fait adapter aux slogan : El pueblo unido jamás será vencido

». Peuple unis, ne sera jamais vaincu

 

07/01/2013

Festi-ZAD

Festi-ZAD, autant que tout se passe bien !

Keny Arkana - La Rage (with English Subtitles) ,

Un texte sur le festizad, à lire et à diffuser, vu le 03/01/13 ici :

http://gaspardverdure.wordpress.com/2012/12/31/festi-zad-...

Festi-ZAD, autant que tout se passe bien !

Qu’on le veuille ou non, le festi-ZAD va bien avoir lieu du vendredi 4 au dimanche 6 janvier 2013 sur le site de la ZAD (Zone A Défendre du projet de futur aéroport sur la commune de Notre-Dame-Des-Landes (44)). Annoncé depuis quelques semaines, la machine est lancée et ne peut pas faire marche arrière, beaucoup de monde a prévu de se rendre sur le site ce week-end. Malgré tout, cet événement suscite quelques polémiques plus ou moins compréhensibles. Ne tombons pas dans le clivage pour ou contre le festi-ZAD, on a bien assez à faire avec la lutte contre l’aéroport et son monde, le festi-ZAD va avoir lieu, ne perdons pas d’énergie à s’y résoudre, mobilisons nous afin qu’il se passe au mieux. Il peut, il doit être une réussite, son impact doit redoubler encore la formidable mobilisation qu’a entrainé la manifestation du 17 novembre qui a rassemblé 40 000 personnes sans encombre !

Est-ce un festival ou une manifestation festive (manifestive), une free-party ou un piquet de guerre en musique ? Un peu tout ça à la fois et son contraire, peu importe le terme exact, ce festi-ZAD va rassembler énormément de monde différents, et pour que tout se passe bien, il va falloir que tout le monde y mette de la bonne volonté. Je peux lire et entendre beaucoup de monde qui reprochent à d’autres de demander quel jour et quelle heure passe tel ou tel artiste, comme dans un festival ou le public est souvent passif. Ce genre de questions reçoit souvent des réponses assez virulentes du style : « on s’en fout, tu viens pas ici pour la musique, ici c’est la guerre, ici on en chie, c’est pas Disneyland, tu vas te faire matraquer la tronche alors à quelle heure passe ton idole en s’en balance ! ». Je ne sais pas exactement qui répond de la sorte, mais ce genre de réponse plus ou moins nuancée est courante, est-ce un guerrier professionnel qui a creusé toutes les tranchées sur place ou un geek derrière son écran qui a lu moult articles ressassant la violence sur place ?

Quoiqu’il en soit, il faut éviter la grosse parano et le clivage entre les différentes personnes qui viennent et viendront sur place, et ce quelque soit leur motivation ! Se faire faire la morale agressivement crée et créera toujours l’effet inverse recherché. La situation et les conditions sur la ZAD sont certes difficiles, il faut que les gens qui viennent ici le sachent, pas question de leur faire miroiter un festival avec stands galette-saucisses, paella et campings avec douches chaudes, mais ne les faisons pas fuir en les traitants de cons ou de consommateurs-soumis qui ne savent même pas pourquoi ils viennent ! Expliquons-leur tranquillement, même si c’est lourd, mais ravalons notre fierté pour ne pas desservir la cause.

Tout-le-monde n’est pas obligé d’être calé à 100% sur l’opposition du projet d’aéroport pour gagner son passe-droit de venir au festi-ZAD, sinon beaucoup d’occupants de la ZAD pourraient également la quitter dés aujourd’hui. Chacun a ses raisons de venir sur place, la fête en est une bonne à l’instar de la lutte, sachant que l’un peut mener à l’autre et réciproquement. Si on veut que les personnes qui ne savent pas trop pourquoi elles viennent au festi-ZAD repartent avec de la conviction et de la motivation intelligente pour la lutte, il faut savoir les accueillir avec sourire et chaleur, même s’il fait froid. Le froid et la boue sont plus faciles à supporter si le coeur est léger. Si certaines personnes sur place sont fatiguées et du coup sur les nerfs et agressives, il serait peut-être bon pour elles d’aller se reposer quelques-jours pour revenir ressourcées, il y a beaucoup de monde sur place et un tel roulement de personnes pour qu’un zadiste-fatigué-blasé qui part quelques temps ne soit pas un cruel manque pour l’ensemble.

 Chacun est indispensable à partir du moment où il n’est pas un boulet pour le reste. Profitons de ce festi-ZAD pour motiver encore plus de personnes à vouloir s’impliquer dans l’occupation de la ZAD par la suite, cela permettra plus de fraicheur à la lutte, plus de roulement, cela permettra également de redresser quelques signes de fatigues visibles sur certains endroits de la ZAD, ne crachons pas sur de futures éventuelles bonnes volontés sous prétextes qu’elles ne sont jamais venues ou qu’elles ne sont pas assez impliquées ou je ne sais quoi. Ne perdons pas de nos esprits l’élan de solidarité et de motivation qu’a suscité la manifestation du 17 novembre, 40 000 personnes heureuses de patauger dans la gadoue en construisant des cabanes sur une journée, bien sûr tout-le-monde ne pouvait pas rester, heureusement j’ai envie de dire ! Et puis chacun s’implique comme il peut, et quand il peut, cette lutte contre l’aéroport est un sujet complexe qui nécessite du temps et de l’analyse, personnellement je ne maitrise pas tous les paramètres du sujet pour m’en exprimer publiquement, mais je suis convaincu de son inutilité et de l’absurdité que cela représente. Par ailleurs je ne pense pas que le festi-ZAD parte en guérilla comme certains le craignent (ou l’espèrent ?), comme pour le 17 novembre, la présence policière risque de se faire très discrète, si ça part en cacahuète, ça sera plutôt plus tard, mais pas en présence de 80 000 personnes, ne doutez pas de la stratégie médiatique des gouvernants, il ne s’attaqueront pas à un rassemblement festif et citoyen, bien que celui-ci soit illégal, ils sont peut-être vicelards, mais pas fous !

Pour finir, sur place s’applique l’autogestion, je ne vais pas partir sur un pamphlet sur le sujet, mais ce principe étant quand-même bien à l’encontre du fonctionnement de la société en général, les gens qui débarquent sur la ZAD ne sont pas forcément tous des gens responsables d’eux-même et préparés à ce fonctionnement. Il serait bon d’assumer l’idée que des personnes présentes là-bas depuis des mois connaissent mieux certains principes de base, quand des nouveaux arrivants arrivent, un accueil en douceur avec quelques explications est toujours plus agréable qu’un « gère toi toi-même ! ». Auto-éduquons nous, l’autogestion, ou plutôt ici la cogestion n’est innée chez personne, beaucoup de gens n’osent rien demander par crainte de se faire faire la morale ou envoyer péter par d’autres, c’est dommage. Restons dignes et positifs, l’avenir nous appartiens…

La lutte s’avère encore longue, donc on ne baisse pas les bras et parions sur la réussite du festi-ZAD et des futures initiatives qui vont mûrir de ce mouvement !

A bon entendeur, soyez beaux/belles et fiers/fières de ce que vous fêtes…

Gaspard

festi-ZAD

source : blog cogitationbipedique,l'indigné :,

NDDL : le droit de l'environnement mis à mal - l'indigné révolté,

PREMIÈRE VICTOIRE À NOTRE DAME DES LANDES ? - l'indigné

  compte-rendu des rencontres inter-comités des 15-16 décembre 2012

le blog de l'Indigné, du chiapas soutien à nddl , Ayraultport : arguments bidons , Festi-ZAD - citoyenactif, Notre-Dame-des-Landes, une résistance qui ne se laissera pas dicter sa conduite ! - Altermonde, compte-rendu de l'ag du mardi 15 janvier au Transfo , La terre on s’la partage, mais quoi faire ?- Alterfinance, rubrique ressource/tract :  , témoignage d'un militant NDD - Saltabank, mercredi 12 décembre 2012 : NDD et Souriez vous êtes filmé-e-s - Antalya

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu